Search the Community

Showing results for tags 'feu'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 33 results

  1. Nouveau projet de 300 logements à Montréal Mise à jour le vendredi 15 octobre 2010 à 18 h 24 L'ancien joueur vedette du Canadien Serge Savard et ses partenaires d'affaires projettent de reconvertir l'ancien Institut des sourds et muets de Montréal en immeuble résidentiel. Le groupe Thibault, Messier, Savard et associés (TMSA), en partenariat avec Développements McGill, compte y construire 300 appartements, a confirmé à Radio-Canada.ca Martin Galarneau, vice-président Affaires corporatives et développement chez TMSA. Un logement sur quatre serait destiné aux familles, avec deux ou trois chambres, alors que le reste de l'immeuble abriterait de plus petits appartements, dont des studios. Le bâtiment patrimonial, actuellement nommé le Centre 7400, est situé dans l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, près du parc Jarry. La Ville doit donner son feu vert L'ancien Institut des sourds et muets de Montréal est la propriété des Clercs de Saint-Viateur. La congrégation est prête à le vendre aux promoteurs. Cette entente d'achat est toutefois conditionnelle au feu vert de la Ville de Montréal. Le projet de reconversion du bâtiment patrimonial, qui exige notamment un changement au plan d'urbanisme, a reçu l'appui du conseil d'arrondissement, en septembre dernier. Le conseil exécutif juge aussi le projet souhaitable. Mercredi, il a décidé de le soumettre au conseil municipal le 25 octobre prochain. Des audiences publiques pourraient alors avoir lieu à la mi-novembre. Si tout se passe bien, les travaux pourraient commencer dans un an. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/10/15/015-montreal-immobilier-savard.shtml Un image de imtl.org
  2. Bien des retraités n’y ont vu que du feu, mais la crise du crédit a nui à leur régime de retraite depuis un an. Pour en lire plus...
  3. Que fait le huard à barboter autour de la ligne de la parité pendant que les matières premières sont en feu et que le baril de pétrole bat record sur record? Pour en lire plus...
  4. Des travailleurs de la succursale de Hull à Gatineau obtiennent le feu vert de la Commission des relations du travail pour négocier leur première convention collective. Pour en lire plus...
  5. Un nouveau marché public à Montréal Jean-Louis Fortin 11/01/2011 17h46 En plus de pouvoir fréquenter les marchés Atwater et Jean-Talon, les Montréalais seront en mesure d’acheter des aliments frais dans un nouveau marché public qui pourrait voir le jour à proximité des autoroutes 15 et 40, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, a appris 24H. Le projet d’entre 3 et 4 millions $, encore à l’étape des approbations, pourrait obtenir le feu vert dans les prochaines semaines, selon nos informations, d’autant plus que les autorités politiques et administratives de l’arrondissement souhaitent qu’il voie le jour. C’est l’Association des jardiniers maraîchers du Québec (AJMQ) qui a présenté une demande en ce sens à la Ville. Une centaine producteurs membres de l’AJMQ, qui occupent un centre de distribution agroalimentaire pour les commerces et restaurants, situé à côté du Marché Central, pourront ainsi vendre leurs produits directement grand public. Achalandage élevé Sur le site, au moins un des immenses quais de chargement pour camions serait converti en un « grand marché public », explique André Plante, directeur général de l’AJMQ. Un endroit un peu à l’image du marché Jean-Talon, mais de moindre ampleur, illustre-t-il. Selon, lui, la proximité du Marché Central, un grand centre commercial, est susceptible d’attirer un nombre important de visiteurs. « On s’attend à ce que ça soit extrêmement achalandé. On pense que les gens voudront venir acheter des produits frais », prévoit André Plante. Ronald Cyr, directeur de l’arrondissement, précise que les fonctionnaires municipaux accompagnent actuellement l’AJMQ, mais que le permis de construction n’a pas encore été émis. « La construction d’un marché est certainement un point d’intérêt pour les marchands et les citoyens », assure-t-il toutefois. Sur place pour longtemps André Plante attend un feu vert de l’arrondissement « d’ici un mois ». L’AJMQ, décrit-il, devra d’abord transformer l’un des autres quais sur le site en un entrepôt fermé, pour y transférer une partie des activités de distribution. Dans une deuxième phase de construction, 10 000 pieds carrés de superficie à l’intérieur d’un bâtiment adjacent pourraient aussi accueillir des commerces à l’abri des caprices de Dame Nature. Ce projet d’expansion survient moins de six mois après que les maraîchers aient refusé de déménager du site de 800 000 pieds carrés qu’ils occupent actuellement pour le centre de distribution. La firme Bentall, le gestionnaire du Marché Central, leur avait proposé de se relocaliser dans l’Est de la Ville pour pouvoir compléter le développement du centre commercial, mais les maraîchers ont rejeté l’idée à 75%, de peut de perdre leur clientèle. [email protected] http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2011/01/20110111-174642.html
  6. Le scénariste montréalais qui affirme s'être fait dépouiller de sa série pour enfants Robinson Curiosité, a entrepris de témoigner dans le procès pour plagiat qu'il intente notamment contre Ronald Weinberg et feu Micheline Charest. Pour en lire plus...
