Search the Community

Showing results for tags 'choix'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 61 results

  1. à cet endroit, la limite Sud de RdP c'est Henri-Bourassa et non la 40, donc techniquement, le centre serait dans Pointe-aux-Trembles via LaPresse : Publié le 09 juillet 2014 à 11h29 | Mis à jour à 14h11 Rivière-des-Prairies accueillera le centre de compostage Le croquis du futur centre de compostage. IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL KARIM BENESSAIEH La Presse Neuf mois après avoir annoncé qu'il «tirait la plogue» sur le centre de compostage dans Saint-Michel, le maire Denis Coderre a présenté ce matin son choix de rechange : un parc industriel de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. Situé à l'angle des boulevards Saint-Jean-Baptiste et Métropolitain, ce futur centre qui commencera ses activités en 2019 est situé à 1,5 kilomètre des résidences, «soit trois fois la norme de 500 mètres», a précisé en point de presse à l'hôtel de ville le maire. Le terrain appartient à la Ville et n'exige pas de travaux importants de décontamination, a-t-il assuré. «Aujourd'hui, nous tenons parole, a-t-il déclaré. Tout le monde veut une ville plus verte. Nous comprenons que l'emplacement puisse être un irritant pour certains, mais je le répète souvent, gouverner c'est choisir. Nous avons effectué le choix le plus équitable possible, bénéfique pour le plus grand nombre.» Le centre de compostage traitera 29 000 tonnes de résidus verts et de «digestat», la matière résiduelle après qu'on ait extrait le méthane des déchets. Il fera l'objet d'une consultation publique que l'Office de consultation publique de Montréal sera appelé à organiser cet automne. L'administration Coderre souhaite que le rapport soit déposé avant la fin de l'année. Une solution «pratico-pratique» Ce centre est la cinquième infrastructure qui sera construite à Montréal dans le but d'éliminer l'enfouissement des déchets en 2020. La construction des cinq centres coûtera 237 millions, dont 130 proviendront de Québec et d'Ottawa. On espère produire 65 800 tonnes de compost annuellement, essentiellement pour les besoins horticoles de la Ville et la décontamination des sols. Les trois autres centres de traitements des matières organiques seront construits à Saint-Laurent, Montréal-Est et LaSalle. Un autre centre pilote de prétraitement devrait être construit sur le site de l'ancienne carrière Demix. Tous devraient être fonctionnels en 2019 à l'exception de LaSalle, dont l'ouverture est prévue en 2024. C'est au nom de l'équité territoriale que les administrations précédentes avaient choisi, pour la partie nord, le Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM). En optant plutôt pour Rivière-des-Prairies, on choisit «une solution pratico-pratique, dans un site industriel», estime M. Coderre. Le CESM continuera quant à lui à servir au compostage de quelque 19 000 tonnes de résidus verts chaque année. «Il y a une réalité politique à laquelle on est confronté, il y avait une situation par rapport aux résidants de Saint-Michel, a rappelé le maire. C'est sûr qu'il y a des gens qui ne seront pas contents, c'est pour ça qu'on fait une consultation publique. On va se parler.» Impact limité Le responsable de l'environnement au comité exécutif, Réal Ménard, a rappelé qu'à peine 11 % des déchets étaient aujourd'hui «revalorisés», alors que la Ville a techniquement l'obligation d'atteindre le seuil des 60 % dès l'an prochain. Concrètement, chaque Montréalais produit 514 kg de matières résiduelles par année dont seulement 21 sont revalorisés. «On n'est pas en avance, mais plutôt sous le sceau de l'urgence», a-t-il reconnu. Il a qualifié l'annonce de ce matin de «journée historique pour l'environnement» et s'est dit assuré que le projet de centre ne suscitera pas de levée de boucliers. «Nous sommes sûrs qu'au niveau des odeurs, du camionnage, ça va être compatible avec le milieu d'insertion. La Ville de Montréal n'aura pas le choix de déposer une étude de dispersion des odeurs et du camionnage qui montre qu'on respecte les critères.» Pour la mairesse de l'arrondissement, Chantal Rouleau, l'implantation de ce centre est une occasion en or de donner un coup de pouce à un parc industriel dont les infrastructures sont déficientes. «Nous voulons devenir une destination de choix pour les entreprises en technologie propre. Grâce au centre de compostage, nous cultiverons nos actifs. Le compost produit contribuera à la décontamination des sols de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.» «De la petite politique» Le chef de l'opposition officielle, Richard Bergeron, a dénoncé le fait que le quartier Saint-Michel continuera à accueillir des activités de compostage à ciel ouvert. Il estime que l'équipe Coderre, et notamment la