Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'chrétien'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning, architecture and urban tech
    • Urban photography
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • YUL General discussion about YUL
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 2 results

  1. Les vilaines provinces Michel David Le Devoir mardi 10 juin 2008 Le ministre responsable des Affaires intergouvernementales, Benoît Pelletier, qui éprouve bien de la difficulté dans ses discussions avec Ottawa sur la limitation du pouvoir de dépenser, devrait peut-être avoir une discussion avec son collègue de la Santé, Philippe Couillard. Pour justifier auprès de l’opinion publique canadienne la nécessité d’imposer aux provinces des conditions très strictes à la contribution fédérale au financement des services de santé, qui relèvent pourtant de leur compétence exclusive, il suffirait en effet au gouvernement Harper d’invoquer le dernier rapport du Conseil canadien de la santé, qui dresse un bilan très sombre des ententes « historiques » intervenues il y a cinq ans. « Malgré les milliards de dollars alloués [aux provinces] en vertu de l’Accord des premiers ministres sur le renouvellement des soins de santé conclu en 2003, les progrès sont loin de ce qui aurait pu et de ce qui aurait dû être accompli actuellement », estime le Conseil. En février 2003, après 12 heures de négociations ardues, le gouvernement Chrétien avait accepté de transférer aux provinces plus de 34 milliards en cinq ans. Quelques mois plus tard, le gouvernement Martin inaugurait son mandat par une entente encore plus généreuse, qui ajoutait 41 milliards en dix ans. Le fédéralisme canadien entrait dans une ère nouvelle, disait-on. En retour de ces largesses, M. Chrétien avait cependant exigé la création d’un nouvel organisme qui serait chargé de faire le suivi de ces ententes et d’en rendre compte à la population canadienne. Le Québec, qui disposait déjà d’un Conseil de la santé et du bien-être, n’y participerait pas, mais il s’était engagé à collaborer. À l’époque, le premier ministre Landry, qui s’apprêtait à affronter l’électorat, était trop heureux de voir tomber cette manne pour commencer à faire des histoires. Le premier ministre de l’Alberta, Ralph Klein, qui se méfiait des initiatives d’Ottawa comme la peste, avait émis de sérieuses réserves. L’Ontario était également réticent, mais les neuf provinces anglophones étaient finalement rentrées dans le rang et elles avaient accepté de déléguer un représentant au nouveau Conseil canadien de la santé. *** L’utilisation qu’Ottawa comptait faire de cet organisme n’était pas encore très claire, mais l’idée avait été lancée en novembre 2002 par la Commission sur l’avenir des soins de santé au Canada présidée par Roy Romanow, un vieux complice de Jean Chrétien qui avait toujours été en faveur de la création d’un système de santé unique au Canada. Comme cela était prévisible, le Conseil canadien de la santé a fait sienne la « vision nationale » de M. Romanow, déplorant l’existence d’au moins 14 systèmes de santé au pays, si l’on tient compte des soins dispensés directement par Ottawa, que ce soit aux forces armées ou aux nations autochtones. « Tout en respectant les droits et les responsabilités des provinces et des territoires dans le secteur de la santé, nous devons raviver la vision d’un système pancanadien commun de santé et de soins de santé et nous devons mettre en place des mécanismes pour faire de cette vision une réalité », estime le Conseil. Alors que les soins de première ligne devaient être la pierre angulaire de la réforme envisagée, il constate que les progrès sont minimes. Pourquoi ? Parce que « l’argent a été utilisé pour lancer des petits projets plutôt que d’investir dans des changements durables et à long terme ». Le diagnostic est aussi pessimiste en ce qui concerne l’amélioration des soins à domicile, que le vieillissement de la population a rendue impérieuse. Les gouvernements avaient convenu de déterminer un ensemble minimum de mesures, mais les progrès demeurent « lents et sporadiques ». Qu’il s’agisse du temps d’attente ou de la planification des ressources humaines, la liste des reproches que le Conseil adresse aux provinces est nettement plus longue que celle des éléments jugés encourageants. *** Au total, les engagements pris il y a cinq ans par les premiers ministres provinciaux afin d’obtenir les milliards du gouvernement fédéral n’auraient pas été tenus. « Et comme les Canadiens financent le système par leurs impôts, ils sont en droit d’attendre une meilleure optimisation des fonds. » Si les provinces n’ont pas été la hauteur des attentes, le Conseil a en revanche très bien accompli ce que MM. Chrétien et Romanow attendaient de lui, c’est-à-dire démontrer la nécessité d’un gouvernement central fort. De là à conclure qu’Ottawa devrait de nouveau serrer la vis aux provinces et leur imposer des conditions plus strictes pour s’assurer qu’elles respectent leur parole, il y a un pas que The Globe and Mail n’a pas hésité à franchir. « La prochaine fois, le gouvernement fédéral devrait mieux définir ses