Search the Community

Showing results for tags 'alouettes'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 6 results

  1. 2008 GREY CUP PROGRAMMING LAUNCH LANCEMENT DE LA PROGRAMMATION DES FESTIVITÉS DE LA COUPE GREY Le Village de la Coupe Grey de retour au centre-ville Montréal, le 26 mai 2008 – Moins de six mois avant le match de la Coupe Grey à Montréal, le comité de la Coupe Grey 2008 est fier de dévoiler la programmation des festivités qui auront lieu au Village de la Coupe Grey, situé en plein cœur du centre-ville de Montréal. Des artistes québécois et canadiens de qualité dont les Porn Flakes, Kellylee Evans, Rock Story et Elevation (Hommage à U2) offriront des performances sous les chapiteaux du village entre le 19 et le 23 novembre prochain, durant la semaine de la Coupe Grey à Montréal. « Nous aurons une programmation excitante, divertissante et gratuite dans le Village de la Coupe Grey, » a déclaré le Co-Président du comité de la Coupe Grey M. Larry Smith. « Avec l’explosion de la popularité du football, nous invitons les gens de partout au Québec et au pays à participer à cette fête du football et à montrer leurs couleurs. » L’idée originale du Village de la Coupe Grey regroupant toutes les activités est de retour au même endroit qu’en 2001, soit à la Place du Canada située dans le quadrilatère des rues Peel, René-Lévesque, de la Cathédrale et de la Gauchetière. À trois endroits dans le village, on retrouvera les horloges officielles du décompte de la Coupe Grey qui n’est plus qu’à 181 jours. Parmi les autres artistes et différents spectacles gratuits présentés lors des festivités, on retrouve Véronique Labbé, Guy Bélanger, Take the Boys, White Faze, Marc Parent et Wang Dang Doodle, Angel Forrest, Young Soul et Sylvie Desgroseilliers (Motown Show). En plus des festivités du Village de la Coupe Grey, quatre événements majeurs se tiendront au cours de la semaine. Le Gala des joueurs par excellence de la LCF rendra hommage aux meilleurs joueurs de la saison 2008 de la Ligue canadienne de football et se tiendra le 20 novembre au Casino de Montréal. Le Cheer Extravaganza, le très attendu concours des cheerleaders impliquant les équipes de chacune des formations de la LCF, aura lieu au Grand Pavillon du village le 22 novembre. Le Gala Banque Scotia de la Coupe Grey aura lieu le samedi 22 novembre à la Gare Windsor. Plusieurs artistes défileront lors de cette soirée dont la chanteuse Nikki Yanofsky, le groupe de ballet Les Oiseaux du Paradis, Les Chorales et l’humoriste Sugar Sammy. Le Déjeuner des légendes, où les amateurs auront la chance de rencontrer les joueurs qui ont marqué l’histoire de la LCF, se tiendra à la salle de bal de l’Hôtel Mariott-Château Champlain 19 novembre à 9h30. Le 96e match de la Coupe Grey Un otal de 65 255 spectateurs avaient assisté à la finale en 2001 et l’objectif de l’organisation est d’éclipser le record datant de 1977 alors que 68 318 spectateurs avaient assisté à la conquête de la Coupe Grey des Alouettes sur les Eskimos d’Edmonton au Stade olympique. Près de 40 000 billets ont trouvé preneurs pour le match du 23 novembre. Les amateurs peuvent se procurer leurs billets de trois façons: 1) Sur le site internet officiel des Alouettes de Montréal: MontrealAlouettes.com 2) Par téléphone sur le réseau Admission: 1-800-361-4595 ou 514-790-1245 3) À la billetterie des Alouettes au 1260 University, 1er étage (lun. au ven., de 9h à 17h). Avec des billets à partir de 84$, il s’agit d’un des événements sportifs majeurs les plus abordables. Les partisans doivent faire vite s’ils veulent obtenir des bons billets. ______________________________________________________________________________ The Grey Cup Village returns to downtown Montreal, May 26, 2008 – With less than six months to go before the 96th Grey Cup in Montreal, the 