mairesse de l'arrondissement Anie Samson, ont «menti et manipulé la population de Saint-Michel» en campagne électorale. «On est dans la bien petite politique. La population va continuer de souffrir.» Le porte-parole de Projet Montréal en matière d'environnement, Sylvain Ouellet, estime que «le statu quo est pire que le projet qui était présenté». Le compostage de résidus verts qui se fait depuis une dizaine d'années au CESM «génère plus d'odeurs et de camionnage que le centre de compostage projeté». Sa collègue Laurence Lavigne Lalonde, conseillère dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, estime quant à elle que le principe d'équité territoriale n'est pas respecté, avec trois installations dans l'est de Montréal. «L'Est paie déjà sa juste part, avec des raffineries, un incinérateur de boues municipales, un centre de transbordement de déchets et 16 entreprises liées à la gestion des matières résiduelles.» Le Conseil régional de l'environnement de Montréal a quant à lui accueilli avec satisfaction cette annonce. «Avec ses deux sites de traitement des matières organiques, l'Est de Montréal a une formidable occasion de déployer un pôle d'industries vertes, a déclaré par communiqué Coralie Deny, directrice générale. On est loin ici des industries lourdes très polluantes à deux pas des résidences.» Emplacement du futur centre de compostage. IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL
  2. il y a des milliers de gratte ciel a travers le monde...Si vous n en n aviez qu UN (1) a nommer, lequel serait il? Gratte ciel de plus de 150m, hors ceux qui sont en construction... Merci de mettre une photo pour illustration et un commentaire pourquoi ce choix...
  3. 2017 est l'année du 375ème de Montréal, une année importante qui ouvre la porte à plusieurs réalisations d'envergure, qui pourraient enrichir et embellir cette ville au potentiel encore trop peu exploité. Je ne veux pas ici proposer un sondage en limitant les choix de projets, mais plutôt faire un appel de propositions, dont chacun rêve personnellement pour sa ville. L'occasion est belle de laisser aller votre imagination et vos fantaisies, tout est permis pour un cadeau d'anniversaire. Alors qu'est-ce qu'on offre à une ville comme Montréal, qui serait significatif et durable?
  4. Bonjour, Nous le savons, nous avons amplement le choix pour ce qui est de ce rendre de Montréal à Paris. Quels sont les avantages et les désavantages d'une cie ou d'une autre? Laquelle choisir entre AC, AF, TS ou SS? Envoyé de mon SM-G920W8 en utilisant Tapatalk
  5. Beau petit projet infill sur St-Laurent, coin Beaubien ouest. Reste 2 unités à vendre. À partir de 151 500$ taxes incluses 6537 rue St-Laurent (coin Beaubien) 12 unités Lofts, * Finition de qualité (choix de couleurs) * Planchers de bois * Air climatisé * Grands balcons * Stationnement disponible * 3 200 pi. ca d'espace commercial à louer * Subvention disponible * Mezzanines sur le toit Occupation février 2010
  6. Le Bourg De Rouan 20/09/2009 Projet pratiquement terminé. Une architecture et un style de vie avant-gardistes ! Ce magnifique projet est situé à proximité d’une station de métro et de nombreux services et attraits dont le Parc Maisonneuve, le Parc olympique, le Biodôme, le Jardin botanique, le Marché Maisonneuve, l’aréna Maurice Richard, le stade de soccer de l’Impact et le complexe de cinémas Star-Cité, au cœur du quartier Ho-Ma, un secteur en pleine ébullition qui regorge d’espaces verts. Ce projet se distingue par son architecture moderne et artistique pour laquelle chaque unité bénéficie d’un balcon avec espace de rangement privé. De plus, grâce aux conseils gratuits de nos spécialistes en décoration intérieure, vous pourrez faire tous vos choix de finis lors de votre visite à notre Centre de Design Samcon, unique à Montréal. Notez que ce projet se qualifie pour le programme de subventions de la Ville de Montréal. Caractéristiques Prix : à partir de 162 900$ (taxes incl.) Nombre d’unités : 40 Types d’unités : 4 ½ & 5 ½ Superficies : 762 à 903 pi² Stationnements : extérieurs optionnels Livraison : immédiate Transports : métro Pie-IX et Viau http://www.samcon.ca/main+fr+04_120+Le_Bourg_De_Rouen_detail.html?ProjetID=83
  7. Voilà, nous sommes à moins de 4 mois des élections municipale, on recommence le sondage. Le dernier sondage de la communauté MTLURB donnait une avance à Louise Harel avec 44,44% contre 40,74% pour Tremblay, suivi de Bergeron avec 14,81% (total de 54 votes). L'exercice est un peu différent, car les votes seront publiques. Question d'ajouter du piquant, je vous demande de justifier votre choix, et d'indiquer si vous êtes apte à voter dans cette élection (c'est-à-dire en âge de voter, et résident d'un Arrondissement de la nouvelle Ville de Montréal défusionnée). Bon débats ! Restez courtois.