  7. La commission des Finances du Sénat donne le feu vert à sa nomination malgré des critiques sur ses erreurs fiscales. Pour en lire plus...
  8. CENTRALIA, LA VIE À PETIT FEU [MAPS]http://maps.google.ca/maps?q=centralia,+pa&hl=en&sll=45.660035,-73.606536&sspn=1.729553,4.22699&vpsrc=0&hnear=Centralia,+Columbia,+Pennsylvania,+United+States&t=h&z=15[/MAPS] Depuis 1962, un feu de mine consume le sous-sol de Centralia, en Pennsylvanie. Evacuée dans les années 80, la ville a été rasée. Quelques irréductibles restent pourtant attachés à leur terre brûlée. 22 MARS 2010 PHOTOS: CC LYNDI&JASON TEXTE: LORRAINE MILLOT 4 Tom, l’ancien postier de Centralia, donne rendez-vous au cimetière. De tout ce qui reste de cette petite ville de Pennsylvanie, c’est presque l’endroit le plus vivant. Des petits drapeaux américains décorent les tombes, ils tiennent plus longtemps que les fleurs et colorent le paysage de rouge et de bleu. Du cimetière catholique, ou du carré orthodoxe juste derrière, on peut voir aussi ce phénomène un peu étrange qui a brisé le destin de cette bourgade : la terre fume. Depuis 1962, un incendie souterrain ravage galeries et boyaux de la mine de charbon qui s’étendait directement sous la ville. Par des centaines de fissures ou de crevasses, la fumée s’échappe, suggérant un enfer, prêt à happer les derniers vivants qui s’obstinent encore par ici. En 1981, un gamin avait failli être englouti dans une de ces failles. Peu après, les autorités locales et fédérales avaient organisé le déménagement de toute la population, et détruit les maisons au fur et à mesure qu’elles se libéraient. Centralia, fondée en 1866, n’existe plus. En 2002, son code postal a même été supprimé. «Le curé l’avait prédit» N’étaient les tombes et les drapeaux étoilés, on passerait en trombe sur la route 42, sans même se douter qu’elle était jadis bordée de maisons, de bars et de magasins. De Centralia, et ses 1 000 habitants encore en 1981, il ne reste presque rien à voir… Seulement des gens bousculés par son histoire : des immigrés venus d’Europe qui avaient cru trouver là leur nouvelle patrie, des «touristes» philosophes, des chasseurs de fantômes… Centralia est maintenant invisible, mais Tom Dempsey, l’ancien postier, prend un plaisir manifeste à la faire visiter. «Ici, il y avait le terrain de base-ball, là des maisons, et puis l’école», montre-t-il à grands moulinets. De tout ce qu’il désigne, on ne voit plus qu’une étendue de neige ou de gravats. En hiver, c’est ainsi qu’on devine le feu : là où l’incendie est le plus vif, et le moins profond, la neige ne tient pas. En revanche, comme au cimetière Saint-Ignatius, la neige a tous les droits. «C’est normal, expliquent les anciens, le curé l’avait prédit.» Au siècle dernier, un curé irlandais, en guerre avec un gang de compatriotes, avait maudit Centralia et annoncé qu’elle brûlerait tout entière, sauf son église et son cimetière. L’église n’a pas brûlé, mais elle a quand même été démolie, avec tout le reste de la ville. De tout Centralia, il demeure une autre église, quatre cimetières, des rues qui partent vers nulle part, et un local municipal. A l’intérieur, ultime dérision, un camion de pompiers. Toutes les tentatives pour étouffer, noyer ou déterrer le feu, ont tourné court. Au département local de protection de l’environnement, Tim Altares surveille la progression de l’incendie, mais ne cherche même plus à l’éteindre. Selon ce géologue, le feu s’étend maintenant sur 400 acres (1,6 km2) et avance de «quinze mètres par an». A ce rythme, le sous-sol de Centralia risque de brûler encore «trois cents ou quatre cents ans». Messe et chants ukrainiens Six maisons sont encore debout, celles de neuf irréductibles qui refusent de quitter leur «patrie». Ils refusent aussi de parler aux journalistes, lassés de se voir poser sans cesse la même question : à quoi bon rester sur cette terre brûlée, en compagnie des morts et des fumées toxiques ? «Je n’ai pas le temps, je pars jouer au golf», répond le plus aimable, Ben Hynoski, surpris chez lui en bermuda. Quand on frappe aux autres portes, personne ne répond. Une grand-mère a même affiché un panneau : «Reporters no interview.» Pourtant, le plus frappant à Centralia n’est ni le vide ni les fumées, ni les entêtés qui s’accrochent encore à leurs maisons. C’est l’attraction de ce qui n’est plus. «J’y reviens plusieurs fois par semaine», avoue Tom, le postier, qui a pourtant abandonné la ville en 1984 : son salaire allait diminuer à mesure qu’il y aurait moins de boîtes aux lettres et il a préféré distribuer le courrier dans une ville voisine, qui payait mieux. «J’y reviens tous les jours pour promener mon chien, confie un autre retraité, John Lawler, 72 ans. Je marche le long de l’ancienne voie de chemin de fer. Et c’est comme si je voyais encore chacune des familles qui habitaient