Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'budgétaires'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning, architecture and urban tech
    • Urban photography
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • YUL General discussion about YUL
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

    Blogs


    Find results in...

    Find results that contain...


    Date Created

    • Start

      End


    Last Updated

    • Start

      End


    Filter by number of...

    Joined

    • Start

      End


    Group


    About Me


    Location


    Interests


    Occupation


    Type of dwelling

    Found 7 results

    1. Les compressions budgétaires à Radio-Canada/CBC forcent la suppression d’ici trois ans de quelque 800 emplois, dont 150 de cadres. Plus de la moitié des postes (475) disparaîtront dès cette année. La réduction des crédits parlementaires décrétés la semaine dernière aura aussi des effets concrets sur la programmation. La première chaîne annulera ses émissions de nuit et Espace Musique réduira les budgets de ses productions musicales. À la Télévision, certaines émissions ou séries produiront moins d’épisodes et les devis de production seront corrigés à la baisse. En plus, pour accroître les revenus autonomes, les chaînes Radio 2 et Espace musique diffuseront bientôt de la publicité. Cette commercialisation épargne la Première chaîne et Radio One, afin de «préserver leur distinction». Radio-Canada International cessera la transmission par ondes courtes et par satellite pour se concentrer sur le web. La chaîne multilingue va aussi arrêter la diffusion de bulletins d’information en portugais et en russe pour favoriser le français, l’anglais, l’espagnol, l’arabe et le mandarin. Ces répercussions des compressions ont été dévoilées aux employés du service public réunis à Toronto, à Montréal et partout au pays. Hubert T. Lacroix, président-directeur général de la société d’État, menait la présentation en Ontario. Louis Lalande, vice-président principal des services français était aux commandes dans al tour montréalaise. La direction a dévoilé plusieurs autres mesures restrictives, par exemple la fermeture de certains bureaux régionaux et des musicothèques régionales, mais aussi l’accélération de la mise hors service des émetteurs analogiques qui desservent moins 2% de la population. Il faudra par contre attendre pour comprendre les effets précis sur les grilles des réseaux français et anglais en général et sur les services d’information en particulier. De même, il faudra encore du temps pour identifier les emplois condamnés. Des réunions avec des représentants syndicaux ont eu lieu juste avant la grande assemblée générale tenue entre 13h30 et 15h. Le pénible exercice découle des compressions budgétaires imposées par Ottawa lors du budget déposé la semaine dernière. Le gouvernement fédéral réduira de 115 millions $ d’ici 2014-2015 l’enveloppe annuelle du diffuseur public, ce qui correspond à une ponction d’un peu plus de 10% de son budget total. Dans les faits, la compression s’avère bien supérieure. Ainsi, l’élimination de poste nécessite d‘importantes sommes pour payer les primes de départ. Le président Lacroix évalue qu’au total, RC/CBC doit s’arracher 300 millions $ sur trois ans. De ce total, 64 millions seront retranchés au budget de RC, 150 millions à la CBC, le reste provenant de RCI et d’autres services. La direction affirme que 81% des compressions proviendront des services centraux et 19% des régions. . L’élimination des postes se fera à parts égales entre les services français et anglais. Environ 243 postes francophones disparaîtront dès cette année. Il s’agit de postes réguliers, à temps plein. Les deux entités, RC et CBC, emploient environ 9000 personnes, dont une forte proportion de contractuels. Un employé a demandé si cet équilibre dans le malheur n’était pas injuste pour RC, moins financé que la CBC, qui dessert une plus grande population. La direction a répondu que les deux parties devaient subir les mêmes éliminations de postes parce qu’elles emploient à peu près le même nombre d’effectifs. «Notre position c’est que la peine est également partagée», a dit M. Lacroix. Les départs et le manque de fonds auront aussi des impacts immobiliers «Nous avons des plans pour réduire de 400 000 pieds carrés la taille de la Maison de Radio-Canada à Montréal lorsque nous lancerons un appel d’offres cet été», explique un document diffusé aux employés. http://www.ledevoir.com/societe/medias/346690/compressions-a-radio-canada Combien de jobs à Montréal,pas encore très clair?Par contre arrivée soudaine de 400.000 p2 de bureaux sur le marché...
    2. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/claude-picher/201106/14/01-4408942-la-province-de-queteux-un-mythe.php
    3. Le ministre des Finances révise ses prédictions: croissance zéro pour 2009 et déficits budgétaires pour 2009et2010. Pour en lire plus...
    4. Dans la mise à jour financière que doit présenter le ministre fédéral des Finances en novembre, l'équilibre budgétaire a toutes les chances d'être respecté. Pour en lire plus...