  8. Prix MtlURB / MtlURB Awards Ça fait longtemps qu'on en parle, mais les voicis, les prix MtlURB ! Le vote se déroulera de cette manière : Premier vote : pour 2007. 1er tour : 4 catégories : Projets de 4 étages et moins. Pensez à l'intégration au quartier Pensez à l'architecture Pensez au design Pensez à l'ouverture sur la rue Pensez au TOD Pensez vert Projets de 5 étages et plus. Pensez à l'intégration avec ses voisins Pensez à l'architecture Pensez au design Pensez à l'ouverture sur la rue Pensez au TOD Pensez vert Rénovation / restauration. Pensez au respect de l'ancien édifice (s'il avait lieu de le respecter) Pensez au pont historique (si on fait un clin d'oeil au passé) Pensez à l'architecture Pensez au design Pensez à l'ouverture sur la rue Pensez vert Déception de l'année. Pensez à l'architecture Pensez au design Pensez à l'ouverture sur la rue Pensez vert Chaque catégorie aura 10 mise en nomination. Vous aurez 1 mois pour voter. Les 3 premiers projets iront en ronde finale. Un quatrième projet s'ajoutera à la ronde finale et sera le "choix du publique" Pour proposer un projet "choix du publique", simplement le dire dans votre message en même temps que vous votez. La ronde finale durera aussi 1 mois. Les prix : Petit projet de l'année : Grand projet de l'année : Rénovation / restauration de l'année : Déception de l'année : Ces prix seront affichés à côté du nom du projet dans le fil: ***** Liste des projets complétés | Completed projects list ***** qui a d'ailleurs été réaménagée pour l'occasion, mais je n'ai pas encore totalement fini de la réaménager. *************************** MISE-À-JOUR 11 septembre 2010 *************************** J'ai ajouté une cinquième catégorie, la catégorie Infrastructures étant donné qu'à partir de 2008, il y a beaucoup plus de projets qui ont été répertoriés sur MtlURB et par logique, certains projets ne pouvaient tout simplement pas être mélangés ou placés dans les 4 catégories existantes à ce jour. Le prix: Infrastructure de l'année ::
  9. Secteur Angus, 2ème et Gilford J'ai de la misère a visualiser exactement ou le projet va être construit. -------------------------------------------------------------------------------- Un copier-coller du projet au Dix30 Découvrez prochainement Cité Angus dans le Quartier Angus. Imaginée par le Groupe Cholette, Cité Angus propose un concept d'habitation unique de condominiums contemporains et de maisons urbaines spectaculaires sur un ou deux étages. À deux pas de l'activité piétonne du Quartier Angus, à quelques minutes du centre-ville de Montréal, un endroit où l’on vie au rythme du Quartier. Au cœur de la vie urbaine du Quartier Angus à Montréal, d'élégants immeubles de condominiums contemporains au design unique tant par l'architecture et la conception de ces derniers. Vaste choix de modèles de condominiums et de maisons de ville urbaines sont offerts. Du choix pour tous les goûts à prix abordables. À distance de marche, on y retrouve marchés et boutiques spécialisés, restaurants, centre de conditionnement physique, garderie, piscines extérieures municipales, magnifiques parcs et espaces verts. Situé à l'angle de la rue Gilford et la 2ième avenue à Montréal dans le Quartier Rosemont, le site est accessible via le boulevard Saint-Jospeh, à proximité de l’avenue Papineau. Ouverture du pavillon des ventes automne 2010 Pour des informations svp communiquer avec nous et inscrivez-vous pour recevoir des informations privilégiés via notre formulaire de réservation prioritaire ou par courriel au [email protected] Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  10. 28/06/2007 Qui sont les plus importants leaders de Montréal? Le magazine Montréal Centre-ville propose 50 personnalités du monde des affaires, du spectacle et politique. Dans le premier numéro de Montréal Centre_Ville, une nouvelle mouture de la publication Destination Centre-Ville, 50 personnalités racontent et expliquent le rapport entre leur réussite et le choix de s’installer à Montréal, deuxième ville francophone au monde. Avec en tête d’affiche le fondateur et du cirque du Soleil M. Guy Laliberté, le magazine présente des gens d’influence. Pour l’éditeur et directeur général de la publication, M. André Poulin, l’objectif est de: "parler des personnes qui font la différence, celles qui font de Montréal une grande ville de classe internationale".L’éditeur insiste sur l’importance de faire connaître ces personnalités, de faire comprendre aux Montréalais ce qu’ils ne réalisent pas toujours pleinement: Montréal est une plaque tournante économique et culturelle d’envergure mondiale. Le palmarès des cinquante leaders a été établi par un jury composé de Jean-Marc Léger, président de Léger Marketing, Richard Martineau, chroniqueur au Journal de Montréal, Andrew Molson, conseiller à la firme Nationale, Bernard Motulsky, professeur à l’UQAM, Christine Paulino, journaliste à Montréal Centre-ville, André Poulin, directeur général de Destination