Search the Community

Showing results for tags 'altus'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 8 results

  1. Don’t tell anyone, but it’s a myth that millennials hate the suburbs It might not be as cool as living downtown, but a new survey suggests millennials might not hate suburbia all that much. Altus Group, citing its 2015 fall FIRM survey, says 35 per cent of those 35 and under disagree with the statement that they prefer to live in a smaller home in a central area than a larger home in the suburbs. The same survey found 40 per cent do agree with the statement, with everybody else neither agreeing or disagreeing. “We’ve said it before and we’ll say it again — it’s a myth that all so-called millennials are homogeneous in their desires, attitudes and behaviour,” says the report from Toronto-based Altus Group. “While there may be some tendencies that are more pronounced among today’s younger generation, when it comes to the housing sector, segmentation analysis is critical.” The survey, which only considered respondents in centres with populations of more than one million or more, found in almost every age group there was a willingness to trade off the bigger house in the suburbs for a smaller home in a central area. Among those 35-49, like millennials, 40 per cent said they would make the trade-off. <iframe name="fsk_frame_splitbox" id="fsk_frame_splitbox" frameborder="0" allowfullscreen="" webkitallowfullscreen="" mozallowfullscreen="" style="padding: 0px; margin: 0px; width: 620px; height: 0px; border-style: none; border-width: initial;"></iframe> Broken into sub categories, 19 per cent of millennials agree completely they are willing to live in that smaller home in a central area versus the larger one in the suburbs. Another 21 per cent somewhat agree. Millennials actually ranked behind those 70 years or older when it comes to strong feelings on the matter. Among those seniors, 22 per cent agreed completely with going for the tinier downtown home. “There is a prevailing view that all millennials in larger markets want to live downtown — even if it means having to settle for a smaller residence to make the affordability equation work. Our research busts that myth,” said Altus Group. The same report finds all those downtown dwellers, many of whom will be settling in high-rise condominiums, are going to need parking sports because they are not ready to ditch their cars. The FIRM survey found that in the country’s six largest markets, defined as Vancouver, Calgary, Edmonton, Toronto, Ottawa-Gatineau and Montreal, only about one in 10 owner occupants of condominiums built in the last six years does not have a vehicle. That’s close to the average of all households, but condo dwellers are far less likely to have two vehicles. twitter.com/dustywallet [email protected] http://business.financialpost.com/personal-finance/mortgages-real-estate/dont-tell-anyone-but-its-a-myth-that-millennials-hate-the-suburbs Contrepoids à la discussion: http://mtlurb.com/forums/showthread.php/23922-Bye-bye-banlieue%21
  2. This is the same building as Angela Pizza. Walked by today, noticed some heavy renovations going on at "ground" floor level. All graffitis cleaned up. Peeked inside and saw plenty of ladders and fresh new walls. I think this is a handsome rugged building that deserves a facelift. Gives me NYC vibes. It's been abandoned for as long as I can remember though I think there was a dental clinic in there at some point. Googled a bit for 1668 Maisonneuve and found this listing as well as this Altus profile. [sTREETVIEW]https://maps.google.com/maps?q=maisonneuve+at+st-mathieu,+montreal&hl=en&ll=45.494924,-73.580168&spn=0.001765,0.004106&sll=45.55097,-73.702207&sspn=0.225754,0.525627&hnear=Maisonneuve+Blvd+W+%26+St+Mathieu+St,+Montreal,+Quebec,+Canada&t=m&z=19&layer=c&cbll=45.495001,-73.58008&panoid=-CcEf2QVZaTxF67hFVvEag&cbp=12,152.08,,0,-17.9[/sTREETVIEW]
