Search the Community

Showing results for tags 'cgi'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 35 results

  1. Ça ne dit pas ce qu'ils vont faire avec l'édifice sur Saint-Jacques via LaPresse : Publié le 11 février 2014 à 06h39 | Mis à jour à 06h39 Le Groupe financier TD déménage à l'édifice CGI ANDRÉ DUBUC La Presse La Banque TD (T.TD) quittera la rue Saint-Jacques à la fin de 2014, mettant fin à une présence ininterrompue de 154 ans sur l'artère qui a longtemps symbolisé le coeur financier du Canada. L'institution financière, qui connaît une expansion de son volume d'affaires dans la province depuis 10 ans, déménage son bureau régional pour le Québec à l'édifice CGI, dans la Cité du commerce électronique, dans le secteur ouest du centre-ville de Montréal, boulevard René-Lévesque Ouest. «Étant donné notre expansion, on n'a plus de place ici. On est obligés de s'en aller», a dit Christine Marchildon, première vice-présidente, réseau de succursales, du Groupe Banque TD, au sujet de l'emplacement actuel, au 500, rue Saint-Jacques. Environ 450 employés déménageront au 1350, boulevard René-Lévesque Ouest, où ils occuperont près de 100 000 pieds carrés, soit quatre étages au complet. Synergies «Le fait de se regrouper va créer des synergies entre les lignes d'affaires, a-t-elle poursuivi. C'est beaucoup plus facile de travailler ensemble et d'analyser les stratégies qui vont nous permettre de gagner dans le marché quand on est physiquement les uns avec les autres.» Mme Marchildon, qui porte aussi le titre de présidente, direction Québec, de la banque, a accordé une entrevue à La Presse Affaires la semaine dernière. L'institution financière poursuit la stratégie «Une seule TD» dont l'objectif est de regrouper ses différentes gammes de services sous un chapeau commun afin de gagner des parts de marché en allant chercher la meilleure portion possible du portefeuille de ses clients. Les services visés sont les services de détail, la gestion de patrimoine (aussi connue sous le nom TD Waterhouse) et les services aux entreprises. Au rez-de-chaussée de l'édifice CGI, TD Canada Trust ouvrira une succursale. Le groupe financier, qui emploie quelque 5000 personnes au Québec, ne délaisse pas sa clientèle du Vieux-Montréal pour autant, puisque la succursale de la rue Saint-Jacques, au coin de McGill, déménagera de trois pâtés de maisons plus au nord, au rez-de-chaussée de la tour Aimia, qui est actuellement en construction au coin de Viger et Beaver Hall. «La succursale est beaucoup trop grande pour nos besoins. C'était la succursale principale. On a pris la décision de déménager cette succursale», a expliqué la première dirigeante de la TD au Québec. Loyers plus abordables De leur côté, les 800 employés travaillant au sein des services administratifs s'en vont d'ici la fin de l'année au 7250, rue du Mile-End, dans le quartier Villeray, entre les stations de métro De Castelnau et Parc. Ils loueront 103 000 pieds carrés, répartis sur trois étages. Il s'agit entre autres des équipes des services téléphoniques bancaires et des services de crédit. Dans cette portion de la ville, où abondent d'anciennes manufactures converties en immeubles de bureaux, les loyers sont plus abordables qu'au centre-ville. La Banque Laurentienne fut l'une des premières à agir en ce sens quand elle a déménagé ses services administratifs un peu plus au nord, au 555, Chabanel, au début des années 2000. À noter que TD Assurance, aussi connu sous le nom de Meloche Monnex, reste dans ses bureaux du boulevard Crémazie, le long de l'autoroute Métropolitaine. ------------------- Groupe Banque TD au Québec > 5000 employés > 124 succursales > 6 centres bancaires commerciaux > Présentateur officiel du Festival international de jazz jusqu'en 2019 © 2014 La Presse inc., une filiale de Gesca. Tous droits réservés.
