Search the Community

Showing results for tags 'boeing'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 33 results

  1. Le PDG de Boeing Jim McNerney considère que le prix élevé du pétrole constitue «une opportunité» qui va accélérer les commandes de modèles récents d'avions, moins consommateurs de carburant. Pour en lire plus...
  2. Le constructeur aéronautique américain a toutefois indiqué qu'il maintenait sa prévision pour les profits par action. Pour en lire plus...
  3. Le contrat qui avait été attribué au géant européen a été contesté par Boeing, et l'appel d'offres devrait être relancé. Pour en lire plus...
  4. L'avionneur américain enregistre des profits en baisse de 19% au deuxième trimestre en raison des retards d'un programme de surveillance aérienne. Pour en lire plus...
  5. La direction du constructeur aéronautique tente d'éviter un conflit qui porterait un nouveau coup à son nouvel appareil, le 787 Dreamliner, déjà victime de retards. Pour en lire plus...
  6. La compagnie aérienne américaine se procure une collection de Dreamliners pour un prix catalogue de 8 G$ US. Pour en lire plus...
  7. Le constructeur aéronautique reporte au premier trimestre 2010 les premières livraisons de l'appareil à ses clients. Pour en lire plus...
  8. Le constructeur aérien américain s'attend à ce que 29 400 avions commerciaux soient vendus dans le monde d'ici 2027. Pour en lire plus...
  9. Un petit instrument de l'entreprise montréalaise CMC Électronique se retrouvera dans un des plus gros biréacteurs d'affaires qui soient, le Boeing Business Jet (BBJ). Pour en lire plus...
  10. La décision de selectionner soit Boeing, soit le tandem formé par Northrop Grumman et l'européen EADS, reviendra à la prochaine administration américaine. Pour en lire plus...
  11. Le Québec Air Force débarque chez Boeing et Lockheed 4 octobre 2007 - 06h43 La Presse Marie Tison Les entreprises québécoises qui espèrent bénéficier des retombées des contrats militaires du gouvernement canadien ont pris le taureau par les cornes. Près d'une quarantaine d'entre elles sont allées visiter Boeing et Lockheed Martin aux États-Unis pour leur montrer ce dont elles étaient capables. «Nous sommes allés là pour faire des affaires», déclare le président et chef de la direction d'Héroux-Devtek, Gilles Labbé, qui a un peu joué le rôle de grand frère auprès des plus petites entreprises. Héroux-Devtek, fabricant de trains d'atterrissage et d'autres composants pour l'industrie aéronautique, est déjà un fournisseur de Boeing et de Lockheed Martin. «Nous avons montré que nous comprenions les règles du jeu: la qualité, la livraison à temps, le prix, ajoute-t-il. Nous allons être choisis à partir de ces critères-là, nous ne serons pas choisis parce que nous sommes du Canada.» Le gouvernement Harper a annoncé un ambitieux programme d'achats militaire de 17 milliards de dollars il y a plus d'un an. Boeing a déjà décroché l'un de ces contrats pour la fourniture de quatre avions de transports C-17. Le géant américain devrait obtenir un autre contrat pour 16 hélicoptères de transport alors que Lockheed Martin devrait décrocher un contrat pour la fourniture de 17 avions de transport tactique de type C130. Le gouvernement fédéral exige que les deux manufacturiers génèrent au Canada des retombées industrielles d'un montant égal à celui des contrats. Le gouvernement Harper a toutefois refusé d'imposer un pourcentage minimum de retombées au Québec, où niche plus de la moitié de l'industrie aéronautique canadienne. Le président de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Guy Mc Kenzie, a cependant participé à la mission québécoise au siège de Boeing à St. Louis et de Lockheed Martin à Mariette, en Georgie, la semaine dernière. Les entreprises québécoises intéressées aux retombées industrielles avaient déjà rencontré des représentants de Boeing et de Lockheed Martin à Montréal. Cette fois-ci, près de 70 entreprises ont demandé à faire partir de la mission. Les organisateurs ont fait parvenir la liste de candidats aux deux manufacturiers, qui ont eu le dernier mot. Boeing a demandé à rencontrer 20 entreprises et Lockheed Martin, 29. Une douzaine d'entreprises ont été choisies par les deux. «Les gens de Boeing et de Lockheed Martin ont pu amener les bonnes personnes pour rencontrer les fournisseurs qui les intéressaient, note M. Labbé. Ça fonctionnait par rendez-vous, c'était très productif.» Héroux-Devtek connaît bien les deux manufacturiers, mais elle aimerait bien obtenir des mandats de plus. L-3 MAS Canada, entreprise de Mirabel qui se spécialise dans l'entretien et la rénovation d'appareils militaires, a participé à la mission même si elle compte elle aussi Boeing et Lockheed Martin parmi ses clients. «C'est toujours important de renouveler les relations, explique Stéphane Germain, vice-président du développement des affaires de L-3 MAS. Il y a toujours des changements organisationnels, il est donc important de faire de nouveaux contacts.» Plusieurs participants à la mission étaient des PME, comme Minicut International, entreprise montréalaise spécialisée dans les outils de coupe pour l'industrie aéronautique. «Nous avons profité de l'occasion pour rencontrer d'autres fournisseurs, comme Goodrich et Rolls-Royce, qui peuvent devenir des clients pour nous», commente le président de Minicut, Eduardo Minicozzi. Les organisateurs prévoient déjà une nouvelle mission chez Boeing et Lockheed Martin plus tard cet automne. Des entreprises québécoises n'ont pas pu participer à cette première mission parce qu'elle avait lieu exactement en même temps que le congrès annuel du National Business Aviation Association.
