Search the Community

Showing results for tags 'cambridge'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 16 results

  1. J'ai trouvé ça sur cybrepresse.ca ce matin. Je dois avouer que je suis resté un peu perplexe devant cet article. D'un côté je me dis que c'est inacceptable que des patrons de la CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC ne sont pas capables de parler français, ce qui force les employés francophones de parler l'anglais lors des réunions. Même si je n'aime pas Pauline Marois, je crois qu'elle a très bien résumé la situation: "La Caisse a justement été créée pour permettre à une élite francophone d'émerger." D'un autre côté, je me dis que si ce directeur des Resources humaines est en poste depuis 11 ans, c'est qu'il fait du bon travail. Et si on le met à la porte, celà ne fera qu'entaché notre réputation ailleurs dans le monde. Ce qui rendra la tâche d'attirer de nouvelles personnes ici encore plus difficile. Idéalement, ce directeur devrait commencer des cours intensifs de français. Si il refuse, on devra le remercier pour ses années de services et le remplacer par quelqu'un qui peut communiquer en français! Voici l'article! Des patrons unilingues anglais à la Caisse de dépôt Francis Vailles et André Dubuc La Presse (Montréal) La Cour suprême et le Vérificateur général du Canada ne sont pas les seuls à faire l'objet de critiques concernant l'unilinguisme d'anglophones. La Caisse de dépôt, symbole de la maîtrise des Québécois francophones sur leur économie, compte aussi des cadres supérieurs anglophones unilingues, a appris La Presse. La situation est telle que des employés se sont plaints à l'Office québécois de la langue française (OQLF), qui mène l'enquête. Les critiques viennent d'un groupe d'employés d'Ivanhoé Cambridge, filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec. À la fin du mois d'octobre, ils ont fait parvenir une lettre de plainte à l'OQLF. La missive a aussi été transmise au ministre responsable de la Caisse, Raymond Bachand, et à la chef du Parti québécois, Pauline Marois. La Presse a également reçu une lettre à ce sujet la semaine dernière. Deux dirigeants visés Les employés y dénoncent l'unilinguisme du président anglophone de l'exploitation d'Ivanhoé Cambridge, Kim McInnes, et du vice-président principal, ressources humaines et services corporatifs, David Smith. Ce dernier est celui qui, en bout de ligne, est responsable de l'embauche des employés d'Ivanhoé Cambridge. «Et que dire de certaines nominations au conseil d'administration, écrivent-ils. À ce rythme, les employés ne pourront plus parler français à l'intérieur des murs de la Caisse», est-il écrit dans la lettre. Hier, en fin de journée, la Caisse de dépôt a confirmé que ces deux cadres ont une connaissance limitée du français (voir texte en page 7). Ivanhoé Cambridge est l'un des 10 plus grands propriétaires immobiliers du monde, avec un actif de plus de 30 milliards de dollars. L'entreprise compte 1600 employés, dont la moitié au Québec. Parmi ses actifs, on compte la Place Ville-Marie et le Centre Eaton, à Montréal, et la Place Laurier, à Québec. «C'est complètement inadmissible, je suis renversée, a dit Pauline Marois à La Presse. Quand j'entends une telle chose, j'ai l'impression de retourner 35 ans en arrière. La Caisse a justement été créée pour permettre à une élite francophone d'émerger.» La chef du Parti québécois rappelle que le PDG de la Caisse, Michael Sabia, s'était engagé à maintenir le français à la Caisse. «La connaissance du français devrait être un critère d'embauche essentiel. Avoir un accent, c'est une chose, ne pas maîtriser le français, c'en est une autre», dit-elle. Trois sources proches de la Caisse ont confirmé à La Presse le malaise qui règne au sein de la filiale immobilière. Une source nous indique que les comités d'investissement du groupe immobilier se passent généralement en anglais. Les temps ont changé Selon cette source, l'environnement a beaucoup changé à la Caisse depuis l'époque de Jean-Claude Scraire, à la tête de l'institution québécoise au début des années 2000. «Il y a maintenant beaucoup d'anglophones dans la structure. C'est sûr que, quand les patrons ne parlent pas bien le