Search the Community

Showing results for tags 'chemin'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 33 results

  1. L'immense immeuble vacant depuis des années encerclé en rouge viens d'être démoli... Je passe par là souvent, et je trouvais ça désolant qu'un immense lot reste sous-utilisé quand il y a une gare de chemin de fer à côté (TOD?????). Finalement l'immeuble est maintenant rasé, quelqu'un a entendu parlé d'un projet là??
  2. Le 15 octobre 2013 Changement de cap à Saint-Eustache Le projet Eau Habitat Riverain, du Groupe Cholette, à Saint-Eustache. Danielle Bonneau Des condos contemporains à Saint-Eustache? C'est ce que se prépare à offrir le Groupe Cholette, au bord de la rivière des Mille Îles. En tout, 2 immeubles de 6 étages, de 35 condos chacun, pourraient ainsi être érigés à la place de 2 vastes propriétés le long du chemin de la Grande-Côte, en bordure de la rivière. «Les maisons au bord de l'eau sont recherchées, mais elles coûtent plus de 1 million, fait valoir Philippe Cholette, vice-président développement immobilier et innovation au sein du Groupe Cholette. Dans le complexe Eau Habitat Riverain, les gens pourront avoir une vue sur l'eau à partir de 180 000$. » Le promoteur a demandé à l'agence Forme Studio Morand Émond architectes de concevoir les immeubles de façon à ce que tous aient une vue sur la rivière. «Ce souci a dicté la forme des édifices, explique Guy Morand, architecte responsable du projet. Les deux immeubles s'élargiront à partir du milieu, en escalier, pour se rejoindre près de la rue. Grâce aux décrochés et aux grandes fenêtres, même les appartements sur le côté auront une vue sur l'eau dans les espaces de vie.» Le terrain étant en pente, deux appartements seront aménagés sur deux niveaux dans chacun des immeubles, face à la rivière, au rez-de-jardin et au rez-de-chaussée. Ces maisonnettes, adossées au stationnement souterrain, auront chacune leur garage privé. «Cela n'aurait pas de sens de consacrer ces espaces de choix à du stationnement, estime M. Morand. Ces appartements seront très intéressants avec leurs vues directes sur l'eau. » Pour profiter au maximum de l'emplacement du terrain, une piscine extérieure et un espace de détente avec un foyer sont prévus près de la rive. Le bureau des ventes devrait être inauguré à la mi-novembre et la construction devrait débuter le printemps prochain, si tout va comme prévu. Les prix des condos et des appartements-terrasses oscilleront entre 171 120 et 564 701$ (taxes en sus), pour des superficies variant entre 620 et 1638 pi2. Les quatre maisons en rangée, quant à elles, coûteront entre 530 567 et 545 284$ (taxes en sus), selon le bâtiment. D'une superficie de 1771 pi2, elles auront chacune trois espaces de stationnement intérieur. Un secteur en mutation Eau Habitat Riverain s'intègre dans un quartier en transformation. Dans le cadre de la revitalisation de la route 344, ancien chemin rural devenu une des artères principales de Saint-Eustache, plusieurs maisons ont été rénovées au cours des dernières années. Le chemin de la Grande-Côte est aussi graduellement refait afin de favoriser la marche, le vélo et les transports en commun. La proximité de la rivière des Mille Îles, de plus, soulève l'intérêt de plusieurs promoteurs immobiliers. Eau Habitat Riverain sera le troisième complexe en copropriété proposé dans le même quadrilatère. Juste à côté, un autre promoteur a en effet lancé ses travaux d'excavation et un troisième complexe prend forme tout près de la rivière. «Le Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) a amené la Ville à se demander comment atteindre ses objectifs de densification, indique le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron. La Ville veut aussi offrir d'autres types d'habitations à ceux qui demeurent depuis longtemps à Saint-Eustache et ne veulent plus entretenir leur terrain.» Résultat: les règlements concernant la hauteur et la densité des bâtiments ont été assouplis dans le secteur du chemin de la Grande-Côte, où se trouvent des terrains vagues et plusieurs vastes propriétés au bord de l'eau, explique Normand Rousseau, directeur du service de l'urbanisme de la municipalité. Des règles très claires ont été établies pour qu'il y ait une certaine continuité entre les projets et éviter qu'ils ne soient disparates, prend soin de préciser le maire Charron. Eau Habitat Riverain innovera en étant le premier complexe résidentiel à Saint-Eustache, à avoir deux étages de stationnement intérieur. «Ce sera plus agréable visuellement, car il y aura moins d'asphalte et plus d'espaces verts, souligne M. Charron. On voit cela d'un très bon oeil!» Info: groupecholette.com
  3. Voici ma vision AVANT: APRES: APRES: Quelques details: - Doublement du Boul. Jacques-Cartier entre Nobert et Ste-Helene. - Deux points d'access pour traverser l'(auto)route 116. - Construction d'un boulevard pour connecter les rues le long de chemin de fer a St-Hubert - Construction d'un boulevard pour relier la rue Ste-Helene au Ch. Chambly - Avantages : Dévelopement, connecter Longueuil et St-Hubert, améliorer le reseau routier et la connectivité, améliorer le réseau cyclable, remplacer des terrains dégeux par des parcs. Commentaires?
