Search the Community

Showing results for tags 'budgétaire'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 39 results

  1. La situation budgétaire "plus difficile que prévue" au Québec nous permet de penser que d'importants projets d'infrastructures de transport seront inévitablement retardés. En même temps, il y a des projets dont la réalisation est tellement urgente qu'on n'ose imaginer le moindre retard supplémentaire. Au moment d'écrire cette note, je ne dispose d'aucun indice de ce qu'il adviendra des priorités. De plus, l'exercice est d'autant plus difficile qu'on n'a jamais eu d'information spécifique sur ce qu'aurait été l'année deux du plan du parti québécois (on avait un budget sur deux ans, mais sans détails sur l'année deux, autant dire que des réorientations auraient été possibles sans qu'on s'en aperçoive). L'exercice d'anticipation auquel je vous (les membres du forum) convie porte d'abord et avant tout sur les futurs crédits budgétaires pour cette année, soit 2014-15; les intentions pour les années subséquentes, souvent affublées du nom "plans", sont toujours à prendre avec un grain de sel selon moi. Alors, pour 2014-15: part des projets de TEC versus routes; et spécifiquement quels projets, par exemples échangeur Turcot, Henri-IV (A-73), A-19, A-85, trains de banlieues, métro ligne bleue, voies réservées, échangeur Dorval, etc. En faisant l'exercice, prenez en considération l'état d'avancement des projets, de même que la répartition régionale des investissements. Un autre aspect qui pourrait être révélateur, sinon intéressant, serait la "façon" dont les annonces d'annulation ou de report seront faites: sera-t-on vague, ou précis, quant à l'échéancier "révisé"; et osera-t-on repousser certains projets aux calendes grecques ou encore mieux, les abandonner purement et simplement, comme l'avait fait le PQ en 1976?
  2. Toronto, le 19 novembre 2010 2010-109 Le ministre des Finances tient des consultations à Toronto sur la prochaine phase du Plan d’action économique du Canada L’honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, a tenu aujourd’hui à Toronto une séance de consultations auprès de dirigeants d’entreprises, dans le cadre d’une série de discussions avec les Canadiennes et les Canadiens visant à déterminer comment le Plan d’action économique du Canada continuera à façonner l’avenir économique du pays par l’entremise du budget de 2011. « Les gens ont des préoccupations au sujet de l’économie, de l’emploi et du budget de leur ménage, a déclaré le ministre Flaherty. Nous désirons entendre les points de vue des Canadiens sur la prochaine phase de notre plan d’action économique, qui sera axée sur la consolidation de la reprise et le retour à l’équilibre budgétaire. » Ces consultations sur le Plan d’action économique serviront de complément aux plus vastes consultations économiques que le premier ministre et les députés mènent à la grandeur du pays pour entendre la population canadienne. Les consultations du ministre prévoient une série de tables rondes avec des Canadiens émérites, des discussions continues avec les membres du Conseil consultatif sur l’économie, et des rencontres de discussion ouverte. Dans le cadre des efforts déployés pour recueillir une large gamme d’opinions, le gouvernement entreprend également aujourd’hui des consultations en ligne. Les personnes intéressées peuvent soumettre leurs observations à l’adresse Internet suivante : http://www.fin.gc.ca/prebudget-prebudgetaire/1-fra.asp. Le gouvernement désire que les Canadiens répondent à quelques questions, dont les suivantes : * L’économie du Canada est dans la bonne voie – nous sommes bien partis pour assurer la reprise économique et l’équilibre budgétaire. Mais l’économie mondiale est fragile et beaucoup trop de Canadiens sont encore à la recherche d’un emploi. Quelles sont les mesures n’entraînant pas de coûts supplémentaires ou n’ayant aucune incidence financière que le gouvernement fédéral devrait prendre dans le prochain budget pour créer des emplois et promouvoir la croissance économique, et ce, sans mettre de côté son objectif d’atteindre l’équilibre budgétaire? * Le Canada est sur la bonne voie pour atteindre l’équilibre budgétaire en 2015‑2016. Ce délai est-il approprié? Le gouvernement fédéral devrait-il essayer de parvenir plus tôt à l’équilibre? Le délai devrait-il être reporté? * Le gouvernement devrait toujours gérer judicieusement l’argent des contribuables afin d’en assurer l’optimisation. Le gouvernement veille toujours à contenir les dépenses. Il veille aussi à ce que celles-ci soient effectuées de la manière la plus efficiente et la plus efficace possible. Selon vous, quels sont les secteurs où le gouvernement fédéral peut accroître son efficience et son efficacité? * Quelles devraient être les priorités du Canada à court et à long terme en vue de favoriser la croissance du secteur privé et le leadership dans le domaine de l’économie? Le gouvernement demande aussi aux Canadiens de lui faire part de toutes les idées qu’ils jugent dignes d’être mentionnées. « Les commentaires que nous recevrons nous seront d’une grande utilité pour préparer le prochain budget fédéral ainsi que notre programme économique et financier », a ajouté le ministre Flaherty.