là.» Lui a quitté Centralia à 18 ans, pour aller s’embaucher dans une autre mine du New Jersey. Mais il est revenu ensuite s’installer dans la ville voisine de Mount Carmel, et sans cesse ses pas le ramènent à Centralia. «Bien sûr, je pourrais promener mon chien là où j’habite, explique John. Mais à Centralia, il y a moins de circulation, et j’aime bien aussi discuter avec les gens de passage. Je leur montre où est le feu, je leur parle de toutes les maisons qui n’existent plus.» Tous les dimanches à 11 heures, les cloches sonnent sur les hauteurs de la ville fantôme, et résonnent sur la plaine déserte. Sur la colline, l’église catholique ukrainienne continue à rassembler ses fidèles, une trentaine chaque dimanche. De l’Ukraine natale de leurs parents ou grands-parents, ils ont presque tout oublié. La messe est en anglais, avec quelques chants en ukrainien transcrits en alphabet latin. Ces fidèles ont gardé la foi de leurs ancêtres et sont restés attachés à Centralia, leur première patrie américaine. «J’ai été baptisée dans cette église. Et mes parents sont enterrés ici», explique Anna Lynn, 85 ans, une des grands-mères qui tous les dimanches, prend sa voiture pour venir assister à cet office un peu étrange, au pays des souvenirs. «Partir avec l’argent de l’Etat» L’histoire d’Anna Lynn rappelle aussi que la vie y était souvent rude, ingrate ou misérable pour ses habitants, venus d’Irlande, d’Ukraine ou de Pologne, extraire le charbon. Son père est mort à la mine quand elle avait 2 ans. Pour élever ses quatre enfants, sa mère, handicapée d’une hanche, faisait la cuisine lors des mariages ou des enterrements. «Nous étions pauvres, avoue Anna, élégante dans sa robe du dimanche, mais je me souviens de Centralia comme d’une ville solidaire. Les voisins nous apportaient des chaussures ou des vêtements. On ne mettait pas les vieux habits dans des boîtes pour les donner à des inconnus aujourd’hui.» Anna a quitté Centralia en 1988, quand toutes les maisons de sa rue ont été démolies. Mais le dimanche à l’église, c’est comme si elle n’était jamais partie - «mon cœur sera toujours là», dit-elle. Si la vie avait été moins misérable, il n’y aurait sans doute pas eu d’incendie. En mai 1962, quelques jours avant le Memorial Day, le jour des soldats morts pour l’Amérique, les préposés aux ordures avaient voulu brûler les immondices entassées derrière l’un des cimetières. «Pour que cela ne sente pas trop mauvais le jour où toutes les familles iraient au cimetière, explique Tom, le postier. En fait, la ville était censée recouvrir les ordures d’une couche d’argile pour éviter les odeurs et les maladies. Mais on manquait de tracteurs et on avait pris l’habitude de brûler les ordures. Voilà comment le feu a démarré.» Tom se souvient aussi du Centralia de son enfance comme d’un monde très «uni» que le feu a ravagé : «C’est cela, pour moi, le vrai désastre, soupire-t-il. Dans les années 1980, quand les autorités ont proposé aux habitants de partir, la ville s’est divisée entre ceux qui voulaient rester, ceux qui acceptaient l’argent de l’Etat pour refaire leur vie ailleurs et ceux qui auraient voulu qu’on s’emploie à éteindre le feu. A partir de ce moment, les gens se sont mis à s’insulter et se détester. Au lieu de s’unir, les habitants se sont divisés. C’est cela aussi pour moi la leçon de Centralia.» Pour beaucoup d’habitants, quitter Centralia a certainement été une «chance», avoue une autre «revenante», Sara Pisarchick, 32 ans, grande blonde qu’on imaginerait bien dans les défilés de mode à Kiev ou Moscou. Ce samedi, elle était venue pour rendre visite à sa grand-mère, au cimetière orthodoxe, et elle s’est embourbée avec sa voiture. Sara n’avait que 5 ans quand sa famille a été évacuée, mais pour elle aussi, cette plaine désolée représente un monde encore très présent. «Je me souviens de tous les magasins où on pouvait acheter des sodas, ou des bonbons, raconte-t-elle. Nous allions chercher le courrier à la poste, on longeait les maisons et les boutiques de la grand-rue, dit-elle, regardant dans le vide. Ma grande sœur me tirait sur une luge et les autres enfants nous jetaient des boules de neige.» Leçons de sciences et de morale Sara est nostalgique, mais aussi reconnaissante au sort qui l’a forcée à quitter la vie des mineurs : «Si nous n’avions pas été obligés de partir, je ne serais sans doute jamais allée à l’université, explique-t-elle. Avec ma sœur, nous avons été les premières de la famille à pouvoir faire des études. J’ai passé plusieurs années à Boston, et je suis maintenant professeur de design.» Le départ de Centralia, en 1982, a brisé sa famille. «Quelques années après notre déménagement, ma mère a quitté mon père, raconte Sara. Dans la ville où nous nous étions réinstallés, ma mère avait trouvé un travail à l’hôpital. De nouvelles opportunités