  4. Les cyclistes ont-ils vraiment besoin de 2 voies de large à eux seuls ? Personnellement, j'aurais converti 1 voie en parc et l'autre voie en piste cyclable. Pas les 2. ****************** Le mont Royal partiellement interdit aux automobiles Agence QMI Jean-Louis Fortin 04/05/2010 17h39 MONTRÉAL - Le maire de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, souhaitait interdire toute circulation automobile sur le mont Royal. Il vient d’obtenir gain de cause à moitié, puisque dès 2011, la ville de Montréal fermera aux voitures la voie sud du chemin Remembrance. Le côté sud de Remembrance sera transformé en une grande voie réservée aux piétons et cyclistes, du chemin de la Côte-des-Neiges jusqu’au rond-point du sommet de la montagne, près de la Maison Smith. Selon nos informations, une seule voie aux voitures sera maintenue sur le côté nord, dans les deux directions. Chaque jour, 10 000 automobiles empruntent la voie Camilien-Houde et le chemin Remembrance, qui traversent la montagne d’est en ouest. Le deux tiers des véhicules sont en transit, c'est-à-dire qu’ils n’ont pas pour destination le mont Royal, et qu’ils veulent simplement sauver du temps en traversant la montagne au lieu de la contourner. Question de sécurité Manon Barbe, responsable du transport au Comité exécutif de la Ville, explique que l’administration Tremblay souhaite réduire la place des voitures sur le mont Royal pour redonner l’espace aux promeneurs. «Actuellement, ce n’est pas sécuritaire pour les piétons et les cyclistes qui veulent se rendre en haut», tranche-t-elle. Le nouvel aménagement du chemin Remembrance, explique-t-elle, coûtera 5,2 millions $ et s’effectuera dans le cadre des travaux de 25 millions $ qui visent à refaire l’échangeur Remembrance/Côte-des-Neiges. L’infrastructure, qui devrait être complétée «fin 2012», permettra de créer «de nouvelles sections pour le transport collectif et de mettre en valeur cette partie du parc», promet Manon Barbe. Croisade politique Pour Luc Ferrandez, le maire du Plateau, cette démarche de la Ville est un pas dans la bonne direction. «Comme il reste encore une voie de circulation sur le côté nord, ce n’est pas encore suffisant», dit-il toutefois. L’élu de Projet Montréal souhaiterait qu’on enlève carrément les automobiles du mont Royal, tant sur l’avenue Camilien-Houde que sur le chemin Remembrance. «Cela aurait pour effet de forcer les automobilistes à emprunter l’avenue des Pins ou le chemin de la Côte-Sainte-Catherine pour contourner le mont Royal au lieu de le traverser», décrit-il. «Au lieu de faire le paiement du stationnement en haut, on pourrait le faire en bas de Camilien-Houde, comme ça ceux qui voudraient traverser la montagne paieraient aussi», propose-t-il comme alternative à une piétonnisation complète. Or, la réglementation sur la montagne ne relève pas de son arrondissement, mais bien de la ville centre. Une demande venant des maires de tous les arrondissements qui ceinturent la montagne aura plus de chance de réussir, selon lui. «Je vais rencontrer l’ensemble des maires concernés, Outremont, Ville-Marie, Westmount, pour qu’on dépose ensuite une demande concertée à la Ville», promet Luc Ferrandez. Construit en 1955, le chemin Remembrance se voulait un «parkway» sur le mont Royal, une voie pour permettre aux automobiles d’admirer le paysage et d’accéder au stationnement du sommet de la montagne.