  3. Le ministre des Finances du Manitoba dépose le 10e budget du gouvernement de Gary Doer sur fond de crise économique. L'équilibre budgétaire est toutefois maintenu. Pour en lire plus...
  4. Le déficit américain dépasse les 1000 milliards Publié le 13 juillet 2009 à 14h05 | Mis à jour à 14h07 Agence France-Presse Washington Le déficit budgétaire des États-Unis s'est encore alourdi en juin pour dépasser les 1000 milliards de dollars à l'issue de ce neuvième mois de l'exercice 2008-2009, selon les chiffres officiels publiés lundi à Washington. Le déficit de l'État fédéral s'est creusé de 94,318 milliards de dollars au mois de juin, indique le département du Trésor dans son rapport mensuel sur le budget. C'est un déficit record pour un mois de juin, mais c'est un peu moins que ce que prévoyaient les analystes (97,0 milliards). En conséquence, le déficit cumulé depuis octobre 2008, premier mois de l'exercice en cours, atteignait 1086,263 milliards de dollars à la fin du mois de juin. Le déficit cumulé ne cesse de franchir des records depuis le mois de février. Selon les projections du Bureau du budget du Congrès, il devrait dépasser la somme pharaonique de 1800 milliards de dollars à la fin de l'exercice, le 30 septembre 2009. Le mois de juin est traditionnellement un mois d'excédent budgétaire, mais comme les mois précédents, les comptes de l'État ont été affectés par la baisse des recettes fiscales liées à la crise (la collecte des impôts étant moindre du fait de la baisse des revenus des entreprises et des ménages) et la hausse des dépenses liées à la récession (relance budgétaire et hausse des prestations sociales). Les recettes de l'État ont ainsi atteint 215,364 milliards de dollars en juin, soit 17% de moins qu'un an plus tôt. C'est le 14e mois de baisse consécutive des recettes en glissement annuel. Les dépenses ont connu un mouvement inverse, progressant de 37% sur un an, pour atteindre 309,682 milliards de dollars, un record pour un mois de juin. Juin a été le neuvième mois consécutif de déficit. Il faut remonter à mars 1992 pour retrouver une série de soldes négatifs plus longue (11 mois).
  5. Le ministère des Finances à annoncé vendredi un excédent budgétaire de 1,7 G$ en juillet, et un surplus total de 2,9 G$ pour les quatre premiers mois de l'exercice 2008-2009. Pour en lire plus...
  6. Le gouvernement sud-coréen a annoncé lundi une rallonge de 11.000 milliards de wons (8,5 milliards de dollars) pour le budget 2009 afin de soutenir l'économie très éprouvée par la crise financière. Pour en lire plus...
  7. Le ministre des Finances Dwight Duncan révise ses prévisions de croissances économiques et prévoit un déficit budgétaire de 500 millions de dollars. Pour en lire plus...
  8. Avec une économie qui sera probablement faible pendant plusieurs trimestres, l'examen d'un plan budgétaire par le Congrès dans le contexte actuel semble approprié, dit le patron de la Fed. Pour en lire plus...
  9. Le déficit budgétaire des États-Unis pour l'exercice 2008-09 devrait atteindre le montant exceptionnel de 1200 G$ US. Pour en lire plus...
