Search the Community

Showing results for tags 'bernard'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 29 results

  1. La Licorne peut enfin agrandir son théâtre Paul Journet La Presse Le projet d'agrandissement du théâtre La Licorne prend enfin forme. Le gouvernement fédéral a versé une subvention de 2 289 671 $, provenant du Fonds du Canada pour les espaces culturels. Cette somme d'argent s'ajoute aux 400 000 $ déjà amassés par le théâtre, et à une subvention de 3 854 800 $ du gouvernement provincial. Québec avait donné son accord de principe en avril 2008, mais attendait qu'Ottawa s'engage aussi avant de verser la somme. Depuis environ un an, La Licorne attendait donc la confirmation du ministère du Patrimoine pour réaliser le projet, dont le coût est estimé à environ 6,5 millions. C'est maintenant chose faite. «C'est un grand jour pour nous», s'est exclamé Denis Bernard, directeur général de La Manufacture, qui assure la direction artistique de La Licorne. Les travaux doivent commencer en mars 2010 et se terminer en mars 2011. De mars à juin 2010, La Manufacture présentera ses activités à l'Espace GO. L'actuel théâtre et son édifice voisin seront démolis. La superficie du nouveau complexe passera de 840 à 1740 mètres carrés. Les deux salles - La Licorne et la Petite Licorne - resteront à géométrie variable. Elles compteront respectivement 180 et 90 sièges. Les deux salles deviendront aussi indépendantes - la Petite Licorne pourra désormais présenter des spectacles en même temps que sa grande soeur. Le théâtre pourra ainsi accueillir environ 15 000 spectateurs de plus par année, une augmentation de 50 %. «Mais nous allons préserver le caractère intimiste des deux salles, c'est une condition sine qua non des rénovations», a assuré M. Bernard. Même si La Manufacture dit afficher un taux de fréquentation de près de 100 % depuis plus de 10 ans, le théâtre se plaignait de la vétusté de ses installations, qui ne comptaient «pas de coulisses et de dégagement de scène», et dont les scènes étaient «trop petites, mal insonorisées et manquaient de hauteur».
  2. Le procureur veut saisir des biens enregistrés au nom de Ruth Madoff, l'épouse de l'ex-financier accusé de fraude. Pour en lire plus...
  3. Les autorités réglementaires américaines ne se sont jamais penchées sur les activités de Bernard Madoff en matière de conseils de placements. Pour en lire plus...
  4. L'ex-PDG de Nasdaq Bernard Madoff a été arrêté jeudi pour avoir englouti jusqu'à 50 milliards de dollars dans un système frauduleux d'investissements pyramidaux. Pour en lire plus...
  5. Une nouvelle demande d'incarcération du financier américain Bernard Madoff, soupçonné d'être à l'origine d'une énorme fraude de 50 G$ US, doit être examinée mercredi. Pour en lire plus...
  6. Bernard Lord se joint à l'Institut économique de Montréal à 11h56, le 17 juin Équipe rédactionnelle - Jminforme.ca [email protected] L’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick vient de se joindre à L’institut économique de Montréal (IEDM), un institut de recherche et d’éducation indépendant, sans but lucratif, à titre de membre du conseil. M. Lord, qui est depuis le mois de mai, le premier professeur en résidence de l’Institut d’analyse stratégique et d’innovation du Centre universitaire de santé McGill, travaillera à l’élaboration d’études stratégiques sur les politiques de santé, axées sur la responsabilisation des citoyens envers la gestion de leur santé. «Il est important de rechercher des solutions nouvelles qui nous permettront de relever le défi démographique et d'aider les gens à vivre en santé plus longtemps», affirme Bernard Lord. L’IEDM propose des solutions afin de susciter l'élaboration de politiques publiques optimales en s'inspirant, notamment, de réformes appliquées avec succès ailleurs dans le monde. L’institut étudie aussi le fonctionnement des marchés dans le but d'identifier les mécanismes et institutions susceptibles de favoriser une prospérité et un bien-être accrus et durables.
