Search the Community

Showing results for tags 'barack'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 38 results

  1. À l'instar de Barack Obama, le candidat républicain plaide pour une reprise rapide des négociations sur le plan de sauvetage. Il se retrouve toutefois dans une position plus délicate que son adversaire. Pour en lire plus...
  2. Le prix Nobel d'économie s'attend à une longue période de récession aux États-Unis et prédit l'élection de Barack Obama en raison de la politique rejetée des républicains. Pour en lire plus...
  3. Le plan de sauvetage de l'économie annoncé par le gouvernement en fin de semaine monopolise l'attention de John McCain et Barack Obama. Pour en lire plus...
  4. Ottawa tentera de démontrer au nouveau président des États-Unis, Barack Obama, que la solution aux préoccupations énergétiques des Américains se trouve au Canada. Pour en lire plus...
  5. En période de crise, la Maison-Blanche se veut généralement optimiste. Ce n'est pas le cas de Barack Obama. Pour en lire plus...
  6. Story from BBC NEWS:http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/programmes/world_news_america/7725979.stm Published: 2008/11/13 09:47:01 GMT © BBC MMVIII
  7. Barack Obama a complété jeudi son équipe économique en désignant trois vétérans qui seront en première ligne pour gérer les turbulences sur les marchés. Pour en lire plus...
  8. It's Obama's party Illinois senator finally secures the Democratic nomination, and becomes the first black man to lead his party JOHN IBBITSON June 4, 2008 at 3:03 AM EDT WASHINGTON — This is history. Barack Obama is the Democratic Party's presumptive nominee for president, the first African-American to lead the party of Jefferson and Roosevelt. The Illinois senator secured the nomination last night after a spate of superdelegates – senior party politicians and officials – announced they would be supporting him at the Democratic National Convention in August. That, plus the pledged delegates he obtained after Tuesday's final two primaries in Montana and South Dakota, put Mr. Obama past the 2,118 delegates needed to win the convention. He secured the nomination even though he lost to New York Senator Hillary Clinton in South Dakota. The proportional method of allocating delegations ensured that Mr. Obama would cross the threshold despite losing the state. In compensation, Mr. Obama won Montana, though both states are among the smallest in the union in terms of delegate count. “Tonight we mark the end of one historic journey with the beginning of another, a journey that will bring a new and better day to America,” Mr. Obama declared last night in a speech in St. Paul, Minn. “Tonight, I can stand here and say that I will be the Democratic nominee for President of the United States.” Obama makes history Illinois senator Barack Obama has laid claim to the Democratic presidential nomination, making him the first black man to lead his party Hillary Clinton Clinton's next move Hillary Clinton will acknowledge that Barack Obama has the delegates to secure the Democratic nomination, campaign officials said Related Articles Acknowledging the rifts of race and gender and class that had opened in the party during the 17-month race, Mr. Obama urged Democrats to “unite in common effort to chart a new course for America.” And he lavished praise on his rival, lauding Ms. Clinton's “unyielding desire to improve the lives of ordinary Americans, no matter how difficult the fight may be. “And you can rest assured,” he added, “that when we finally win the battle for universal health care in this country, she will be central to that victory.” For her part, Ms. Clinton offered a speech to supporters in New York that was largely elegiac in nature. “I will carry your stories and your dreams with me every day for the rest of my life,” she promised her supporters. But Ms. Clinton was not prepared to make any public declarations or concessions. “This has been a long campaign and I will be making no decision tonight,” she told supporters at her rally in New York. “In the coming days, I'll be consulting with supporters and party leaders to determine how to move forward with the best interests of our party and our country guiding my way,” she said. Ms. Clinton did, however, indicate in a conference call to members of her party's New York congressional delegation, that she would be open to serving as Mr. Obama's vice-president, if asked, though a campaign spokesman said this was no more than a repetition of her pledge to do whatever she could to ensure victory for the Democrats in November.The next few days could foment intense speculation on where and when Mr. Obama and Ms. Clinton will meet, what she will be asking for, and what he is prepared to offer, as she arranges her formal departure from the campaign. Although the Democratic Party has been energized by this contest, with record turnouts in state after state, the fight has also divided the party along racial and gender lines. Many female Democrats bitterly complain that sexist attitudes, particularly in the media, contributed to Ms. Clinton's loss, while Mr. Obama's supporters say they had to overcome racist attitudes among some voters. Exit polls in South Dakota revealed that 55 per cent of Democrats want Mr. Obama to pick Ms. Clinton as his running mate, though 41 per cent do not. But when only Obama supporters were sampled, 56 per cent wanted her kept off the ticket, a sign of how raw emotions have been rubbed. For 17 months, Mr. Obama and Ms. Clinton have fought each other for the nomination, in one of the epic