  5. Windsor et Detroit ont poussé un soupir de soulagement en décembre quand les milliards publics sont venus empêcher l'industrie automobile de couler à pic. Mais personne n'est dupe: le chemin de croix est loin d'être terminé... Pour en lire plus...
  6. Dans un autre ordre d'idée et d'un point de vue purement sportif et de loisir, voici un article intéressant sur certains sentiers de marche au Québec. Certains y ajouteront volontairement une dimension religieuse, cela dépend de chacun. En ce qui me concerne, c'est la beauté de l'activité, son côté humain et sa dimension culturelle qui me procurent bien-être et satisfaction à tous les niveaux. Allez sur le site pour plus de détails avec les cartes des différents parcours. http://ici.radio-canada.ca/regions/special/2016/marcher-compostelle-quebec/index.html Marcher sur les chemins de Compostelle du Québec Les amateurs de marche de longue distance peuvent désormais emprunter plusieurs itinéraires dans différentes régions du Québec, à la manière des pèlerins qui parcourent les chemins menant à Saint-Jacques-de-Compostelle. Marcher sur le long ruban qui s’étire devant soi. Ne penser à rien et apprécier ces étendues qui s’offrent au regard. Humer les effluves émanant des territoires qu’on traverse ou ressasser les événements de la vie pour les désamorcer. On retrouve un peu de tout ça chez ceux qui décident d’entreprendre une marche de longue distance, que ce soit à Compostelle ou ici au Québec. Depuis une quinzaine d'années, nous entendons de plus en plus parler de Québécois qui vont marcher en Europe, sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. En 2014, plus de 210 000 pèlerins de toutes les régions du monde se sont rendus, à pied, jusqu’à cette ville du nord-ouest de l’Espagne. Certains ont parcouru des centaines de kilomètres, marchant pendant cinq ou six semaines, parfois plus. La marche de longue durée permet de visiter les régions rurales du Québec. Photo : ICI Radio-Canada Marcher au Québec L'Association québécoise des pèlerins et amis du chemin de Saint-Jacques rapporte qu'en 2015, 998 de ses membres se sont rendus en Europe marcher sur l'une ou l'autre des voies menant à Compostelle. Plusieurs de ces Québécois, en revenant ici, ont senti le besoin de développer des circuits de marche s'inspirant des chemins de Compostelle. Ces chemins québécois ont gagné en popularité au fil des ans. Comme en Europe, les marcheurs qui empruntent les voies québécoises peuvent marcher pendant plusieurs jours, sur des centaines de kilomètres. Parmi les itinéraires qui se démarquent au Québec, on retrouve : le chemin de Saint-Rémi : 820 km en 43 jours, de Saint-Adrien-de-Ham en Estrie à Sainte-Florence dans la vallée de la Matapédia le sentier Notre-Dame Kapatakan : 215 km en 10 à 15 jours, de Rivière-Éternité à Lac-Bouchette, au Saguenay-Lac-Saint-Jean le chemin des Sanctuaires : 375 km en 18 jours, de Montréal à Sainte-Anne-de-Beaupré le chemin des Navigateurs : 400 km en 21 jours, de Pointe-au- Père dans le Bas-Saint-Laurent à Sainte-Anne-de-Beaupré Une bonne chaussure est la clé d'une marche réussie. Photo : ICI Radio-Canada À chacun son défi Qu'est-ce qui motive les marcheurs à parcourir 20, 25 et parfois 30 kilomètres par jour? Certains sont d'abord inspirés par des motifs religieux. D'autres y voient plutôt un défi physique ou une occasion de faire une pause et de se détacher de leur routine. Certaines personnes le font pour voir du pays d'une manière différente. Quelle que soit sa motivation, quiconque a complété une longue marche de ce genre affirme que l'expérience a été enrichissante. Et bien des gens ont, à ce point, été marqués qu'ils souhaitent reprendre leurs souliers de marche et leur sac à dos et repartir sur un de ces chemins. | SUIVANT > Réalisation web : Denis Castonguay
  7. http://www.kubikcondos.com/index.php Un immeuble de 7 étages à Ville-Mont-Royal. Chemin Manella proche de Décarie