  7. Si Montréal peut se targuer de détenir le plus grand nombre de brevets au Canada, c'est en raison de la présence de 11 établissements universitaires et de nombreuses entreprises de haute technologie sur son territoire, estime Christian Bernard, économiste à Montréal International. Pour en lire plus...
  8. Un juge de la Cour fédérale de New York a rejeté mercredi une nouvelle demande du parquet visant à l'incarcération du financier américain Bernard Madoff. Pour en lire plus...
  9. La poursuite réclame l'incarcération du financier américain pour avoir violé les conditions de sa mise en liberté sous caution. Il aurait signé pour 173 millions de chèques à des proches après son arrestation. Pour en lire plus...
  10. L'affaire Bernard Madoff est arrivée à la fin de l'année 2008 comme la cerise empoisonnée sur un gâteau toxique. Pour en lire plus...
  11. Bernard Madoff comparaît mercredi devant un juge pour demander le maintien de sa liberté sous caution. Pour en lire plus...
  12. Bernard Landry arrêté pour «grand excès de vitesse» Le Devoir Édition du mardi 17 février 2009 Mots clés : excès de vitesse, Bernard Landry, Délit, Transport, Québec (province) Québec -- L'ex-premier ministre Bernard Landry a été arrêté le 5 février dernier pour excès de vitesse, le soir où il a participé à l'enregistrement de l'émission Tout le monde en parle, à Radio-Canada. Son permis de conduire a été suspendu pendant une semaine, selon les nouvelles règles pour les «grands excès de vitesse», en vigueur depuis le 1er avril 2008. M. Landry a expliqué qu'il a renoué depuis peu avec la conduite automobile, car il a eu un chauffeur jusqu'en juin 2008. «Je respecte les lois, mais je n'ai pas conduit de voiture pendant 15 ans. Là, je me réhabitue. Il y a pu avoir une distraction ici ou là. J'en subis les conséquences comme un citoyen ordinaire, ce que je suis!», a-t-il lancé, lorsqu'il a été joint par Le Devoir. Lorsqu'il a été arrêté, l'ancien chef péquiste roulait à un peu plus de 120 km/h sur une route de Saint-Basile-le-Grand où la vitesse permise était de 50 km/h. En plus de la suspension de son permis, il en a été quitte pour une contravention de 1000 $, a-t-il confirmé hier. «C'est déjà payé!» Il était parti de Sherbrooke, où il avait prononcé une conférence devant des étudiants sur la crise économique mondiale, et roulait vers Verchères où il allait chercher son épouse. De là, le couple devait se rendre à l'enregistrement de l'émission de télévision. Son véhicule n'a pas été saisi, comme certaines informations sur le Web le laissaient croire. Les policiers lui ont demandé de se rendre le plus rapidement possible à son domicile tout en respectant les limites de vitesse. C'est son épouse qui a conduit la voiture pour aller à Radio-Canada. «J'avais conduit quatre heures dans une journée. Ça faisait 15 ans que je n'avais pas conduit quatre heures. J'ai fait la conférence bénévolement. Ma journée m'a coûté cher!» La période de «suspension provisoire» du permis de M. Landry s'est terminée le 12 février. http://www.ledevoir.com/2009/02/17/234289.html (17/2/2009 5H17) :rotfl:
  13. Jeudi, le financier américain plaidera coupable aux 11 chefs d'accusation qui pèsent contre lui dans une gigantesque affaire de fraude, tandis que le procureur requerra 150 ans de prison à son encontre. Pour en lire plus...