    5. Moody's maintient la cote du Québec La Presse canadienne Édition du jeudi 14 février 2008 Mots clés : Moody's, Économie, Québec (province) L'agence de notation Moody's a annoncé hier qu'elle maintenait à Aa2 la cote de crédit du gouvernement du Québec, avec perspectives stables. Dans son rapport annuel sur le Québec, la firme new-yorkaise rappelle que la province traîne une dette «relativement élevée», mais souligne que le cadre budgétaire du gouvernement s'est «solidifié» au cours des dernières années. Moody's note que «depuis maintenant presque dix ans», les exercices budgétaires du gouvernement sont équilibrés ou en «léger déficit». L'exercice financier 2005-06 a été «équilibré de justesse», mais la situation s'est améliorée en 2006-07 avec un excédent de 1,9 milliard, soit 3 % des recettes de l'État, relève l'agence. Pour l'exercice 2007-08, qui se terminera à la fin mars, Moody's s'attend à ce que Québec dégage, comme prévu, un surplus modeste. Malgré tout, la dette québécoise continue d'augmenter en raison des emprunts non budgétaires, liés surtout au financement d'infrastructures, mentionne Moody's. Au 31 mars 2007, la dette du Québec représentait 185 % des recettes annuelles du gouvernement, ce qui est «relativement élevé» à l'échelle internationale, estime l'agence. http://www.ledevoir.com/2008/02/14/176018.html#
    6. L'excédent fédéral surpassera les prévisions 24 août 2007 - 12h49 Presse Canadienne Grossir caractèreImprimerEnvoyer L'excédent budgétaire du gouvernement canadien pour l'exercice 2007-2008 commencé au mois d'avril devrait dépasser la projection de 3 G$ établie lors du dernier budget fédéral, en raison d'un certain nombre de faits nouveaux survenus depuis le mois de mars, a indiqué le ministre des Finances, Jim Flaherty, vendredi. Dans sa plus récente revue financière portant sur le mois de juin et le premier trimestre de l'exercice, le ministre a expliqué que la performance économique a été plus robuste que prévu. «Les prévisionnistes du secteur privé ont révisé à la hausse leurs perspectives de croissance du produit intérieur brut (PIB) nominal en 2007, qui sont passées à 5,2 % contre les 3,9 % prévus dans le budget de 2007, précise le document soumis par le ministre. «Ainsi, le niveau du PIB nominal, la mesure la plus large de l'assiette fiscale, s'établit à environ 20 G$ de plus en 2007 et en 2008 que les projections du budget.» Les résultats enregistrés depuis le début de l'exercice semblent également montrer que les revenus seront supérieurs à ceux qui avaient été prévus en mars, souligne le ministre, en précisant qu'«ensemble, ces faits nouveaux indiquent que l'excédent budgétaire de 2007-2008 dépassera de 3 G$ la projection du budget de 2007». La présente mise à jour trimestrielle est qualitative et non quantitative, précise le document ministériel, «compte tenu surtout que seulement trois mois de données financières sont disponibles pour l'exercice 2007-2008, ce qui ne suffit pas pour fournir une mise à jour des projections du budget de 2007 offrant un niveau raisonnable de confiance». Au mois de juin, un excédent budgétaire de 2,85 G$ a été dégagé, soit environ 594 M$ de plus que l'excédent de 2,26 G$ en juin 2006. Les revenus budgétaires ont augmenté de 1,45 milliard $ (7,6 %). Pour le premier trimestre de l'exercice 2007-2008 en cours, l'excédent budgétaire estimatif s'élève à 6,36 G$, en hausse de 472 M$ par rapport à l'excédent de 5,89 G$ signalé pour la même période de l'exercice précédent. Les revenus budgétaires ont progressé de 3,88 G$ (6,9 %), ce qui tient à des gains au chapitre des revenus tirés de l'impôt sur le revenu et des revenus non fiscaux. La revue financière est une publication mensuelle qui présente des faits saillants sur la performance financière du gouvernement fédéral.
    7. Excédent budgétaire à Ottawa pour avril et mai 25 juillet 2007 | Presse Canadienne, Le gouvernement fédéral continue de tirer des revenus records de l'impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers. Dans son rapport financier rendu public mercredi, le ministère des Finances rapporte que des excédents budgétaires de 2,7 G$ et 800 M$ ont été dégagés en avril et mai, respectivement, soit sensiblement les mêmes sommes qu'il y a un an. Alors que l'économie est florissante et que le taux de chômage n'a jamais été aussi peu élevé depuis 33 ans, l'année fiscale a débuté de belle façon en avril, les revenus budgétaires du fédéral ayant progressé de 2 G$, soit 10,6 % de plus qu'un an auparavant. Cela tient essentiellement à une croissance de 1 G$ (44,6 pour cent) des revenus tirés de l'impôt sur le revenu des sociétés. En mai, les revenus budgétaires ont moins augmenté que lors du mois précédent, mais ils ont quand même progressé de 400 M$, soit 2,2 %, par rapport à mai 2006. Lors des deux premiers mois de l'année fiscale, tous les revenus du fédéral, à l'exception de ceux provenant de la taxe sur les produits et services (TPS), ont affiché une progression.
    ×
    ×
    • Create New...