français, c'est difficile. Si j'étais employé à la Caisse et que j'avais de la difficulté à m'exprimer en anglais, je trouverais ça difficile», dit cette personne qui traite avec le groupe immobilier depuis de nombreuses années. Les lettres envoyées à La Presse, au PQ et au ministre Bachand sont anonymes, mais l'affaire a été jugée suffisamment sérieuse pour que M. Bachand communique avec la Caisse, au cours des derniers jours. «Nous avons communiqué avec la direction de la Caisse pour qu'elle s'assure que la loi 101 soit respectée», nous a dit la porte-parole de M. Bachand, Catherine Poulin. En vertu de l'article 4 de la Charte de la langue française, «les entreprises ont l'obligation de respecter le droit fondamental des travailleurs et travailleuses d'exercer leurs activités en français». La loi est plus exigeante pour les administrations publiques, comme la Caisse de dépôt, où une connaissance appropriée du français est une condition d'embauche. Ivanhoé Cambridge ne serait toutefois pas considérée comme une administration publique, étant une filiale de la Caisse. Elle serait alors visée par les dispositions de la loi touchant les entreprises de 50 employés et plus, nous explique Martin Bergeron, porte-parole de l'OQLF. Dans un cas comme dans l'autre, le personnel d'Ivanhoé Cambridge au Québec doit avoir une connaissance suffisante du français, selon la loi, ce qui inclut les membres du conseil d'administration. Le but de la loi est de faire en sorte que l'utilisation du français soit généralisée, tant comme outil de communication interne que dans les documents de travail et même les logiciels.
  2. Traffic management APPlied logic Sep 13th 2011, 16:10 by The Economist online TRAFFIC lights are crucial tools for regulating traffic flow. They are not, however, perfect. Drivers exchange the gridlock that would happen at unmanaged junctions for a pattern of stop-go movement that can still be frustrating, and which burns more fuel than a smooth passage would. Creating such a smooth passage means adjusting a vehicle’s speed so that it always arrives at the lights when they are green. That is theoretically possible, but practically hard. Roadside signs wired to traffic lights can help get the message across a couple hundred metres from a junction, but such signs are expensive, and have not been widely deployed. Margaret Martonosi and Emmanouil Koukoumidis at Princeton University, and Li-Shiuan Peh at the Massachussets Institute of Technology, however, have an idea that could make the process cheaper and more effective. Instead of a hardwired network of signs, they propose to use mobile-phone apps. For a driver to benefit, he must load the team’s software, dubbed SignalGuru, into his phone and then mount it on a special bracket attached to the inside of his car’s windscreen, with the camera lens pointing forwards. SignalGuru is designed to detect traffic lights and track their status as red, amber or green. It broadcasts this information to other phones in the area that are fitted with the same software, and—if there are enough of them—the phones thus each know the status of most of the lights around town. Using this information, SignalGuru is able to calculate the traffic-light schedule for the region and suggest the speed at which a driver should travel in order to avoid running into red lights. Tests in Cambridge, Massachusetts, where five drivers were asked to follow the same route for three hours, and in Singapore, where eight drivers were asked to follow one of two routes for 30 minutes, revealed that SignalGuru was capable of predicting traffic-light activity with an accuracy of 98.2% and 96.3% respectively, in the two cities. This was particularly impressive because in Cambridge the lights shifted, roughly half-way through the test, from their off-peak schedule to their afternoon-traffic schedule, while in Singapore lights are adaptive, using detectors embedded under the road to determine how much traffic is around and thus when a signal should change. In neither case was SignalGuru fooled. Fuel consumption fell, too—by about 20%. SignalGuru thus reduces both frustration and fuel use, and makes commuting a slightly less horrible experience.