Centre-Ville, Pierre-André Themens, avocat chez Davies, Ward, Philips & Vineberg, Dennis Trudeau ex-chef d’antenne à la CBC, et Pierre Duhamel, directeur de Montréal Centre-ville. Histoire de ne pas brûler le magazine, voici leur choix des vingt-cinq premiers leaders les plus influents de Montréal : 1- Guy Laliberté (Cirque du Soleil) 2- La famille Desmarais (Paul senior, Paul junior, Hélène Blouin Desmarais, André Desmarais et France Chrétien Desmarais) 3- Henri-Paul Rousseau (Caisse de dépôt) 4- Pierre-Karl Péladeau (Quebecor) 5- Lucien Bouchard 6- Brian Mulroney 7- Laurent Beaudoin (Bombardier) 8- Thierry Vandal (Hydro-Québec) 9- Michael Sabia (BCE) 10- Normand La prise et Christine Lamarche (Restaurant Toqué) 11- Phyllis Lambert (Centre canadien d’architecture) 12- Jean Coutu 13- Paul Arcand 14- Michèle Thibodeau Deguire (Centraide) 15- Daniel Langlois (ex-président de Softimage) 16- Lino Saputo 17- Jacques Ménard (BMO Nesbitt Burns) 18- Père Emmett Johns (Dans la rue) 19- Eric Molson (Molson Coors) 20- Isabelle Hudon (Chambre de commerce) 21- Alain Cousineau (Loto-Québec) 22- Stephen Jarislowsky (Jarislowsky Fraser) 23- Normand Legault (Grand prix de Montréal 24- Ian Greenberg (Astral Media) 25- Sylvain Lafrance (Radio-Canada)
  11. L'heure des choix déchirants a sonné pour l'ex-numéro un mondial des services financiers qui menace d'être emporté comme un fétu de paille Pour en lire plus...
  12. Bonsoir! Alors, depuis quelques jours, je suis à la recherche de ce casque audio à Montréal. http://www.sennheiser.ca/main.php?node=ct_01&pro=117 Mais pas moyen de le trouver. En fait, j'aimerais juste que l'on m'indique le nom et l'adresse d'une boutique spécialisée dans la vente de ce genre de matériel (je suis prêt à prendre un autre casque), qui possède un choix intéressant de casques. J'ai essayé Futur Shop, la Source, Moog Audio et Microbyte (qui disaient l'avoir, mais en fait nan...). Mais ils n'offrent qu'un choix très réduit. J'ai jeté un œil à la liste de revendeurs sur le site, mais je crois qu'elle n'est pas à jour. Si quelqu'un pouvait m'aider, ça serait zentil
  13. Vers une nouvelle culture de la mobilité urbaine Accroître de 16 % les déplacements collectifs d'ici à 2012 Florence Junca Adenot, Responsable du Forum Urba 2015 et professeure au département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM Le Devoir édition du lundi 09 juin 2008 La Commission européenne adoptait en 2007 son livre vert sur les transports urbains. La loi cadre québécoise sur le développement durable remonte à 2006. Le concept de mobilité urbaine durable émerge dans un contexte urbain en changement. Les déplacements des personnes et des biens se multiplient et se diversifient dans l'agglomération montréalaise comme ailleurs, alors que la croissance démographique stagne. La pollution atmosphérique, avec ses effets sur la santé, s'accroît. Les coûts économiques et sociaux de la congestion routière grimpent. La raréfaction prévue de l'offre de pétrole entraîne déjà une escalade des prix de l'essence. La recherche d'une meilleure qualité de vie urbaine guide les choix citoyens. Ces phénomènes remettent en question la planification des transports et les modes de développement des villes au cours des 30 dernières années. Les fonds publics québécois récemment injectés fixent à 8 % l'augmentation de l'achalandage des transports collectifs d'ici 2012. C'est insuffisant; 8 % furent atteints de 1998 à 2003, par l'AMT et les organismes de transport de la région de Montréal. Durant cette période, la part des déplacements en transports collectifs s'est maintenue autour de 20 %, en raison de la forte hausse du nombre d'automobiles. Une hausse de 8 % est donc loin d'être suffisante. Une hausse de 16 à 20 % correspond à la cible à atteindre. Mais comment y parvenir? La mobilité urbaine durable Améliorer la fluidité routière par l'élargissement des voies et la construction de nouvelles est un choix du passé. La mobilité et les modes de transport retenus doivent maintenant intégrer des critères d'efficacité économique, de qualité de vie urbaine et de préservation de l'environnement. L'accessibilité sécuritaire et équitable, à un coût raisonnable, aux emplois, aux services, à l'éducation aux loisirs, ainsi que la mobilité durable deviennent deux exigences. Les nouveaux défis du transport des personnes conjuguent dynamisme économique, diminution des émissions polluantes, consommation réduite des ressources non renouvelables et des espaces, et recyclage de ses composants. La localisation des activités des villes est remise en question, afin de parvenir à générer moins de déplacements et à modifier leurs routes, facilitant ainsi les moyens collectifs et actifs. De l'auto aux transports collectifs et actifs Réconcilier la flexibilité offerte par la voiture et les principes de mobilité urbaine durable passe par un changement de culture, tant chez les usagers, les transporteurs et les entreprises que chez les décideurs. Multiplier