Search the Community

Showing results for tags 'conversion'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 13 results

  1. Quelqu'un du forum mentionnait il y a quelques jours que le feuillet MON TOIT de LA PRESSE contenait une publicité ( demi-page) et ce depuis trois semaines incitant des acheteurs potentiels à s'inscrire pour être dans le groupe d'acheteur qui seront priviliégiés sur un super achat d'un condo et ce à partir de $ 129,000., mais sans donner l'adresse . En allant sur le site pour s'inscrire, l'acheteur doit donner ses infos personnels et attendre des nouvelles. Sur ce, les drapeaux sont maintenant installés, ils ont commencé la vente privé avec des locataires de l'édifice, puis qu'il s'agit d'une conversion en condos. J'avais répondu à une question d'un des membres de ce forum, il y a quelques mois de cette compagnie ( étrangère) propriétaire qui laissait enetndre qu'ilsw investisserait des sous dna sun projet dans le voisinnage du Ritz. J'avais alors répondu qu'il pouuvait s'agir des Tours du Parc qui ont obtenu une conversion en copropriétés des Tours du Parcs, trois édifices locatifs, environ 700 unités ( mais par loi privé en 2005, ils avaient omis d'obtenir la signature de la Ministre de la Culture étant à quelques pas de batiments patrimoniaux etc.etc.... Ils ont donc un bureau de ventes, des condos modèles de prêt et le tout devrait être lancé plus officiellemnt sous peu. Des studios de quelques 400 pi.ca. à $ 130,000. des 31/2 de presque que 800 pi. ca. de $ 160K à $180K selon les étages. Quant à la vue décrite dans leur pub de MON TOIT, le premier édifice en vente est localisé sur de la Montagn et ben proche de la rue Sherbrooke, donc on est en bas de la côte et par rapport à la vue que vante la pub de La Presse......c'est pas trop fort. Ce qui est sûr, c'est comme dit l'expression anglaise.......location, location, location.....mieux situé que ça, tu meurs. Autrement dit, dans le quartier du Ritz, tu peux t'acheter un apart à $ 129K....pas mal, du point de vue investissement......
  2. Projet de rénovation / conversion de deux immeubles sur St-Alexandre côté ouest au sud de Ste-Catherine. Un des immeubles appartenait à l'UQAM, notre chère université nationaliste. Je ne trouve plus le thread sur ce project, en savez-vous davantage? Merci!
  3. Quartiers huppés de Montréal - Des promoteurs contourneraient le moratoire sur les condominiums Le Devoir Bahador Zabihiyan Édition du mardi 19 mai 2009 Mots clés : Moratoire, Condominums, Comité Logement Centre-Sud, Montréal Certains promoteurs optent pour des copropriétés par actions, ce qui permet de chasser plus facilement les locataires Une trentaine de locataires du complexe du Club Sommet, un immeuble d'environ 300 logements, situé dans le Golden Square Mile, contestent leur éviction. Des failles existeraient dans le moratoire sur les condominiums permettant aux propriétaires de se débarrasser des locataires et de mettre leurs logements rénovés sur le marché à des prix beaucoup plus élevés, notamment dans les secteurs huppés du centre-ville, d'après Éric Michaud, du Comité Logement Centre-Sud. Les règles pour construire des condominiums étant trop sévères, certains promoteurs optent pour des copropriétés par actions. Or, les locataires sont moins bien protégés lorsque leur immeuble devient une copropriété de ce type. «Quand on convertit un immeuble en condos, on ne peut plus faire d'agrandissements, on ne peut plus faire de travaux majeurs, il y a des garde-fous. Or, comme ce type de conversion-là [copropriété par actions] n'est pas encadré, les propriétaires peuvent faire tout ce qu'ils veulent», affirme M. Michaud. Ce dernier décrit le procédé comme une conversion en condominium «déguisée». «C'est un danger pour la protection du parc locatif», rajoute-t-il. Selon lui, environ 500 logements, principalement situés au centre-ville, seraient aujourd'hui concernés par des conversions en copropriété par actions. Une trentaine de locataires du complexe du Club Sommet, un immeuble d'environ 300 logements, situé dans le Golden Square Mile au 3475, rue de la Montagne, ont même engagé un avocat afin de porter l'affaire devant la Régie du logement, après avoir contacté sans succès la Ville de Montréal et le ministère des Affaires municipales et du Logement. Les locataires étaient au tribunal de la Régie du logement la semaine dernière. Ils demandaient notamment au propriétaire de mieux les dédommager pour leur éviction. Ils souhaitent aussi que ce dernier leur verse des dommages et intérêts pour les nuisances engendrées par les travaux importants entrepris dans l'immeuble depuis deux ans. En effet, le propriétaire, Casperdiny IFB Realty Inc., a décidé d'y effectuer des travaux majeurs notamment en combinant des petits appartements afin d'en faire des plus grands logements, qui sont par la suite vendus entre 137 000 $ et 575 000 $ environ, ou loués pour des loyers situés entre 1100 $ et 2000 $ par mois, d'après le site Web de la compagnie et les publicités publiées dans plusieurs quotidiens montréalais. Or, le propriétaire n'aurait pas pu entreprendre des travaux, ni se débarrasser des locataires aussi facilement si le projet était un condominium et non une copropriété par actions. Joanne Dolan habite au Club Sommet depuis une vingtaine d'années et refuse de quitter son logement. Elle estime qu'il devrait y avoir un moratoire sur les copropriétés par actions. «Si on avait une conversion en condominium, les locataires et leurs baux seraient protégés par la Régie du logement contre les évictions et les travaux dans l'immeuble, jusqu'à ce qu'ils décident de partir. On devrait avoir le même type de moratoire pour les copropriétés», constate Mme Dolan, avant de retourner dans la salle devant le juge pour défendre sa cause et répondre aux questions de l'avocat du propriétaire. Un procédé bien connu La copropriété par actions est un procédé bien connu de l'Association des courtiers et agents immobiliers du Québec (ACAIQ) qui le présente, sur leur site Internet, comme un bon moyen de contourner le moratoire sur la construction des condominiums mis en place en 2001. «Ce mode d'acquisition immobilière, surtout présent dans les grandes villes, a notamment été développé pour contourner les difficultés liées aux restrictions à la conversion d'immeubles locatifs en propriété divise [condominium]. La détention d'action avec droit d'usage d'un appartement peut, en pratique, présenter des similarités avec la copropriété divise d'un immeuble», peut-on lire sur le site de l'ACAIQ. Les investisseurs n'achètent pas un appartement, mais des actions dans la société qui possèdent l'immeuble. Ces actions leur donnent ensuite droit à un logement. Lors de la conversion d'un immeuble en condominium, les locataires déjà présents peuvent continuer à occuper leur logement et renouveler leurs baux autant de fois qu'ils le veulent. De plus, le propriétaire ne peut y effectuer des travaux majeurs jusqu'à ce que les locataires quittent les lieux. Thomas Robert Reiner, dont la compagnie Asta Corporation Inc. gère le projet au nom de Casperdiny, ne cache pas qu'il aurait «sauté sur l'occasion» si la Ville l'avait laissé construire des condominiums au Club Sommet. Il estime que l'immeuble, «composé aux trois quarts de petites unités de types, logements étudiants», n'est pas financièrement viable. «Dans ce riche quartier du Golden Square Mile, il faut faire des unités de 800, 900, 1000, 1100 pieds carrés pas 400», remarque-t-il. De plus, il affirme qu'il n'a «aucun retour sur investissement» à l'heure actuelle, car les loyers du Club Sommet sont trop faibles. Enfin, d'après M. Reiner, il est plus facile de financer un projet de condominium qu'un projet de copropriété par actions. C'est donc par défaut qu'il a opté pour un projet de copropriété par actions. Mais il estime avoir tout fait pour aider les locataires à trouver un nouveau logement, notamment en leur payant des mois de loyer gratuit et des frais de déménagement. «D'ailleurs, la grande majorité ont accepté de partir», constate-t-il. La Régie devrait rendre sa décision vers la fin de l'année. Mais d'autres projets de conversion en copropriété par actions sont en cours. Ted Pearson était présent à l'audience à la Régie du logement, jeudi dernier. Lui n'habite pas au Club Sommet, mais dans les appartements d'Embassy Row, avenue du Docteur-Penfield. Mais M. Pearson estime qu'il risque fort de se faire chasser de son logement. «Il y a une conversion en copropriété [par actions] là-bas aussi», dit-il, avant que l'audience ne reprenne. http://www.ledevoir.com/2009/05/19/251067.html (19/5/2009 18H14)
  4. Bonjour a tous, I would like to know how 'easy' it is to do (arrondissement is ville-Marie). I called the city but they didn't give me much info. They sent me a guide but the guide simply states that 'at least 50% of occupants need to ask for it', but not much else. There must be more to it. FYI I'm not the one making the conversion. I am looking at a property that is Indivise and the promoter is 'assuring' me conversion will occur but I don't want to take his word for it. Was wondering if anyone here had experiences with this. merci
  5. Nouveau projet dans Ahuntsic, conversion de deux immeubles commercial/industriels sur Papineau en condos. http://www.innovacondos.com/fr/index.php http://www.guidehabitation.ca/fr/5615/innova-condos/ Ça remplacera ces deux édifices: http://maps.google.com/?ll=45.564948,-73.645998&spn=0.001594,0.003484&t=h&z=19&layer=c&cbll=45.564991,-73.646098&panoid=a4nPim3An1EJycSEZtbeJQ&cbp=12,21.41,,0,0.42
  6. Le constructeur automobile américain misera cette somme afin d'adapter une usine de camionnettes à la fabrication des petits modèles. Pour en lire plus...
