Search the Community

Showing results for tags 'duplex'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 5 results

  1. Avec tout les chantiers présents et ceux passé des dernières année, j'ai pensé que l'on pourrait reprendre de vieilles photos et d'essayer de s'amuser un peu en identifiant quel bâtiment est en construction. Règlement: Photo de bâtiment en construction dans la région de Montréal seulement ( y compris Laval et la Rive-Sud) Bâtiment de plus de 3 étages ( pas de duplex Samcon sur le plateau par exemple) ou infrastructure d'importance . Le bâtiment peut être en construction présentement ou complété. Le premier qui identifie le projet re-poste une photo. Image 1:
  2. Dans LaPresse+ ACHETER OU RÉNOVER SA MAISON : À L’AIDE ! STÉPHANIE GRAMMOND LA PRESSE Sylvie St-Amand est exactement le genre de résidante que Montréal cherche à attirer. Avec son conjoint, elle vient d’acheter un duplex dans Ahuntsic. Trois chambres à coucher. Une cour où ses deux jeunes enfants pourront jouer. Pas trop loin du métro, ce qui permet d’utiliser les transports en commun. L’immeuble aura une vocation intergénérationnelle, puisque les grands-parents s’installeront dans le logement du haut. À 485 000 $, ce n’est pas donné. Mais quand la famille aura remis le plex au goût du jour, elle pourra louer le studio au sous-sol. Oui, mais les travaux coûtent cher… Mme St-Amand aura-t-elle droit à un coup de pouce financier ? Niet ! C’est étonnant, car la Ville de Montréal offre une panoplie de programmes pour retenir les familles dans l’île. Par exemple, la Ville rembourse les droits de mutation aux premiers acheteurs d’un plex. Les ménages ont ensuite accès à une aide financière pour rénover l’immeuble. Le pactole, quoi ! « Quand j’ai su que ça existait, j’étais super excitée », raconte Mme St-Amand. Mais après avoir décortiqué les critères du programme, elle a réalisé qu’elle n’était pas admissible, car la valeur du duplex ne doit pas excéder 450 000 $. Zut ! Ce plafond a été établi de manière à couvrir la moitié des transactions de duplex et triplex à Montréal, explique la Ville. Mais dénicher un duplex à ce prix dans un quartier assez central est pratiquement mission impossible. Parlez-en à Mme St-Amand qui a arpenté Villeray, Petite-Patrie, Côte-des-Neiges, Saint-Laurent… « À moins 450 000 $, soit qu’il y a énormément de travaux à faire, soit que le duplex est trop petit pour une famille », assure-t-elle. Pour la subvention, il faudra repasser. Les paramètres sont trop restrictifs et les plafonds trop bas, même s’ils viennent d’être ajustés pour tenir compte de la hausse des valeurs foncières. Ils ne collent pas à la réalité du marché et suscitent plus de fausses joies qu’autre chose. *** Un autre exemple. Pour encourager les promoteurs à bâtir des copropriétés qui correspondent aux besoins des familles, la Ville offre aussi une subvention qui peut atteindre 12 500 $ pour les familles qui achètent une maison neuve. De quoi faire saliver. Mais voilà, le logement doit avoir au moins trois chambres et coûter moins de 360 000 $. Une équation difficile à résoudre. À Montréal, un condo neuf de 1200 pi2, avec trois chambres à coucher et un espace de stationnement vaut 450 000 $ au bas mot, indique Mathieu Collette, directeur de l’étude de marché du condo au Groupe Altus. Pour construire des unités de trois chambres à moins de 360 000 $, les promoteurs doivent se rabattre sur un terrain jouxtant une voie ferrée ou un parc industriel… pas vraiment le cadre idéal pour élever une famille. Alors, ne vous demandez pas pourquoi peu de promoteurs bâtissent des copropriétés pour les familles en ville. Depuis qu’ils ont été redessinés en 2010, les programmes d’accès à la propriété de la Ville de Montréal ont tout de même aidé quelque 6600 ménages à acheter une maison. Mais plusieurs autres restent sur leur faim et partent en banlieue. Dans le cadre de son Plan de fidélisation des familles, Montréal veut appuyer 6200 familles de plus d’ici 2014-2017, avec une série de mesures qui s’élèvent à 135 millions sur quatre ans. Il est question de relever les plafonds, d’assouplir les règles et d’élargir les clientèles visées par les programmes actuels. Ce ne sera pas du luxe ! *** Montréal doit aussi retaper ses programmes d’aide à la rénovation. Pour être admissible aux programmes actuels, l’évaluation foncière d’une maison unifamiliale ne doit pas excéder 350 000 $. Or, la valeur moyenne des maisons dépasse cette limite dans la plupart des arrondissements. Mais de toute façon, ces programmes sont limités à des zones très précises… et souvent peu attrayantes pour les familles. Remarquez