les transports par bus, train, métro, tramway, les voies réservées sur tous les axes, favoriser la multimodalité et l'intermodalité entre les modes et les services, faciliter l'usage du vélo et de la marche, tout cela offre des alternatives intéressantes et contribue à diminuer les solutions motorisés responsables de 40 % des GES et de la majorité des accidents. L'espace routier libéré aide ceux qui en ont besoin et limite les pertes en heures travaillées, qui atteignent un million annuellement à Montréal. Une offre de transport, meilleure qualitativement et quantitativement, plus souple, intégrée, mieux adaptée aux différents espaces du Montréal métropolitain, passe par une approche imaginative et moins segmentée entre les organismes de transport. Utiliser l'auto autrement Soixante-dix pour cent des citoyens urbains des pays industrialisés voient l'auto comme le meilleur moyen de transport. L'utiliser autrement permet de l'intégrer à la chaîne de transport. Les stationnements incitatifs combinent l'auto et un transport collectif. Le covoiturage, organisé par les programmes employeurs, accroît le taux d'occupation des véhicules (1,2 personne aux heures de pointe), diminue d'autant ceux en circulation, et génère des économies. L'usage des flottes d'autos concilie flexibilité et transports collectifs. Les taxis offrent un transport individuel optimisant l'usage de la voiture. Ces choix requièrent des politiques cohérentes sur tous les plans. Par exemple, ne pas élargir une route pour favoriser la fluidité mais plutôt y insérer des voies réservées aux transports collectifs; ou encore encourager les entreprises, dont 56 % des places de stationnement sont gratuites à Montréal, à les rendre payantes et à assumer les frais de transports collectifs de leurs employés. La mobilité urbaine durable signifie aussi des véhicules moins polluants, utilisant moins de ressources non renouvelables, plus petits en ville. Et à quand l'électrification des trains de banlieue et l'usage de bus et de véhicules électriques ou bimodes dans les parcs d'entreprises et des organismes publics? À quand des stimulants à produire et à acheter des véhicules moins polluants et moins gourmands? Le Québec est un bassin naturel pour ces expériences. Concevoir la ville autrement Trente ans d'aménagement distribuant les fonctions urbaines sur un territoire de plus en plus vaste desservi en auto, a des effets pervers et coûteux sur la métropole, et ce, d'autant plus que les déplacements domicile-travail font plus de place aux déplacements variés, toute la journée. Or, la mobilité urbaine durable appelle à limiter la longueur des déplacements auto et à les éliminer si possible. Un moyen efficace consiste à intégrer les choix d'aménagement, de transports et l'environnement en localisant les activités résidentielles plus denses, les commerces, bureaux, services, parcs autour des pôles de transports collectifs, selon les principes du TOD (Transit Oriented Development) ou du nouvel urbanisme. Cette approche conduit à repenser les quartiers urbains et le modèle de développement des banlieues pour créer des milieux de vie priorisant l'usage des transports collectifs et actifs. Ces nouveaux lieux urbains rendent accessibles, à pied, la plupart des services de proximité. Un chantier collectif stimulant La mobilité urbaine durable est un fantastique chantier collectif et il y a urgence d'agir. Beaucoup de mesures sont peu coûteuses. Les citoyens s'impatientent devant la flambée des prix de l'essence et réclament des interventions. Les médias ont un rôle fondamental de sensibilisation et de vigie à jouer. Les entreprises ont la responsabilité économique et sociale d'aider leurs employés à se déplacer autrement et de changer leurs propres pratiques. Les constructeurs cherchent à rendre moins énergivores et polluants leurs véhicules. Les organismes de transport et leurs consultants sont au coeur du défi de modifier et d'augmenter leurs offres et leurs pratiques. Les planificateurs urbains et ministériels cherchent la voie pour aménager la ville autrement. Le système éducatif forme en ces matières et fait évoluer les connaissances. Enfin, les élus, à tous les niveaux, et au premier rang les élus municipaux, ont la lourde responsabilité de piloter les changements, de décider, et de financer adéquatement ce chantier qui représente un investissement pour l'avenir. La complexité des interventions, la difficulté des choix et la multitude des lieux de décision ne doivent pas servir de prétextes pour retarder ces choix de société incontournables. Lien
  14. Le prix élevé de l'essence s'avère réellement un gros incitatif dans le choix de la destination de vacances. Les voyageurs évitent les longs trajets et s'installent plus longtemps à la même place. Voilà à tout le moins ce qui se dégage d'une enquête non scientifique effectuée par La Tribune auprès de campeurs et de gestionnaires de terrains de camping de la région Pour en lire plus...
