Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'cependant'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec
    • Reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


À propos de moi


Biographie


Location


Intérêts


Occupation


Type d’habitation

14 résultats trouvés

  1. acpnc

    Le couple Québec-Canada

    Le Québec exprime depuis plusieurs décennies son insatisfaction dans l'accord constitutionnel, que l'on pourrait comparer par analogie à un contrat de mariage. Pire en fait, car ce fut un mariage arrangé et non d'amour mutuel. Donc les liens qui relient les deux partenaires n'ont jamais vraiment eu le côté émotionnel nécessaire pour en faire une véritable union heureuse et consommée, cela à aucun moment de son histoire. On pourrait au mieux parler de tolérance. Dans la vie de tous les jours le divorce est devenu monnaie courante. Il ne fait plus vraiment peur et représente le plus souvent la décision la plus raisonnable, pour le bien-être et la sérénité des deux protagonistes. On peut aussi développer d'autres types d'ententes qui peuvent favoriser un meilleur partage des droits et responsabilités, tout en reconnaissant le mérite de conserver des liens plus proches et mutuellement profitables. Dans aucun cas cependant il est justifié de préserver le statu quo, car l'insatisfaction si elle n'est pas répondue de manière adéquate, risque de conduire à des actions unilatérales qui pourraient être dommageables à tout le monde. Alors je pose la question puisqu'on est dans un fil de sondage: Si un des deux partenaires n'est plus satisfait de son union avec son conjoint, que doit faire ce dernier? 1 -Ignorer la partie demanderesse et faire comme si rien n'était, en espérant que ça passe. 2- Reconnaitre l'insatisfaction de l'autre mais exprimer son incapacité à y répondre convenablement. 3- Tenter de négocier des accommodements afin de préserver l'union. 4- Soumettre la partie demanderesse à sa volonté et lui imposer sa solution ou sa vision, quitte a conduire à un divorce déchirant. La situation du Québec et du Canada est exactement face ce genre de dilemme. On n'en fera jamais une histoire d'amour, car le désir pour l'autre n'est basé que sur du matériel et son partage plus ou moins équitable, selon les versions de chacun. Une chose est cependant indéniable: le désir d'autonomie et d'émancipation ne peut pas être refoulé de la part de la partie qui se sent étouffée par le poids du couple. Néanmoins cette dernière pourrait, comme dans les bons vieux couples d'habitudes, reprendre une partie de sa liberté tout en respectant un contrat moins exigeant et dans lequel chacun pourra y trouver son compte. On est ici dans une simple logique qui ne demande qu'une part de sensibilité et d'ouverture. Seuls les noms changent, mais la ressemblance avec la réalité est voulue et intentionnelle. D'autres couples sont passés par les mêmes difficultés, certaines unions ont eu un dénouement difficile, d'autres plus heureux, mais l'issue dans tous les cas a nécessité des actions courageuses et appropriées. Saurons-nous faire partie des chanceux qui auront compris à temps, que les problèmes doivent être réglés avant qu'il ne deviennent pratiquement ingérables? Qu'aucune situation n'est permanente, que tout est mouvement, change et se transforme dans une dynamique qui va du plus petit au plus grand dans l'univers. Lorsque certaines parties refusent cette loi implacable de l'évolution du monde, elles disparaissent ou sont brisées par leur propre inertie. Le Canada vit des problèmes internes parce qu'il refuse de s'adapter aux changements qui se présentent naturellement à lui. Aura-t-il la sagesse de sortir de sa sclérose, ou sera-t-il amputé d'un membre qui ne peut s'empêcher de bouger? La question est posée, j'attends vos réponses.