  8. Publié le 20 novembre 2014 à 23h35 | Mis à jour le 20 novembre 2014 à 23h35 La «ville-globe du futur» est dans l'océan Le projet coûterait 3000 milliards de yens (28,7... (Photo SHIMIZU CORPORATION, AFP) TOKYO Et si au lieu de songer à coloniser l'espace interstellaire, l'humain s'intéressait davantage à occuper l'aire la plus importante de la planète bleue: la mer ? C'est à un tel projet de «ville-globe flottante» que réfléchit très sérieusement une entreprise de construction japonaise. Quelque 4000 résidents et 1000 visiteurs pourraient vivre et travailler dans une sorte d'Atlantide moderne, une sphère de 500 mètres de diamètre qui abriterait des hôtels, des complexes résidentiels, des bureaux, des sites de recherche et des centres commerciaux. Cet immense globe de béton et matériau transparent flotterait, mais les neuf dixièmes de la structure seraient constamment plongés dans la mer. La sphère pourrait être totalement immergée par mauvais temps, en descendant le long de l'axe central, une gigantesque structure hélicoïdale de 600 mètres de diamètre qui s'enfoncerait jusqu'à 4000 mètres de profondeur. Cette construction en spirale constituerait un chemin de 15 kilomètres menant à un bâtiment au fond de l'océan, qui pourrait servir d'usine d'exploitation de métaux rares et autres ressources. Selon les ingénieurs visionnaires de la firme Shimizu à l'origine de cette création imaginaire, il serait même possible d'utiliser des micro-organismes appelés «méthanogènes» pour convertir en méthane le dioxyde de carbone (CO2) capturé à la surface. De l'énergie serait en outre produite par différentiel thermique entre le fond et la surface de l'océan. Le projet coûterait 3000 milliards de yens (28,7 milliards $CAN) et toute la technologie requise pourrait être prête d'ici à 2030. Ce concept de science-fiction a été pensé avec plusieurs organisations, dont l'Université de Tokyo et l'Agence japonaise pour les Sciences et Technologies maritimes (JAMSTEC). «Nous avons passé deux ans à concevoir le projet avec des technologies que nous imaginons plausibles dans l'avenir», a expliqué un porte-parole de Shimizu. Il s'agit de la troisième folie architecturale présentée par ce géant du BTP après une «mégapole verte flottante» et un anneau à énergie solaire autour de la Lune pour alimenter la Terre. En 2012, une autre grande entreprise de construction japonaise, Obayashi, a imaginé un ascenseur qui emmènerait les touristes à 96 000 kilomètres d'altitude, jusqu'au quart du chemin de la Terre à la Lune. Seraient employés pour ce faire des nanotubes de carbone, un matériau 20 fois plus résistant que l'acier. http://www.lapresse.ca/actualites/sciences/201411/20/01-4821075-la-ville-globe-du-futur-est-dans-locean.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-actualites_article_ECRAN1POS5
  9. Une fois de plus, l'été sera synonyme de congé forcé pour 290 travailleurs en poste au sein des deux usines trifluviennes de la société Kruger. Tel est le constat qui découle de l'annonce faite hier par la multinationale, trois semaines à peine après que l'ensemble des syndiqués de l'usine du boulevard Gene.-H-Kruger aient accepté un plan de restructuration devant remettre la papetière sur le chemin de la rentabilité. Pour en lire plus...
  10. L'autoroute 20 à Vaudreuil est actuellement le seul segment de l'A-20 qui ne respecte pas les standards autoroutiers. Pas pour longtemps! Autoroute 20 - Parachèvement dans Vaudreuil-Soulanges Le projet de parachèvement de l’autoroute 20, qui s’étendra sur une longueur de 7 kilomètres, offrira aux usagers de la route quatre voies de circulation rapides dans les secteurs visés. Le nouveau tronçon de Vaudreuil-Dorion devra être déplacé de l’axe actuel et longera le chemin de fer du CN. Rapport du BAPE du en 2010, peut-être le début des travaux en 2011! Plus d'info: http://www.mtq.gouv.qc.ca/portal/page/portal/6C01B6CB760F004CE04400144F0104BD
  11. 1215 Chemin du Tremblay Architecte : Panzini
  12. La route des entreprises s'annonce cahoteuse dans les prochains mois. Chacune doit trouver les façons de rester sur le chemin qui la mènera sans trop d'ennuis jusqu'à la reprise économique. Pour en lire plus...
