Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'contrecoeur'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 5 results

  1. Voici le projet Contrecoeur. Situé à l'intersection des rues de Contrecoeur et Pierre-de-Coubertin, celui-ci est composé de 3 maisons de ville. Malgré une apparence bleutée sur le rendu, la brique est plutôt grise en vrai. Bien plus beau! En date du 10 décembre 2013 :
  2. 2 cc à partir de 236 900 $ moins 23 690 $ (crédit d'achat 10%) = 213 210 $ (taxes incluses) 3 cc à partir de 276 500 $ moins 27 650 $ (crédit d'achat 10%) = 248 850 $ (taxes incluses) Style de vie incomparable La vie @ Faubourg Un milieu de vie paisible. La circulation automobile est minimisée au profit des espaces verts et des allées piétonnières. Des normes architecturales assurent un cadre esthétique harmonieux, une cohérence dans la diversité. Le futur parc Contrecoeur, avec espaces pour le sport et le jeu et sentiers avec piste cyclable reliée à celle du parc linéaire Jean-Desprez, ne se trouvera qu’à quelques pas de chez vous dès son inauguration à l’automne 2013. La construction d’un chalet y débutera d’ailleurs à compter de ce printemps. Les divers espaces et activités sauront plaire aux familles et aux personnes de tous âges. On y retrouvera entre autres un petit terrain de soccer, un terrain de basketball, un mur d’escalade, des tables de ping-pong et une pente pour la glissade en hiver. Non loin, les parcs Thomas-Chapais et Promenade Bellerive de même que les Îles-de-Boucherville vous attendent. « Laisser ses enfants jouer au hockey dans les allées ou se rendre au parc à vélo sans s'inquiéter… c'est inestimable. » La vie @ Montréal La vie urbaine à son meilleur... Les commerces de la rue Sherbrooke, les Galeries d'Anjou et la Place Versailles offrent tout ce qu'il faut à proximité. Mais c’est toute la ville qui s’offre à vous via les grands axes tout près ! L'autoroute 40 croise, non loin, la 25 vers le pont-tunnel. La rue Sherbrooke mènent directement au centre-ville et le circuit d’autobus se rend à la station de métro Honoré-Beaugrand en moins de 5 minutes. Le couple et la famille @ Faubourg Les condos du Faubourg Contrecoeur sont plus que de simples condos. De style maison urbaine sur deux, trois ou quatre niveaux, ils offrent espace, lumière, intimité et confort. Les niveaux supérieurs des unités de 3 et de 4 étages propose une plus grande flexibilité quant à leur utilisation en offrant un espace polyvalent supplémentaire pouvant servir, au gré de vos besoins, de bureau, de chambre, de salle de cinéma, d’atelier de travail, d’espace de jeu ou de rangement. Les chambres des unités sur plusieurs niveaux sont disposées de façon à vous apporter un maximum de confort et d’intimité. SPÉCIFICATIONS* Architecture soignée et de qualité. Bâtiments en bois et en brique. Design contemporain. 96 unités famille : 32 unités de 3 cc sur 3 niveaux. 64 unités de 3 cc+ sur 4 niveaux avec possibilité d'une 4e chambre. 32 unités régulières : 16 unités de 2 cc sur 1 niveau 16 unités de 2 cc sur 2 niveaux 128 places de stationnement : 32 places intérieures et 96 places extérieures (offertes en option). Entrée individuelle pour chacune des unités. Priorité aux familles Durant les 60 premiers jours suivant la mise en vente, les unités famille (unités de 3 cc et 3 cc+) seront réservées aux familles avec enfant(s). Après l'expiration de ce délai, elles seront offertes à tous. Pour être considéré comme telle, une famille doit compter au moins un enfant de moins de 18 ans à la date de la signature du contrat préliminaire, ou devant naître ou être adopté dans les six mois suivant cette date; en outre, l'enfant doit demeurer avec le demandeur au moins 40 % du temps. CHOIX D'HARMONIES* Deux choix d'harmonies disponibles pour les finitions de la cuisine et de la salle de bain, soigneusement présélectionnés par un designer chevronné. FINITION INTÉRIEURE* Généreuse fenestration. Planchers en bois dans la salle à manger, en bois ou en céramique dans la cuisine et en bois ou en tapis dans les chambres (selon le modèle). Superficies variant de 1006 pi2 à 1596 pi2. Salle de bain avec douche et bain séparés ou grand bain avec douche intégrée, selon le modèle. Infrastructure pour recevoir une salle d'eau dans les unités sur quatre niveaux.
