Search the Community

Showing results for tags 'hong'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 22 results

  1. (Courtesy of the Financial Post) Congrats to the National Bank of Canada. Singapore supposedly like the new Switzerland.
  2. Destinations still under utilize technologies to inspire, promote, facilitate, engage travel.. When examining technology utilisation and online presence for tourism destinations the research demonstrates that the Top 10 destinations utilising technology online are ranked as: Thailand Montreal Las Vegas Vancouver Hong Kong Puerto Rico Australia Norway United Kingdom Melbourne http://traveldailynews.asia/columns/article/49630/destinations-still-under-utilize-technologies
  3. Tokyo et Hong Kong ont reculé de plus de 5% après que la peur de la récession ait causé le plongeon de Wall Street à son plus bas niveau depuis cinq ans. Pour en lire plus...
  4. (Courtesy of Citymayors.com) 1. London 2. New York 3. Tokyo 4. Chicago 5. Hong Kong ~ 10. Los Angeles ~ 20. Atlanta 27. Montreal Complete list (Top 50)
  5. Dear all, I have been a member of MtUrb since day 1, less active with posts now than I was a few years back, but always an avid reader. So, new developments in Montreal are really surprises when I go back "home" every few years. For you see, I have been living in Hong Kong for the past 5 years, enjoying life in the most transit-efficient city in the world. But this post is not about Hong Kong, it is about re-discovering Montreal... Last time my wife and I came back to Canada was 3 years ago. As usual, we enjoyed our time and visited our friends and family in Montreal, Quebec City, Ottawa (where we lived and worked for over 12 years) and Toronto. I remember thinking back then that while Montreal was cooler, Toronto was the boom town, and Ottawa was the sleepy, quaint, moneyed high tech capital. How things changed in 3 years. Ottawa seemed to us like it went down the drain; unbearable traffic, no high-tech rumble anymore (loss of Nortel?), a feeling as it somewhat had lost its soul somewhere in suburbia... Not quite sure how to pin it down but it felt empty. Quebec City didn't change much; we never cared for it much as we always thought the old Quebec to be an island of pretty in a sea of bland. Toronto is still booming, but still looking for its heart... As I said, none of the real-estate development in Montreal should have surprised me since I was aware of every single one of them, thanks to you guys, but they did, in a big way. I could feel the vibrancy. In the new buildings, parks, squares, sure. But also in the attitude; I felt positivism and renewed joie-de-vivre. Food trucks that hasn't been allowed for decades are now back in full force, Ste-Catherine no longer felt like an unfortunate and sometimes decrepit metaphor for the two solitudes. Yeah, coming from Ottawa on the Metropolitain, or crossing the bridges made a Hong-Konger think that North-America hasn't quite gotten out of the stone-age of transportation. But I saw more people in the city of Montreal than ever before; people working, living and playing within urbanity. I also, for the first time, really saw the concept of urban villages materialize before my eyes, be it downtown in the condo environments, in NDG with its eclectic combination of tree-hugging concepts such as urban-gardens, and the sense that people truly understood that in order for sustainability to exist, it needs to be financially viable (overheard of discussion of a green entrepreneur planning how he was going to make his rooftop gardens profitable). Like it or not, one also cannot deny that Ferrandez has changed the face of the Plateau; I thought the density of people biking was a sight to behold. Maybe I was dreaming and under the influence of so much amazing food (and ok, a good amount of red wine too...) that I partially lost my mind but beyond all of the impressive public money investments (CHUM, parks, new Metro trains, etc, etc), I thought, talking to people and "feeling" the city-beat, that I could feel a paradigm-shift or the beginning of one: the private sector investing in Montreal, believing in it (naysayers just have to spend 5 minutes at the corner of René-Levesque and De La Montagne to be convinced), and residents that seem to have moved on from the rut, looking forward instead of back... I hope that continues when, hopefully, one day, I decide to move back to Canada and, maybe, settle down in Montreal. We thoroughly enjoyed our time. I leave you with 2 pictures. Hard to say that Montreal is at a standstill. The old 'Carriere Miron' is becoming one of the largest park in Montreal, here's what I would do with it. Picture was taken from the north-west corner. I'm not an artist but, you get the idea... Have a great rest of this wonderful summer! JC
  6. On chiale beaucoup sur notre architecture terne et tout en préfab. Mais quand on regarde une ville comme Hong Kong http://www.messynessychic.com/2013/11/20/i-wish-these-buildings-were-photoshopped-but-theyre-not/ On se console...