  2. Le Groupe CGI (T.GIB.A) annonce l'acquisition de Logica, un fournisseur de services en affaires et technologie dont le siège social est établi au Royaume-Uni. La firme montréalaise, qui oeuvre dans le domaine des technologies de l'information, offre d'acquérir toutes les actions ordinaires de Logica pour un prix d'achat total de 1,7 milliard de livres, ou près de 2,8 milliards de dollars CAN. > Sur le blogue des marchés: CGI bondit en Bourse CGI prendra également en charge la dette nette de Logica, évaluée à 322 millions de livres ou 515 millions CAN. L'acquisition devrait être complétée d'ici la fin de septembre 2012. L'entreprise combinée comptera près de 72 000 professionnels répartis dans 43 pays. Le président et de chef de la direction de CGI, Michael E. Roach, a fait valoir que cette consolidation mondiale était à la fois nécessaire et inévitable. Dans la foulée de cette acquisition, la Caisse de dépôt et placement du Québec a annoncé un investissement d'un milliard de dollars dans le Groupe CGI. Le président et chef de la direction de la Caisse, Michael Sabia, a soutenu que cet investissement correspondait en tous points à la stratégie visant à favoriser la croissance internationale des entreprises québécoises, tout en générant des rendements attrayants à long terme pour les déposants. http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201205/31/01-4530268-cgi-achete-logica-pour-28-milliards.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS1
  3. CGI laying off 100 in Montreal François Shalom , Montreal Gazette Published: 52 minutes ago Montreal technology company CGI Group Inc. laid off about 100 people at its Montreal and Toronto offices today, The Gazette has learned. The information-technology services firm told the affected employees in a letter that their department, technology and infrastructure management, "needs to undergo a transformation and re-alignment to adapt to market conditions. As a result, we are reducing the size of our workforce." Company spokesperson Lorne Gorber confirmed that about 65 people lost their jobs in Montreal and another 35 in Toronto. As an outsourcer, we're in constant restructuring mode," said Gorber. "We need to deliver constant improvements in performance of technologies and processes." Gorber said that CGI is making "every best effort to find new opportunities for them" elsewhere within the company. About one-third of those laid off are managers. One employee affected, 34-year-old IT consultant Marc Lallier, said he was called down to a conference room, handed the company letter and given an option to move. He has one week to respond, but couldn't say whether he would keep his $63,000-a-year salary in the new post offered to him. Gorber stressed that CGI is not retrenching. "We've just added 50 jobs in Quebec City recently and some positions in Sherbrooke as well, where we want to ramp up to 150 posts." He said the cost-cutting move is "not a knee-jerk reaction" to losing a contract but a more rational and thought-out division of labour. The last time the company announced important layoffs was in March 2006, when CGI slashed 1,000 jobs due to cutbacks at an important client, BCE. But the company has since rehired about twice as many as that, Gorber said, for a current workforce of about 27,000 people worldwide. About 16,000 are in Canada, of which 9,000 are in Quebec, 6,000 of them in Montreal. http://www.canada.com/montrealgazette/news/business/story.html?id=735856ab-0983-4177-bd62-2c7fc6bb00c9
  4. Le Groupe CGI décroche un contrat de 40 M$ en Ontario 15 septembre 2008 - 14h32 Presse Canadienne Le Groupe CGI (GIB.A) a annoncé lundi l'obtention d'un contrat de cinq ans évalué à 40 M$ pour l'élaboration et la gestion d'une plateforme électronique destinée aux écoles, aux collèges et aux universités financés par les fonds publics de l'Ontario. Le fournisseur de services en technologies de l'information, qui compte 27 000 employés, a indiqué qu'il réaliserait cette plateforme à l'aide des solutions de gestion des dépenses de la société Ariba, de Sunnyvale, en Californie. Le gouvernement ontarien a mis sur pied cette année le Marché éducationnel collaboratif de l'Ontario (MECO) pour faciliter l'approvisionnement collectif et lancer un marché électronique intégré, afin que les professionnels de l'éducation puissent se concentrer sur l'enseignement, la recherche et les services aux étudiants. Le projet se déroulera en deux phases. CGI va d'abord créer un environnement de commerce au détail où les utilisateurs pourront choisir un ensemble de biens et services. Ensuite, l'entreprise va permettre aux groupes d'approvisionnement du secteur de l'éducation de publier des demandes de propositions pour les achats importants, de gérer les réponses des fournisseurs et d'exécuter les contrats qui seront conclus. Selon le président et chef de la direction intérimaire et responsable des technologies de l'information du MECO, Frank Erschen, CGI «a été choisie comme partenaire car elle a démontré qu'elle comprend la vision du MECO et qu'elle a acquis une vaste expérience en gérant avec succès d'autres marchés électroniques au Canada et aux États-Unis». A la Bourse de Toronto, lundi après-midi, le cours des actions de CGI était de 10,37 $, en baisse de 31 cents par rapport au précédent taux de clôture.
  5. Le contrat vise l'élaboration et la gestion d'une plateforme électronique destinée aux écoles, aux collèges et aux universités financés par les fonds publics de l'Ontario. Pour en lire plus...
