Search the Community

Showing results for tags 'fonctionnement'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 8 results

  1. Publié le 08 mai 2009 à 07h50 | Mis à jour à 07h50 Réparer Montréal Nathalie Collard La Presse On dit que Montréal est ingouvernable. Que c'est une ville difficile à gérer parce qu'elle est dirigée par 19 maires. Que les arrondissements ont trop de pouvoirs. Ce sont des récriminations qu'on entend depuis plusieurs années déjà et qui expliqueraient l'immobilisme actuel de la métropole. Le temps est venu d'analyser la situation et de poser un diagnostic objectif sur les structures de gouvernance de Montréal. Dans les années récentes, plusieurs suggestions ont été émises. Du côté de Vision Montréal par exemple, Benoit Labonté propose entre autres de centraliser les services d'urbanisme et de déneigement et de retirer aux arrondissements le pouvoir d'imposer une surtaxe. Le maire de l'arrondissement Ville-Marie souhaite également rétablir l'équité entre les arrondissements. À Projet Montréal, on est plus radical. Dans un mémoire déposé dans le cadre du projet de loi 22, en novembre 2007, le parti dirigé par Richard Bergeron proposait l'abolition du conseil d'agglomération (qui serait remplacé par un conseil municipal élargi) ainsi que la disparition pure et simple du comité exécutif (qu'on remplacerait par des commissions comme dans certaines villes canadiennes). Certains, comme le conseiller Cosmo Maciocia ou le pdg de Juste pour rire, Gilbert Rozon, proposent de réduire le nombre d'arrondissements (M. Rozon est également adepte de la centralisation) alors que d'autres fantasment et rêvent de revenir à l'époque d'avant les fusions. On le voit, les solutions vont dans tous les sens. D'où l'urgence de mettre sur pied un groupe de travail qui étudierait la situation actuelle. Il n'est pas question de tout effacer et de recommencer à zéro, mais bien de proposer des modifications qui permettraient une meilleure gestion de la Ville ainsi qu'une meilleure prise de décision. Avant d'arriver à l'étape des solutions, il faut d'abord brosser un tableau clair de l'administration municipale. Qui comprend vraiment le fonctionnement de Montréal aujourd'hui? On ne sait plus qui est responsable et imputable au sein de cette administration. On entend souvent dire que personne n'a envie de se lancer dans un débat de structures, que les Montréalais n'ont pas envie d'entendre parler de gouvernance. Cette attitude est non seulement réductrice, elle est dommageable pour Montréal. S'il est vrai que les problèmes de gouvernance expliquent l'inertie actuelle, alors la métropole ne peut plus se payer le luxe de remettre ce débat à plus tard. Si l'absence de leadership montréalais est due, en partie, aux problèmes de structures, alors réglons-les. Pour pouvoir réparer Montréal, il faut que la ministre des Affaires municipales nomme rapidement un groupe de travail à qui on confierait le mandat d'examiner en profondeur la gouvernance de la Ville de Montréal et d'émettre une série de recommandations objectives et non-partisanes. La gouvernance doit également figurer au nombre des enjeux qui seront débattus durant la campagne électorale qui s'amorce. Les partis doivent s'engager à améliorer le fonctionnement de la Ville. L'équipe choisie pour diriger Montréal le 1er novembre prochain pourra s'appuyer sur les conclusions du groupe de travail pour apporter des changements. Louise Harel disait récemment qu'elle avait «mal à sa ville». Elle n'est pas la seule. Bon nombre de Montréalais ont l'impression de ne plus comprendre leur ville. Il est temps de se mettre à la tâche. [email protected]
  2. Un groupe de consommateurs d'électricité, qui s'estiment lésés, remet en cause devant la Cour supérieure le fonctionnement d'Hydro-Québec, qu'ils dénoncent comme une fiction juridique. Pour en lire plus...