s’ouvraient pour elle. Elle a pu faire carrière, en commençant comme réceptionniste pour finir vice-présidente d’une clinique. Beaucoup de mariages ont été brisés, poursuit Sara. Il y a eu des divorces, des suicides. Mais mon père a été fabuleux : il a été à la fois père et mère.» Le feu de Centralia a arraché Sara à sa mère, qui a planté là mari et enfants pour refaire sa vie. Tandis que Sara se raconte, tout autour quelques «touristes» escaladent les tas de décombres, hument les fumées qui s’élèvent du sol, se photographient devant le cimetière ou s’exclament quand ils trouvent des pierres chaudes. Cette ville qui n’existe plus est maintenant une attraction assez célèbre, surtout en Pennsylvanie. Les week-ends, les familles s’y arrêtent pour des leçons d’histoire, de sciences naturelles ou de morale. «On réalise bien ici que nous ne connaissons souvent que la surface des choses, déclame Maruso Setta, professeure d’anglais, venue avec son mari et leur fils de 7 ans. Il se passe beaucoup de choses en sous-sol, que nous ne maîtrisons pas. On croit contrôler la nature et on apprend ici qu’il n’en est rien.» Un peu plus loin, un père fait aussi l’éducation de ses deux garçons de 6 et 11 ans, habillés en treillis comme pour une expédition militaire. «Il ne faut jamais mettre le feu», récite l’aîné, qui a peut-être un peu raccourci la leçon. «Ici, les enfants peuvent apprendre de nos erreurs, complète Randy Davidson, le père. On voit bien là ce qui arrive quand on ne fait pas attention. Ce lieu est une horreur, il montre de quoi l’homme est capable.» Centralia invite à la philosophie. Sur l’une de ses routes, fendue en deux par l’incendie souterrain, les touristes inscrivent qu’ils s’appellent Ringo, Ron ou David. Ils marquent sur l’asphalte craquelé que «Jasper aime Greg» ou laissent leur numéro de téléphone à de futures épouses qu’ils voudraient rencontrer en un «endroit très spécial» Ce n’est pas le mur de Berlin, mais une chaussée où petites et grandes histoires s’écrivent en lettres colorées, et où se glissent quelques réflexions : «Nous sommes sur la route de l’enfer», a couché l’un des penseurs de passage. «Vit vite ta vie, meurt jeune, et laisse derrière toi un bon souvenir», a recopié un autre. «L’homme ne peut rien faire que la nature ne puisse détruire», médite un troisième. «I believe in Yesterday» Les fumées de Centralia attirent aussi les chasseurs de fantômes, et ceux qui aiment défier les forces de l’au-delà. Dans la nuit du 26 au 27 décembre dernier, deux garçons et deux filles, âgés de 14 à 19 ans, ont dévasté l’un des cimetières. Ils ont renversé plusieurs dizaines des lourdes pierres de l’Odd Fellow. «Les jeunes qui ont fait ça n’avaient pas de relation personnelle avec Centralia, raconte Greg Fraley, le policier qui a mené l’enquête. Ce sont des gamins des environs qui m’ont dit avoir fait ça pour rire. Ils n’étaient même pas satanistes. Nous n’avons retrouvé ni pentagrammes, ni restes de sacrifices. Ils disent avoir juste voulu se faire peur.» Certains y renversent des tombes, d’autres y rêvent d’une humanité meilleure, avec l’aide des Beatles. Les week-ends, avec un peu de chance, on peut tomber au croisement des routes 42 et 61 sur quatre jeunes filles brandissant des pancartes dessinées à la main, qui reprennent quelques maximes des Fab Four : «I Believe in Yesterday», «Let it Be», «Money Can’t Buy me Love». Elles habitent à une heure de route, n’ont aucun lien personnel avec Centralia, mais elles ont entendu parler des derniers habitants qui s’accrochent à leurs maisons. Sans même les connaître, elles viennent prendre leur défense. «Je m’intéresse à l’histoire, explique Hazel Hosler, 18 ans, la meneuse, et je trouve fascinant de savoir qu’il y avait ici toute une ville, tant de vies, dont on a tout détruit. Je ne pense pas que l’Etat devrait forcer les gens à partir. S’ils veulent rester, c’est leur affaire. On devrait plutôt chercher à préserver cette histoire.» Pour une adolescente américaine, n’y a-t-il pas des causes plus urgentes ? La guerre en Afghanistan, par exemple ? «Je suis contre cette guerre, répond Hazel. Mais pour faire quelque chose, il faudrait être nombreux. Centralia, c’est une question locale pour laquelle un petit groupe comme nous peut dire son mot.» Sa pancarte permet aussi de quitter Centralia, en promettant de ne jamais oublier toutes ces leçons. Sur sa pancarte sont écrites des paroles de All You Need Is Love que chantaient les Beatles en 1969, quand Centralia se consumait déjà : «I l n’existe personne que tu ne puisses sauver.» http://www.secouchermoinsbete.fr/9377-inclassable-la-ville-qui-va-bruler-durant-300-ans/1
  9. Cette usine a été endommagée par un feu le 29 septembre dernier. Depuis cet incident, la production a été transférée dans d'autres usines de Saputo aux États-Unis. Pour en lire plus...