  7. Metro name to be largest in Canada with consolidation of five banners in Ontario 48 minutes ago MONTREAL — Venerable grocery banners Dominion and A&P will soon disappear as Canada's third-largest surpermarket chain, Metro Inc. (TSX:MRU.A), plans to consolidate five store names in Ontario under the Metro moniker, born 47 years ago in Quebec. Metro will become the most common supermarket name in Canada, boasting 376 stores in Quebec and Ontario, after 158 stores in Canada's largest province are converted over the next 15 months. Metro will have 376 stores in Quebec and Ontario, after 158 stores in Canada's largest province are converted over the next 15 months. The move supplants IGA as the most common grocery banner, although that chain's stores are owned and operated by different companies across the country. Metro announced Thursday it will spend $200 million to rebrand its stores in Ontario, where the company had been operating under the A&P, Dominion, Loeb, The Barn and Ultra banners. "For Quebecers, it's good news to see a banner that we know well establish itself in Ontario to become the largest banner in Ontario," CEO Eric La Fleche said in an interview. The change will see the disappearance from Canada's retail landscape two venerable grocery names: Dominion and A&P. The conversion will start next month with the rebranding of 49 Dominion stores in Toronto. Hamilton will then lose The Barn, followed by the removal of Ultra in Guelph and Burlington. By the end of 2008, 60 stores will be converted. Loeb will disappear early next year before A&P is converted by the end of 2009. The long-awaited change comes as the Ontario grocery market is in the midst of intense competition, which has driven down profits as chains have been forced to lower their prices to win or keep customers. Besides pressure from the two biggest national grocers, Loblaws (TSX:L) and Sobey's (TSX:EMP.A), Metro faces challenges from U.S.-based department store operator Wal-Mart and Toronto-based Shoppers Drug Mart (TSX:SC), which have both increased their grocery sales. "We think that in Ontario we will be stronger with one banner than with five and we think that the $200 million that we will invest in our stores will help us to better compete in that market," said La Fleche, who recently took over from longtime CEO Pierre Lessard. The only banner not included in the change is Food Basics, which competes in the discount food segment of the grocery market. There are also no immediate plans to open the Metro Plus banner or Brunet in-store pharmacies in larger Ontario stores. No store closures are forecast. The banner consolidation will produce savings by allowing the company to publish one flyer and market one store name. "I think you get more bang for your buck under one name. You can build better equity and more brand awareness across the province and have a more consistent shopping experience across the province," he said. While some stores will only be "refreshed," others will receive major upgrades. Metro's private label brands Selection and Irresistibles will continue to be added to store shelves. Newly stylized Metro signs will be added to Quebec locations over the next two to three years. La Fleche said the name on the store is secondary for consumers than the entire shopping experience. "They want to buy from people they know and trust. They want to buy good product and they want fair price. That's what we're all about and this move is about making that even better." The banner consolidation comes nearly three years after Metro purchased A&P Canada. It recently conducted extensive consumer research and considered maintaining two banner names. The decision was delayed a few months as the company tackled internal IT systems conversions and intense market pressures in Ontario. "We had a lot of work to do to set the foundation and be in a position to do these kinds of moves," La Fleche said. Operating under one banner could make it easier for Metro to eventually expand operations but the company said there are no immediate plans for acquisitions in Western Canada. Metro hopes the changes will improve its financial results, but wouldn't disclose targets. In its financial statement Thursday, the chain reported it earned $92.6 million