Search the Community

Showing results for tags 'generation'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 15 results

  1. Les compagnies ont indiqué qu'elles oeuvraient toutes les deux à s'assurer de faire la transition vers la technologie de quatrième génération qui deviendra disponible début de l'année 2010. Pour en lire plus...
  2. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Génération_Y La génération Y regroupe des personnes nées approximativement entre le début des années 1980 et le début des années 2000. L'origine de ce nom a plusieurs attributions : pour les uns il vient du « Y » que trace le fil de leur baladeur sur leur torse ; pour d'autres ce nom vient de la génération précédente, nommée génération X ; enfin, il pourrait venir de la phonétique anglaise de l'expression « Y » (prononcer waɪ), signifiant « pourquoi » [N 1],[1]. D'autres termes équivalents existent, dont enfants du millénaire ou les diminutifs GenY et Yers. Les Américains utilisent également l’expression digital natives ou net generation pour pointer le fait que ces enfants ont grandi dans un monde où l'ordinateur personnel, le jeu vidéo et Internet sont devenus de plus en plus importants. L'usage de la notion de génération est consensuel en démographie mais pas dans les autres sciences sociales. Le lien entre appartenance générationnelle et comportements est controversé. Le succès de la notion de génération Y dans les entreprises prend appui sur le déphasage entre les besoins et attentes des jeunes de la génération Y et le mode de fonctionnement de l'entreprise. Le fossé générationnel s'expliquerait par une accélération du changement, l'apparition des NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication), une hiérarchisation différente dans les transmetteurs de valeurs. L'Église, l'armée voire la famille seraient moins influents que ne le seraient l'Internet, la télévision voire les réseaux relationnels. sent via Tapatalk
  3. Les ventes des disquaires en déclin 25 juin 2008 - 07h02 La Presse Hugo Fontaine Agrandir 48% des adolescents américains n'avaient acheté aucun disque compact en 2007, une hausse de 10 points en un an. Il ne reste plus que 1000 jours avant que le disque compact ne cède sa place de principal médium de musique au Canada. Selon une étude de la firme PricewaterhouseCoopers (PWC), la valeur des ventes de musique en ligne dépassera celle des ventes de CD en 2011. Dans son rapport annuel sur l'avenir des industries des médias et du divertissement, PWC prévoit que la «distribution physique» de musique passera de 572 millionsUS en 2007 à 236 millions US en 2012. Cela représente un déclin annuel de 16,2%. À l'inverse, la distribution numérique passera de 122 millions à 424 millions durant la même période, une hausse annuelle de 28,3%. Click here to find out more! «L'économie de la musique change, commente Georges Tremblay, vice-président, produits, chez DEP Distribution. Mais personne ne sait exactement quelle forme elle prendra.» «C'est clair que le format physique est en train de péricliter», ajoute M. Tremblay. De fait, les prévisions de PWC sont annoncées quelques semaines après qu'Apple eut dépassé Wal-Mart comme principal vendeur de musique aux États-Unis, selon des données du bureau d'audit américain NDP Group. Ce même groupe avait aussi dévoilé que 48% des adolescents américains n'avaient acheté aucun disque compact en 2007, une hausse de 10 points en un an. «La nouvelle génération n'apprend pas à acheter des disques, indique le propriétaire du disquaire indépendant L'Oblique, Luc Bérard. Je remarque que ma clientèle est plus vieillissante.» Le gérant de la boutique Cheap Thrills, Guy Lavoie, souligne que les prix de ses CD, neufs et usagés, ont baissé. «On achète et on vend moins cher, les disques ont perdu de la valeur», dit-il. L'engouement pour le téléchargement Chef disquaire au magasin d'usagé L'Échange, Denis Turp remarque que des gens viennent vendre toute leur collection de disques qu'ils ont numérisée. Il est peu probable que ces gens achètent de nouveau. «On voit que l'engouement pour le téléchargement est plus généralisé qu'il y a quelques années, dit M. Turp. Ce n'est plus seulement l'apanage de quelques initiés.» Luc Bérard fait d'ailleurs remarquer que, dans les grands magasins, le DVD gruge de plus en plus d'espace au détriment du CD. C'est également le cas dans des chaînes comme HMV, où le CD était autrefois roi et maître. Les disquaires plus spécialisés