Search the Community

Showing results for tags 'clientèle'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 34 results

  1. Le budget fédéral donnera à Ottawa le pouvoir d'intervenir lorsque des sociétés émettrices de cartes de crédit imposeront des augmentations de taux à leur clientèle. Pour en lire plus...
  2. Alors que la restauration voit sa clientèle bouder, essence et crise financière obligent, Sobeys-IGA lance à partir du Québec une gamme de plats frais, «de qualité de restaurant», partout au Canada. Pour en lire plus...
  3. Air Canada a conclu une entente de principe de trois ans avec ses agents des ventes et de la clientèle membres des TCA. Pour en lire plus...
  4. Mardi 24 Juillet 2007 À moins d'un regain de vie au cours des mois d'août et septembre, ce qui semble peu probable, la saison estivale touristique 2007 est vouée à l'échec. Le taux d'occupation des hôtels du centre-ville est en baisse. Dans plusieurs cas, cette diminution de la clientèle est de l'ordre de 17 à 22 % par rapport à l'an dernier. L'excellent rendement du dollar canadien freine l'élan des touristes américains qui jadis se bousculaient aux postes frontaliers canadiens. " Certes, Tourisme Montréal va publier des beaux chiffres à la fin de l'année, mais il faut enlever nos lunettes roses et regarder la situation en face. C'est facile d'interpréter des chiffres de manière positive.On va tenter de nous faire croire que la saison a été bonne mais la réalité, nous la vivons dans nos hôtels ", de dire Cynthia, qui occupe un poste important au niveau du marketing dans un hôtel reconnu du centre-ville. " Chaque matin, je traverse le stationnement de l'hôtel et je constate qu'il y a moins de véhicules en provenance des Etats-Unis ou des autres provinces canadiennes. Quand je parle avec mes collègues dans les autres hôtels, la situation est similaire. " Cynthia n'a pas tort. Plusieurs restaurateurs de la rue St-Jacques et du Vieux-Montréal affirment que les restaurants ne sont pas bondés en cette période de l'année. Habituellement, ces tables font des affaires d'or durant l'été. "On voit de moins en moins de touristes qui marchent dans le secteur avec la carte touristique à la main " fait remarquer Solange, serveuse au restaurant Eggspectation. VIEUX-MONTRÉAL Un problème de taille se profile à l'horizon pour les hôtels du centre-ville. Plusieurs craignent l'exil de leur clientèle vers les nouveaux établissements hôteliers du Vieux-Montréal. Au cours des cinq dernières années, les hôtels-boutiques et les gîtes du passant se sont multipliés dans la partie touristique de la ville. Rien ne semble vouloir freiner cette expansion puisque les hôtels Westin et Embassy Suites à un jet de pierre du Palais des congrès sont en chantier. " La clientèle branchée affectionne particulièrement les hôtels aménagés dans des immeubles historiques " fait observer Sébastien Lavigueur, un guide touristique dans le Vieux-Montréal.
