Search the Community

Showing results for tags 'américains'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 100 results

  1. Pour se remonter le moral: http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201501/17/01-4836092-montreal-vedette-de-journaux-americains.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_arts_244_accueil_POS1
  2. Publié le 17 mai 2009 à 07h33 | Mis à jour le 17 mai 2009 à 07h35 Gros gloutons, gros barrages Patrick Lagacé La Presse Hydro-Québec va donc construire ces quatre barrages sur la rivière Romaine. Je devrais déchirer ma chemise et dire que c'est écoeurant, qu'on détruit la nature, qu'on saccage le patrimoine pour éclairer les maisons des Américains. Pourtant, non. Je ne vais pas déchirer ma chemise. Parce que c'est ma faute, ce barrage. Ma faute et la vôtre aussi. Parce que nous sommes des gloutons énergétiques. Comme tous les Occidentaux, ou presque, en cela. La croissance de la demande énergétique des Québécois est constante et imparable: 1% par année. Ça n'a l'air de rien, mais c'est énorme. C'est 10% en une décennie. Je sais, je parle du Québec alors qu'il s'agit de vendre de l'électricité aux Américains. Sauf qu'après la construction des quatre barrages, l'électricité de la Romaine va éclairer nos maisons. À terme, nous sommes toujours rattrapés par ce foutu 1%. À terme, nous sommes toujours rattrapés par nos téléviseurs 64 pouces au plasma (et celui de 32 pouces au sous-sol), par la thermopompe, par le chauffe-piscine, le ventilateur, le climatiseur, le frigo, le congélateur, le chauffe-eau, l'ordinateur, les plinthes qui nous chauffent, les lumières de Noël, les ampoules électriques qui nous éclairent (ou qui éclairent nos pièces vides). Traduction: nous sommes toujours rattrapés par tous les cossins de la vie moderne qui fonctionnent magiquement quand on les branche dans le mur. * * * Je ne veux pas planter les environnementalistes. Leur job, leur vocation, c'est de défendre l'environnement. Ils sont parfois moralisateurs mais, sur le fond, ils ont raison: l'environnement n'est pas exactement en bonne santé. S'ils ne déchirent pas leur chemise, qui le fera? Sauf que quand je les entends parler de la Romaine, j'ai de la misère à les suivre. D'abord, il y a eu ces déclarations de Daniel Green, selon lesquelles l'hydroélectricité n'est pas une énergie verte. C'est vrai... selon le fisc de 27 États américains qui appliquent le RPS, ou Renewable Portfolio Standard, m'explique Jean-Thomas Bernard, professeur titulaire de la chaire en économique de l'énergie électrique de l'Université Laval. Le RPS force les fournisseurs d'énergie à inclure, dans leur offre d'électricité, une fraction produite par certaines technologies vertes comme la biomasse, l'éolien et le solaire. C'est une façon de stimuler ces industries naissantes. «Et la grande hydroélectricité, qu'on trouve surtout au Québec, n'est pas considérée comme une énergie verte par le RPS», dit le professeur Bernard. Sauf que l'hydroélectricité reste une énergie propre, très propre, au palmarès des façons de produire de l'électricité. «Avec les forêts détruites, le pourrissement des arbres, il y a quand même des émissions de CO2, selon Jean-Thomas Bernard. Sauf que c'est minime, par kilowattheure produit, si on compare au charbon.» * * * L'autre mantra des environnementalistes, dans l'opposition à la Romaine, c'est dire que le Québec devrait mieux gérer