  10. L'administration américaine a débuté la nouvelle année budgétaire par un déficit record de 237,2 G$ qui s'explique notamment par l'injection de milliards de dollars dans le cadre du Plan Paulson. Pour en lire plus...
  11. Ce déficit plombé par la crise des subprimes et le ralentissement économique a atteint 454,8 G$ pour 2008. Le précédent record datait de 2004, à 413 G$. Pour en lire plus...
  12. Grâce au programme de réfection des infrastructures et à une réserve plus grande que prévu, le gouvernement libéral affirme pouvoir éviter aux Québécois à la fois une récession et un déficit budgétaire, et cette année et l'an prochain. Pour en lire plus...
  13. La Maison-Blanche a revu à la hausse sa prévision de déficit budgétaire aux États-Unis pour l'an prochain, qui devrait atteindre le niveau record de 482 milliards de dollars. Pour en lire plus...
  14. L'Ontario dans le rouge, le Québec croise les doigts 23 octobre 2008 - 06h32 La Presse Vincent Brousseau-Pouliot «On me reproche des fois d'être proche de ma sacoche, dit la ministre des Finances du Québec, Jérôme-Forget. Bien, je l'ai tellement été que j'ai des réserves importantes pour l'année 2009.» Le ralentissement économique soufflant sur l'économie canadienne vient de provoquer son premier déficit. Hier, l'Ontario a annoncé qu'elle prévoyait un déficit de 500 millions de dollars cette année. En plus de ce déficit de 500 millions, la province -la première à présenter une mise à jour économique depuis la crise financière cet automne- a puisé 500 millions de plus dans son fonds d'urgence, qui est passé de 700 à 200 millions. L'Ontario verra ses revenus diminuer de 918 millions cette année, notamment en raison des difficultés de l'industrie automobile et du secteur manufacturier. Ses dépenses augmenteront de 132 millions. L'écart avec les prévisions budgétaires dévoilées l'an dernier se chiffre à 1,05 milliard. Devant une situation budgétaire aussi serrée, l'Ontario a choisi de retarder plusieurs de ses investissements en éducation et en santé, dont l'embauche de 9000 nouvelles infirmières. «La réalité économique actuelle force les gouvernements du monde entier à réexaminer leurs dépenses dans un environnement où la seule certitude est l'incertitude», a dit le ministre des Finances de l'Ontario, Dwight Duncan, hier après-midi au cours d'un discours à l'Assemblée législative de l'Ontario. Le Québec est confiant de ne pas voir ses finances tomber dans le rouge comme son voisin ontarien. Hier, la ministre québécoise des Finances, Monique Jérôme-Forget, a réitéré son intention de boucler ses deux prochains budgets sans faire de déficit. Québec n'a pas fait de déficit budgétaire depuis 1998. L'an dernier, le gouvernement québécois a dû puiser pour la première fois dans son fonds de réserve -une affaire de 200 millions- afin d'éviter un déficit budgétaire. «On me reproche des fois d'être proche de ma sacoche, dit la ministre Jérôme-Forget. Bien, je l'ai tellement été que j'ai des réserves importantes pour l'année 2009.» Lors de sa mise à jour économique la semaine prochaine, le gouvernement Charest engagera des dépenses supplémentaires visant à aider l'économie québécoise à passer au travers la crise. Selon la ministre Jérôme-Forget, ces mesures ne représenteront pas un «big bang» mais bien des «petits ajouts pour corriger la situation». «La demande intérieure au Québec est bonne, dit Monique Jérôme-Forget. Ce sont nos exportations qui sont problématiques en ce moment. Il va falloir qu'on surveille nos entreprises et voir quel est l'impact (de la crise économique américaine) au niveau des entreprises.»
  15. Le ministre des Finances de l'Ontario laisse maintenant la porte grande ouverte à un déficit budgétaire, même s'il refusait d'entrevoir cette possibilité la semaine dernière. Pour en lire plus...
  16. C'est ce que pense le Conference Board du Canada qui estime que l'excédent budgétaire du gouvernement fédéral pourrait être supérieur. Pour en lire plus...
