Search the Community

Showing results for tags 'cadres'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 21 results

  1. j'etais sur le site linkedin, and je regardai la liste des VP, Directeur et Cadres de la societe. Je dirais a peut pres 80-90% des cadres sont baser a Toronto. https://ca.linkedin.com/job/molson-coors-canada/jobs/?sort=relevance&page_num=2&trk=jserp_pagination_2 Un autre "faux" siege sociale a Montreal et au Quebec. Et surtout que cette societe etait creer pour la famille Montrealaise Molson - avec une tradition tres "Montreal". Sad state of affairs. Bell, Molson Coors - fake headquarters in Montreal
  2. Après avoir complété son processus de restructuration, le constructeur General Motors présente un nouveau visage qu'il promet axé sur le client, et annonce la suppression de 450 postes de cadres. Pour en lire plus...
  3. Ils ont dû régler une procédure ouverte par des actionnaires protestant contre la pratique du groupe informatique d'accorder à ses dirigeants des stocks-options antidatées. Pour en lire plus...
  4. Les deux démissionnaires sont le président du conseil et chef de la direction, Derek Nice, et celle de son chef du service des finances, Roland Blais. Pour en lire plus...
  5. L'équipementier en télécoms Alcatel-Lucent a annoncé vendredi un vaste programme d'économies pour faire face au ralentissement du marché. Pour en lire plus...
  6. Les salaires, source d'inquiétude pour les entrepreneurs 7 septembre 2007 | Presse Canadienne, De nombreux employeurs canadiens indiquent que maintenir leurs salaires à un niveau concurrentiel s'avère problématique et qu'ils envisagent des solutions plus rentables pour attirer et retenir leurs employés. Pour en savoir plus Salaires Article connexe C'est l'un des faits saillants de la 29e enquête annuelle sur les augmentations de salaire au Canada menée par Hewitt & Associés. La recherche précise que les solutions de rechange aux augmentations prodigieuses des salaires de base comprennent des stratégies de rémunération au rendement, ainsi que des démarches pour s'assurer que les employés connaissent la valeur réelle de l'ensemble des éléments inclus dans leur programme de rémunération, notamment les avantages sociaux. A l'heure actuelle, 80 pour cent des organisations offrent des programmes de rémunération variable. D'autre part, Hewitt & Associés rapporte qu'à l'échelle du Canada, les organisations projettent des augmentations au salaire de base de 3,8 pour cent en 2008. En moyenne, le salaire de base a augmenté de ce même pourcentage cette année, comparativement à 3,6 pour cent en 2006. Ces données reflètent les augmentations salariales réelles et prévues aux Etats-Unis, selon l'étude. Pratiquement aucune organisation canadienne n'a appliqué de gel salarial en 2007, et aucune ne prévoit cette mesure en 2008. En 2007, les taux des augmentations salariales ont varié de 3,7 pour cent à Vancouver, à 3,4 pour cent à Montréal et à 3,3 pour cent à Toronto. Cette année, les augmentations salariales moyennes consenties dans l'ensemble des industries ont varié de 3,2 pour cent pour les employés syndiqués à 4,1 pour cent pour les cadres. Les augmentations projetées pour 2008 s'échelonnent de 3,1 pour cent pour les employés syndiqués à 4 pour cent pour les cadres. Les hausses salariales les plus marquées ont été relevées dans le secteur de l'énergie, de 6,3 pour cent, en moyenne. Le secteur public, la construction et l'ingénierie et l'aérospatiale ont aussi affiché des augmentations supérieures à la moyenne canadienne. Les industries où l'on prévoit les augmentations de salaire les plus faibles en 2008 comprennent l'automobile, l'hôtellerie et la restauration, l'imprimerie, les produits forestiers et celle des papetiers et de l'emballage.