croient malgré tout pouvoir se tirer d'affaire. «Les ventes baissent peut-être moins vite que dans les grands magasins, parce que nous avons un marché plus ciblé», soutient Luc Bérard, qui se concentre davantage sur la musique indépendante. «Dans ce créneau, c'est une autre mentalité. La clientèle est plus susceptible d'acheter.» L'avenir du CD Même s'il est en perte de vitesse, le CD ne disparaîtra pas de sitôt. Le Québec est d'ailleurs la province où il se vend le plus de disques par habitant. Ce qui fait dire à Georges Tremblay que la prévision de PWC est peut-être un peu trop précoce dans le cas de la Belle Province. «Au Canada anglais, le numérique représente presque 10% des revenus, mais c'est cinq fois moins au Québec.» Il reste encore de bonnes raisons d'acheter un CD, font valoir les acteurs de l'industrie. «Les pochettes sont de plus en plus intéressantes et les prix descendent», dit Simon Fauteux. Raymond Trudel, propriétaire du disquaire Atom Heart, est du même avis. «Le prix des CD baisse tout le temps, alors que les téléchargements ne sont pas nécessairement bon marché.» «Peut-être que le médium physique n'aura plus sa raison d'être pour la jeune génération, mais la génération des 40-50 ans va toujours rechercher l'objet physique, résume Denis Turp. On peut le voir dans le retour du vinyle.» Le retour en force du vétéran 33 tours est un phénomène relevé par tous les disquaires joints par La Presse Affaires. De plus en plus de mélomanes recherchent ce support, ce qui laisse croire que le CD pourrait avoir un avenir semblable. «Le CD va descendre pendant encore cinq à 10 ans, prévoit Guy Lavoie, de Cheap Thrills. Je pense que ça va remonter un peu après. Mais ce ne sera plus jamais la même chose.» http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080625/LAINFORMER/806250905/5891/LAINFORMER01/?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=LPA_S_INFORMER
  4. Pour la période de trois mois terminée le 30 juin dernier, OPG a enregistré un bénéfice net de 99 M$, contre un montant de 125 M$ obtenu un an plus tôt. Pour en lire plus...
  5. http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2016/06/25/006-brexit-jeunesse-colere-referendum-royaume-uni-union-europeenne.shtml International La grande désillusion des jeunes Britanniques Publié le samedi 25 juin 2016 à 21 h 27 Le reportage de Jean-François Bélanger Disparités entre les classes sociales, opposition entre les régions... et choc des générations : les résultats du référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) mettent en lumière d'importantes divisions au sein de la société britannique. Des jeunes, en colère, sont convaincus d'avoir été trahis par leurs élites. Un texte de Vanessa DestinéTwitter Courriel Pour beaucoup de jeunes Britanniques, le réveil a été brutal le 24 juin. La victoire du camp pro-Brexit leur laisse un goût amer auquel se mêlent également l'incompréhension et la peur. Environ 75 % des 18 à 24 ans ont donné leur appui au camp « rester » contre 39 % des 65 ans et plus, selon un sondage du groupe YouGov, réalisé après la fermeture des bureaux de vote. Le camp « Partir » a finalement remporté la victoire avec 52 % des voix. Incertitude économique De nombreux jeunes redoutent les conséquences du Brexit sur leur génération. Des inquiétudes relatives aux contrecoups économiques ont régulièrement été soulevées au cours des derniers jours. Les souvenirs de la crise financière de 2008 restent particulièrement vifs dans l'esprit de bien des jeunes interviewés par les médias britanniques. Selon une étude de l'Institute for Fiscal Studies, un groupe de recherche anglais, même si tous les groupes d'âge ont vu leurs revenus fondre au cours de la crise de 2008, les personnes âgées de 30 ans et moins sont celles qui ont subi les impacts les plus importants. Les jeunes Britanniques craignent qu'une situation similaire se reproduise avec les résultats de vendredi. C'est notamment le cas de Megan Dunn, de l'Union nationale des étudiants, une organisation qui représente près de 600 associations étudiantes. Elle croit que le résultat « aurait des conséquences importantes sur les étudiants et leur futur ». Dans une lettre ouverte envoyée à David Cameron quelques heures avant sa démission, Mme Dunn soutient que « la voix des jeunes devait dorénavant être plus entendue et représentée dans les étapes à venir » pour officialiser la sortie du Royaume-Uni. Nous savons que cette décision affectera plus les jeunes