  6. Bonjour a tous, Mon employeur (CGI) recherche 50 agens au support à la clientèle pour travailler à leur bureaux au centre ville, c'est surtout au téléphone que ça se passe. Le salaire de base est de 16.25$ a l'heure plus avantages sociaux pour une job a temps plein. si vous êtes intéressés, laissez-le moi savoir, et je vais vous référer pour accélerer votre démarche. Merci, ------------------------------------------------------ Hi everyone, My current employer (CGI) is looking for 50 customer service agents, hourly base salary is 16.25$ for someone with no experience plus benefits. This is a full time job. If you are intrested, send me a PM so you can get properly reffered and expedite your candidacy. Good luck everyone
  7. Ce contrat a été signé avec la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis. CGI fournira un logiciel de gestion financière et une solution d'hébergement. Pour en lire plus...
  8. CGI profit rises 10.5 per cent The Canadian Press January 27, 2009 at 11:27 AM EST MONTREAL — CGI Group Inc. has reported a 10.5 per cent profit increase in its latest quarter to $79.5-million as revenue rose 11.7 per cent from a year earlier to just over $1-billion. The 25,000-employee international information technology service provider said Tuesday that foreign exchange shifts boosted the top line by 7.4 per cent in its first quarter ended Dec. 31. Pre-tax earnings were up six per cent to $105.2-million. CGI recorded bookings of $775-million in the quarter, down from $1.13-billion a year earlier, while its operating profit margin slipped to 11.4 per cent from 11.8 per cent. The quarter's net income of $79.5-million, 26 cents per share, compared with $71.9-million or 22 cents per share a year earlier, when revenue was $895.4-million. The latest quarter's earnings adjusted for one-time items came in at 22 cents per share, in line with market expectations. The company said it plans to continue a stock buyback which in the past year cancelled 18.5 million shares at an average price of $10.68. CGI ended the quarter with $216-million in cash and $1.3-billion available in a credit line, which CEO Michael Roach said provides “the financial flexibility to execute our profitable growth strategy.” Desjardins Securities analyst Eric Bernofsky commented that investors will likely be concerned about the 31.7 per cent drop in bookings, but noted that year-ago business signings were unusually strong and there is quarter-to-quarter “lumpiness” in new contracts. On the bright side, Mr. Bernofsky wrote in a note, revenue from American clients grew 14.1 per cent on a constant-currency basis, which “should be viewed very positively in light of the current economic climate. As we had anticipated, higher work volumes from the government and health-care verticals contributed to the strong revenue growth.”
  9. CGI hausse ses profits de 66% 5 février 2008 - 08h51 LaPresseAffaires.com Michel Munger Agrandir CGI a surpassé les attentes au premier trimestre. Grossir caractèreImprimerEnvoyer La croissance des ventes et de la marge de profits ont aidé le groupe de consultants CGI (GIB.A) à faire grimper ses profits de 66% à son premier trimestre. Ainsi, la compagnie montréalaise empoche un profit de 72,6 M$ ou 22 cents par action. Elle dépasse les attentes car les analystes prévoyaient 19 cents par action. Les résultats tiennent compte de l'impact négatif des taux de change mais aussi d'un ajustement fiscal lié aux nouveaux taux d'imposition du gouvernement fédéral. Les revenus ont crû de 1,2% à 914,7 M$ lors du premier trimestre. La marge de profit a bondi à 7,9%, se situant à 4,8% un an plus tôt. Le carnet de commandes de CGI s'établissait à 12 G$ au 31 décembre. «Nous demeurons persuadés que pour atteindre nos cibles de croissance rentable et réaliser notre stratégie d'exploitation, nous devons continuer à nous concentrer sur l'excellence de l'exécution», commente Michael Roach, PDG de CGI. «À cet égard, la mise en oeuvre de notre stratégie de développement commercial, qui se poursuit, continue à mettre au jour d'importantes possibilités de croissance et de vente, comme en témoigne la croissance soutenue des nouvelles affaires signées au cours du dernier trimestre et des trimestres précédents.» L'action de CGI a clôturé à 10,30 $ lundi à la Bourse de Toronto.