  3. <header style="box-sizing: border-box; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Verdana, Geneva, sans-serif; font-size: 13px; line-height: 16.260000228881836px;">http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/409493/montreal-veritable-panier-perce Montréal, véritable panier percé </header>29 mai 2014 |Karl Rettino-Parazelli | Actualités économiques <figure class="photo_paysage" style="box-sizing: border-box; margin: 0px; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Verdana, Geneva, sans-serif; font-size: 13px; line-height: 16.260000228881836px;"><figcaption style="box-sizing: border-box; font-size: 0.846em; line-height: 1.2em; padding: 2px 0px 15px;">Photo : Jacques Nadeau - Archives Le DevoirEntre 2007 et 2012, la population de Montréal a augmenté de 4 %, tandis que les dépenses de fonctionnement de la Ville ont progressé de 23 %</figcaption></figure><section class="retenir retenir_paysage" style="box-sizing: border-box; width: 230px; font-family: Georgia, 'Times New Roman', Times, serif; line-height: 1.2em; padding: 15px; color: rgb(28, 30, 124); float: left; margin-right: 20px; margin-bottom: 10px; margin-top: 10px; font-size: 13px; background-color: rgb(239, 239, 242);">À consulter: le rapportRegard sur les dépenses municipales au Canada</section>Montréal figure parmi les villes les plus dépensières du Canada. Le rythme de croissance des dépenses de la métropole québécoise est largement supérieur au niveau de progression de sa population, ce qui a une incidence directe sur l’impôt foncier des contribuables, déplore la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Entre 2007 et 2012, la population montréalaise a augmenté de 4 %, tandis que les dépenses de fonctionnement de la Ville — ajustées en fonction de l’inflation — ont progressé de 23 %, indique une étude publiée mercredi par la FCEI. Cette hausse des dépenses presque six fois supérieure à la croissance démographique classe Montréal parmi les quatre villes canadiennes qui dépensent le plus en fonction de leur population, aux côtés de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, d’Halifax et de Victoria. Au cours de la même période, la Ville de Québec n’a fait guère mieux : ses dépenses ont été quatre fois supérieures à sa croissance démographique. «Aucune des municipalités analysées n’a su restreindre l’augmentation de ses dépenses au niveau de l’inflation et de la croissance démographique, écrit l’auteure de l’étude, Nina Gormanns. Au fil des dix dernières années, elles ont toutes systématiquement dépensé nettement plus que le niveau raisonnable.» Si elles avaient été redistribuées à travers le pays, les dépenses de fonctionnement « excédentaires » des douze dernières années, c’est-à-dire celles qui ont été supérieures au rythme de l’inflation et de la croissance démographique, auraient permis à chaque ménage canadien de toucher plus de 7800 $. Selon la même logique, les ménages montréalais auraient empoché quelque 2150 $ entre 2007 et 2012. «Les taxes et les frais servant à financer ces dépenses excessives font peser un fardeau indu sur les PME et nuisent au développement des communautés», juge Mme Gormanns. Voilà pourquoi la FCEI recommande aux villes de maintenir la hausse des dépenses de fonctionnement au niveau de l’inflation et de la progression de la population, ou à un niveau inférieur. Elle demande également aux gouvernements fédéral et provincial de«geler» le financement accordé aux municipalités jusqu’à ce qu’elles atteignent ce seuil. Il s’agit d’un objectif ambitieux mais réaliste, affirme Simon Gaudreault, économiste à la FCEI. «Les villes québécoises pourraient par exemple s’inspirer de villes comme Ottawa ou Toronto, qui ont réussi à contenir leurs dépenses au cours des deux dernières années.» Masse salariale Sans grande surprise, la rémunération des employés municipaux est la principale responsable de ces dépenses à la hausse. Dans le cas de Montréal, les salaires et les différents avantages sociaux des fonctionnaires, incluant le coût des régimes de retraite, ont correspondu en moyenne à 58 % des dépenses de fonctionnement totales de la métropole entre 2007 et 2012, révèle le rapport. Selon les données budgétaires de la Ville, cette réalité s’est traduite par une forte augmentation de la masse salariale entre 2009 et 2014 : un bond de 650 millions de dollars, de 1,8 à 2,5 milliards. «Lorsque plus de la moitié de vos dépenses de fonctionnement sont liées à la rémunération et que celle-ci est plus généreuse que ce qui est offert sur l’ensemble du marché du travail dans le secteur privé, ce n’est pas étonnant d’observer des dépenses qui sont hors de contrôle», affirme M. Gaudreault. Aux yeux de la FCEI, les villes n’ont donc pas à se plaindre d’un manque de revenus. Elles n’ont qu’à freiner leurs dépenses. «Ça prend une volonté politique pour ne pas choisir la voie facile qui est d’augmenter le fardeau fiscal des contribuables plutôt que de négocier plus fermement avec les syndicats. Mais je pense que le contexte politique se prête bien à cela», souligne l’économiste, en mentionnant le débat à venir sur les régimes de retraite des employés municipaux. Après l’initiative péquiste, le gouvernement libéral reviendra bientôt à la charge avec le dépôt d’un projet de loi pour baliser la négociation de ces régimes entre les municipalités et leurs employés. Sur une note plus positive, le regroupement des PME canadiennes salue la volonté du maire de Montréal, Denis Coderre, de supprimer au moins 2200 postes d’ici 2018 en misant essentiellement sur le remplacement d’un seul employé partant à la retraite sur deux. Au moment de l’annonce de cette mesure en avril, syndicats et maires d’arrondissement ont fait valoir que cette décision affecterait les services offerts à la population.