  3. A $45-million investment by Ivanhoe Cambridge - Place Vertu Gets a Makeover MONTREAL, Nov. 29 /CNW Telbec/ - Place Vertu, owned and managed by Ivanhoe Cambridge, is happy to announce a $45-million investment (including all related fees) in the shopping centre, located in the borough of Saint-Laurent in Montreal, to carry out a large-scale redevelopment project. Construction work for this much-anticipated undertaking, designed to revitalize the property and its retail mix, began in the summer of 2007 and will wrap up in the spring of 2009. "We are very enthusiastic about renovating Place Vertu. This project is in keeping with our strategy to continuously enhance our properties and strengthen their market position and share," said Jean Laramée, Senior Vice President, Eastern Region, Ivanhoe Cambridge. "This is excellent news for Place Vertu and its customers!" said Michael Bonetto, General Manager of Place Vertu. "The project will enable Place Vertu to take full advantage of its strategic location in the heart of Saint-Laurent, one of the fastest-growing communities on the Island of Montreal. Naturally, we will be doing everything we can to minimize any inconvenience to our tenants and ensure that our customers can continue to shop undisturbed." The main highlights of the project are as follows: << - Closing of The Bay, and relocation of Zellers into the vacated premises, with its brand-new Zellers + concept (120,000 square feet over two floors). Official opening scheduled for December 1, 2007. - Expansion, reconfiguration and renovation of the food court to make it more cosy and appealing. Expected completion: Spring 2008. - Expansion of several stores and arrival of new retailers. - Indoor and outdoor renovations and addition of decorative elements to complement the centre's overall design. Construction of new entrances and modernization of the façade along Côte-Vertu Boulevard. >> The project is already generating a great deal of interest among retailers, and talks are currently under way with a number of potential tenants. Leasing agreements were recently signed or scheduled to be signed very shortly with Winners, which will occupy some 25,000 square feet as of summer 2008, Browns Shoes Outlet, Lace Canada (a high-end women's fashion retailer), La Vie en Rose/Aqua, Urban Planet and a 25,000-square-foot specialized grocery store. About Place Vertu Located in the borough of Saint-Laurent in Montreal, a stone's throw away from one of Canada's largest industrial parks, Place Vertu opened for business in 1975. Today, it features four anchor tenants and some 155 stores and services. Its gross leasable area, including an office component, is nearly 924,000 square feet and it greets close to 6.5 million shoppers every year. Place Vertu is owned and managed by Ivanhoe Cambridge.
  4. Nouveau projet de centre commercial à Laval 26-11-2010 (modifié le 26-11-2010 à 13:16) Ivanhoé Cambridge veut construire un énorme centre commercial à l’est de la future autoroute 25, à Laval, a appris lesaffaires.com. Selon nos sources, la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec négocie avec les propriétaires des terrains, dont la majeure partie appartient au promoteur Monit International. À l’angle de la 440, dans l’est de la ville, Ivanhoé Cambridge veut construire une méga galerie marchande sur le modèle de ses «Mills», comme à Vaughan, en Ontario, et à Calgary. Ces centres commerciaux ont une surface locative de plus d’un million de pieds carrés, soit l’équivalent de plus de 14 terrains de soccer. C’est presque aussi grand que le Carrefour Laval, qui compte 1,3 million de pieds carrés. Les deux «Mills» ont coûté environ 400 millions de dollars chacun à construire, en incluant les coûts de financement. Ivanhoé Cambridge a refusé de confirmer qu’il avait trouvé un emplacement pour ce centre. «On ne peut pas commenter ces rumeurs. On cherche toujours, dit Douglas Harman, vice-président, Développement, Région de l’Est. Ce n’est pas facile : ça prend des centaines d’hectares.» Une source à la Ville de Laval indique cependant que des discussions sont en cours avec l’administration pour construire le centre commercial. Le porte-parole officiel n’a cependant pas fourni d’informations à ce sujet. Le propriétaire des terrains concernés, Monit International, n’a pas commenté. Commerces et attractions Douglas Harman précise qu’en comptant les servitudes et les stationnements nécessaires pour un centre commercial de cette envergure, Ivanhoé Cambridge a besoin d’«au moins cinq millions de pieds carrés» pour construire un «Mills». Ivanhoé Cambridge a ouvert le Vaughan Mills, au nord de Toronto, en 2004, et le Cross Iron Mills, à Calgary, l’an dernier. La filiale de la Caisse cherchait depuis des années l’emplacement propice à Montréal. Les magasins à grande surface, comme Sears et Zellers, sont absents de ces projets, indique Douglas Harman. «Normalement, ils comprennent une quinzaine de commerces de 20 000 à 50 000 pieds carrés », dit-il. Le concept de «Mills» d’Ivanhoé Cambridge comprend aussi des attractions de divertissement. «À Vaughan, nous avons ouvert un Nascar SpeedPark, une piste de kart», illustre le vice-président. Le centre commercial abrite aussi un salon de quilles. Avec Marie-Eve Fournier http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/nouveau-projet-de-centre-commercial-a-laval/520949
  5. La société Ivanhoé Cambridge, l'une des principales filiales immobilières de la Caisse de dépôt et placement du Québec, poursuit son expansion au Brésil. Pour en lire plus...
