Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'brault'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning, architecture and urban tech
    • Urban photography
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • YUL General discussion about YUL
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

    Blogs


    Find results in...

    Find results that contain...


    Date Created

    • Start

      End


    Last Updated

    • Start

      End


    Filter by number of...

    Joined

    • Start

      End


    Group


    About Me


    Location


    Interests


    Occupation


    Type of dwelling

    Found 5 results

    1. Le concessionnaire Brault fera place à un nouveau centre médical Le Courrier du Sud Alexandre Lampron 29 janvier 2011 à 09:00 EXCLUSIF. Fermé depuis un an, le concessionnaire brault sera démoli afin de permettre la construction d’une nouvelle clinique médicale, le Centre médical brault, a appris Le Courrier du Sud. L’instigateur de ce vaste projet, Jean-François brault, a expliqué que l’arrivée de la nouvelle clinique médicale constituera une grande valeur ajoutée sur la Rive-Sud. Le site se trouve sur le boul. Taschereau, juste devant l’Hôpital Charles LeMoyne (HLCM). «En développant le terrain et en construisant une clinique médicale, le potentiel devient beaucoup plus important que de continuer à vendre des véhicules, a expliqué au Courrier du Sud M. brault. Nous étions le premier concessionnaire Ford à ouvrir sur la Rive-Sud en 1963, mais les portes ont fermé en janvier 2010 parce que Ford ne voulait plus de concessionnaire à cet endroit.» Trois phases Le projet, qui nécessitera des investissements d’au moins 30 M$, se fera en trois phases. Lors de la première phase, un bâtiment de quatre étages sera construit, sur une superficie d’environ 6500 m2. Le rez-de-chaussée sera réservé en espaces locatifs (une banque, une pharmacie ainsi qu’un restaurant). Les autres étages seront occupés par la clinique médicale. La deuxième phase consistera, selon les projections, en l’agrandissement de la première phase, alors que la dernière phase sera la construction d’une résidence pour personnes âgées. «Dans la clinique, nous aurons des services de radiologie, de médecine familiale ainsi que de gynécologie, a affirmé Jean-François brault. Compte tenu du lieu géographique du terrain, nous savions que ce projet serait intéressant pour l’ensemble de la Rive-Sud. Nous avons contacté des médecins avant de nous lancer dans ce projet. D’un point de vue strictement médical, je reçois des appels toutes les semaines.» Pas avant le printemps Aucun nom n’a été confirmé au moment de mettre sous presse, les négociations étaient toujours en cours. M. brault a toutefois admis que plus de 50% du bâtiment était déjà loué ou en voie de l’être. Les travaux ne débuteront toutefois pas avant le début du printemps, soit au mois d’avril ou mai prochain. D’autre part, M. brault souhaite aussi construire un passage entre la future résidence pour personnes âgées et la clinique médicale afin de faciliter les déplacements des résidents. Il a affirmé être actuellement en discussion avec les principaux intervenants pour la construction d’une passerelle qui relierait la clinique au l’HCLM en passant au-dessus du boul. Taschereau.
    2. The Bilbao Effect: is 'starchitecture' all it’s cracked up to be? Every struggling post-industrial city has the same idea: hire a star architect (like Frank Gehry) to design a branch of a famous museum (like the Guggenheim), and watch your city blossom with culture. After all, it worked for Bilbao ... didn’t it? Tomasz Kacprzak, chairman of the city council of Łódź, the third-biggest city in Poland, was telling me about the time he met David Lynch. “We went to his house in California,” Kacprzak said. “He loves Łódź. He wants to build us a cultural centre.” (Lynch’s plan for a 90-acre site comprising a film studio, cinema, gallery, offices and bar in an abandoned power plant in Łódź – the city that also inspired the cult director’s film Inland Empire – is expected to open in 2016.) “Actually,” Kacprzak continued, “Lynch’s house is not great. The interior. It is not modern.” “Oh, no,” I said. “Retro? Nineties?” “No,” Kacprzak said. “Eighties. Gehry’s house was much nicer.” “You went to Frank Gehry’s house, too?” This was interesting. We were standing in the soaring atrium of the Guggenheim Museum in Bilbao, designed by Gehry. Through the window, in the courtyard, you could