  4. Ingénierie - À la traque des défaillances catastrophiques Le Devoir Claude Lafleur Édition du samedi 02 et du dimanche 03 mai 2009 Mots clés : Acfas, Sofiene Tahar, Ingénierie, Science, Université, Canada (Pays) Tout ce que vous avez toujours voulu savoir à propos de la « Formal Probabilistic Analysis Using Theorem Proving » La fusée Ariane 501 photographiée peu avant d'être installée sur son aire de lancement en juin 1996. Ariane 501 a explosé 40 secondes après son décollage, victime d'une panne de son système de navigation, ce qui a entraîné la perte des quatre satellites Cluster, d'une valeur de 370 millions de dollars. Photo: Agence France-Presse Toute machine complexe, tel un avion ou un réacteur nucléaire, est susceptible de connaître une défaillance catastrophique. Or, malgré toutes les études, analyses, vérifications et simulations, il est impossible de repérer toutes les possibilités de scénarios catastrophiques. C'est pourtant le défi que relève un chercheur de l'Université Concordia, qui imagine diverses méthodes pour y parvenir. «Ce que nous faisons dans notre laboratoire, c'est essayer de repérer tous les scénarios possibles pour ne pas en échapper un qui soit catastrophique», indique Sofiene Tahar, ingénieur en électronique et en informatique, qui dirige l'équipe de 25 chercheurs du Hardware Verification Group de l'Université Concordia. Son domaine de recherche touche tous les systèmes présents dans notre vie, des réseaux de communication sans fil aux avions, en passant par les logiciels et les puces électroniques. «Je me passionne pour le fonctionnement des systèmes, qu'il s'agisse de logiciels ou de matériels», dit-il avec enthousiasme. D'origine tunisienne, Sofiene Tahar a entrepris ses études universitaires en Allemagne avant de venir les compléter ici. «J'ai passé dix ans en Allemagne et je voulais acquérir une expérience nord-américaine, dit-il. En 1995, je suis donc venu réaliser un postdoc à l'Université de Montréal puis, l'année suivante, j'ai décroché un poste de professeur à l'Université Concordia. Je suis donc demeuré à Montréal..., ce que je ne regrette surtout pas!» Pour sauver Ariane Aurait-on pu sauver Ariane 501? M. Tahar s'émerveille devant la complexité des systèmes que l'industrie développe de nos jours. «Prenez par exemple le microprocesseur Pentium d'Intel, dit-il. Celui-ci contient plus d'un milliard de transistors! On a donc la technologie pour fabriquer ce genre de "monstres", mais comment s'assurer qu'il fonctionne correctement?» Or, justement, l'industrie de la microélectronique et du logiciel consacre environ 70 % de ses ressources à vérifier la fiabilité de ses produits (et 30 % à leur conception). «Pour l'essentiel, on a recours à des techniques de simulation, remarque-t-il. On essaie de simuler les principaux scénarios de fonctionnement, mais il est impossible de reproduire tous les cas imaginables, puisque cela prendrait des milliards d'années.» Son équipe cherche par conséquent à concevoir diverses autres techniques de repérage systématique des failles en recourant notamment à des méthodes de raisonnement mathématiques. Elle conçoit entre autres des logiciels qui appliquent systématiquement cette démarche de raisonnement mathématique. «On obtient de la sorte une couverture exhaustive de tout ce qui est possible», indique le chercheur. Pour illustrer son approche, il évoque le grave accident survenu lors du premier tir d'une fusée Ariane V, en juin 1996. Cette Ariane 501 a explosé 40 secondes après son décollage, victime d'une panne de son système de navigation, ce qui a entraîné la perte des quatre satellites Cluster, d'une valeur de 370 millions de dollars. Les enquêteurs ont par la suite découvert que, parmi les milliers de lignes de code des logiciels contrôlant les ordinateurs de bord, une petite série avait été mal conçue. Selon un rapport de la NASA, le genre de méthode préconisée par Sofiene Tahar aurait probablement pu détecter la faille avant le tir de la fusée. Collaborations De fait, les travaux de l'équipe Tahar intéressent tellement les entreprises que, «chaque fois que nous obtenons des résultats intéressants, cela donne lieu à des collaborations avec des firmes à