  5. Ipsos Agrandit Et Consolide Le Bureau De Montréal Tout Le Personnel Au Québec Réuni Au Même Endroit Attention: Rédacteur financier MONTREAL, QUEBEC, MEDIA ADVISORY--(CCNMatthews - 25 avril 2007) - Ipsos a regroupé ses opérations au Québec sous un seul et même toit. Le transfert réunira les équipes, en pleine croissance, de l'entreprise dans un bureau central, récemment restauré, situé dans le centre de Montréal, permettant ainsi une meilleure efficacité, une collaboration accrue des projets et des équipes, ainsi qu'une amélioration globale du service clientèle. Les 55 employés de Montréal, comprenant des chercheurs en publicité, en santé, en marketing et affaires publiques, ainsi que le personnel de l'exploitation, occupent à présent deux étages sur 2300 mètres carrés au 1440 Rue Ste. Catherine O. Ce nouveau bureau abrite également 200 stations d'entretien assisté par ordinateur (CATI) et des installations pour groupes de discussion à la pointe de la technologie. François Descarie, vice Président principal confie : "Nous sommes très enthousiasmés d'avoir tous les spécialistes Ipsos réunis sous un seul et même toit. Ipsos travaille à présent avec un grand nombre de clients basés au Québec et le regroupement de toutes nos équipes service client et de toutes nos équipes opérationnelles permettra à Ipsos d'étendre nos services et d'augmenter notre base de clients. Nous sommes particulièrement impatients de proposer la gamme complète de produits et de services Ipsos aux clients basés aux Québec, permettant ainsi de servir les intérêts des marchés aux quatre coins de la planète. De plus, Ipsos est à présent l'une des entreprises de recherche les plus grandes au Québec." Lys Hugessen, un vice président d'Ipsos ASI à Montréal ajoute : "C'est l'avenir : partager les méthodologies, les solutions de recherche et les expériences afin de servir au mieux notre clientèle. En outre, ce nouvel endroit est superbe et très spacieux. Les bureaux arborent des combinaisons de couleurs vives conçues pour stimuler une atmosphère de créativité, de jeunesse et de vitalité." News Releases are available at: http://www.ipsos-na.com/news/
  6. Bonjour a tous, Mon employeur (CGI) recherche 50 agens au support à la clientèle pour travailler à leur bureaux au centre ville, c'est surtout au téléphone que ça se passe. Le salaire de base est de 16.25$ a l'heure plus avantages sociaux pour une job a temps plein. si vous êtes intéressés, laissez-le moi savoir, et je vais vous référer pour accélerer votre démarche. Merci, ------------------------------------------------------ Hi everyone, My current employer (CGI) is looking for 50 customer service agents, hourly base salary is 16.25$ for someone with no experience plus benefits. This is a full time job. If you are intrested, send me a PM so you can get properly reffered and expedite your candidacy. Good luck everyone
  7. Selon son président, la Banque Nationale n'aurait pas entaché ses relations avec les nombreux clients d'affaires à qui elle avait vendu quantité de PCAA et dont le marché est en crise depuis un an. Pour en lire plus...
  8. State Street rétrécit à Montréal Publié le 10 avril 2013 à 08h29 | Mis à jour à 08h29 Ajouter à Ma Presse Taille du texte Imprimer Envoyer À lire aussi Le prix des maisons en légère hausse au Canada Où s'en va l'immobilier? Petites capitalisations canadiennes attrayantes Le ralentissement de l'immobilier se confirme au pays Petite hausse pour l'indice des prix des logements neufs Sur le même thème Bloomberg Du même auteur State Street rétrécit à Montréal Gare aux risques économiques! 21 millions pour les patrons de la Nationale Finances: la réputation de Montréal grimpe encore Couche-Tard a encore faim Les raisons exactes derrière la décision de State... (Photo Philippe Orfali, collaboration spéciale) Agrandir Photo Philippe Orfali, collaboration spéciale Les raisons exactes derrière la décision de State Street de déplacer à son siège social de Boston (notre photo) une cinquantaine d'emplois demeurent nébuleuses. Martin Vallières Martin Vallières La Presse Déception dans les milieux financiers de Montréal: le groupe américain State Street déplacera à son siège social de Boston une cinquantaine d'emplois liés aux marchés boursiers qu'il avait depuis des années dans la métropole québécoise. Cette suppression de postes affectera surtout la division de gestion d'actifs «State Street Global Advisors» du groupe bostonien, selon l'information obtenue par La Presse Affaires. En tout, State Street regroupe quelque 130 employés à ses bureaux montréalais, qui gèrent aussi des services de garde de valeurs, de gestion de devises et de suivi de la clientèle d'investisseurs institutionnels. Le transfert de postes a été annoncé hier aux employés touchés à Montréal. Il doit s'échelonner sur plusieurs semaines, selon ce que nous avons appris. Les raisons exactes derrière la décision de State Street demeurent nébuleuses. Mais comme ses activités de services à sa clientèle de gros investisseurs à Montréal ne sont pas touchées, on présume dans le milieu financier que State Street veut regrouper ses activités transactionnelles à Boston, afin d'en réduire les