Search the Community

Showing results for tags 'débat'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 18 results

  1. Le géant canadien des médias obtient un autre sursis de ses créanciers, cette fois jusqu'au 7 avril, au moment où il se débat pour éviter la faillite. Pour en lire plus...
  2. Le café d'Halifax a décidé d'abolir la pièce d'un cent afin d'alimenter le débat sur l'utilité de cette pièce de monnaie. Pour en lire plus...
  3. Voici les 7 propositions lauréates du concours Nordicité, retenues parmi les 36 projets déposés, qui ont été dévoilées le 29 avril à la Cinémathèque québécoise. Pour voir toutes les propositions et consulter le rapport du jury http://aduq.ca/concours-nordicite/ "L’ensemble des propositions permet d’alimenter une réflexion riche qui se poursuivra dans le but de stimuler la créativité en vue de la prochaine saison hivernale. L’ADUQ souhaite ainsi mettre sur pied une série d’évènements, dont le vernissage et un débat, afin que ce concours puisse nourrir en continu la recherche sur le thème. Par la suite, une publication, voire même la réalisation de certaines propositions pourraient être envisageables. Les organisateurs se réjouissent donc de voir que le médium du concours d’idée peut réellement jouer un rôle dans la recherche d’idées novatrices, et alimenter un débat plus concret et imagé."
  4. La radio de Radio-Canada a diffusé un grand débat sur Montréal, je crois que c'est encore pertinent malgré sa diffusion il y a un an. http://www.radio-canada.ca/radio/maisonneuve/tribune-montreal.shtml
  5. Suite à une intervention hors sujet sur un thread du Mackay, j'ai trouvé cet article qui véhicule bien mon opinion sur l'identité de Montréal par rapport à sa réputation et son développement à l'intérieur du Québec vs Les investissement extérieur et l'immigration. Il s'agit d'un article parru plus tot durant le mois de mai dans La Presse. Pas question de « dénationaliser » Montréal http://www.cyberpresse.ca (opinions) mardi 12 mai 2009 ________________________________________ L’auteur est d’avis que le Québec ne saurait être cassé en deux avec, d’une part, une métropole désormais seule dépositaire de la modernité et, d’autre part, des régions assimilées au « pittoresque canadien-français ». Dans la même journée, mais dans deux villes différentes, nous avons pu entendre deux personnalités issues du milieu de la culture affichant deux visions différentes de l’avenir du français : Luc Plamondon, qui s’inquiète de l’avenir du français dans la métropole québécoise, et Gilbert Rozon qui, au contraire, souhaite relancer le débat sur la nécessité pour Montréal de capitaliser sur son bilinguisme pour regagner un statut de grande métropole nord-américaine. Ce débat est tout, sauf neuf, et il correspond à une vieille obsession mal fondée des milieux d’affaires pour qui le français, langue de culture, ne saurait être pris au sérieux comme langue de développement économique. Un débat qui risque de connaître une nouvelle vitalité puisqu’il semble correspondre à l’état d’esprit d’une partie des élites de la métropole exaspérée par les contraintes historiques du cadre québécois. En effet, chez de nombreux partisans du bilinguisme intégral, il faudrait « se réinventer », dénationaliser Montréal et lui permettre de se développer selon sa dynamique propre, sans l’intégrer dans une perspective plus vaste de développement national québécois. Les plus enthousiastes envisagent même pour Montréal un destin de métropole mondialisée dont les appartenances métissées de ses citoyens serviraient une nouvelle identité inscrite tout naturellement dans le réseau cosmopolite des métropoles postmodernes. D’autres encore considèrent que l’identité nationale relève désormais de la préhistoire de la démocratie, et qu’une une nouvelle société devrait maintenant naître dans une hybridité bilingue et multiculturelle. Inquiétante vision C’est une vision de Montréal qui m’inquiète. Il m’apparaît au contraire essentiel de réaffirmer de façon claire, notamment auprès des nouveaux arrivants, que Montréal est une métropole francophone au coeur de la nation québécoise, un statut que lui confère d’ailleurs l’article premier de la Charte de la Ville de Montréal. Le problème de l’intégration des nouveaux arrivants se pose, et continuera de se poser de façon plus importante, si ceux-ci sont uniquement invités à s’intégrer à la culture métissée d’un Montréal devenu multiculturel. Cette tentation multiculturelle est forte, hégémonique même au sein de certaines élites. Elle n’en est pas moins contradictoire avec le destin québécois de la seule métropole francophone en Amérique du Nord, faut-il le rappeler. Car c’est l’enracinement de Montréal dans la nation québécoise qui lui donne son caractère unique si souvent louangé à l’échelle continentale. Même si Montréal possède un statut à part dans la réalité nationale québécoise, elle est néanmoins appelée à y jouer un rôle, non pas de métropole bilingue d’une société multiculturelle, mais bien de métropole francophone de la nation québécoise. Le Québec ne saurait être cassé en deux avec, d’une part, une métropole désormais seule dépositaire de la modernité et, d’autre part, des régions assimilées au « pittoresque canadien-français ». Il faut au contraire que Montréal et les régions établissent et maintiennent une collaboration en termes notamment de développement économique et culturel qui permettrait à l’ensemble de la nation québécoise de mieux rayonner sur la scène internationale. Le Québec est un tout et Montréal appartient à ce tout. Montréal est une métropole francophone et elle doit le rester. *** Gilles Grondin, conseiller de la ville de Montréal District du Vieux-Rosemont Quelque'un partage cet opinions? Quelqu'un a des commentaires ou des rétissences? Ou peut-etre de quoi à rajouté? Pour le plaisir d'en parler intelligement.