for the latest quarter, up 3.7 per cent from $89.3 million for the corresponding 2007 period. Sales jumped just under one per cent to $3.37 billion from $3.34 billion for the corresponding quarter last year. Excluding decreased sales of tobacco products, sales were up 1.5 per cent over last year. Earnings per share rose to 82 cents compared with 77 cents last year, an increase of 6.5 per cent. "We resolved the issues associated with our new information systems in Ontario and achieved good performance in our Quebec operations," said La Fleche. With annual sales of nearly $11 billion and a workforce exceeding 65,000, Metro is Quebec's second biggest grocer and a growing food retailer in Ontario. On the Toronto Stock Exchange, Metro shares rose $1.33 to $26.77, a gain of 5.23 per cent. ___________________________________________________________________________________________________ METRO deviendra la plus importante bannière alimentaire en Ontario Un investissement de 200 millions $ pour regrouper les supermarchés de la compagnie sous la bannière Metro Toronto, le 7 août 2008 : METRO Inc. (TSX :MRU.A) a annoncé aujourd’hui qu’à partir de septembre 2008, elle regrouperait ses cinq bannières de supermarchés conventionnels en Ontario sous la bannière Metro. Le lancement de la bannière Metro en Ontario sera soutenu par un investissement de 200 millions $, dédié à la rénovation des magasins, à l’amélioration de l’offre alimentaire, ainsi qu’à la réalisation d’une campagne de marketing pour créer, avec ses 158 épiceries, la bannière alimentaire la plus importante de la province. La conversion des bannières Dominion, A&P, Loeb, The Barn et Ultra sous la bannière Metro sera effectuée d’ici les quinze prochains mois. Les magasins Food Basics ne sont pas touchés par ce changement, puisqu’ils œuvrent dans le secteur des magasins d’escompte. « La décision de lancer la marque Metro en Ontario fait partie d’une stratégie à long terme visant à capitaliser sur l’efficacité des activités d’exploitation et de marketing en unissant les forces individuelles des bannières existantes en Ontario et en mettant en commun les meilleures pratiques de nos magasins du Québec et de l’Ontario », a expliqué Eric La Flèche, Président et chef de la direction de METRO Inc. La transition vers Metro débutera en septembre à Toronto avec la conversion des magasins Dominion, de sorte que les magasins Dominion, Ultra et The Barn seront convertis avant la fin de 2008. La conversion des magasins Loeb suivra au cours des six premiers mois de 2009 et celle des magasins A&P avant la fin de 2009. Lorsque le programme de consolidation de la bannière sera complété, le réseau de magasins Metro sera constitué de 376 supermarchés conventionnels au Québec et en Ontario, dont 218 au Québec. METRO investira 200 millions $ pour moderniser ses magasins et accroître l’offre de produits afin de mieux répondre aux préférences des consommateurs ontariens tout en continuant à offrir des prix très compétitifs. La compagnie a commencé à planifier la conversion des bannières ontariennes après l’acquisition d’A&P Canada en 2005. En prévision du projet annoncé aujourd’hui, elle a intégré ses systèmes de gestion de l’information et renforcé sa chaîne d’approvisionnement. La compagnie en profite également pour dévoiler un nouveau logo Metro qui devient le logo de la bannière ainsi que celui de la Société. « Nous sommes très heureux d’entreprendre cette nouvelle étape dans la croissance de METRO », a déclaré M. La Flèche. « Nous bâtissons sur des fondations solides, grâce à notre stratégie ciblée sur l’alimentation, à nos excellents emplacements et à une équipe d’employés soucieux d’offrir à nos clients un service exceptionnel. Nous sommes emballés par les nouveautés qui seront offertes en magasin à partir de septembre. » METRO INC. Avec un chiffre d’affaires annuel de près de 11 milliards $ et plus de 65 000 employés, METRO Inc. est un chef de file dans les secteurs alimentaire et pharmaceutique au Québec et en Ontario, où elle exploite un réseau de près de 600 marchés d’alimentation sous plusieurs bannières dont Metro, Metro Plus, Super C, A&P, Dominion, Loeb et Food Basics de même que plus de 250 pharmacies sous les bannières Brunet, Clini Plus, The Pharmacy et Drug Basics.
