Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'carrière'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Projets immobiliers
    • Propositions
    • En Construction
    • Complétés
    • Transports en commun
    • Infrastructures
    • Lieux de culture, sport et divertissement
    • Projets Annulés
  • Discussions générales
    • Urbanisme et architecture
    • Nouvelles économiques
    • Technologie, jeux vidéos et gadgets
    • Technologies urbaines
    • Discussions générales
    • Divertissement, Bouffe et Culture
    • L'actualité
    • Hors Sujet
  • Aviation MTLYUL
    • Discussions générales
    • Spotting à YUL
  • Ici et ailleurs
    • Ville de Québec
    • Reste du Québec
    • Toronto et le reste du Canada
    • États-Unis d'Amérique
    • Europe
    • Projets ailleurs dans le monde.
  • Photographie et vidéos
    • Photographie urbaine
    • Autres photos
    • Anciennes photos

Calendriers

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.

Blogs

Aucun résultat à afficher.

Aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


À propos de moi


Biographie


Location


Intérêts


Occupation


Type d’habitation

11 résultats trouvés

  1. L'article du journal dit que le restaurant serait à plus de 1000 pieds du sol. 1000 pieds donne environ 60 étages, alors j'ai indiqué 60 étages comme titre du projet, mais ça aurait été probablement plus étant donné que le tour se poursuit un peu plus au dessus du restaurant. 2 images.
  2. Salut à tous ! Je suis dans une phase de réflexion et je songe sérieusement à réorienter ma carrière. J'ai songé à m'orienter vers l'urbanisme. Cependant, le travail d'urbaniste m'est encore un peu "abstrait". Je sais que plusieurs personnes ici semblent travailler dans ce domaine (ou dans des domaines connexes). J'ai déjà un bacc en administration et je me demandais si avec ce background, il m'est possible d'aller directement à la maîtrise en urbanisme ou si je dois me diriger plutôt vers le bacc. Dans le fond, j'aimerais bien ça discuter un peu avec des gens oeuvrant dans ce domaine question d'en savoir plus. Les autres gens dans ce forum qui travaillent dans le développement immobilier ou dans le milieu "urbain" sont invités à se manifester également. Vous pouvez m'écrire en privé ou sur le post sans problème... Merci à tous !
  3. Montréal perd un éminent chercheur Mise à jour le lundi 4 mai 2009 à 19 h 32 Un chercheur réputé de l'Université de Montréal annonce qu'il poursuivra sa carrière aux États-Unis. Le Dr Rafick-Pierre Sékaly, qui est bien connu au pays pour ses travaux sur le sida, se dit mécontent des récentes compressions du gouvernement Harper dans la recherche scientifique au Canada. M. Sékaly a accepté le poste de directeur scientifique d'un institut de recherche de Floride, le Vaccine and Gene Therapy Institute. Il amènera avec lui une partie de son équipe de recherche, soit une vingtaine de chercheurs. Le Dr Sékaly maintiendra toutefois certaines activités de laboratoire à l'Université de Montréal. L'occasion d'une vie Outre son insatisfaction en matière de financement au Canada, Rafick-Pierre Sékaly affirme que ce déménagement aux États-Unis constitue pour lui et son équipe une occasion unique. Il a déclaré au quotidien Globe & Mail que sa décision a en partie été motivée par les nouvelles possibilités offertes aux jeunes chercheurs de talent de son équipe. « Ils commencent leur carrière et sont inquiets de leur avenir ici », a expliqué M. Sékaly. Selon lui, les jeunes scientifiques auront de meilleures perspectives d'avenir aux États-Unis, où le président Barack Obama a prévu dans son plan de relance économique une somme de 10 milliards de dollars pour la recherche médicale. Avec son nouveau poste en Floride, le chercheur s'attend d'ailleurs à doubler son budget de recherche actuel. Dans le budget fédéral de janvier, des coupes de 147,9 millions de dollars en trois ans ont été annoncées pour les trois agences qui répartissent les fonds de recherche pour les universités. En mars, un groupe de scientifiques a signé une lettre au premier ministre Harper pour protester contre ces coupes. Malgré le contexte actuel, le chercheur qui a quitté le Liban pour le Canada en 1986 dit que le pays lui a donné beaucoup. « Je ne serais pas où je suis aujourd'hui sans le soutien du Canada », a-t-il déclaré au Globe & Mail.