  6. Le Journal de Montréal 13/06/2007 Ça bouge dans les centres commerciaux du pays! La consommation roule à fond de train, les joueurs internationaux cognent à notre porte mais on manque de place pour les accueillir. Quand les ventes au détail sont fortes, les propriétaires de centres commerciaux ont le cœur à la fête. Personne n’avait donc l’air déprimé, hier, à la conférence annuelle de l’ICSC (International Council of Shopping Centers), au Québec. L’association regroupe toute une panoplie de professionnels gravitant dans le milieu des centres commerciaux. Pour ouvrir la journée, le nouveau président du conseil de l’ICSC et PDG d’Ivanhoé Cambridge, René Tremblay, a rappelé à quel point les ventes avaient été soutenues depuis 2003. «Il n’y a pas eu de récession dans les centres commerciaux depuis 1993», a-t-il plus tard affirmé en rencontre de presse. «Pour les 18 prochains mois, la situation s’annonce très bonne», a-t-il ajouté. M. Tremblay a aussi fait le tour des tendances qui touchent le secteur. L’une d’elles est la «mondialisation croissante des activités immobilières commerciales». En d’autres mots, les joueurs étrangers s’intéressent à nos actifs et vice-versa. Peu de locaux libres On n’a donc pas fini de voir des entreprises étrangères mettre la main sur des détaillants canadiens, comme l’ont fait Limited Brands avec La Senza ou encore Bain Capital avec Dollarama. Autre conséquence de la mondialisation : plusieurs concepts d’ailleurs veulent s’implanter au Canada. M. Tremblay a notamment mentionné les noms d’Aéropostale, Lucky Brand Jeans, Plato’s Closet, L.A. Fitness, Panera Bread, Fauchon, Hot Topic, Forever 21 et Michael Kors. Le hic, c’est que les centres commerciaux manquent d’espaces libres. «Les taux d’occupation n’ont jamais été aussi élevés qu’actuellement», a soutenu M. Tremblay. Seulement 3 ou 4% des espaces seraient libres, ce qui, forcément, ralenti les ardeurs de certains détaillants. Agrandissements difficiles Reprenant son chapeau de PDG d’Ivanhoé Cambridge, M. Tremblay a convenu que le manque d’espaces vacants dans les centres commerciaux traditionnels était un «défi». «L’expansion des centres commerciaux existants est pour nous une priorité, a-t-il fait savoir. On regarde des solutions très créatives qu’on n’aurait pas envisagées il y a 15 ans.» Les centres commerciaux doivent trouver des solutions originales car ils n’ont souvent pas l’espace pour agrandir. Afin de ne pas gruger dans les espaces de stationnement, ils envisagent souvent la construction en hauteur ou au-dessus de ces derniers. - M. Tremblay est le sixième Canadien à présider le conseil d’administration de l’ICSC, depuis sa fondation en 1957. - L’ICSC est la plus importante association de professionnels du domaine des centres commerciaux dans le monde, avec 66 000 membres de 92 pays.