  13. 10 MINUTES FROM DOWNTOWN NEW PROJECT FEATURING OVER 200 TOWNHOUSE 3 BEDROOMS + BASEMENT, GARAGE, PRIVATE BACK YARD DELIVERY Summer 2010 STEPS FROM MONTREAL-WEST TRAIN BUSSE, SCHOOLS, SERVICES CHOICE OF COLORS, STYLES & OPTIONS NO CONDO FEES BASE PRICE: $ 339,900 (incl all taxes) http://www.lescourspominville.ca The reason why I chose to highlight this project is because of its location and that it lends itself to a much greater discussion. Firstly, it is an example of yet another quality project in an area that is known for being low-income and aesthetically sub-par. Secondly, this project is located in the section of Ville Saint Pierre that is very much ‘Montreal West Adjacent’. In fact if it wasn’t for municipal borders it would make a lot more sense for this area of Ville Saint Pierre in particular to be part of Montreal West as opposed to Lachine. That being said, Montreal West has actually closed off vehicular access to the area from Chemin Broughton making a neighbourhood that should be a theoretical extension of Montreal West into a neighbourhood closed off from it. It is now only accessible from Chemin Avon the street that leads into the rest of Ville Saint Pierre (west of the train tracks).
  14. L'AMT a lancé aujourd'hui un appel d'offres pour l'élargissement des accotements du Boulevard Taschereau, entre le chemin du Golf à La Prairie et l'avenue Mario à Brossard (juste avant l'A-10), afin d'y aménager une voie réservée pour autobus. https://seao.ca/OpportunityPublication/ConsulterAvis/Categorie?ItemId=29400a8f-cfd6-4bb3-b9e6-b1dd856f61ab&SubCategoryCode=C02&callingPage=4&ColumnAction=1&searchId=4334bb39-7893-4125-a8db-1b056b53d297&VPos=228
  15. j'hésitais entre "petits projets" et ici, mais c'est assez massif. la pic montre une partie seulement de ce qui sera en construction dès l'automne 2011. 92 unités, moitié condos / moitié logements abordables. http://www.interloge.org/hibiscus/ sur Ontario côté sud dans Centre-sud, juste avant le chemin de fer.
  16. Bonjour à tous ! Le 7 juin dernier je suis allé faire un tour de voiture dans le Comté d'Argenteuil et de Mirabel.. ; en voici quelques photos 1)Le rang Saint-Étienne à Saint-Benoît de Mirabel. 2)La Montée de la Côte-rouge , direction sud. 3) 4)Ma voiture 5)Toujours le rang Saint-Étienne. 6) 7)Le Mont bleu à la limite de Saint-Benoît et Saint-Placide. 8)La campagne aux abords de la Route 344 à Saint-Placide. 9)Petite panoramique ; DÉROULEZ ===> 10) 11)À Saint-André d'Argenteuil 12) 13) 14) 15) 16)La Rivière du nord , toujours à Saint-André d'Argenteuil. 17)La Rivière des Outaouais à Carillon. 18)Une grosse maison en construction avec vue imprenable. 19)Riviere des Outaouais à gauche ,route 344 à droite et Barrage de Carillon au fond. 20)La route 344. 21)Le chemin de la Rivière Rouge à Grenville sur la rouge. 22) 23)Une petite clairière en bas du chemin. 24) 25)Toujours le même chemin. 26)Et maintenant voici la sauvage et magnifique Rivière Rouge prés du chemin Kilmar. 27) 28) 29) 30) 31) 32)Et pour finir voici l'Église Catholique de Hawkesbury , Ontario. ---------------------------------------------------------------------- Merci d'avoir regardé ! J'attend vos commentaires ! Franks.