  10. Une vente de feu pour éviter un déficit? * Presse Canadienne, * 07:27 Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a affirmé hier que le gouvernement conservateur cherchait à vendre certains actifs de la Couronne afin d'éviter un déficit. Jim Flaherty a émergé d'une rencontre du caucus conservateur à Winnipeg avec une évaluation économique inquiétante. Et il a laissé flotter l'idée qu'une vente à rabais pourrait compter parmi les mesures austères adoptées par le gouvernement. "Nous allons évaluer les actifs des sociétés et les actifs financiers afin de voir s'ils performent toujours", a affirmé M. Flaherty. "Si l'étude démontre qu'il y a des actifs qui pourraient être vendus, nous allons aller de l'avant", a déclaré M. Flaherty qui a décrit la mesure comme "une façon de réduire le déficit ou même d'avoir un faible surplus". "Nous devons être réaliste, a-t-il dit. La situation économique s'aggrave et nous n'avons pas atteint le fond du baril." Il n'a pas voulu révéler de quelles propriétés _ ou de sociétés de la Couronne _ il s'agissait mais a laissé entendre que la Tour du CN à Toronto pouvait faire partie du lot. Le ministre des Travaux publics, Christian Paradis, a quant à lui précisé que l'étude des biens de la Couronne n'était qu'aux stades préliminaires et qu'il était prématuré de parler de ce qui pourrait être vendu. Un représentant du gouvernement a toutefois assuré que le ministre Flaherty ne faisait pas référence aux sociétés de la Couronne lors de son intervention de jeudi. M. Flaherty a d'ailleurs exclu la possibilité de vendre le réseau anglais de Radio-Canada (CBC), qui accapare 1 milliard $ du budget fédéral chaque année. Certains économistes du secteur privé prédisent que le gouvernement pourrait faire face à un déficit de 10 milliards $ au cours de l'année fiscale qui débutera en avril ainsi qu'au cours des années à venir.
  11. Un juge de la Cour supérieure de justice de l'Ontario a approuvé jeudi le plan de restructuration qui touche 32 G$ d'actifs gelés depuis l'été dernier. Pour en lire plus...
  12. Le lundi 11 août 2008 Montréal-Nord s’embrase Philippe Orfali, Hugo Meunier, Patrick Lagacé et Martin Croteau La Presse Montréal-Nord s'est embrasé hier soir après avoir passé 24 heures sous tension. Samedi soir, Fredy Villanueva, 18 ans, a été tué par la police, et deux autres jeunes ont été blessés. Hier soir, le ressentiment d'une partie de la population a éclaté sous forme de brasiers, de voitures saccagées et de commerces pillés. Au plus fort des affrontements, peu avant minuit, des émeutiers ont échangé des coups de feu avec des policiers retranchés derrière leurs voitures de patrouille, sur le boulevard Maurice-Duplessis. Tous les abribus du secteur ont été fracassés. Des commerces ont été pillés et la marchandise volée a servi à allumer une quinzaine d'incendies un peu partout dans le secteur. À mesure que la soirée avançait, les émeutiers se sont déplacés vers l'est. Au coin du boulevard Langelier, ils ont mis le feu à des bonbonnes de propane, provoquant de violentes explosions. Des casseurs ont utilisé des scooters pour transporter du carburant et alimenter les dizaines de feux qui flambaient dans le secteur. Pendant ce temps, des curieux approchaient par centaines, prenaient des photos, filmaient la scène avec leurs téléphones cellulaires. «C'est bien fait, la police le méritait», a déclaré une spectatrice, croisée près du théâtre des affrontements. Boulevard Rolland, là où tout a commencé, des éclats de verre couvraient la chaussée, restes des bouteilles lancées vers les agents. Les policiers de l'escouade antiémeute, équipés de casques, de boucliers et de matraques, sillonnaient le quartier par groupes pour contenir les débordements. Et des dizaines de feux illuminaient les rues autour du parc Henri-Bourassa, au coin du boulevard Rolland et de la rue Pascal. Peu avant 22h, des voitures ont pris feu devant la caserne de pompiers située à cette intersection. C'est derrière ce bâtiment que, la veille, un policier du SPVM a abattu le jeune Fredy Villanueva. Les pompiers qui ont voulu éteindre le brasier se sont fait lancer des bouteilles, des pierres et des projectiles en tous genres. Lorsqu'ils ont battu en retraite, les feux allumés un peu partout dans le secteur ont brûlé librement. Et des pillards ont saccagé la caserne. Les voitures, poubelles, tables de pique-nique et bonbonnes de propane incendiées se sont multipliées dans les minutes suivantes. Peu après 23h, une fourgonnette garée devant un immeuble commercial au coin