  7. Y a-t-il de l'interet pour un MtlUrb meet d'ici 2 semaines et demi? Je parts m'etablir a Hong Kong le 11 Septembre et ca serait ma derniere chance avant un bon bout! (... de voir Habsfan chaud! ) JC
  8. China's fastest-changing cities Hong Kong Skyline MATT WOOLSEY Forbes.com November 5, 2008 at 2:09 PM EST Ten years ago, the Minnan Hotel dominated the skyline in Xiamen, a special economic zone on the Taiwan Strait. At 168 metres tall – about the size of the skyscrapers that abut New York's Central Park – it was a conspicuous outlier in a developing city. Now, it's beginning to look like a tree in a forest, as buildings just as tall have popped up across the waterfront and in the city centre. But development in Xiamen hasn't been nearly as rapid as in Shenzhen or Guangzhou, two cities on the Pearl River Delta. With dynamic economies based on industry, service, shipping and logistics, they are China's fastest-changing cities by our measures. Hong Kong, Shanghai and Beijing round out the top five. They're followed by Dalian and Nanjing, two cities that have emerged as factory-based growth centres, but are also turning into vibrant markets for consumer goods. Behind the numbers These rankings are based on three measures of China's 20 most populous cities. To gauge recent change, we looked at economic growth using indexed data from the Chinese Academy of Social Sciences (CASS), a state research agency. Smaller industrial boomtowns like Hefei and Suzhou scored particularly well by this measure. We also examined the growth of each city as a market, which symbolizes the changing of cities from industrial centres to service-driven economies. For this measure, we looked at data from CASS as an indicator of where growth and change would continue. With global growth slowing, Chinese cities are going to become more reliant on domestic spending. “In the global slowdown, China's domestic market is the key linchpin,” says Yuwa Hedrick-Wong, economic adviser for MasterCard Worldwide. “There's a lot of government spending right now on social welfare programs to try and unlock households' savings.” Finally, we looked at the most obvious and aesthetic indicator of change in China: the cities' skylines. The government that didn't officially use the word “urbanization” until the late ‘90s and that was founded on Mao Zedong's agrarian principles now rules a country more than 50 per cent urban in its population distribution. Skyscrapers and cranes may be the best marker of globalization's effect on China. Using data from Emporis, a global builder based in Germany, we ranked each city by the aggregate height of its skyline. What the future holds If industrialized expansion was the tale of the last 10 years, consolidation will be the story of the next decade. Shenzhen, once a fishing village, has been competing for logistics, financial and technology services with Hong Kong ever since the 1997 changeover. Shenzhen, which borders Hong Kong to its north, has grown at an annual clip of 18 per cent since the 1997 changeover, according to the Asia Development Bank. Shenzhen was the mainland Chinese rival to Hong Kong before that city became part of China, but has only recently decided to move toward economic co-operation, instead of competition, with the special administrative region. That means ceding financial services to Hong Kong and enhancing logistical and shipping services in Shenzhen, says Yan Xiopei, vice-mayor of Shenzhen. “We want to connect Shenzhen and Hong Kong,” says Xiaopei. “We will make endeavours for building Shenzhen and Hong Kong into a world-class metropolis.” Not far from Shenzhen, a massive railway and port expansion development across the Pearl River Delta, slated for completion in 2010, will connect the east- and west-bank factory facilities, which manufacture everything from Apple electronics to Wal-Mart products, to the deep-water shipping ports on the east bank. “Factories on the western bank have always been at a disadvantage, because they don't have access to the deep-water ports on the east bank,” says Andrew Ness, executive director of C.B. Richard Ellis, an international commercial real estate firm. “The railway will change that.” Even more obvious in the next decade will be the economic integration of small villages and cities into major metropolises in parts of the Yangtze River Delta outside of Shanghai and in the periphery of the Beijing-Tianjin corridor in the north. Of course, keep in mind that China's idea of a small village can have a population close to one million. “Five-hundred thousand to 800,000 [resident] towns aren't even considered cities, but small townships,” says Fan Gong, director of the National Economic Research Institute in China. “We will see several regions grab together on the river areas and form large metropolitan areas.” According to Mr. Gong, the government is abandoning past policies like the urban registration system, which kept farmers in the country, and is instead encouraging urbanization. Mr. Gong estimates that by 2050, 75 per cent of China's population will live in cities. The rapidly changing nation may no longer be recognizable to Mao, though reformer Deng Xiaoping might enjoy the 92 cities with one-million-plus people.
  9. La hauteur limite à Montréal hauteur limite : environ 220 mètres Hauteur du mont Royal : 233 mètres La limite de hauteur servirait à garder la vue du haut de la montagne, selon certain, ou permetterait de garder une vue du mont peu importe où l'on ait, celon d'autre. Quelque chose est sur, c'est que le contraste entre la montagne et les gratte-ciel du centre-ville lui donne un côté unique. L'intégration urbaine d'une montagne dans un centre-ville. ----------------------------------------- Voici quelques cas de limite de hauteur : Hong Kong La hauteur limite est les pointes du mont Victoria. La hauteur limite varie selon où le bâtiment est placé sur l'île par rapport à la hauteur du mont victoria à cet endroit. Les bâtiments doivent être plus bas que 20% de la partie de la montagne vis-à-vis eux. Elle permet de préserver une vue du au du Mont Victoria et aussi elle permet aux touristes à Kowloon de voir la montagne avec le skyline, comme toutes les photos classiques de Hong Kong. Les bâtiments en hauteur sont donc maintenant à Kowloon, où il n'y a pas de limite de hauteur. http://www.urisa.org/files/Makvol17no1-4.pdf Vancouver La ville possède aussi une limite de hauteur, ce qui fait qu'il y a beaucoup de bâtiments mais qu'ils sont plus petits. Leur limite est bien plus sévère que la notre : hauteur limite : 137 mètres (450 pieds) La hauteur limite est pour préserver la vue des montagnes derrière (North Shore Mountains). À la fin des années 90, la politique de hauteur fut changée et la ville permetta à 7 sites dans le centre-ville où les bâtiments pouvaient exédés la hauteur permise. Aujourd'hui, 5 de ces 7 sites sont développés. La plus haute tour est la tour Living Shangri-La avec 197 mètres. ----------------------------------------- 3 choix sont à votre disposition pour ce sondage: 1 - Laisser la limite de hauteur comme elle l'est. 2 - Laisser la limite de hauteur mais laissé certaines zones sans restrictions (exemple de Vancouver) 3 - Abolir la limite de hauteur afin de laisser place a de plus hauts projets.
