Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'flotte'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 7 results

  1. La compagnie aérienne est également revenue sur ses intentions d'embaucher 1200 employés supplémentaires. Elle va retirer de sa flotte 22 avions parmi les plus anciens. Pour en lire plus...
  2. CityFlitz débarque à Montréal: http://www.cityflitz.com/home/'>http://www.cityflitz.com/home/ CityFlitz s’installe à Montréal: Louer une voiture pour 1$... ou presque Christian Duperron 06 juillet 2009 01:00 Yves Provencher/Métro La flotte de CityFlitz est composée de voitures à faible consommation d’essence. À Montréal, elle misera d’abord sur des Smart et des MINI Cooper. D’autres modèles, comme des MINI Cooper Clubman, des Volkswagen Beetle et des Toyota Prius, pourraient s’ajouter à la flotte en fonction des demandes des annonceurs. L’entreprise City Flitz lancera ce jeudi à Montréal son service de location de voitures à 1 $. Ce service de partage est financé par la publicité : les véhicules mis à la disposition des membres en sont entièrement recouverts. Après Toronto l’an dernier et Vancouver en juin, Montréal et Calgary deviendront les prochaines villes canadiennes à voir ces véhicules publicitaires circuler dans leurs rues. De plus, le service pourrait être lancé à Québec d’ici le début de l’an prochain, a indiqué à Métro Andreas Kotal, le grand patron de CityFlitz. «Quelqu’un qui devient membre à Montréal pourra aussi louer une automobile à Calgary, Toronto ou Vancouver», fait-il remarquer. À Montréal, 10 véhicules seront disponibles au lancement, et 3 autres s’ajouteront éventuellement. La première campagne sera aux couleurs de l’entreprise d’alimentation Fontaine Santé. Elle sera suivie d’une autre pour Yahoo! Canada. Avec ces 13 véhicules, M. Kotal espère recruter 150 membres. «Tous ceux qui s’inscrivent au programme doivent être conscients qu’en raison du prix qui est si bas, la demande est très forte. Il faut planifier et réserver environ deux semaines à l’avance», note-t-il au passage. Des règles à suivre Le concept comporte ainsi plusieurs contraintes et obligations. Les abonnés ne peuvent réserver qu’une journée à la fois et doivent ensuite attendre 48 heures avant de pouvoir faire une nouvelle réservation. L’a bon nement est effectué en payant d’abord 35 $ pour l’ouverture du dossier, puis 350 $ pour un dépôt de sécurité remboursable. En fin, des frais mensuels de 7 $ sont facturés. La location à 1 $ est limitée à 23 heures, soit de 8 h à 7 h le lendemain, peu importe l’heure de prise de possession. L’essence est aux frais de l’utilisateur, qui doit posséder une carte de crédit couvrant les assurances et dont le dossier de conducteur doit satisfaire à certains critères. Les utilisateurs doivent demeurer dans la zone urbaine prédéterminée par la compagnie : c’est le prix à payer pour assurer une visibilité intéressante aux annonceurs (cette «Flitz-Zone» sera disponible sur la version française du site web, lancée demain). De plus, les membres doivent rouler au moins 30 km dans la journée, toujours afin d’assurer un maximum de visibilité. À Montréal, les abonnés pourront se procurer une automobile à cinq ou six en droits près des transports en commun, et ce, peu importe l’heure et pour un nombre illimité de kilomètres. Voitures à faible consommation La flotte de CityFlitz est composée de voitures à faible consommation d'essence. À Montréal, elle misera d’abord sur des Smart et des MINI Cooper. D’autres modèles comme des MINI Cooper Clubman, Volkswagen Beetle et Toyota Prius pourraient s’ajouter à la flotte en fonction des demandes des annonceurs. «Par exemple, les Prius sont présentement très populaires à Vancouver, les gens aiment les utiliser et cela démontre une conscience environnementale. La plupart des Toyota Prius utilisées jusqu’à maintenant l’ont été à Vancouver», explique le directeur de l’entreprise basée à Toronto. Fait à noter, toutes les automobiles contiennent un équipement qui donne accès à l’internet Wi-Fi. Par ailleurs, un système de GPS est aussi intégré et permet à la compagnie de garder un œil sur la position des véhicules, et même de surveiller les excès de vitesse. Les informations sur l’utilisation de l’automobile sont également mises à la disposition des annonceurs pour des fins de marketing. De la publicité différente Avec son concept, CityFlitz évalue qu’une publicité sera vue en moyenne 70 000 fois dans une journée. Une visibilité pour laquelle les annonceurs paient en moyenne 3000 $ par mois, selon la taille des voitures utilisées. «C’est un peu moins pour la Smart, un peu plus pour la MINI Cooper Clubman», précise M. Kotal. «Les annonceurs obtiennent un panneau d’affichage mobile sur la route 24 heures par jour, 7 jours par semaine, avec un conducteur différent derrière le volant chaque jour, donc un trajet différent», fait par ailleurs valoir M. Kotal. En plus de Fontaine Santé et Yahoo! Canada, l’entreprise a pu compter sur l’intérêt de compagnies telles que Cineplex, Nike, Nestea, HBO Canada et Banque Scotia. Plus de détails: http://www.cityflitz.com
  3. La deuxième compagnie aérienne américaine réagit au pétrole cher en éliminant plus vite que prévu les avions qui dévorent trop de carburant. Pour en lire plus...
  4. Cette commande représente les avions 17 et 18 de la flotte de Porter, dont la livraison est prévue à la fin de 2009. Pour en lire plus...