  12. Boeing déboursera 400 M$ au Québec 21 janvier 2008 - 06h10 La Presse Sophie Cousineau Un avion C-17 de Boeing. Boeing ne boudera pas le Québec. Le constructeur d'avions américain accordera pour près de 400 M$ de contrats à des entreprises d'ici qui profiteront ainsi des retombées industrielles associées à l'achat d'avions de transport C-17 par le gouvernement fédéral. C'est un premier gain appréciable pour l'industrie aérospatiale du Québec qui craignait que sa récolte de contrats ne soit largement inférieure à son importance. Rappelons que dans une décision critiquée au Québec, le gouvernement fédéral a laissé à Boeing toute latitude sur l'emplacement de ses retombées industrielles au Canada. Boeing annoncera les contrats ce matin (lundi) à l'usine flambant neuve de la société RTI Claro dans le parc industriel de l'autoroute 25 à Laval, en compagnie des ministres conservateurs Jim Prentice (Industrie) et Michael Fortier (Travaux publics). L'emplacement n'a pas été choisi au hasard. De la dizaine d'entreprises qui ont décroché un contrat avec Boeing au terme d'un lobbying intensif de l'industrie québécoise, c'est RTI Claro qui obtient la part du lion. La valeur de son contrat frise les 300 M$, d'après les informations obtenues par La Presse. RTI Claro est une filiale de RTI International Metals, entreprise de l'Ohio dont le titre se transige à la Bourse de New York. Cette spécialiste du titane vient d'investir 43 millions pour déménager sa division montréalaise de Saint-Léonard à Laval. Elle compte plus de 250 salariés qui usinent des pièces d'aéronefs en alliage de titane, en aluminium et en acier inoxydable. Boeing figure déjà parmi les clients importants de RTI Claro, aux côtés de Bombardier et de Bell Helicopter. Le nouveau contrat à long terme d'une durée de 10 ans porte sur la fourniture de composants en titane pour les rails des sièges du nouveau Boeing 787 Dreamliner. En octroyant ces contrats de près de 400 M$, Boeing remplit une bonne partie des engagements associés à la vente des quatre avions de transport C-17. Ottawa déboursera 1,8 milliard de dollars pour les avions, leurs moteurs et les infrastructures associées à ces appareils. En vertu de l'entente convenue avec le gouvernement fédéral, le constructeur américain est tenu d'investir au Canada un dollar pour chaque dollar reçu. Cela équivaut à un investissement de 869 millions de dollars, soit le prix des appareils sans leurs moteurs. Boeing a huit ans pour s'acquitter de cette obligation. Avec des contrats de 400 millions de dollars, le Québec est assuré de recevoir au moins 45% des retombées industrielles du contrat de fourniture des C-17. Ce ne sont pas encore les 50% à 60% réclamés par l'industrie québécoise. Avec 40 400 emplois et des ventes de 11,4 milliards en 2006, le Québec représentait 60% de toute l'activité en aérospatiale au pays, calcule le ministère québécois du Développement économique. Mais ce 45% est mieux que ce que le Québec appréhendait. L'industrie québécoise redoutait que Boeing ne concentre le gros de ses retombées industrielles à sa propre usine de Winnipeg. Elle craignait aussi que Boeing refuse d'encourager des entreprises québécoises qui travaillent avec Bombardier, un