political contests of modern times. For much of that contest, Ms. Clinton seemed the inevitable winner. But she and others had not reckoned on Mr. Obama's extraordinary ability to galvanize younger voters, to raise more than $200-million, mostly through small donations, to rally both less affluent African-Americans and upscale liberals to his cause, marrying a message of hope and reform to the most powerful oratory seen in America since the days of John F. Kennedy and Martin Luther King. They fought to a draw until February, when Mr. Obama racked up an impressive and unanswered string of victories, mostly in smaller states. Ms. Clinton came back with wins in the Midwest and Appalachia, forging her own coalition of lower-income white voters plus women. But it was the party elders, the superdelegates, who had the final say in this race. And although Ms. Clinton had a grip on them at the start, by the end it was obvious they had collectively decided to give the nomination to Mr. Obama. About 200 of the superdelegates stayed uncommitted until the problem of seating the Michigan and Florida delegations — the two states had violated party rules by holding their primaries in January — was resolved over the weekend. Then Tuesday, in what appears to have been a move orchestrated by the Obama campaign, the superdelegate endorsements began pouring in, until by the time the polls closed in Montana and South Dakota the tally there was almost irrelevant. The most prominent among them was former president Jimmy Carter, who told The Associated Press Tuesday afternoon that “the fact is the Obama people already know they have my vote when the polls close tonight.” So the national presidential election race is fully under way, five months before the actual vote, with John McCain standing for the Republicans and Barack Obama for the Democrats. Mr. McCain acknowledged as much himself, in a speech last night in New Orleans. “Pundits and party elders have declared that Senator Obama will be my opponent,” he told supporters “He will be a formidable one. But I welcome the challenge.” The war in Iraq will figure prominently in this contest, since Mr. McCain wants to stay the course and Mr. Obama wants to bring the troops home. There will be contrasting policies as well on tax cuts and health care and trade, though both candidates are committed to fighting global warming. But as with all elections, the real choices will be intangible: youth versus experience, social justice versus individual freedom, leadership you can trust versus a new voice for America. The presidential race promises to be no less epic than that for the Democratic nomination. This election will be one for the books. http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20080604.wprimarymain04/BNStory/usElection2008/home
  9. Les marchés se préparent à l’arrivée d’un nouveau président américain. Et les regards se portent plus particulièrement sur Barack Obama. Mais attention, même avec un président plus à gauche, l’impact sera limité. Pour en lire plus...
  10. Chrysler se protège de ses créanciers Publié le 30 avril 2009 à 09h00 | Mis à jour à 09h49 Michel Munger lapresseaffaires.com (Montréal) Tel que le réclamaient les autorités, le constructeur automobile Chrysler va demander la protection des tribunaux afin de se restructurer, pouvant ainsi éviter la faillite. La Maison-Blanche a annoncé ce matin que l'entreprise aura recours au chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Le président Barack Obama devrait confirmer le tout devant les médias à midi.La protection judiciaire permettra à Chrysler de faire le ménage au sein de ses activités, au lieu de se faire démanteler par environ 45 créanciers à qui elle doit 6,9 milliards de dollars US. Les médias italiens ont rapporté plus tôt dans la journée que Chrysler s'est entendue avec le constructeur italien Fiat pour que ce dernier prenne une participation de 35%. Les deux entreprises avaient jusqu'à aujourd'hui pour boucler ce partenariat. Le Wall Street Journal rapportait cette semaine que dans le cadre du marché avec Fiat, le syndicat United Auto Workers raflerait une participation de 55% dans Chrysler. Les créanciers, notamment des banques, et les autorités américaines hériteraient des 10% restants. Le recours à la loi sur les faillites était imminent car Chrysler avait jusqu'en fin de journée pour déposer un plan de relance. Le Trésor américain espérait que les créanciers acceptent une révision à la baisse à 2,25 milliards de la dette du constructeur. Ils ont finalement dit non. L'administration Obama a joué un rôle important dans la décision, ayant fait savoir qu'une restructuration avec la protection des tribunaux était la meilleure solution pour Chrysler. Le 30 mars dernier, Barack Obama donnait 30 jours à Chrysler pour préparer sa restructuration et s'entendre avec Fiat, lui fournissant temporairement du capital afin de survivre. Washington laissait entendre qu'une fois ces objectifs atteints, il pouvait allonger 6 milliards de dollars US de prêts. Ce plan de match avait été lancé après des consultations avec les gouvernements canadien et mexicain. «Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas et nous ne laisserons pas disparaître notre industrie automobile. Ce secteur est comme aucun autre un emblème de l'esprit américain et un symbole passé comme avenir de la réussite de l'Amérique», déclarait le président Obama il y a un mois. Il avait cependant averti qu'«il y a des emplois qui ne pourront être sauvés et des usines qui ne rouvriront pas» et que «des choix difficiles» devront être faits.
