Search the Community

Showing results for tags 'cae'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 21 results

  1. CAE wins military training contracts The Gazette Published: 32 minutes ago Montreal flight simulator builder CAE Inc. said today it has won a series of military training contracts worth up to $106 million and including $71 million in firm orders. The contracts are with Canada's Department of National Defence, L-3 Communications of the U.S., the U.S. Navy, Eurofighter Simulation Systems and contractor C2 Technologies. CAE said it sees strong opportunities ahead in the global military market- normally more stable than the civil aviation sector. CAE also said earnings for the first quarter ended June 30 rose 19 per cent to $46.1 million or 18 cents a share from $38.7 million or 15 cents a share a year earlier, because of strong Asian and European civil aircraft training business and rising military orders. Revenue climbed 9.4 per cent to $392 million.
  2. Le fabricant de simulateurs de vol annonce ce matin qu'il a trouvé preneur pour cinq de ses unités dans le monde. Pour en lire plus...
  3. Alors qu'il s'apprête à affronter un vent de face, le constructeur de simulateurs de vol CAE fait preuve d'un optimisme prudent. Pour en lire plus...
  4. J'ai compilé une liste des compagnies avec les plus grosses capitalisations boursières établies à Montréal. Sans rentrer dans les technicalités de l'établissement des sièges sociaux, j'ai tenu compte d'une présence importante dans la grande région de Montréal. BCE - 58.85 G$ Power Corporation - 39 G$ Alimentation Couche-Tard - 34.38G$ Banque National - 19.11G$ Saputo - 18G$ CGI Group - 17.1 G$ Dollarama - 11.45G$ Metro - 9.4G$ SNC Lavallin - 8 G$ CAE 5.4 G$ Valeant Pharmaceuticals International (VRX): 5.09 (Laval) Bombardier - 4.96 G$ Quebecor - 4.92G$ WSP Global Inc (WSP): 4.80 Air Canada - 3.82 G$ Jean Coutu - 3.76 G$ Amaya Inc (AYA): 3.26 TFI International Inc (TFII): 2.88 Stella-Jones Inc (SJ): 2.70 Cogeco - 2.4G$ Banque Laurentienne - 2G$ Transcontinental - 1.93 G$ Richelieu Hardware Ltd. (RCH): 1.58 Innergex Renewable Energy Inc (INE): 1.57 (Longueuil) Osisko gold royalties Ltd (OR): 1.55 ProMetic Life Sciences Inc (PLI): 1.50 (Laval) Uni Select Inc (UNS): 1.49 (Boucherville) Knight Therapeutics Inc (GUD): 1.48 (Westmount) Aimia Inc (AIM): 1.38 Semafo Inc (SMF): 1.27 Dorel - 1.04 G$ MTY Food Group - 1G$
  5. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2013/03/12/001-cae-contrats-formation.shtml
  6. CAE investira 714 millions en R&D Mise à jour le mardi 31 mars 2009, 11 h 56 . Le fabricant de simulateurs de vol CAE investira jusqu'à 714 millions de dollars dans le Projet Falcon au cours des 5 prochaines années. Le Projet Falcon est un programme de recherche et développement visant à transposer les technologies de simulation à d'autres secteurs de l'aéronautique que la formation, comme l'analyse et les opérations. « Ce nouveau Projet Falcon nous permettra de continuer à diversifier les activités de CAE en tirant parti de ses technologies principales dans les marchés adjacents [...] - Le président de CAE, Rober E. Brown » Le gouvernement canadien investira jusqu'à 250 millions de dollars dans le projet, une somme qui est remboursable par l'entreprise située dans l'arrondissement Saint-Laurent de Montréal. Le programme créera et permettra de conserver quelque 1000 emplois. « L'innovation est essentielle pour permettre à CAE de conserver sa position de chef de file dans les domaines de la modélisation, de la simulation et de la formation », a déclaré le président et chef de la direction de CAE, Robert E. Brown. « Nous continuerons donc à investir en R. D., même en ces temps difficiles. ». CAE précise qu'elle continuera à former des partenariats avec les universités et les principaux organismes de recherche au Canada de même qu'avec les fournisseurs de partout au pays. CAE est un leader dans le domaine des technologies de simulation de vol et de formation destinées à l'aviation civile et aux forces de défense de nombreux pays. Elle génère des revenus annuels de plus de 1,4 milliard de dollars canadiens et compte environ 7000 employés répartis dans plus de 75 sites situés dans 20 pays.
