Search the Community

Showing results for tags 'fairmount'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 4 results

  1. Eat like a local in ... Montreal Poutine may still be a student staple but Kevin Gould finds fresh, inventive dishes in the city's bistros, delis and micro-breweries Kevin Gould The Guardian, Saturday June 7 2008 Slow food ... find friendly service and fresh food as part of Montreal's creative food scene. Photograph: Rudy Sulgan/Corbis I start my search for the fresh local tastes of Montreal at Marché Jean-Talon (7075 Casgrain Ave between De Castelnau and Jean-Talon metro). This is not some bourgeois foodie faux-farmers' market. Held indoors in winter, the market spills outside at this time of year, with countless eat-ins, takeaways, wine shops and stalls, busy with people expecting (and getting) high-quality, well-priced, local, seasonal produce. As with the rest of Montreal's food and drink culture, someone has done a marvellous job of inculcating the virtues of the Slow Food movement, without the pretentious nonsense we're often served up in Europe. Montrealers are disarmingly friendly. A cheerful tubby bloke munching a pickled cucumber on a stick invites me to his restaurant, a minute away from the market. Jean-Philippe's Kitchen Galerie (60 rue Jean-Talon Est,+514 315 8994, no website) has no waiters: you're served by one of the three chefs who cook your dinner. He pours me a glass of excellent red from L'Orpailleur in the eastern townships, which has the grace of a French pinot noir, and the energy of a Californian one. "We're not sommeliers," he smiles, "but we know how to drink!" They sure know how to cook, too. Minestrone with chorizo and calves' sweetbreads with soft-shell crab give a flavour of Jean-Philippe's full-on stance on food. The standout main course is a massive côte de boeuf with tarragon sauce and roast veg. You can "super-size" it with truffles and foie gras. Gloriously, ridiculously rich. Strawberry salad with basil syrup and 7-Up jelly completes the feast. The most creative, interesting food scenes in town are mostly in Le Plateau and Mile End, where you find a mixture of ethnic communities, students and sophisticates. I loved Maison Cakao (5090 rue Farbre, corner of rue Laurier, +514 598 2462) for its cupcakes and brownies, and Le Fromentier (1375 rue Laurier Est), where the bread and charcuterie are at least as good as anything you'll find in Paris. Fairmount Bagel (74 rue Fairmount Ouest, fairmountbagel.com, open 24 hours, 365 days) is a tiny local institution that hand-makes 18 varieties and bakes them in wood ovens. Another institution worth its reputation is Schwartz's (3895 blvd St Laurent, +514 842 4813, schwartzsdeli.com, all you can eat $15. No reservations, expect to stand in line), whose smoked meat - think salt beef with deeper flavour - is sensational and worth queuing for. Order your meat "lean" unless you're in with a cardiologist, and eat too much of it with gorgeous dark brown fries, crunchy pickles and a soda. Around the corner, Le Reservoir (9 rue Duluth Est, +514 849 7779) is a micro-brewery with a kitchen. It is the most happening place in the area for Sunday brunch - expect fresh cranberry scones with yoghurt; cod cheeks and chips with home-made ketchup; fried eggs and smoked bacon over sublime Yorkshire pudding. Poutine is a Quebecois speciality, consisting of oily french fries strewn with curd cheese and smothered in salty gravy. Oddly comforting, and excellent for mopping up alcohol, together with every last drop of saliva in your mouth. The Montreal Pool Room (1200 blvd St Laurent), an appealingly grungy, noisy and popular diner, is a good place to try it. If poutine is old-school Montreal cuisine, the Cluny ArtBar (257 rue Prince, +514 866 1213, cluny.info) is its new wave. Cluny is in the centre of town, only a short walk from the touristy joints of the old town. It's near the riverside, attached to a gallery in an ex-foundry. Come here for generous, innovative salads and grills. A few steps away, Le Cartet (106 rue McGill, +514 871 8887) is everything you'd ever want for a buzzy, Scandinavian-smart take on the communal canteen. Great for lunch, Le Cartet has a deli attached and also offers a blowout Sunday brunch buffet, where you can nurse the hangover you nurtured the night before at Pullman (3424 du Parc ave, +514 288 7779, pullman-mtl.com), the gastro bar du choix for Montreal's beautiful people. They're serious