coûts de fonctionnement. Les demandes d'information auprès de la direction de State Street à Montréal et à Boston sont restées sans réponse en fin de journée hier. Au regroupement Finance Montréal, aussi, on ignorait tout des motifs réels de State Street. Déception «Ils étaient très discrets parmi nos interlocuteurs, considérant la taille de leur entreprise. Mais en attendant d'en savoir davantage, cette réduction d'emplois à Montréal est décevante de notre point de vue», a commenté Jean Houde, PDG de Finance Montréal. De son siège social à Boston, le groupe dirige des activités financières qui ont généré 9,6 milliards de revenus et 2,0 milliards de bénéfice net l'an dernier. Il vient de passer le seuil des 2000 milliards en actifs sous gestion. Au Canada, State Street a ses bureaux principaux à Toronto, avec quelques centaines d'employés. Elle a même son nom apposé sur une tour à bureaux du quartier financier de Bay Street - why not Montreal? Ses autres bureaux canadiens à Vancouver et à Montréal ont surtout des responsabilités de suivi de leur clientèle régionale. ------------------ STATE STREET EN BREF Siège social: Boston Revenus en 2012: 9,6 milliards US (- 0,7%) Bénéfice net en 2012: 2,0 milliards US (+ 7,0%) Actifs sous gestion: 2089 milliards US (+ 13,0%) Valeur boursière: 26 milliards US Sources: State Street, Bloomberg
  9. http://www.lapresse.ca/cinema/nouvelles/201501/24/01-4838132-hausse-de-la-clientele-au-beaubien-et-au-parc.php Publié le 25 janvier 2015 à 10h00 | Mis à jour à 10h00 Hausse de la clientèle au Beaubien et au Parc Ma Presse Cinéma polonais au Parc ANDRÉ DUCHESNE La Presse Terminée il y a deux ans, la mise en commun des administrations du Cinéma Beaubien et du Cinéma du Parc porte ses fruits. Les deux entités ont en effet enregistré des hausses de clientèle en 2014, à contre-courant de ce qui se passe ailleurs au Québec. Selon les chiffres compilés par la firme Cinéac, le Beaubien a vu sa clientèle augmenter de 11% en 2014, alors que le Parc fait encore mieux avec une hausse de 15% des entrées. Pendant ce temps, dans l'ensemble des salles québécoises, on enregistrait une baisse de 9% au box-office. Joint à Paris alors qu'il participait aux Rendez-vous d'Unifrance, le directeur général des deux administrations, Mario Fortin, était de très bonne humeur. Pour lui, ces résultats sont le fruit d'une conjugaison de la présence de bons titres à la programmation, des investissements réalisés aux deux endroits et de décisions d'affaires ciblées. «Nous avons eu beaucoup de bons films en 2014», lance-t-il, énumérant Mommy, The Grand Budapest Hotel, Birdman et autres oeuvres fortes. «Au Beaubien, un film français comme Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu? a très bien marché.» Emplacement et clientèle obligent, le Beaubien mise d'abord sur les films québécois et de la francophonie, alors que le Cinéma du Parc, voisin de l'Université McGill et de sa communauté jeune et diversifiée, propose une programmation plus éclectique. Le Parc organise des petits festivals (films brésiliens, chinois, etc.) qui tiennent dans une salle. Il rejoint aussi une bonne clientèle avec ses documentaires (plus nombreux dans le monde anglo-saxon que dans la francophonie, souligne M. Fortin), ses rétrospectives et son association avec différents festivals tels le FNC et les RIDM. Autre changement, les heures d'ouverture ont été ajustées aux besoins de la clientèle environnante. Investissements Quant aux investissements récents, ils ont été nombreux. Et nécessaires. À commencer par l'achat de projecteurs numériques. «On a investi quelques millions au cours des dernières années dans le Cinéma Beaubien, dit M. Fortin. Nous avons encore quelques projets sur la table. Nous avons aussi fait des investissements au Cinéma du Parc et je m'apprête à préparer le budget de la phase 2 des rénovations.» Début 2013, Roland Smith, directeur général du Parc, a fait une passation de ses pouvoirs à son ami Fortin. Cela a permis de regrouper les forces des deux entités, dit le directeur du Beaubien. «Les personnes travaillant aux communications, à la comptabilité, etc. échangent les travaux», explique-t-il. Aujourd'hui, M. Smith demeure conseiller artistique au Parc. Phare culturel Joint par La Presse, le maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau, ne peut que se réjouir des plus récentes statistiques quant à la clientèle du Beaubien. «Ce cinéma est un phare culturel important dans l'arrondissement, dit-il. C'est un symbole pour le quartier. Les gens s'y identifient et l'encouragent. Et au coeur de ce succès, il y a Mario Fortin, un travailleur acharné et passionné.» M. Croteau est d'autant plus heureux que l'arrondissement a investi 100 000$ dans la numérisation des salles du Beaubien. «Cette somme représentait le tiers du projet. Le Beaubien est un moteur économique important, il fait partie du paysage culturel et patrimonial», dit-il pour justifier l'investissement. Les liens entre l'arrondissement et le cinéma vont plus loin encore. Les administrateurs du Beaubien organisent des projections estivales dans les parcs et sont aussi partenaires de la programmation de la maison de la culture.
