Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'anglaise'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 6 results

  1. La livre sterling a touché jeudi un nouveau plus bas historique, sous 1,13 euro, atteignant 1,1238 euro vers 7h30. Pour en lire plus...
  2. Le constructeur automobile japonais amincit sa liste de paie dans son usine anglaise de Sunderland, face à la chute des ventes de voitures en Europe. Pour en lire plus...
  3. Tres intéressant. À Concordia, en français et organisé par L'Association francophone pour le savoir (l'Acfas)! http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/82/600/616/c
  4. La langue française menacée en France Photo Reuters Norman Delisle Presse Canadienne Québec Menacée par l'anglais au Québec, la langue française doit aussi se défendre contre l'anglais... en France. Le prestigieux mensuel Le Monde diplomatique lance d'ailleurs un cri d'alarme à cet égard dans son dernier numéro. Il y dresse la liste des obstacles que la langue de Molière a rencontrés récemment en territoire français. Des entreprises ont été condamnées devant les tribunaux français pour avoir transgressé la Loi Toubon, parrainée en 1994 par le ministre Jacques Toubon, et qui est un peu l'équivalent de notre loi 101. La loi reconnaît notamment le droit pour tout salarié ou consommateur de s'exprimer ou de recevoir toute information utile en français. Le texte législatif s'appuie sur l'article 2 de la Constitution de la République, qui dit que «La langue de la République est le français». Le Monde diplomatique raconte qu'en janvier dernier, l'association Greenpeace avait, lors d'une manifestation, déployé sur la Tour Eiffel une banderole unilingue où il était écrit: «It's not too late», sans que les partenaires environnementalistes français appuyant Greenpeace n'aient trouvé à redire. Une centrale syndicale française, la Confédération générale du travail (CGT), vient de dénoncer publiquement «la prolifération de l'anglais dans les noms de produits maison», en donnant les exemples de BlueSky, Firstline, GreenCut, Ink Set, Powder Flash, Top Bike Number One et BootStore. Le cas de la multinationale Alcatel est aussi rapporté. Depuis sa fusion avec l'américaine Lucent Technologies, la direction d'Alcatel «accélère la mise en pratique du concept d'entreprises à langue unique mondiale» et impose l'anglais à tous les niveaux: logiciels, outils internes, langue des messages, etc. À la suite d'une plainte du syndicat représentant ses employés, la General Electric Medical Systems de France a été condamnée récemment à verser 500 000 euros en dommages et intérêts pour ne pas avoir traduit en français 58 documents internes. Une autre entreprise, Europ Assistance, a été forcée par la cour de traduire en français ses logiciels comptables et commerciaux, avec une amende de 5000 euros par jour de retard à s'exécuter. Le Monde diplomatique rapporte même le décès de quatre patients du Centre hospitalier d'Epinal «surirradiés à la suite de cancer de la prostate, pour cause de mauvaise compréhension du logiciel» de l'appareil de radiation. Le logiciel n'était qu'en anglais. Carpette anglaise Un groupe de défenseurs de la langue française en France, l'Académie de la Carpette anglaise, a même créé un prix qui est attribué, depuis 1999, «à un membre de l'élite française qui s'est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l'anglais en France, au détriment de la langue française». Le grand gagnant du prix en 2006 a été le Conseil constitutionnel de France, pour avoir approuvé le Protocole de Londres sur les brevets. Ce Protocole permet à un texte de langue anglaise d'avoir un effet juridique en France. D'autres gagnants des années antérieures sont la compagnie France Télécom en 2005 «pour la mise en place de produits et de services aux dénominations anglaises», ou le ministre de la Défense Alain Richard en 2000 pour avoir obligé les militaires français à parler anglais au sein du Corps européen, alors qu'aucune nation anglophone n'en fait partie. L'Académie de la Carpette anglaise est composée de plusieurs écrivains et journalistes, et est présidée par l'écrivain Philippe de Saint-Robert, qui fut jadis conseiller du général De Gaulle sur les questions du Québec.