  6. La Chambre de sécurité financière du Québec se retrouve avec un délicat problème au sujet de Michel Marcoux, président d'Avantages Services Financiers, accusé d'entrave à une inspection. Pour en lire plus...
  7. J'ai lu dans plusieurs journaux que 70% des matières dangereuses sont transportées par camion au Québec. J'ai aussi lu que l'A40 est la seule route est-ouest à travers Montréal que peuvent emprunter les camions avec matière dangereuse... Ne serait-il pas temps d'envisager d'autres solutions pour éviter de telles tragédies? Autres moyens de transports, contournement de Montréal, etc. ? Je lance le débat!
  8. Bonjour à tous! Comme vous, nous sommes de grands fans d'architecture et d'urbanisme. Et comme nous, il vous arrive surement de découvrir des projets d'origines diverses et rêver d'avoir les mêmes dans notre Métropole! Lorsqu'une situation semblable se produira, nous vous proposons de publier le fameux projet ici, dans cette discussion! De plus, pour ajouter au plaisir, vous pourriez spécifier à quel endroit dans la Métropole (et ses alentours) vous imaginez le projet. Nous croyons que l’exercice pourra être très intéressant et surtout, très inspirant! Mais soyons réaliste : une limite de hauteur de 235 mètres est en vigueur et aucun élus ne prévoient l'abolir. Discutons d'architecture, mais évitons que cette discussion ne tourne en débat sur la pertinence ou non de la réglementation! Qu'en pensez-vous? ---------------------------------------------------------------------- Il existe une section Ici et ailleurs, mais cette dernière est séparée en plusieurs sous sections. Nous pensons qu'une seule et même discussion serait plus facile à suivre. Nous laissons aux modérateurs le soin de déplacer cette discussion s'ils le jugent nécessaire!
  9. La Chambre a entamé ce matin une réunion au cours de laquelle elle doit débattre pendant 90 minutes sur le plan de sauvetage de 700 G$ US qui a déjà l'appui du Sénat. Pour en lire plus...
  10. Débat continué du fil LUX Résidences Gouverneur - 12 étages: http://mtlurb.com/forums/showthread.php?t=74 OK, peut-être la majorité (pas grande), des Québécois ne sentissent pas canadien, mais il y a encore un grande minorité qui sont fiers d'être canadien. Es-que c'est offensif pour toi de voire le drapeau canadien sur un édifice? N'oubliez pas que le Québec fait partie encore du Canada, ca ne devrait pas être étrange de voir le drapeau sur un édifice privé... Un drapeau canadien n'est pas un objet provocateur...
  11. Le président du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MEDAC), va plus loin. Selon lui, la Caisse de dépôt devrait publier ses résultats semestriellement. Pour en lire plus...
  12. Cinar et son nouveau propriétaire, Cookie Jar, font des pieds et des mains pour empêcher que soit divulgués en cour les noms des émissions à qui le gouvernement canadien a retiré, en 2000, leur certification de production télévisuelle canadienne. Pour en lire plus...