  10. Je trouve ça assez épatant !! The project by the young architectural studio Urbanplunger has been recently awarded the third prize in the Night Club Hotel in Hong Kong international competition. The main idea is to create a suspended building structure to comply with the extremely compact planning in Hong Kong. The whole structure is elevated above the ground by leaning on the nearby buildings. The nature of the design allows for a green square underneath the building and increases the area of the existing recreation zone. [...] Source : www.arthitectural.com/
  11. BOCOM SEA TURTLE INDEX The Bank of Communications Sea Turtle Index provides a unique tool to compare university cities at once as education and investment locations, looking at: - Educational returns: Quality and reputation of education vs value for money - Real estate returns: Openness, potential returns and risk with regard to real estate investments - Financial returns: Openness, growth prospects and risk with regard to financial investments - Work experience: Work and pay prospects for overseas graduates - Social experience: Quality of the social and cultural experience on offer OVERALL WORLD RANKING: 1. MONTRÉAL 2. LONDON 3. HONG KONG 4. TORONTO 5. CAMBRIDGE 6. OXFORD 7. BOSTON 8. SYDNEY 9. ZURICH 10 NEW YORK Source
  12. http://www.euromonitor.com/Trend_Watch_Euromonitor_Internationals_Top_City_Destinations_Ranking Euromonitor International’s Top City Destinations Ranking La liste, qui concerne les touristes internationaux, ressemble environ à ça... Top City Destinations Ranking 2007 '000 arrivals - Ranking - 000 tourist arrivals - % growth 2006/2007 London 1 15,340 -1.9 Hong Kong 2 12,057 8.8 Bangkok 3 10,844 4.8 Singapore 4 10,284 5.4 Paris 5 8,762 -10.2 New York City 6 7,646 23.0 Toronto 7 6,627 -3.6 Dubai 8 6,535 6.8 Istanbul 9 6,454 21.8 Rome 10 6,123 1.5 Barcelona 11 5,044 7.4 Seoul 12 4,994 1.5 Shanghai 13 4,800 11.2 Dublin 14 4,627 4.4 Kuala Lumpur 15 4,403 0.8 Pattaya 16 4,387 5.3 Mecca 17 4,200 10.5 Moscow 18 4,050 9.6 Macau 19 3,953 28.7 Amsterdam 20 3,909 0.2 Beijing 21 3,900 8.5 Cairo 22 3,896 10.0 Prague 23 3,696 -0.2 Vienna 24 3,637 4.5 Madrid 25 3,404 12.1 Guangzhou 26 3,300 31.4 Phuket 27 3,160 9.9 Vancouver 28 3,127 -0.9 Montreal 29 2,736 -5.0 Shenzen 30 2,700 41.8 Ho Chi Minh 31 2,700 14.8 Los Angeles 32 2,652 5.5 Rio De Janeiro 33 2,627 10.1 Mexico City 34 2,560 -6.3 Berlin 35 2,552 10.5 Mumbai 36 2,436 11.9 Tokyo 37 2,422 13.8 Miami 38 2,341 18.7 Brussels 39 2,328 2.6 Athens 40 2,300 7.9 Buenos Aires 41 2,286 9.0 San Francisco 42 2,270 13.9 Warsaw 43 2,210 9.8 Baii 44 2,183 13.0 Budapest 45 2,119 3.7 St Petersburg 46 2,100 10.0 Munich 47 2,098 8.9 Orlando 48 2,055 3.1 Cancún 49 2,022 27.2 Delhi 50 1,920 11.9 Milan 51 1,914 0.7 Hangzhou 52 1,900 21.7 Sydney 53 1,869 0.9 Lisbon 54 1,863 8.6 Ryad 55 1,798 3.4 Venice 56 1,798 1.9 Johannesburg 57 1,739 23.9 Florence 58 1,729 0.8 Las Vegas 59 1,720 4.4 Jerusalem 60 1,610 1.7 Marrakech 61 1,600 6.7 Chiang Mai 62 1,584 -4.8 Honolulu 63 1,553 -10.4 Calgary 64 1,546 0.8 Frankfurt/Main 65 1,542 0.1 Zurich 66 1,418 3.6 Cape Town 67 1,374 3.8 Suzhou 68 1,350 5.0 Abu Dhabi 69 1,340 21.5 Zhuhai 70 1,340 1.6 Varadero 71 1,326 -8.4 Edinburgh 72 1,320 -1.3 São Paulo 73 1,307 19.3 Ha Noi 74 1,306 9.8 Copenhagen 75 1,300 -5.4 Nice 76 1,235 0.6 Tel Aviv 77 1,225 9.1 Washington DC 78 1,195 12.6 Manchester 79 1,180 29.4 Palma de Mallorca 80 1,172 -4.9 Chicago 81 1,147 8.0 Guilin 82 1,094 7.1 Boston 83 1,075 7.9 Bucuresti 84 1,073 2.2 Lima 85 1,063 18.0 Stockholm 86 1,063 6.0 Alexandria 87 1,013 4.6 Krakow 88 1,012 2.0 Rotterdam 89 1,009 -0.6 Luxor 90 1,009 5.8 Birmingham 91 970 24.5 Sharjah 92 970 5.1 Tallinn 93 965 -3.5 Cuzco 94 960 20.0 Melbourne 95 954 3.4 La Habana 96 943 -1.1 Osaka 97 937 13.8 Helsinki 98 903 7.3 Santiago 99 886 5.0 Lyon 100 869 2.2 Sevilla 101 865 -1.5 Tianjin 102 855 0.7 Nanjing 103 853 1.2 Salzburg 104 851 -2.7 Manila 105 839 8.0 Xi'an 106 810 1.2 Qingdao 107 803 1.0 Xiamen 108 800 1.0 Kyoto 109 788 13.8 Cebu 110 773 33.0 Cologne 111 768 1.1 Hamburg 112 754 2.1 Glasgow 113 743 0.3 Yakarta 114 740 12.7 Granada 115 738 4.2 Geneve 116 722 5.6 Poznan 117 683 25.8 Dalian 118 679 1.9 Mombasa 119 677 12.0 Valencia 120 670 16.5 Ras Al-Khaimah 121 660 7.6 Salvador de Bahia 122 650 0.6 San Diego 123 645 -0.8 Bruges 124 644 0.5 Chiba 125 639 13.8 Antwerp 126 636 0.1 Düsseldorf 127 632 0.4 Liverpool 128 627 0.3 Bogota 129 617 13.5 Kunming 130 615 1.3 Casablanca 131 610 6.7 Kolkata 132 609 11.9 Wuxi 133 606 1.9 Porto 134 603 9.0 Gdansk 135 600 7.1 Nairobi 136 598 12.0 Foz do Iguacu 137 588 18.0 Chongquing 138 568 4.2 Innsbruck 139 556 3.8 Florianópolis 140 516 64.5 Chengdu 141 514 1.1 Oslo 142 513 9.9 Leeds 143 510 74.7 Göteborg 144 497 1.3 Jaipur 145 492 11.9 Houston 146 478 5.0 Atlanta 147 478 0.3 Bristol 148 470 16.6 Bratislava 149 462 1.5 Oxford 150 450 0.2 Dubrovnik 151 449 7.4 Yokohama 152 448 13.8 Lucerne 153 447 0.5 Zagreb 154 432 11.1 San Jose 155 430 4.4 Quito 156 429 60.0 Goa 157 428 11.9 Luxembourg City 158 427 5.0 Aix-en-Provence 159 410 32.0 Reykjavik 160 407 9.7 Seattle 161 406 24.9 Tangier 162 393 6.7 Caracas 163 391 -10.0 Lille 164 384 1.4 Naples 165 381 -1.6 York 166 370 46.2 Stuttgart 167 363 1.3 Belgrade 168 360 2.7 Dallas 169 358 3.5 Fortaleza 170 358 1.5 Cardiff 171 356 0.3 Ljubljana 172 354 6.0 Nürnberg 173 352 -1.3 Cambridge 174 350 0.6 Montevideo 175 349 10.0 Monaco 176 343 9.6 Fès 177 342 6.7 Kamakura 178 332 13.8 Basel 179 319 1.3 Newcastle-upon-Tyne 180 319 0.6 Pune 181 316 11.9 Palermo 182 316 1.0 Sapporo 183 315 13.8 Rabat 184 305 6.7 Rhodes 185 296 2.1 Córdoba 186 290 14.6 Verona 187 289 1.9 Rimini 188 284 1.2 Málaga 189 282 4.5 Bologna 190 279 1.6 Ghent 191 278 6.6 Fukuoka 192 265 13.8 Brighton 193 264 -0.4 Dijon 194 262 8.4 La Paz 195 255 4.0 Inverness 196 253 0.4 Reims 197 249 10.1 Bath 198 247 0.8 Genua 199 243 1.5 Heidelberg 200 240 -2.1 Alicante 201 240 10.1 Turin 202 240 -2.2 Blackpool 203 230 -2.2 Bilbao 204 230 15.6 Dresden 205 230 1.3 Udaipur 206 221 11.9 Nottingham 207 218 -0.5 Lausanne 208 215 0.1 Santiago de Compostela 209 215 18.5 Strasbourg 210 214 1.7 Stavenger 211 213 16.3 Thessalloniki 212 213 4.9 Graz 213 210 2.0 Bergen 214 209 11.1 Bern 215 203 1.6 Reading 216 203 0.5 Shefield 217 200 0.8 Linz 218 200 0.2 Aberdeen 219 196 0.5 Bordeaux 220 195 1.0 Avignon 221 186 2.2 Marseille 222 185 2.8 Rethymnon 223 181 1.7 Lugano 224 176 0.7 Zaragoza 225 170 5.7 San Sebastian 226 169 1.1 Siena 227 163 0.6 Tarragona 228 161 4.5 Trondheim 229 150 8.7 Agra 230 150 11.9 World Tourism Organisation, European Cities Tourism, National Statistics, National Tourist Boards, Local Tourism & Convention Bureaux, Trade Press (local and national newspapers, business travel news), Euromonitor International Mainland China cities exclude visits from Hong Kong and Macao (and vice versa), but include visitors from Taiwan
