Search the Community

Showing results for tags 'cibc'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 39 results

  1. Habsfan, as-tu plus de détails sur la nature des travaux? Seulement le RDC?
  2. Cherchant à minimiser l'impact de ce marché sur ses affaires, la banque torontoise décroche un investissement de 1,05 G$ US du fonds américain Cerberus. Pour en lire plus...
  3. Presse Canadienne 18 avril 2007 Les inquiétudes relatives à un recul du marché immobilier en raison d'un déclin démographique auraient été nettement exagérées. Un rapport de Marchés mondiaux CIBC (CM) prédit que le prix des maisons au Canada doublera au cours des 20 prochaines années. Dans ce rapport, on estime que le marché canadien de l'habitation enregistrera une offre supplémentaire de quelque 250 000 maisons. Cela représente 12 500 maisons offertes de plus par année pendant cette période. Pour Benjamin Tal, économiste pour les Marchés mondiaux CIBC, même si l'activité sur le marché de l'habitation fluctuera au cours des 20 prochaines années, le prix réel moyen des maisons reflétera le rendement des deux dernières décennies. Dans l'hypothèse d'un taux d'inflation annuel de 2%, il affirme que le prix des maisons au Canada devrait doubler d'ici 2026. Il précise que cette hausse ne sera pas symétrique, ajoutant que dans les grandes villes, l'évaluation des maisons augmentera encore davantage. Selon lui, les inquiétudes relatives à une baisse des prix attribuable à l'aménagement de plus petites maisons et à l'accroissement des liquidations de maisons par les personnes âgées, ainsi que le recul du nombre d'acheteurs d'une première maison, sont largement exagérées. Le rapport de la Banque CIBC compare la croissance de la population entre deux cycles de prix du logement, soit de 1987 à 2006 et de 2007 à 2026, en se fondant sur les perspectives de croissance et d'immigration moyennes de Statistique Canada. Entre 2007 et 2026, la baisse nette prévue de 167 000 acheteurs d'une première maison (Canadiens âgés de 25 à 44 ans) est marginale, sans plus, a déclaré Tal. Puisque ce groupe de consommateurs est celui qui contribue le plus à la demande globale en matière de logements, représentant près de 68% de toutes les ventes de maisons, ce ralentissement relativement modeste ne devrait pas avoir d'incidence appréciable sur la demande de logements. Le recul le plus important (2,5 millions) est prévu pour le groupe des personnes âgées de 45 à 54 ans, de nombreux membres de la génération du baby-boom passant au groupe d'âge suivant. L'incidence de ce changement devrait aussi être limitée, étant donné que le groupe des personnes âgées de 45 à 54 ans ne représente que 12% de la demande totale de logements. En fait, ce recul modéré sera contrebalancé en partie par la solide augmentation dans le groupe des consommateurs de 55 à 74 ans et par son activité intense sur le marché de l'habitation, en grande partie attribuable à des achats de propriétés de vacances et à des placements immobiliers.
  4. C’est ce qu’indique Marchés mondiaux CIBC qui remarque toutefois un «recul très marqué du nombre global de nouveaux emplois». Pour en lire plus...