  5. 7/07/2016 Mise à jour: 27 juillet 2016 | 7:21 Vers une refonte des services de taxi à l’aéroport Par Mathias Marchal Métro Vicky Michaud/TC Media Une dizaine de Tesla électriques de Téo Taxi sont présentes à l’aéroport. Certains craignent que la compagnie obtiennent un monopole. Aéroports de Montréal (ADM) annule le tirage au sort qui délivre les permis autorisant les chauffeurs de taxi de prendre des clients à l’aéroport. Des chauffeurs craignent qu’un monopole soit conféré à Téo Taxi, même si l’entreprise se veut rassurante. Chaque année, vers la fin de l’été, ADM coordonne son traditionnel tirage au sort pour octroyer les quelque 325 permis de taxi qui permettent d’accéder au marché de l’aéroport évalué à 90M$ par an. Ces permis sont tellement lucratifs que l’année dernière, 4200 chauffeurs de taxi, soit la quasi-totalité des chauffeurs propriétaires de la région métropolitaine, ont accepté de débourser 25$ pour participer au tirage. Et ce malgré les soupçons de truquage qui planent depuis plusieurs années. Cette année le tirage n’aura pas lieu. «On a informé nos partenaires que les permis actuels étaient prolongés de six mois et se termineront le 30 avril 2017 plutôt que le 30 octobre 2016», indique la porte-parole d’ADM, Marie-Claude Degagné, sans pouvoir en préciser la raison. À ce sujet: L’idée d’une facture officielle dans les taxis progresse Le taxi se trompe de cible dans sa guerre contre Uber Des chauffeurs de taxi en furie contre la volte-face de Jacques Daoust «D’après nos informations, ADM donnerait ensuite le contrat à Téo Taxi qui aura alors terminé son projet pilote», affirme Mouhcine El Meliani, l’instigateur de la grève des chauffeurs de taxi qui a eu lieu en janvier à l’aéroport. Signe que l’industrie peine à parler d’une seule voix, ce dernier compte d’ailleurs quitter le RTAM et ressusciter la Ligue de taxi de Montréal. Dans le cadre du projet pilote commencé en juin, une dizaine de Tesla électriques de Téo Taxi sont déjà présentes à l’aéroport, même si elles n’ont pas été tirées au sort. Cela fait d’ailleurs grincer des dents dans l’industrie. «C’est une rupture du contrat d’exclusivité», affirme même Hassan Kattoua, chauffeur propriétaire, qui craint aussi que Téo Taxi obtienne le juteux contrat de l’aéroport. Lors de la commission parlementaire sur l’avenir du taxi qui s’est tenue cet hiver, Charles Gratton, le vice-président des services commerciaux et immobiliers d’ADM, a indiqué quelle direction suivrait son organisation. «Dès 2017, dans la nouvelle demande de propositions, on veut par exemple aller vers une flotte harmonisée et potentiellement distinctive à l’aéroport», a déclaré M. Gratton en ajoutant que la flotte choisie serait équipée d’une application mobile pour les réservations, les paiements et l’évaluation systématique du service reçu pour chaque course. Pour les chauffeurs interrogés, cette description correspond en tout point à Téo Taxi et ses véhicules électriques, qui arborent tous les mêmes couleurs vert-blanc et qui sont gérés via une application à la fine pointe de la technologie. Du côté de Taxelco, qui gère les Téo Taxi, on indique ne pas être au courant d’un possible monopole. «On travaille actuellement avec ADM pour les convaincre d’optimiser le service, mais on n’est pas dans le secret des dieux. Vous savez, on est la cible de beaucoup de rumeurs, car on est en train de vouloir changer le système», explique Marc Petit, chef de la direction de Taxelco. Ce dernier souligne que le système actuel peut être amélioré, car si tous les chauffeurs de taxi peuvent amener des clients à l’aéroport, seuls ceux qui ont un permis ont la possibilité d’en prendre sur place et de ne pas retourner à vide. Autre conséquence des quotas sur les permis d’aéroport, la flotte actuelle de taxis autorisés ne permet pas de répondre à la demande à l’heure de pointe. «On pourrait s’inspirer de Paris, qui permet aux taxis qui le désirent de repartir avec des clients plutôt qu’à vide moyennant l’achat d’un permis temporaire à l’unité. Ça permettrait à toute l’industrie d’en profiter», conclut M. Petit. 4167 Une fois tiré au sort, le permis spécial de l’aéroport coûte 4167$ pour un an, mais serait parfois revendu autour de 18 000$ ou loué pour 1000$ par semaine. Sent from my SM-T330NU using Tapatalk
  6. Peut être de bonnes nouvelles à venir pour YUL en 2017? Croissance du réseau long-courrier de 2 à 3% dès 2017. Frédéric Gagey, président-directeur général d'Air France, a présenté ce jour devant le Comité Central d'Entreprise les orientations stratégiques 2017 - 2020, dans le cadre du plan Perform 2020. Ce projet propose la croissance du réseau long-courrier en moyens propres de 2 à 3% par an de 2017 à 2020. Ce développement permettra l'ajout de sept avions dans la flotte long-courrier, l'ouverture d'une à deux nouvelles destinations et une croissance de l'ordre de 10% en capacités et en heures de vol entre 2016 et 2020, indique un communiqué. http://www.tourmag.com/Air-France-vise-la-croissance-sur-long-courrier-des-2017_a78163.html
  7. Le déclin du taux d'occupation à 75,5% est survenu alors que le transporteur a accru sa capacité de 15,8% dans sa flotte de 76 Boeing 737. Pour en lire plus...
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value