  7. even La Caisse De Depot believes in Toronto (where's the mega Montreal project). "La Caisse présente un mégaprojet à Toronto La concurrence s'annonce rude entre les divers projets... (Photo fournie par Ivanhoe Cambridge) Agrandir La concurrence s'annonce rude entre les divers projets de tours de bureaux en cours au centre-ville de Toronto. Selon l'agence Bloomberg, quelque 10 millions de pieds carrés sont en ce moment en prélocation. PHOTO FOURNIE PAR IVANHOE CAMBRIDGE Ma Presse Ajouter à Ma Presse Ajouter PARTAGE La Presse Un projet immobilier de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui prévoit la construction de deux immeubles de 48 étages à Toronto, a franchi une nouvelle étape mardi matin. Ivanhoé Cambridge, filiale immobilière de la Caisse, a annoncé un partenariat majeur avec Metrolinx, l'agence de transport collectif du Grand Toronto. Les deux groupes s'allieront pour ériger deux gratte-ciel, des commerces et un « parc en hauteur » au-dessus d'une toute nouvelle gare d'autobus au 45, Bay Street, dans le coeur financier de la Ville Reine. « Notre projet sera emblématique pour Toronto, en misant sur une conception inspirée et une intégration intelligente des transports publics et des espaces verts », a déclaré Daniel Fournier, président du conseil et chef de la direction d'Ivanhoé Cambridge. Le groupe québécois attendra d'avoir trouvé des locataires de taille avant de lancer formellement le processus de construction. Aucun contrat majeur n'a encore été signé à ce jour, selon nos informations. Rude concurrence Il faut dire que la concurrence s'annonce rude entre les divers projets de tours de bureaux en cours au centre-ville de Toronto. Selon l'agence Bloomberg, quelque 10 millions de pieds carrés sont en ce moment en prélocation. C'est sans compter sept projets déjà en construction, qui totalisent 5,1 millions de pieds carrés et qui seront terminés d'ici 2017. La firme immobilière Avison Young prévoit que cette concurrence féroce fera grimper le taux d'inoccupation de 6,0% cette année à 10,5% en 2017. Un repli des loyers est envisagé. Ivanhoé Cambridge entend respecter des conditions de location «très rigoureuses» avant d'aller de l'avant avec ce projet, fait-on valoir. Le groupe est toutefois confiant, en raison de l'emplacement stratégique du terrain, juste à côté de l'Air Canada Center et de la gare ferroviaire Union Station, ce qui en fera un projet de type TOD (Transit-Oriented Development) attirant pour des locataires potentiels. « Les projets comme celui du 45-141 Bay Street sont un parfait exemple de ce qui peut arriver quand des partenaires s'entendent pour investir dans nos communautés », a fait remarquer Steven Del Duca, ministre des Transports de l'Ontario, dans un communiqué. « Nous sommes ravis de nous associer à Ivanhoé Cambridge pour construire à Toronto un nouveau terminus qui permettra de desservir le centre-ville en autobus et en train depuis un endroit centralisé, donc d'offrir plus de choix au chapitre des transports et une meilleure expérience pour les usagers, a pour sa part indiqué Robert Prichard, président du conseil de Metrolinx. Les deux tours prévues par Ivanhoé Cambridge totaliseront 2,7 millions de pieds carrés de bureaux de catégorie AAA, l'équivalent de trois fois le 1000, De La Gauchetière. Le groupe québécois les construira en partenariat avec son partenaire de longue date, Hines. La conception des plans a été confiée au cabinet d'architectes Wilkinson Eyre, de Londres, à l'issue d'un concours international de design. C'est la même firme qui a dessiné les célèbres tours Petronas, à Kuala Lumpur. Ivanhoé Cambridge détient des actifs de plus de 40 milliards de dollars sur plusieurs continents, ce qui en fait l'un des plus gros investisseurs immobiliers de la planète."