2008 Grey Cup Committee is proud to unveil the programming of festivities which will take place in the Grey Cup Village, located in the heart of downtown Montreal. Several quality artists from Quebec and the rest of Canada including Porn Flakes, Kellylee Evans, Rock Story and Elevation (U2 cover band) will perform in the village between Nov. 19 and Nov. 23, during the week leading up to the game. “Our programming in the Grey Cup Village will be exciting, entertaining and free,” said Grey Cup committee Co-President Mr. Larry Smith. “We invite people from all over the province and the rest of the country to participate in this great celebration of football and to show their team colours with pride.” The original idea of the Grey Cup Village concentrating all the activities in the central area returns to the location where it was created in 2001, at Place du Canada, located between Peel, René-Lévesque, de la Cathédrale and de la Gauchetière streets. All fans will be aware that we are only 181 days away from Grey Cup as showcased in three different locations in the village on the official Grey Cup countdown clocks. Among other artists and free shows during the festivities will be Véronique Labbé, Guy Bélanger, Take the Boys, White Faze, Marc Parent et Wang Dang Doodle, Angel Forrest, Young Soul, and Sylvie Desgroseilliers (Motown Show). In addition to the Grey Cup Village festivities, four major events will take place during the week. The CFL Player Awards will honour the best players of the Canadian Football League’s 2008 season on Nov. 20 at the Casino de Montréal. The always entertaining Cheer Extravaganza cheerleader competition involving every CFL cheer team, will take place in the village’s Grand Pavillon on Nov. 22. The Scotiabank Grey Cup Gala will take place Nov. 22 at Windsor Station. Several artists will be featured that evening including Nikki Yanofsky, ballet troupe Les Oiseaux du Paradis, Les Chorales and comedian Sugar Sammy. The Legends Breakfast, during which fans will have the opportunity to meet several legendary CFL players, will be held in the ballroom of the Mariott-Château Champlain Hotel on Friday November 19, at 9h30. The 96th Grey Cup A total of 65,255 spectators attended the 2001 Grey Cup and the Committee’s objective is to beat the 1977 record when 68,318 fans were on hand for the Alouettes’ conquest over the Edmonton Eskimos at Olympic Stadium. Close to 40,000 tickets have already been sold for the Nov. 23 game. Fans may purchase their tickets one of the following ways: 1) On the Montreal Alouettes’ official website: MontrealAlouettes.com 2) On the phone at all Admission outlets: 1-800-361-4595 or 514-790-1245 3) At the Alouettes’ ticket office at 1260 University, 2nd floor (Mon. thru Fri., 9 a.m. to 5 p.m.). With tickets starting at $84, this is one of the most affordable major sporting events. Fans must act early in order to avoid disappointment.
  2. Agrandissement du stade Molson: «Ça niaise et ça niaise...» Miguel Bujold La Presse Larry Smith ne sait plus quoi penser. Le président des Alouettes estime que son organisation a tout fait ce qui a été exigé d'elle pour le projet d'agrandissement du stade Percival-Molson. Mais le dossier, bloqué dans les bureaux de la Ville de Montréal, n'avance pas d'un pouce. «On aimerait avoir une rencontre avec le maire Tremblay le plus tôt possible, mais on ne nous répond pas, a expliqué M. Smith lors d'une entrevue téléphonique. Les gouvernements provincial et fédéral ont accepté de s'impliquer et on n'attend que la Ville de Montréal pour officialiser, mais ça niaise et ça niaise et ça niaise...» Jouant à guichets fermés depuis 1997, les Alouettes veulent ajouter 5000 sièges à leur domicile, ambition qu'ils caressent depuis plusieurs années déjà. Coût de l'aventure: entre 28 et 30 millions. Selon