  10. CGI abolit 100 postes à Montréal 18 décembre 2008 - 06h52 La Presse Philippe Mercure CGI (GIB.A) abolit 100 postes à Montréal. La Presse Affaires a appris que l'entreprise déménagera ou supprimera 77 emplois dans sa division «technologies et infrastructures», en plus d'une vingtaine d'autres dans différentes unités. L'information, qui n'a pas été annoncée publiquement, a été confirmée hier par la direction de l'entreprise. CGI avait coupé 100 postes à Montréal dans la même division en septembre dernier. «On est toujours en mode restructuration dans nos différentes unités d'affaires, a expliqué hier Lorne Gorber, vice-président, communications et relations avec les investisseurs. Nous sommes une entreprise d'impartition et c'est sûr que nos clients nous demandent d'être de plus en plus efficaces dans nos services.» Les pertes d'emploi touchent surtout des techniciens qui travaillaient dans les centres de données. La nouvelle leur a été annoncée le 8 décembre. «C'est là où il y avait le plus de pression côté marché, côté prix, dit M. Gorber. La technologie est de moins en moins chère avec le temps, et ça devient de plus en plus automatisé.» Une partie des emplois sera déménagée dans l'un des 11 autres centres de données de CGI -il y en a par exemple deux en Inde, un à l'Île-du-Prince-Édouard, un à Saguenay et un à Sherbrooke. M. Gorber a expliqué que les salaires des employés sont moins élevés dans ces endroits qu'à Montréal ou Toronto. Une partie des postes sera tout simplement abolie, mais M. Gorber n'a pas été en mesure hier de préciser combien. CGI s'occupe de gérer les technologies de l'information des entreprises qui décident de lui confier ce mandat plutôt que de s'en occuper à l'interne. Pour illustrer quel genre d'emploi quitte Montréal, M. Gorber a pris l'exemple des Rôtisseries Saint-Hubert, dont les serveurs informatiques qui gèrent les commandes des clients sont abrités chez CGI. «Il y a 10 ans, il fallait être devant la boîte pour faire le monitorage de ces serveurs. Maintenant, tu peux faite le monitoring de n'importe où dans le monde. La technologie évolue, et il faut qu'on évolue avec elle.» M. Gorber a précisé hier que, malgré ces abolitions de poste, CGI demeure en mode croissance. L'entreprise cherche actuellement à combler 500 postes dans le monde, dont une centaine au Québec. «Certains employés ont quitté immédiatement, certains ont accepté l'offre d'essayer de trouver quelque chose (un autre emploi à l'intérieur de l'entreprise). Si tu es un employé, tu peux prendre ton package, ou tu peux prendre environ deux mois pour qu'on t'aide à te trouver quelque chose», a dit hier M. Gorber. D'autres licenciements à prévoir? "Non, répond M. Gorber. On est toujours en mode d'amélioration continue, mais il n'y aura pas de grosse vague de mises à pied à cause des marchés dans lesquels on opère." C'est aussi l'avis d'Eric Bernofsky, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins, qui ne s'attend pas à de grandes rationalisations chez CGI. Il souligne d'ailleurs que pour une entreprise de la taille de CGI, qui emploie 7200 employés au Québec, un réajustement de 100 employés n'est pas majeur. CGI avait procédé à une rationalisation importante en 2006 en abolissant 1000 postes, dont environ 500 à Montréal. Tant M. Gorber que l'analyste Eric Bernofsky affirment que les abolitions de postes ne doivent pas être liées au ralentissement économique. "CGI est susceptible de gagner de nouveaux clients en période de ralentissement, alors que les entreprises doivent couper et confient la gestion de leurs technologies de l'information à l'externe", dit M. Bernofsky. ABOLITIONS DE POSTES CHEZ CGI 2006 : 1000 postes abolis au Canada, dont environ 500 à Montréal Septembre 2008: 100 postes abolis à Montréal Décembre 2008 : 100 postes abolis à Montréal Nombre d'employés de CGI au Québec : > 6900 en 2006 > 7200 aujourd'hui Pour en lire plus...