des rues Arthur-Chevrier et Rolland a pris feu à son tour. Les flammes ont effleuré l'immeuble, qui abrite un club vidéo, un restaurant, un magasin à 1$ et une douzaine d'appartements. Comme les pompiers étaient hors-jeu, les policiers se sont adressés aux citoyens. Ils ont demandé à quiconque possédait des boyaux d'arrosage de participer aux efforts pour combattre les flammes. Pendant quelques minutes, un policier de l'escouade antiémeute a été seul à tenter d'éteindre le feu. Ce n'est qu'à 23h45 qu'un camion de pompiers, escorté par des policiers, a pu se frayer un chemin jusqu'à l'immeuble. Au moment de mettre sous presse, vers 1h30, les policiers tentaient toujours de disperser les casseurs retranchés à l'intersection des boulevards Maurice-Duplessis et Langelier, le dernier foyer de résistance. Policiers blessés Deux policiers ont été blessés pendant les émeutes, a indiqué le porte-parole du SPVM, Raphaël Bergeron. Une agente a dû être évacuée de toute urgence après avoir reçu une balle dans la cuisse, mais sa vie ne serait pas en danger. Un autre agent a reçu un objet dans le pied. Un ambulancier qui travaillait sur les lieux a aussi été blessé lorsqu'il a reçu un projectile sur la tête. Les membres des médias n'ont pas été épargnés. Un caméraman de TVA a été pris à partie par des émeutiers. Et un photographe de La Presse, Robert Skinner, a été attaqué par des pillards. Trois jeunes hommes lui ont fracassé une bouteille sur la tête pour ensuite lui voler ses appareils photo. Une casse annoncée Samedi soir, un policier et une policière ont abordé un groupe de jeunes qui jouaient aux dés dans le stationnement du parc Henri-Bourassa. Ils ont interpellé Dany Villanueva, 22 ans, qui a refusé de coopérer. Selon des témoins, un membre de sa bande a sauté au cou d'un des agents. Dans la mêlée, celui-ci a dégainé son arme et a tiré quatre coups de feu. Le frère de Dany, Fredy Villanueva, est mort. Deux de ses amis ont été blessés. La nouvelle du drame s'est répandue comme une traînée de poudre à Montréal-Nord, un quartier notoirement fréquenté par les gangs de rue. Dans la journée d'hier, plusieurs habitants du secteur ont clamé leur ras-le-bol face à la «brutalité policière» dans leur quartier. D'autres promettaient déjà de venger la jeune victime. «J'ai entendu un jeune parler à des flics, raconte Mathieu, 28 ans, rencontré au plus fort des émeutes. Il leur disait que si ça avait été quatre Blancs, ils n'auraient jamais fait ça.» À la fin de l'après-midi, des dizaines de personnes sont spontanément descendues dans la rue, certaines brandissant des photos du jeune homme de 18 ans. «C'est une manifestation pacifique qui a mal tourné», a résumé une dame qui a refusé de dévoiler son identité. Les casseurs n'étaient pas les seuls à en vouloir au SPVM. Des centaines de voisins, femmes, vieillards, enfants, ont voulu manifester leur colère. «Ce n'est pas un conflit entre Blancs et Noirs, a affirmé un manifestant. C'est un conflit entre les jeunes de Montréal-Nord et la police.» Vers 22h30, des policiers ont remonté la rue Rolland vers le nord en frappant leur bouclier de leur matraque. Ils ont pris position au coin des rues Arthur-Chevrier et Rolland, à quelques mètres d'un groupe de spectateurs qui ne participaient pas à la casse. Lorsque cinq policiers ont foncé vers la foule, une femme haute comme trois pommes n'a pu fuir. Elle a été matraquée et violemment projetée au sol. Un homme s'est alors avancé vers le cordon policier. «On est nés ici, on ne vient pas d'ailleurs! leur a-t-il scandé. Cette journée-ci, on va s'en rappeler. Nous sommes les otages de notre quartier.» Pour plusieurs habitants de Montréal-Nord, les événements d'hier sont le point culminant d'une série d'affrontements entre policiers et jeunes. Et plusieurs s'inquiètent de l'escalade qui échauffe leur quartier. «Ce n'est que le début», a prévenu une femme d'une quarantaine d'années qui observait la scène. Le secteur des émeutes Les rues situées dans ce secteur de Montréal-Nord ont été au coeur des émeutes d'hier soir. Ces événements sont survenus après la mort d'un jeune homme tué par la police samedi. Plusieurs incendies ont été allumés dans les rues et une caserne de pompiers a notamment été saccagée hier soir. http://www.cyberpresse.ca/article/20080811/CPACTUALITES/80810133/6488/CPACTUALITES
  13. Les épargnants et institutions financières du Canada voient peut-être le bout du tunnel dans la crise du papier commercial adossé à des actifs, grâce au feu vert pour sa restructuration. Pour en lire plus...