  8. Montreal, March 21st, 2012 - Ivanhoé Cambridge has selected Sid Lee Architecture, in collaboration with Sid Lee, to re-envision the Rockhill multi-residential complex, located in Montreal. "We are thrilled for the chance to work with Ivanhoé Cambridge Residential on the new Rockhill. This complex is part of Montreal's urban landscape and taking part in its revitalization is an honour for us," explains Jean Pelland, architect and senior partner. "This partnership with Ivanhoé Cambridge will allow Sid Lee Architecture to bring a fresh perspective to a building that has left its mark on Montreal." The idea is to breathe new life into the apartments and into this six-building complex, located at the foot of Mount Royal and 10 minutes from downtown Montreal. For Sylvain Fortier, president of the residential entity of Ivanhoé Cambridge, Sid Lee Architecture's approach really shines a spotlight on the Rockhill as a whole, with architecture being integrated not only into the infrastructure, but also the branding. Their ventures in residential real estate, urban development and retail are proof of their expertise and we believe that they are the best professionals for the project. In order to relive its glory days of the 1960s, the Rockhill, a multi-residential rental complex, will undergo a modernization, both architecturally speaking and in terms of branding, thanks to the teams at Sid Lee Architecture and Sid Lee. Due to its expertise in the fields of urban, architectural and interior design, Sid Lee Architecture was selected to re-envision the complex. The two teams will also be responsible for producing the strategy behind the new Rockhill, in line with Ivanhoé Cambridge Residential's vision of offering quality multi-residential housing in up-and-coming neighbourhoods boasting interesting perspectives. The Rockhill is located in Montreal's Côte-des-Neiges neighbourhood and comprises six rental buildings, over a thousand apartments and a small shopping mall. Built in the 1960s, it was Ivanhoé Cambridge's first multi-residential acquisition in Quebec. About Sid Lee Architecture – http://www.sidleearchitecture.com Founded in 2009 following the integration of architecture firm NOMADE (founded in 1999), Sid Lee Architecture is a partnership between seasoned architects and urban designers Jean Pelland and Martin Leblanc, and Sid Lee, a global commercial creativity company. Established in Montreal, with satellite offices in Amsterdam (Netherlands) and Paris (France), Sid Lee Architecture boasts a team of 25 architects, technicians, designers, managers and support personnel. This multidisciplinary team enjoys a solid reputation, having successfully carried out many large-scale projects. Sharing common views on interior design, brand strategy, urban approach, and the role of context, the Sid Lee Architecture team has had the opportunity to put its knowledge and expertise to work, successfully completing a wide range of multidisciplinary projects. About Sid Lee – http://www.sidlee.com We are a multidisciplinary creative team of 600 artisans of many persuasions. We work globally for top-tier clients from our Montréal, Amsterdam, Paris, Toronto and Austin ateliers. We are people passionate about embedding brands, products, spaces and services with meaning and resonance. Find us on Facebook: http://www.facebook.com/meetsidlee Follow us on Twitter: http://www.twitter.com/sidlee Credits Client: Ivanhoé-Cambridge Architecture: Sid Lee Architecture Branding: Sid Lee Interviews available upon request