  10. Les transporteurs interurbains blêmissent en voyant le prix du carburant monter en flèche depuis quelques semaines. Pour en lire plus...
  11. Hydro-Québec reconnaît que son service téléphonique à la clientèle n'est pas à son meilleur par les temps qui courent. Pour en lire plus...
  12. Localisation: 1210 Saint-Antoine (intersection rue Moncalm) Étage: 4 Nombre d'appartement: 59 Prometteur: Samcon Clientèle: (construction aurait déjà commencé) Référence: La Presse 14 novembre 2009
  13. ROUGE 5.0 est un immeuble de 12 étages dans lequel se retrouvent 91 unités d'habitation de superficies exceptionnelles et uniques dans le secteur avec 3 étages de stationnements intérieurs. Devmont, comme toujours, offre à sa clientèle distincte encore plus de nouveautés dans les choix de cuisine, la climatisation individuelle à air forcé, 2 salles de bain (4 ½ - 5 ½) et tellement plus, qu'une visite s'impose. http://www.rougecondominiums.com/plans-phase-5
  14. Localisation: René Lévesque (intersection Amherst et Wolfe) Étage: 6 Nombre d'appartement: Prometteur: Groupe Cartierville Clientèle: Référence: La Presse 14 nov 2009 Pas de photo disponible
  15. Localisation: Rue De Lorimier et Ste-Catherine (ancien site de l'usine UDT) Étage: 7 Nombre d'appartement: 62 Clientèle: famille Référence: La Presse
  16. Création de 500 nouveaux emplois chez Vidéotron en 2009 Feb 11, 2009 12:34 ET MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 11 fév. 2009) - L'entreprise poursuit ses efforts de recrutement afin de combler plus de 500 postes permanents en 2009. Plus de 330 emplois permanents sont actuellement affichés sur le site videotron.com/carrières pour combler des postes dans tous les services de l'entreprise, de l'Ingénierie à l'Informatique en passant par le Service à la clientèle, le Service technique, les Finances, le Marketing, la Construction et l'Entretien de réseau, et les Ressources humaines. Des centaines de nouveaux emplois d'ici la fin de 2010 A elle seule, la construction du nouveau réseau de télécommunications sans fil, un projet qui représente des investissements d'entre 800 millions et 1 milliard de dollars, permettra la création de plusieurs centaines de nouveaux emplois chez Vidéotron au cours des deux prochaines années. Ces embauches se feront principalement au sein des secteurs de l'ingénierie et de l'informatique; emplois qui s'ajouteront à quelques centaines d'autres actuellement en recrutement au sein d'autres projets corporatifs et à l'embauche de ressources additionnelles dans les entreprises qui participeront à la construction du réseau. "Depuis que Vidéotron a entrepris son virage client, en 2003, elle a presque doublé son équipe, qui regroupe aujourd'hui plus de 4200 personnes. En cette période d'incertitude économique, l'entreprise est heureuse de contribuer à l'économie du Québec en générant un nombre important d'emplois et en offrant de belles possibilités de carrière", affirme Robert Dépatie, président et chef de la direction. Des emplois de qualité Au cours de la dernière année, Vidéotron a investi plus d'un demi-million de dollars dans la formation et le perfectionnement de ses conseillers du Service à la clientèle, du Service technique et de ses gestionnaires - toutes catégories confondues. Par ailleurs, l'entreprise accompagne les employés souhaitant grandir au sein de l'entreprise en leur offrant de nombreuses possibilités d'avancement. Les employés peuvent également bénéficier d'un salaire intéressant, d'un régime de bonification, d'un