  13. http://www.ledevoir.com/sports/soccer/401521/le-voile-et-le-turban-officiellement-autorises-dans-le-football <header style="box-sizing: border-box; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Verdana, Geneva, sans-serif; line-height: 16px;">[h=1]Le voile et le turban officiellement autorisés au football[/h]</header>1 mars 2014 10h31 | Agence France-Presse | Soccer <figure class="photo_paysage" style="box-sizing: border-box; margin: 0px; color: rgb(0, 0, 0); font-family: Verdana, Geneva, sans-serif; line-height: 16px;"><figcaption style="box-sizing: border-box; font-size: 0.846em; line-height: 1.2em; padding: 2px 0px 15px;">Photo : Agence France-Presse (photo) Archives / Amir PoormandDes joueuses de l'équipe nationale iranienne féminine de football en échauffement, en 2009. Le port du voile ou du turban a été avalisé samedi par la FIFA.</figcaption></figure>Zurich — La possibilité de porter le voile ou le turban a été officiellement intégrée samedi dans les règles du football, ce qui devrait contribuer à lever la barrière religieuse à son développement dans plusieurs pays du globe. L’International Football Association Board (IFAB), l’organe garant des lois du ballon rond, avait autorisé à titre d’essai le port du voile sous certaines conditions strictes il y a deux ans, à la demande de plusieurs pays musulmans. Le Board avait ensuite accepté d’étendre cette expérience aux joueurs masculins après qu’un conflit autour du turban par des Sikhs déborde sur les terrains de football au Québec. «Une expérience a été menée et la décision restait à prendre. Cela a été confirmé: les joueuses peuvent avoir la tête couverte pour jouer», a déclaré le secrétaire général de la Fédération internationale de football (FIFA), Jérôme Valcke, lors d’une conférence de presse. «Nous ne pouvons faire de discrimination. Ce qui s’applique aux femmes peut s’appliquer aux hommes. Les hommes peuvent aussi porter dans les différents compétitions un couvre-chef», a ajouté Jérôme Valcke. Consignes à respecter Le Board a jugé ne plus avoir de raisons valables de l’interdire si les consignes fixées sont bien respectées. Car ce couvre-chef autorisé sur les terrains n’aura rien à voir avec le voile ou le turban de tous les jours. Il doit en effet être collé à la tête, être en accord avec la tenue du joueur, ne pas être rattaché à son maillot, ne pas constituer un danger pour celui qui le porte ou pour autrui, et ne doit avoir aucune partie qui dépasse. Les épinglettes pour le faire tenir aux cheveux sont aussi bannies. Il doit encore être défini précisément et une circulaire sera envoyée dans la foulée aux différentes fédérations pour expliquer les détails. La question du voile avait agité la planète du ballon rond ces dernières années. L’Iran était allé jusqu’à porter plainte contre la FIFA parce que les joueuses de son équipe nationale, faute d’être autorisée à couvrir leurs têtes, avaient dû faire une croix sur les qualifications pour les Jeux olympiques de Londres en 2012. Le débat avait ressurgi au Canada en juin 2013, quand la Fédération québécoise de football s’était opposée au port du turban par des Sikhs sur les terrains. La Fédération canadienne, qui y était favorable, avait décidé de suspendre la branche québécoise avant que la FIFA ne calme le jeu, en étendant aux joueurs masculins le champ de son expérience. Choix sportif plutôt que religieux Pour les instances dirigeantes du ballon rond, c’est l’aspect sportif qui a primé sur le débat autour du symbole religieux. «C’était une requête qui venait d’un groupe de pays et d’un groupe de joueurs qui disaient que cela contribuerait au développement du football et ce fut le principal argument qui a poussé l’IFAB à dire oui», a souligné Jérôme Valcke. Si l’autorisation d’avoir la tête couverte sur les terrains est valable pour le monde entier, cela ne veut pas dire qu’elle sera appliquée partout. En France, où le débat sur le voile fait rage dans toutes les strates de la société depuis plusieurs années, la fédération nationale de football avait déjà interdit, il y a deux ans, à ses licenciées le port du voile afin «de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité» qui prévalent dans l’Hexagone. Samedi, la FFF a rappelé que ces mêmes principes restaient valables y compris «en ce qui concerne la participation des sélections nationales françaises dans des compétitions internationales» et maintenu «l’interdiction du port de tous signes religieux ou confessionnels» dans le pays. L’IFAB a aussi amendé les règles concernant les tenues des joueurs afin d’interdire plus clairement tout slogan, déclaration ou image à caractère politique, religieuse ou personnelle sur la partie visible ou sur les sous-vêtements. Que leurs intentions soient bonnes ou non, les joueurs qui soulèvent leur maillot pour montrer au public un message écrit s’exposeront ainsi à des sanctions. Par Stéphanie Pertuiset
  14. The Globe and Mail relançait en début de semaine le débat sur l'instauration d'une monnaie unique en Amérique du Nord en publiant un article sur le rejet de l'option par les fonctionnaires fédéraux du ministère des Finances.Est ce que vous étes dacoord pour une monnaie unique ou non ?