  3. Un article de La Presse sur la situation du commerce dans le Grand Montréal. On parle toujours de l'île, du centre-ville, du Plateau, des rues traditionnelles... Mais on prend rarement la peine de regarder la situation commerciale globale avec la périphérie, les petits centres commerciaux, etc... http://plus.lapresse.ca/screens/11975cca-2967-460f-9da8-28f82f5e2cef%7C6.mAjfA3Z821.html Les locaux commerciaux vacants abondent Marie-Eve Fournier La Presse Le taux d’inoccupation dans les centres commerciaux et sur les artères commerciales de la région de Montréal atteint 9,2 %, selon une récente compilation menée par le Groupe Altus. Il s’agit d’un taux pratiquement deux fois plus élevé qu’en situation dite d’équilibre. Il est généralement estimé que le taux d’inoccupation des locaux commerciaux est d’environ 5 % dans la région montréalaise. Or, selon le groupe Altus, « aucune analyse sérieuse » ne s’est vraiment penchée sur le sujet depuis deux décennies. Pour mettre fin au manque de données, l’entreprise de services-conseils en immobilier commercial a procédé à un vaste recensement sur le terrain, l’été dernier. La Presse Affaires a obtenu les résultats. L’étude porte à la fois sur les centres suprarégionaux (tels que le Carrefour Laval), les centres régionaux (comme Place Longueuil), les centres communautaires (comme les Galeries Terrebonne), les mégacentres et centres lifestyle (DIX30), les galeries marchandes au centre-ville (comme le Centre Eaton) et 13 artères commerciales. En tout, 90 lieux ont été passés au peigne fin. L’EFFET TARGET Premier constat : les taux d’inoccupation varient beaucoup. Alors qu’il est de zéro dans certains centres commerciaux, il atteint 42 % ailleurs. Il faut dire qu’à lui seul, le départ de Target a provoqué un effet considérable dans le marché. Pas moins de 12 locaux anciennement occupés par le géant américain demeurent vides. Ensemble, ils totalisent 1,3 million de pieds carrés et « représentent 40 % des pieds carrés vacants des centres commerciaux recensés », précise l’étude. Sans ces fermetures, le taux d’inoccupation serait de 6,2 %. « Il est peu probable que ces locaux […] trouvent preneur à court et peut-être même à moyen terme. » — Jean-François Grenier, directeur principal d’Altus La situation risque même de s’aggraver, selon Altus. « La disparition probable de Sears à court terme ajouterait dans le marché montréalais environ 1,4 million de pieds carrés vacants et ferait passer le taux de vacance à 12,4 %. » LE CENTRE-VILLE RÉUSSIT BIEN Parmi les différentes typologies commerciales, les centres régionaux – qui n’attirent pas les consommateurs d’un vaste rayon, par définition – sont ceux qui affichent le pire résultat : leur taux moyen d’inoccupation atteint 13,1 %. Suivent de près les centres communautaires (12,1 %) et les artères commerciales (9,8 %). Les galeries marchandes au centre-ville (6,9 %), les centres suprarégionaux (7,1 %), les mégacentres et les centres lifestyle (7,2 %) s’en tirent mieux que la moyenne. « Quand le taux de vacance augmente, les loyers sont renégociés à la baisse. Donc, il y a un impact sur la valeur des centres commerciaux », explique Jean-François Grenier. Altus rappelle que les ventes au détail au Québec ont « considérablement » ralenti depuis la crise de 2009. Alors qu’auparavant, elles progressaient annuellement de 4 à 6 %, la hausse se limite désormais à 2,5 %, tout au plus. Le vieillissement de la population, l’endettement des ménages et la stagnation des revenus font partie des facteurs évoqués par la firme d’experts en immobilier.