  14. Feu le plan Obama Jean-Pascal Beaupré La Presse Au rythme où le plan de relance économique est dilué au Congrès, on peut se demander si le président Barack Obama y reconnaîtra ses mesures lorsqu'il sera adopté dans sa forme finale. La montagne est en voie d'accoucher d'une souris. De haute lutte, le Sénat américain s'est entendu, en principe, sur un projet révisé, non sans l'avoir au préalable tronqué de dizaines de milliards destinés à l'éducation. À force de protester, les républicains sont parvenus à faire augmenter substantiellement la part accordée à des réductions d'impôt, improductives, au détriment des projets d'infrastructures, beaucoup plus efficaces dans un contexte de récession. Hélas, le président Obama, qui ronge son frein, n'est pas au bout de ses peines. Après le vote du Sénat, les deux chambres du Congrès doivent fusionner leurs versions du projet. L'adoption des deux plans s'est déjà avérée lancinante et pénible. Imaginez comment la patience de M. Obama sera mise à l'épreuve dans les prochains jours, lui qui, avec raison, cherche à mettre son programme sur les rails le plus rapidement possible. Le temps presse - 3,6 millions d'emplois se sont évaporés aux États-Unis - mais cela ne semble en rien atténuer les joutes partisanes dans les coulisses du Capitole. En recherchant un compromis qui puisse satisfaire les sénateurs républicains, le président a non seulement perdu un temps précieux, mais il leur a surtout donné la chance de miner l'efficacité même de son plan de relance. En tendant la main à la faction modérée du Grand Old Party, il a fait un geste noble, conforme à sa promesse de rechercher des solutions non partisanes. Mais il faut être deux pour danser le tango. Or, il est clair que les républicains veulent faire échouer le plan Obama. Ils répugnent à l'idée de collaborer à un New Deal. Autre source d'inquiétude pour la Maison-Blanche, l'appui du public au plan de redressement s'étiole et ne rallie plus que 56% des Américains. Si on se fie au consensus des économistes, ces 800 milliards seront largement insuffisants pour renverser la vapeur, même s'il s'agit de l'effort gouvernemental le plus gigantesque de l'histoire américaine. Au mieux, ces investissements amortiront la chute, déjà brutale, à la condition que les mesures soient bien ciblées, ce qui est de moins en moins sûr. C'est dire jusqu'à quel point l'économie américaine se rapproche du gouffre. Le Prix Nobel de l'économie Paul Krugman a dit il y a quelques jours que le piège de la déflation n'a jamais autant menacé de s'installer à demeure depuis la Grande Dépression. Et une fois coincé dans la spirale déflationniste, il est très ardu d'en ressortir. Le Japon a mis 10 ans pour s'en extirper dans les années 90, et il le doit au boom économique américain qui est venu à sa rescousse et lui a insufflé un nouvel élan. Mais cette fois-ci, qui serait en mesure de dépanner les États-Unis, dont la crise financière et immobilière a justement contaminé le reste du globe?
  15. Malheureusement... À Montréal Église complètement ravagée Agence QMI 06/02/2010 13h27 Une église vacante appartenant à la communauté franciscaine a été complètement ravagée par les flammes, samedi matin, sur le boulevard René-Lévesque entre les rues Hope et Lambert-Closse. Les pompiers ont finalement dû démolir la structure, celle-ci étant devenue trop dangereuse. Le lieu saint a pris feu à environ 5h, samedi matin. Après avoir déclenché l’alerte générale, 150 pompiers ont dû s’affairer jusqu'à midi pour combattre les flammes. Aucune évacuation n’a été nécessaire, l’église en question et le presbytère étant vacants depuis 2007. L’incendie a également lourdement endommagé un presbytère qui se trouvait à proximité. Après avoir examiné la scène, les pompiers n’ont pas été en mesure de déterminer les circonstances du feu. Les enquêteurs du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) se rendront sur les lieux dans les prochaines heures pour ce faire. Ce malheureux incident est non seulement une perte religieuse pour Montréal, mais aussi une perte historique considérable, car le bâtiment avait été construit en 1892 par la Communauté des Frères Franciscains.