make out the back of Jeff Koons’ huge, Edward Scissorhands-style plant sculpture, Puppy. “Yes,” Kacprzak said. “We asked for the Guggenheim in Łódź.” “You wanted Gehry to design a new museum?” “No,” Kacprzak said. “The same.” He swept his arm over the pine, glass and steel that curved above our heads. “You wanted him to build the exact same building?” “Yes,” Kacprzak said casually. “The same. But we would use it for a concert hall.” Much is made of the so-called ‘Bilbao effect’, the idea that attracting a world-class cultural institution – in Bilbao’s case, a branch of New York’s Guggenheim art museum – will put your city on the map, and in turn attract more investment, brands, tourism and cultural energy. This was the first time, however, that I’d heard someone say they wanted to copy Bilbao’s building exactly, swooping metal sheet for swooping metal sheet. “What did Gehry say?” I asked. “He said, ‘OK – but it will very expensive.’” Kacprzak shrugged. “We are a small city.” So, of course, was Bilbao 18 years ago when it rose to fame almost overnight. The fourth-largest city in Spain had lost its former glory as a manufacturing centre: its factories shuttered, its port decrepit. But after Spain joined the EU in 1986, Basque Country authorities embarked on an ambitious redevelopment programme for their biggest city. They drafted in expensive architects to design an airport (Santiago Calatrava), a metro system (Norman Foster), and a footbridge (Calatrava again), and in 1991 landed their biggest fish – the Solomon R Guggenheim Foundation, which decided to bring a new branch of the legendary Guggenheim Museum to the city, and hired star California architect Frank Gehry to build it. The building was an instant hit. Critics agreed Gehry’s deconstructed meringue of sweeping metal, which opened in 1997, was a work of “mercurial brilliance”. The collection inside, featuring art by Willem De Kooning, Mark Rothko, Anselm Kiefer and Richard Serra, was world-class. The construction even came in on budget, at $89m. What’s more, Bilbao now had a landmark. Visitor spending in the city jumped, recouping the building cost within three years. Five years after construction, Bilbao estimated that its economic impact on the local economy was worth €168m, and poured an additional €27m into Basque government tax coffers – the equivalent of adding 4,415 jobs. More than one million people annually now visit the museum, which became the centrepiece of the Bilbao Art District: a cluster composed of the maritime museum, the fine arts museum and the Sala Rekalde art centre. In 2010, French designer Philippe Starck completed his renovation of a former wine cellar to create the Alhondiga culture and leisure centre (recently rebranded as Azkuna Zentroa). And Zaha Hadid has presented radical plans to redevelop the neglected Zorrozaurre peninsula and turn it into a high-tech residential and cultural island. A struggling city, decimated by the decline of its manufacturing base, had seemingly reinvented itself by – of all things – betting big on culture. Other post-industrial cities noticed. When I told Kacprzak’s story to Maria Fernandez Sabau, a cultural and museum consultant for cities around the world, she sighed. “Yes, many of my clients say the same thing: give us the Guggenheim,” she said. “Often the exact same building! But you can’t just copy it.” Don’t tell that to Abu Dhabi. Possibly in an attempt to buttress itself against the day the oil runs out, the city is building a museum complex called Saadiyat Island, which will feature branches of not just the Guggenheim (again) but the Louvre as well. In Hong Kong, the West Kowloon Cultural District will be home to M+, a new museum of Chinese contemporary art. There are plans for new cultural hubs centred on museums in Mecca, in Tirana, in Belo Horizonte and in Perth, Australia. It’s the same in the UK: Dundee has drafted in Kengo Kuma to build a new V&A Museum of Design, while Liverpool and Margate have welcomed the Tate Liverpool (designed by James Stirling) and the Turner Contemporary (David Chipperfield). Every city, it seems, wants to create the next Bilbao-Guggenheim-Gehry vortex. Praise for this model reached its zenith last month, as mayors, cultural attachés and city representatives descended on Bilbao for the UCLG Cities and Culture Conference. Walking the streets with Kacprzak from Łódź, I could see what the delegates liked so much. The city centre is clean. There are lots of