  11. Dans un discours important devant le Congrès, à deux jours de la présentation de son premier budget, le président américain affirme avoir confiance en ses concitoyens, mais ne cache pas qu'il faudra qu'ils fassent des sacrifices. Pour en lire plus...
  12. George W. Bush s'est dit prêt lundi à demander au Congrès de débloquer la seconde moitié du plan de recapitalisation des banques, si Barack Obama le lui demande. Pour en lire plus...
  13. Cette industrie a besoin d'une aide immédiate de l'État pour espérer survivre et n'est pas en état d'attendre fin janvier que Barack Obama s'installe au volant de la première économie mondiale. Pour en lire plus...
  14. Au lendemain de l'élection de Barack Obama, les investisseurs s'inquiètent de l'ampleur de la tâche qu'il aura à accomplir pour redresser une économie vacillante. Pour en lire plus...
  15. Le sauvetage du système bancaire américain restait à l'état de plan jeudi soir, malgré une réunion exceptionnelle des responsables du Congrès autour du président George W. Bush et des deux prétendants à sa succession John McCain et Barack Obama. Pour en lire plus...
  16. En nette baisse en ouverture, les Bourses de New York et de Toronto clôturent en hausse mercredi, soutenues par les annonces économiques du président élu Barack Obama. Pour en lire plus...
  17. La compagnie a mis en garde ses cadres sur les conséquences d'une élection du candidat démocrate à la Maison-Blanche, craignant un renforcement des syndicats. Pour en lire plus...
  18. Paul Martin : le Canada risque de perdre sa place mondiale * Anne Robert, Lesaffaires.com * 15:33 Si le Canada ne prend pas les devants pour initier la refonte des institutions internationales, il pourrait être exclu des plus grandes prises de décision mondiales, affirme Paul Martin, ancien premier-ministre du Canada. C’est ce qui pend au nez du Canada si l’actuel G8 ne parvient pas à se muer en un G20 incluant les grandes puissances émergentes, clame Paul Martin lors d’un déjeuner conférence du conseil des relations internationales de Montréal. «Nous ne sommes pas une des plus grandes économies de ce monde et rien ne garantit que nous participerons au résultat final », a-t-il dit. Le risque d’exclusion est réel dans la mesure où certains parlent déjà d’un G6 limité aux États-Unis, l’Europe, la Russie, la Chine, l’Inde et le Japon. Dans ce contexte, la voix du Canada serait tue dans les grandes prises de décision. C’est ce qui se pourrait se produire si le G8 insistait pour préserver sa structure «eurocentrique et américanocentrique», nourrissant ainsi le ressentiment des pays émergents envers les institutions internationales actuelles. «Si l’on reconnait la nécessité de partager le pouvoir, il faut el faire pendant qu’on le possède et on pas lorsque les autres sont en mesure de le prendre de force», a-t-il ajouté. Le G8 reformulé selon Paul Martin se composera de 16 à 20 pays devront constituer un «conseil d’administration mondial» qui aura pour apportera des solutions qui, même si elles ne sont pas suivies, auront le mérite de donner une direction mondiale. Cependant, à son avis, le sommet de Washington qui commence samedi ne fera que baliser le travail en vue mais n’apportera pas de solutions immédiates. «Je pense que des groupes de travail seront constitués, mais l’absence du nouveau président Barack Obama sera une entrave à l’avancée des travaux », a-t-il dit. Barack Obama n’a pas de rôle officiel pour l’instant puisqu’il a été élu mais ne prendra ses fonctions qu’en janvier prochain.
  19. Quelque 70% des Américains pensent que l'économie va s'améliorer au cours de la présidence de Barack Obama, contre 11% qui ne le pensent pas, selon un sondage de l'Université Quinnipiac publié mercredi. Pour en lire plus...
  20. Les grands argentiers du G20, qui rassemble pays avancés et émergents, étaient réunis samedi à Sao Paulo (Brésil) pour débattre de la crise financière, alors que le président élu américain Barack Obama a appelé à ne pas perdre de temps pour relancer l'économie de son pays. Pour en lire plus...
  21. Les candidats à la présidence des États-Unis évitent de se mouiller au sujet du renflouement de la compagnie d'assurances AIG par la Réserve fédérale. Pour en lire plus...