régime de retraite à prestations déterminées et d'un programme d'assurance très avantageux. Les profils recherchés L'entreprise est à la recherche de candidats aux formations très pointues comme des ingénieurs en télécommunications, des analystes de réseau IP et des analystes programmeurs, de même que de candidats avec des formations plus générales pour des postes de conseiller au Service à la clientèle, de technicien et d'agent de ventes dans les kiosques, entre autres. Les efforts de recrutement ont notamment permis de développer des partenariats avec des écoles spécialisées et des universités et de mettre en place des stages et des programmes de bourses pour sensibiliser les jeunes aux nombreuses possibilités offertes par l'industrie des télécommunications. "Vidéotron s'adapte aux besoins du travailleur et répond à la nécessité d'une plus grande flexibilité en appliquant des programmes basés sur les nouvelles réalités comme le travail à horaire comprimé et le télétravail", précise M. Dépatie. Pour soumettre sa candidature Tous les postes sont affichés sur le site de videotron.com et sur Jobboom. Les candidats sont invités à postuler en ligne à partir de la section carrières corpo.videotron.com/site/carrieres/index-fr.jsp où on leur demande de répondre à un questionnaire et d'y joindre leur CV. Vidéotron ltée (http://www.videotron.com), filiale à part entière de Quebecor Media inc., est une société intégrée de communications oeuvrant dans les domaines de la télédistribution, du développement multimédia interactif, des services d'accès Internet, de la téléphonie par câble et de la téléphonie sans fil. Vidéotron est un chef de file en nouvelles technologies, grâce notamment à son système de télévision interactive illico et à son réseau à large bande lui permettant d'offrir, entre autres services, l'accès Internet haute vitesse par modem câble et la télévision en modes analogique et numérique. Au 30 septembre 2008, Vidéotron comptait au Québec 1 691 500 clients à son service de télédistribution, dont 876 700 clients à illico télé numérique. Vidéotron est également le numéro un de l'accès à Internet haute vitesse au Québec avec 1 031 400 clients à ses services par modem câble au 30 septembre 2008. A cette date, Vidéotron avait activé 58 600 lignes de son service sans fil et assurait le service de téléphonie par câble à 797 900 foyers et organisations du Québec.
  17. Les clients de taxi devront débourser 15 cents de plus du kilomètre à compter de samedi. L'industrie est satisfaite de cette indexation, mais les chauffeurs craignent que cette hausse ne se traduise par une perte de clientèle. Pour en lire plus...
  18. Économie 100 M$ pour construire 1100 logements Mise à jour : 31/08/2009 17h37 C'est le plus important projet de logements locatifs jamais vu depuis 40 ans à Québec. La firme Beaudet & Saucier va investir 100 millions $. d'ici sept ans, pour construire 13 immeubles résidentiels, regroupant 1100 logement, dans le secteur Lebourgneuf. Structure de béton armé, stationnement souterrain, accès contrôlé électroniquement et finition soignée : on parle de logements de 3½, 4½ et 5½ pièces qui vont se louer entre 700 et 1200 $ par mois. Clientèle cible : les babyboomers à l'aise qui vendent leur maison et ne veulent pas demeurer en condominium. Le projet arrive à point puisqu'il y a rareté de logements à Québec, depuis quelques années, En effet, le taux d'inoccupation se situe présentement à 0,6 %, alors que la situation d'équilibre voisine 2,5 %.