expensive retail shops. “El Fosterito”, the glass-tube metro entrances designed by Foster, are slick and futuristic. And the people seem disproportionately well-off. Presiding over it all, like a monolith of gentrification, is the Guggenheim. Yet despite this icon of culture, the city seems strangely quiet. Where are the local galleries, the music, the graffiti, the skateboarders? Spain’s difficulties with youth unemployment are well-documented, but I expected more twentysomethings in what is regularly billed as a cultural capital. Does the Guggenheim actually encourage creativity in the city, as advertised, or is it a Disneylandish castle on the hill with a fancy name and an expensive entrance fee for tourists and the well-heeled? Is the Bilbao effect to spread culture, or just to spread money? “The Guggenheim put our city on the map, no question. But you also can’t get anything support here unless it’s top-down,” says Manu Gómez-Álvarez, an animated man of around 40 wearing earrings and a black hoodie, who is the driving force behind ZAWP, the Zorrozaurre Art Working Progress, a cultural group based on the Bilbao peninsula that Zaha Hadid proposes to completely redevelop. ZAWP is precisely the kind of cultural organisation that gets praised in megacities like London and New York. It’s a decentralised collective of young artists, theatre-makers, musicians and designers, with co-making spaces in the old industrial buildings of Zorrozaurre and a thriving entrepreneurial atmosphere in their colourful, funky headquarters – which also house a bar, a cafe, a gig space and a theatre. Gómez-Álvarez is leading a movement he calls Meanwhile, which aims to use the still-derelict buildings of the peninsula as temporary sites for plays, gigs, artistic interventions or even just cafes. Every proposal, at every turn, gets the same answer back from the authorities: no. “There’s no support for grassroots culture,” he says. “We waited 20 years before we got any funding from the government at all.” Last year, he says ZAWP finally received a grant – but they still don’t get a permanent home in the new Zorrozaurre, and will almost certainly have to move again. It’s hard to imagine: ZAWP’s premises are huge, stretching through half a dozen buildings and decorated in amazingly elaborate detail. And yet “we are nomads”, says Gómez-Álvarez. I asked Igor de Quadra, who runs Karraskan Bilbao – a network of more than a dozen theatre groups, venues and creative organisations – what he thought of the Guggenheim’s effect. He struggled to frame his words carefully. “It is fine for what it is,” he said at last, “but it gets a lot of attention from people who are just passing through. Events like this [uCLG forum] take up a lot of attention, but don’t leave much behind for Bilbao culture. Frankly, we don’t think about the Guggenheim.” The Guggenheim certainly doesn’t claim to be in the business of fostering local culture, nor would you expect it to. The museum has some Basque art and occasionally runs cultural workshops, but it’s an international art museum, rather incongruously plonked down in northern Spain. (Extreme Basque nationalists didn’t take kindly to its arrival: the week before it opened, ETA killed a police officer in a foiled attempt to bomb the museum.) There are, of course, Basque cultural organisations in the city, such as Harrobia Bilbao, a performing arts group established in a former church in the Otxarkoaga area in 2011, but their presence feels surprisingly marginal in a city that is supposed to be at the heart of Basque culture. “In English Canada, culture’s nice to have – in French Canada, it’s crucial,” says Simon Brault, head of the Arts Council of Canada, talking about a similar dynamic between French-speaking Quebec and the rest of the country. Brault helmed what you might call an “anti-Bilbao effect” – a completely different type of culture-led regeneration in another struggling post-industrial city, Montreal. Brault helped found an open, non-hierarchical cultural network called Culture Montreal, which rather than speaking only to the Guggenheims and cultural superstars of the city, was open to everyday Montrealers – bar owners, teachers, musicians. “An artist just in from Chile would be at the same table as the head of Cirque du Soleil,” he says. The aim wasn’t to secure funding for massive projects, but to put culture at the heart of the city’s regeneration. It was controversial at first. “The cultural groups thought