  2. « Fin 1897, Raymond Préfontaine, influent conseiller municipal qui deviendra maire de Montréal l’année suivante, pousse un projet de la Grand Trunk Railway Co. visant à s’emparer du square [Victoria] pour y installer son nouveau terminal. Ce projet ne verra cependant jamais le jour et la fin du siècle sera au contraire marquée par les premiers signes de la reprise du développement du square. » (Marc H. Choko, Les Grandes places publiques de Montréal, 1990, Éditions du Méridien) Cependant, la Grand Truck a construit son immeuble de 1899 à 1902 au 360 McGill et il ressemble beaucoup à celui ci-dessus, tout en étant un peu plus petit. Sa filiale, la Canadian Express, a construit le sien en 1908 sur dix étages juste en face, au numéro 355, avec un tunnel le reliant au premier. Les deux immeubles existent toujours. Il semble que le projet ci-dessus a simplement changé et que la compagnie a construit ses bureaux au square Victoria et sa gare plus loin.
  3. Le président sortant du plus important syndicat du secteur privé au Canada a confié avoir été approché par Stéphane Dion mais a cependant déterminé que sa vie familiale était plus importante. Pour en lire plus...
  4. La récession qui frappera le Canada l'an prochain sera plus que technique. Elle paraît cependant moins profonde que celle dans laquelle les États-Unis sont déjà bien engagés. Pour en lire plus...
  5. Ce n'est pas un secret : SNC-Lavalin veut depuis un moment évincer ce locataire qui fait grimper leur prime d'assurance. Voici un projet par Lemay pour le déménagement du consulat. Au coin de Longueuil et Saint-Paul dans le Vieux-Montréal. Merci à MTLskyline sur SSP. Option 1 Option 2 http://www.lemayonline.com/fr/lab/u-s-consulate J'ignore cependant si ce projet est toujours actif ou si c'est abandonné ... ?
  6. Le déficit commercial s'est aggravé en 2006 au Québec, frôlant la somme de 10G $, du jamais vu. Il faut remonter à la récession économique de 1991 pour constater un déficit presque aussi grave; il était alors de 8,6G$. L'Institut de la statistique du Québec fait état d'exportations internationales de 70,5G$ sur une base douanière pour 2006, soit une mince amélioration de 0,5% par rapport à l'année précédente. Cependant, les importations ont bondi de 4,7% pour atteindre 80,4G$, rapporte la Presse Canadienne. Ce déficit s'est manifesté pendant que l'économie américaine a progressé de 3,3%. De plus, l'économie mondiale était en plein essor contrairement à 1991. Et voilà que l'économie américaine devrait ralentir en 2007, ce qui laisse craindre un déficit futur grandissant. Or, la semaine dernière, le budget du ministre québécois des Finances, Michel Audet, reposait sur des prévisions plus optimistes que ce qu'indiquent les prévisions du Mouvement Desjardins. Cependant, Statistique Canada apporte une note encourageante: la croissance des investissements privés au Québec devrait atteindre 6,8% comparativement à 2,1% pour la moyenne canadienne, en excluant le secteur du logement. Plus récemment, c'est depuis 2004 que le surplus commercial a cédé le pas au déficit au Québec.
  7. Il admet cependant que les tensions géopolitiques entre la Russie et la Géorgie vont certainement «refroidir un peu les investisseurs», a indiqué le numéro deux de l'Agence internationale de l'Énergie. Pour en lire plus...
  8. Péréquation : L'Ontario bientôt bénéficiaire La Presse Canadienne Mississauga, Ontario L'Ontario sera candidate dès l'an prochain pour recevoir des paiements de péréquation selon ce qu'a confirmé lundi matin le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty. Avant de se rendre à la conférence qui réunit les ministres des Finances du Canada, à Toronto, le ministre Flaherty a même prédit que l'Ontario serait heureuse de ce qu'il lui réserve, car il s'agira de plus que ce dont s'attend le gouvernement ontarien. Cependant, le ministre des Finances de l'Ontario, Dwight Duncan, s'insurge que le gouvernement canadien veuille limiter la croissance du Programme canadien de péréquation alors que l'Ontario est sur le point d'en bénéficier après y avoir contribué pendant si longtemps. L'économie de l'Ontario est durement touchée depuis quelques années par de multiples pertes d'emplois dans le domaine manufacturier.