  13. Bonjour, je l'avais promi a JP (Habsfan) depuis un bout. Voici donc un petit compte-rendu photo de mes observations a Hong Kong, on je vis depuis Septembre 2008. Les photos sont a titre d'illustration... je n'ai aucun talent de ce cote la! Extra efficace les transports en commun a Hong Kong. Ici, le KCR East-Rail (maintenant MTR depuis que les deux corporations on fusionnees). Noter qu'il est 22 heures, que le train quitte, et que les deux qui suivent sont a 1 et 2 minutes d'interval. A 9:30 un Samedi matin. C'est pas plein comme a l'heure de pointe mais y'a quand meme pas de place pour s'assoir. Et il y a toujours un train a toute les 2 minutes. Beaucoup de commerces dans les lignes de metro (MTR). Le systeme fonctionne sous carte magnetique, le nom est Octopus... Extremement facile d'utilisation; swipe and go. Pour ajouter de l'argent, tu mets la carte dans la fente et t'inseres l'argent. Je ne sais pas s'ils ont change le systeme a Montreal mais les menus etaient pas terribles lors de mon dernier passage. Le systeme Octopus est utilise presque partout pour l'achat de produit de faible prix (machine vendeuses, 7-11, tous les magasins dans le metro, McDonald's!, etc...) Fanling, une "banlieue" Hong Kongaise. En fait, il n'y a pas vraiment de banlieue puisque tout les "villages" sont auto-suffisants et tres delimitee (pas vraiment de sprawl). 45% du territoire de Hong Kong est zone protegee. 100% de territoire est la propriete de l'etat, sous location a long-terme aux entrepreneur prive. Notez les ponts pietoniers qui relient les zones d'habitations aux autres zones. C'est comme ca partout. La ville est vraiment tri-dimensionelle. Avec du transport de "masse" interconnecte a proximitee (ici, on voit le MTR dans le fond, et, en avant, les 'siu-ba' (minibus) de 16 passager. Ah oui, dans le metro, on pait a la distance parcourue (minimum a l'entree, environ 50 cennes, rarement plus que CDN $2-3 pour une ride d'environ 15 kilometres) Mongkok, dans Kowloon, pas loin de mon bureau. La pluspart des immeubles dates de 1960s. La tour de verre dans le fond, c'est le Langham place. Autre exemple de pont pietonnier. Vu de l'interieur du pont pietonnier. Street market. Siu-ba (mini-bus) Building extremement typique de ce que vous retrouverez dans Kowloon; notez que la mixite d'usage est totale et c'est un peu trop; ton appartement peut etre la porte d'a cote d'un vendeur de tapis... au 6ieme etage! Un peu bizz pour un canadien... Il fait chaud toute l'annee a Hong Kong et ca parait sur l'architecture. Notez sur ce building; les canalisations sont exterieures. Cheap? Nope. Les condos de 400pieds carres dans ce building se vendent autour de $500k canadiens. En fait, les canalisations sont presque tout le temps exterieure. Ca sauve de l'espace en dedans! On lave son linge sale en famille a Hong Kong... litteralement! Y'a pas de place pour une secheuse? Pas grave, on etend au dehors... Quelque tours a condo plus nouvelles... Prix debutent a environ $300,000 pour 350 pieds carres utilisables. (Je continue ma ronde dans un prochain message) (Bank of China is coming, don't worry Habsfan...)
  14. L'action de Citic Pacific a perdu plus de la moitié de sa valeur jeudi, plongeant de 55% à un plus bas depuis 10 ans, après avoir annoncé qu'elle pourrait perdre jusqu'à 2 G$ US à cause de transactions non autorisées sur des devises. Pour en lire plus...