  11. La question de l'unilinguisme anglais dans les institutions francophones ne touche pas que la Caisse de dépôt et placement. Un autre fleuron du Québec inc., la Banque Nationale, a aussi des défis à ce sujet. Depuis 2007, le premier vice-président des technologies de l'information de l'institution est John B. Cieslak et il ne parle pas français. Par conséquent, tous les documents relatifs aux technologies de l'information qui lui sont transmis doivent être rédigés en anglais, selon nos informations. De plus, les informaticiens internes et les consultants externes qui travaillent sur des projets de M. Cieslak doivent avoir une très bonne maîtrise de l'anglais, sans quoi ils sont affectés à d'autres fonctions, nous dit-on. Le porte-parole de la Banque Nationale, Claude Breton, confirme que M. Cieslak parle seulement anglais. Mais il soutient que son cas est une exception. «La Banque Nationale est une institution où ça se passe en français partout: aux ressources humaines, sur le terrain, dans les unités d'affaires, dans les succursales», dit-il. L'institution de charte fédérale n'est pas assujettie à la loi 101, mais elle «suit la Charte de la langue française de [son] propre chef pour ce qui est de la langue de travail», dit M. Breton. Les cadres compétents et d'expérience dans le secteur des technologies de l'information sont rares, d'autant plus lorsqu'ils doivent aussi connaître le milieu financier, explique M. Breton. «Personne n'a été écarté de projets en raison de son incompréhension de l'anglais. Mais les technologies de l'information font partie d'un univers mondialisé, qui fonctionne essentiellement en anglais. Un employé qui veut envoyer un document en français à M. Cieslak peut le faire. Par courtoisie, on lui envoie souvent le document en anglais. L'employé peut faire traduire le document par le service de traduction de la banque», explique M. Breton. John Cieslak compte 26 ans d'expérience comme gestionnaire dans les secteurs technologique et financier. Avant de se joindre à la Banque Nationale, il était premier vice-président et chef de l'information du Groupe TSX, propriétaire de la Bourse torontoise du même nom. À la Banque, John Cieslak est aussi responsable de «l'approvisionnement et de la performance organisationnelle». Le gestionnaire est également membre du Bureau de la présidence, groupe composé des 10 principaux gestionnaires de l'institution, dont le PDG, Louis Vachon. Les réunions de ce comité de direction se déroulent-elles en anglais en raison de la présence de M. Cieslak? «Au bureau de la présidence, ça se passe dans la langue du choix de celui qui veut parler. Les interventions sont parfois en français, parfois en anglais. Et personne n'en fait de cas», dit M. Breton. En plus du comité de direction, l'institution a un conseil d'administration, comme toutes les grandes entreprises. Au dire de M. Breton, les réunions de ce conseil d'administration se déroulent en français. Les consultants externes qui travaillent à la Banque Nationale proviennent généralement de la firme CGI. «Jamais aucun professionnel de CGI n'a été écarté à la Banque Nationale parce qu'il ne parlait pas suffisamment anglais», affirme le porte-parole de CGI, Sébastien Barangé. Cette semaine, la Caisse de dépôt et placement du Québec a fait les manchettes parce que deux de ses cadres supérieurs sont des anglophones unilingues. Les deux travaillent pour la filiale immobilière de la Caisse, Ivanhoé Cambridge. Il s'agit du président, exploitation, Kim McInnes, et du premier vice-président, ressources humaines, David Smith. La Caisse de dépôt a pris des mesures cette semaine pour que les deux cadres accélèrent leur apprentissage du français. À la Banque Nationale, John Cieslak ne suit pas de cours de français, nous indique Claude Breton. http://www.cyberpresse.ca/actualites/201111/19/01-4469596-un-patron-unilingue-anglophone-a-la-banque-nationale.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS3
  12. CGI ANNONCE UNE OFFRE D’ACQUISITION DE STANLEY Expansion aux États-Unis alignée à ses priorités stratégiques Note : Les montants sont exprimés en dollars US, convertis au pair avec le dollar canadien. Fairfax et Arlington, Virginie - Le 7 mai 2010 – Groupe CGI inc. (Bourse de New York : GIB; Bourse de Toronto : GIB.A), un leader des services en technologies de l’information et en gestion des processus d’affaires, et Stanley Inc. (Bourse de New York : SXE), l’un des principaux fournisseurs de services et solutions en technologies de l’information auprès d’agences fédérales du gouvernement des États-Unis oeuvrant dans les domaines de la défense, du renseignement et des activités civiles, ont annoncé aujourd’hui la conclusion d’une convention de fusion définitive en vue de l’acquisition par CGI de Stanley au moyen d’une offre publique d’achat au comptant, à un prix de 37,50 $ par action, ce qui représente une valeur d’entreprise d’environ 1,07 G$. Le prix d’achat par action représente une prime de 23,3 % par rapport au cours moyen pondéré