  17. un nouveau projet sur le mont royal, je pense. sur le chemin de la côte-des-neige, en face de la cimetière côte-des-neige. j'ai visité le bureau de vente, c'est trés beau, haute-gamme. http://www.foresthillcondos.ca
  18. Canadien National (CN) verse 50 millions pour acheter les lignes de chemin de fer du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de la côte est du Nouveau-Brunswick ainsi que le traversier-rail de Matane. Pour en lire plus...
  19. Peut-être que certain d'entre vous pourrez m'aider. Je suis à la recherche de ressources historiques (constructions, faits divers, nom, inauguration, etc) sur les ponts ferroviaires de l'île de Montréal. Il me manque de l'info sur les Pont de Chemin de Fer de LeGardeur, les deux de Ste-Anne-de-Bellevue, île Bigras et Bordeaux. je sais que beaucoup d'entre vous connaisse de bonnes sources de recherche, j'espère donc avoir de vos nouvelles. Merci !
  20. Quelqu'un que je connais a comme mandat d'estimer le budget requis pour l'élargissement de la 30, entre l'A-10 et l'A-20, pour le compte du MTQ. On parle de l'addition d'une voie dans chaque direction. Pour ceux qui empruntent souvent ce chemin, le trafic à l'heure de pointe est atroce. Attendez-vous à voir un appel d'offres sortir au printemps 2011.
  21. Pour un projet scolaire récent traitant sur l'autoroute ville-marie, j'ai décidé de créer quelques rendus démontrant l'A-720 entre le palais des congrès et la rue Sanguinet. Avant: Situation actuelle Après: L'autoroute recouverte vision de Cataclaw Les rendus sont d'une qualité minimale seulement car ce n'était pas vraiment utile de mettre tout l'paquet dans la qualité et les détails 3D pour ce projet spécifique. En passant le chemin continuant le long de ave. Hotel de Ville ce n'est pas une route, mais un petit chemin pour pietons. (J'suis pas fou!)
  22. La place d'Armes reconstruite Éric Clément La Presse Quelque 6,7 millions de dollars seront consacrés dans les prochaines années par l'agglomération montréalaise pour reconstruire complètement la place d'Armes, dans le Vieux-Montréal. «La place n'a pas été refaite depuis le milieu des années 70, explique Gilles Morel, secrétaire permanent du comité de coordination du Vieux-Montréal, à la Ville de Montréal. Elle manifeste des signes d'âge importants. La Côte de la Place-d'Armes, la place d'Armes elle-même et la rue Saint-Sulpice jusqu'à la rue de la Commune seront donc refaites.» La place d'Armes fait actuellement l'objet d'études afin d'en apprécier la fréquentation dans le but de la réaménager en tenant compte des automobiles et du flux de touristes. «Au cours de l'automne, des gens de l'Université de Montréal ont installé une caméra pour analyser la circulation des piétons, dit M. Morel. De plus, Tecsult a fait des comptages qui montrent qu'il y a jusqu'à 70 autobus chaque jour sur la place d'Armes.» Le pavement et les trottoirs seront refaits. La statue de Paul Chomedey de Maisonneuve, en place depuis près d'un siècle, ne sera pas déplacée, mais la fontaine sera rénovée. Sous la fontaine demeurent les vestiges de vieilles latrines qui logent actuellement une vaste colonie de rats. S'il n'est pas question d'installer une «Dame Pipi» sur la place, Gilles Morel dit qu'après avoir vérifié l'état de la structure de ces latrines, la Ville et la Société de développement commercial décideront si on peut les utiliser pour opérer un service. Sinon, elles seront démolies. Tout le réaménagement fera l'objet d'une réflexion. «Il y aura notamment un atelier l'automne prochain qui impliquera des équipes montréalaises, Design Montréal, et des équipes d'autres villes de design de l'UNESCO, comme Buenos Aires et Berlin. Par la suite, on fera un appel d'offres pour être en travaux en 2009-2010. Mais dès cette année, on refera la rue Saint-Sulpice dont on a reconstruit le réseau d'aqueduc.» Le nouveau design de la rue Saint-Sulpice sera d'ailleurs défini dès la fin du mois d'avril. Les plans seront présentés aux résidants du quartier. Chemin piétonnier au cimetière Notre-Dame-des-Neiges Par ailleurs, 3 millions seront investis pour créer un chemin piétonnier qui fera le tour du cimetière de Notre-Dame-des-Neiges. «Il partira du lac aux Castors, fera un circuit à l'intérieur du cimetière en fonction de l'intérêt d'un certain nombre de caveaux, descendra vers le chemin de la Côte-des-Neiges, fera le tour près de l'Université de Montréal et reviendra jusqu'au chemin Olmstead.» Tous ces travaux font partie d'un plan de mise en valeur du patrimoine pour lequel l'agglomération va emprunter 23,5 millions. Québec le finance en partie (8 millions) grâce aux ententes signées depuis 1979 entre la province et la Ville pour entretenir le Vieux-Montréal. Mis à part la place d'Armes et le chemin de ceinture du cimetière, d'autres travaux visent la restauration des mansardes et du campanile de l'hôtel de ville (3,8 millions), la réfection des trottoirs de la rue Notre-Dame et de la rue Saint-Paul (3 millions), le réaménagement du chemin Queen Mary (2,5 millions), la rénovation des fortifications du Champ-de-Mars (1,5 million) et le remplacement des pavés de la rue de la Commune (1,4 million).