  15. j'aimerais savoir selon vous quelle ville a le plus beau skyline et si vous pouvez mettez des images Pour moi pour l'instant la ville qui a le plus beau skyline est hong kong mes vous pourriez bien me faire changer d'idée. http://img213.exs.cx/img213/5214/hkpano5ff.jpg
  16. Top 20 1. Monaco (29.21%) 2. Zurich (27.34%) 3. Geneva (17.92%) 4. New York (4.63%) 5. Frankfurt (3.88%) 6. London (3.39%) 7. Oslo (2.90%) 8. Singapore (2.80%) 9. Amsterdam (2.63%) 10. Florence (2.59%) 11. Hong Kong (2.58%) 12. Rome (2.54%) 13. Dublin (2.40%) 14. Doha (2.31%) 15. Toronto (2.29%) 16. Venice (2.25%) 17. Brussels (2.11%) 18. Houston (2.09%) 19. San Francisco (2.07%) 20. Paris (2.04%) Spear's
  17. 29. Edinburgh 28. Hamburg 27. Cape Town 26. Santiago 25. Tel-Aviv 24. Melbourne 23. Lyon 22. Portland 21. Panama City ----------------------- 20. Montreal 19. Los Angeles 18. Vienna 17. Madrid 16. Miami ----------------------- 15. Toronto 14. Tokyo 13. Buenos Aires 12. Rome 11. Vancouver ----------------------- 10. Paris 9. Copenhagen 8. Hong Kong 7. Berlin 6. New York ----------------------- 5. Sydney 4. London 3. San Francisco 2. Barcelona 1. Chicago (Courtesy of Ask Men) I am totally shocked that Munich did not even make the list. It is an interesting list. I wonder where Monterrey, Mexico would have been on this list. Also Honolulu and Boston.
  18. Fièvre immobilière: quitter Vancouver Publié le 15 octobre 2011 à 12h52 | Mis à jour le 15 octobre 2011 à 12h52 =author%3ANicolas+Berube&sort=recent"]NICOLAS BÉRUBÉLA PRESSE (VANCOUVER) Pour la première fois en 40 ans, Vancouver est victime d'un solde migratoire négatif: les gens qui quittent la ville sont plus nombreux que ceux qui y arrivent. Les prix des maisons - les plus hauts du Canada et parmi les plus élevés du monde - sont, de plus en plus, vus comme étant problématiques. Voyage au coeur d'une ville au point d'ébullition. L'un des taudis les plus chers du monde est un bungalow blanc et vert, construit dans les années 50 au coin de la rue Balsam et de la 22e Avenue, à Vancouver. L'escalier du porche tombe en ruine. Les murs blancs sont sales. La clôture qui entoure la minuscule cour est en partie écroulée. Le terrain comprend un petit arbre malade, et fait à peine 17 mètres de largeur. Le tout est sur le marché pour 2 489 000$. Si le prix vous fait sourciller, vous ne venez pas de Vancouver. Ici, personne n'est surpris. En juin, le prix moyen d'une maison unifamiliale trônait à 1 215 265$, une hausse de plus de 800 000$ depuis 2001. Cela place Vancouver au sommet du palmarès des villes les plus chères du Canada, et même, selon certains analystes, du monde anglo-saxon, devant New York et Londres. Partout au Canada, la hausse faramineuse des prix de l'immobilier depuis 10 ans - un phénomène sans précédent dans l'histoire du pays - a transformé tout propriétaire en investisseur heureux de sa bonne étoile. À Vancouver, cette fièvre a atteint des sommets jamais vus. Cam Good, l'un des agents immobiliers les plus connus de Vancouver, se montre direct. À ceux qui s'inquiètent des prix, M. Good résume la situation ainsi: «Si vous ne voulez pas [payer les prix de Vancouver]... eh bien, peut-être que vous devriez aller vivre ailleurs. N'importe quelle ville aussi belle, aussi populaire, présentera ces ennuis. Ou bien vous voulez y vivre, ou bien vous ne voulez pas.» Plus cher que Hong Kong Deirdre Marconato ne connaît pas Cam Good, mais ses propos lui sont familiers. Elle entend régulièrement ses voisins et connaissances dire que Vancouver est «le meilleur endroit du monde». «C'est une phrase très prétentieuse, mais c'est dit sans aucune gêne, c'est accepté comme une vérité immuable», dit-elle. Mme Marconato considérait elle aussi que Vancouver était un endroit idéal quand elle y est arrivée, en 2008. Son mari, qui fait une carrière internationale comme analyste financier, et elle avaient décidé de vendre leur appartement à Hong Kong pour déménager sur la côte ouest canadienne, d'où Mme Marconato est originaire. Ils voulaient s'établir avec leur fille dans un endroit accueillant, près de bonnes écoles, de l'océan et des montagnes. Quand La Presse l'a rencontrée dans sa maison du quartier cossu de Vancouver Ouest, à la fin juin, Mme Marconato était occupée à remplir ses dernières boîtes. Son aventure tirait à sa fin: après trois ans passés à Vancouver, la famille rentre à Hong Kong. Dès leur arrivée, les Marconato ont vu que quelque chose clochait. Pourtant à l'aise financièrement et habitués au coût de la vie de Hong Kong, ils ont été estomaqués lorsqu'ils ont vu le prix des maisons. Ils se sont tournés vers la location. Or, être locataire à Vancouver, c'est faire partie d'une sous-classe, a vite réalisé Mme Marconato. «Quand je dis aux gens que nous louons notre maison, leur regard change. C'est comme si c'était honteux d'être locataire», dit-elle. La vie de quartier dans Vancouver Ouest n'est pas non plus ce qu'elle imaginait. «Au moins 60% des maisons de