  4. C'est très bien! http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201211/28/01-4598409-condos-neufs-absorption-surprenante-au-centre-ville.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  5. Même le Wall Street Journal en parle : Developers Brace for End of Montreal's Condo Boom Sales Are Well off the Pace of Previous Years By DAVID GEORGE-COSH Nov. 5, 2013 6:12 p.m. ET With signs that Montreal's more than decadelong condominium boom could be fading, some local developers are repositioning or even pulling projects due to waning demand. In the downtown core, quarterly presales of new condos have averaged nine units per project this year, according to Altus Group Ltd. AIF.T -0.07% , a real-estate consultancy. That is well below the pace of such sales in both 2012 and 2011, when the average was 16 units. Meanwhile, only 10 new condo projects were announced in Canada's second-largest city in the first half of 2013, compared with 14 such projects in the first half of 2012. At the current pace, Montreal isn't likely to match the 25 project launches announced last year, and could fall below the 2011 total of 14 projects, Altus Group says. Developers have noticed. "There's starting to be a lot of uncertainty in the marketplace," said Sam Scalia, chief executive of Samcon Inc., one of the city's biggest developers with 13 projects in the works. Nearly 1,500 people signed up for information on Samcon's 190-unit Drummond Condominiums project when the developer began presales in January, Mr. Scalia said. But sales were slow, and Samcon pulled the project from the market in May for a full redesign with a new architect. "When we came out on the market, there was a glut of units that were launched in our district downtown," Mr. Scalia said. When Samcon puts the Drummond project back on the market in January, units will be roughly 10% smaller and one-bedroom units will be priced nearly 33,000 Canadian dollars ($31,578) less than the initial C$275,000, Mr. Scalia said. The project is slated for completion by the end of 2016, one year later than first planned. Montreal's condo boom, like those in Toronto and Vancouver, was fueled by ultralow interest rates that put homeownership within the reach of more Canadians. The resilience of Canada's housing sector was a key factor in helping the country weather the global financial crisis better than many of its industrialized peers. But it also led to record household-debt accumulation, a concern for Canadian policy makers. Canadian Finance Minister Jim Flaherty singled out the overheated condo markets in Toronto, Vancouver and Montreal as areas of particular concern when he tightened mortgage-financing rules to put the brakes on the sector. A slowdown appears to be under way. "While overall sales are good, [the condo market is] moving at a more muted pace," said Colin Johnston, president of Altus Group's Canadian research, valuation and advisory department. Montreal's condo-resale market also is showing strain. Listings have soared 24% in the past 12 months, according to the Greater Montreal Real Estate Board. Sales, though, have fallen by 15%. Canada Mortgage and Housing Corp., a government-owned housing agency, forecasts 10,000 new condo units will be built in the Greater Montreal area in 2013, down 16% from last year and the second annual decline in a row. CMHC attributes the slowdown to a surplus of new condos and a rise in resale listings. "It feels like everyone who had to consider buying a condo has already done so," said Stéphane Côté, president of DevMcGill, a developer with four projects under construction. "Right now, we're on the tail end of the market." Mr. Côté said DevMcGill has positioned its projects to withstand a slowdown. Development of the condos is structured in several phases, and if sales begin to trickle, DevMcGill can redesign units to adjust to lower demand. Mitchell Abrahams, owner of Benvenuto Group, a Toronto-based developer, said sales of condos he is developing in Montreal are mixed. Le Peterson, a 31-story tower in the heart of Montreal, has had "slow but steady" sales with 53% of the development sold. Meanwhile, the Belvedere, a luxury development in Montreal's tony Hampstead neighborhood, closed its sales center earlier this year due to poor sales, Mr. Abrahams said, declining to elaborate. "Montreal's a hard market for people to make a decision," he said. "But fundamentally, it's still a great condo market." The slowdown has a silver lining. Samcon's Mr. Scalia said he is in talks with at least three developers to take on projects that haven't sold well, though he declined to identify them. Some developers predict it will take several years for the market to absorb the excess inventory. Michael Engels, vice president of sales at Inca Development, said the slowdown isn't much of a surprise. After a rush of product coming to the market, developments still need some time to be digested by home buyers. Montreal's condo sector has become a buyer's market. Mr. Engels expects his current project, a development along the city's trendy Crescent Street downtown, to begin construction next year after selling over 40% of his inventory so far. "Competition is always subjective, even in this tough environment," he said.