  9. La Fédération des chambres de commerce du Québec demande la création d'une agence indépendante pour jeter un regard purement économique lors de l'élaboration de grands projets. La Fédération fait valoir que les questions environnementales sont scrutées à la loupe par le Bureau d'audiences publiques en environnement, comme ce fut le cas pour le projet de centrale thermique du Suroît. Elle ajoute que la Direction de la santé publique a joué un rôle similaire pour évaluer l'impact sociosanitaire du projet de casino au bassin Peel. Cependant, la Fédération croit qu'il faut aussi une agence pour réaliser le même travail indépendant d'analyse économique d'un grand projet, rapporte a Presse Canadienne. L'organisme jongle avec cette idée depuis septembre et l'a présentée mardi, sous le vocable d'Agence d'analyse économique. Cette agence relèverait de l'Assemblée nationale et conseillerait le ministère du Développement économique. La Fédération évalue son budget annuel entre 1,5 et 3M$.
  10. Tourisme Montréal accueillera 100 000 visiteurs de moins cette année 28 avril 2009 - 10h52 Carl Renaud Argent Le nombre de touristes qui vont visiter Montréal va glisser de 1,6% en 2009 selon Tourisme Montréal. L’organisme estime que la métropole accueillera 6,89 millions de visiteurs pour des séjours de plus de 24 heures, soit 110 000 visiteurs de moins que l’an dernier. Malgré la chute du nombre de visiteurs, Tourisme Montréal anticipe que les dépenses des touristes vont rester stables aux environs de 2,12G$. L’industrie touristique montréalaise devra cependant multiplier les efforts pour lutter contre le ralentissement économique qui menace la saison 2009. Tourisme Montréal a choisi de miser sur le web pour vendre Montréal dans de nouveaux marchés et rejoindre une clientèle moins touchée par le marasme économique. Une attention particulière sera apportée aux voyageurs des marchés nord-américain, français, britannique et mexicain.
  11. La baisse du prix du pétrole allège les coûts d'opération des transporteurs aériens, qui s'élancent sur la piste de décollage en Bourse. Les titres de compagnies canadiennes restent cependant sous-évalués. Pour en lire plus...
  12. Qu'est-ce que le PRT? Il s'agit d'une catégorie de transport en commun ou les véhicule sont de petites tailles. Pour contrer la perte d'efficacité du au nombre de place limité, les PRT sont doté de la capacité d'aller directement au point voulu sans faire toutes les arrêts intermédiaire. Les véhicules sont surnommé pour le moment des "Pod". L'idée n'est pas nouvelle. Des gens on déjà réfléchit à ce type de transport durant les années 60 et 70. Cependant, la technologies n'y était pas encore et ils nécessitait l'emploi de rail qui rendait le système très coûteux. De nos jours, plusieurs technologies rendre possible ce type de transport. (Pod du PRT ULTra de l'Aéroport Heathrow de Londres) Principe: Il s'agit de petit véhicules électrique guidé par des chemin. Dans la solution retenu à Londres, les chemin ne sont que des simples muret de béton ou des senseurs analyse la distance entre le véhicule et les senseurs pour se dirigé. Ce procédé à l'avantage d'avoir un coût par Km très bas. Plus bas que bien d'autre système similaire. (tramway, trolleybus, etc). Les véhicule ayant des roues et se dirigeant par lui même, il a la possibilité de facilement choisir son itinéraire. On implémente alors des voies de contournement des stations ou des chemins plus direct et ainsi le pod peut se rendre dans un temps record à sa destination. Les véhicule étant plus petit, l'emprise au sol est moins importante. Mais ça, c'est si on a l'intention de les faire circuler dans la rue. Il est possible de leur faire des voies sur-élevées et/ou les faire passer dans un tunnel de métro. Il serait même possible d'envisager une parfaite interopérabilité entre les tunnels et la surface. Dans ce mode les station de métros pourrais être transformer en point d'accès au tunnel, les pods fessant leur trajet sur terre en périphérie et irais dans les tunnels au endroit ou la ville est plus denses. L'avancé technologiques qui rend le système plus efficace aujourd'hui est le transfert du contrôle du véhicule de l'ordinateur centrale vers les pods. En effet, ces dernier son autonome et ont le trajet disponible en mémoire. Il sont donc autonome et capable de s'orienté par eux même. Ils analyse leur environnement et peuvent ainsi opéré avec d'autre véhicule