objectifs, mettre des conditions à l’octroi de fond et inciter les provinces à collaborer », estime le quotidien torontois. Bref, il faudrait revenir à ce « fédéralisme dominateur » que Stephen Harper avait dénoncé dans son discours de décembre 2005 à Québec. On peut penser qu’une bonne partie de l’opinion publique canadienne, notamment en Ontario, souscrit à l’analyse et aux conclusions du Globe and Mail et du Conseil canadien de la santé. À l’approche d’élections où le vote ontarien sera déterminant, M. Harper serait bien mal avisé d’agréer à la demande du Québec en renonçant à son pouvoir de dépenser, qui constitue le seul moyen dont Ottawa dispose pour imposer ses objectifs aux provinces. Benoît Pelletier, qui avait pris pour argent comptant les engagements de M. Harper sur le pouvoir de dépenser, se retrouve aujourd’hui Gros-Jean comme devant. À défaut de son aide, peut-il seulement compter sur la sympathie de son collègue de la Santé ? Lors de l’étude des crédits de son ministère, M. Couillard, avait fait une étonnante apologie des interventions fédérales dans le secteur de la santé. À l’entendre, le pouvoir de dépenser semblait même une excellente chose. *** [email protected]
  2. Raymond Chrétien doute qu'Obama veuille renégocier l'ALENA 17 janvier 2009 - 11h08 La Presse Vincent Brousseau-Pouliot Malgré ses promesses électorales, Barack Obama n'ouvrira pas l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), selon l'ancien ambassadeur Raymond Chrétien. Le nouveau président américain profiterait ainsi de sa première visite officielle à l'étranger au Canada dans quelques semaines afin de rassurer le premier ministre Harper au sujet de l'ALENA. «Oubliez la renégociation de l'ALENA. «En privé, M. Obama va probablement dire à M. Harper qu'il a dit qu'il voulait renégocier l'ALENA durant la campagne électorale en Ohio et au Michigan, mais qu'il est conscient que c'est impossible car on l'a informé des conséquences pour l'économie américaine. (...) Les Américains n'achètent pas chez nous pour nos beaux yeux. Ils le font parce que ça sert leurs intérêts», dit M. Chrétien, qui fut ambassadeur du Canada à Washington de 1994 à 2000. Les primaires L'ALENA a failli faire dérailler la campagne de Barack Obama durant les primaires démocrates. En février dernier, un de ses conseillers a informé des diplomates canadiens que son patron n'avait vraiment pas l'intention de renégocier l'ALENA contrairement au discours qu'il tenait devant les électeurs. L'affaire est parvenue aux oreilles des médias canadiens par le biais du chef de cabinet du premier ministre Harper, Ian Brodie, qui s'est échappé lors d'une conversation à bâtons rompus avec des journalistes lors du huis clos du dernier budget fédéral. M. Brodie a dû démissionner de son poste de chef de cabinet du premier ministre. Même si l'avenir de l'ALENA ne semble pas en danger, l'administration Obama pourrait être tentée de retourner à un plus grand protectionnisme économique sous l'influence du Congrès démocrate. "Il y a un danger pour nous: que le nouveau Congrès démocrate passe des lois susceptibles d'aider l'économie américaine. Un ralentissement Les élus du Congrès vont être moins chauds sur le libre-échange. Il y aura un ralentissement, sinon un arrêt, du processus de libéralisation économique. «Heureusement pour le Canada, nous avons déjà l'ALENA», dit M. Chrétien, conseiller stratégique du cabinet d'avocats montréalais Fasken Martineau depuis sa retraite du corps diplomatique fédéral en 2004. Même si la question de l'ALENA devait ne pas être à l'ordre du jour de la première rencontre officielle Obama-Harper, l'ancien ambassadeur est convaincu que les leaders canadien et américain discuteront surtout d'économie. «Ils discuteront de l'état de l'économie nord-américaine, dit M. Chrétien. Peut-être même que M. Obama va vouloir en savoir davantage sur le système bancaire canadien. Si j'étais M. Harper, je lui décrirais les avantages de ce système qui a fait ses preuves.» Autre point à l'ordre du jour de la rencontre Obama-Harper: la frontière canado-américaine. «Les Américains prennent toutes leurs décisions à travers le prisme de la sécurité, dit M. Chrétien. Ils ne vont pas cesser d'être fermes mais ils seront peut-être plus compréhensifs afin de rendre la frontière plus fluide pour les échanges commerciaux.» Une cérémonie suivie Raymond Chrétien suivra avec attention la cérémonie d'investiture de Barack Obama mardi à Washington, lui qui a participé à celle de Bill Clinton en 1996 comme ambassadeur du Canada. Selon Raymond Chrétien, l'homme le plus important pour l'économie canadienne au sein de l'administration Obama est le représentant au Commerce (U.S. Trade Representative), Ron Kirk. Ancien maire de Dallas, il est un fidèle de la première heure de Barack Obama. «Ce poste n'est pas le poste le plus visible mais c'est le plus important dans l'administration américaine pour les Canadiens, dit M. Chrétien. Le représentant au Commerce s'occupe des dossiers de nature commerciale comme le bois d'oeuvre. Il doit suivre les instructions de l'administration mais aussi surtout des membres influents du Congrès.»
×
×
  • Create New...