Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'défusion'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 1 result

  1. Arrondissements L’impossible réforme 10 juillet 2014 |Bernard Descôteaux | Montréal Le maire Denis Coderre réalise ce que ses concitoyens savent depuis longtemps, à savoir que Montréal est trop décentralisée. La proposition de rééquilibrage d’une partie des pouvoirs entre ville centre et arrondissements, qu’il a déposée mardi assortie d’une révision du financement des arrondissements, provoque la levée de boucliers attendue des élus locaux. Denis Coderre n’est pas le premier maire à se buter à un blocage de toute réforme des pouvoirs, sauf que cette fois on l’accompagne de menaces de défusion. Il est hors de question pour les arrondissements qui en 2004 ont adhéré par référendum au nouveau Montréal de revenir sur le compromis historique proposé par le maire Gérald Tremblay pour empêcher les défusions. La loi 33 qui leur redonnait une partie des pouvoirs perdus en 2001 au moment de la création de la nouvelle grande ville est pour eux aussi sacrée que peuvent l’être pour les provinces les articles 91 et 92 de la Constitution canadienne qui déterminent leurs champs de compétences. En campagne électorale, l’idée de revenir sur ce compromis historique avait été évoquée. Certains avaient proposé de réduire le nombre d’arrondissements par des fusions, ce que Denis Coderre avait vite écarté. Il lui aura suffi de quelques mois pour réaliser que les dédoublements entraînent des surcoûts et une inefficacité affectant la qualité des services aux citoyens. Quiconque circule sur les grandes artères de Montréal en hiver sait à quel point le déneigement se révèle cauchemardesque d’un arrondissement à l’autre. La ville centre n’a la responsabilité du déneigement que de 24 % du réseau artériel. Denis Coderre veut que ce soit 52 %, en ajoutant quelques grandes avenues comme la rue Saint-Hubert. Il y a une logique évidente de saine gestion, tout comme l’enlèvement des ordures ménagères qui passerait sous la responsabilité de la ville centre. Perte de pouvoirs pour les arrondissements ? Si peu, mais en contrepartie il y aura des économies d’échelle. Le maire Coderre a mis de côté le mot « centralisation », honni des maires d’arrondissement, pour parler plutôt d’harmonisation des fonctions. Il a raison, car sa réforme est somme toute légère. La résistance des arrondissements n’est pas justifiée. Les batailles de pouvoirs cachent souvent un problème de déséquilibre fiscal, lequel est bien réel à Montréal. Plusieurs arrondissements sont sous-financés du fait que la base de leur financement est leur budget d’avant les fusions alors que les anciennes banlieues n’avaient pas toutes la même capacité fiscale. Le maire Gérald Tremblay a tenté, sans réussir, d’éliminer les iniquités historiques. L’administration Coderre s’attaque à ce problème en proposant des règles de financement objectives dont les formules de calcul complexes et rigides produisent des résultats aberrants. Ces deux réformes ne passeront pas, l’administration Coderre n’ayant pas la majorité requise au conseil municipal. Elle ne doit pas abdiquer pour autant. D’évidence, il lui faut revoir sa proposition financière pour tenir compte davantage des réalités propres à chaque arrondissement. Plus équitable, elle permettrait de faciliter par ailleurs le dialogue sur la réforme des pouvoirs, qui, en éliminant des dédoublements de fonctions entre ville centre et arrondissements, pourrait dégager des économies et créer les marges financières dont tous profiteraient. Tout est lié. Le défi de Denis Coderre est de le faire accepter par les maires d’arrondissement. Il lui faudra négocier. Ces derniers doivent par ailleurs comprendre que leurs menaces de défusion sont stériles. Un retour en arrière n’est dans l’intérêt de personne. Le gouvernement québécois se doit de se dépêcher de vite fermer cette porte. http://www.ledevoir.com/politique/montreal/413015/arrondissements-l-impossible-reforme
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value