  17. Après avoir promis en campagne électorale de maintenir l'équilibre budgétaire, les libéraux ouvrent maintenant la porte à un déficit l'an prochain. Pour en lire plus...
  18. Des baisses d'impôts, des dépenses en infrastructures et de l'aide aux nouveaux chômeurs pourraient faire partie des mesures économiques dans le budget fédéral de la fin de janvier. Pour en lire plus...
  19. L'excédent fédéral surpassera les prévisions 24 août 2007 - 12h49 Presse Canadienne Grossir caractèreImprimerEnvoyer L'excédent budgétaire du gouvernement canadien pour l'exercice 2007-2008 commencé au mois d'avril devrait dépasser la projection de 3 G$ établie lors du dernier budget fédéral, en raison d'un certain nombre de faits nouveaux survenus depuis le mois de mars, a indiqué le ministre des Finances, Jim Flaherty, vendredi. Dans sa plus récente revue financière portant sur le mois de juin et le premier trimestre de l'exercice, le ministre a expliqué que la performance économique a été plus robuste que prévu. «Les prévisionnistes du secteur privé ont révisé à la hausse leurs perspectives de croissance du produit intérieur brut (PIB) nominal en 2007, qui sont passées à 5,2 % contre les 3,9 % prévus dans le budget de 2007, précise le document soumis par le ministre. «Ainsi, le niveau du PIB nominal, la mesure la plus large de l'assiette fiscale, s'établit à environ 20 G$ de plus en 2007 et en 2008 que les projections du budget.» Les résultats enregistrés depuis le début de l'exercice semblent également montrer que les revenus seront supérieurs à ceux qui avaient été prévus en mars, souligne le ministre, en précisant qu'«ensemble, ces faits nouveaux indiquent que l'excédent budgétaire de 2007-2008 dépassera de 3 G$ la projection du budget de 2007». La présente mise à jour trimestrielle est qualitative et non quantitative, précise le document ministériel, «compte tenu surtout que seulement trois mois de données financières sont disponibles pour l'exercice 2007-2008, ce qui ne suffit pas pour fournir une mise à jour des projections du budget de 2007 offrant un niveau raisonnable de confiance». Au mois de juin, un excédent budgétaire de 2,85 G$ a été dégagé, soit environ 594 M$ de plus que l'excédent de 2,26 G$ en juin 2006. Les revenus budgétaires ont augmenté de 1,45 milliard $ (7,6 %). Pour le premier trimestre de l'exercice 2007-2008 en cours, l'excédent budgétaire estimatif s'élève à 6,36 G$, en hausse de 472 M$ par rapport à l'excédent de 5,89 G$ signalé pour la même période de l'exercice précédent. Les revenus budgétaires ont progressé de 3,88 G$ (6,9 %), ce qui tient à des gains au chapitre des revenus tirés de l'impôt sur le revenu et des revenus non fiscaux. La revue financière est une publication mensuelle qui présente des faits saillants sur la performance financière du gouvernement fédéral.
  20. Un déficit de 30 G$ au Canada ? 19 décembre 2008 - 09h55 Agence France-Presse Stephen Harper juge réaliste la mise en place d'un plan de 20 à 30 G$ pour stimuler l'économie. Le Canada va enregistrer l'an prochain son premier déficit budgétaire en plus d'une décennie, qui pourrait excéder les 30 G$, a reconnu dans une entrevue de fin d'année le premier ministre Stephen Harper. M. Harper a dit à la chaîne CTV que le gouvernement pourrait avoir à dépenser jusqu'à 30 G$ US pour tenter de relancer l'économie canadienne, qui vient d'entrer en récession au quatrième trimestre. «Certaines personnes pensent qu'un déficit de 5 à 10 milliards (suffirait pour relancer l'économie). D'après nous, cela sera franchement insuffisant compte tenu des défis auxquels nous faisons face», a-t-il déclaré. «Un plan de l'ordre de 20 à 30 G$ US semble plus réaliste», a-t-il ajouté. Avec de telles dépenses, le déficit pour l'année fiscale 2009-2010, débutant le premier avril prochain, pourrait facilement excéder les 30 G$ US. Mercredi, le ministre des Finances Jim Flaherty avait en effet déclaré qu'il anticipait un déficit budgétaire de quelque 5,9 G$ US pour l'an prochain, sans compter les sommes supplémentaires qui seraient investies pour soutenir l'économie. Élève modèle du G7 en matière de discipline budgétaire, le Canada a enregistré des budgets à l'équilibre ou excédentaires au cours des onze dernières années. Il y a trois semaines encore, M. Flaherty prévoyait de modestes excédents budgétaires pour le Canada pour les quatre prochaines années fiscales. Menacé d'être renversé par l'opposition qui l'accuse d'être resté les bras croisés face à la dégradation rapide de la situation économique, le gouvernement conservateur minoritaire a depuis avancé à la fin de janvier la présentation de son projet de budget en indiquant qu'il comprendrait de nombreuses mesures de relance.