travers le monde», rapporte M. Tahar. C'est ainsi que son groupe travaille actuellement dans le cadre de trois partenariats, l'un avec la firme Erikson, de Montréal, un autre avec STMicroelectronics (le plus grand fabricant microélectronique en Europe) et un troisième avec Huway (le numéro un chinois des systèmes électroniques). «On essaie d'appliquer diverses techniques pour aider les industriels à vérifier leurs systèmes.» C'est ainsi que, il y a quelques années, l'équipe a scruté une composante électronique fabriquée par la société PMC-Sierra, l'un des grands fournisseurs de semi-conducteurs utilisés dans une foule d'équipements de communication. «Grâce à l'une de nos nouvelles techniques, basée sur des méthodes formelles, nous avons découvert une défaillance dans l'un des modes de fonctionnement du circuit électronique, raconte M. Tahar. Sur le coup, l'entreprise ne nous a pas crus, elle a donc refusé nos conclusions... mais elle a par la suite compris que nous avions raison.» De la probabilité à la certitude Prévoir les aléas de l'environnement? À l'occasion de sa présentation au congrès de l'ACFAS (lundi midi), M. Tahar traitera de l'application de la théorie des probabilités à l'identification des failles dans les systèmes. «C'est un domaine de recherche que nous avons commencé à explorer il y a quatre ans, précise-t-il. On a fait l'observation que beaucoup de systèmes ont un comportement probabiliste... Pensons simplement à la variation des conditions météorologiques; lorsqu'on place un système quelconque dans un environnement physique, il y a beaucoup de comportements qui dépendent de probabilités. Nous nous intéressons à la vérification des systèmes probabilistes, c'est-à-dire que ce n'est pas seulement le fonctionnement du système qu'il faut vérifier, mais son comportement probabiliste.» Cette démarche intéresse au plus haut point plusieurs autres chercheurs autant que des industriels. C'est ainsi que deux professeurs émérites de l'Université de Cambridge, en Grande-Bretagne, ont l'intention d'appliquer les méthodes mises au point par l'équipe de Concordia à un ensemble de domaines, notamment les télécommunications, la conception de logiciels, l'aviation et l'automobile. Par ailleurs, un gestionnaire de Rockwell Collins (un géant de l'avionique) a été si impressionné, lors de sa visite des laboratoires de M. Tahar l'été dernier, qu'il désire absolument collaborer avec lui. «Les choses vont vraiment très vite pour nous!», remarque Sofiene Tahar avec enthousiasme. *** Collaborateur du Devoir *** - «Formal Probabilistic Analysis Using Theorem Proving», le lundi 11 mai à 15 heures. http://www.ledevoir.com/2009/05/02/248474.html (2/5/2009 9H07)
  5. Universités - Le Québec est en queue de peloton au chapitre du revenu par étudiant Brigitte Saint-Pierre Édition du samedi 15 et du dimanche 16 août 2009 Le Québec est l'une des provinces canadiennes où les universités disposent du revenu par étudiant le moins élevé. Selon Heather Munroe-Blum, présidente de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), cette situation ne peut qu'affecter la qualité et l'accessibilité de l'enseignement universitaire. Bien que des progrès aient été réalisés au cours des dernières années, les universités québécoises continuent de souffrir d'un sous-financement important par rapport aux universités des autres provinces canadiennes, affirme Heather Munroe-Blum, présidente de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), qui est également principale et vice-chancelière de l'Université McGill. Selon des données compilées par l'Association canadienne du personnel administratif universitaire (ACPAU), en 2006-2007, le Québec était, après le Manitoba, la province canadienne où les universités disposaient du revenu de fonctionnement par étudiant (équivalent temps plein) le plus bas. L'ACPAU inclut dans le revenu de fonctionnement à la fois les subventions de fonctionnement provenant des gouvernements provinciaux, les droits de scolarité et les autres droits. Selon la CREPUQ, différents partenaires doivent prendre part au financement des universités québécoises: le gouvernement, les étudiants ainsi que la communauté philanthropique, les diplômés