  9. ANDRÉ DUBUC La Presse Bien qu'elle ait fêté ses 50 ans l'an dernier, la Place Ville-Marie (PVM) demeure une adresse recherchée pour tout locataire d'envergure à Montréal, selon un vétéran de l'industrie du courtage immobilier. «La Place Ville-Marie, c'est un des édifices extraordinaires dans tout le Canada, dit Stephen Léopold, président et fondateur de Léopold Montréal immobilier. C'est une adresse internationale. C'est l'adresse internationale à Montréal, comme le Rockfeller Center l'est à New York.» On a appris, au début de la semaine, que le copropriétaire de la Place Ville-Marie AIMCO, caisse de retraite de l'Alberta, souhaitait se départir de la participation de 50% qu'elle possède dans la tour cruciforme. La Caisse de dépôt et placement du Québec, par l'entremise de sa filiale immobilière Ivanhoé Cambridge, détient l'autre tranche de 50%. Dans ce genre de partenariat immobilier, il est fréquent qu'un droit de premier refus soit accordé au partenaire en cas de vente. Ivanhoé Cambridge n'a pas voulu confirmer si c'était le cas. Le statut de la Place Ville-Marie dans le marché des adresses de bureaux de prestige est menacé avec la construction de tours arborant des certifications écoénergétiques comme LEED. «À New York, les quatre édifices qui se louent parmi les plus chers ont plus d'un demi-siècle en âge», fait remarquer M. Léopold, qui a travaillé longtemps dans la Grosse Pomme. Il nomme les GM Building, 9 West 57th, le Seagram Building et le Lever House. «Est-ce que ces édifices sont les plus modernes? Au contraire, répond-il. Parfois, il existe des attributs qui méritent d'être conservés, comme le système de lumières du Seagram Building, construit en 1958. C'est un édifice classé historique.» «Pourquoi ces édifices commandent-ils des loyers parmi les plus élevés de New York? Parce qu'ils parlent de New York. La Place Ville-Marie vieillit, tout comme le Rockfeller Center qui a été construit en 1932.» Quoi qu'il en soit, entre le patrimoine et la modernité, les comptables Deloitte ont choisi la seconde et déménageront dans la nouvelle tour de bureaux de Cadillac Fairview, à proximité de l'amphithéâtre du Canadien. De son côté, le transporteur ferroviaire Via a choisi de rester au 3, Place Ville-Marie, en renouvelant son bail en janvier 2013. Selon un rapport de marché de l'agence de courtage Colliers, PVM n'a pas encore trouvé de remplaçant pour Deloitte et doit en plus relouer les locaux que la Banque Royale prévoit libérer au quatrième trimestre. Par ailleurs, la Caisse continue ses achats dans les immeubles locatifs. Avec des partenaires, elle a acquis 8000 logements dans 27 immeubles, un portefeuille de 1,5 milliard de dollars. Elle a aussi vendu quatre hôtels à Paris, conformément à sa politique de se retirer du secteur hôtelier, à l'exception de quelques établissements à Montréal et à Québec. L'édifice Sun Life, 1155, rue Metcalfe Place Ville-Marie, 1-5, Place Ville-Marie Le 1000 de la Gauchetière, 1000, rue De La Gauchetière Ouest L'édifice de la Caisse de dépôt, le 1000, place Jean-Paul Riopelle La galerie marchande de la Place Montréal Trust, 1500, avenue McGill College Centre de commerce mondial Le complexe Les Ailes de la Mode L'hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth
  10. http://www.montrealgazette.com/business/Saputo+cent+stake+Life+building+reports/10195809/story.html Ivanhoe Cambridge, the real-estate arm of the Caisse de dépôt et placement du Québec, apparently has found a buyer for the 50 per cent stake in the Sun Life building that it put on the market earlier this year. Published reports Thursday identified the buyers as Montreal’s Saputo family and partners, and the transaction price at $140 million. The Caisse’s real-estate division reportedly acquired its stake for $64 million. Ivanhoe Cambridge has shared ownership of the Metcalfe St. building with insurer Sun Life since 2000. © Copyright © The Montreal Gazette
  11. http://montrealgazette.com/business/local-business/real-estate/ivanhoe-cambridge-projects-7-to-8-per-cent-annual-growth-for-next-10-years?__lsa=6c98-6ac0 sent via Tapatalk
  12. Read more: http://www.montrealgazette.com/business/Caisse+bullish+France+despite+volatility/6602189/story.html#ixzz1uZiA0Nbr