  15. SONDAGE TRADITIONNEL - ÉLECTIONS - ÉDITION 2011! AVIS: les discussions politiques sont normalement réservées au forum de la politique, mais typiquement pour les élections on fait une exception en créant un sondage. Ce fil n'est pas pour débattre la politique mais simplement pour partager vos intentions de vote - pas plus. Pour le débat, veuillez consulter le forum politique. I will be monitoring this thread closely. At the slightest deviation from the established rules, the other moderators and I will be swift in deleting posts.
  16. Je travail sur une lettre pour M. Bumbaru. Je vais garder ça professionel. Je lance l'appel à mtlurb - qu'est ce que je devrais lui dire? Quelqu'un a un paragraphe qu'il voudrait contribuer? Je vais partager la lettre avec vous en premier, pour demander vos conseils/suggestions. Pour le moment, je veux lui poser des questions sincères (ex: pourquoi est-ce qu'il est vraiment si anti-Marianapolis?) et je veux l'inviter a venir ici sur mtlurb pour continuer le débat avec nous. Je veux lui sortir des arguments et exposer mon point de vue, mais principalement je veux l'inviter a nous rejoindre sur le forum pour jaser!
  17. L'imposition, aux États-Unis, d'un plafond salarial aux dirigeants de grandes entreprises qui bénéficient de l'aide de l'État soulève un débat sur la possibilité d'une pratique semblable au Canada. Pour en lire plus...
  18. Attention tout le monde. C'est maintenant à 6 étages que l'on parle de "tours" à Montréal. Je suis d'accord avec eux par contre de convertir le terrain en parc sur le bord du canal Lachine, préserver l'accès au canal et rendre l'accès plus convivial aussi avec des parcs. Par contre, de dire que à 6 étage, on a une tour...un gratte-ciel un coup parti !? ***************************** Sud-Ouest Un parc ou des condos? Agence QMI Jean-Louis Fortin 16/02/2010 21h45 Le nouveau maire d’arrondissement Sud-Ouest, Benoît Dorais, a décidé de maintenir sur la glace un important projet de condos pour relancer le débat sur l’usage qui sera fait des terrains en bordure du canal de Lachine. Le porte-couleurs de Vision-Montréal a annoncé qu’un forum de consultations publiques se tiendrait d’ici juin sur le redéveloppement controversé du site de l’ancien entrepôt Seracon, situé au 2985 sur la rue Saint-Patrick. Jusqu’à la mi-2009, l’ancienne mairesse de l’Arrondissement et membre d’Union Montréal, Jacqueline Montpetit, caressait l’idée d’y autoriser la construction de deux édifices à logements résidentiels de six étages, qui auraient abrité 150 condos. Puis, le 22 septembre, l’arrondissement a refusé de donner le feu vert à la première étape, soit la démolition de l’entrepôt actuel construit en 1956. Depuis, le projet du promoteur AXXYS fait du surplace. Plusieurs groupes de citoyens, comme Action-Gardien, craignent que des tours à condo de 20 mètres de haut ne viennent «ériger un mur entre le quartier et le canal Lachine», et créent «des problèmes de circulation automobile». Ils ont proposé qu’un parc soit aménagé plutôt que des immeubles. «Relancer le débat public» «Nous avons décidé de relancer le débat public sur des bases plus larges», a expliqué Benoît Dorais en début de semaine. Mardi soir, lors d’une séance spéciale du conseil d’arrondissement, les trois conseillers de Vision Montréal, qui disposent de la majorité des voix, devaient voter afin de permettre la démolition du bâtiment actuel, pour que le propriétaire puisse décontaminer le terrain. «Le propriétaire a toujours agi de bonne foi dans ce dossier et nous devons faire de même», a dit le maire, qui veut que la décontamination soit effectuée alors que des programmes de subventions sont disponibles pour le faire. Les élus devaient aussi établir un zonage résidentiel et commercial dans ce terrain auparavant classé comme industriel.