l'électricité qu'il produit avant d'en produire encore plus. Miser sur les programmes d'économie d'électricité. J'en suis. Sauf que ça n'arrivera jamais. D'abord, l'électricité, au Québec, ne coûte pas cher. On se fiche de ce qui ne coûte pas cher. On le dilapide. C'est un peu comme les radars photo. Pourquoi les gens roulent-ils vite? Parce que le risque de se faire pincer est mince. Pourquoi lèvent-ils le pied, dans les pays où un système de radars photo est en place? Parce que le risque de se faire pincer est grand. Traduction: parce que, s'ils roulent vite, ils vont payer. Idem pour l'électricité. Pour que l'économie d'énergie fonctionne, il faudrait qu'elle coûte plus cher, cette énergie. Malheureusement, pour l'écologiste moyen, c'est plus facile de taper sur Hydro que de dire aux Québécois qu'on devrait augmenter le coût de l'électricité afin d'en utiliser moins. Parce que quand on parle de hausser les tarifs de l'Hydro, que ce soit pour réduire la consommation d'électricité ou s'enrichir collectivement en la vendant aux Américains, vaut mieux revêtir son casque Joffa à grille: les roches viennent vite... Ensuite, l'Homo quebecus, dans le confort de son salon, quand il regarde Occupation double, ne veut pas se faire embêter par la conservation de l'électricité. Il ne veut pas se faire dire qu'il devrait aller éteindre la lumière de la salle de bains, où il est allé pendant la pause publicitaire. Et quand il part travailler, il ne veut pas faire le tour de la maison pour baisser le chauffage. Parce que c'est compliqué, être moins énergivore. Dans son quotidien, quand on est roi de son petit univers, empereur de son grand bungalow, c'est emmerdant de modifier son comportement de glouton énergétique. C'est moins emmerdant de laisser l'État construire des barrages monstrueux sur des rivières que 98% des Québécois ne verront jamais de leurs yeux. Je termine sur un extrait de la chronique d'hier de François Cardinal, qui couvre l'environnement pour La Presse: «Le Canada est 16e au palmarès Greendex du National Geographic. Le pays se classe ainsi avant-dernier d'une liste de 17 pays en raison de la taille des maisons, de la consommation d'énergie et, surtout, de la propension des Canadiens à se déplacer dans des voitures toujours plus grosses.» Gros gloutons, gros barrages. On n'en sort pas.
  3. Le fabricant de jouets Mattel est condamné à une amende record de 2,3 millions de dollars américains pour avoir commercialisé des jouets contaminés au plomb, en 2007. Pour en lire plus...
  4. Pour un sixième mois consécutif, la consommation des ménages américains a reculé, entraînant dans sa chute le produit intérieur brut des États-Unis. Pour en lire plus...
  5. Les revenus des ménages aux États-Unis ont augmenté en août de 0,5% par rapport au mois précédent, après avoir baissé de 0,6% en juillet. Pour en lire plus...
  6. Il s'agit du jugement des médias américains qui croient que le sauvetage s'avère dangereux surtout si celui-ci ouvre la porte à d'autres interventions de l'Oncle Sam. Pour en lire plus...
  7. Les stocks de brut ont baissé de façon imprévue aux États-Unis la semaine dernière, tandis que ceux d'essence ont chuté moins qu'attendu. Pour en lire plus...
  8. La confiance des consommateurs américains a nettement progressé en août, avec un indice montant à 56,9 points contre 51,9 points en juillet, dit le Conference Board. Pour en lire plus...