  3. Publié le 27 avril 2009 à 06h44 | Mis à jour à 08h34 SHDM: le vérificateur s'en remet à la police Denis Lessard La Presse (Québec) Après avoir mis cinq mois à passer au crible une vingtaine de transactions immobilières de la Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM), le vérificateur général de la Ville, Michel Doyon, en arrive à un verdict lourd de conséquences. Tout le dossier devrait être transmis à la police, fort probablement à la Sûreté du Québec, qui elle seule a le pouvoir de pousser plus loin l'enquête qui s'avère nécessaire sur la société qui gère un portefeuille immobilier de 300 millions pour la Ville de Montréal. «Les faits sont suffisamment troublants pour que la police s'en mêle», a indiqué une source sûre à La Presse. Le vérificateur Doyon fait cette recommandation en soulignant qu'il n'a pu entrer en contact avec bien des acteurs importants de ces transactions - seule la police a les pouvoirs nécessaires pour aller plus loin. C'est la principale conclusion du rapport du vérificateur de la Ville de Montréal, qui faisait l'objet en fin de semaine d'échanges entre Québec et l'administration Tremblay. Le vérificateur Doyon avait jusqu'alors gardé jalousement les conclusions de son rapport. S'il estime qu'il appartient à la police de poursuivre plus loin l'investigation, le vérificateur convient toutefois qu'avec les moyens dont il dispose, il n'a pas pu constater d'intentions criminelles ou de malversation. Zampino Surtout, l'ancien président du comité exécutif de la ville, Frank Zampino, n'est pas égratigné par le rapport -on relève même qu'il était intervenu pour que le vérificateur de la Ville demeure le vérificateur de la SHDM, malgré la volonté de l'ancien directeur général, Martial Fillion. Le dépôt de ce rapport a été inscrit, à la fin de la semaine, à l'ordre du jour du conseil municipal de ce soir, et doit faire l'objet d'une conférence de presse, demain matin, avec les conclusions d'une autre vérification administrative, celle commandée à Samson Bélair/Deloitte et Touche sur les décisions de la SHDM dans le projet du Faubourg Contrecoeur. De sources fiables, La Presse a appris que le vérificateur Doyon «a mis en lumière le non-respect des règles dans de nombreux projets» de cet organisme paramunicipal transformé en catimini en organisme privé, en janvier 2007. Parmi une vingtaine de transactions -des «aliénations» dans le jargon du vérificateur -, on note la vente de deux immeubles à appartements du centre-ville, sur l'avenue Lincoln et la rue Sussex, vendus au quatrième plus élevé de cinq soumissionnaires. Les règles n'ont pas été respectées davantage pour un autre projet, rue Brewster, où se trouve le bureau de l'arrondissement du Sud-Ouest. La SHDM aurait vendu l'édifice en deçà de la valeur marchande. On n'a pu faire confirmer hier soir si une autre transaction controversée, rue Saint-Patrick, avait été marquée en rouge par le vérificateur de la Ville. Dossier Contrecoeur Pour ne pas faire double emploi, M. Doyon avait d'entrée de jeu fait savoir qu'il ne travaillerait pas sur le dossier du Faubourg Contrecoeur, auquel s'activaient déjà les vérificateurs de Samson Bélair/Deloitte et Touche, à la demande du conseil d'administration de la SHDM. Cette seconde enquête sur le Faubourg Contrecoeur reprend et approfondit des constats déjà faits par la firme KPMG. Ce terrain de 38 hectares, que l'évaluation municipale estimait à 23,5 millions, a été vendu 1,6 million à la SHDM, en dépit de l'avis de l'expert immobilier de la Ville, Joseph Farinacci. La SHDM l'a revendu par la suite 4,4 millions au promoteur Frank Catania. Un rabais important a été accordé, notamment pour des coûts présumés de 11 millions pour la décontamination. Ces coûts de décontamination posent problème. Ils ont été scrutés à la loupe, mais la firme privée a constaté que beaucoup de documents manquaient pour faire une vérification. Partout, le vérificateur Doyon comme les spécialistes de Deloitte et Touche constatent que les règles qui devaient baliser les processus de décision étaient systématiquement transgressées. De plus, les vérificateurs ont «écarquillé les yeux» quand ils ont ouvert des dossiers «presque vides», confie-t-on. Le directeur général de la SHDM, Martial Fillion, avait été suspendu en octobre puis carrément remplacé au début de l'année après qu'un rapport accablant de