Search the Community

Showing results for tags 'asiatique'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 5 results

  1. 11 octobre 2008 - © 2008 LE COURRIER DU SUD Le plus grand centre commercial asiatique ouvre ses portes à Brossard Jean-François Ducharme 11 octobre 2008 - 09:00 Économie - BROSSARD. En plus d’être la seule ville officiellement multiculturelle du Québec, Brossard peut maintenant se targuer de posséder le plus grand centre commercial de la province. La Place Kim Phat, un centre d’une superficie de 60 000 pieds carrés, regroupera dix commerces. Pour l’instant, seulement deux locataires ont emménagé dans la place située au 7209 boul. Taschereau, les autres s’y établiront officiellement en décembre. Rapprochement avec la communauté Le Centre Sino-Québec de la Rive-Sud a déménagé ses bureaux de l’arr. du Vieux-Longueuil le 30 septembre dernier. «Nos bureaux sont plus grands, nous possédons plus de salles et nous nous rapprochons de la communauté chinoise, affirme la secrétaire/commis-comptable du Centre, Linda Doyon. Nous anticipons une hausse d’achalandage et de services offerts prochainement.» L’autre locataire présent est une compagnie de télécommunications, l’une des deux seules entreprises non-asiatiques du centre. Les commerçants qui s’installeront prochainement sont le Supermarché Kim Phat, le résultat de la fusion des deux épiceries existantes; le restaurant Kam Fung; un restaurant vietnamien; un restaurant coréen; un restaurant de fondue mongolienne; une clinique d’acupuncture; un magasin de thé; ainsi que des espaces à bureaux. Projet unique Le directeur administratif de la Place Kim Phat, Alex Yip, est fier d’avoir crée cette agglomération de produits et de services asiatiques à Brossard. «Les commerçants sont emballés par ce projet unique au Québec, dit-il. De plus, nous jouissons d’une excellente visibilité et d’un emplacement stratégique.» La mission du centre commercial est de renforcer la communauté asiatique, qui est déjà très importante à Brossard. Au recensement de 2006, on dénombrait d’ailleurs 7995 citoyens chinois, ce qui représente 11,3% de la population. En incluant les communautés asiatiques du sud, du sud-est, de l’occident et des philippines, Brossard comptait plus de 22% d’asiatiques, une augmentation de 4% par rapport à 2001. «Nous ne visons pas uniquement la clientèle asiatique, souligne Alex Yip. Les francophones, anglophones et membres des différentes communautés ethniques apprécieront la Place Kim Phat.»
  2. Le 1er avril, la Thaïlande va octroyer une hausse spectaculaire du salaire minimum aux travailleurs des sept provinces les plus riches du pays, dont Bangkok. Conformément à une promesse faite durant la dernière campagne électorale, le gouvernement a décrété que le salaire journalier de base grimpera de 40% pour atteindre 300 bahts, soit environ 10$ CAN. Loin d'être un cas isolé, cette décision des Thaïlandais s'inscrit dans un mouvement qui se généralise en Asie. Des planchers salariaux ont été instaurés ou le seront bientôt en Indonésie, en Malaisie et aux Philippines. D'ailleurs, les autorités de ces pays poussent ouvertement les entreprises à augmenter la rémunération globale et, du coup, le pouvoir d'achat des ouvriers. Évidemment, les employeurs visés ont sorti leur vieux boulier pour calculer l'impact sur leurs coûts de production. Et plusieurs s'arrachent les cheveux. À Kuala Lumpur, la Fédération des employeurs malaisiens soutenait, il y a quelques jours, que 200 000 PME du pays pourraient ne pas survivre à la mise en place, au printemps prochain, d'un salaire minimum mensuel variant, selon les régions, de 800 ringgits (270$CAN) à 1000 ringgits (320$CAN). N'en déplaise aux patrons, cette vague est aussi irréversible qu'un tsunami. Même la très libérale Hong Kong va implanter, à partir du mois de mai, un plancher pour les salaires. «Désormais, dans la région [asiatique], seule Singapour n'en dispose pas», note John Ritchotte, un expert de