Smith, les gouvernements provincial et fédéral auraient accepté d'investir approximativement 10 millions chacun, alors que les Alouettes s'engagent à trouver 4,6 millions du secteur privé. Ne resterait que les 4,4 millions demandés à la Ville. «Nous avons revu nos demandes à la Ville à la baisse parce que nous comprenons la situation dans laquelle elle se trouve. Nous savons qu'elle est très sollicitée et nous sommes conscients que ce n'est pas le dossier le plus important pour elle. Mais en même temps, on parle d'un projet rassembleur qui profitera à plusieurs personnes. Et ça fait plusieurs années qu'on travaille sur ce dossier. «Depuis 1998, nous avons investi 2,5 millions afin de rénover un stade qui ne nous appartient pas, a rappelé Smith. Ça ne fait aucun doute qu'il y a une demande pour un plus grand nombre de places. Nous avons 17 400 détenteurs de billets de saison à l'heure actuelle et notre liste d'attente en compte déjà 2000 autres.» À défaut d'avoir résolu toutes les questions sur le plan financier, l'organisation aurait réglé celles concernant l'environnement. «Nous avons rencontré plusieurs groupes de pression et, sans dire qu'ils sont maintenant heureux, ils sont contentés. Nous avons modifié le projet afin de les satisfaire, a indiqué le président. On devra abattre 68 arbres si le projet se réalise, mais notre organisation s'engage à planter 300 arbres et 500 arbustes.» La Ville en dit peu De son côté, la Ville de Montréal s'est montrée avare de commentaires. «Nous sommes à l'étape de prendre une décision. On analyse présentement le dossier», s'est limité à dire le relationniste Bernard Larin. Smith, lui, croit que la Ville a eu amplement de temps pour étudier la question. «Ça fait plus de deux ans qu'on attend. Et le coût du projet augmente de deux à trois pour cent à chaque année en raison du prix des matériaux et de la main-d'oeuvre», a poursuivi l'ancienne vedette des Alouettes, qui soutient que l'avenir de la concession montréalaise est directement lié aux 5000 nouveaux sièges. «Notre bail actuel se termine en 2010. Si nous annonçons que le projet va de l'avant d'ici l'automne, nous croyons qu'il pourrait être complété à temps pour la saison 2010 ou 2011. N'importe quelle entreprise est en affaires afin de faire des profits et, présentement, ce n'est pas notre cas. Nous ne voulons pas augmenter le prix des billets de façon significative, alors la survie de l'équipe passe par l'agrandissement du stade. C'est également un must afin qu'on puisse continuer à avoir une équipe compétitive sur le terrain. «C'est le temps de bouger! C'est M. Tremblay qui décidera de l'avenir du football à Montréal.» L'essor du football Il ne fait aucun doute que le football a connu un essor fulgurant au Québec depuis une dizaine d'années. Les équipes de football mineur et universitaire ont jailli de partout et les Alouettes y sont pour beaucoup. L'organisation se fait un devoir d'être impliquée dans différentes écoles à travers la province. D'ailleurs, pour une équipe professionnelle avec des moyens limités - rappelons que les joueurs font en moyenne moins de 100 000$ par année - son implication dans la communauté est à peu près irréprochable. Puis, il y a le fait que les Alouettes évoluent devant des salles combles depuis maintenant 10 ans. Vous voulez une paire de billets pour un match au mois d'août? Bonne chance. Malgré tout ça, la Ville, elle, marche sur des oeufs. Compte tenu de toutes les demandes qui lui parviennent, c'est évident qu'il s'en trouvera pour critiquer sa décision si elle devait accepter de venir en aide à une équipe de sport professionnel, même si celle-ci ne ressemble pas vraiment aux équipes professionnelles typiques... Montréal est-elle encore une ville de sport? À ce compte, la décision du maire Tremblay nous en dira plus long.