que tous les autres groupes et il serait mal avisé que les générations plus âgées dominent la conversation et les décisions. Un extrait de la lettre de Megan Dunn Une autre inquiétude soulevée par la victoire des troupes de Nigel Farage, chef du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, est celle de la normalisation des discours nationalistes de droite. Pour des sympathisants du camp « rester », la décision de sortir de l'UE repose, entre autres, sur des courants xénophobes. Ils craignent de voir leur pays se refermer sur lui-même et que leur gouvernement soit moins enclin à accueillir des réfugiés. Réactions sur les réseaux sociaux De nombreux jeunes internautes se sont emparés des réseaux sociaux pour partager leurs émotions. Sur Twitter notamment, les mots-clics #NotInMyName (pas en mon nom), #IVotedRemain (j'ai voté pour rester) et #WhatHaveWeDone (qu'avons-nous fait) réunissent des membres des générations Y et Z, mais aussi de jeunes parents issus des X, qui se disent inquiets pour l'avenir de leurs enfants. La jeunesse britannique ne mâche pas ses mots envers ses aînés. Certains de ses représentants vont même jusqu'à accuser les baby-boomers d'avoir carrément hypothéqué leur futur. « Je suis tellement en colère. Une génération qui s'est tout fait donner : l'éducation gratuite, des fonds de pension dorés, une grande mobilité sociale. [Cette génération] a voté pour arracher tout futur à la mienne », écrit Adam Newman, un résident de Bristol, sur Twitter. « Je me suis endormi au 21e siècle. Je me suis réveillé dans une espèce de cauchemar d'extrême droite à l'accent médiéval. Je m'inquiète pour l'avenir de mes enfants », écrit pour sa part Frazer Lee. « Rendu là, je préférerais faire partie seulement de l'Union européenne plutôt que du Royaume-Uni », dit Leigh. « Honnêtement, je n'ai jamais été aussi dégoûtée des Anglais. Le racisme, la peur et l'ignorance ont gagné », a partagé Kate Llewellin. À quelle génération appartenez-vous? Pour la plupart des sociologues, les baby-boomers regroupent les individus nés entre 1947 et 1966. La génération X englobe les individus nés entre 1967 et 1981 et celle des Y, les individus nés en 1982 et 1996. Finalement la Z représente les personnes nées à partir de 1996. L'appellation millenials ou génération du millénaire en français, regroupe quant à elle les individus des générations Y et Z. Avec CBC et CNN
  6. Here we go Scoop Time!!!!...I checked in google so I hope it's a real scoop. Anyways enjoy. Prochainement édifié sur Côte-de-Liesse, à l'angle de l'autoroute Décarie, Campus 54 offre plus de 700 000 pieds carrés d'espaces locatifs. Projet phare dans le développement du quartier industriel de Ville Mont-Royal, Campus 54 est un leader en termes de nouvelle génération d'espaces à bureaux en Amérique-du-Nord. À contre-courant des immeubles ordinaires, le complexe s'inspire du style de vie de la génération Y.* Situé à proximité du réseau de transport collectif et des grands axes routiers, Campus 54 est un véritable oasis urbain pour les employés où le travail rime avec partie de plaisir: - bureaux modernes et aérés; - nombreuses aires communes, tel que cafés, lounges,*restaurants;* - salle de gym; - terrasse et potager sur le toit;* - service de buanderie; - et bien d'autres avantages jouissifs. from the architects Pelletier de Fontenay http://campus54.com/swf/ http://http://campus54.com/ :shhh::shhh::shhh:
  7. Source: Montreal Gazette Immigration in Canada by the numbers By Kirsten Smith, Postmedia News The proportion of foreign-born population in G8 countries and Australia (reported statistically) Japan — 1.0 per cent (2000) Italy — 8.0 per cent (2009) Russia — 8.2 per cent (2002) France — 8.6 per cent (2008) United Kingdom — 11.5 per cent (2010) United States — 12.9 per cent (2010) Germany — 13 per cent (2010) Canada — 20.6 per cent (2011) Australia — 26.8 per cent (2010) Recent immigration (2006 to 2011) Canada — 1.2 million Toronto — 381,745 Montreal — 189,730 Vancouver — 155,125 Calgary — 70,700 Edmonton — 49,930 Winnipeg — 45,270 Ottawa-Gatineau — 40,420 Saskatoon — 11,465 Windsor — 9,225 Regina — 8,150 The make-up of first-, second- and third-generation immigrants compared to total population: First generation (born outside Canada): 7.2 million or 22 per cent Of them: • 93.3 per cent immigrants • 4.9 per cent foreign students and foreign workers • 87,400 were born outside Canada to parents who are Canadian Second generation (born in Canada but at least one parent was born abroad): 5.7 million or 17.4 per cent • 54.8 per cent said both their parents were born outside Canada • B.C. was home to the most second generation residents 23.4 per cent • 3 in 10 second-generation residents were a visible minority Third generation (born in Canada, both parents also born in Canada): 19.9 million or 60.7 per cent Read more: http://www.canada.com/Immigration+Canada+numbers/8354135/story.html#ixzz2SiAN7sP2