que cela fait partie des critères de Rénovation Québec qui finance des programmes semblables aux quatre coins de la province. Bien sûr, la capacité financière de l’État est limitée. Pour avoir un impact, on comprend que les programmes ciblent des secteurs à revitaliser et des familles à plus faibles revenus. Mais des milliers de propriétaires qui rénovent leur maison et revitalisent leur quartier sont laissés pour compte. Il y a bien certains programmes spécifiques pour améliorer l’efficacité énergétique, favoriser le maintien à domicile, etc. Je ferai le tour du jardin dans ma chronique de demain dans La Presse+. Mais il n’en reste pas moins que la majorité des propriétaires n’ont aucune aide pour financer leurs rénovations. Ils ont plutôt l’impression que les municipalités les attendent avec une brique et un fanal. C’est le cas d’un couple de Québec qui a investi 150 000 $ pour refaire de A à Z un condo près des plaines d’Abraham. Surprise ! Un inspecteur de la Ville est passé et l’évaluation municipale a doublé. Avec cette hausse de taxes d’environ 2300 $ par année, c’est comme si les rénovations avaient coûté près de 60 000 $ de plus sur 25 ans. « Pourtant j’ai fait rouler l’économie, j’ai payé la TPS/TVQ sur mes achats », fait observer l’homme. Les gens qui achètent une maison neuve ont droit à un remboursement partiel des taxes. Pourquoi ceux qui rénovent n’auraient-ils pas droit à un coup de main eux aussi ? À lire demain dans La Presse+ : Acheter ou rénover sa maison : 12 outils pour réduire la facture.
  3. Pour avoir agi «à la manière d'un voleur», l'institution financière devra verser 113 000 $ à un homme après la saisie de son duplex. Pour en lire plus...
  4. En matière d'habitation, le "duplex", dans le sens montréalais du terme, est une formule très répandue dans cette ville mais curieusement, à peu près absente ailleurs au Québec, au Canada, en Amérique et même en Occident en général (à ma connaissance). Sa particularité ne tient pas à son architechture, mais à son mode d'occupation, ie un bâtiment comportant deux logements superposés, appartenant à un propriétaire occupant (généralement) le rez-de-chaussée, tandis que le logement à l'étage est occupé par un locataire. Le duplex est souvent jumelé (à un semblable), mais il peut aussi être construit en rangée, et plus rarement, isolé. Il peut être de facture moyenne, modeste, ou même luxueuse. Une variante de ce duplex est le triplex, qui peut être constitué de trois niveaux (un par logement), mais plus souvent à deux niveaux, l'étage étant divisé en deux logements tandis que le propriétaire occupe le logement deux fois plus spacieux du rez-de-chaussée. On retrouve ce mode d'habitation dans de nombreux quartiers de Montréal et de sa proche banlieue. CEPENDANT, depuis approximativement quarante ans, il me semble que la construction de nouveaux bâtiments sous cette formule a considérablement diminué, au point de devenir rarisisme. Pourtant, le marché de la revente de duplex existants semble tout aussi florissant que pour les autres types d'habitation. COMMENT expliquer cela? Je crois pouvoir fournir quelques explications, mais j'aimerais d'abord lire vos opinions, chers collègues du forum!
  5. Les prix des maisons ont dégringolé au Canada 26 janvier 2009 - 13h17 La Presse Canadienne La morosité économique et la perte de confiance des consommateurs ont fait dégringoler le prix des maisons au quatrième trimestre au Canada, selon les dernières statistiques de la firme Royal Lepage. Selon la firme immobilière, les ventes ont également chuté au Canada au cours du quatrième trimestre. Royal Lepage a indiqué que le prix moyen des maisons uni-familiales a chuté de 4,8 % au pays à 319 640 $. Le prix moyen d'un condominium a dévissé de 5,2 % à 233 230 $ et le prix d'un duplex de 6,3 % à 376 140 $. Certains villes, comme Regina et Saint-Jean de Terre-Neuve, ont vu le prix des maisons se majorer d'au moins 10 % mais dans les villes plus importantes comme Edmonton, Toronto, Calgary et Vancouver, les prix ont baissé. A Montréal, le prix des maisons uni-familiales a gagné 1,2 % à 261 372 $, celui des duplex a baissé de 2,2 % à 334 850 $ et celui des condos a cédé 1,3 % à 200 284 $. A Ottawa, la tendance est à la hausse pour toutes les catégories de résidences. Le prix des maisons uni-famiales s'est majoré de 4,1 % à 321 333 $, les condos de 5,2 % à 207 167 $ et les duplex de 3,5 % à 317 083 $. Royal Lepage soutient que la situation devrait s'améliorer pour les vendeurs en 2009 en raison des faibles taux d'hypothèque et des efforts des divers ordres de gouvernement pour relancer l'économie vacillante.