en fonction du volume sur 30 jours des actions de Stanley, et une prime de 38,3 % par rapport au même cours moyen sur 60 jours. L’opération sera financée au moyen des liquidités et des facilités de crédit existantes de CGI. La transaction proposée a été approuvée à l’unanimité par le conseil d’administration de chacune des deux sociétés. De plus, certains des membres du conseil et certains dirigeants de Stanley ont signé une convention de vote afin de soutenir l’offre. Cette acquisition stratégique accroît de façon significative les activités de CGI aux États-Unis qui représenteront désormais près de la moitié de ses produits. Le regroupement de Stanley et de CGI Federal qui fournit des services au gouvernement des États-Unis permettra à CGI de disposer de ressources et de compétences fortement accrues sur le marché des services gouvernementaux américains. Ce regroupement marque aussi l’expansion de CGI Federal sur les marchés américains de la défense et du renseignement. Avec cette acquisition, CGI Federal entre dans le groupe sélect des fournisseurs en TI dont les revenus en provenance du gouvernement des États-Unis dépassent 1 G$. « L’acquisition de Stanley s’aligne sur notre stratégie d'expansion rentable axée sur la croissance interne et les acquisitions. Elle est aussi conforme à notre engagement de poursuivre notre pénétration du marché américain, qui est un marché stratégique, et plus particulièrement du marché des services au gouvernement des États-Unis. Cette acquisition confirme également notre engagement d’accroître la valeur pour nos clients et nos employés. Du point de vue des investisseurs, cette transaction permettra d’accroître le bénéfice par action au cours des 12 premiers mois, a déclaré Michael E. Roach, président et chef de la direction de CGI. Grâce à sa solide culture d'entreprise, CGI est bien établie sur ce marché et y connaît une croissance dynamique. Cette transaction permettra de fournir des occasions supplémentaires de développement et d’épanouissement professionnel à tous nos employés, de même qu'aux professionnels de Stanley à qui nous souhaitons la bienvenue au sein de CGI », a ajouté M. Roach. Philip O. Nolan, président du conseil, président et chef de la direction de Stanley a déclaré : « Il s’agit d’une opération des plus bénéfiques pour tous les intervenants : pour les employés de Stanley, parce qu’elle leur fournira des occasions additionnelles de croissance professionnelle, faisant désormais partie d’une entreprise de services de TI d’envergure mondiale; pour nos clients, parce qu’ils bénéficieront ainsi de la combinaison d’employés des plus compétents et d’une taille accrue permettant d'accroitre la valeur des services rendus; et pour nos actionnaires, parce que cette transaction procure un rendement attrayant. C’est pour ces raisons que notre conseil d’administration a l’intention de recommander aux actionnaires de Stanley d’accepter l’offre de CGI. » « Le regroupement de nos forces avec celles de Stanley est un élément essentiel de notre stratégie de croissance aux États-Unis. La combinaison des services de Stanley dans le domaine des TI et de l’impartition des processus d’affaires pour les secteurs de la défense et des activités civiles avec l'éventail complet des services de CGI, ses solutions spécialisées et ses relations bien établies avec ses clients, nous permettront de devenir un joueur de premier plan auprès de l’ensemble du gouvernement fédéral américain, a déclaré Donna Morea, présidente, États-Unis, Europe et Asie, chez CGI. Les cultures d’entreprise de CGI et de Stanley se complètent très bien. Les deux entreprises ont en commun une grande connaissance du secteur, un fort engagement envers leurs employés et une réputation d’excellence en matière d’exploitation. » Faits saillants de la transaction : § D’après les résultats pour l’année civile 2009, les sociétés regroupées auraient des revenus totalisant 4,5 G$ et compteraient 31 000 employés. Leur carnet de commandes dépasserait 13,5 G$, ce qui correspond approximativement à trois fois leurs revenus annuels. § Stanley fera partie de CGI Federal Inc., une filiale en propriété exclusive qui fournit actuellement des services à des entités du gouvernement des États-Unis tant dans les activités civiles que dans les domaines de la défense et du renseignement. § Après la transaction, CGI Federal aura à son service environ 7 000 professionnels et ses revenus annuels s’établiront à environ 1,2 G$. Sa clientèle sera diversifiée, 55 % de celle-ci étant composée de clients du secteur de la défense et du renseignement, et 45 % d’agences civiles du gouvernement fédéral américain. CGI Federal continuera d’être dirigée par son président actuel, George Schindler. § La société issue du regroupement continuera de servir les trois branches du gouvernement, douze agences fédérales représentées au cabinet, les quatre branches des forces armées et un large éventail d’agences oeuvrant dans les secteurs du renseignement et de la sécurité nationale.