  14. Photo Bernard Brault, La Presse Presse Canadienne Montréal Un inventaire réalisé pour la ville de Montréal indique que les deux raffineries de Shell et de Pétro-Canada constituent les deux plus grosses sources ponctuelles d'émissions de gaz à effet de serre de la métropole. Avec 19 % des émissions, elles contribuent presque autant au réchauffement du climat que les émissions attribuables aux 4,1 millions de déplacements d'automobiles recensés chaque jour sur l'île. L'inventaire a été dressé par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs à partir de données statistiques des années 2002-03, les plus récentes à sa disposition. Selon cette enquête, les trois principales sources d'émissions de gaz à effet de serre à Montréal sont, par ordre d'importance, les transports (49 %), les industries (28 %) et le parc immobilier (20 %). Les émissions liées aux déchets de la ville s'élevaient quant à elles à trois pour cent. On y apprend que les deux pétrolières Shell et Pétro-Canada rejettent à elles seules 71 % des gaz à effet de serre du secteur industriel, échantillonné à partir d'une analyse des émissions de 90 grandes entreprises. Le transport des personnes et des marchandises est sans contredit la première source d'émissions de GES à Montréal avec la moitié du grand total. C'est le trafic routier qui se taille la part du lion des transports avec 86 % des émissions. Les voitures à essence génèrent à elles seules 43 % des émissions du volet transports, suivies des camions lourds au diesel (29 %) et des camions légers à essence (19 %). Montréal affiche une moyenne de 7,2 tonnes de gaz à effet de serre par habitant, ce qui en fait «un des bons élèves du monde industrialisé». En guise de comparaison, la moyenne québécoise se situe à 12 tonnes par habitant. Celle du Canada atteint 24 tonnes par habitant et celle des États-Unis, 25.
  15. Le régulateur boursier américain, la SEC, annonce le lancement d'une enquête interne pour déterminer pourquoi l'escroquerie alléguée de l'investisseur n'a pas été détectée plus tôt malgré plusieurs alertes. Pour en lire plus...
  16. Bernard Landry pour une monnaie unique mais par étapes ARGENT CANOË Alors que les voix se multiplient pour une monnaie nord-américaine commune, Bernard Landry appelle aussi de ses voeux à une telle issue, mais par étapes. Les dommages liés à la vigueur de notre monnaie démontrent une chose, selon l'ancien chef péquiste. «Quand on vise l'intégration économique sans coordination monétaire, des dommages considérables sont à prévoir et c'est la réalité que nous vivons actuellement», dit-il. Pour lui, avec la flambée de notre monnaie, c'est comme si les États-Unis et le Mexique, avaient relevé leurs droits de douanes de 60 % et ce malgré nos accords de libre-échange. «Une monnaie surévaluée est une entrave au commerce», lance en entrevue monsieur Landry. Dans ce contexte, «il semble raisonnable de cheminer au fur et à mesure de l'intégration des Amériques, comme l'a fait l'Union européenne, vers une monnaie unique», estime l'ancien premier ministre du Québec. «Cependant, si l'Union européenne est née en 1957 avec le Traité de Rome, l'Euro n'a que 5 ans. Il s'agit d'une longue évolution. Avant il y a eu l'écu, déjà précédé par une coordination appelée serpent monétaire européen. On peut y aller, mais par étape», indique Bernard Landry. Pour autant, à ses yeux, les circonstances, pour relancer nos projets d'intégration d'Amérique du nord ou des Amériques, sont quelque peu entachées par la mauvaise image des États-Unis dans le monde et l'impopularité de son président. Par ailleurs, Bernard Landry est sceptique quant aux nombreuses pressions dirigées à l'endroit de la Banque du Canada pour qu'elle baisse ses taux comme la Réserve fédérale américaine. «Le système monétaire international, depuis 1976, est basé sur le libre échange de la monnaie. C'est toujours difficile d'intervenir pour influencer efficacement le cours d'une devise quand les taux de changes sont fluctuants. Pour lui, les chances sont minimes qu'une baisse des taux de 25 points de base inverse de manière spectaculaire la course folle du huard. Alors, quid du secteur manufacturier ? « Il doit être plus productif et l'État doit s'en mêler», avance le professeur Landry. Il faut enclencher la pédale d'accélarateur sur la recherche et le développement par le bias de crédits d'impôt voire de subventions. «Il ne s'agit pas de socialisme. Nos concurrents se trouvent de l'autre côté de la frontière et dans bien des cas, ils donnent plus de subventions que nous. Ce n'est pas une question de doctrine mais d'efficacité», conclut Bernard Landry. http://argent.canoe.com/infos/quebec/archives/2007/11/20071109-160512.html
  17. (Courtesy of Vice) TeleQuebec Enjoy the read and after click on the second link for TeleQuebec so you can watch the 1st part of the doc.