et les entreprises. Chacun de ces partenaires devrait fournir un apport financier concurrentiel par rapport à celui de leurs homologues des autres provinces canadiennes, estime Mme Munroe-Blum. La présidente de la CREPUQ souligne que, jusqu'à récemment, le financement par étudiant qu'offrait le gouvernement québécois était élevé par rapport à celui en vigueur dans les autres provinces canadiennes. «Maintenant, des gouvernements provinciaux ont rattrapé le Québec, et certains l'ont même dépassé», dit-elle. Terre-Neuve-et-Labrador et l'Île-du-Prince-Édouard ont ainsi dépassé le Québec et l'Alberta s'en approche. «Les étudiants, qui sont les principaux bénéficiaires, paient les droits de scolarité les moins élevés [au Canada], ajoute Mme Munroe-Blum. Et, au Québec, les entreprises et les diplômés, qui bénéficient également du fait d'avoir une population hautement scolarisée, ne soutiennent pas autant les universités que les entreprises et les diplômés ailleurs au pays.» La FQPPU déplore La Fédération québécoise des professeures et professeurs d'université (FQPPU) évoque elle aussi «le sous-financement chronique des universités», en particulier depuis le milieu des années 1990. Le gouvernement fédéral avait alors réduit de façon importante les transferts destinés à l'enseignement postsecondaire. «Bien qu'il y ait eu un réinvestissement des gouvernements au début des années 2000, la situation perdure, affirme Max Roy, président de la FQPPU. Le financement reste insuffisant. Et, en fait, il est inadéquat pour que soit pleinement accomplie la mission des universités.» M. Roy déplore que des fonds soient accordés en fonction de priorités adoptées par les gouvernements, qui ne correspondent pas toujours à celles des universités. «La mission sociale de l'université est très souvent négligée par rapport à la dimension de développement économique», affirme-t-il. Selon la FQPPU, il manque 1000 professeurs dans les universités québécoises. Cette situation est attribuable au sous-financement des établissements, estime M. Roy. La FQPPU souligne que le nombre de professeurs n'a pas crû au même rythme que celui des étudiants. Le sous-financement des universités a aussi pour effet d'inciter les directions d'établissement et les professeurs à consacrer du temps et des efforts importants à chercher des fonds externes, ajoute M. Roy. Selon lui, il place également les universités en concurrence les unes avec les autres et les pousse à tenter d'attirer un plus grand nombre d'étudiants. «C'est une attitude qu'on pourrait qualifier de recherche de clientèle.» La FQPPU plaide pour la tenue d'états généraux sur l'université québécoise et pour un réinvestissement dans l'embauche de professeurs. La FEUQ défend l'accessibilité De son côté, la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) propose différentes avenues pour contrer le sous-financement des universités. L'une d'entre elles consisterait en un investissement plus important de la part de l'État québécois. La FEUQ fait remarquer que Québec a choisi en 2007 de consacrer à des baisses d'impôt les 700 millions de dollars transférés par Ottawa. Elle souligne que le gouvernement québécois n'a pas non plus d'entrée de jeu profité de la baisse de la TPS pour hausser la TVQ. «Cela a privé le Québec d'énormément d'argent. Cet argent aurait pu être utilisé notamment en éducation», estime Jean Grégoire, président de la FEUQ. Selon lui, il faudrait également développer une plus grande culture de la philanthropie au Québec. La FEUQ propose ainsi d'augmenter la subvention de contrepartie. «Actuellement, le gouvernement verse 25 cents pour chaque dollar de don. On demanderait que ce soit 1 $ du gouvernement pour 1 $ en philanthropie.» La FEUQ souhaite également que le gouvernement fédéral augmente le montant du Transfert canadien en matière de programmes sociaux (TCPS), en vue notamment de financer l'enseignement postsecondaire. La FEUQ rejette l'idée d'une éventuelle hausse des droits de scolarité. «L'investissement des étudiants, ç'a toujours été annoncé avec un investissement substantiel du gouvernement de son côté. Sauf qu'actuellement on ne voit pas ça», dit M. Grégoire. «Augmenter les droits de