  21. Le déficit américain se creuse de manière spectaculaire 10 décembre 2008 - 14h16 Agence France-Presse Le déficit budgétaire des États-Unis pour les deux premiers mois de l'exercice 2008-2009 (octobre et novembre) a atteint près de 90% du déficit total, record, de l'exercice précédent, selon les chiffres publiés mercredi par le Trésor. Le déficit budgétaire cumulé pour ces deux mois a atteint 401,574 G$, soit plus de 2,5 fois plus qu'un an plus tôt. Cette somme représente 88,3% du déficit accusé par l'État fédéral américain pour l'ensemble de l'année budgétaire 2008-2009 (454,798 G$). Sur le seul mois de novembre, le déficit a bondi de 67,3% par rapport à son niveau du même mois de l'an dernier, à 164,397 G$. C'est conforme aux attentes des analystes qui tablaient sur un trou de 171 G$. Novembre est traditionnellement un mois de déficit, a indiqué le Trésor. Mais au vu de la détérioration de la situation économique, qui augmente les dépenses de l'État tout en réduisant ses recettes fiscales, les prévisions les plus pessimistes des analystes --qui tablaient sur un déficit de l'État fédéral de 1000 G$-- pourraient rapidement devenir caduques.
  22. États-Unis : Déficit budgétaire record de 1409 milliards Publié le 07 octobre 2009 à 18h38 | Mis à jour à 18h45 Agence France-Presse Washington Les États-Unis ont accusé un déficit budgétaire record de 1409 milliards de dollars pour l'ensemble de l'exercice 2008-2009, clos fin septembre, soit un peu moins que prévu, selon l'estimation du Bureau du budget du Congrès (CBO) publiée mercredi. Le déficit équivaut ainsi à 9,9% du PIB américain, du jamais vu depuis 1945, écrit le CBO dans son analyse mensuelle sur le budget. Cette estimation doit encore être confirmée par le département du Trésor, qui publiera les chiffres officiels pour l'année 2008-2009. Une porte-parole du ministère a indiqué à l'AFP que cette publication aurait lieu «mi-octobre». La Maison-Blanche et le CBO avaient indiqué fin août qu'ils attendaient un déficit fédéral de 1580 milliards de dollars pour l'ensemble de l'année budgétaire passée. Au cours de l'exercice écoulé, les comptes de l'État ont été affectés par la baisse des recettes fiscales provoquée par la crise, du fait du recul des revenus des entreprises et des ménages, et par la hausse des dépenses liées à la récession (relance budgétaire, hausse des prestations sociales et sauvetage d'institutions financières). Les recettes ont ainsi baissé de 17% par rapport à 2007-2008, pour ne représenter que 15% du PIB, soit leur niveau le plus bas en plus de 50 ans, écrit le VBO. Quant aux dépenses, elles ont fait le chemin inverse, augmentant de 18% pour atteindre presque 25% du PIB, leur niveau le plus haut en plus de cinquante ans, ajoute l'étude. Le CBO relève que «presque la moitié de la hausse des dépenses (245 milliards) a été le résultat de dépenses entraînées par» le plan de sauvetage du système financier promulgué début octobre 2008 et par les mesures prises pour sauver les organismes de refinancement hypothécaire parapublics Fannie Mae et Freddie Mac. Le Bureau estime par ailleurs que 200 milliards de dépenses supplémentaires ont été engendrées par le plan de relance budgétaire de 700 milliards de dollars sur trois ans promulgué mi-février par le président américain Barack Obama. En 2007-2008, le déficit budgétaire américain avait atteint 459 milliards de dollars, soit 3,2% du PIB. Pour l'exercice en cours, le Bureau du budget de la Maison-Blanche table sur un déficit budgétaire de 1502 milliards de dollars, soit 10,4% du PIB américain. M. Obama, qui a hérité du gouvernement républicain précédent des finances publiques dans un état catastrophique, s'était engagé en février à ramener le déficit budgétaire sous les 3% du produit intérieur brut du pays à la fin de l'exercice 2013.L'année 2013 correspond à la fin du mandat de M. Obama, qui a pris ses fonctions de président fin janvier pour quatre ans. Mais la Maison-Blanche estime désormais que le déficit de l'État fédéral atteindra 775 milliards de dollars à la fin de l'exercice 2012-2013, soit environ 4,6% du PIB.