  5. Edmonton's economy hottest in Canada: CIBC Western city tops ranking for first time as Calgary slips into second spot OTTAWA -- Edmonton's weather may be cold but its economy isn't, says CIBC World Markets, which reported Monday that the Alberta capital has the hottest local economy in Canada, surpassing Calgary. Montreal, Toronto and Vancouver also rank high in economic activity, while there's little economic momentum in the national capital region of Ottawa-Gatineau, according to CIBC's economic activity index, which is based on nine economic variables. "For the first time on record, the city of Edmonton tops our city ranking in terms of economic momentum," it said, crediting strong population growth, impressive employment gains, low unemployment rate, and below-average personal and corporate insolvency rates. Calgary, meanwhile, slipped into second spot with a score of 24.5, compared with 30.1 for Edmonton. Calgary's slippage reflects what the report said was a slowdown in the pace of job creation momentum in the city -- less than that of Edmonton, Saskatoon and Victoria -- and a cooler housing market. Saskatoon reached third spot with a score of 23.7, propelled by strong job and population growth, and the hottest housing market in the country. "Interestingly, Montreal is currently enjoying some renewed momentum," the report said, noting that Montreal's third-place score of 22.8 -- the only other city with a ranking above 20 -- indicated improvement in labour and housing market activity. However, the report cautioned that the momentum in Montreal's industrial economy -- based on data up to September -- is not likely sustainable with a loonie at or near parity with the U.S. dollar. Toronto, the country's largest city, had a consistently strong showing in the rankings with a score of 17.5. This reflects the growing diversity of the city, which has the fourth-fastest population growth in the country, and which boasts relatively high-quality employment. However, its labour market is softening with below-average job growth and above-average unemployment of 7%. Vancouver's ranking, at 17.3, just slightly below Toronto's, is due to the fact that -- while it did not excel in any area -- the city was above average in many areas, including strong population and job growth. Among the larger cities, Ottawa-Gatineau had the lowest ranking at just 4.7, reflecting what the report's author CIBC economist Benjamin Tal said was "some softening in employment growth, housing activity and non-residential building permits." There has been a cooling in the city's large high-tech sector, which was very strong over the past two years. The other cities and their rankings were: Sherbrooke 16.3, Victoria 15.8, Trois-Rivieres 13.6, Regina 12.5, Saint John 11.4, Quebec City 10.2, Halifax 9.1, Kitchener 8.8, Greater Sudbury 7.9, London 7.8, Hamilton 6.0, St. John's 5.5, Kingston 3.4, Thunder Bay 3.0, St. Catharines-Niagara 2.4. Two cities had negative readings -- Saguenay -2.8 and Windsor -3.3 -- highlighting the difficulties in their manufacturing sectors. "The recent appreciation in the dollar and the weakening in the U.S. economy are probably adding another layer of difficulties facing those cities," the report said.
  6. CIBC on St Jacques moved into Quebecor-Videotron and now RBC on St Jacques is planning on moving into the "Stock Exchange Tower" near Square Victoria in 2012. I am quite surprised to get a letter from RBC this morning saying they were moving. It was such a wonderful location. I guess the rent was getting to high for them. Seeing in the letter, they were only occupying about 20% of the building now. Interesting thing is about the RBC building, its owned and managed by a company that operates out of Halifax, but the head guy runs a business in New York called "Time Equities Inc". The company in Halifax is called "360 St Jacques Nova Scotia Inc" or something like that. Whats more interesting is, the head office is in a building called "Bank of Montreal Tower". One of the owners/members/chairs part of "360 St Jacques Nova Scotia" is Montreal's own George Coulombe that over sees 360 St Jacques (RBC building) here in Montreal. One thing that was interesting in the letter was that RBC actually sold the building back in the 60s. Anyways I just wonder who will take up the space at CIBC and RBC now.
  7. Les titres des institutions étaient tous en recul après le séisme sur les marchés mondiaux suivant la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers. La CIBC perdait 4 % tout comme la Banque Royale. Pour en lire plus...