it was a distraction and that what the culture sector needed was more money,” he said. “But within a year, we got what cultural groups had been asking for for 20 years: a seat at the table.” Rather than championing culture only for an elite group of professionals – and asking for money just for the huge institutions – Culture Montreal was better received by city and provincial governments, says Brault. Their goals were less arrogant: to increase cultural access for Montrealers, and to include culture as part of the solution to any civic problems. They achieved this, Brault says, by making everyone feel as though culture was a daily part of everyone’s life, not something for a sophisticated few. “There is definitely room for starchitects, but it’s always better to tap into local culture rather than buy it from outside. You can’t do culture in a city without involving citizens,” he said. So, which is the better way for cities – bottom-up cultural movements or big-ticket splashes? “Of course, there will always be top-down decisions,” Brault said. “The key is to look for a middle ground.” Hadid’s billion-pound redevelopment of Zorrozaurre will be a test for that middle ground in Bilbao. Will its 6,000 new houses, two new technology centres and park genuinely engage with local culture, or will it simply be a flashy area for rich Spaniards looking for a waterfront property? The Bilbao effect might be famous, but it’s here that it could be truly tested. Those cities around the globe hoping a brand-name museum will save them should be watching carefully. “The Guggenheim Bilbao was a rare occurrence,” says museum consultant Maria Fernandez Sabau. “There was an incredible confluence of amazing, talented people. You had a museum that was hungry to expand, available land for cheap, a government with money, an architect itching to make a statement, and a city that desperately needed a new reason to exist. You can’t just buy that.” http://www.theguardian.com/cities/2015/apr/30/bilbao-effect-gehry-guggenheim-history-cities-50-buildings?CMP=twt_gu
    3. Photo Bernard Brault, La Presse Presse Canadienne Montréal Un inventaire réalisé pour la ville de Montréal indique que les deux raffineries de Shell et de Pétro-Canada constituent les deux plus grosses sources ponctuelles d'émissions de gaz à effet de serre de la métropole. Avec 19 % des émissions, elles contribuent presque autant au réchauffement du climat que les émissions attribuables aux 4,1 millions de déplacements d'automobiles recensés chaque jour sur l'île. L'inventaire a été dressé par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs à partir de données statistiques des années 2002-03, les plus récentes à sa disposition. Selon cette enquête, les trois principales sources d'émissions de gaz à effet de serre à Montréal sont, par ordre d'importance, les transports (49 %), les industries (28 %) et le parc immobilier (20 %). Les émissions liées aux déchets de la ville s'élevaient quant à elles à trois pour cent. On y apprend que les deux pétrolières Shell et Pétro-Canada rejettent à elles seules 71 % des gaz à effet de serre du secteur industriel, échantillonné à partir d'une analyse des émissions de 90 grandes entreprises. Le transport des personnes et des marchandises est sans contredit la première source d'émissions de GES à Montréal avec la moitié du grand total. C'est le trafic routier qui se taille la part du lion des transports avec 86 % des émissions. Les voitures à essence génèrent à elles seules 43 % des émissions du volet transports, suivies des camions lourds au diesel (29 %) et des camions légers à essence (19 %). Montréal affiche une moyenne de 7,2 tonnes de gaz à effet de serre par habitant, ce qui en fait «un des bons élèves du monde industrialisé». En guise de comparaison, la moyenne québécoise se situe à 12 tonnes par habitant. Celle du Canada atteint 24 tonnes par habitant et celle des États-Unis, 25.
    4. La Presse Le mercredi 20 juin 2007 Forts d'un consensus sur la gouvernance culturelle, les organisateurs du sommet culturel montréalais, Rendez-vous Montréal 2007, lorgnent déjà les 33 milliards du nouveau programme fédéral d'infrastructures. Montréal pourrait obtenir jusqu'à 1 milliard de la nouvelle enveloppe fédérale. Une partie de cette somme devrait être consacrée au Quartier des spectacles, à l'agrandissement des musées et au renouvellement d'équipements culturels, pense Simon Brault, président de Culture Montréal et du comité de pilotage de Rendez-vous Montréal 2007. «On veut lancer le message qu'une portion du montant accordé à Montréal serve aussi à la culture et non pas seulement aux égouts et aux routes», souligne M. Brault. Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s'est par ailleurs dit d'accord avec l'idée de regrouper, en une seule entité, les activités, services, opérations, fonctions et programmes qui font partie du périmètre municipal en culture.