  23. Lieu : Longueuil, Chemin de Chambly, prêt de Saint-Charles Plus d'info : http://www.belcourtcondos.com Photos du 16 avril 2009 :
  24. Le CN fait 50 M$ d'acquisitions au Québec 3 novembre 2008 - 09h53 LaPresseAffaires.com Michel Munger Le transporteur ferroviaire Canadien National (CNR) annonce ce matin qu'il met 49,8 M$ sur la table pour faire quelques achats auprès de la Société des chemins de fer du Québec (SCFQ). Pour son argent, compagnie montréalaise deviendra propriétaire des trois principales filiales de chemin de fer de la SCFQ et d'un service marchandises de traversier-rail. Ce sont 864 kilomètres de voies ferrées que le CN se réapproprie, après les avoir vendus à la SCFQ à la fin des années 1990. De plus, l'entreprise détenait une participation minoritaire dans le service de traversier depuis qu'il a été démarré en 1975. «Les services que nous achetons sont importants pour le CN parce que la SCFQ, qui est notre deuxième partenaire en importance parmi les chemins de fer d'intérêt local, dessert d'importants clients au point d'origine et alimente directement notre réseau de lignes principales», explique Hunter Harrison, PDG du Canadien National. «La SCFQ a fait de l'excellent travail avec ces propriétés ferroviaires et nous croyons qu'il sera possible d'apporter d'autres améliorations ultérieurement, ajoute-t-il. En misant sur son modèle d'exploitation avant-gardiste et son expérience antérieure en matière d'intégration harmonieuse de sociétés acquises, le CN prévoit réaliser des gains d'efficacité importants sur le plan de l'exploitation grâce à l'inclusion de ces propriétés au sein de son réseau.» Voici la liste des propriétés acquises: - Le Chemin de fer de la Matapédia et du Golfe; - La Compagnie de chemin de fer de la côte est du Nouveau-Brunswick; - L'Ottawa Central Railway (OCR); - La Compagnie de gestion de Matane Inc. Le Sydney Coal Railway, en Nouvelle-Écosse, et le Chemin de fer de Charlevoix sont exclus de la transaction. Le CN indique qu'il investira au cours des trois prochaines années pour moderniser lors les propriétés acquises. Il n'a toutefois pas l'intention de modifier immédiatement le service de marchandises, de voyageurs VIA Rail ou les niveaux d'emploi (214 personnes). L'action du transporteur gagnait 2,3% à 53,51 $ peu après l'ouverture lundi à la Bourse de Toronto.