about their wine at Pullman, but also mix a mean cosmopolitan. Try tapas like venison tartare with chips, tuna sashimi with pickled cucumber salad, mini bison burgers and roasted marrow bones with veal cheeks. Were Pullman in London, it would be double the price and snooty. Here, it is honest, exciting and fun. As Montreal reinvents itself as a multicultural, modern city, so its young chefs have thrown off the shackles of classical French cuisine. My favourite example of this pared-down, matter-of-fact excellence was in the 10-table neighbourhood Bistro Bienville (4650 rue de Mentana, +512 509 1269, bistrobienville.com). There are no starters or mains, just whatever's good today. They'll fix you a stunning seafood platter, grill you a beautiful piece of fish, and roast you a perfect fat joint of beef. I also ate excellent local cheeses, drank fantastic wine, and thought that if I lived in Montreal, I'd be in here every day. Instead of parading a love of good food and drink as accessories to an ostentatious life, Montrealers celebrate the joys of the table with the matter-of-fact verve born of living half the year in the teeth of an Arctic gale. · Canadian Affair (020-7616 9184, canadianaffair.com) flies Gatwick-Montreal from £99 one way inc tax. The stylish La Place d'Armes (+512 842 1887, hotelplacedarmes.com) has rooms for around £125 including breakfast, cheese and wine and hammam. The training hotel, l'Institut de Tourisme et d'Hôtellerie (+514 282-5120, ithq.qc.c http://www.guardian.co.uk/travel/2008/jun/07/montreal.restaurants/print
  2. http://www.boston.com/travel/destinations/2013/03/10/search-the-perfect-bagel-montreal/W6wUPos6bHvcOPGTrjPoiO/story.html 2e partie de l'article:
  3. Le samedi 17 mars 2007 Photo Martin Chamberland, La Presse La guerre des bagels n'aura pas lieu Michel Marois La Presse Originaire d'Europe de l'Est, le bagel est devenu par une véritable spécialité montréalaise. Deux institutions commerciales, St-Viateur Bagel Shop et la maison de l'Original Fairmount Bagel, sont reconnues partout en Amérique, et les mordus sont nombreux à faire la file devant l'une ou l'autre à toute heure du jour et de la nuit. Mais qui fabrique le meilleur bagel ? Depuis quelques années, une ou deux fois par mois le samedi matin, ma fille et moi répétons un rituel familial. Hiver comme été, nous sortons sans faire de bruit et partons en direction de la rue Saint-Viateur pour nous rendre chez St-Viateur Bagel. Nous y passons de longues minutes, observant les artisans qui préparent et roulent la pâte, guettant le four à bois et le préposé qui manie sa longue planche avec une belle dextérité. Immanquablement, en plus de notre commande familiale, Louna demande un bagel aux graines de sésame et, souvent, le personnel du comptoir lui en fait cadeau. Nous n'avons jamais oublié un samedi d'hiver et de tempête quand, la fabrique étant moins achalandée, le préposé au four s'était amusé à faire virevolter les bagels de sa planche au grand bac de bois où sont conservées les dernières fournées. Pour nous, il n'y a pas de meilleur bagel au monde. C'est donc avec un peu d'étonnement que nous avons lu dans des quotidiens anglophones, il y a quelques semaines, qu'un jury canadien avait décrété que les meilleurs bagels du pays étaient bien fabriqués dans le Mile End, mais plutôt chez Fairmount Bagel, une autre vieille fabrique située une rue plus au sud. Nous sommes donc partis, un beau samedi matin, mener notre enquête pour déterminer, une fois pour toute, quel était le meilleur bagel. Retour dans le passé Entrer dans La Maison de l'original Fairmount Bagel offre un saisissant retour dans le passé. Les panneaux de bois des murs portent la marque des années et le comptoir se présente comme un guichet qui n'est pas sans rappeler les vieux bureaux de poste. Des panneaux vitrés et des cages permettent de voir les bagels, mais il faut placer sa commande au comptoir. Le petit hall - où l'on retrouve aussi des frigos pleins de saumon fumé, fromage à la crème et autres «produits dérivés» du bagel - est vite achalandé et il est fréquent de voir la file d'attente se prolonger sur le trottoir, même la nuit. Les artisans, nombreux, travaillent un peu à l'abri des regards mais il y a beaucoup d'animation et la production est continue. Nous optons évidemment pour des bagels traditionnels aux grains de sésame. Première constatation, ils sont semblables à ceux de la rue Saint-Viateur. La croûte est dorée et bien craquante, la