  22. Le président américain Barack Obama estime que la Chine «manipule» le cours de sa devise afin de soutenir ses exportations. Pour en lire plus...
  23. Raymond Chrétien doute qu'Obama veuille renégocier l'ALENA 17 janvier 2009 - 11h08 La Presse Vincent Brousseau-Pouliot Malgré ses promesses électorales, Barack Obama n'ouvrira pas l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), selon l'ancien ambassadeur Raymond Chrétien. Le nouveau président américain profiterait ainsi de sa première visite officielle à l'étranger au Canada dans quelques semaines afin de rassurer le premier ministre Harper au sujet de l'ALENA. «Oubliez la renégociation de l'ALENA. «En privé, M. Obama va probablement dire à M. Harper qu'il a dit qu'il voulait renégocier l'ALENA durant la campagne électorale en Ohio et au Michigan, mais qu'il est conscient que c'est impossible car on l'a informé des conséquences pour l'économie américaine. (...) Les Américains n'achètent pas chez nous pour nos beaux yeux. Ils le font parce que ça sert leurs intérêts», dit M. Chrétien, qui fut ambassadeur du Canada à Washington de 1994 à 2000. Les primaires L'ALENA a failli faire dérailler la campagne de Barack Obama durant les primaires démocrates. En février dernier, un de ses conseillers a informé des diplomates canadiens que son patron n'avait vraiment pas l'intention de renégocier l'ALENA contrairement au discours qu'il tenait devant les électeurs. L'affaire est parvenue aux oreilles des médias canadiens par le biais du chef de cabinet du premier ministre Harper, Ian Brodie, qui s'est échappé lors d'une conversation à bâtons rompus avec des journalistes lors du huis clos du dernier budget fédéral. M. Brodie a dû démissionner de son poste de chef de cabinet du premier ministre. Même si l'avenir de l'ALENA ne semble pas en danger, l'administration Obama pourrait être tentée de retourner à un plus grand protectionnisme économique sous l'influence du Congrès démocrate. "Il y a un danger pour nous: que le nouveau Congrès démocrate passe des lois susceptibles d'aider l'économie américaine. Un ralentissement Les élus du Congrès vont être moins chauds sur le libre-échange. Il y aura un ralentissement, sinon un arrêt, du processus de libéralisation économique. «Heureusement pour le Canada, nous avons déjà l'ALENA», dit M. Chrétien, conseiller stratégique du cabinet d'avocats montréalais Fasken Martineau depuis sa retraite du corps diplomatique fédéral en 2004. Même si la question de l'ALENA devait ne pas être à l'ordre du jour de la première rencontre officielle Obama-Harper, l'ancien ambassadeur est convaincu que les leaders canadien et américain discuteront surtout d'économie. «Ils discuteront de l'état de l'économie nord-américaine, dit M. Chrétien. Peut-être même que M. Obama va vouloir en savoir davantage sur le système bancaire canadien. Si j'étais M. Harper, je lui décrirais les avantages de ce système qui a fait ses preuves.» Autre point à l'ordre du jour de la rencontre Obama-Harper: la frontière canado-américaine. «Les Américains prennent toutes leurs décisions à travers le prisme de la sécurité, dit M. Chrétien. Ils ne vont pas cesser d'être fermes mais ils seront peut-être plus compréhensifs afin de rendre la frontière plus fluide pour les échanges commerciaux.» Une cérémonie suivie Raymond Chrétien suivra avec attention la cérémonie d'investiture de Barack Obama mardi à Washington, lui qui a participé à celle de Bill Clinton en 1996 comme ambassadeur du Canada. Selon Raymond Chrétien, l'homme le plus important pour l'économie canadienne au sein de l'administration Obama est le représentant au Commerce (U.S. Trade Representative), Ron Kirk. Ancien maire de Dallas, il est un fidèle de la première heure de Barack Obama. «Ce poste n'est pas le poste le plus visible mais c'est le plus important dans l'administration américaine pour les Canadiens, dit M. Chrétien. Le représentant au Commerce s'occupe des dossiers de nature commerciale comme le bois d'oeuvre. Il doit suivre les instructions de l'administration mais aussi surtout des membres influents du Congrès.»
  24. Le président élu des États-Unis, Barack Obama, et les démocrates au Congrès mettent la dernière touche à un vaste plan de relance économique qui pourrait s'élever à 700 G$ US sur deux ans. Pour en lire plus...
  25. En lançant un plan de sauvetage à court terme pour l'industrie automobile, George W. Bush, met simplement la table pour son successeur Barack Obama. Pour en lire plus...