  13. Serge Godin regrette le temps du REA Mise en ligne 06/02/2008 04h00 fctAdTag("bigbox",MyGenericTagVar,1); Géraldine Martin Le Journal de Montréal Serge Godin, fondateur et président exécutif du conseil de CGI, regrette le temps du Régime d’épargne-actions (REA) qui a permis au Québec inc. d’émerger. «Le REA était un excellent outil pour obtenir du financement à un coût intéressant», nous a confié M. Godin en marge de l’assemblée annuelle des actionnaires. «Aujourd’hui, le financement est cher au Québec», juge-t-il. Il y a seulement quelques grandes institutions financières qui se partagent le marché, ce qui ne donne pas beaucoup de choix abordables. Avec le REA il n’y avait pas de problème de monopole, croit M. Godin. Le dirigeant fait allusion au REA des années 1980, celui qui permettait à un vaste éventail d’entreprises de se procurer du financement public à un coût attrayant. Lancé en 1979 sous Jacques Parizeau, alors ministre des Finances, le REA encourageait les particuliers à investir dans les entreprises québécoises. Il permettait de déduire de son revenu imposable le coût des actions acquises. Bénéfique au Québec inc. Après avoir connu un grand succès au milieu des années 1980, le REA est pratiquement tombé dans l’oubli. Les abus du régime et le krach financier de 1987 ont notamment effrayé les petits investisseurs, qui lui ont tourné le dos. En attendant, c’est ce type d’outil financier qui a permis au Québec inc. d’émerger, souligne M. Godin. «Regardez aujourd’hui les plus grands employeurs au Québec, ils ont tous utilisé le REA», souligne-t-il, citant CGI mais aussi le Groupe Jean Coutu ou encore Alimentation Couche-Tard. Après un moratoire en 2003, le REA a été remplacé en 2005 par le régime Actions-croissance PME. Ce programme s’adresse à des sociétés ayant un actif inférieur à 100 M$ contre 350 M$ dans le cas du REA. http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/02/20080205-224057.html
  14. La société montréalaise a renouvelé un contrat avec l'assureur Co-operators General pour sept ans et une valeur de 110 M$. Pour en lire plus...
  15. Le fournisseur de services en technologies de l'information et en gestion des processus d'affaires a annoncé l'ouverture de ce centre en Estrie. Pour en lire plus...
  16. La compagnie montrélaise vend l'unité de gestion des processus d'affaires au Shumka Group pour un prix non dévoilé. Pour en lire plus...
  17. Le titre de la firme informatique CGI a été en hausse après que l'entreprise eut annoncé avoir été sélectionnée pour soumettre une offre à l'armée américaine. Pour en lire plus...
  18. CGI et ses partenaires déposeront une offre dans le cadre d'un contrat pouvant rapporter 5,3 G$ US par année aux fournisseurs de l'armée de mer. Pour en lire plus...
  19. Profits en hausse de 80% chez CGI 1 août 2007 - 08h47 LaPresseAffaires.com Michel Munger Grossir caractèreImprimerEnvoyer La firme de consultants CGI (GIB.A) annonce que ses profits du troisième trimestre ont fait un saut de 80% et que les nouveaux contrats signés totalisent 1 G$. Cliquez pour en savoir plus : CGI La société montréalaise dévoile que lors de la période de trois mois, ses profits nets se sont chiffrés à 64,4 M$ ou 19 cents dilué par action. Du côté des revenus, une augmentation de 7,7% à 933 M$ a été constatée. Les nouveaux contrats signés ont monté de 14,8% à 1 G$. Le carnet de commandes s'élevait par ailleurs à 12,4 G$ à la fin du trimestre. «Je suis très satisfait des résultats obtenus pour ce trimestre et depuis le début de l'exercice car CGI a très bien performé sous tous les aspects, dit Michael Roach, PDG de CGI. Je me réjouis aussi de voir que le marché a commencé à reconnaître notre performance, comme en témoigne la hausse du cours de nos actions.» Pendant le troisième trimestre, CGI a vu les flux de trésorerie provenant de l'exploitation augmenter de 25% à 134,6 M$ et la dette à long terme descendre de 36% à 518,1 M$. L'action de CGI a terminé la séance de mardi à 10,95 $ à Toronto.
  20. La filiale CGI Federal pourra faire des soumissions pour des bons de commande dont la valeur pourrait atteindre jusqu'à 200 M$ chacun. Pour en lire plus...