  3. Via The Boston Globe : Montreal’s Little Burgundy, Mile Ex are getting hip artfully By Christopher Muther | GLOBE STAFF OCTOBER 18, 2014 CHRISTOPHER MUTHER/GLOBE STAFF Canned vegetables were seen at Dinnette Triple Crown. Life was taking place behind glowing windows on this preternaturally balmy October night. On a walk in Montreal’s Little Burgundy neighborhood, the streets were quiet but inside restaurants were buzzing and the city’s jeunesse dorée were shoulder-to-stylish-shoulder at gallery openings. If it sounds like I’m romanticizing the scene, I am. I had struck travel pay dirt: a hot new neighborhood laid at my feet, and I had a night to aimlessly explore this turf called Little Burgundy. In my usual know-it-all fashion, I thought I had thoroughly chewed and digested the hot neighborhoods of Montreal years ago. As usual, I was wrong. I knew that the Mile End neighborhood was chockablock with the cool kids (genus Hipster). I was also aware that Old Montreal, the part of the city that was once jammed with tatty gift shops, is now very chic and grown-up. Not so long ago I came to Old Montreal with the intention of writing a story about how Old Montreal is the new Montreal. I was too lazy to write the story — please don’t tell my editor — but my theory was correct. The area is now known for its celebrity chef restaurants and art galleries. Which brings us back to this balmy October night in Little Burgundy. Until a few weeks ago, I thought Little Burgundy was an inexpensive red wine. Nope. It was once a working class neighborhood that has blossomed into a hamlet dotted with incredible restaurants and boutiques. For the sake of ease, I’m going to group Little Burgundy with the Saint-Henri and Griffintown neighborhoods. All are in the southwest part of the city and have a rough-around-the-edges, blue-collar history. The neighborhood volte-face began with the cleanup of the Lachine Canal. Artists scrambled for inexpensive studio space. This inevitably brought in the beginnings of gentrification and a rush of 20- and 30-somethings on the hunt for affordable housing. The scene is anchored by Atwater Market in Saint-Henri. Atwater, a mega farmer's market, is housed in a beautiful Art Deco tower. Set aside an hour or two to wander the aisles and check out the produce, much of it from farms around Quebec. I passed rows of passionate red raspberries and strawberries, but opted for locally made chocolates. We all know a man needs a little sugar to keep up his strength. When I began my Little Burgundy evening excursion, I started with restaurants from the pioneering chefs who rode covered wagons into this new frontier and set up shop. Joe Beef opened in 2005 and received a considerable boost when celebrity chef Anthony Bourdain dropped in. The English pub Burgundy Lion sits across the street. It’s part sports bar and part restaurant. I stayed long enough for a drink, but failed miserably when it came to discussing sports. I wanted to chat about the prosecco-scented soap I purchased earlier in the day at a boutique called Beige. The gent on the bar stool next to me wanted to talk about Canadian football. “Who do you think is going to take it?” he asked. “The Alouettes or the Redblacks?” The Alouettes sounded like an effete, all-male a cappella act, so I said the Redblacks. Naturally the Alouettes won. I needed a place where I felt slightly more comfortable discussing my prosecco-scented soap. The trouble was choosing. I passed Tuck Shop, Bitoque, Evvo, and the Drinkerie. All looked pretty wonderful. I stopped in at Code Ambiance, but felt woefully underdressed — and blasted my slovenly American ways! I walked a few doors down to a steak house called Grinder. Like a latter-day Goldilocks, I declared, “This one is just right!” I settled at the bar to start on an amazing meal. Not long after, an animated couple appeared at my side, eager to talk. I love talking to new people, particularly locals, when I’m on the road. But this conversation was making me nervous. It starting getting a bit salty for my liking (I’m not talking about the food), peppered with questions that left me blushing. One of the few French phrases I know, ménage à trois, felt like it was about to be introduced into the conversation. I came up with a hasty excuse to leave, paid the check, and rushed back to my hotel. I guess prosecco-scented soap is a bit of an aphrodisiac. You’ve been warned, people. Sufficiently frightened to go back to Little Burgundy, I met up with my friends Alexis and Julien at a Russian-themed cocktail bar called Kabinet (it’s connected to another Russian-themed bar called Datcha) the next night in Mile End. The conversation focused on Mile Ex, another of Montreal’s hottest new