  7. Ces cadres ont souvent un important rôle à jouer quand une organisation vit des changements. Pour en lire plus...
  8. La question de l'unilinguisme anglais dans les institutions francophones ne touche pas que la Caisse de dépôt et placement. Un autre fleuron du Québec inc., la Banque Nationale, a aussi des défis à ce sujet. Depuis 2007, le premier vice-président des technologies de l'information de l'institution est John B. Cieslak et il ne parle pas français. Par conséquent, tous les documents relatifs aux technologies de l'information qui lui sont transmis doivent être rédigés en anglais, selon nos informations. De plus, les informaticiens internes et les consultants externes qui travaillent sur des projets de M. Cieslak doivent avoir une très bonne maîtrise de l'anglais, sans quoi ils sont affectés à d'autres fonctions, nous dit-on. Le porte-parole de la Banque Nationale, Claude Breton, confirme que M. Cieslak parle seulement anglais. Mais il soutient que son cas est une exception. «La Banque Nationale est une institution où ça se passe en français partout: aux ressources humaines, sur le terrain, dans les unités d'affaires, dans les succursales», dit-il. L'institution de charte fédérale n'est pas assujettie à la loi 101, mais elle «suit la Charte de la langue française de [son] propre chef pour ce qui est de la langue de travail», dit M. Breton. Les cadres compétents et d'expérience dans le secteur des technologies de l'information sont rares, d'autant plus lorsqu'ils doivent aussi connaître le milieu financier, explique M. Breton. «Personne n'a été écarté de projets en raison de son incompréhension de l'anglais. Mais les technologies de l'information font partie d'un univers mondialisé, qui fonctionne essentiellement en anglais. Un employé qui veut envoyer un document en français à M. Cieslak peut le faire. Par courtoisie, on lui envoie souvent le document en anglais. L'employé peut faire traduire le document par le service de traduction de la banque», explique M. Breton. John Cieslak compte 26 ans d'expérience comme gestionnaire dans les secteurs technologique et financier. Avant de se joindre à la Banque Nationale, il était premier vice-président et chef de l'information du Groupe TSX, propriétaire de la Bourse torontoise du même nom. À la Banque, John Cieslak est aussi responsable de «l'approvisionnement et de la performance organisationnelle». Le gestionnaire est également membre du Bureau de la présidence, groupe composé des 10 principaux gestionnaires de l'institution, dont le PDG, Louis Vachon. Les réunions de ce comité de direction se déroulent-elles en anglais en raison de la présence de M. Cieslak? «Au bureau de la présidence, ça se passe dans la langue du choix de celui qui veut parler. Les interventions sont parfois en français, parfois en anglais. Et personne n'en fait de cas», dit M. Breton. En plus du comité de direction, l'institution a un conseil d'administration, comme toutes les grandes entreprises. Au dire de M. Breton, les réunions de ce conseil d'administration se déroulent en français. Les consultants externes qui travaillent à la Banque Nationale proviennent généralement de la firme CGI. «Jamais aucun professionnel de CGI n'a été écarté à la Banque Nationale parce qu'il ne parlait pas suffisamment anglais», affirme le porte-parole de CGI, Sébastien Barangé. Cette semaine, la Caisse de dépôt et placement du Québec a fait les manchettes parce que deux de ses cadres supérieurs sont des anglophones unilingues. Les deux travaillent pour la filiale immobilière de la Caisse, Ivanhoé Cambridge. Il s'agit du président, exploitation, Kim McInnes, et du premier vice-président, ressources humaines, David Smith. La Caisse de dépôt a pris des mesures cette semaine pour que les deux cadres accélèrent leur apprentissage du français. À la Banque Nationale, John Cieslak ne suit pas de cours de français, nous indique Claude Breton. http://www.cyberpresse.ca/actualites/201111/19/01-4469596-un-patron-unilingue-anglophone-a-la-banque-nationale.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS3
  9. Le chef des démocrates au Sénat exige que l'assureur AIG, sauvé de la faillite grâce aux fonds publics, renégocie les contrats accordant des millions de dollars en primes à ses cadres. Pour en lire plus...
  10. Les opérations d'une des mines de Potash sont arrêtées et celles de deux autres sont assurées par des cadres depuis l'entrée en grève jeudi de 500 employés syndiqués. Pour en lire plus...
  11. La société de téléphonie a annoncé lundi la mise à pied de 500 cadres afin d'améliorer sa rentabilité. Pour en lire plus...
  12. La compagnie a mis en garde ses cadres sur les conséquences d'une élection du candidat démocrate à la Maison-Blanche, craignant un renforcement des syndicats. Pour en lire plus...