  8. Une nouvelle génération de commerçants a choisi de s'établir dans le district Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Pourtant le quartier est loin d'être devenu le nouveau Plateau Mont-Royal, au grand bonheur des commerçants. http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2013/04/06/002-hochelaga-maisonneuve-quartier-montreal.shtml Can someone explain to me this "anti-gentrification" rule the mayor mentions?
  9. Le président des États-Unis donne son accord au plan de sauvetage présenté comme le plus ambitieux en une génération, au beau milieu d'une crise qui secoue le secteur. Pour en lire plus...
  10. Video games: the next generation By Marc Cieslak Reporter, BBC Click The video games industry is obsessed with the phrase "next generation", but what does it actually mean? What can gamers expect from any game given that name? It would be easy to dismiss the next generation gaming experience as simply eye candy. Every single thing in the city can be grabbed, climbed on, jumped from Jade Raymond, Ubisoft producer The latest games all look great but the potential offered by the processing power of consoles such as the Xbox 360 and PS3 does not end there. They also give developers a wealth of new gameplay possibilities. At Ubisoft's Montreal studio, a team of 300 designers, programmers and artists have spent four years developing Assassin's Creed, a next generation medieval action adventure. "A lot of people have heard the term 'next gen game' thrown around and so far what we've seen as far as next gen games mostly means better quality graphics," said Ubisoft producer Jade Raymond. "So you've seen in fighting games where boxers are up close, you get more detail on the facial animation. Or in car racing games it looks exactly like the car, and you get more shiny cars and the environments are more realistic. "But for me personally, next gen game had to mean new types of gameplay." Assassin's Creed is set during the Crusades and the action takes place in three huge cities. Each is populated with thousands of computer controlled characters. Players can take Altair, the character they control, anywhere in the city. "We made this rule and gave ourselves the challenge to try and make huge cities that are completely interactive, which means that every single thing in the city can be grabbed, climbed on, jumped from," said Ms Raymond. "Which means that we created tools to be able to recognise the 3D models and automatically generate interactive edges on everything." Lego blocks The gaming environment took so long to develop because everything that sticks out of a wall more than two inches can be an anchor point for Altair. Bumping into people affects the direction of the main character "Our challenge was to make it readable for the player as we're using games to see the level design ingredients or the game designer path," said creative director Patrice Desilets. "This time there is no path whatsoever." Vincent Pontbriand, Ubisoft associate producer, said: "In a regular, more linear, game what you would do is create game levels. In our case, since it involved cities in which you could travel anywhere, we quickly realised it was going to be impossible to customise the entire city that way, polygon by polygon. "So what we did was we created a bank of objects, what we call a Lego system, and this allowed us to produce the first templates for the cities quickly by adding and removing blocks. "Then we were able to do the same things with objects and eventually with the characters and the population itself." While larger environments that allow the player more freedom are certainly a bonus, there is still more to be done before a game can earn that next gen title. Background characters Probably one of the biggest challenges facing games is to make computer controlled characters more lifelike. This is where the hardware buried inside the latest consoles proves so useful. "The tendency in technology is to move towards multi-core, multi