  15. Les manufacturiers québécois qui brassent des affaires dans l'empire du Milieu ne regrettent par leur choix, mais commencent à explorer de nouvelles avenues. Pour en lire plus...
  16. Magnifique projet Projet de 12 condos (Phase 1 & 2). Le projet serait de 5 phases en totale comprennent approx. 32 unités au complet. Prés des parcs, écoles, hôpitaux, magasins et transport en communes et beaucoup plus. Profitez d’une qualité de construction supérieure dans des espaces de vie à la configuration et au look très actuel. Ce projet sera livré pour juin 2013. Le bureau des ventes est sur rendez–vous seulement et il contient des choix de finitions pour la cuisine, la salle de bain et les planchers de bois. Extras offerts et inclus par le promoteur, tel que : le quartz, planchers de bois d’ingénierie. Le promoteur vous offre des unités clé en main et à prix abordable dans un des secteurs les plus en demande de Montréal. Stationnement intérieur disponible en option. Offrez-vous un condo à partir de 155 390$ jusqu'à 215 700$ plus les taxes. Condo de une à deux chambres à coucher offert. http://lenuvocondos.com/
  17. Parmi les choix suivants, quel est votre quartier favoris à Montréal ? Ahuntsic Centre-ville Côte-des-neiges / NDG Griffintown Hochelaga-Maisonneuve Plateau Mont-Royal Pointe Saint-Charles / St-Henri Rosemont Vieux-Montréal Verdun
  18. ROUGE 5.0 est un immeuble de 12 étages dans lequel se retrouvent 91 unités d'habitation de superficies exceptionnelles et uniques dans le secteur avec 3 étages de stationnements intérieurs. Devmont, comme toujours, offre à sa clientèle distincte encore plus de nouveautés dans les choix de cuisine, la climatisation individuelle à air forcé, 2 salles de bain (4 ½ - 5 ½) et tellement plus, qu'une visite s'impose. http://www.rougecondominiums.com/plans-phase-5
  19. Compétitivité des coûts dans les principales agglomérations nord-américaines : Montréal en tête Montréal, le 22 mars 2012 – Selon l’étude Choix concurrentiels 2012 de KPMG, publiée aujourd’hui, Montréal arrive en tête des 30 principales agglomérations canadiennes et américaines étudiées (deux millions d’habitants ou plus) sur le plan de la compétitivité des coûts. Montréal devance Toronto (qui arrive 2e), Cincinnati (3e), Vancouver (7e), Chicago (21e), Philadelphie (23e), Boston (27e) et New York (29e). L’enquête menée par KPMG fait état de 26 facteurs de coûts importants (main-d’œuvre, fardeau fiscal, immobilier, services publics) dans 16 villes canadiennes, et compare plus de 110 villes dans 14 pays. Soulignons que Montréal se classe au 10e rang du classement mondial pour la compétitivité des coûts, parmi les 103 villes des marchés arrivés à maturité, et qu’elle arrive au 7e rang des villes canadiennes. La ville de Québec se classe en 6e position, et Trois-Rivières, en 4e position, pour la compétitivité des coûts parmi les 16 villes canadiennes. « À Montréal, les coûts du transport sont relativement faibles; les loyers des locaux industriels sont modérés, et l’électricité ne revient pas très cher, ce qui attire de nombreuses entreprises », explique Denis Lacroix, associé, Fiscalité internationale, KPMG au Canada. « En outre, les sociétés bénéficient d’un vaste éventail d’incitatifs – R. et D., commerce électronique, production de médias numériques, activités financières mondiales, fabrication – qui sont autant d’atouts pour la métropole montréalaise, car ils se traduisent par un allègement du fardeau fiscal. » Comparativement aux autres villes du Canada, au chapitre de la compétitivité sectorielle des coûts, Montréal se distingue dans les secteurs de la fabrication et de la production de jeux vidéo, avec une 6e et une 7e place au classement des 16 centres urbains canadiens étudiés. De plus, par rapport à l’ensemble des villes du monde intégrées à l’étude, le point fort de Montréal reste la production de jeux vidéo : la ville arrive 7e parmi les 103 agglomérations urbaines de 9 pays arrivés à maturité. Le Canada et le monde Parmi les neuf marchés à maturité étudiés, le Canada arrive au troisième rang pour les coûts d’exploitation, grâce à des coûts inférieurs de 5,0 % à ceux des États-Unis. Le Royaume-Uni et les