  8. Dans LaPresse : Publié le 25 juin 2014 à 09h54 | Mis à jour à 09h54 Le Westmount Square transformé en condos [ATTACH=CONFIG]16318[/ATTACH] La ville de Westmount est contre le projet de conversion du Westmount Square en condos. PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE ANDRÉ DUBUC La Presse La frénésie entourant la copropriété résidentielle gagne les propriétaires de tours de bureaux du centre-ville. La société Elad Canada souhaite convertir en condos le prestigieux édifice de bureaux du 1, Westmount Square, oeuvre de l'architecte Mies van der Rohe. Lors d'une assemblée publique tenue le 4 juin, Amnon Safran, représentant du promoteur, a chiffré à 20 millions le coût de conversion pour aménager 120 unités de copropriété divises dans les 20 étages de la tour de 200 000 pieds carrés. La Ville est contre La Ville de Westmount reçoit négativement le projet. Le 17 mars 2014, elle a instauré un gel de 90 jours qui empêche la conversion d'immeubles de bureaux en condominiums dans le secteur sud-est de la ville. «Tant que la Ville n'a pas terminé son exercice de vision du quartier, on ne veut pas de conversions», explique Johanne Poirier, directrice de l'aménagement urbain. Parmi les exemples récents de conversion, Mme Poirier parle de l'ex-édifice du Reader's Digest, au 215, rue Redfern, et de l'ancienne école Vanguard, au sud de la rue Sainte-Catherine, rue Metcalfe, qui est en voie de démolition. Elle sera remplacée par des condos. «Le conseil réagit à l'accumulation de ce type de projets, poursuit Mme Poirier. Le conseil veut conserver une vocation commerciale à l'intérieur des limites de Westmount. La Ville ne veut pas devenir un secteur 100% résidentiel. Elle veut avoir un mélange d'usages.» Construit en 1966, le Westmount Square est composé de trois tours et d'un quatrième immeuble de deux étages. Deux des tours ont toujours été à vocation résidentielle. Dans les années 2000, elles sont néanmoins passées d'un statut locatif à celui de copropriétés indivises. L'architecte au dossier, Michel Lauzon, du cabinet Lemay, s'est récemment inscrit au registre des lobbyistes. «Le projet de conversion s'inscrit dans un plan de revitalisation globale du complexe de Westmount Square incluant la transformation du centre commercial, le remplacement de systèmes mécaniques et la rénovation complète de l'enveloppe du bâtiment», lit-on dans sa fiche déposée en mai dernier.
  9. Conversion de résidences pour personnes âgées en condos situé sur Thimens. Il s'agit d'une première phase, il y a trois bâtiments donc probablement 3 phases. Prix à partir de 139900$. http://www.monacocondos.ca/ https://maps.google.ca/?ll=45.508532,-73.698364&spn=0.003305,0.008256&t=m&z=18&layer=c&cbll=45.508532,-73.698364&panoid=NYAae3vyQWhS63u3TZB84g&cbp=12,141.22,,0,-25.56
  10. 29/05/2007 Le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) demande à la Ville de Montréal et au gouvernement provincial de mettre un frein à la conversion de maisons de chambres privées en condos et en hôtels.Selon le recensement de la Ville de Montréal pour l'année 2006, c'est quelques 180 maisons de chambres privées, abritant environ 3 000 unités, qui existeraient toujours dans la métropole. Le RAPSIM demande la sauvegarde de ces habitations, qu'il aimerait voir transformées en logements sociaux. Plus de 45 % des unités de maisons de chambres privées se retrouvent dans les arrondissements de Ville-Marie et du Plateau Mont-Royal. Des quartiers fort prisés par les promoteurs immobiliers. Le RAPSIM demande ainsi à Montréal de catégoriser les maisons de chambres de manière à ce que leur éventuelle conversion soit plus difficile à autoriser. Une sorte de moratoire qui empêcherait leur vente rapide à des promoteurs immobiliers, à l'instar de celui existant au chapitre des condominiums. Le RAPSIM réclame également plus d'argent de Québec afin de rencontrer les coûts réels rattachés à l'achat et à la rénovation des maisons de chambres privées. C'est environ 15 000 $ par unité que l'organisme réclame, des coûts qui s'ajoutent à ceux déjà consentis en ce sens.
  11. Dans la foulée de l'ordonnance finale obtenue de la Cour supérieure de l'Ontario, le fonds BFI pourra devenir BFI Canada Limited, une société par actions. La conversion devrait être complétée le 1er octobre. Pour en lire plus...
  12. Projet de rénovation majeur pour cet édifice, transformation et conversion. Il sera méconnaissable après les travaux. État actuel (lamentable) : http://maps.google.ca/maps?q=17e+Av+%2F+Boulevard+Cr%C3%A9mazie+Est,+Montreal,+Quebec&hl=fr&ie=UTF8&ll=45.566708,-73.603377&spn=0.025568,0.066047&sll=45.566708,-73.603377&sspn=0.006392,0.016512&t=h&z=15&layer=c&cbll=45.566655,-73.603422&panoid=cBlEOdJ7qg5-pUXk73zlmg&cbp=12,354.76,,0,-22.92
  13. Nouveau projet par Kevric http://www.kevric.ca/projets-en-developpement/montreal/280-faillon/ 280 Faillon Édifice à bureaux Projet à l’étude Montréal Le projet Faillon consiste en la conversion d’un bâtiment industriel de 80,000 pi. ca. (2 étages de 40,000 pi.ca.) en un édifice à bureaux. Type de propriété : Édifice à bureaux, projet de développement Ville : Montréal