  5. Les cambistes commencent à prendre le gouvernement britannique au mot et ils font en sorte que la livre anglaise, déjà malmenée, s'oriente vers sa pire année depuis 1992. Pour en lire plus...
  6. André Pratte La Presse Des voix se sont élevées contre la décision de la Commission des champs de bataille nationaux de souligner le 250e anniversaire de la bataille des Plaines d'Abraham. Des députés péquistes et notre collègue Lysiane Gagnon (dans La Presse d'hier) soutiennent qu'on n'a pas à célébrer la défaite des Français. Le «Réseau de résistance du Québécois» a sommé la Commission d'abandonner son projet de «répugnante opération de propagande fédéraliste». Rien dans le programme annoncé par l'organisme fédéral ne laisse penser qu'il s'agit de fêter la victoire de Wolfe. Le calendrier met l'accent sur des activités de nature politiquement neutre et pédagogique. Cela étant, faudrait-il passer sous silence cet anniversaire, alors même qu'on déplore la piètre connaissance qu'ont les Québécois de leur histoire? Ces protestations sont inspirées par un fantasme, l'illusion selon laquelle si Montcalm avait gagné, le Canada serait nécessairement devenu un pays indépendant et français. Rien n'est moins sûr. Comme l'ont souligné nombre d'historiens, la défaite de Montcalm est davantage la conséquence de l'affaiblissement de la présence française en Amérique que sa cause. À l'époque de la Conquête, la population de l'Amérique anglaise est 20 fois plus importante que celle de l'Amérique française. Le destin en a déjà décidé: l'Amérique du Nord sera essentiellement anglaise. Le refus de commémorer la bataille des Plaines est également révélateur du déni de notre héritage britannique. Cet héritage fait pourtant partie intégrante de ce que sont les Québécois d'aujourd'hui. Notre culture, nos institutions, notre économie portent la marque de la coexistence de nos deux peuples. Refuser de l'admettre, c'est occulter ce que nous sommes au profit d'un mythe, au profit d'une cause. S'il fallait ranger au grenier de l'histoire tout ce qui nous rappelle la Conquête, on fermerait le parc des Champs-de-Bataille et y érigerait des condos; on raserait les Fortifications; personne ne voudrait reconstruire le Manège militaire de Québec; on changerait tous les noms de lieux à consonance anglaise ; on expulserait les anglophones du Québec. On ne s'étonne pas de voir des indépendantistes provoquer un scandale avec une broutille, ils soufflent sur la voile de leur option. Cependant, il est désolant d'entendre le premier ministre Charest se dissocier de l'initiative de la Commission et s'écraser encore une fois devant le discours souverainiste. Lui, Jean Charest, qui a longtemps rêvé d'être premier ministre du Canada; lui dont la mère était d'origine irlandaise; lui dont une partie significative de l'électorat est anglophone. Quelle faiblesse! Il a fallu un député adéquiste, Éric Caire, pour faire la part des choses, à l'instar de tous ces Québécois francophones qui ont suffisamment confiance en eux pour ne pas grimper dans les rideaux à chaque mention de Wolfe ou de McCartney. La bataille des Plaines d'Abraham, a dit le député de La Peltrie, «fait partie de notre histoire, de notre identité. Il faut vraiment avoir une mentalité de colonisés pour se sentir attaqués par ça». Lors d'une cérémonie à l'occasion du 60e anniversaire du débarquement de Normandie, le président français, Jacques Chirac, déclarait au chancelier allemand Helmut Kohl, qui était à ses côtés pour l'occasion: «Il n'est pas de conflit, fût-il douloureux et profond, qui ne puisse un jour laisser place au dialogue et à l'entente.» Si la France et l'Allemagne peuvent commémorer côte à côte les événements marquants de la Seconde Guerre mondiale, comment expliquer que les Québécois de diverses origines et opinions ne puissent faire de même pour leur histoire commune? http://www.cyberpresse.ca/opinions/editorialistes/andre-pratte/200901/24/01-820655-la-bataille-des-plaines.php
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value