  19. Vidéotron va créer 271 emplois à Joliette 25 mars 2009 - 10h37 Louis-Pierre Côté ARGENT La société Vidéotron entend embaucher 271 personnes à temps plein à son nouveau centre de service à la clientèle et de soutien technique de Joliette, d’ici l’été 2010. La compagnie a annoncé mercredi l’ouverture de son Centre Contact Clients dans la capitale régionale de Lanaudière à l’été 2009. D’ici là, Vidéotron lancera son offensive de recrutement depuis le Salon Emploi – Compétences qui battra son plein entre les 2 et 4 avril prochain aux Galeries Joliette. Situé devant le centre commercial Les Galeries Joliette, le nouveau centre de service à la clientèle de Vidéotron fera partie des premiers locataires à aménager dans le nouvel édifice sis au 1075 du boulevard Firestone. Le montant de l’investissement n’a pas été dévoilé. Vidéotron dit aussi poursuivre ses efforts de recrutement afin de combler plus de 500 postes permanents en 2009 dans tous les services de l’entreprise. Vidéotron est une filiale de Quebecor Media, elle-même une filiale du Groupe Quebecor (QBR.B).
  20. L'entreprise québécoise continue d'accroître sa clientèle américaine, qui inclut désormais le détaillant géant Target. Pour en lire plus...
  21. Localisation: 1174 rue de Champlain (intersection René Lévesque) Étage: 5 Nombre d'appartement: 47 Prometteur: Groupe CDH Clientèle: Artistes membres de milieu de la culture Référence: La Presse 14 nov. 2010
  22. On parle de la phase 3 dans La Presse aujourd'hui. Il y a deux possibilités de facades envisagées pour le projets. Ils sont en train de sonder la clientèle pour connaître la grandeur des futurs condos.
  23. Le danger est grand, pour les entreprises qui affrontent la crise, de disparaître de l'esprit de la clientèle, faute d'avoir pris les moyens d'y rester. Pour en lire plus...
  24. Un déficit... de riches Québécois 26 septembre 2008 - 07h26 La Presse Collaboration spéciale Annie Mathieu Au Québec, le marché pour le très haut de gamme demeure restreint, selon l'auteur du livre Consommation et luxe, Benoît Duguay. La raison est simple: «Il y a peu de Québécois très riches.» M. Duguay estime que l'échec du centre commercial Les Ailes de la mode démontre bien que les Québécois n'ont pas les moyens des Parisiens ou des New-yorkais. En revanche, le DIX30 à Brossard évoque le succès d'un luxe "à la portée de tous" où l'exclusif côtoie le populaire et permet à la population de satisfaire ses envies de luxe. "Le luxe s'est démocratisé", estime la directrice régionale des relations publiques de Holt Renfrew, Jozée Desrosiers. Comme tout le monde veut son petit bout de luxe, les gens sont prêts à acheter moins, mais de meilleure qualité. Et l'image que l'on souhaite projeter joue de plus en plus sur la consommation des produits hauts de gamme, selon Benoît Duguay. «Si je pense qu'une montre en or, c'est important pour mon image, le prix ne comptera plus», illustre celui qui est également professeur à l'école des sciences de la gestion de l'UQAM. Clientèle hétéroclite Ce peut être un étudiant qui économise ou encore une avocate qui a les moyens. À Montréal, les magasins Ogilvy et Holt Renfrew ont désormais du mal à profiler leur clientèle tant celle-ci est hétéroclite. «Des touristes, des femmes qui ont de l'argent ou des jeunes aisées. Le bassin est très diversifié», dit le directeur général d'Ogilvy, Maurice Moyal. Chez Holt Renfrew, on indique qu'il n'existe pas de profil type des consommateurs de sac à main Gucci et autre jeans Dolce & Gabanna. «Cela n'a rien à voir ni avec le sexe, ni avec l'âge», dit la directrice régionale des relations publiques chez Holt Renfrew, Jozée Desrosiers. Urbains, les acheteurs de produits de luxe sont friands d'art, de design et d'architecture. «Ils ont un intérêt commun pour les belles choses, ils voyagent beaucoup et sont très articulés», ajoute-t-elle. «Il y a davantage de gens issus de la classe moyenne qui achètent. Une pièce à la fois, ils réussissent à se construire des décors luxueux», dit Claude Alain, directeur d'Interversion, un magasin de meubles québécois haut de gamme. "Avant, c'était plus élitiste. Mais la catégorie d'âge a toujours variée entre 30 et 70 ans", ajoute-t-il. Bref, les consommateurs québécois de produits de luxe partagent des intérêts communs, mais se ressemblent très peu.