  9. Les Américains voyagent à l'étranger autant qu'auparavant, sauf au Canada La Presse canadienne Édition du lundi 11 août 2008 Halifax -- Les organismes de l'industrie du tourisme aux États-Unis affirment que les Américains voyagent à l'étranger autant qu'auparavant, cet été, sauf au Canada. Selon eux, la faiblesse de l'économie et du dollar américains n'a dans l'ensemble pas incité les Américains à renoncer à leurs projets de voyage afin de demeurer à la maison. Les résultats d'un nouveau sondage effectué auprès de 2230 Américains, rendus publics vendredi par l'Association de l'industrie touristique des États-Unis, révèlent que seulement neuf pour cent des adultes projettent de passer leurs vacances au pays. Ce sondage succède à une autre étude dévoilée plus tôt cet été par l'Association automobile américaine (AAA), selon laquelle les réservations pour des voyages organisés en Europe ont chuté de cinq pour cent cette saison, tandis que les voyages au Canada ont diminué. Mike Pina, porte-parole de l'AAA, a affirmé que «le Canada n'est pas l'aubaine que les gens croyaient qu'il était auparavant», expliquant la situation par la vigueur du dollar canadien. Il a ajouté que, avec l'entrée en vigueur prochaine de nouvelles réglementations au chapitre du passeport pour les Américains souhaitant se rendre au Canada, davantage de gens se procurent le document et envisagent de voyager plus loin pour la première fois. «Il y a davantage de concurrence à une période de l'année qui est importante pour [le tourisme canadien]», a-t-il indiqué. Une chute d'un million de visiteurs Les voyages effectués par les Américains à l'étranger ont fortement augmenté, après avoir été en chute libre à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Leur nombre est passée de 56,2 millions de voyageurs en 2003 à un chiffre sans précédent de 64,1 millions l'an dernier, selon le ministère américain du Commerce. Pendant la même période, le nombre des Américains qui ont voyagé au Canada a chuté d'environ un million de visiteurs, alors que celui des Américains qui se sont rendus en Allemagne, au Japon, en Espagne et en Inde, entre autres destinations, a augmenté d'au moins 10 pour cent. Le président de l'Association de l'industrie touristique du Canada (AITC), Randy Williams, affirme ne pas être étonné. «Le dollar [canadien] valait habituellement 65 cents [américains] et les coûts de l'essence étaient peu élevés, c'était donc facile et nous étions gâtés, cela ne fait aucun doute», a affirmé M. Williams, selon lequel les touristes américains ont longtemps été perçus comme des «fruits prêts à être cueillis».
  10. Les douaniers américains pourront fouiller les portables Agence France-Presse 01 août 2008 | 17 h 07 «Au 21ème siècle, la plus dangereuse des contrebandes est souvent contenue dans les médias électroniques», affirment les autorités américaines. - Photo La police des frontières américaines pourra désormais saisir les ordinateurs portables des voyageurs pour en analyser le contenu même si aucun soupçon ne pèse sur l'individu ou les informations qu'il transporte, ce qui suscite les protestations de défenseurs des libertés. «Depuis le fondement de la République, nous avons eu la capacité de faire des recherches aux frontières afin d'éviter l'entrée dans le pays d'individus et de produits dangereux», affirme Amy Kudwa, la porte-parole du département de la sécurité intérieure (DHS). «Au 21ème siècle, la plus dangereuse des contrebandes est souvent contenue dans les médias électroniques et pas sur du papier. L'ère des dossiers de papiers et des microfiches est révolu», ajoute-t-elle. Le DHS a rendu public en juillet les modalités de cette nouvelle politique qui autorise le personnel des douanes à «détenir les documents et les équipements électroniques, pour une période raisonnable afin de pouvoir faire une recherche approfondie» sur place ou en envoyant l'ordinateur à des spécialistes. «Au cours d'une fouille et en l'absence de toute soupçon, les officiers peuvent examiner et analyser l'information transportée par un individu qui tente d'entrer, de réentrer, de partir, de passer en transit ou qui réside aux États-Unis», dit le document visible sur l'Internet. Tim Sparapani, principal conseiller juridique à l'Association américaine des libertés civiles (ACLU), a qualifié ces saisies et ces fouilles d'inconstitutionnelles. «C'est une saisie sans qu'il y ait une cause probable qu'un crime a été ou va être commis. La division des douanes et des frontières du DHS essaye de transformer la frontière américaine en une zone de non-droit constitutionnel», a-t-il déclaré. Le sénateur démocrate Russ Feingold, qui a récemment présidé une audition au Congrès sur les méthodes du DHS, a estimé que ces fouilles étaient «inquiétantes» et représentaient une violation de la vie privée. «Je suis plus convaincu que jamais qu'une législation est nécessaire pour protéger les bons citoyens américains de cette flagrante violation de leur vie privée. J'ai l'intention d'introduire un tel projet de loi bientôt», a déclaré l'élu dans un communiqué. Le mois dernier, la puissante association de défense des droits civiques, ACLU a accusé le DHS de mettre en danger «la vie privée et les libertés des citoyens américains sans renforcer pour cela leur sécurité», faisant notamment référence à la liste terroriste du DHS qui s'est enflée d'au moins un million de noms. L'ACLU accuse aussi les agents aux frontières américaines de cibler injustement les voyageurs d'origine arabe, asiatique et également latino dans le cadre de la lutte contre l'immigration illégale.