  8. Vers une période soutenue de croissance au Canada Publié le 25 mai 2009 à 16h19 | Mis à jour à 16h22 La Presse Canadienne, Ottawa Les Canadiens peuvent s'attendre à une période soutenue de solide croissance au cours de la décennie à venir, mais cette période sera différente de la plus récente qui s'est soldée par un effondrement de l'économie, selon un rapport de la Banque CIBC.(T.TCM) La prochaine décennie verra l'économie mondiale changer de façon fondamentale, mais aura aussi des airs de déjà-vu pour le Canada puisque l'ouest du pays retrouvera sa place au premier plan, le dollar canadien sera fort et la valeur des actions montera en flèche, affirment les économistes de la CIBC. L'économie canadienne dépendra moins des consommateurs ou des Etats-Unis, ce qui constituera pour elle le plus important changement, ont écrit dans leur rapport les économistes Avery Shenfeld et Benjamin Tal. Dans l'ensemble, les deux spécialistes dressent un portrait rose d'une décennie qui se mettra en branle lentement l'an prochain, mais qui démarrera vraiment grâce à la croissance mondiale et la poussée de la demande des consommateurs dans les économies émergentes comme la Chine et l'Inde, de même que dans les pays riches en pétrole comme les nations membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie. «Je suis optimiste, en particulier par rapport à ceux qui disent que l'économie s'est enfoncée dans un trou si profond (...) que nous allons en payer le prix», a indiqué M. Shenfeld, économiste principal à la CIBC. «Ce n'est pas parce que la croissance de la dernière décennie reposait de façon exagérée sur un effet de levier que nous sommes condamnés à une lente décennie de croissance mondiale», a-t-il ajouté. L'économie du Canada sera stimulée par les exportations, en particulier celles des produits de base, dont les prix retrouveront une partie de leur lustre grâce à la hausse de la demande dans les marchés en pleine croissance. «Nous n'allons pas rompre nos liens avec l'économie américaine, mais la nature de ce que nous vendons dans le monde sera beaucoup plus déterminée par la demande en provenance de l'Extrême-Orient. Même (dans le cas des matières premières) que nous vendons aux Etats-Unis, les prix seront davantage déterminés par l'Extrême-Orient», a indiqué M. Shenfled. La baisse de l'importance des Etats-Unis aura un impact sur le dollar américain, qui perdra 20 pour cent de sa valeur au cours de la décennie, selon le rapport. En contrepartie, la valeur du huard sera de nouveau supérieure à celle du dollar américain. Cela aura un effet négatif sur le secteur manufacturier du Canada central et les exportations de produits forestiers, mais profitera au secteur des ressources de l'Ouest.
  9. Invoquant un «climat économique de plus en plus difficile», l’institution bancaire anticipe maintenant que le TSX atteindra 11 000 points à la fin de l’année 2009. Pour en lire plus...
  10. Une étude de Marchés mondiaux CIBC, qui se base notamment sur la santé financière des familles, vient contredire les sombres prévisions sur l'immobilier canadien. Pour en lire plus...
  11. La banque réduit son exposition aux risques dans au secteur immobilier résidentiel américain grâce à un accord avec Cerberus Capital Management. Pour en lire plus...
  12. Un ralentissement de l’économie, une poussée inflationniste nourrie par les prix de l’énergie et des taux d’intérêt élevés vont influencer de «larges pans de la Bourse» jusqu’en 2009. Pour en lire plus...
  13. Un groupe d'investisseurs veut intenter un recours collectif alors qu'ils accusent l'institution d'avoir manqué de transparence quant à son exposition aux «subprime». Pour en lire plus...
  14. La banque n'a toujours pas éclairci le mystère entourant la disparition possible de renseignements personnels au sujet de près d'un demi-million de ses clients, deux ans après l'incident. Pour en lire plus...
  15. Chers membres de MtlUrb.com, Je vous pose la question sur la tour que vous préfèrerez dans le groupe des cinq plus hautes tours de la métropole. 1000 de la Gauchetière Tour IBM-Marathon Tour de la Bourse Place Ville-Marie Tour CIBC Quelle tour obtiendra la faveur populaire du blogue ?
  16. Les emplois de qualité en progression 16 juillet 2008 - 12h49 LaPresseAffaires.com Agrandir Plusieurs secteurs sont en croissance de 6% dont l’industrie des mines et la distribution de produits agricoles. Travailleurs, réjouissez-vous. Le nombre d’employés à temps plein dans des secteurs bien rémunérés est en progression partout au pays. Enfin, c’est ce qu’indique Marchés mondiaux CIBC dans son rapport sur l’indice de qualité de l’emploi, qui remarque toutefois un «recul très marqué du nombre global de nouveaux emplois». Plusieurs secteurs sont en croissance de 6% dont l’industrie des mines, la distribution de produits agricoles, les services Internet et la fabrication de boissons, de produits du tabac, ainsi que de produits électroniques et d'impression. Cette progression permet de dresser une tendance générale à la hausse au chapitre des emplois et des revenus personnels. Toutefois, souligne Benjamin Tal, économiste principal chez Marchés mondiaux CIBC, on constate une dégradation des conditions ailleurs sur le marché du travail. Le nombre d'emplois dans les secteurs mal rémunérés comme ceux de la réparation et de l'entretien, du vêtement et des accessoires vestimentaires, a également augmenté, mais de moins de 1 % pendant la dernière année.