  25. La Presse Le mardi 19 juin 2007 Ouvert depuis l'an dernier, le Quartier DIX30, à Brossard, est le tout premier lifestyle center au Québec, une sorte de centre commercial à ciel ouvert aux allures de centre-ville. De plus en plus populaire auprès des consommateurs, il fait toutefois grincer des dents les commerçants des régions voisines, les urbanistes et les écologistes. Le Quartier DIX30 a ouvert ses portes il y a seulement huit mois et, déjà, son impact se fait ressentir jusqu'à Saint-Jean-sur-Richelieu, où des commerçants peinent à affronter cette nouvelle concurrence. C'est toutefois le boulevard Taschereau qui est le plus durement frappé. Selon le promoteur, la firme Devimco, au moins trois gros commerces ont abandonné cette artère ou s'apprêtent à le faire pour s'installer au DIX30: Rona l'entrepôt, Pier 1 Imports et Wal-Mart. Les entreprises concernées ont confirmé cette nouvelle, sauf Wal-Mart, qui dit «jongler avec différentes options pour l'instant». «Va-t-on garder notre magasin sur Taschereau, le fermer, l'abandonner? C'est à voir, mais pour l'instant, il demeure ouvert», a indiqué le porte-parole, Yanik Deschênes. L'attrait des commerçants pour le lifestyle center, un concept à mi-chemin entre les magasins à grande surface et le centre commercial traditionnel, semble donc aussi grand que pour les consommateurs. La deuxième des quatre phases du projet, terminée en avril dernier, a fait grimper le nombre de magasins et boutiques à plus d'une centaine. Et de nombreux autres sont prévus. Devant une telle vogue, le maire de Brossard, Jean-Marc Pelletier, est bien obligé de reconnaître l'impact négatif que risque d'avoir ce nouveau quartier sur les commerces déjà implantés sur la Rive-Sud. «Chaque fois qu'il y a un nouveau centre commercial, il y a un déplacement de la clientèle, note-t-il. DIX30 risque donc d'avoir un impact sur le boulevard Taschereau, sur le Mail Champlain et sur les Promenades Saint-Bruno. C'est pourquoi j'ai toujours dit que je soutiendrais les commerçants.» Ce soutien, a-t-il précisé, se traduira à court terme par la plantation d'arbres tout le long du boulevard Taschereau. Plus de 500 000$ seront ainsi investis dès cet été. Mais à plus long terme, rien n'est encore prévu pour équilibrer l'offre qui se prépare dans le Quartier DIX30: la Société des alcools y construit ce qui sera sa plus grande succursale de la région, à quoi s'ajouteront notamment Future Shop, Bureau en gros, Maxi, une clinique médicale, un spa, un hôtel de 250 chambres et une salle de 900 places qui devrait accueillir plus de 200 spectacles par année. Devant cette concurrence en construction, les commerçants du boulevard Taschereau tremblent. De crainte de faire fuir la clientèle, aucun n'a souhaité exprimer publiquement ses appréhensions à La Presse. Mais, sous le couvert de l'anonymat, l'inquiétude, voire la colère s'expriment. «Comment croire qu'une série d'arbres nous permettra d'affronter cette grosse affaire-là ? a lancé l'un d'eux. La clientèle ne se multipliera pas comme par magie! Les gens qui choisiront le DIX30 ne viendront pas ici, un point c'est tout.» Au Mail Champlain, en revanche, on soutient que le nouveau venu n'a pas eu d'effet négatif à ce jour. On se réjouit ainsi que de grands noms comme Tristan & America ou H&M aient choisi de construire un nouveau magasin au DIX30 plutôt que d'y déménager celui qu'ils ont déjà au Mail Champlain. «Notre clientèle demeure fidèle», a indiqué le directeur, Gilles Grégoire. Il dément les rumeurs «extrêmement farfelues» qui prévoyaient la démolition du centre commercial, vieux