rival qui veut jouer dans sa cour avec son projet d'avion commercial CSeries. Reste à voir si le Québec fera mieux - ou pire - dans les autres contrats. L'achat des quatre C-17 est en effet assorti d'un autre contrat de 1,6 milliard pour le soutien en service pendant 20 ans de ces gros appareils qui servent à déplacer du personnel et du matériel en cas de catastrophe nationale ou de crise internationale. Et ce n'est qu'une partie des achats d'équipements militaires qui se trouvent sur la liste d'épicerie du gouvernement Harper. Il y en a pour plus de 17 milliards de dollars. Or, exception faite des navires de soutien et des camions logistiques, les trois quarts de ces achats tiennent du secteur aérospatial. À preuve, le contrat de 1,4 milliard de dollars octroyé il y a une semaine au constructeur américain Lockheed Martin pour l'achat de 17 avions de transport Hercules. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080121/LAINFORMER/801210755/5891/LAINFORMER01
  13. L'avionneur américain voit ses profits tomber de 38% au troisième trimestre en raison d'une grève qui ralentit les livraisons. Pour en lire plus...
  14. «Les affaires vont comme à l'habitude», a notamment fait savoir Gilles Labbé, président et chef de la direction d'Héroux-Devtek. Pour en lire plus...
  15. Les 27 000 mécaniciens de l'avionneur américain sont en grève, après l'échec des pourparlers sur le renouvellement de leur convention collective. Pour en lire plus...
  16. Insatisfaits des offres de la direction du constructeur américain, les 27000 mécaniciens de Boeing débrayent, un conflit de travail qui pourrait coûter cher à leur employeur. Pour en lire plus...
  17. (Courtesy of Gizmodo) Should be released by 2011 Its nice to see a newer version of the 747 going to be on the market soon.
  18. La compagnie aérienne américaine Delta Air Lines, qui vient de fusionner avec sa concurrente Northwest Airlines, prévoit de demander des modifications dans les commandes que les deux groupes ont chacun passé à l'avionneur Boeing. Pour en lire plus...
  19. Le constructeur aéronautique prévient ses clients des effets de l'arrêt de la production pendant la grève de ses mécaniciens. Pour en lire plus...
  20. L'avionneur laisserait le champ libre au tandem Northrop Grumman-EADS pour le renouvellement des avions ravitailleurs de la US Air Force. Pour en lire plus...
  21. `We are happy to return to Newark because it is an important connection to the Polish community... says Rafał Milczarski, (LOT’s CEO) Soon LOT is going to announce more new destinations... “As new long-distance flights are launched, the number of short-distance flights, especially from the Central and Eastern Europe, is going to go up as well. The company estimates that in 2020 it will operate a total of approximately 70 aircraft, including 16 Dreamliners … We also expect the delivery of two new Boeing 787 Dreamliners. The above are selected excerpts from the LOT`s CEO speech announcing the new Newark flight. He implies strongly that there will be additional long-distance launches. It is also clear that they are rapidly increasing their number of Dreamliners. Does this mean that YUL is still on their list for the near future?