  7. La marge de profit a augmenté dans l'ensemble malgré l'impact négatif de l'effet du taux de change. Pour en lire plus...
  8. Le fabricant de simulateurs de vol annonce mardi matin qu'il a récemment remporté une série de contrats militaires pour des revenus dépassant 55 M$. Pour en lire plus...
  9. Le fabricant de simulateurs annonce que les profits de son deuxième trimestre ont progressé de 25% à 48,7 M$. Pour en lire plus...
  10. Le fabricant de simulateurs de vol et fournisseur de services connexes livrera cinq simulateurs de vol à des clients comme Aeroflot Russian Airlines. Pour en lire plus...
  11. Ottawa refuse d'intervenir en faveur du Québec Photo: AFP/Jack PRITCHARD/CROWN COPYRIGHT Un C-130J Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a clairement laissé entendre, mardi, qu'il refusait de garantir au Québec, où se trouve près de 60 % de l'industrie aéronautique canadienne, sa juste part des retombées économiques des gros contrats militaires qu'il signera sous peu. En effet, lors d'une entrevue au quotidien Le Devoir, le ministre fédéral de l'Industrie, Maxime Bernier, a affirmé que les firmes québécoises n'ont pas à attendre une garantie quelconque d'Ottawa quant aux retombées des contrats. Pour le ministre conservateur, les contrats qu'Ottawa passera avec les constructeurs américains Boeing et Lockheed-Martin sont des contrats privés et « la politique de ce gouvernement est de ne pas intervenir dans les contrats privés. » Au Québec, toutefois, plusieurs politiciens se demandent comment il est possible de considérer comme « privés » des contrats payés avec les deniers publics. « On achète ces avions avec l'argent des citoyens, notre argent. C'est la moindre des choses de respecter la répartition régionale de l'industrie et de donner au Québec 60 % des retombées économiques », a soutenu au Devoir le porte-parole bloquiste en matière d'industrie, Paul Crête. Tout aussi ulcéré par le laisser-faire économique d'Ottawa dans ce dossier, le porte-parole de l'opposition libérale en matière de Défense, le député Denis Coderre, a estimé que l'« on abdique notre souveraineté », ajoutant au Devoir que « faire confiance à des compagnies étrangères, ce n'est pas une politique industrielle, c'est une politique de franchisé. » Plus tôt cette semaine, le quotidien The Globe and Mail laissait entendre que le gouvernement Harper serait sur le point de revenir sur une décision controversée de confier aux firmes américaines Boeing et Lockheed-Martin la formation des pilotes des futurs Chinooks et Hercules canadiens. En effet, selon ce que rapportait le quotidien, Ottawa pourrait lancer sous peu un appel d'offres unique pour la formation sur les deux appareils. Cet appel d'offres, ouvrant la porte à un lucratif contrat de plusieurs dizaines de millions de dollars, favoriserait, toujours selon le Globe and Mail, la firme montréalaise CAE. Un simulateur de vol de CAE (archives) Le président de CAE, Robert Brown, s'est d'ailleurs montré catégorique lors d'une entrevue récente au Journal de Montréal: sa firme se doit d'avoir sa juste part des retombées des récents achats militaires canadiens. « C'est à notre tour, on est Canadiens et le gouvernement canadien ne peut pas ignorer la principale entreprise canadienne dans le secteur militaire quand vient le temps d'assurer les retombées industrielles de tels contrats », a expliqué M. Brown.