de 35 ans, au profit d'immeubles d'habitation en copropriété. Du côté du promoteur du Quartier DIX30, la firme Devimco, on se veut rassurant. On précise que la croissance démographique de la région justifie l'implantation d'un nouveau centre commercial. «Nos études de marché montrent que notre projet n'aura pas d'impact majeur sur les commerces du boulevard Taschereau», indique Jean-François Breton, coprésident de Devimco. Il précise qu'une bonne partie de sa clientèle ne provient pas de la Rive-Sud, mais bien des régions plus éloignées comme Granby, Sorel et même des États-Unis. Ça va saigner les autres À Saint-Jean-sur-Richelieu, le copropriétaire du cinéma Capitol Saint-Jean, Robert Blanchard, affirme que le nouveau centre commercial lui a fait perdre environ 10% de sa clientèle depuis novembre. "Je croyais que ça nous nuirait pendant deux ou trois mois, mais ça semble vouloir se maintenir, a-t-il indiqué. On en parle évidemment beaucoup entre commerçants, ici, et je peux vous dire que les restaurateurs, par exemple, sont très touchés. Mais est-ce une mode? Il faudra voir à plus long terme." Si l'on en croit les économistes et les urbanistes consultés par La Presse, on est loin de la mode passagère. À leur avis, l'impact du nouveau "quartier" sera majeur et durable. Ils démentent ainsi les prétentions du consultant choisi par Devimco, la firme Géocom, qui soutient que l'impact du DIX30 sera minime (précisons que Géocom n'a pas rappelé La Presse). "Aucun analyste ne vous le dira, mais ce genre de concept aura des effets très négatifs sur les autres commerces, estime Gérard Beaudet, directeur de l'Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal. Il faut savoir que le rayon d'action d'un centre commercial comme le DIX30 peut dépasser les 75 km." Il ajoute que, "collectivement, on perd au change". Quand de grands commerces comme Wal-Mart ou Rona quittent un endroit, ils sont inévitablement remplacés par des commerces moins performants, comme des marchés aux puces ou des magasins à 1$. "Ça va saigner les autres centres commerciaux, c'est certain, renchérit Sylvie Paré, directrice des programmes d'urbanisme à l'UQAM. Et c'est sans compter les effets qu'aura ce projet sur le centre-ville de Montréal, car tout ce qui se "banlieuise" se fait aux dépends du centre." Le Quartier DIX30- Investissement de 500 millions de dollars - 2 millions de pieds carrés - 6000 places de stationnement (après la phase 4), dont 2500 en sous-sol Propriétaires - RioCan Real Estate (50%) - Fonds de placement Beaudoin-Bombardier (25%) - Caisse de retraite de la STM (15%) - Caisse de retraite de la Ville de Québec (10%) Quatre phasesPhase 1 (septembre 2006) Ouverture de plus de 60 boutiques et restos (dont Indigo, Winners/HomeSense et Pier 1 Imports) ainsi que du cinéma Cineplex Odéon (16 salles); Phase 2 (avril 2007) Ouverture d'une vingtaine de commerces, dont H&M, American Eagle Outfitters et Urban Planet; Phase 3 (automne 2007) Ouverture de nouvelles boutiques, de l'hôtel ALT (Germain), d'un gym, d'un spa, d'une SAQ et de plusieurs magasins à grande surface (Canadian Tire, Maxi, Bureau en gros, Rona l'entrepôt, etc.); 2008: ouverture d'une salle de spectacle de 900 places ainsi que du centre d'entraînement du Canadien de Montréal (un aréna de 800 places, un de 150 places et un terrain de soccer intérieur). Phase 4 (2009) Ajout d'une soixantaine de boutiques haut de gamme. La deuxième des quatre phases du projet DIX30, terminée ne avril dernier, a fait grimper le nombre de magasins et boutiques à plus d'une centaine. Et de nombreux autres sont prévus.