KPMG eut levé le voile sur de nombreux gestes administratifs inappropriés de M. Fillion, l'ancien chef de cabinet du maire Gérald Tremblay. Coup dur Ces révélations ont été un coup dur pour bien des libéraux provinciaux; pendant des années, Martial Fillion a été un conseiller respecté et influent du regretté Claude Ryan. Le directeur Fillion avait été limogé après que KPMG eut recensé l'automne dernier une dizaine «d'incidents» où ce dernier n'avait pas informé le conseil d'administration de développements importants dans le dossier du Faubourg Contrecoeur, des avances sans autorisation, mais aussi des réductions de taux d'intérêt et des modifications de contrats. Des pertes potentielles pour la SHDM avaient aussi été cachées au conseil d'administration. M. Fillion avait également signé ou fait approuver pour 8,3 millions de chèques, des avances, à la société Construction Frank Catania, sans avoir obtenu le feu vert du conseil d'administration de l'organisme. Normalement l'approbation du conseil est nécessaire pour tout engagement au-delà de 500 000$. Dans les coulisses, des gens proches de l'enquête soulignent que M. Fillion évoquait fréquemment des appuis en haut lieu pour justifier des décisions. Construction Frank Catania a obtenu des contrats municipaux d'une valeur totale d'environ 100 millions de la Ville de Montréal, depuis l'arrivée aux commandes de Gérald Tremblay. À la mi-avril, la première partie du projet, représentant 96 unités sur un potentiel de 1800, était la proie des flammes. La SHDM s'était transformée en société privée avec l'appui unanime du conseil exécutif de la Ville. Par la suite, le ministère des Affaires municipales avait mis en doute la conformité de cette opération avec la Loi des cités et villes. Le maire Tremblay avait ensuite assuré que la SHDM reviendrait dans le giron de la Ville, une opération qui est en train de se réaliser avec l'assistance des avocats du ministère des Affaires municipales.
  4. La ville devient immobilier promoteur immobilier Pour la première fois de son histoire, la Ville de Montréal se lance dans un mégaprojet de développement domiciliaire évalué à 300 M$, dans l'est de la ville. L'administration Tremblay a confié à la paramunicipale SHDM le mandat de construire environ 1800 maisons, condos et appartements sur un vaste terrain, le site Contrecoeur, qui appartient à la Ville. Le projet doit être réalisé sur une période d'au moins cinq ans et le constructeur principal retenu à la suite d'un appel d'offres est la firme F. Catania. Le site est impressionnant avec ses 380 000 mètres carrés. Il est délimité au sud par la rue Sherbrooke, à l'ouest par la rue Pierre-Bernard, au nord par Anjou et à l'est par la carrière Lafarge, à Montréal-Est. Logements sociaux Les clientèles visées sont les familles, les revenus moyens, les retraités. Une place importante sera faite aux logements sociaux et, à ce chapitre, il a déjà été déterminé par l'administration de Montréal que plus de la moitié des logements seront de type «abordable» (39 %) et à caractère «social» (21 %). Une zone de maisons unifamiliales sera réservée au nord. Elle sera voisine de l'arrondissement d'Anjou. Cet important développement qui amènera près de 5000 personnes dans le quartier Maisonneuve est évalué à 300 M$. «Nous sommes excités, commente la mairesse de l'arrondissement, Lyne Thériault, mais le projet soulève quelques questions auxquelles l'hôtel de ville devra apporter des réponses.» Elle mentionne entre autres «les dépenses accrues auxquelles devra faire face l'arrondissement pour fournir les services publics à cette nouvelle population». Des parcs L'entreprise est colossale. La SHDM doit prévoir plusieurs zones de développement avec ses rues, ses parcs, ses infrastructures et ses unités d'habitation. À l'extrémité est, les nouveaux quartiers seront voisins de la carrière Lafarge. «Je n'ai pas d'inquiétude quant à cette proximité. Le projet prévoit une large bande verte avec des arbres pour atténuer le bruit et la poussière et autres nuisances liées à l'exploitation de la carrière», soutient la mairesse. Une zone de commerces est aussi aménagée le long de la carrière, dans la partie sud du nouveau quartier. Le projet domiciliaire rapportera 5 M$ et plus de taxes municipales annuellement dans les coffres de la Ville.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value