  12. Contrat fédéral de 600 M$ à CAE Le mandat serait confié à CAE dès le mois prochain. Photo: Bloomberg La montréalaise CAE est sur le point de décrocher un contrat de 600 millions de dollars du gouvernement fédéral pour la formation de pilotes d'avions et d'hélicoptères de la Défense nationale. En 2006, le gouvernement s'apprêtait à confier la formation à deux entreprises américaines, Lockheed-Martin et Boeing. Cependant, tôt en 2007, Ottawa annonçait que le contrat de formation dans le cadre de l'achat pour 10 milliards $ de nouveaux appareils pour la Défense ne serait octroyé qu'à une seule entreprise, rapporte le Globe and Mail. Le mandat serait confié à CAE dès le mois prochain, d'écrire le journal, afin d'enseigner aux pilotes des nouveaux avions Hercules et des nouveaux hélicoptères Chinook. CAE, qui célèbre son 60e anniversaire cette année, est connue pour son travail dans le domaine des technologies de simulation et de modélisation et dans celui des solutions intégrées de formation destinées à l'aviation civile et aux forces de défense. Environ 6000 personnes travaillent dins ses 75 installations réparties dans 20 pays. L'an dernier, une porte-parole de CAE, Nathalie Bourque, avait nié que l'entreprise avait appliqué un intense lobby afin que le contrat de formation ne soit accordé qu'à une seule entreprise plutôt qu'à deux. Toutefois, le Globe and Mail dit avoir obtenu des documents en vertu de la Loi d'accès à l'information qui démontreraient que CAE a soumis par écrit au gouvernement, en deuxième moitié d'année 2006, une propositio~ en ce sens. La multinationale montréalaise aurait promis qu'un regroupement de la formation serait plus efficace et moins dispendieux. CAE prétendait aussi que les militaires canadiens seraient ainsi formés au Canada par des Canadiens et que l'expertise de formation acquise par l'entreprise pourrait ultérieurement être exportée. http://www.lesaffaires.com/article/0/aeronautique-et-aerospatial/2008-04-09/475602/contrat-federal-de-600-mdollars-a-cae.fr.html
  13. Le gouvernement fédéral commande à la montréalaise CAE des simulateurs de vol pour un nouvel appareil de transport des Forces canadiennes. Pour en lire plus...
  14. CAE élimine 600 emplois à Montréal PAR DENIS LALONDE 14 mai 2009 09:58 Le fabricant de simulateurs de vols CAE supprime 700 emplois à travers le monde dans son secteur civil, dont 600 à Montréal, afin de «raffiner sa structure organisationnelle pour créer une organisation allégée». De ce nombre, 380 emplois seront supprimés au cours des prochaines semaines et le reste suivra à l’automne. Les suppressions incluent également 70 postes de gestion puisque la société a décidé de consolider la direction de ses deux secteurs civils. CAE explique que son secteur militaire n’a jamais été aussi fort, mais prévoit que les commandes civiles diminueront dans le contexte actuel, ce qui la force à supprimer environ 10% de sa main-d’oeuvre. CAE compte 7000 employés. La direction de l’entreprise estime que la restructuration entraînera une charge d’environ 34 millions de dollars, inscrite au 1er trimestre de son exercice 2010 (en cours). De plus, afin de réduire ses coûts, CAE décrète un gel des salaires pour sa direction et la plupart de ses employés. Tout le personnel devra également prendre cinq journées de congé sans solde avant la fin de l’exercice en cours. Des mesures d’incitation à la retraite anticipée et pour limiter le temps supplémentaire ont également été mises en place. «Ces initiatives nous permettront de contrebalancer en grande partie le coût de la restructuration au cours de cet exercice et nous prévoyons des économies récurrentes annualisées d'environ 15 millions de dollars à plus long terme», révèle CAE dans un communiqué. «Nous avons une base bien diversifiée et une structure financière solide, et maintenant nous avons un plan pour gérer le ralentissement tout en continuant à fournir de la valeur à nos actionnaires. Notre restructuration nous positionnera pour tirer profit de l'éventuelle reprise dans le marché civil et ressortir encore plus fort lorsque le marché se redressera», a déclaré le président et chef de la direction de CAE, Robert Brown. Résultats financiers Même si elle appréhende une baisse de la