Search the Community

Showing results for tags 'cap'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 14 results

  1. Le prix du pétrole flambe de nouveau sur les marchés américains et européens où le baril de brut a franchi la barre des 140 $ US avant de se replier quelque peu. Pour en lire plus...
  2. du NationalPost Nobody is selling real estate and few are buying it, so how do you value it? The question dominated a panelist discussion that included the leaders of some of the largest real estate companies in the world. The consensus at the 14th annual North American Real Estate Equities conference, put on by CIBC World Markets, is the Canadian market will see little activity in 2009. Pinned down on what Toronto's Scotia Plaza might fetch in today's market, Andrea Stephen, executive vice-president of Cadillac Fairview Corp., said she couldn't answer. "It is difficult because there is a small pool of buyers," said Ms. Stephen who passed the question on to Tom Farley, chief executive of Brookfield Properties Corp. which is now building the Bay-Adelaide Centre, the first new office tower in Toronto's financial core in 15 years. Mr. Farley noted only three major assets have traded in the past seven years, the last being the TD Canada Trust Tower in Toronto. That was sold at $723/square foot, he said. Ms. Stephen said that figure might be "little rich" in today's market, but said it's hard to establish a real price. When Cadillac, which is owned by the Ontario Teachers Pension Plan Board, bought the Toronto-Dominion Bank's office tower assets the price was about $300 a square foot but that was eight years ago. There is no real pressure on any of the major owners of Canada's office towers to sell, so the type of fire sales that have been seen in the United States are less likely. "You have eight entities that control 90% [of the major towers]. It's ourselves and seven pension funds," said Mr. Farley. "We can weather the storm." Not everyone on the panel was as confident about the Canadian market. David Henry, president of retail landlord Kimco Realty Corp. which is based in the United States but has some holdings in Canada, said rental rates are "falling of the cliff." He did note the company's Canadian portfolio is holding up better than its U.S. holdings. He said there will be merger opportunities as prices continue to fall. Mr. Henry, said capitalization rates have been rising with alarming speed. The cap rate is the expected rate of return on a property, the higher the cap rate the less a property is worth. "We saw cap rates go from 6 to 8.5 in the United States. It may not go as high [in Canada] but it could go to 8," he said, referring to the retail sector. Dori Segal, the chief executive of First Capital Realty Corp., said he still hasn't seen the buying opportunities. "There is not a single grocery anchored shopping centre for sale in Toronto, Montreal, Vancouver, Calgary or even Victoria for that matter," said Mr. Segal.
  3. Même les mariages les plus solides ne résistent pas toujours à l'épreuve du temps. Après 20 ans à la Banque Nationale, l'économiste en chef Clément Gignac quitte l'institution financière québécoise afin de mettre le cap vers Ottawa. Pour en lire plus...
  4. «Quand on regarde le Baltic Dry Index.... C'est hallucinant.» Pour en lire plus...
  5. Le président des États-Unis, George W. Bush, déclare qu'il a l'intention de poursuivre sa lutte contre la crise financière. Pour en lire plus...
  6. Pour assurer leur croissance en Asie et au Moyen-Orient, les grands cabinets internationaux recrutent les meilleurs avocats là où ils se trouvent. Même au Québec! Pour en lire plus...
  7. Le partenariat québécois Pétrolia, Junex et Gastem met le cap sur la découverte d'un champ pétrolier à partir du puits Pétrolia Haldimand 1 en Gaspésie en investissant 5 M$. Pour en lire plus...
  8. L'habitation garde le cap sur la croissance au Québec, contrairement à celle des États-Unis et de l'Ouest canadien, mais sa vigueur s'atténue et une petite baisse devient possible, dans la foulée de la crise financière et de la récession mondiale. Pour en lire plus...
  9. Les investisseurs doivent naviguer dans ces eaux troubles, mais plusieurs se demandent où mettre le cap. Pour en lire plus...
  10. Alors que l'économie nord-américaine traverse une zone de turbulences intenses, l'industrie québécoise garde le cap et entend toujours embaucher des centaines d'ingénieurs. Pour en lire plus...
  11. Le président chinois Hu Jintao a affirmé vendredi que l'économie chinoise garderait le cap d'une croissance «rapide et stable», en dépit des «difficultés» actuelles. Pour en lire plus...
  12. S'il fallait un autre signe que l'économie mondiale entre en hibernation, le voici: les mers du globe sont devenues bien tranquilles. Moins de navires chargés de matières premières voguent vers les économies émergentes, moins de conteneurs remplis de jouets et de gadgets électroniques sont chargés en direction de l'Occident. Pour l'instant, le Port de Montréal réussit à garder la tête hors de l'eau malgré la crise. Et maintient le cap sur ses projets d'expansion. Pour en lire plus...