scolarité, c'est porter atteinte à l'accessibilité des études, affirme-t-il également. C'est aussi énormément d'endettement pour les jeunes. On parle déjà actuellement en moyenne de 12 000 $ d'endettement à la fin des études. Sans compter qu'à cela il faut ajouter le fardeau de la dette du Québec que les jeunes vont porter. Avec la courbe démographique et les récents déficits qui s'accumulent, les jeunes vont avoir énormément à porter sur leurs épaules.» Infrastructures La FEUQ évoque l'incidence du manque de financement des universités sur les bibliothèques des établissements, sur le nombre de professeurs et sur l'entretien des bâtiments. Selon le rapport d'un comité de travail mis sur pied par la CREPUQ, l'entretien différé accumulé pour l'ensemble des universités québécoises s'élevait en 2007 à plus de 1,5 milliard de dollars. Par entretien différé accumulé, on entend «l'accumulation de travaux d'entretien, de réparation ou de rénovation majeurs, de renouvellement, d'entretien courant et de réparation mineurs qui, faute de budget, ont été reportés». La CREPUQ a salué en juin l'annonce d'une somme de 700 millions de dollars pour l'amélioration des infrastructures universitaires québécoises. Cet investissement découle du Programme d'infrastructure du savoir et proviendra du gouvernement fédéral, du gouvernement du Québec et d'autres partenaires. La CREPUQ souhaite que les projets retenus soient connus rapidement, pour qu'ils puissent être complétés dans les délais fixés. La FQPPU note que des immeubles et des équipements de certains établissements universitaires sont dans un état déplorable et qu'il faudra bien sûr corriger cette situation. «Notre crainte, c'est que, pour corriger des problèmes d'ordre matériel, on puise à même les sommes qui normalement devraient servir au fonctionnement des activités universitaires, au fonctionnement des programmes, à l'embauche de professeurs, au soutien aux étudiants dans les universités», dit Max Roy. La FQPPU travaille à l'analyse du financement des immobilisations dans les universités québécoises. Elle a observé que les fonds d'immobilisations ont beaucoup augmenté au cours des dernières années et «qu'une part importante du fonds de fonctionnement a dû être consentie à la résolution de problèmes d'ordre immobilier ou d'ordre matériel». Elle fera paraître à l'automne un document qui traitera de cette question.
  6. Que pensez vous de ce pont à enroulement ?Situé sur les rives du Paddington Bassin à Londre, le fonctionnement de ce petit pont piétonnier est très particulier. Conçu par la firme londonnienne Heatherwick studio, la structure du pont s'enroule sur elle-même afin de laisser libre le passage aux bateaux qui empruntent le canal. védios illustrant le mécanisme de fonctionnement du pont http://www.heatherwick.com/index.php?option=com_content&task=view&id=19&Itemid=48&limit=1&limitstart=1
  7. Ce document est purement fictif, une invention d'un étudiant dans ces moments libres. Une fantaisie d'un (possiblement) futur architecte qui aime sa ville et l'architecture, et qui s'imagine des projets un peu partout dans celle-ci. Si on me dit que je n'ai pas le droit de mettre l'insigne de la Ville de Montréal et/ou la signature de Gérald Tremblay sur le document, je les enlèverais. À noter que la signature de Gérald Tremblay est disponible sur google, en recherchant Gérald Tremblay signature. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 13 septembre 2007 Projet pilote Développement Griffintown Historique Ancien quartier ouvrier irlandais, Griffintown fut pratiquement entièrement rasé en 1962 pour faire place à de nombreux stationnements et industries. L’ouverture du Planétarium de Montréal, en 1967, est l’un des projets de l’époque. Depuis la fin du 20e et le début du 21e siècle, plusieurs projets prirent places pour revitaliser ce quartier, considéré comme la porte d’entrée de la ville de Montréal. La revitalisation des quais du Vieux-Port et le 1 McGill sont dans les premiers projets. Viendront ensuite plusieurs transformations d’anciens édifices industriels en condos, la Cité Multimédia, les édifices de l’ETS et de nombreux complexes résidentiels. En 2006, un vaste projet de revitalisation, incluant