  23. Le dévoilement progressif des principaux éléments du budget fédéral auquel les Canadiens ont assisté au cours des derniers jours est une première dans un pays où la tradition du secret budgétaire a toujours été scrupuleusement respectée, par Ottawa et par les provinces. Pour en lire plus...
  24. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201404/25/01-4760915-quebec-doit-envisager-de-privatiser-la-saq-et-hydro-selon-des-experts.php Publié le 25 avril 2014 à 13h55 | Mis à jour à 13h55 Québec doit envisager de privatiser la SAQ et Hydro, selon des experts Jocelyne Richer La Presse Canadienne Québec Le gouvernement Couillard doit envisager de privatiser partiellement Hydro-Québec et la Société des alcools (SAQ) pour remettre le Québec sur le chemin de la santé financière, selon deux experts. Ces derniers, Luc Godbout et Claude Montmarquette, ont tracé vendredi un portrait extrêmement sombre de l'état des finances publiques, dans un rapport commandé par le gouvernement avant même d'être officiellement en fonctions. La situation est telle, selon eux, que seul un remède de cheval pourra éviter au gouvernement d'affronter les conséquences financières d'une décote des grandes agences de notation de crédit. La vente partielle d'actifs, comme Hydro-Québec et la SAQ, ne serait qu'une des solutions préconisées en vue de sortir l'État québécois du gouffre budgétaire. Car ils estiment que Québec doit prendre dès maintenant toute une série de moyens, qui risquent de faire plus mal les uns que les autres: gel de la masse salariale de la fonction publique, hausse (et non une simple indexation) des tarifs de garderies, imposition de tarifs à des services gouvernementaux actuellement gratuits, révision des programmes sociaux et réévaluation des subventions et crédits d'impôt aux entreprises. Seul un plan d'austérité ambitieux pourrait, selon ces deux économistes, permettre au gouvernement Couillard d'espérer atteindre la cible prévue par l'ancien gouvernement péquiste, soit un déficit de 1,75 milliard $ en 2014-2015, prélude à l'atteinte de l'équilibre budgétaire en 2015-2016. Dans la situation actuelle, si rien n'est fait, Québec se dirige vers un déficit plus important que prévu, de l'ordre de 3,7 milliards $ cette année, risquant d'autant de mécontenter les agences de notation. Les deux experts recommandent aussi une révision de la fiscalité, ce que s'est déjà engagé à faire le premier ministre Philippe Couillard. Ils recommandent de plus de privilégier une gestion des dépenses gouvernementales à plus long terme, pouvant s'étaler sur plusieurs années.