Pays‑Bas dépassent le Canada, mais à peine (avance de 0,5 et de 0,3 point de pourcentage, respectivement). De plus, il faut savoir que les résultats favorables de ces pays sont le fruit de la dépréciation de l’euro et de la livre, par suite de la crise de la dette européenne. « En clair, le Canada reste un marché compétitif, poursuit Denis Lacroix. Même si les taux de productivité canadiens laissent à désirer, nous gardons le même rang au classement des coûts, comme dans l’étude précédente de 2010. J’en conclus qu’indépendamment des incertitudes économiques mondiales, et malgré la vigueur du huard, le Canada reste un choix à privilégier. » Étude Choix concurrentiels de KPMG L’étude Choix concurrentiels 2012 de KPMG propose une analyse comparative indépendante des coûts d’exploitation dans plus de 110 villes de 14 pays. Les auteurs se sont penchés sur un vaste éventail de facteurs pour évaluer la compétitivité des pays. Ils ont accordé la priorité aux coûts d’exploitation, mais ont aussi tenu compte d’autres facteurs, comme la population et ses caractéristiques démographiques, la formation et la main-d’œuvre qualifiée, l’innovation, les infrastructures, les conditions économiques, le cadre réglementaire, le coût de la vie et la qualité de vie. L’enquête s’intéresse également à la compétitivité des coûts pour divers secteurs économiques, en particulier la fabrication, le secteur numérique, la recherche et développement et, enfin, les services aux entreprises. Grâce à l’étude, les cadres auront un aperçu des coûts d’exploitation comparatifs dans diverses villes des grands pays du monde. De plus, elle aidera les professionnels de KPMG et les promoteurs dans leur travail auprès d’entreprises qui envisagent une relocalisation ou une expansion. Enfin, l’analyse facilitera la tâche des décideurs amenés à évaluer l’incidence sur la compétitivité de leur territoire d’une nouvelle taxe ou d’un changement de politique. Pour consulter la version intégrale du rapport, visitez le site http://www.choixconcurrentiel.com. Dans le cadre de l’étude Choix concurrentiels 2012, les taux de change s’établissent comme suit, pour un dollar américain : 0,99 AUD – 1,80 BRL – 1,02 CAD – 6,36 CNY – 0,74 EUR – 0,64 GBP – 50,75 INR – 77,33 JPY – 13,64 MXP – 31,07 RUB. KPMG au Canada http://www.kpmg.com/Ca/fr/IssuesAndInsights/ArticlesPublications/Press-Releases/Pages/Competitive-Alternatives-Release-Quebec.aspx
  20. Construction de huit (8) unités de condos avec fenestration sur 3 côtés pour le Bloc A. La livraison est prévue pour fin septembre 2012. La bâtisse est divisée en 2 blocs. L’adresse sera le 5989, 23e Avenue, à quelques minutes du Jardin Botanique entre Bellechasse et Rosemont. Il y aura 8 unités de 4 ½ (2 chambres) de 1095 p2 brut pour le demi sous-sol, 1er et 2e et 1140 p2 brut pour le dernier étage. Le métro le plus près est « Métro Pie IX ». Le Parc Maisonneuve y est à proximité. Air climatisée murale incluse et stationnement extérieur disponible. Plancher de bois francs et céramique, choix de couleur pour les armoires en mélamine grains de bois (choix disponible selon l'avancement des travaux), douche et bain séparés. Quoi de mieux! http://lesconstructionsdla.com/projet_le_23e_avenue.asp
  21. D'après la première évocation, probablement que ce projet sera relié au métro. Conception de quatre tours de 7 à 15 étages comprenant des espaces à bureaux locatifs sur un basilaire de deux étages intégrant des commerces de proximités et des stationnements souterrains. Projet à caractère LEED visant les objectifs suivants : toiture végétale accessible au basilaire, toiture des tours avec membrane réfléchissante blanche, enveloppe performante, choix de matériaux sains, contrôle supérieur de la qualité de l’air, du chauffage et de la climatisation; efficacité énergétique, qualité de vie et confort accru, stationnement intérieur pour vélo avec services douches/casiers et proximité des transports en commun. http://www.bbbl.ca/projectsDetails.php?id=1&cat=5