  11. Selon des analystes de Valeurs mobilières Desjardins, les régimes de retraite à prestations déterminées canadiens et américains souffrent d'un sous-financement de 15 à 20% en moyenne. Pour en lire plus...
  12. Les indices nord-américains de même que le pétrole et le huard ont tous fait un pas en arrière hier, dans une danse des marchés rythmée par les difficultés de GM et le plan d'aide aux propriétaires américains. Pour en lire plus...
  13. Deux cent cinquante actionnaires d'American International Group (AIG) ont perdu 500millions de dollars américains suite à une fraude comptable, selon un juge fédéral. Pour en lire plus...
  14. L'un des plus anciens et des plus prestigieux fonds d'investissement américains prend plus de temps que prévu pour entrer à la Bourse de New York. Pour en lire plus...
  15. La richesse des ménages américains a subi au premier trimestre sa pire dégringolade en plus de cinq ans. Pour en lire plus...
  16. Le prix du pétrole dépasse pour la première fois le seuil des 144 dollars américains le baril à New York et à Londres, à la suite de la chute imprévue des réserves de brut aux États-Unis et de la baisse de la valeur du dollar. Pour en lire plus...
  17. La compagnie aérienne peut compter sur une flotte d'avions plus récents, donc moins énergivores, que la plupart de ses concurrents américains. Pour en lire plus...
  18. Le prix de l'essence a eu une influence sur les habitudes de consommation des Américains. C'est ce qu'indique une étude menée par le Consumer Reports National Research Center. Pour en lire plus...
  19. Le prix du pétrole flambe de nouveau sur les marchés américains et européens où le baril de brut a franchi la barre des 140 $ US avant de se replier quelque peu. Pour en lire plus...
  20. L'essence se vendra bientôt 7 $ US le gallon aux États-Unis, ce qui entraînera la mise au rancart de plus de 10 millions de véhicules. Pour en lire plus...
  21. Les bourses américaines, asiatiques et européennes ouvrent en forte hausse au lendemain de la mise sous tutelle gouvernementale des géants américains du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac. Pour en lire plus...
  22. Le département du Commerce a indiqué vendredi que le revenu personnel des Américains a diminué de 0,7% en juillet. Pour en lire plus...
  23. General Motors et Chrysler auraient entrepris des discussions préliminaires en vue d'une union, selon deux grands quotidiens américains. Pour en lire plus...
  24. La Banque du Canada n'estime pas nécessaire pour l'instant de participer aux nouveaux efforts concertés de certaines banques centrales visant à injecter des liquidités en dollars américains dans les marchés financiers. Pour en lire plus...