  25. Québec: un déficit de plus de 2 milliards Publié le 04 février 2009 à 05h53 | Mis à jour à 05h55 Francis Vailles La Presse (Montréal) Au rythme où vont les choses, le gouvernement du Québec tombera en déficit non pas l'an prochain, mais dès le présent exercice, qui se termine le 31 mars. Pire: les surplus accumulés ces dernières années seront à peine suffisants pour boucher le trou qui se creuse. C'est ce qu'on peut tirer comme conclusion du plus récent Rapport mensuel des opérations financières du ministère des Finances, publié vendredi. Pour le seul mois de novembre, le gouvernement a essuyé un déficit de 411 millions de dollars, principalement en raison d'une baisse importante des revenus tirés de la TVQ et de l'impôt des sociétés. Au cours des huit premiers mois de l'exercice, le déficit atteint 1,4 milliard de dollars. Si les finances continuent de s'enfoncer au rythme des derniers mois, le déficit de l'année oscillera entre 2 et 3 milliards de dollars, selon des extrapolations de La Presse Affaires. Pour arriver à de telles conclusions, nous avons dressé trois scénarios pour le déficit. Le premier suppose que les quatre derniers mois de l'exercice seront le reflet des huit premiers, ce qui donne un déficit de 2 milliards. Le deuxième fait l'hypothèse que les quatre derniers mois seront plutôt semblables aux trois plus récents, pour un déficit de 2,5 milliards. Enfin, le dernier scénario suppose que les prochains mois auront un déficit moyen comparable à celui de novembre, pour un déficit annuel de 3 milliards. Dans son Énoncé économique du 14 janvier, la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, prévoyait être en mesure d'atteindre l'équilibre budgétaire en utilisant «une partie de la réserve budgétaire accumulé au 31 mars 2008». Or, cette réserve, de 2,3 milliards, pourrait maintenant être à peine suffisante pour combler le trou qui se creuse. Dans le budget de mars 2008 et dans l'énoncé préélectoral de novembre 2008, la ministre prévoyait n'utiliser que la moitié des 2,3 milliards de surplus accumulés pour atteindre l'équilibre budgétaire cette année. Le reste devait être utilisé l'an prochain (exercice 2009-2010). Joint au téléphone, le sous-ministre adjoint à la politique budgétaire, Luc Monty, n'a pas voulu faire d'extrapolations. Néanmoins, admet-il, «les effets du ralentissement économique se font sentir». En particulier, les revenus tirés de l'impôt des sociétés ont fondu. Depuis le début de l'exercice, le gouvernement du Québec n'a récolté que 2,1 milliards de dollars à ce chapitre, une baisse de 19% par rapport à la période correspondante de 2007. Dans l'énoncé économique de novembre, le gouvernement avait prévu un recul de 4,7% de l'impôt des sociétés pour les 12 mois de l'exercice. Autre recul notable: les revenus tirés de la TVQ. En novembre, juste avant les Fêtes, Québec a enregistré une baisse de 14,7% de ses revenus de TVQ par rapport à novembre 2007, à 1 milliard de dollars. Pour les huit premiers mois de l'année, les revenus de TVQ sont en hausse de 1%. Les recettes tirées des sociétés d'État (Hydro, SAQ, etc.) ont également fondu en novembre, de 44,2%. Le gouvernement n'a donc pu engranger que 298 millions. À cet égard, Luc Monty souligne toutefois que «les résultats sont généralement meilleurs en fin d'exercice». L'économiste en chef adjoint du Mouvement Desjardins, Yves St-Maurice, estime qu'il est fort possible que les finances du Québec se dégradent au cours des prochains mois. Il ne s'avance toutefois pas à faire de projections. «Les données mensuelles sont très volatiles; il est très difficile d'en tirer des conclusions», dit M. St-Maurice. Hydro-Québec à surveiller De fait, les seuls résultats d'Hydro-Québec pour le premier trimestre de 2009 -les mois payants de l'année- peuvent changer le portrait. En 2007 et 2008, par exemple, Hydro avait enregistré des profits records excédant 1,4 milliard entre janvier et mars, soit environ la moitié des profits annuels. Au cours des dernières semaines, le premier ministre Jean Charest et la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, n'ont pas exclu la possibilité de faire un déficit, du moins pour 2009-2010. Le Québec n'est pas le seul dans cette situation. Lundi, le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, a averti que sa province accumulerait les déficits au cours des prochaines années, en raison de la récession. Certains prévoient même que l'Ontario enregistrerait un déficit de 5 milliards dès cette année, selon La Presse Ccanadienne. La Colombie-Britannique enregistrera également des déficits au cours des deux prochaines années, a indiqué le premier ministre, Gordon Campbell.