    5. Le Journal de Montréal 16/04/2007 En 2005, la Ville de Montréal a adopté sa politique de développement Montréal, métropole culturelle. Dix-huit mois plus tard, c'est un bilan des réalisations «bien modeste» que dépose l'administration municipale. «Mise en place d'un chantier de réflexion», «politique en cours d'élaboration», «adoption d'une stratégie» et «lancement du processus», voilà autant d'expressions qui parsèment le bilan de la mise en oeuvre de la politique culturelle de Montréal. «Quand tu regardes les résultats concrets, c'est vraiment modeste. Une série d'engagements éparpillés et à la pièce n'égale pas un plan d'action», affirme le président de Culture Montréal, Simon Brault. Celui-ci salue tout de même l'initiative de la Ville de Montréal de déposer un rapport témoignant de ses actions. «Ça rappelle les engagements des élus et c'est une boussole pour s'orienter au quotidien», dit-il. Le dépôt de ce bilan constitue d'ailleurs un des engagements de la politique culturelle de Montréal. Culture Montréal aurait toutefois aimé y voir apparaître plus de réalisations. En un an et demi, la situation à la Ville en est visiblement une de démarrage. «On est beaucoup en train de planifier et on n'est pas encore en train de faire quelque chose», indique Simon Brault. Manque de moyens et de vision Selon lui, les moyens financiers manquent pour que Montréal, métropole culturelle se réalise pleinement. «Par elle-même, la Ville n'arrive pas à concrétiser les engagements pris pour la politique culturelle», dit-il. Pour atteindre ses objectifs, Montréal aura donc besoin de l'appui des gouvernements fédéral et provincial, une collaboration étroite qui n'est «pas encore acquise», selon le président de Culture Montréal. L'action des trois paliers de gouvernement pour la culture doit également suivre une vision commune, c'est pourquoi il propose de revoir la gouvernance culturelle de la métropole. «Il y a un manque de moyens, mais aussi un manque de travail d'équipe, un manque de gouvernance. Eux-mêmes (la Ville) l'admettent et ils le disent dans leur rapport», remarque Simon Brault. Culture Montréal a soumis l'idée d'une Agence métropolitaine qui regrouperait les acteurs culturels afin que tout le monde marche dans la même direction. Une idée qui a plu au responsable de la culture à la Ville de Montréal, Benoît Labonté. La consultation publique pour le bilan culturel de Montréal se tiendra ce soir à l'hôtel de ville à compter de 19 h. Le bilan complet est disponible dans le site Internet de la Ville. Le bulletin culturel Comme à la petite école, un bulletin d'étape s'impose pour ce premier bilan de la mise en oeuvre de Montréal, métropole culturelle. Nous avons donc demandé au président de Culture Montréal et au responsable de la culture de la Ville de Montréal de donner une note sur 100 aux réalisations des élus. Voici ce qu'ils nous ont répondu. Simon Brault, président de Culture Montréal : Entre 60 et 70 %. Il hésite entre la note de passage et un peu mieux. Mais si la Ville n'avait pas admis que le Rendez-vous Montréal novembre 2007 prend une importance capitale pour activer les réalisations, il aurait été fort découragé de ce bilan. Benoît Labonté, responsable de la culture à la Ville de Montréal : Visiblement au fait de la réforme scolaire, Benoît Labonté préfère noter les compétences transversales... «100 % d'effort et 100 % d'intérêt», répond-il tout en laissant le soin à d'autres d'évaluer les élus sur leurs réalisations. À la défense de la Ville Sans toutefois crier victoire, le responsable de la culture à la Ville de Montréal, Benoît Labonté, défend le bilan «positif» de l'administration Tremblay en matière de culture. «Pour une première année, je pense que c'est extrêmement intéressant et ça envoie le signal qu'on était sérieux», affirme le maire de Ville-Marie et membre du comité exécutif de Montréal, Benoît Labonté. «Il y a énormément de mesures entreprises ou réalisées.» Parmi les meilleurs coups, il note la nomination de Montréal comme ville Unesco de design, «une