un nouveau casino, un complexe récréo-touristique, la transformation d’une partie de l’autoroute Bonaventure en boulevard urbain et la construction de plusieurs immeubles résidentiels et commerciaux fut abandonné, dut à la trop grande opposition au ceint de la population du quartier, très défavorisée. Aujourd’hui, de nombreux projets sont proposés et en études par la ville. Situation Griffintown est bordé par le fleuve à l’est, la rue McGill au nord, la rue St-Jacques à l’ouest, et la rue Guy au sud. Profil Développement Griffintown est une division immobilière de la Ville de Montréal. Celle-ci a pour but de favoriser le développement de l'ancien quartier. Elle vit le jour après que la société Devimco proposa un projet d'envergure pour transformer Griffintown en immense centre de type milieu de vie urbain (lifestyle center), semblable au projet du même prometteur à Brossard (Quartier Dix30). Le dévoilement du projet amena plusieurs contestation au ceint de la population, dut surtout à l'uniformité architecturale des nouvelles constructions du projet. Au cours des consultations publiques qui suivirent, les commentaires négatifs recueillis s'inquiétaient de voir «le même style de bâtiments dans tout le quartier, comme il est commun de voir quand un seul promoteur développe un grand espace.» (Office de la consultation publique de Montréal) De ces commentaires, la Ville de Montréal, aidé du Ministère des Affaires municipales et des Régions du Québec, mirent au point un projet pilote, nommé Développement Griffintown, concernant le développement immobilier plus contrôlé par la ville de Montréal. Fonctionnement de Développement Griffintown Le fonctionnement de Développement Griffintown est, en quelque sorte, une acquisition des terrains de tout le quartier, mais seulement en termes de droit de regards et de décision. Les terrains appartiendront toujours à leur propriétaire, mais celui-ci ne pourra prendre de décisions sans que celles-ci soient approuvées par les dizaines d’architectes et urbanistes qui travailleront conjointement à la réalisation du projet et à son bon fonctionnement. ( Pour plus d’informations, veillez vous référer au centre de services à la clientèle de la Ville de Montréal) Objectifs de Développement Griffintown - L’objectif premier est une meilleure gestion des projets proposés, afin que ceux-ci respecte le patrimoine architectural du quartier. - Évitera des projets de masses amenant une uniformité architecturale des bâtiments proposés. - Accélèrera le processus de réalisation des projets en aillant un lien direct avec la Ville. - Facilitera la réalisation de projets en accélérant le processus de consultation publique. Vision première La vision première de ce projet pilote est la revitalisation du quartier Griffintown par plusieurs projets indépendants construis par des promoteurs et architectes autant locaux que venant de l'étranger. Les projets seront sélectionnés afin de permettre un bon équilibre entre les espaces commerciaux, résidentiels, hôteliers et de bureaux. Promesse de développements futurs Plusieurs promoteurs, grandes compagnies et plusieurs grands hôtels se disent déjà intéressés. De ceux-ci, beaucoup sont déjà à un stade avancé dans le processus de proposition. ( Plus de détails dans le prochain communiqué) Projets de réaménagement de Griffintown Afin d'attirer les projets, de nombreux travaux de réflexions des rues, d’agrandissement de trottoirs et l’aménagement de parcs seront fait par la ville de Montréal. Un agrandissement du réseau sous-terrain de la ville fait aussi partie des projets de base. ( Plus de détails dans le prochain communiqué) Communiqués à venir D’autres communiqués concernant Développement Griffintown sont à venir dans les prochains jours. Ceux-ci parleront plus du réaménagement du quartier, des projets de base, et ainsi que les projets privés qui se concrétisent de plus en plus. La Ville de Montréal, le Ministère des affaires municipales et Développement Griffintown vous remercie.
  8. L’institution dit qu’elle «fournira des liquidités au besoin afin de soutenir la stabilité du système financier canadien et le fonctionnement des marchés financiers». Pour en lire plus...