  22. Le 2245 Jean-Talon offre 10 condos de 1 ou 2 chambres, de 865 à 1070 pieds carrés, à deux pas des stations de métro Fabre et D'Iberville, dans Rosemont. Situé à deux pas d'un parc, de nombreuses école et services, le projet est idéal pour les jeunes familles qui cherchent un environnement de vie paisible et à la fois bien situé. Caractéristiques: Terrasses et balcon privé Choix de couleur de plancher, armoire et comptoir (condo personnalisé) Finition de qualité Possibilité de personnaliser son condo en ajoutant ou en enlevant des pièces Occupation automne 2014 Plus d'information à la page: http://www.leshabitationsjuliens.com
  23. Le Masson sur la 8ème avenue est un projet de condos d'une ou deux chambres à quelques pas de la Promenade Masson. Le modèle 2 chambres a 977 pi2 étalés sur le rez-de-chaussé et le rez-de-jardin avec un usage exclusif de la cour, une salle de bain et une salle d'eau. Inclus: Comptoir de quartz Grande fenestration Plafond de 9 pieds de hauteur au 3e étage Possibilité de mezzanine et terrasse privée sur le toit Plancher de céramique dans la cuisine et la salle de bain Plancher de bois franc Choix de couleurs d’armoires en mélamine fini grain de bois Hotte cheminée ou hotte micro-ondes en acier brossé Vous êtes situé près de boutiques, café internet, épicerie fine, boulangerie, pâtisserie (comme la Première Moisson) et autres restos à la mode. Plus d'information à la page: http://www.immeublesbcg.com
  24. 8960 St Michel, Montréal 54 unités 3 1/2, 4 1/2, 5 1/2 À partir de 140 500$ taxes incluses * Finition de qualité (choix de couleurs) * Planchers de bois * Air climatisé * Grands balcons * Stationnements disponibles * 15 000 pi. ca. d'espace commercial à louer * Subvention disponible * Ascenseur
  25. Nouveau vol sans escale entre Montréal et Fort-de-France Air Canada offrira la seule liaison hebdomadaire directe sans escale entre Montréal et Fort-de-France (Martinique). Air Canada offrira la seule liaison hebdomadaire directe sans escale entre Montréal et Fort-de-France (Martinique). Le service sera offert d’abord les samedis, du 4 juillet au 29 août 2009, puis recommencera à longueur d'année à compter du 5 décembre 2009. «Nous nous attendons à ce que ce nouveau service plaise aux Québécois qui sont à la recherche d'un accès direct à une partie de la France établie dans les tropiques et permettant aux vacanciers de profiter d'une vaste gamme d'activités culturelles et sportives. Ce service plaira aussi aux résidants de la Martinique qui pourront profiter des attraits culturels et éducatifs du Québec», a déclaré Daniel Shurz, vice-président, Planification du réseau, Air Canada, par communiqué. La liaison proposera des vols dans des A319 d'Airbus de 120 places offrant la classe affaires et classe économique. Ces appareils possèdent des systèmes de divertissements audio et vidéo individuel qui proposent un choix de 24 films et de 100 heures de programmation télévisuelle. L'horaire permettra aux voyageurs de profiter d'un vaste choix de correspondances pratiques à Montréal avec des villes du Québec, ainsi qu'avec Ottawa et le Canada atlantique. Ce service s'ajoute aux vols bihebdomadaires qu'Air Canada assure déjà entre Montréal et Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Fort-de-France Créole et française, caribéenne et européenne, urbaine et rurale, Fort-de-France est la ville où vécu Aimé Césaire, le maire-poète chantre de la Négritude. Capitale du Pays Martinique, la ville qui s’ouvre sur la Mer des Caraïbes est bordée au nord par les contreforts des Pitons du Carbet et au sud par la plaine du Lamentin. La ville compte 100 000 habitants, les Foyalais, soit le quart de la population martiniquaise. Enfin, puisque les liaisons entre Montréal et Fort-de-France reprendront en juillet, il faut savoir que juillet est un mois de festivals dans la capitale foyolaise et les villages environnants. Se succèdent et se côtoient le Festival de la banane au Lorrain, le Festival de tambour et de flûte à Sainte-Marie, le Festival culturel de Fort-de-France, le Tour cycliste de la Martinique, les Fêtes patronales de Marigot, du Gros-Morne, des Anses d'Arlet, du Carbet, de Schoelcher, du Macouba, de Sainte-Anne, les Nuits culturelles de Rivière-Pilote, la Fête des marins à Case-Pilote, sans oublier le 14 juillet, jour de Fête nationale dans ce département français d'outre-mer.