  21. AVIS: Ceci est de la fiction; une vision par Cataclaw seulement Nom: La Tour MtlUrb Adresse: 1300 boul. René-Levesque Hauteur : 172m Étages : 40 Intégration: 1. Hauteur entre le 1250 R-L. et la tour CGI 2. Structure semi-courbé, pour faire une transition entre la tour CGI et le 1250 3. Base de la tour de la même hauteur que la base du 1250 Varia : 1. 40ème étage = resto et tour d’observation 2. Usage mixte (hotel/condos/bureau) 3. Stationnement souterrain 4. Intégration à la ville souterraine (RÉSO) et accès métro 5. Projeté pour 2009
  22. Contrat de 19 M$ pour CGI aux États-Unis CGI Federal, une filiale américaine du Groupe CGI de Montréal, a obtenu de l'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA) une commande dont la valeur, supposant un niveau d'activité constant et l'exercice des six options de renouvellement d'un an prévues, pourrait atteindre environ 19 millions $ US. CGI est l'un des quatre grands fournisseurs de services TI (technologies de l'information) qui ont été sélectionnés en février dernier par l'EPA pour soumettre des propositions en vue de travaux qui seront attribués en vertu du contrat cadre d'ingénierie des systèmes et de soutien scientifique spécialisé ORD SES3. Celles-ci comprendront des services opérationnels, techniques et scientifiques correspondant aux besoins de l'EPA dans divers domaine, soit le soutien des applications, soutien scientifique, les services-conseils d'ordre technique et de gestion des affaires, et la gestion des infrastructures. Le contrat cadre prévoit également un soutien essentiel aux activités de recherche de l'EPA en matière de prévention des risques, de pollution et de dangers pour la santé humaine. Ce contrat s'ajoute à celui de 83 millions $ US annoncé le 10 avril dernier qui vise à moderniser le système financier de l'EPA et à transférer l'hébergement des TI du système financier ainsi que la gestion des applications à CGI. http://www.lesaffaires.com/article/0/technologies/2008-04-17/476204/contrat-de-19-mdollars-pour-cgi-aux-etatsunis.fr.html
  23. MARDI 11 NOVEMBRE 2014 - 14:30 ET | LA PRESSE CANADIENNE Le Groupe CGI a annoncé mardi avoir obtenu des prolongations d'ententes évaluées à environ 2 milliards $ avec le géant des télécommunications BCE (TSX:BCE), société mère de Bell Canada. Les contrats de services et de solutions de technologies de l'information se poursuivront jusqu'en décembre 2026. Les deux entreprises travaillent ensemble depuis déjà plus de 15 ans. CGI (TSX:GIB.A) est responsable du réseau de technologies de l'information de Bell, notamment en soutenant des centaines d'applications. La société des technologies de l'information dévoilera jeudi ses résultats financiers pour son quatrième trimestre. Son bénéfice net devrait avancer à 222 millions $, par rapport à 141 millions $ l'an dernier, tandis que ses revenus devraient se chiffrer à 2,57 milliards $, d'après les prévisions d'analystes recueillies par Thomson Reuters. En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice ajusté devrait grimper de neuf pour cent à 233 millions $, ou 73 cents par action, selon les prévisions. http://www.lesaffaires.com/techno/technologie-de-l-information/cgi-obtient-des-prolongations-de-contrats-de-2-milliards--de-bce/573833 Sent from my iPhone using Tapatalk
  24. Fairfax, Virginie, le 12 janvier 2011 - Groupe CGI inc. (CGI) (Bourse de New York : GIB; Bourse de Toronto : GIB.A), a maintenu un rythme solide quant à la signature de contrats dans le secteur public américain avec plus de 550 millions $ en contrats signés au terme de son premier trimestre de l’exercice 2011, le 31 décembre 2010 dernier. À titre d’unité d’affaires la plus importante œuvrant auprès du secteur public, CGI Federal Inc., filiale d’exploitation en propriété exclusive de CGI servant le gouvernement fédéral américain, a largement contribué au portefeuille de contrats signés du trimestre, notamment dans les secteurs de la défense et des activités civiles. Il s’agissait du premier trimestre complet des activités combinées de l’entreprise depuis l’acquisition de Stanley Inc. Lire le communiqué CGI obtient un bon de commande de cinq ans et d’une valeur de 55 millions $ US des Centers for Medicare & Medicaid Services Fairfax, Virginie, le 12 janvier 2011 - Les Centers for Medicare & Medicaid Services (CMS) ont octroyé à CGI Federal Inc. (CGI), une filiale d’exploitation en propriété exclusive du Groupe inc. aux États-Unis (Bourse de New York : GIB; Bourse de Toronto : GIB.A), un bon de commande concurrentiel de cinq ans d’une valeur de 55 millions $ US dans le cadre du contrat à prestations et à quantités indéterminées (IDIQ) Enterprise System Development des CMS. Conformément à ce contrat, CGI continuera à assurer les services de développement de logiciels et de soutien opérationnel pour le système Provider Enrollment Chain Ownership System (PECOS), y compris la fonctionnalité d’inscription et d’attestation de la Health Information Technology for Economic and Clinical Health (HITECH). Lire le communiqué CGI prolonge et élargit son partenariat à long terme avec l’Industrielle Alliance Montréal, Québec, le 12 janvier 2011 - Groupe CGI inc. (Bourse de New York : GIB; Bourse de Toronto : GIB.A), un leader des services en technologies de l’information et en gestion des processus d’affaires, a signé une prolongation et une expansion de son partenariat à long terme avec l’Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. pour une période de dix ans et d’une valeur de 137 millions $. CGI continuera de soutenir la croissance stratégique de l’Industrielle Alliance, la quatrième plus importante société d’assurance de personnes au Canada, en devenant son fournisseur privilégié de technologies de l’information, lui procurant ainsi un vaste éventail de services en TI. Lire le communiqué