  25. Beaucoup de chemin parcouru 21 octobre 2008 - 06h00 La Presse Claude Picher Au premier coup d'oeil, 43 ans après la fusion des 14 municipalités de l'île Jésus, l'expérience lavalloise est une réussite. Le taux d'emploi, qui mesure la proportion d'adultes de 15 ans et plus occupant un emploi, est un des meilleurs indicateurs de la santé économique d'une région. Ce taux se situe à 64,3 % à Laval, contre une moyenne québécoise de 60,6 % (cette chronique utilise principalement les chiffres les plus récents de l'Institut de la statistique du Québec). Et il s'agit de bons emplois. Le revenu médian d'un ménage de deux personnes, à Laval, atteint 46 400$, soit 8,2 % de plus que la moyenne provinciale de 42 900$. Laval compte pour 5 % de la population québécoise. Pourtant, en 2007, la ville compte pour 7 % de la valeur des permis de bâtir dans le secteur résidentiel au Québec, 8 % dans le commercial et 10 % dans l'industriel. Une ville en plein essor, quoi ! On pourrait multiplier les exemples. Le taux d'assurance emploi, par exemple (la proportion de la population en âge de travailler et touchant des prestations d'assurance emploi) est de 7,6 % dans l'ensemble du Québec, mais seulement 4,4 % à Laval. Et ainsi de suite ... C'est beaucoup de chemin parcouru depuis le 6 août 1965, date à laquelle le gouvernement de Jean Lesage impose la fusion. Du coup, Laval se retrouve au deuxième rang des villes les plus populeuses du Québec avec 170 000 habitants. Elle perdra ce statut en 2002, avec les fusions de Québec et de Longueuil. N'empêche : elle abrite aujourd'hui 380 000 habitants, ce qui en fait la quatrième ville du Québec. Elle est même jugée assez importante pour détenir, à elle seule, le statut de région administrative. Mais les statistiques ne disent pas tout. Les beaux chiffres que nous venons de voir sont en grande partie artificiels. L'enquête sur la population active, qui mesure les taux d'emploi, d'activité et de chômage, est basée sur le lieu de résidence, et non sur le lieu de travail. Un résidant de Laval qui décroche un emploi à Montréal contribue à faire baisser le taux de chômage à Laval, pas à Montréal. Or, des dizaines de milliers de Lavallois traversent les ponts chaque jour pour travailler à Montréal. Certes, il existe aussi des emplois à Laval, mais pas en quantité suffisante pour fournir du travail à tous les Lavallois. D'ailleurs, son produit intérieur brut (PIB), c'est-à-dire la valeur de le l'ensemble des biens et services produits sur le territoire lavallois, fait 4,1 % du PIB québécois, chiffre inférieur à son poids démographique. De plus, si plusieurs indicateurs économiques de Laval sont au beau fixe, on ne peut en dire autant de certains indicateurs sociaux. Le taux de décrochage au secondaire est de 26,7 % à Laval, sensiblement plus élevé que la moyenne québécoise de 24,2 %. Sur le plan de la santé, Laval compte 139 médecins par tranche de 100000 habitants, contre une moyenne provinciale de 209. C'est encore pire chez les médecins spécialistes : 58 à Laval, contre une moyenne québécoise de 108. Sans compter que Laval, quatrième ville du Québec, ne possède pas de quartier historique significatif ou de centre-ville animé et allumé, contrairement à Montréal, Québec ou Longueuil. Certes, la plupart des anciennes municipalités de l'île Jésus ont conservé un petit secteur historique intéressant, que les autorités lavalloises essaient bien de mettre en valeur (on peut les apprécier en se procurant la brochure Marcher et découvrir Laval, distribuée gratuitement par la Ville). Mais cela n'a absolument rien à voir avec la richesse patrimoniale du Vieux-Montréal ou du Vieux-Québec. Quant au centre-ville lavallois, 43 ans après la fusion, il demeure toujours une vision de l'esprit. Le maire Lucien Paiement, dans le temps, rêvait d'un centre-ville tout neuf dans le coin de Place Laval, mais pour toutes sortes de raisons, le projet n'a jamais décollé. Le centre d'intérêt s'est ensuite déplacé plus à l'ouest, à l'intersection des autoroutes 15 et 440, où on a construit une profusion d'hôtels et de centres commerciaux, ainsi qu'un centre de congrès. Mais on peut difficilement qualifier de «centre-ville» ce spaghetti d'autoroutes et cet assemblage hétéroclite d'édifices sans âme où il est à peu près impossible de se déplacer à pied. Le maire Gilles Vaillancourt, qui détient le record de longévité à ce poste et qui connaît ses dossiers sur le bout des doigts, nous parle de déplacer le centre-ville, cette fois-ci vers le sud, près du métro. Espérons que cette fois-ci sera la bonne. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/apps/pbcs.dll/article?AID=/20081021/LAINFORMER0202/810210674/5930/LAINFORMER02&template=printart&print=1