mon quartier ont été vendues depuis deux ans. Plusieurs sont vides. Ça fait une ambiance très froide. Nous invitons les gens, mais on ne se fait jamais rendre la pareille. J'ai vécu à Londres, à Paris, à Singapour et à Toronto, et je n'ai jamais vécu une telle situation.» Vancouver Ouest n'est pas non plus à l'abri du crime: plusieurs fusillades de gangs ont eu lieu dans le quartier depuis deux ans. Un élève de l'école secondaire que fréquente sa fille a été poignardé devant l'école. Il y a quelques mois, un chasseur de têtes a pris contact avec le mari de Mme Marconato pour lui offrir un emploi à Hong Kong. La décision de partir s'est prise rapidement. Mme Marconato dit être déçue de voir son «rêve canadien» s'achever. «Je ne comprends pas comment les gens font pour vivre à Vancouver, dit-elle. À Hong Kong, la vie est chère, mais les salaires sont élevés. Ici, les emplois ne sont pas très bien rémunérés. Les gens doivent s'endetter massivement pour mener un train de vie normal. Ce n'est pas ce que nous voulons.» 50% de Detroit Malgré son emplacement unique et la beauté de ses environs, Vancouver a l'économie d'une métropole nord-américaine de taille modeste. L'économie de Vancouver représente moins de 50% de celle de Detroit, selon PricewaterhouseCoopers. Les salaires y sont inférieurs à ceux de Toronto. Pourtant, en 2011, le prix moyen des logements représente 9,5 fois le revenu moyen des ménages, un sommet au Canada. (Les économistes estiment que le marché est sain quand les logements représentent en moyenne trois fois le revenu moyen des ménages.) Bien des gens attribuent la hausse des prix aux Asiatiques fortunés qui investissent sur la côte Ouest. Or, «l'invasion asiatique» semble être largement un phénomène anecdotique: un récent rapport de l'Urban Futures Institute, une firme de recherche de Vancouver, montre que, sur les 55 512 maisons vendues répertoriées en 2010, 195 ont été achetées par des gens en provenance de l'extérieur du Canada. Cela représente 0,4% des acheteurs cette année-là, l'une des plus actives de la décennie pour le volume des ventes, note l'analyste Andrew Ramlo. «Nos données contredisent les histoires et anecdotes qui circulent à Vancouver, selon lesquelles la demande des investisseurs étrangers est le moteur de la hausse importante des prix de l'immobilier», observe-t-il. Qui plus est, pour la première fois depuis que les données ont commencé à être compilées, en 1972, Statistique Canada a noté une baisse de l'immigration internationale en Colombie-Britannique, dans le dernier trimestre de 2010. Au total, 7353 résidents non permanents ont quitté la province, renversant une tendance à la hausse observée depuis des décennies. Cette baisse est unique, et il est trop tôt pour savoir si elle se répétera en 2011. Doutes sur la «fièvre» Chose certaine, le coût de la vie est de plus en plus montré du doigt par les gens qui quittent Vancouver. L'auteure et traductrice Mariko McDonald a quitté la ville, il y a trois ans et demi, pour déménager à Montréal. C'est le prix des loyers qui lui a donné l'envie de partir. «Le coût des loyers a perdu tout lien avec les salaires, dit-elle en entrevue téléphonique. Je dépensais de 60 à 70% de mon salaire pour me loger. Sortir dans un bar ou au resto était impossible. Je ne voyais tout simplement pas d'avenir pour moi là-bas.» À Vancouver, soulever des doutes ou des inquiétudes sur l'explosion immobilière peut vous valoir l'étiquette de «dérangé». Si bien que les critiques ne font pas souvent entendre leur voix sur la place publique, ou dans les soupers de famille, mais plutôt sur le Net. L'un des sites les plus actifs est VREAA, pour Vancouver Real Estate Anecdote Archive (Archives des anecdotes sur l'immobilier à Vancouver). Ce forum recense les anecdotes rapportées dans les médias ou ailleurs, afin de bâtir une collection qui illustre l'euphorie qui balaie la ville. En entrevue, «Craig», fondateur de VREAA, dit tenir à garder l'anonymat afin de pouvoir s'exprimer librement sans nuire à ses relations d'affaires. «Je côtoie des gens aisés, dont plusieurs ont fait des investissements importants dans l'immobilier à Vancouver, dit-il. Dans mon milieu, lorsqu'on dénonce la frénésie et le doute de la justesse des prix, on est vu comme un idiot, un simple d'esprit.» Au cours de la dernière décennie, Vancouver a complètement changé, dit-il. Et ses citoyens aussi. «En l'an 2000, si j'avais dit à des amis que, dans 10 ans, ils auraient une hypothèque de 2 millions de dollars, ils auraient éclaté de rire. Aujourd'hui, c'est tout à fait normal. On promène le chien, et on voit des maisons banales annoncées à 2 millions, 3 millions... Les gens sont désensibilisés.» Selon lui, les taux d'intérêt extrêmement bas des dernières années, jumelés aux conditions de financement alléchantes offertes par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), ont généré une demande monstre qui s'est traduite par une hausse des prix. Avec moins de 600 000 