  22. Quebec funds effort to build $130M river turbine farm on St. Lawrence River BECANCOUR -- The Quebec government is helping to bankroll a $130-million project by RER Hydro, Hydro-Quebec and Boeing to generate clean energy on the St. Lawrence River in what officials say would be the world's largest river-generated turbine farm. The three-phase project could eventually culminate in nine megawatts of renewable power being generated in Montreal from 46 riverbed turbines, with installation beginning in 2016. The province could contribute up to a maximum of $85 million in equity and loans. That's on top of the $3 million it has already provided RER Hydro Inc. for its initial $230-million prototype testing phase that lasted three years. Quebec, which is a leader in production of hydroelectricity, hopes that the technology will take off and support the manufacture of about 500 turbines annually and some 600 direct and indirect jobs at RER Hydro's plant in Becancour, near Trois-Rivieres. Premier Pauline Marois said at the plant's official opening on Monday that the government is actively helping new industries that hold promise for the Quebec economy, such as its strategy to support the electrification of transportation. "Our participation in this partnership agreement will promote the development of the industrial sector of turbines, which has great economic potential for Quebec, particularly because of the significant export opportunities," Marois said, while also stressing the job creation potential of the project. The technology has global market potential and could supply electricity to isolated communities in Northern Quebec not currently connected to the provincial power grid. The second phase of the project, estimated to cost $51.5 million, would install and test six turbines generating three-quarters of a megawatt of power near the Pont de la Concorde bridge near the Montreal Casino on Ste Helen's Island. About 25 jobs would be created in Becancour and Montreal. It would mark the first commercial sale of RER Hydro's technology. If results are successful, about $81 million would be spent to install a demonstration fleet of 40 turbines beginning in 2016. That would create 90 direct jobs and 80 indirect jobs from various suppliers. Unlike dams, the "hydrokinetic" turbines generate clean power without disrupting the river flow or the natural habitat of fish or other marine life, said RER Hydro CEO Imad Hamad. "This new industry will help to further transform Quebec's natural resources for the benefit of Quebecers," Hamad said. RER and Boeing (NYSE:BA), the U.S. aerospace and defence giant, signed an agreement last year giving Boeing exclusive rights to market and sell the turbines around the world. Boeing is providing program management, engineering, manufacturing and supplier-management expertise, in addition to servicing the turbines. "This agreement between industry and government will deliver renewable power while protecting the environment," said Dennis Muilenburg, CEO of Boeing Defense, Space & Security. "It also builds on Boeing's long-term, strategic partnership with Canada, supporting customers from aerospace and defence to clean energy, generating high-quality jobs and making a difference in the community." Boeing says it works with 40 suppliers in Quebec, contributing to the $1 billion in economic activity the company generates annually across Canada. Read more: http://www.ctvnews.ca/business/quebec-funds-effort-to-build-130m-river-turbine-farm-on-st-lawrence-river-1.1539132#ixzz2kRX062Vp
  23. Le constructeur européen aéronautique Airbus devançait toujours Boeing à la fin de juin, totalisant 487 commandes nettes d'avions en six mois. Pour en lire plus...
  24. CAE remporte 60 M$ de contrats 13 janvier 2009 - 08h30 LaPresseAffaires.com Michel Munger Le fabricant de simulateurs CAE (CAE) annonce ce matin qu'il remporte 60 M$ de contrats auprès de clients pour livrer cinq unités et des dispositifs de formation. Ainsi, la compagnie établie à Montréal refile une série complète de produits de simulation Boeing 737NG au transporteur états-unien Continental Airlines. Cela comprend deux simulateurs CAE 7000 et un entraîneur de vol. Tout cela sera livré cette année. «Étant donné que nous ajoutons plus d'appareils Boeing 737NG à notre flotte, nous devons nous doter des simulateurs les plus fiables et de la plus haute qualité qui soit pour notre programme de formation des pilotes», dit Fred Abbott, vice-président des activités aériennes de Continental. Air China (la compagnie aérienne nationale chinoise) ainsi que Shandong Airlines se sont alliées pour commander trois simulateurs. Ces unités de série 7000 reproduisent le comportement en vol de deux Boeing 737-800 et d'un Airbus A320. Les trois appareils seront livrés en 2010. Ils seront dotés du système de mouvement électrique CAE True et de la solution visuelle CAE de nouvelle génération. «Nous sommes heureux que des compagnies aériennes du monde entier continuent de faire confiance au matériel de simulation de haute fidélité de CAE pour le soutien de leurs programmes de formation des pilotes», déclare Marc Parent, chef de l'exploitation de CAE. Le titre de CAE a clôturé à 7,62 $ à la Bourse de Toronto.
  25. I guess this is what Mark_ac was talking about when he said good news in the pipe for this week... This is wonderful. Publié le 23 septembre 2016 à 07h44 | Mis à jour à 07h44 Un an après le début du vol Pékin-Montréal d'Air China, Air Canada a annoncé vendredi le lancement d'un vol quotidien entre la métropole québécoise et Shanghai à partir du 16 février. Les vols seront assurés par des avions Boeing 787-8 Dreamliner de 251 sièges. « C'est un jour que nous attendions depuis longtemps », a déclaré le PDG d'Air Canada, Calin Rovinescu, lors d'une conférence de presse à laquelle ont notamment participé le premier ministre Philippe Couillard et le maire Denis Coderre. L'annonce créera environ 200 emplois, a précisé M. Rovinescu