mie est odorante et bien chaude. Une bouchée confirme cette impression : voilà un bien bon bagel. Quelques pâtés de maisons plus au nord, nous voilà devant le St-Viateur Bagel Shop. En fait, il y a deux fabriques dans la rue. L'originale est située au numéro 263, du côté nord, près de l'avenue du Parc. La seconde est établie au numéro 158 et elle produit surtout des bagels pour le réseau de distribution, même si elle demeure ouverte au public, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. La fabrique originale est une grande salle ouverte, avec le four à bois et le comptoir au fond, l'aire de préparation à gauche et le secteur des clients à droite, le long de l'inévitable rangée de frigos. L'ambiance est très conviviale et les vieux clients sont souvent engagés dans des conversations avec l'un ou l'autre des employés. On peut observer à volonté les artisans et ceux-ci n'hésitent pas à expliquer leur travail. Au comptoir, nous plaçons la même commande : «six sésame». La préposée lance un clin d'oeil à Louna : «Tu en veux un pour toi?» en lui tendant un petit sac qui contient le fameux bagel. «C'est certain qu'ils ont le meilleur service...» déclare ma fille, en sortant de la fabrique. «Peut-être, mais tu n'es pas très neutre.» Louna a déjà englouti une grosse bouchée. La croûte est parfaite, la mie pas trop dense; un bagel comme on les aime. Le gagnant? Montréal! Alors? St-Viateur Bagel par K.O.? Ce serait évidemment présomptueux et injuste. La vérité est que chacune des deux fabriques a ses inconditionnels et que toutes deux entretiennent autant de complicité que d'amicales rivalités. Joe Morena, le propriétaire de St-Viateur Bagel, estime d'ailleurs que le plus important est bien que ce soit les bagels de Montréal qui aient triomphé. Les deux entreprises prospèrent et ont entrepris depuis quelques années de belles diversifications. Les fils de M. Morena ont ouvert des fabriques-cafés sur le Plateau et dans N.D.G. Les produits des deux fabriques sont de plus en plus disponibles dans les boutiques d'alimentation et les grandes surfaces, même à l'extérieur de Montréal. Et on se presse encore à toutes heures du jour et de la nuit, rues Fairmount et Saint-Viateur, pour déguster les meilleurs bagels du monde. «Alors Papa, qui a gagné?» demande Louna. «C'est nous Louna, c'est nous.» __________________________ ST. VIATEUR BAGEL SHOP 263, Saint-Viateur Ouest Montréal, 514-276-8044 ______________________________-- LA MAISON DE L'ORIGINAL FAIRMOUNT BAGEL 74, Fairmount Ouest Montréal, 514-272-0667 DEUX INSTITUTIONS St-Viateur Bagel Shop Le St-Viateur Bagel Shop a été fondé en 1957 par Meyer Lewkowick. Originaire d'Europe de l'Est, il travaillait dans des boulangeries et avait amené dans ses bagages les recettes et les techniques de cuisson traditionnelles de ses ancêtres. Avec un ami, il s'est installé dans un quartier multiethnique et au coeur d'une importante communauté hassidique. La petite boulangerie artisanale s'est rapidement imposée, avec sa devanture typique, comme l'une des destinations incontournables de la vie folklorique et contemporaine de Montréal. Le propriétaire actuel, Joe Morena, a commencé à travailler dans la fabrique en 1962, à l'âge de 14 ans. Même si l'entreprise s'est diversifiée, avec des cafés et une distribution dans les grandes surfaces et sur Internet, les bagels sont encore roulés à la main et cuits dans un four à bois. Et la fabrique originale de la rue Saint-Viateur ne produit encore que des bagels aux graines de sésame et de pavot, les seules variétés qui existaient il y a 50 ans. _______________________________ La maison de L'Original Fairmount Bagel C'est en 1919, qu'Isadore Shlafman a ouvert la première boulangerie de bagels à Montréal, dans une ruelle près du boulevard Saint-Laurent. Originaire de Pologne, Shlafman fut donc le premier à faire découvrir aux Montréalais les bagels façonnés à la main et cuits au four à bois. En 1949, Isadore a déménagé dans la rue Fairmount. Lui et sa famille vivaient à l'étage d'un cottage, pendant que la fabrique occupait le rez-de-chaussée. Son fils Jack a appris à son tour l'art de préparer les bagels et s'est joint à l'entreprise. Signe des temps, de nouvelles variétés de bagels sont régulièrement introduites, mais les descendants du fondateur qui gèrent encore l'entreprise n'approuvent leur vente que lorsque leur texture et leur consistance atteignent les standards fixés il y a plusieurs décennies par le grand-père Isadore.