  18. via The Gazette : German magazine shines spotlight on Montreal’s Bernard St. BY JESSE FEITH, THE GAZETTE JULY 30, 2014 The biannual Flaneur Magazine dissects and features one street per issue. Photograph by: Flaneur Magazine , . Two years ago when Berlin-born Ricarda Messner moved back to her hometown after having lived in New York City, everything seemed a little different as she walked around, wandering from block to block and trying to get a feel for the once-familiar streets. She started thinking about those streets, about how they’re the fabric of any city: each one representing a different aspect of its neighbourhood. Wanting to put that idea into print, she founded the biannual Flaneur Magazine, which dissects and features one street per issue. Manfred Stoffl, director at Montreal’s Goethe Institut, which promotes German culture in Montreal, happened to be in Berlin when he read about Flaneur in Germany’s national daily newspaper, the Frankfurter Allgemeine. He contacted Messner to find out where he could get a copy of the first issue. The two met over a coffee and Stoffl left her with the idea of the magazine featuring a street in Montreal. In October of last year, Messner found herself wandering around again, but this time in Montreal. She hopped on a Bixi bike and followed her gut, ending up on Bernard St. “Bernard is one of those streets which might not seem so obvious at first, but it made sense for us,” she said in an email. “Still to this day, there was no other street which gave us the same feeling — representing Montreal in a hyper local microcosm.” Messner says she was aware of what she called the special role Montreal’s bilingualism plays in Canada, but didn’t have a real picture of it until spending time on Bernard. She was intrigued by the stark contrast between the street’s Outremont and Mile End sides, as well as the francophone, anglophone and Jewish communities that populate its sidewalks, restaurants and shops. Messner and two editors moved into an apartment on Hutchison St. for two months, and together with local talent, got to work talking with shop owners, approaching people on the street and turning as many stones as possible. The result, published earlier this month, is a 136-page issue of Flaneur, written in English, that “embraces the street’s complexity, its layers and fragmented nature with a literary approach.” There’s a spread profiling Tammy Lau, of Dragon Flowers, who’s had different shops open on the street for the last 25 years, selling handmade sweaters, Chinese porcelains and eventually settling on flowers. Another two pages feature Dominic Franco Kawmi, who owns a shoe shop on the street. And yet another section speaks of Peter Hondros of Loft 9, an antique boutique in the Mile End. “Outsiders who come in and stay briefly are bound to see things differently than those who live here,” said Hondros after seeing the magazine. “So it was interesting to read their take.” When Flaneur worked on its second issue, featuring Georg-Schwarz-Strasse in Leipzig, the team faced a lot of skeptical people who wished the magazine would pick a different street. In Montreal, said Messner, the opposite happened. “The people we came across didn’t react like that at all. People were enthusiastic, debated with us if Bernard was the best choice or not, and at our launch party, those present seemed genuinely interested and excited about the magazine,” she said. “I can’t believe how quickly the team clicked with Montreal,” Stoffl added. “The issue gives a real authentic view of the city. They were here in the cold of the winter, but the issue is still very lively.”For the 52-year-old Hondros, Bernard is a street that’s in a state of flux, becoming younger, trendier and a little less “laid back” than it used to be — changes the magazine couldn’t necessarily pick up on during its two month stay. “To us, it was a compliment to have someone come here and like what they see,” he said. “But now we’ve moved on, and we’re just back to our daily routines.” The magazine’s Montreal issue was financed in part by the Goethe Institut and is on sale at Drawn & Quarterly on Bernard St. It can also be ordered online at flaneur-magazine.com. The Flaneur team is now setting up shop in Rome to work on its next issue. [email protected] Twitter: jessefeith © Copyright © The Montreal Gazette
  19. Le financier américain Bernard Madoff, condamné à 150ans de prison pour une gigantesque fraude pyramidale, ne fera pas appel de sa peine. Pour en lire plus...