demande pour ses simulateurs de vol civils, CAE a tout de même vu son bénéfice net augmenter considérablement au 4e trimestre de son exercice 2009 terminé le 31 mars. L’entreprise a réalisé un bénéfice net de 51,3 millions de dollars (20 cents par action), lui qui était de 35,6 millions de dollars (14 cents par action) à la période correspondante il y a un an. Les résultats de l’an dernier incluaient toutefois une perte nette de 11,4 millions de dollars liée aux activités abandonnées, sans quoi le bénéfice net aurait été de 47 millions de dollars (19 cents par action). Les revenus de CAE ont totalisé 438,8 millions de dollars, en hausse de près de 20% sur ceux de 366,6 millions de dollars dévoilés l’an dernier. Pour l’ensemble de l’exercice, la société basée à Montréal a enregistré un bénéfice net de 199,4 millions de dollars, en hausse de 31% sur celui de 152,7 millions de dollars déclaré il y a un an. Les revenus ont grimpé de 17% à 1,66 milliard de dollars, eux qui étaient de 1,43 milliard de dollars l’an dernier. Le carnet de commandes consolidé affichait une valeur de 3,2 milliards de dollars à la fin de l'exercice, comparativement à 2,9 milliards de dollars à la clôture de l'exercice précédent.
  15. Le fournisseur de simulateurs de vol et de services de formation CAE (TSX:CAE) a annoncé mercredi qu'il avait décroché des contrats d'une valeur totale de 54 millions $ auprès de compagnies aériennes. Pour en lire plus...
  16. CAE récolte 128 M$ de contrats à Farnborough 15 juillet 2008 - 08h32 LaPresseAffaires.com Michel Munger Etihad Airways, British Airways, Bombardier (BBD.B) et Embraer ont quelque chose en commun. Les quatre entreprises viennent de commander des simulateurs de vol de CAE (CAE). La compagnie montréalaise indique au Salon de Farnborough mardi qu'elle a aussi signé une prolongation de contrat de 78 M$ en Australie. CAE annonce dans un premier temps que les commandes pour quatre simulateurs et dispositifs de formation ont une valeur de plus de 50 M$ aux prix catalogue. Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, arrête son choix sur un simulateur de Boeing 777-300ER et un dispositif intégré d'entraînement aux procédures CAE SimfinityMC. L'appareil sera livré en 2009. Le transporteur britannique British Airways commande pour sa part un simulateur d'Airbus A320, avec une livraison prévue au printemps 2009. C'est la première commande de British Airways auprès de CAE depuis l'an 2000. Bombardier, elle, achète un simulateur d'avion d'affaires Global Express. L'appareil qui doit être livré l'an prochain sera le premier à être doté du nouveau poste de pilotage Global Vision de Bombardier. Aussi, l'avionneur brésilien Embraer commande un simulateur d'Embraer 170/190 qui doit servir à la formation de ses exploitants d'avions d'affaires E-jets en Europe. La livraison est prévue pour le début de l'année 2009. Prolongation de contrat en Australie Deuxièmement, CAE annonce qu'elle obtient une prolongation de contrat de cinq ans pour 78 M$ des Forces de défense australiennes (MSAAS). L'entente de gestion et de soutien des simulateurs aéronautiques des Forces de défense avait au départ une durée de 10 ans, soit pour la période 2003-2013. Elle est donc prolongée jusqu'en 2018. Sa portée est aussi élargie pour inclure deux simulateurs d'entraînement au vol et aux missions MRH90. Dans le cadre de ce contrat, CAE fournit notamment des solutions de soutien à la formation aux simulateurs S-70B Seahawk et Sea King à la base HMAS Albatross, au simulateur S-70A Black Hawk au champ d'aviation de l'Armée à Oakey et aux simulateurs C-130H/J à la base de la RAAF à Richmond. CAE conçoit aussi un simulateur pour l'aéronef multirôle de ravitaillement en vol et de transport A330 de la RAAF, en plus d'être le maître d'œuvre pour deux appareils MRH90. «Il s'agit d'un important contrat pour CAE en Australie et nous sommes heureux de poursuivre notre relation de longue date avec les Forces de défense à titre de fournisseur de services de formation et de soutien pour les simulateurs d'entraînement au vol et aux missions de haute fidélité», déclare Alan Johnson, directeur général de CAE Australie. L'action de la compagnie québécoise a clôturé à10,10 $ lundi à la Bourse de Toronto.