autonome de manière transparente. Si la voie est bloqué, le véhicule le détectera et s'arrêtera. Il est même possible d'en faire des mini-train pour profité de l'effet d'aspiration du véhicule de tête et ainsi sauver de l'énergie. L'autre avancé et l'utilisation de batterie au lieu de chemin électrifié. Cela simplifie les coûts de mise en place et la complexité des voies. En ce moment, les véhicule se recharge au station et via bande à quelques endroit sur la piste via contact mais il n'est pas exclus d'y apporter la recharge sans fils. Le faible poids de chaque véhicule aussi simplifie la mise en place de viaduc et autres structures, ces dernières devant supporter moins de poids. Avantages sur l'auto: - Non polluant - Utilisation commune - N'est pas nécessaire de les stationner - Peut rouler très près des autres véhicules et les mouvement sont coordonnés par ordinateurs, augmentant le débit - Véhicule sur demande Avantage sur les mode de ToC Traditionnel - Personnel - Se rend à destination via le chemin le plus rapide - ne s'arrête pas au station intermédiaire - Totalement automatisé Concernant la capacité de transport, la grande flexibilité du système offre plusieurs avantages pour augmenter le nombre de passagers transporter par heure. Dans un cas typique d'une ligne dans chaque direction sur une seul ligne, le PRT fait moins bonne figure que les autres types de transport. Cependant, la faible emprise au sol permet de facilement doubler le nombre de ligne, augmentant d'autant plus la capacité du système. Dans un système multi-lignes, les lignes alternatives pourront être utilisé en cas de congestion de la ligne directe. Ces dernières aussi pourront être utilisé pour déplacer les pods vides aux heures de pointes. Solution la plus éco-énergétique ? Les pods de la compagnie ULTra sont en ce moment un des véhicules les moins énergivore. Ils nécessitent 819 BTU/passagers/miles tandis qu'un autos nécessites en moyenne 3496 BTU/passagers/miles. Ils sont donc vraiment plus efficace que l'autos et en plus, ils s'alimente à l'électricité. Cependant, si on le compare avec les autres types de transport en commun, ce qui est plus difficile étant données que cela varie selon la source d'énergie, le type de véhicule et la fréquence de passages, on obtiens environs: 4318 BTU/Passagers/miles pour l'autobus 2750 BTU/Passagers/miles pour le tramway et autre train électrique 2570 BTU/Passagers/miles pour les trains de banlieues Evidemment, ces chiffres sont des moyennes basés sur certains équipement et en situation réel, cela peux varier de beaucoup. cependant, dites vous que plus il y a de véhicules avec peu ou pas de passagers qui circules, plus la moyenne de consommations par passagers/miles augmente, ce qui n'est pas le cas du PRT puisque les déplacement à vide son minimisé. La consommation est si faible que plusieurs pensent pouvoir l'alimenté via l'énergie solaire (chose qui bien sur, sera impossible si on les fait circuler dans des tunnels.) Voici une vidéo qui montre comment fonctionne le système.
  13. Source: Cyberpresse Pour satisfaire son nouveau PDG montréalais, la plus prestigieuse série de tournois de poker au monde, la World Series of Poker, déménage son siège social à Montréal. Selon ce qu'a appris La Presse, Mitch Garber, un avocat mont¬réalais de 44 ans qui a fait fortune dans l'industrie du pari et du jeu en ligne en Europe, a en effet été nommé, le 22 mai dernier, président et chef de la direction de Harrah's Interactive Entertainment. Cette firme américaine est une filiale de Harrah's Entertainment Inc, un géant du jeu qui possède une cinquantaine de casinos, dont le célèbre Caesars Palace à Las Vegas, et emploie 85 000 personnes. Le volet interactif dont hérite M. Garber se spécialise dans le pari en ligne, et contrôle les droits des prestigieux tournois de poker qui remettent annuellement plus de 180 millions en bourses. Les René Angélil, Isabelle Mercier, Patrick Bruel et Guy Laliberté sont des habitués de ces tournois dont les droits de participation coûtent jusqu'à 50 000$. La compétition est féroce: un gros joueur comme René Angélil n'a jamais réussi mieux qu'une 49e place - c'était en juillet 2006. Du groupe, Isabelle Mercier et Patrick Bruel sont les seuls à avoir percé l'élite mondiale. La Québécoise a obtenu une cinquième place en 2006, qui lui a valu une bourse de 175 404$, tandis que le joueur français a remporté un tournoi et 224 000$ en 1998, avant l'explosion de popularité du poker. La condition de M. Garber pour accepter la direction de l'entreprise: que les activités administratives de l'entreprise soient déménagées à Montréal, sa ville natale qu'il a quittée en 2006 pour l'Europe. C'est là qu'il a fait sa marque en tant que PDG de PartyGaming, la plus grande entreprise de jeu en ligne inscrite à la Bourse de Londres. Aux côtés de personnalités comme Richard Branson et Michael Dell, il a notamment été un des 150 chefs d'entreprise interviewés dans le best-seller The Secrets of CEOs, publié en 2008. «J'ai eu des offres très sérieuses à Londres et à Las Vegas, et j'ai fait savoir dès le début que ma condition primordiale était de choisir où j'allais demeurer, et mon choix était Montréal, a expliqué en entrevue M. Garber. Harrah's a accepté ce choix.» Provenant d'une vieille famille anglophone de Montréal - il parle cependant un français impeccable -, M. Garber tenait à ce que ses deux jeunes fils soient élevés ici. «Mes enfants adorent Montréal. Je suis content qu'ils aient eu l'expérience de vivre en Europe, de voir d'autres choses, mais Montréal, c'est chez nous. Ma famille est à Montréal depuis plus de 100 ans, j'ai des racines, des amis, un amour pour la ville.» Internet et nouvelles villes L'accord des dirigeants de Harrah's ne reposait cependant pas que sur des raisons sentimentales, reconnaît l'avocat. L'un des rôles cruciaux du siège social de Montréal sera de nouer des liens sur le plan international avec des gouvernements ou des partenaires privés. L'entreprise a deux grands objectifs: d'abord, courtiser les consommateurs européens dans les pays où le pari en ligne est légal, comme la Grande-Bretagne et l'Italie, contrairement à l'Amérique du Nord. L'autre projet, c'est d'organiser des tournois de poker dans de nouvelles villes. L'an dernier, 55 des 59 tournois ont eu lieu à Las Vegas, les autres se tenant à Londres. «Mon projet, mon premier voeu, c'est d'élargir le territoire des tournois: il y a une faim pour le poker partout dans le monde. Il n'y a pas de raison pour laquelle on n'aurait pas un tournoi à Moscou, au Canada, partout. Je pense qu'il faut que les tournois croissent à l'extérieur des États-Unis.» Montréal, estime M. Garber, a toutes les qualités pour permettre à son entreprise de relever ces deux défis. «Je leur ai expliqué (aux dirigeants de Harrah's) que Montréal était une ville très internationale, que je serais capable de trouver des dirigeants avec de l'expérience en entreprise internationale, et sur l'internet. Il faut un esprit international pour négocier avec les gouvernements français ou anglais, en Allemagne, en Suède, en Finlande, au Canada. Les Montréalais, culturellement, sont bons là-dedans.» Une dizaine de collaborateurs ont déjà été embauchés et ont emménagé dans les bureaux, angle Peel et Sainte-Catherine. Des rencontres «avec des gouvernements en Europe et ailleurs» seraient déjà organisées. «Je ne veux pas lancer de chiffres, mais ça va continuer à grandir, assure M. Garber. Je prévois une croissance intéressante.» Est-ce qu'un tournoi de poker mondial pourrait avoir lieu à Montréal? L'idée plaît de toute évidence au PDG, qui reconnaît cependant que la décision finale ne lui revient pas. «Au Canada, on ne peut le faire qu'en partenariat ou avec une licence du gouvernement provincial. Loto-Québec, c'est une des meilleures sociétés de loterie au monde, j'ai beaucoup de respect pour eux. C'est sûr que c'est une des sociétés qu'on aimerait rencontrer.»
  14. Bonjour, Apparemment, il y a un nouveau salon VIP commandité par Desjardins qui se prépare à ouvrir dans les prochains jours à YUL. Est-ce que quelqu'un en sait plus là-dessus? Je n'ai rien vu sur internet à ce sujet encore. Selon mes déductions, il devrait être situé au deuxième étage, entre la porte 63 et 65. Cependant, je n'en sait pas plus... À bientôt!