habitants, Vancouver n'est pas une très grande ville, note-t-il. «Bien des gens ne voyagent pas et ne réalisent pas à quel point leur univers est complètement unique - et anormal.» Ceux qui le remarquent sont souvent les gens de l'extérieur. «Récemment, un ami professeur à l'Université de la Colombie-Britannique m'a confié que ses patrons ont du mal à recruter des professeurs des autres provinces et des États-Unis. Quand les gens voient le prix des maisons, ils ne veulent plus venir.» Pauvre, avec 500 000$ Pendant quelques années, Gord Goble a regardé avec amusement les prix grimper à Vancouver. Aujourd'hui, par contre, il ne rigole plus. Natif de Vancouver, l'investisseur et auteur dit avoir fait une bonne affaire en vendant sa maison, l'an dernier. Il explique candidement avoir fait un profit de 500 000$. Désormais, il loue un logement avec sa conjointe... et songe à quitter la ville. «Pour acheter une maison banale dans un quartier ordinaire, je devrais débourser plus de 1 million de dollars, dit-il. Je refuse de prendre part à cette absurdité. J'ai investi dans l'immobilier en Arizona, et j'ai tout vendu en 2005, juste avant la fin de la bulle immobilière. Quand je regarde Vancouver en 2011, je vois l'Arizona en 2005.» Vancouver est une ville où tout le monde semble vivre et prospérer grâce à la hausse de l'immobilier, dit-il. «Les gens expliquent la hausse en disant: Tout le monde veut vivre à Vancouver. Je m'excuse, mais c'est faux. Il pleut 8 mois sur 12 ici. J'aime vivre ici, mais je suis encore capable de garder mon esprit critique.» M. Goble et sa copine évaluent la possibilité de déménager à la campagne. «Dans les bouchons, c'est trois heures de route par jour pour aller au travail à Vancouver. Bien des amis à moi le font, mais ça ne m'intéresse pas beaucoup.» Il se trouve dans une situation ironique, dit-il. «Le Canada est immense. La Colombie-Britannique est immense. Nous faisons des salaires décents, mais nous ne pouvons pas vivre intelligemment dans notre propre ville.» *** Les villes les plus chères du monde 1. Luanda, Angola 2. Tokyo, Japon 3. N'Djamena, Tchad 4. Moscou, Russie 5. Genève, Suisse 6. Osaka, Japon 7. Zurich, Suisse 8. Singapour, Singapour 9. Hong Kong, Hong Kong 10. Saõ Paulo, Brésil 59. Toronto, Canada 65. Vancouver, Canada 79. Montréal, Canada Source : Enquête sur le coût de la vie dans le monde pour les expatriés, par la firme Mercer. 1 215 265$: LE PRIX MOYEN D'UNE MAISON UNIFAMILIALE 600 000: LE NOMBRE D'HABITANTS À VANCOUVER 9,5: LE PRIX MOYEN D'UN LOGEMENT ÉQUIVAUT À 9,5 FOIS LE REVENU MOYEN DES MÉNAGES 0,4% DES PROPRIÉTÉS ACHETÉES PAR DES ÉTRANGERS
  19. ``What happens in the next leg down? We obviously have a huge crisis in financial institutions, but the crisis in the economy is just beginning to be felt,'' Bonderman told a private equity conference in Hong Kong today. ``The global recession is likely to be a deep one and a prolonged one, not a V-shape, not a U-shape, more an L-shape one.'' The credit contagion that began with a surge in subprime mortgage delinquencies is driving the U.S., European and Japanese economies toward recession, and prompted China to unveil a $586 billion stimulus package. The International Monetary Fund last week predicted economic contractions next year in the U.S., Japan and the euro region, the first simultaneous recession since the end of World War II. David Rubenstein, the 59-year-old co-founder of Washington- based Carlyle Group, echoed Bonderman's pessimism. Rubenstein said at the Hong Kong conference that the recession will last for at least a year, and that U.S. unemployment may rise as high as 10 percent. U.S. housing prices may have ``a significant way'' to fall because they're still high by historical standards and sliding rents are reducing the allure of home ownership, said Bonderman, whose firm's funds oversee more than $50 billion. Prices `Way High' TPG's fourth buyout fund, launched in 2003, has delivered average annual returns of 31 percent, according to the California Public Employees' Retirement System, an investor in a number of TPG's funds. Home prices in 20 U.S. metropolitan areas slid 17 percent in August as foreclosures rose, according to the S&P/Case-Shiller price index. ``Housing prices are still way high by historical standards,'' Bonderman said.
  20. (Courtesy of The Globe and Mail) Nice to see where the majority of them end up.
  21. Bonjour a tous, je voulais juste vous faire un beubye depuis Hong Kong ou nous sommes arrives hier. Je vais continuer a suivre les developement sur MtlUrb attentivement. Un message pour Habsfan; on avait discute de la population respective de Montreal et Toronto. Me semblait bien que Toronto etait pas deux fois la population de Mtl. Selon Wiki: Toronto: - City 2,503,281 - Density 3,972/km² (10,287.4/sq mi) - Urban 4,753,120 - Metro 5,555,912 Montreal: - City 1,854,442 (Ranked 2nd) - Density 4,439/km² (11,496/sq mi) - Urban 3,316,615 - Metro 3,635,571 Cheers JC