l'Organisation internationale du travail (ILO). Or, pour cet économiste qui commentait la situation récemment sur le web, cette poussée des salaires touchera l'ensemble de la population de la région. La Chine mène le bal D'où vient cette soudaine générosité envers la main- d'oeuvre asiatique, pourtant réputée malléable? De la Chine principalement, où le mouvement à la hausse des salaires est déjà bien amorcé et inspire les travailleurs du continent. Alors que le salaire moyen annuel dans l'empire du Milieu équivalait à 1050$ US, au début des années 2000, il se situait à 5500$US en 2010, selon la banque française Crédit Agricole. D'autres sources laissent croire qu'il frôlerait maintenant les 6200$US. Et ça grimpe toujours. Selon les experts, deux grands facteurs gonflent les salaires chinois. D'une part, l'offre et la demande: les employeurs chinois ont de plus en plus de problèmes à recruter du personnel, selon des rapports financiers, si bien que les travailleurs disponibles veulent plus d'argent. D'autre part, les pressions ouvrières se multiplient alors que les jeunes travailleurs, non rompus à l'idéologie maoïste de leurs parents, refusent les conditions de travail inadéquates. Les soulèvements des employés de l'équipementier électronique Foxconn et du fabricant de voitures japonaises Honda, notamment, ont été bien documentés en Occident l'an dernier. Or, la colère ne se limite pas à la Chine. Le mois dernier, le Cambodge a été ébranlé par un rassemblement d'ouvriers qui réclamaient de meilleures conditions de travail, manifestation qui a dégénéré et fait plusieurs blessés. Une usine travaillant pour le géant Puma a été touchée par les incidents. L'équipementier sportif allemand a compris le message. Il y a quelques jours, le patron de Puma, Franz Koch, s'est dit prêt à «prendre l'initiative» de discussions pour augmenter les salaires des employés de la compagnie dans toute la région asiatique. Quelque 90% de la production de Puma provient d'Asie. Ses concurrents Adidas et Nike sont tout aussi dépendants de la main-d'oeuvre asiatique. Vite les valises? Pour le moment, rien n'indique que les investisseurs et les entreprises étrangères songent à quitter massivement l'Asie dans ce contexte. Toutefois, certains commencent à revoir leur présence: le fabricant américain de sacs Coach a récemment indiqué qu'il réduira la part de sa production en Chine de 85% à moins de 50%. Des groupes transfèrent aussi des activités à faible valeur ajoutée, comme le textile et le vêtement, au Vietnam ou au Bangladesh où les salaires sont toujours inférieurs. Reste que l'infrastructure industrielle chinoise demeure imposante et peut compenser les hausses salariales par une productivité accrue, affirment des analystes. Mais on comprend mieux pourquoi le premier ministre chinois Wen Jiabao a lancé un vibrant appel, le mois dernier, en faveur d'une révision complète du modèle économique de son pays. Désormais, deux avenues s'imposent: une hausse de la consommation domestique et une montée en gamme de la production. Les travailleurs ont livré un message clair: l'Asie doit changer.
  3. Un haut responsable chinois a averti jeudi que l'économie du géant asiatique continuait de se dégrader, entraînant davantage de fermetures d'usines et de licenciements. Pour en lire plus...
  4. Après des mois de conflit avec des paysans hostiles, il s'agit d'un coup dur porté au géant asiatique en quête d'investissements industriels locaux et étrangers. Pour en lire plus...
  5. Les panneaux sont installés sur le terrain, début de la construction de la phase 4 prévue pour cet automne Incluant: le grand magasin Ogilvy, un 2e hotel, des bureaux, des commerces/restaurants, clinique médicale.. C'est sur le terrain entre le wal-mart et le cinéma. Également annoncés, de nouveaux grands magasins (best buy, germain larivière, Avril Supermarché), encore plus de restos (five guys burger, un autre restaurant asiatique entre autres) sur les terrains avoisinants