  6. http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201603/08/01-4958342-condos-neufs-explosion-des-ventes-au-centre-ville.php Les ventes de condos neufs ont plus que doublé au centre-ville de Montréal pendant le dernier trimestre de 2015, au moment où le nombre d'appartements invendus a connu une baisse marquée. Selon des données du Groupe Altus que La Presse Affaires a obtenues, 792 condos neufs ont trouvé preneur pendant les trois derniers mois de l'année dans les quartiers centraux de Montréal. Il s'agit d'une hausse de 106% sur un an, et de la meilleure performance depuis la fin de 2012. «Ça a dépassé nos attentes, particulièrement en raison des projets qui ont été lancés pendant le trimestre et qui ont provoqué un fort rebond des ventes», a fait valoir Mathieu Collette, directeur principal de la division résidentielle au Groupe Altus. Autour du Centre Bell, une bonne partie des 438 condos de la Tour des Canadiens 2 (TDC2) ont trouvé preneur en quelques semaines à peine, l'automne dernier. Le secteur de Griffintown - comptabilisé dans le centre-ville par Altus - a pour sa part vu ses ventes augmenter de 150% pendant le trimestre. Un peu plus de 200 condos neufs ont été vendus. «Le quatrième trimestre a été assez phénoménal, j'ai rarement été aussi occupé pendant une si courte période, a souligné Alexandre Tazi, courtier au Groupe immobilier Londono. Et le momentum se poursuit: on voit une vigueur extraordinaire depuis septembre dernier.» 24% MOINS D'INVENDUS Ce rebond des ventes a contribué au recul du nombre de condos neufs invendus, qui inquiétait les économistes depuis plusieurs trimestres déjà. Selon Altus, 2181 condos neufs demeurent invendus au centre-ville, sur les 8306 actuellement offerts. Il s'agit d'une baisse de 24% depuis un an. «Le marché est en train de se corriger en ce moment, il y a eu un écrémage dans le monde des promoteurs de condos. »- Mathieu Collette,directeur principal de la division résidentielle au Groupe Altus Plus en détail, Altus signale que 91% des condos neufs prêts pour livraison sont vendus, ce qui laisse un «inventaire réel» d'environ 248 appartements disponibles au centre-ville. Les immeubles en construction sont quant à eux écoulés à 74% et représentent 983 condos en quête d'un acheteur. Les projets en prévente affichent quant à eux des ventes de 45%, l'équivalent de 950 copropriétés toujours offertes à l'achat. AILLEURS À MONTRÉAL À l'échelle métropolitaine, 19 nouveaux projets ont été mis en marché pendant le dernier trimestre, pour un total de 1466 appartements, indique Altus. La majorité des logements - 863 - se trouvent au centre-ville. Signe que tous les projets ne suscitent pas le même engouement, cinq ont été annulés ou suspendus. Les projets neufs terminés sont vendus à 84%, ce qui laisse 1562 appartements inoccupés dans le Grand Montréal. Les immeubles en construction sont pour leur part vendus à 64%, contre à peine 33% pour ceux en prévente, indique Altus. La baisse globale du nombre d'appartements invendus s'élève à 25% depuis un an, avec 6747 logements en quête d'un acheteur, contre 8943 l'an dernier. La revente s'améliore aussi Le marché montréalais de la revente a poursuivi sa remontée en février. La chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) a recensé 3743 transactions le mois dernier, soit une augmentation de 15% depuis un an. Au même moment, le nombre de propriétés à vendre a fléchi de 5% dans la région métropolitaine, un signe encourageant. «Les ventes augmentent de manière plus prononcée en ce début d'année, alors que les inscriptions en vigueur poursuivent leur diminution, de sorte que les conditions de marché se resserrent», a fait valoir Daniel Dagenais, président du conseil d'administration de la CIGM, dans un communiqué. Malgré cette embellie, les prix affichent une tendance beaucoup moins dynamique. Le prix médian des condos a baissé de 2% en février dans la région métropolitaine, à 226000$, tandis que celui des maisons unifamiliales a progressé de seulement 2%, à 285 000$. EN CHIFFRES 60% VENDU Cette banlieue a enregistré le plus faible volume de transactions de la région métropolitaine pendant le quatrième trimestre- 75 unités -, un niveau à peu près stable. Le projet Lofts du boisé a affiché les meilleures ventes, alors que le nombre total de condos invendus s'établit à 776 sur la Rive-Sud. 56% VENDU Les ventes ont augmenté de 8% depuis un an, note Altus dans son étude. On trouve aujourd'hui 904 appartements invendus à Laval. Les projets Marquise phase 2 et Urbania phase 2 bâtiment C se sont démarqués. 66% VENDU Le niveau des ventes a progressé de 2*% depuis un an, avec 2250 condos toujours invendus. Les projets Rouge Condominums, Le Podium et EQ8 ont affiché les meilleures performances pendant le dernier trimestre de 2015. 59% VENDU La progression des ventes est lente dans cette banlieue, remarque Altus. Le projet Cachemire phase 1 a réussi à attirer 23 acheteurs pendant le trimestre. Au total, 636 condos sont invendus dans la région. 74% VENDU Environ 2181 copropriétés achevées, en construction ou en prévente sont toujours offertes dans ce secteur qui inclut aussi Griffintown et le Vieux-Montréal. Outre la Tour des Canadiens 2, le Roccabella phase 2 et W Griffintown ont été les projets les plus populaires, souligne Altus.