  17. MONTRÉAL - En l'honneur de Jean Béliveau, décédé le 2 décembre, la Banque CIBC a allumé les lumières de certains étages de son siège social de Montréal de façon à former le chiffre 4, soit le numéro porté par l'ancien célèbre capitaine des Canadiens de Montréal. Les quatre côtés du gratte-ciel situé sur le boulevard René-Lévesque, visible d'un peu partout au centre-ville, étaient illuminés de cette façon, samedi soir. «M. Béliveau était l'un des meilleurs joueurs de tous les temps, mais aussi un homme exceptionnel qui a embelli la vie de bien des gens dans la province et au Canada, a déclaré Victor Dodig, président et chef de la direction de la Banque CIBC, dans un communiqué. Nos employés cherchaient une façon appropriée de lui rendre hommage.» L'homme derrière cette idée est Luc Grenier, un conseiller en placement. http://fr.canoe.ca/sports/nouvelles/hockey/canadiens/archives/2014/12/20141206-220113.html
  18. La Banque Royale annonce la hausse d'un demi-point de pourcentage du taux hypothécaire résidentiel. Cette nouvelle est rendue publique au lendemain des décisions de la Banque TD et de la Banque CIBC qui vont dans le même sens. Pour en lire plus...
  19. Les prix pétroliers n'ont pas fini de faire des ravages, dit Jeff Rubin, économiste en chef de Marchés mondiaux CIBC. Il prédit une hausse de deux points du taux directeur de la Fed. Pour en lire plus...
  20. L'actuel grand patron de Télésystème entrera en fonction le 26 février. Pour en lire plus...
  21. L'économiste en chef de CIBC Marchés mondiaux a décidé d’abaisser la cible de l'indice la faisant passer à 13 000 points sur fond de ralentissement économique. Pour en lire plus...
  22. C’est ce que pense Jeff Rubin, économiste en chef à la Banque CIBC dans un rapport publié mardi. Pour en lire plus...
  23. Jeff Rubin, économiste en chef chez CIBC, croit que les cours du pétrole «sont plus à blâmer pour le ralentissement économique mondial» que l’effondrement du marché immobilier américain. Pour en lire plus...
  24. La Banque Royale annonce la hausse d'un demi-point de pourcentage du taux hypothécaire résidentiel. Cette nouvelle est rendue publique au lendemain des décisions de la Banque TD et de la Banque CIBC qui vont dans le même sens. Pour en lire plus...
  25. Les banquiers québécois tiennent à leur cagnotte Publié le 04 février 2009 à 06h01 | Mis à jour à 06h04 (Montréal) Les dirigeants des trois plus grandes banques canadiennes renoncent à certaines de leurs primes en ces temps difficiles. D'autres le font aussi ailleurs, par choix ou parce qu'on leur force la main. Mais ici, les dirigeants des deux banques québécoises ont décidé de garder toute la cagnotte qu'ils considèrent leur être due. Les deux principaux banquiers du Québec veulent toutes leurs primes salariales, malgré la conjoncture économique et financière difficile. Ainsi, Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale (T.NA), et Réjean Robitaille, de la Banque Laurentienne (T.LB), n'ont pas l'intention d'imiter leurs homologues torontois qui renoncent à des millions de dollars en primes salariales, en invoquant la situation économique difficile. «La réponse est non. Ces primes font partie de la rémunération totale de M. Vachon et il n'a pas l'intention d'y renoncer», a indiqué le porte-parole médiatique de la Banque Nationale, Denis Dubé. «Ces primes ont été consenties par le conseil d'administration parce que la banque a obtenu de meilleurs résultats en 2008 par rapport aux cinq autres principales banques canadiennes.» Commentaire semblable à la haute direction de la Banque Laurentienne. «M. Robitaille n'a pas l'intention de renoncer à une partie de sa rémunération parce qu'elle reflète la performance de la banque l'an dernier, qui a dépassé tous ses objectifs financiers», a indiqué Gladys Caron, vice-présidente aux affaires publiques. Pourtant, depuis le début de la semaine, les présidents de trois des plus grandes banques canadiennes ont renoncé publiquement à 16,7 millions en primes auxquelles ils étaient admissibles, selon les clauses de leur contrat professionnel. Deux de ces présidents, Gordon Nixon de la Banque Royale (T.RY), et Bill Downe, de la Banque de Montréal (T.BMO), ont renoncé en tout à 9 millions en primes qui leur auraient été versées en options d'achat d'actions et autres titres liés à la prochaine performance financière et boursière de leur banque. Pour les présidents des banques Nationale et Laurentienne, la renonciation à leurs primes semblables pour 2008 équivaudrait à 4,1 millions, la moitié environ de leur rémunération combinée de 7,33 millions. À lui seul, Louis Vachon devrait renoncer à 3,2 millions en primes de titres de sa rémunération totale de 5,28 millions. Par ailleurs, fait très inusité, les présidents Nixon et Downe ont annoncé leur désistement après que leurs primes eurent été convenues avec le conseil d'administration de leur banque respective, et détaillées même dans leur circulaire envoyée aux actionnaires en prévision de leur prochaine assemblée annuelle. Bill Downe, de la Banque de Montréal, a indiqué que «ma décision de renoncer à cette rémunération est le résultat de ma réflexion face à la situation économique actuelle». Pour Gordon Nixon, président de la Banque Royale, renoncer à des primes déjà convenues est «une bonne décision pour moi et pour la banque, en raison de l'état actuel des marchés mondiaux et des défis que doivent relever tant de citoyens au Canada et ailleurs dans le monde». Relations publiques Geste significatif ou vil exercice de relations publiques? «Je dis chapeau à M. Nixon et M. Downe dans le contexte économique et financier actuel, même s'il y a un peu de gestion d'image personnelle et de relations publiques dans ces décisions», a commenté Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques. Quant à l'autre président de banque ayant renoncé à des millions en rémunération admissible, il s'agit de Gerry McCaughey, de la Banque CIBC (T.CM). Sa renonciation est considérable: au moins 7,6 millions amputés d'une rémunération qui aurait pu atteindre 12,9 millions. Toutefois, ce montant était prévu pour la rémunération 2007 du grand patron de la banque CIBC, selon son protocole particulier d'évaluation salariale différée. (Sa rémunération pour l'exercice 2008 sera déterminée après la fin de l'exercice 2009.) Aussi, à la différence des présidents de BMO et de RBC, cette réduction avait été négociée par étapes entre le conseil d'administration et M. McCaughey, à sa demande. Cette démarche est aussi expliquée dans la circulaire envoyée aux actionnaires de la banque CIBC. Du côté des deux autres grandes banques, le président de la Scotia, Richard E. Waugh, a déjà subi une réduction de sa rémunération admissible de 25% pour l'exercice 2008, à 7,5 millions. Mais il n'a pas encore dit mot de son intention d'imiter ou non ses vis-à-vis torontois en renonçant à la part de sa rémunération qui est constituée d'options d'achat d'actions et d'autres titres, pour une valeur de trois millions. Quant à la banque Toronto-Dominion, elle n'a pas encore publié sa circulaire de direction qui détaillera la rémunération de ses hauts dirigeants. LA RÉMUNÉRATION DES BANQUIERS LOUIS VACHON Président de la Banque Nationale Rémunération totale prévue (1) 5,28 millions var. un an: "40% Rémunération après désistement Aucun renoncement RÉJEAN ROBITAILLE Président de la Banque Laurentienne Rémunération totale prévue (1) 2,04 millions var. un an: "42% Rémunération après désistement Aucun renoncement GERRY McCAUGHEY Président de la Banque CIBC (2) Rémunération totale prévue (1) 12,96 millions var. un an: "85% Rémunération après désistement 5,3 millions var. un an: -23% GORDON NIXON Président de la Banque Royale Rémunération totale prévue (1) 9,56 millions var. un an: -18% Rémunération après désistement 4,6 millions var. un an: -60% BILL DOWNE Président de la Banque de Montréal Rémunération totale prévue (1) 6,37 millions var. un an: -34% Rémunération après désistement 2,27 millions var. un an: -76% 1: Rémunération totale selon la circulaire de direction: salaire et prime au comptant, options d'achat d'actions et autres titres de valeur, prestations de fonds de retraite, autre rémunération spéciale. 2: Le calcul de la rémunération du président de la Banque CIBC est décalé d'un an en fonction des résultats subséquents, donc pour 2007 dans ce tableau. Sources: banques