  20. http://tmagazine.blogs.nytimes.com/2012/09/18/north-stars/ The Montreal neighborhood of Mile End, long a working-class Jewish enclave (and the namesake of two culty New York delis), has changed considerably in recent years, getting quietly but unmistakably hip, with dozens of restaurants, bars and boutiques now dotting its streets. Librairie Drawn & Quarterly The offshoot of a local publishing house, this shop attracts fans of graphic novels and art books with regular readings and workshops. 211, rue Bernard Ouest; (514) 279-2224; drawnandquarterly.com. Éditions de Robes The owner, Julie Pesant, believes every woman needs a good dress. She stocks mainly her own designs, many in black or white, all on-trend and priced at about $250. She’ll even alter them. 178, rue St.-Viateur Ouest; (514) 271-7676; editionsderobes.com. Royal Phoenix All are welcome at this gay bar, which also serves as an informal clubhouse for members of Montreal’s red-hot roller derby scene (mtlrollerderby.com). Other reasons to go: the music, the warm-weather terrace and the over-the-top poutine, which comes with pulled pork. 5788, boulevard St.-Laurent; (514) 658-1622; royalphoenixbar.com. Thierry Arnold Boulangerie Guillaume Boulangerie Guillaume This artisanal bakery’s bread is often described as the best in the city. Other delicious offerings include the sticky apple-caramel buns, white chocolate brioche and coffee from the local roaster Saint Henri (sainthenri.ca). 17, avenue Fairmount Est; (514) 507-3799; boulangerieguillaume.com. Les Montures A favorite of plugged-in stylists, this small shop specializes in dead stock and vintage eyeglasses and sunglasses. Though big names like Dior are represented, the owner, Nicolas Hamel, values style over pedigree, with a preference for specs from the 1960s and ’70s. 174, rue Bernard Ouest; (514) 507-8282; lesmontures.com. A version of this article appeared in print on 09/23/2012, on page M218 of the NewYork edition with the headline: North Stars.
  21. Le géant de la finance doit enregistrer son plaidoyer de culpabilité jeudi matin pour une escroquerie évaluée à plus de 50 milliards de dollars américains. Il risque jusqu'à 150 ans de prison. Pour en lire plus...
  22. Certains gestionnaires jouent au golf ou collectionnent les oeuvres d'art. C'est plutôt le judo qui inspire Bernard Letendre. Pour en lire plus...
  23. Le Québec doit-il retourner en déficit? Oui, disent les économistes à l'unisson. Même le grand responsable de l'atteinte du déficit zéro, l'ancien ministre des Finances Bernard Landry, plaide en faveur d'un retour au déficit si l'état de l'économie québécoise continue de se détériorer. Pour en lire plus...
  24. Il y a deux semaines, Bernard Madoff est entré au Everglades Barber Shop, sur Worth Avenue, à Palm Beach, en Floride, pour le traitement habituel: une coupe de cheveux (65$US), un rasage (40$US), une pédicure (50$US) et une manucure (22$US). Pour en lire plus...
  25. De plus en plus d'institutions financières, comme la banque française Natixis ou la britannique Royal Bank of Scotland, de même que des gestionnaires de fonds disent avoir perdu de l'argent confié à Madoff. Pour en lire plus...