  13. 6 février 2007 - 21h20 Le Soleil Pierre Couture Québec Grossir caractère Imprimer Envoyer var nsteinWords; nsteinWords = unescape(''); Cap Reit Apartments poursuit son magasinage à Québec. Le fonds de placement immobilier de Toronto vient de mettre la main sur 17 immeubles dans les secteurs Lebourgneuf et Sainte-Foy. Le montant de la transaction s’élève à 60 millions $. « Cela confirme notre engagement envers le marché de Québec », a souligné hier au Soleil le président et chef de la direction de Cap Reit, Thomas Schwartz. Les 17 immeubles à logements acquis des mains de la société immobilière Beaudet et Saucier comptent 607 logements dits « de luxe «. Le taux d’occupation est d’environ 98 %. Avec cette transaction, Cap Reit met notamment la main sur le Domaine Laudance à Sainte-Foy. Ce complexe immobilier construit en 1990 situé à deux pas du secteur du Campanile comprend six immeubles d’habitation renfermant 235 logements.
  14. Alcoa garde le cap au Québec 22 janvier 2009 - 06h41 La Presse Hélène Baril La crise frappe dur dans le secteur de l'aluminium, mais le plus important producteur mondial ne remet pas en question ses projets d'expansion au Québec. Les discussions se poursuivent avec le gouvernement du Québec pour obtenir un bloc d'énergie supplémentaire pour doubler la capacité de l'aluminerie de Deschambault, a fait savoir hier le président d'Alcoa Canada, Jean-Pierre Gilardeau, après s'être adressé aux membres de l'Association de l'industrie électrique du Québec. Alcoa (AA) et le gouvernement du Québec s'étaient entendus pour accélérer ces discussions, avec l'objectif de les conclure en 2008. Si les pourparlers durent toujours, ce n'est pas parce qu'Alcoa est moins pressée de le voir aboutir, a assuré M.Gilardeau. «C'est une négociation très complexe, qui prend du temps, et il y a eu des élections entre-temps qui ont fait en sorte d'allonger les délais, mais on est encore dans un mode négociations qu'on espère régler bientôt.» Alcoa veut obtenir 500 mégawatts d'électricité supplémentaire à un tarif avantageux afin de doubler la capacité de son usine de Deschambault au coût de 1,4 milliard de dollars et pour certains autres projets dont le président d'Alcoa a refusé de parler hier. «Les autres projets sont encore trop flous pour pouvoir en parler», a-t-il dit. Comme les autres producteurs d'aluminium, Alcoa a dû effectuer un important changement de cap pour s'ajuster à la dégringolade rapide de la demande et du prix du métal. L'entreprise a déjà annoncé une réduction de 18% de sa capacité de production et une diminution de 13% de son effectif, soit 13 500 emplois. Les activités d'Alcoa au Québec ont été épargnées par le couperet. L'entreprise a plutôt décidé de devancer la modernisation de l'usine de Baie-Comeau, un investissement de 1,2 milliard. Ce projet suit son cours et n'est pas menacé par la décision d'Alcoa de réduire de moitié ses investissements en 2009, a assuré Jean-Pierre Gilardeau. "Nos alumineries au Québec sont parmi les mieux placées dans le groupe Alcoa." Malgré les réductions de production déjà annoncées partout dans le monde, les stocks augmentent et le prix de l'aluminium continue de baisser. Plusieurs analystes estiment que d'autres réductions de production seront nécessaires. La présidente de Rio Tinto Alcan, Jacynthe Côté, a aussi dit mardi que d'autres réductions de production pourraient être nécessaires. Hier, le président d'Alcoa Canada n'a pas voulu s'embarquer dans ce genre de prévisions. «On n'a rien autre à annoncer pour le moment, on suit la situation et on a fait l'effort que nous avions à faire.» Même si certains analystes croient qu'une reprise pourrait se manifester à la fin de 2009 ou au début de 2010, Jean-Pierre Gilardeau pense que ce sera plus long. «À mon avis, on est là-dedans pour encore cinq ou six trimestres», a-t-il dit. À moyen terme, Alcoa planifie une forte augmentation de sa production d'aluminium pour satisfaire une demande qui ira croissant. La consommation mondiale d'aluminium, qui est actuellement d'environ 38 millions de tonnes, devrait atteindre 70 millions de tonnes dans 10 ans, a souligné M. Gilardeau. Pour satisfaire cette demande, il faudra que les alumineries actuelles fonctionnent à plein régime et qu'il s'en construise une vingtaine d'autres. «Avec la crise économique actuelle, la courbe de progression ne sera pas aussi linéaire que ce qu'on entrevoyait il y a encore peu de temps, a-t-il dit. Mais les tendances lourdes sont là pour appuyer cette croissance et pour justifier les projets d'avenir qu'Alcoa entretient ici, au Québec, et à l'étranger.» Le titre d'Alcoa valait hier 8,54$US à la Bourse de New York. Depuis un an, il a varié entre un creux de 6,80$US et un sommet de 44,77$US.