CPU type of machines," explained AI programmer Matthieu Mazerolles. "What this means is instead of having just one processing unit you literally have several, sometimes up to a dozen all within the same box. More than 200 models were used as the templates for characters "What this allows us to do is to take all of the calculations, which are highly complex, that go into making the AI seem alive, and distribute these across many different processors." Said Ms Raymond: "We worked on this whole kind of physics systems for when you bump into people and push them out of the way, so that tactile thing really felt real. "So bumping into a group of people will make you fall over, running full force into a small woman will knock her over." One of the tools the company has worked on is something which generates crowds of diverse people. "For NPCs we have hundreds and hundreds of different looking characters, that were the templates we used to create our initial models," said Mr Pontbriand. "But then we created our own technology to take those templates, cut them down into pieces and then, with the technology, added the ability to randomise between skin colour, clothes, hair colour. "We ended up with a multiplying factor, so these sketches that became models ended up producing thousands of different variations in game." 'A player's story' Increased production values, emotional involvement, environments that have more bearing on the world - could all of these elements help shift games from what many perceive to be a marginalised ghetto into the mainstream? "As an entertainment medium, games are really just scratching the surface," said Ms Raymond. "I think we are at where we were with film when we made the transition from silent films to films that were telling a story with sound and dialogue. "We are just at the point of discovering what we can do with interactivity and what's an interactive story where you are creating a story for players, but it really has to become the player's story." Said Mr Desilets: "I strongly believe the more we go on with next gen the less we will see video game rules apparent, they will be more and more hidden and the experience will be a lot more immersive because you won't see the video game rules that only gamers really like."
  11. MONTREAL, May 7 /CNW Telbec/ - The media are invited to attend the inauguration of the new Canadian head office of Voith Siemens Hydro Power Generation. The inauguration will be held under the patronage of the Consul General of the Federal Republic of Germany in Montreal Mr. Jvrg Metger, and in the presence of the President and Chief Operating Officer of Voith Siemens Hydro Power Generation Canada Mr. Denys Turcotte and the members of the Management Board of the Voith Siemens Hydro Power Group, Dr. Hubert Lienhard, Dr. Siegbert Etter, Mr. Egon Krdtschmer, and Mr. Jurgen Sehnbruch. << Date: Wednesday, May 9, 2007 Time: 6 to 8 pm Speeches begin at 6:30 pm Location: Voith Siemens Hydro Power Generation 9955 avenue de Catania, suite 160 Brossard, Québec Media who wish to attend must confirm by telephone at 514 844-7338 or 514 943-6557. >>
  12. I'm looking for a song which its lyrics says : In Montreaaaaaaaaaal. Sing a man (like Frank Sinatra- the same voice, more or less) , and it belongs (I think) to the same generation. I know is not easy (or yes, it depoends) I would like you could help me. MERCI!!!!
  13. Montreal projects get $17M The Gazette Published: Monday, June 16 International Science and Technology Partnerships Canada Inc. today announced $17 million in research and development funding to support three Montreal-based projects involving Canadian and Indian companies. Beneficiaries include CAE Inc., Pratt & Whitney Canada Corp. and McGill University, according to an announcement today by Foreign Affairs Ministers David Emerson. The three projects include the application of biofuels for aviation, the design and development of a new generation of regional transport aircraft and an improved system for storing dangerous materials in aboveground tanks. "Our government understands the importance of establishing international research partners and the critical role science and technology plays in the new economy," said Emerson. "These joint projects will enhance the collaboration between our scientists and commercialize their discoveries." http://www.canada.com/montrealgazette/news/business/story.html?id=d92f9f3c-9ed2-48f3-a340-ded06146a499