  13. Grosse transaction dans le monde immobilier via LaPresse : Publié le 26 août 2014 à 16h01 | Mis à jour à 17h06 Cominar achète un portefeuille de 15 immeubles d'Ivanhoé Cambridge La Presse Canadienne Le Fonds de placement immobilier Cominar a annoncé mardi l'acquisition d'un portefeuille de 15 immeubles auprès d'Ivanhoé Cambridge pour un montant de 1,527 milliard $, ce qui fera bondir la valeur de ses actifs de 25 pour cent, à plus de 8 milliards $. En incluant les intérêts des partenaires de la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec dans deux immeubles, la transaction est évaluée à près de 1,63 milliard $ pour Cominar (T.CUF.UN). La transaction comprend 11 centres commerciaux, trois immeubles de bureaux et un immeuble industriel, situés au Québec et en Ontario. Le Mail Champlain (Brossard), le Centropolis (Laval), le Rockland (Ville Mont-Royal), les Galeries Rive-Nord (Repentigny), Les Rivières (Trois-Rivières), le Carrefour Rimouski, le Centre commercial Rivière-du-Loup, le Carrefour Saint-Georges, les Galeries de Hull et le Carrefour Frontenac (Thetford Mines) passeront notamment entre les mains du fonds de placement immobilier établi à Québec. Les quelque 120 employés d'Ivanhoé Cambridge dans les propriétés incluses dans la transaction seront transférés au sein de la structure de Cominar. Le président et chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire, a souligné que cette acquisition était «complémentaire» au portefeuille d'immeubles commerciaux actuellement détenus par la société. Pour financer la transaction, Cominar a notamment émis 500 millions $ en nouvelles parts, dont une tranche de 250 millions $ achetée par Ivanhoé Cambridge, qui devient ainsi son plus important détenteur de parts, avec 8,5 pour cent. En date du 31 décembre dernier, les actifs d'Ivanhoé Cambridge - répartis principalement au Canada, aux États-Unis, en Europe, au Brésil ainsi qu'en Asie - totalisaient plus de 40 milliards $. De son côté, Cominar se présente comme le troisième fonds de placement immobilier diversifié ainsi que le plus important propriétaire d'immeubles commerciaux au Québec. Son portefeuille est actuellement constitué de 526 immeubles.
  14. Publié le 14 août 2013 à 08h26 | Mis à jour à 08h26 http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201308/14/01-4679708-la-caisse-investit-400-millions-dans-place-ville-marie.php Ivanhoé Cambridge, filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec, fera l'acquisition de la participation de 50% de certains clients de la société Alberta Investment Management Corporation (AIMCo) dans Place Ville Marie. Cette transaction, soumise à l'approbation du Bureau de la concurrence, est évaluée à plus de 400 millions. Ivanhoé Cambridge a dit prévoir d'importants investissements pour relancer l'immeuble. ---- Hmmm, peut-être un nettoyage ou recladding à l'horizon??
  15. Ivanhoé Cambridge annonce un investissement de 30 millions $ pour la construction d'un immeuble de bureaux de classe A de six étages sur le site de Centropolis, au cœur du centre-ville de Laval. La venue du 3055 Saint-Martin Ouest s'inscrit dans le processus de développement du concept de Centropolis, un prestigieux parc immobilier à ciel ouvert qui recrée un esprit de quartier dans un environnement de style urbain alliant plaisir et travail. La mise en chantier du 3055 Saint-Martin Ouest est prévue pour cet automne et sa livraison est fixée à 2014. Objectif : LEED CS Argent Le 3055 Saint-Martin Ouest sera construit selon les normes de construction les plus élevées de l'industrie et visera la certification LEED-CS Argent, permettant d'approcher les sociétes ayant de hauts standards de responsabilité sociale. Faits saillants du projet 7 étages dont 5 étages de bureaux, un étage de commerces et un sous-sol ; Superficie de plancher d'environ 19 000 pi ca dont environ 117 000 pi ca de bureaux et 17 800 pi ca d’espace de commerces ; Hauteur libre des bureaux : 9 pieds ; Environ 50 places de stationnement intérieur et ajout d’environ 200 places sur le site ; Bâtiment entièrement conçu en mur-rideau ; Un bassin de rétention des eaux pluviales ; Marquises végétalisées ; Toiture principale blanche diminuant ainsi les impacts sur le réchauffement climatique. Source : Ivanhoé Cambridge