  17. CAE remporte 60 M$ de contrats 13 janvier 2009 - 08h30 LaPresseAffaires.com Michel Munger Le fabricant de simulateurs CAE (CAE) annonce ce matin qu'il remporte 60 M$ de contrats auprès de clients pour livrer cinq unités et des dispositifs de formation. Ainsi, la compagnie établie à Montréal refile une série complète de produits de simulation Boeing 737NG au transporteur états-unien Continental Airlines. Cela comprend deux simulateurs CAE 7000 et un entraîneur de vol. Tout cela sera livré cette année. «Étant donné que nous ajoutons plus d'appareils Boeing 737NG à notre flotte, nous devons nous doter des simulateurs les plus fiables et de la plus haute qualité qui soit pour notre programme de formation des pilotes», dit Fred Abbott, vice-président des activités aériennes de Continental. Air China (la compagnie aérienne nationale chinoise) ainsi que Shandong Airlines se sont alliées pour commander trois simulateurs. Ces unités de série 7000 reproduisent le comportement en vol de deux Boeing 737-800 et d'un Airbus A320. Les trois appareils seront livrés en 2010. Ils seront dotés du système de mouvement électrique CAE True et de la solution visuelle CAE de nouvelle génération. «Nous sommes heureux que des compagnies aériennes du monde entier continuent de faire confiance au matériel de simulation de haute fidélité de CAE pour le soutien de leurs programmes de formation des pilotes», déclare Marc Parent, chef de l'exploitation de CAE. Le titre de CAE a clôturé à 7,62 $ à la Bourse de Toronto.
  18. Another day another poor article about our fair city. Montreal: the jobless capital of Canada Posted on 8/13/2015 10:56:00 PM by Andrew Brennan Inside CAE, which announced Wednesday it was cutting nearly 300 jobs from its flight-simulator facility. Montreal is the jobless capital of Canada, according to Statistics Canada figures. PHOTO: CTV MONTREAL Montreal was once Canada's commercial capital and is considered by many to be its cultural capital—but according to new Stats Can figures it is definitely the unemployment capital of Canada. The latest figures from Statistics Canada puts the jobless rate for metropolitan Montreal at 8.9 per cent, starkly higher than the national average of 6.8 per cent. Some attribute this to taxes. "In Montreal business tax rates are four times what you have in the residential sector, it's one of the highest in Quebec," Senior Vice-President of the Canadian Federation of Independent Business Martine Hébert told CTV News. Others point to demographics, with a metro population growing faster than the jobs can be created. "We want to reverse a little bit the mood right now that is more austerity to prosperity because we need to create an environment where people will feel that it's time to invest," President of Quebec's Council of Employers Yves-Thomas Dorval admitted. The council has other good news. According to the QCE, Quebec has actually created about 40,000 net jobs since the Couillard Liberals were elected. Over 20,000 jobs were created in Quebec last month, but high-paying careers such as in aerospace and engineering are still seeing huge layoffs. On Wednesday, CAE announced it was eliminating nearly 300 jobs from its flight-simulator facility. Other aerospace companies, like Bell Helicopter and Bombardier, have also laid off hundreds of Montreal workers in 2015.