  4. Je ne sais trop comment proposer une liste de noms et faire un sondage en bonne et dû forme. Je lance donc l'idée et quelques noms possibles: pont Champlain (statu-quo), pont Phyllis-Lambert, pont Jeanne-Mance, pont Marguerite-Bourgeois, tout autre nom. Et laisse le soin à MTLURB d'en faire la mise en page. A cet effet j'ai repris une partie du texte que j'ai publié aujourd'hui dans le fil du pont Champlain pour présenter mes motivations. Même si je m'étais opposé au changement de nom du pont Champlain, je reviens exceptionnellement sur ma décision. C'est en fait en guise de reconnaissance pour l'extraordinaire contribution de notre "dame d'honneur" que j'accepterais que la prochaine structure porte son nom. Bien sûr habituellement on "baptise" un pont à titre posthume et la personne concernée n'en a jamais conscience, mais il faudrait faire exception. Madame Lambert a déjà 86 ans, elle quitte la présidence du CAC et diminue tranquillement ses activités. Son parcours de vie publique est exemplaire et son legs est considérable. Elle mérite alors une reconnaissance à la hauteur du personnage. Surtout qu'elle a toujours embrassé les deux cultures et représenté Montréal avec dignité et distinction tout au long de sa longue carrière. C'est une passionnée de la ville et son oeuvre a peu d'égal. Elle se qualifie donc pour donner son nom à un ouvrage d'envergure dont elle fait elle-même la promotion. Avec un nom pareil et sans attendre la disparition de la personne, on se donne automatiquement une obligation de résultat. Le pont Phyllis-Lambert ne peut pas être quelconque, il doit trôner fièrement au milieu du fleuve, comme une icône sur son piédestal. Il donnera en même temps la réplique à la seule autre femme à qui on a dédié un pont montréalais, la reine Victoria. A mon avis madame Lambert sera nettement plus représentative, puisqu'elle a habité toute sa vie au coeur de la ville. Finalement comme les femmes sont déjà sous-représentées sur ce genre d'ouvrage, puisque la dernière l'a été il y a un siècle et demi, nous sommes donc largement en dette vis à vis de l'équité homme-femme. Et qui de plus significatif que cette personne engagée qui a littéralement donnée son âme à sa ville. Elle a été elle-même un pont entre nos cultures, raison de plus pour lui dédier un monument qui résumera l'ensemble de sa carrière et qui fera le pont entre le passé et l'avenir de ce Montréal qu'elle a tant aimé.
  5. via Radio-Canada Frédéric Metz, figure marquante du design au Québec, est décédé Mise à jour le lundi 11 août 2014 à 8 h 35 HAE Frédéric Metz, le « pape du design », est mort d'un cancer samedi soir, à l'Hôpital Notre-Dame de Montréal, le jour de son 70e anniversaire. Membre fondateur de l'École de mode et du Centre de design et ancien professeur associé à l'UQAM, Frédéric Metz était également reconnu comme un pédagogue et un communicateur hors pair. Né en Suisse, Frédéric Metz est arrivé à Montréal en 1967, pendant l'Exposition universelle. Le livre « Design? » de Frédéric Metz Son livre, Design?, s'était vendu à plus de 6000 exemplaires. À la télévision, il avait aussi lancé en 2013 l'émission Design, une série d'entretiens visant à faire découvrir les esprits créateurs qui ont marqué le design au Québec. Il laissera en héritage plusieurs concepts graphiques connus, dont celui de l'aéroport Mirabel, de l'hôtel Méridien et des chaussures Browns, de même que l'accent grave sur le logo de l'UQAM. Bien connu pour ses nombreuses participations à des émissions de radio et à la télévision, il a aussi signé durant trois ans une chronique pamphlétaire dans le magazine Grafika. Le designer a aussi remporté en 2008 le Prix excellence en enseignement, volet carrière de l'Université du Québec. « Je peux enseigner la même matière, mais jamais de la même façon », avait-il lancé. Il avait pris sa retraite en 2009, après 32 années passées à enseigner. L'an dernier, il s'est vu attribuer l'Icograda Achievement Award pour l'ensemble de sa carrière.