  25. L'Ontario roule à deux vitesses 3 octobre 2008 - 06h28 La Presse Martin Vallières Est-ce la pire crise en 15 ans pour l'industrie automobile? Pas de doute pour GM, Ford et Chrysler qui, pris de court par l'effondrement du marché de leurs véhicules les plus rentables, quémandent une aide de 25 milliards auprès de Washington. Mais cette situation cache une industrie à deux vitesses. Alors que les Trois Grands américains souffrent, les constructeurs de véhicules plus efficaces, d'origine asiatique surtout, continuent d'améliorer leurs parts de marché. En Ontario, cette conjoncture est flagrante dans le «couloir de l'automobile», le long de l'autoroute 401, qui va de la région de Toronto jusqu'à la ville frontalière de Windsor. Martin Vallières l'a parcouru récemment. Et ramène un constat tout en contrastes. Morosité économique à un endroit, prospérité persistante ailleurs. La situation tout en contraste s de l'industrie automobile nord-américaine s'étale de façon particulière en Ontario, le long des centaines de kilomètres d'autoroute qui relient la région de Toronto à la ville frontalière de Windsor. À l'extrémité ouest de la 401, en face de Detroit, la région de Windsor et ses 275 000 résidants subissent de plein fouet les graves revers des trois grands constructeurs américains: GM, Ford et Chrysler. Leurs fournisseurs de pièces et composantes écopent aussi, au point de mettre en péril la réputation de «capitale canadienne de l'automobile» de Windsor. Pourtant, il suffit de rouler 300 kilomètres vers l'est, en direction de Toronto, pour voir de petites villes qui profitent encore de l'industrie automobile. C'est le cas de la localité d'Alliston, au nord de la Ville reine, où le vaste complexe manufacturier de Honda continue de rouler à haut régime pour suffire à la demande de la compacte Civic. Aussi, Honda vient d'y inaugurer une usine de moteurs: 154 millions investis et au moins 340 emplois directs pour fournir jusqu'à 800 unités par jour à la chaîne d'assemblage des Civic, voisine immédiate. Dynamisme semblable à Cambridge et Woodstock, où est implanté Toyota, qui résiste mieux que les Trois Grands américains au ressac du marché. À Woodstock, Toyota inaugurera très bientôt sa deuxième usine au Canada: au moins 1400 emplois directs et 1 milliard de dollars investis, en plus de l'apport de nouveaux fournisseurs. En raison du ralentissement actuel, Toyota démarrera cette usine d'assemblage des VUS compacts RAV-4 avec un seul des deux quarts de travail prévus à l'origine. Chantier N'empêche. Le Tout-Woodstock est en chantier: boulevard principal et accès autoroutier en réfection, plusieurs projets commerciaux et hôteliers. «L'implantation de Toyota et de ses fournisseurs a provoqué un mini-boom ici. Nos affaires vont super bien, malgré l'arrivée de concurrents», commente Judith, chef de quart à la réception de l'hôtel où La Presse Affaires fait escale. Et dans le centre commercial voisin tout neuf, on croise des groupes d'ingénieurs et de techniciens japonais qui font des emplettes au supermarché Loblaw, qui s'est doté d'un rayon d'aliments asiatiques. C'est plutôt inédit dans cette région semi-rurale de l'Ontario, comparativement à la diversité ethnique de la région voisine du grand Toronto. À une soixantaine de kilomètres de Woodstock, encore par l'autoroute 401, on arrive à Cambridge où, là aussi, la crise de l'industrie automobile semble passer inaperçue. Le principal employeur des environs depuis une décennie, Toyota, fonctionne encore à plein régime pour produire ses populaires compactes Corolla. Dans le parc industriel voisin, pas le moindre signe de ralentissement économique. D'ailleurs, le taux de chômage régional se maintient à 6%, mieux que tout l'Ontario. Fonds publics Pendant ce temps, à Windsor, le taux de chômage vient d'atteindre 10%, le plus élevé parmi les principales régions urbaines au Canada. Le marché immobilier y peine aussi gravement: mises en chantier amputées d'un tiers, affaissement du prix de revente des maisons. En parcourant la ville, on constate que les seuls chantiers d'importance dépendent des fonds publics: amélioration de l'accès routier vers l'important poste-frontière de Detroit et préparatifs pour la construction d'un second pont frontalier, expansion récente du centre des congrès et du casino au centre-ville. Encore tout beau, ce complexe touristique est situé en face de la rivière frontalière qui sépare Windsor du centre-ville de Detroit, où dominent les hautes tours cylindriques de verre du siège social de GM. La viabilité des ambitions touristiques de Windsor reste cependant à faire. «Le nombre de visiteurs américains a chuté avec les mesures de sécurité à la frontière depuis le 11 septembre (2001). La baisse du dollar américain nous nuit aussi», admet Lindsay Booth, président de la Chambre de commerce de Windsor-Essex. Mais il ne désespère pas. «Nous bénéficions de la plus longue saison de golf en Ontario et de l'est du Canada!» souligne-t-il. VENTES RALENTISSEMENT ET ACCÉLÉRATION*-15% CAMIONNETTES GMC USINE GM D'OSHAWA +12% HONDA CIVIC USINE D'ALLISTON