  19. CAE on deck for $500-million defence program By David Pugliese , Canwest News ServiceFebruary 13, 2009 11:02 AM Prime Minister Stephen Harper will be in Montreal Friday where he is expected to announce a new aerospace training facility that will provide work to CAE and other high-tech firms in Canada. The contract to CAE and its partners, which could over time be worth up to $500 million, arrives at a time when the Harper government needs to be seen to provide work and create jobs for Canadians during the recession. Last year, the government selected CAE as the winner of a Defence Department program known as the Operational Training Systems Provider or OTSP. But the actual awarding of the contract was delayed, at first by the election and then by other political developments. OTSP will see the creation of aerospace training facilities to teach Canadian Forces aircrews how to fly new transport planes and helicopters, as well as aircraft to be bought in the future for search and rescue. It is unclear at this point how many new aerospace jobs will be created. Montreal-based CAE, one of the world’s largest aviation simulation firms, had been deemed by the federal government as the only qualified bidder for the program. Defence officials privately say the OTSP program, which will include new training facilities and simulators at different locations in the country, will provide the air force with a common infrastructure for teaching crews on a number of aircraft. The project would run over the next 20 years and include training on new C-130J transport aircraft and other planes that will be purchased in the future. The final value of the deal will depend on how much training for various aircraft fleets will be eventually be included. The initial deal for CAE will focus on the C-130J aircraft and is expected to be worth around $250 million. The CAE team that will work on the project includes Xwave Defence and Aerospace in Ottawa; MacDonald Dettwiler of Richmond, B.C.; NGRAIN of Vancouver; Atlantis Systems International of Brampton, Ont.; Bombardier of St-Laurent, Que., and: Simgraph of Laval, Que. The announcement is seen by the Tories as a good news story as the Harper government has faced criticism from domestic aerospace and defence firms for not spending enough money in Canada. The government has earmarked more than $8 billion for new aircraft purchased from U.S. firms but Canadian companies have complained they have seen little work from those projects. On Thursday, parliamentarians were also calling for stricter oversight on how the Defence Department spends tax dollars after yet another internal audit found a lack of management oversight on a major equipment support project. The Ottawa Citizen reported that Defence Department auditors concluded the government has no idea whether it is getting value for money from a Canadian Forces communications project worth more than $290 million because it is not enforcing the terms of the contract. Defence Minister Peter MacKay found himself answering questions in the Commons from both the NDP and Liberal parties about ongoing problems with military procurement and the growing secrecy over such troubled deals. But according to MacKay the department has strict review policies already in place. “The procurement process is accountable and is transparent,” he noted. But Liberal defence critic Denis Coderre pointed out that previous audits had raised concerns about multi-billion dollar equipment purchases. “Clearly there needs to be big changes made on how this department can be made more accountable and responsible,” added NDP defence critic Dawn Black. “They spend billions and billions of dollars and Canadians have a right to know about what is going on.”
  20. 250 emplois offerts chez CAE * Presse Canadienne, * 21 novembre 2008 Le fabricant canadien de simulateurs de vols CAE veut engager 250 ingénieurs, techniciens et travailleurs qualifiés dans la région de Montréal, malgré le ralentissement économique qui trouble présentement les compagnies aériennes. Le fabricant canadien de simulateurs de vols CAE veut engager 250 ingénieurs, techniciens et travailleurs qualifiés dans la région de Montréal, malgré le ralentissement économique qui trouble présentement les compagnies aériennes. La compagnie, dont le siège social est situé à Montréal, sera l'hôte d'une journée d'orientation mercredi prochain à son centre de formation. La plupart des personnes embauchées occuperont des postes existants. CAE, qui fournit des formations devant servir à des applications civiles et de défense, emploie environ 7000 personnes dans plus de 75 sites de fabrication et de formation répartis dans 20 pays. Le siège social de Montréal compte 3300 employés et 200 autres salariés travaillent principalement à Mirabel sur son programme consacré aux appareils F-18. La compagnie recherche à la fois des nouveaux diplômés et des travailleurs plus expérimentés. Les postulants devront tous obtenir une attestation de sécurité. Le Québec compte pour près de 60 pour cent de l'activité aérospatiale au Canada et le pays se classe sixième au monde derrière les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et le Japon. L'action de CAE a perdu 48 cents ou 7,19 pour cent à la Bourse de Toronto, jeudi, et a terminé la journée à 6,20 $.
  21. La compagnie montréalaise refile cinq simulateurs et autres produits de simulation à Continental Airlines, Air China et Shandong Airlines. Pour en lire plus...