  6. Vous est-il déjà arrivé de changer de carrière subitement? d'un domaine très différent d'un autre? Je quitte la finance , et je m'en vais dans la garde côtière. Sans blague ! 3 ans à Sydney en Nouvelle-Écosse. Je n'aime vraiment pas mon domaine actuel et je veux quelque chose qui bouge plus. Je réalise que beaucoup de gens n'aiment pas leur emploi, mais hésitent beaucoup car ils ont peur de perdre leur confort ou leur sécurité ( et c'est compréhensible) C'est une grosse décision lourde de conséquences.... Qu'en pensez-vous ?
  7. Bonsoir, J'ai fais un petit plan de ce que la carrière Francon aurait l'air transformé en milieu naturel. Premièrement, l'accessibilité du site est excellente , avec la station Pie-Ix de la future ligne Mtl-Mascouche et la future voie réservé de la rue Pie-Ix. Légende: Ligne bleu : Ligne Mtl-Mascouche de l'AMT Ligne blanche : Voie réservé sur Pie-IX Tracé vert : Nouvelle piste cyclable Lignes rouges : Accès de la rue Pie-IX vers la carrière avec esscaliers pour y descendre Du côté gauche, il y aura des escaliers à chaque bout de rue. comme ceux là Bon, voici le résultat Avant Après Quand pensez vous ?
  8. Rob Reid partira à la retraite à la fin du mois de juin, après une carrière de 32 ans au sein du transporteur. Pour en lire plus...
  9. Exit la zone industrielle! par Stéphane St-Amour Voir tous les articles de Stéphane St-Amour Article mis en ligne le 29 octobre 2009 à 15:08 Près de deux ans après son entrée en vigueur, le généreux programme fiscal favorisant la conversion de la zone industrielle avoisinant la station de la Concorde donne ses premiers fruits. La cour à bois de Carrière Lefebvre, qui borde la rue Robert-Élie au nord du boulevard de la Concorde, est à disparaître. D’une valeur estimée au rôle à 2,3 M$, la demi-douzaine de bâtiments qui abritait des matériaux de construction croule actuellement sous le pic des démolisseurs. Jusqu’à 12 étages Construction Voyer, le nouveau propriétaire des lieux, entend mettre en chantier d’ici les prochaines semaines deux premiers bâtiments locatifs de six et de douze étages, a confirmé au Courrier Laval le porte-parole de la Ville, Marc Laforge. «Le bâtiment de six étages sera construit en façade de la rue Robert-Élie et celui de 12 étages s'élèvera en arrière-plan, près de la voie ferrée», dit-il, rappelant que le plan particulier d'urbanisme [PPU] ne prévoit aucune limite de hauteur, mais plutôt un minimum de deux étages par bâtiment. À terme, ce développement résidentiel compterait neuf bâtiments de 6, 8 et de 12 étages, qui totaliseront quelque 450 unités d’habitation, nous affirmait le président de Construction Voyer, Jean-François Voyer. Adopté en janvier 2008 par le conseil municipal, le PPU visait justement la densification du secteur. «Si on ne favorise pas la densité près de la station de métro, dites-moi où on le fera?» avait fait valoir le maire Vaillancourt aux citoyens qui questionnaient la hauteur des immeubles projetés, lors d’une séance de consultation publique tenue en février 2008. Zéro logement social Selon M. Voyer, 75% des unités du projet seront vouées au secteur locatif contre 25% pour les unités en copropriété. À la Ville, on indique que le présent développement n'offrira aucun logement social, alors que l'adoption du PPU devait pourtant «permettre d'exiger des promoteurs à consentir à du logement social à proximité des stations», avait insisté M. Vaillancourt lors de la consultation publique de 2008. Le PPU se voulait «une garantie pour les gens à faible revenu de pouvoir demeurer dans le quartier», assurait-il. Questionné à ce propos, Marc Laforge soutient que c'est «toujours la volonté de l'administration municipale qu'il y en ait [du logement social] et il y en aura», dit-il, en évoquant de futurs projets qui prendront éventuellement racine de l'autre côté du boulevard de la Concorde. Incitatifs majeurs Rappelons qu'en 2007, l’administration Vaillancourt a voulu profiter de l’arrivée du métro pour faire table rase des zones