  13. another disturbing trend, and if you're annoyed by now - that's fine i'm merely pointed out the news and a trend. When Astral was purchased by Bell Media, essentially the HQ has been gutted, top guys replaced and power being consolidated in Toronto. There's a continued and disturbing trend of Montreal founded companies moving to Toronto (BCE, AC, Molson, the banks....). http://argent.canoe.ca/nouvelles/bell-media-poursuit-sa-restructuration-au-quebec-10092015 Bell Média poursuit sa restructuration au Québec Le 10 septembre 2015 à 15h45 | Argent Bell Média (BCE : TSX) a remercié six cadres supérieurs et a annoncé mercredi la création d’un nouveau poste de dirigeant, celui de vice-président des ventes stratégiques. Ce qui n’a surpris personne dans le milieu des médias : depuis l’achat des stations de radios et télévisions Astral Média en juin 2013 pour 3,4 milliards $, Bell Média restructure ses activités. Cinq dirigeants de Bell Média basés à Toronto ont perdu leur poste, soit Lesley Conway (vice-présidente principale, Bell Média ventes au Canada anglais), Gianni Di Iorio (vice-président, recherche et gestion des revenus), Paul Lewis (président et directeur général de Discovery Channel), Paul Rogers (vice-président principal de CTV News Toronto) et Erin Sinyard (vice-présidente finances, rapports, planification et capital). À ces cadres anglophones remerciés s’ajoute le vice-président contenu, Mario Clément. Ce Québécois orchestrait notamment le contenu des chaînes Canal D, Canal Vie, Super Écran et VRAK. Un autre cadre qui présidait les activités de télévision et de radio dans la province, Charles Benoît, a perdu son poste en août dernier. Ce qui laisse croire que le pouvoir décisionnel de l’entreprise se concentre au siège social de Toronto. Le nouveau vice-président des ventes stratégiques nommé mercredi, Mark Finney, sera d’ailleurs responsable de « toutes les équipes de langues française et anglaise du Marketing des ventes, des Partenariats de marque et du Mix de Bell Média, réunissant pour la première fois ces services en un groupe sous la direction d’un seul leader », indique un communiqué de Bell Média daté de mercredi. Le dirigeant du Réseau des sports (RDS), Gerry Frappier, assume aujourd’hui les responsabilités de Charles Benoît à la tête des médias francophones de Bell Média. D’autres postes abolis ? En 2013, après l’achat d’Astral Média, des spécialistes du secteur des médias anticipaient de nombreuses pertes d’emploi. Un des syndicats de Bell Média, à Toronto, redoutait une centaine de mises à pied. Ce qui ne s’est pas avéré. À l’été 2013, Bell Média a tout de même supprimé une trentaine de postes de cadres dans le sillage de l’acquisition d’Astral Média. Et en mars dernier, sept employés de la radio francophone de Bell Média, dont le directeur de l’information pour le Québec Éric Latour, ont également perdu leur emploi. L’intégration d’Astral Média pourrait-elle entraîner des compressions majeures dans le personnel ? Le porte-parole de Bell Média, Olivier Racette, a refusé de commenter jeudi.
  14. RCQC | Par Ici Radio Canada Publication: 08/09/2014 21:35 EDT Mis à jour: Il y a 1 heure La moitié des 1300 postes de cadres que Québec éliminera dans le réseau de la santé se trouvent à Montréal. Au total, Québec compte ainsi économiser 60 millions de dollars. Des données obtenues par Radio-Canada indiquent que le « taux d'encadrement » - qui représente le pourcentage d'heures travaillées par les cadres par rapport aux syndiqués - est plus élevé à Montréal qu'ailleurs au Québec. Neuf des 20 centres de santé et de services sociaux qui présentent le plus haut taux d'encadrement sont situés sur l'île de Montréal. C'est le CSSS de la Montagne à Montréal qui a le taux d'encadrement le plus élevé dans la province, à 7,7 %. Le seul CSSS montréalais qui n'est pas en haut de cette liste est celui de l'Ouest-de-l'Île (3,8 %). Tout en bas de la liste on retrouve le CSSS de Laval, avec un taux d'encadrement de 3,7 %. En entrevue à la fin août, le ministre de la Santé expliquait à Radio-Canada que « certains hôpitaux ont des missions plus complexes, qui nécessitent un encadrement différent ». Mais Gaétan Barrette estime que ces chiffres restent significatifs. « Pour une installation qui a la même mission, la même population, oui, il y a des taux d'encadrement qui sont beaucoup trop différents ». Le ministre Barette refusait de cibler une région et affirmait que « l'heure n'est pas à pointer des gens ». Québec cible clairement les conseillers-cadres ou « cadres fonctionnels », qui n'ont pas nécessairement d'employés sous leurs ordres. Ces