des trois villes dans le monde avec Berlin et Buenos Aires». Modernisation et part du privé La technologie wi-fi installée dans toutes les bibliothèques et lieux culturels montréalais de même que l'augmentation du nombre d'heures d'ouverture des bibliothèques en font également partie. Et Benoît Labonté est particulièrement fier de la création du réseau des élus pour la culture. «C'est très important, 19 personnes, un élu par arrondissement, qui se réunissent pour discuter de la chose culturelle. Et la particularité, c'est qu'il est non partisan», dit-il. Pour les prochaines années, le responsable de la culture estime que Montréal aura besoin d'aide pour poursuivre le développement de la métropole culturelle. «Un des grands enjeux va être la participation du privé», indique Benoît Labonté. De ce côté, la relance du prix Arts-Affaires jouera un rôle significatif selon lui. «Le privé doit comprendre que mettre de l'argent dans la culture à Montréal, ce n'est pas de faire du mécénat, c'est d'investir dans le développement et l'avenir de sa ville», souligne-t-il. Malgré tout, il demeure conscient que beaucoup reste à faire pour la mise en oeuvre de Montréal, métropole culturelle. Benoît Labonté, tout comme Simon Brault d'ailleurs, fonde beaucoup d'espoir dans le Montréal, métropole culturelle, Rendez-vous novembre 2007. «Si le rendez-vous peut accroître l'intérêt de tous les milieux pour la culture et servir d'effet de levier, ce sera tant mieux», conclut-il. Un Rendez-vous très attendu Les espoirs sont grands envers le Rendez-vous de novembre 2007. L'événement, considéré par beaucoup comme une véritable bouée de sauvetage pour la culture montréalaise, sera-t-il à la hauteur des attentes ? «On aura simplement réponse à cette question en novembre prochain», admet Simon Brault. Le Rendez-vous de novembre 2007 émane justement de l'organisme qu'il préside. L'idée a été lancée aux élus lors des dernières élections municipales et Gérald Tremblay s'est engagé à la mettre en oeuvre. À l'automne, des représentants de la Ville de Montréal, du gouvernement du Québec, du gouvernement fédéral, du milieu des affaires et du milieu culturel se réuniront à la même table pour parler de culture. Déjà, des comités de travail sont à préparer le terrain. Simon Brault se dit conscient que le danger est grand de se fier sur ce sommet pour régler tous les problèmes de Montréal quant à la culture. Lui-même serait «découragé» en regardant le bilan des premiers 18 mois de politique culturelle si ce n'était de l'espoir du Rendez-vous novembre 2007. Pas une thérapie de groupe Du côté de la Ville de Montréal, Benoît Labonté assure qu'il n'«attend pas au Rendez-vous 2007 pour faire des actions». Encore la semaine dernière, la Ville a adopté un budget de 700 000 $ pour compléter l'identification lumineuse des salles situées dans le Quartier des spectacles. «Néanmoins, le fait que le Rendez-vous 2007 se produise et qu'on puisse asseoir tout le monde à la même table, ce n'est pas un geste qui est innocent», rappelle Benoît Labonté. Lui aussi mise sur le sommet pour que les choses passent à la vitesse supérieure. Quant à Simon Brault, il met toute sa confiance dans les décideurs pour que ce sommet marque un virage important pour le Montréal culturel. «Tout le monde s'est engagé pour que ce ne soit pas du parlage et de la thérapie de groupe, mais un sommet où on fait des annonces», conclut-il. Les principales réalisations de Montréal Lancement du processus menant à Montréal, métropole culturelle, rendez-vous novembre 2007. Gratuité de l'abonnement dans toutes les bibliothèques de la Ville et prolongement des heures d'ouverture. Rendre disponible Internet sans fil dans les bibliothèques d'ici l'été 2007. Annonce de la mise sur pied de la Vitrine culturelle, une billetterie de dernière minute qui permettra l'achat de billets de spectacle à rabais et qui doit ouvrir ses portes à l'été 2007. Augmentation de la contribution de la Ville pour les musées. Augmentation récurrente du budget du Conseil des arts de Montréal, qui passe de 9,5 M$ à 10 M$. Relance du prix Arts-Affaires pour stimuler l'implication du privé dans la culture. Adoption d'un budget d'immobilisation de 5,5 M$ pour la réalisation du Quartier des spectacles et mise en branle d'un plan de développement. Désignation de Montréal comme «ville Unesco de design» en mai 2006. Sans oublier la réalisation du rapport sur la mise en oeuvre de la politique culturelle.
    ×
    ×
    • Create New...