  7. Publié le 12 juin 2009 à 05h00 | Mis à jour le 12 juin 2009 à 05h00 Locaux pour bureaux à Québec: le plus bas taux d'inoccupation au pays Pierre Couture Le Soleil (Québec) Le marché de la location de locaux pour bureaux ne dérougit pas à Québec. Le taux d'inoccupation se situe maintenant à 3,6 %, soit le plus bas au pays. «On constate que la crise économique touche moins la capitale», souligne Steeve Gilbert du Groupe Altus, qui recense l'évolution du marché des immeubles de bureaux à Québec. À l'échelle canadienne, Québec (3,6 %) devance ainsi Edmonton (6,7 %), Winnipeg (6,8 %), Ottawa (6,9 %) et Vancouver (8,6 %). À Montréal, le taux d'inoccupation s'élève à 9,2 %. Cette rareté des loyers se fait d'ailleurs sentir sur le prix payé par les locataires. Depuis deux ans, le prix moyen de location au pied carré dans la catégorie A affiche une progression de 13 %, passant de 22 $ à 24,89 $. La rareté d'immeubles de bureaux fait en sorte que certains secteurs sont beaucoup «plus chauds» que d'autres. Par exemple, sur la colline parlementaire, le taux d'inoccupation se chiffre à 0,9 %, alors que dans le secteur du boulevard Laurier, on note un taux de locaux inoccupés de 1,4 %. Dans le quartier Saint-Roch et dans le Vieux-Québec, le portrait est différent. Le taux d'inoccupation totalise 6,4 %. Idem en périphérie nord de la ville (quartier Lebourgneuf), où l'on observe un taux de 7,1 %. Hier, le marché locatif de Québec comptait ainsi 692 000 pieds carrés disponibles sur un inventaire de 16,6 millions de pieds carrés de locaux pour bureaux. Cette tension dans le marché de Québec pourrait toutefois prendre fin avec l'arrivée de nouvelles constructions d'immeubles locatifs de bureaux. Des promoteurs, qui ont flairé la bonne affaire, devraient bientôt être en mesure de livrer près d'un million de nouveaux pieds carrés au cours de la prochaine année. La construction d'une tour à bureaux par Cominar au coût de 110 millions $ sur le boulevard Laurier comptera une superficie 316 000 pieds carrés. Dans Saint-Roch, GM Développement met la touche finale à la construction d'un immeuble de bureaux de 99 000 pieds carrés qui abritera notamment les locaux de la société Beenox. «Malgré cet ajout, les espaces construits répondent à une demande et on ne peut parler de surconstruction à Québec», fait remarquer Steeve Gilbert. Car même avec cette nouvelle impulsion d'un million de pieds carrés, le marché locatif demeurera serré, avec un taux d'inoccupation autour de 6 %, prédit le Groupe Altus. Généralement, un marché atteint son taux d'équilibre entre l'offre et la demande lorsque le taux d'inoccupation des immeubles s'établit à 7 %.