cadres fonctionnels ont parfois un contact direct avec les patients, comme pour les infirmières en prévention des infections. Pour d'autres, ce statut aurait été octroyé pour d'autres raisons, entre autres salariales. Depuis la semaine dernière, l'appréhension augmente puisque plusieurs gestionnaires ont déjà appris que leur poste pourrait être éliminé. Réjean Hébert parle d'un « problème montréalais » De son côté, l'ex-ministre de la Santé, Réjean Hébert, dit tout haut ce que plusieurs répètent à micro fermé. « Il y a un problème à Montréal, un problème entre autres pour la coordination des services ». « Laval a fait un travail de réduction du nombre de cadres qui n'a pas été fait dans plusieurs établissements sur l'île de Montréal », affirme-t-il. Il remarque que la plupart des CSSS montréalais ne sont pas affiliés à un hôpital. L'ex-ministre de la Santé estime que « ces établissements-là ont moins bien performé dans la réduction du nombre de cadres et dans l'optimisation des services depuis 10 ans ». Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, estime aussi que le fait que certains hôpitaux ne soient pas affiliés à des CSSS est dans certains cas une anomalie. Le réseau montréalais alourdi par les clivages linguistiques et religieux? Le réseau montréalais n'aurait pas complété le virage de 2003 qui avait entraîné la création des CSSS. « Pour l'île de Montréal, ça a été une oeuvre inachevée », dit Réjean Hébert. « On a conservé les statuts particuliers pour les hôpitaux et on ne les a pas intégrés dans les CSSS. » Est-ce que le caractère multiethnique de la métropole complique les choses? Oui répond Réjean Hébert. « Il y a des établissements qui sont linguistiques, il y a des établissements qui sont religieux. L'Hôpital général juif est un bon exemple ». Cette situation compliquerait l'organisation des services parce que ces établissements ont une clientèle qui déborde leur territoire immédiat. Selon M. Hébert, cet état de fait ne rend pas la tâche impossible, mais réformer le réseau à Montréal demeure une opération complexe. Une bureaucratie qui alourdit la tâche des employés L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé (APTS) estime que l'augmentation du nombre de cadres découle en partie des exigences du ministère et que cela alourdit la tâche des employés. « Nos travailleurs sociaux croulent sous les documents à compléter », dit la présidente Carole Dubé, en évoquant notamment les évaluations de performance. « Pendant ce temps-là, c'est certain qu'ils ne vont pas dans les services à domiciles. » Cette reddition de compte demandée aux établissements et aux travailleurs serait problématique, selon l'APTS. « C'est ce qui, selon nous, fait que le nombre de cadres a augmenté de façon aussi importante », affirme Mme Dubé. Son organisation n'est pas convaincue que des fusions viendront à bout du problème. Elle donne en exemple la vague de fusions de 2003, qui a provoqué une augmentation du nombre de cadres sans pour autant améliorer la qualité des services. D'après les informations de Davide Gentile http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/09/08/reseau-de-sante-680-postes-de-cadres-elimines-a-montreal_n_5788072.html
  15. À l'exemple des fonctionnaires fédéraux, les cadres supérieurs des commissions scolaires ont aussi droit à un dédommagement s'ils quittent leur organisation pour occuper un meilleur emploi ailleurs, a appris La Presse Affaires. Pour en lire plus...
  16. Biovail a été avisée qu'une demande de recours collectif a été déposée à New York au sujet de déclarations qui auraient été faites sur l'approbation de l'antidépresseur Aplenzin. Pour en lire plus...
  17. La banque américaine va réduire les primes annuelles attribuées à ses cadres, suivant une tendance générale dans le secteur bancaire. Pour en lire plus...
  18. Le constructeur automobile américain étudie aussi la possibilité de céder certaines marques, et ce afin de retrouver la rentabilité en 2010. Pour en lire plus...
  19. Critiqué par un comité du Congrès pour la gestion désastreuse de son entreprise, le PDG de l'assureur déclare qu'il n'a pas le choix de verser à ses cadres les juteuses primes, qu'il a qualifiées de «répugnantes». Pour en lire plus...
  20. Des cadres et employés perdront leur poste au siège social de Montréal et les effectifs seront augmentés plus près des lignes de front où la Nationale va livrer ses batailles commerciales. Pour en lire plus...
  21. Deux cadres supérieurs de la Caisse de dépôt et placement ont annoncé leur départ, au cours des dernières semaines, a appris La Presse Affaires. Pour en lire plus...