  16. le mardi 14 août 2007 Les automobilistes pourront tourner à droite à de plus en plus d'endroits aux feux rouges à Laval. Le conseil municipal de la ville a décidé de retirer plus de la moitié de ses 227 panneaux d'interdiction de virage à droite sur feu rouge. Installés en avril 2003 lors de la légalisation du virage à droite sur les feux rouges, les panneaux maintenaient l'interdiction en plusieurs endroits par mesure préventive. L'usage à toutefois eu raison de la prudence de la ville qui retirera 120 de ces panneaux. La Ville de Longueuil, sur la Rive-Sud, a retiré une trentaine de ses panneaux d'interdiction il y a deux ans. Elle réévaluera la situation l'an prochain, elle dont le territoire compte 298 intersections où le virage à droite est toujours prohibé.
  17. Feu vert à la revitalisation de la rue Crescent (INFO690)- Le maire Gérald Tremblay, qui s'était engagé à faire disparaître les stationnements illégaux au centre-ville, a donné le feu vert à un projet de revitalisation de l'Îlot Crescent-Bishop situé entre le boulevard René-Lévesque et la rue Sainte-Catherine. Audio http://www.corusnouvelles.com/corusnouvelles/audio/audioplayer.php?url=http://mediacorus.corusquebec.com/corusnouvelles/nouvelles/2008/11/13/sons/387323.mp3
  18. Philip Morris International a annoncé vendredi avoir obtenu l'approbation des autorités canadiennes au sujet de sa proposition de rachat de Rothmans. Pour en lire plus...
  19. La pharmaceutique doit encore attendre avant d'obtenir un feu vert sur le tramadol à dose unique quotidienne aux États-Unis. Pour en lire plus...
  20. La Cour d’appel de l’Ontario donne le feu vert au plan de restructuration du créneau du papier commercial adossé à des actifs (PCAA) évalué à 32 G$. Pour en lire plus...
  21. Mieux vaut tard que jamais! Après 17 mois de crise et de tractations coûteuses, le plan de restructuration des 32 milliards de dollars en papier commercial adossé (PCAA) a finalement obtenu le feu vert de la justice. Pour en lire plus...
  22. Feu vert pour l'achat d'Osprey Media par Quebecor 09:12 | Presse Canadienne, Le Bureau de la concurrence du Canada ne s'opposera pas au projet de Quebecor Media de faire l'acquisition d'Osprey Media, ont indiqué lundi les deux sociétés. Quebecor Media offre d'acheter le fonds de revenu Osprey Media au prix de 8,45 $ la part. Il s'agit d'une offre bonifiée annoncée au début du mois en réponse à une offre concurrente de 8,25 $ de Black Press, une entreprise de Victoria, en Colombie-Britannique, également intéressée par Osprey. Quebecor avait aussi échoué dans sa tentative pour faire bloquer cette offre concurrente par la cour. Son offre bonifiée, qui viendra à échéance le 3 août, s'élève à 414 millions $. Osprey possède entre autres 20 quotidiens régionaux et 34 autres journaux, de même que d'autres publications telles que des magazines. La société a indiqué qu'elle restait ouverte à une offre supérieure d'ici l'échéance de la proposition de Quebecor. La valeur totale de l'offre, incluant le montant d'une dette, est de 575,8 millions $.
  23. Immeuble de 14 étages au coin de Papineau et Sainte-Catherine, sur le site de la station-service abandonée et du théatre abandoné. Les 2 immeubles seront démolis pour faire place à la nouvelle tour. Des espaces commerciaux sont prévus aux 3 premiers étages, et le haut sera consacré à des condominiums. Le promoteur ( à qui j'ai parlé) a bouclé le financement et n'attend que le feu vert de la Ville pour démarrer les travaux. Aucun plan ou aperçu disponible pour l'instant.
  24. Bonjour à tous, J'ai vu aux nouvelles tout à l'heure qu'un des projets de Samcon, dans Hocelaga-Maisonneuve, est passé au feu et celui-ci serait d'origine criminelle. Croyez-vous que ceci serait du aux ambitions trop grandes de son propriétaire qui veut s'approprier des terrains de l'ancien hypodrôme ? Quels sont les raisons selon vous ? Je trouve ça vraiment triste pour les gens qui ont acheté et qui verront peut-être leur livraison retardée... Vos impressions ?
  25. L'ancien président du feu de paille boursier BigKnowledge est accusé au pénal d'avoir tripoté la comptabilité de la firme montréalaise, lors de son lancement en Bourse en 2005. Pour en lire plus...