industrielles enclavées du secteur résidentiel de Laval-des-Rapides. Pour en accélérer le processus, elle a concocté un alléchant programme fiscal susceptible de convaincre les entrepreneurs de la place à relocaliser ailleurs leur exploitation industrielle. Selon certaines conditions, l’aide financière accordée sous la forme d'un crédit de taxes vise le droit de mutation et la taxe foncière générale imposée sur l'immeuble où l'entreprise se relocaliserait. Dans le cas de Carrière Lefebvre, l’entreprise a déjà fait son nid dans le parc autoroutier de la 25. Pour la taxe de Bienvenue, le crédit équivaut à 100% du montant du droit sur les mutations immobilières au moment du transfert de propriété. Quant à la taxe foncière relative à la valeur imposable de l'immeuble, le programme d'allègement fiscal se décline sur cinq ans, à raison d'un crédit de 100% la première année, 90% la seconde, 80% la troisième, 60% la quatrième et d'un crédit de 40% la dernière année. Le même forfait fiscal s'applique à la construction d'unités de logement sur les terrains vacants situés dans le périmètre visé. Mine de rien, Carrière Lefebvre libère 340 000 pieds carrés de terrain au nord du boulevard de la Concorde. Le même industriel possède un terrain équivalent au sud de la Concorde, qui n’est toujours pas vendu. Son propriétaire, André Lefebvre, est confiant toutefois de trouver preneur d’ici le début 2010. Dans cette portion du territoire, une quinzaine d’industriels détiennent près d’un million de pieds carrés, une superficie monstre appelée à être redéveloppée à la faveur de complexes d'habitation, de commerces de voisinage et d'espaces verts. http://www.courrierlaval.com/article-394905-Exit-la-zone-industrielle.html http://www.voyer.ca/fr/projets/le-logix/
  10. La ville devient immobilier promoteur immobilier Pour la première fois de son histoire, la Ville de Montréal se lance dans un mégaprojet de développement domiciliaire évalué à 300 M$, dans l'est de la ville. L'administration Tremblay a confié à la paramunicipale SHDM le mandat de construire environ 1800 maisons, condos et appartements sur un vaste terrain, le site Contrecoeur, qui appartient à la Ville. Le projet doit être réalisé sur une période d'au moins cinq ans et le constructeur principal retenu à la suite d'un appel d'offres est la firme F. Catania. Le site est impressionnant avec ses 380 000 mètres carrés. Il est délimité au sud par la rue Sherbrooke, à l'ouest par la rue Pierre-Bernard, au nord par Anjou et à l'est par la carrière Lafarge, à Montréal-Est. Logements sociaux Les clientèles visées sont les familles, les revenus moyens, les retraités. Une place importante sera faite aux logements sociaux et, à ce chapitre, il a déjà été déterminé par l'administration de Montréal que plus de la moitié des logements seront de type «abordable» (39 %) et à caractère «social» (21 %). Une zone de maisons unifamiliales sera réservée au nord. Elle sera voisine de l'arrondissement d'Anjou. Cet important développement qui amènera près de 5000 personnes dans le quartier Maisonneuve est évalué à 300 M$. «Nous sommes excités, commente la mairesse de l'arrondissement, Lyne Thériault, mais le projet soulève quelques questions auxquelles l'hôtel de ville devra apporter des réponses.» Elle mentionne entre autres «les dépenses accrues auxquelles devra faire face l'arrondissement pour fournir les services publics à cette nouvelle population». Des parcs L'entreprise est colossale. La SHDM doit prévoir plusieurs zones de développement avec ses rues, ses parcs, ses infrastructures et ses unités d'habitation. À l'extrémité est, les nouveaux quartiers seront voisins de la carrière Lafarge. «Je n'ai pas d'inquiétude quant à cette proximité. Le projet prévoit une large bande verte avec des arbres pour atténuer le bruit et la poussière et autres nuisances liées à l'exploitation de la carrière», soutient la mairesse. Une zone de commerces est aussi aménagée le long de la carrière, dans la partie sud du nouveau quartier. Le projet domiciliaire rapportera 5 M$ et plus de taxes municipales annuellement dans les coffres de la Ville.