neighborhoods. Like Little Burgundy, I had never heard of Mile Ex. But Julien and Alexis said this once rough-hewn ’hood, which is less than a square mile squeezed between Little Italy and a highway, is also going through a resurgence. More condominiums are going in, and more restaurants are following suit. After cocktails and bowling at the charmingly divey Notre-Dame-des-Quilles (known as NDQ by locals), I drafted a Mile Ex plan for the next day. Mile Ex is very easy to walk (or bike), so I started exploring by going to Marché Jean-Talon on the edge of Little Italy and Mile Ex. Like Atwater Market, the place is mammoth and filled with incredible produce. Again, I skipped anything remotely healthy and jumped to the poutine booth. Bubu Restaurant Gringer One of the first restaurants to open in Mile Ex was Dinette Triple Crown, which didn’t arrive intending to be a forebear of great things to come; the owners say it was pure coincidence and good timing. It’s an unpretentious place where you can order Southern comfort food. Contrast that with Mile Ex’s latest eatery, le Ballpark, which specializes in meatballs. Yes, meatballs. For such a tiny area, there are some fantastic places here. My favorite (not that you asked) was Manitoba, which also opened this summer. “We wanted a taste of the forest in our plates, a taste of nature in our glasses,” reads the restaurant’s website. Much of the food was local and the look of the space was chic and rustic. Braver souls can sample deer heart and veal tongue. I played it safe with duck. I encountered more friendly Montrealers at Manitoba — thank you again prosecco-scented soap — who invited me to a very illegal party at an abandoned warehouse. Generally when I hear the words “illegal” and “party,” I don’t hesitate. It was one of those glorious nights where DJs ironically played music from 1990 to 2000 while revelers danced in a crumbling space that looked like a set from “The Walking Dead.” If you’ve never experienced Technotronic’s “Pump Up the Jam” in an abandoned Canadian warehouse, you don’t know what you’re missing. Even as I write these words I’m feeling guilty. I want to tell people about Little Burgundy and Mile Ex, but I don’t want to ruin these places by turning them into tourist destinations. I want to greedily keep them to myself. If the masses begin descending, will there be enough meatballs left for me at le Ballpark, poutine at Marche Jean Talon, warehouse dance parties, and swingers on the prowl at Grinder? OK, I’ll make a deal: You take the swingers, I’ll keep the poutine. PATRICK GARVIN/ GLOBE STAFF Christopher Muther can be reached at [email protected]
  4. Bellemare voit la LCF à Québec Lundi 26 novembre 2007 RDS.ca Le candidat à la mairie de Québec, Marc Bellemare. Le projet d'une équipe de football de la Ligue canadienne à Québec refait surface au lendemain de la présentation du match de la coupe Grey. Le candidat à la mairie Marc Bellemare travaille sur le dossier depuis quelques années. L'avocat croit que la Ville de Québec est prête pour une franchise de la LCF. Il a reçu un appui supplémentaire vendredi dernier quand le commissaire de la Ligue, Mark Cohon, a révélé que Québec et Halifax représentent des villes d'expansion potentielles. Pour Bellemare, l'idée d'apporter une équipe à Québec est un projet mobilisateur d'envergure nationale qui relancerait une rivalité avec Montréal. "Les Alouettes souhaitent depuis dix ans que Québec adhère à la Ligue canadienne", avance-t-il. Outre quelques gens de Québec, Jacques Dussault, Bruno Heppel et Larry Smith, le président des Alouettes, sont impliqués dans le dossier. Le budget d'opération d'une équipe de football serait de 20 M$, en plus des 4 M$ pour l’obtention une franchise. On vise un stade de 25 000 places. Il faudrait agrandir celui du PEPS de l'Université Laval en ajoutant 15 000 sièges. Le financement devrait venir des différents paliers de gouvernement et d'entreprises privées. Le promoteur ne pense pas que la Ligue canadienne nuirait aux activités du Rouge et Or. Il y voit plutôt un complément au football universitaire. "Québec est une ville d'envergure et la preuve a été faite que nous sommes intéressés au football », croit Bellemare. Le politicien estime que Québec, dont le bassin régional est plus important que les villes de Regina et Winnipeg, peut accueillir la Ligue canadienne d'ici cinq ans. Bellemare a de grandes ambitions pour la Ville de Québec. En plus d'amener une équipe de la LCF, il espère la construction d'un amphithéâtre pour le hockey de la Ligue nationale en plus de ramener le dossier des Jeux olympiques sur la table d'ici les vingt prochaines années. Agrandir le PEPS Il y a une ouverture à la Ligue, mais encore faut-il trouver l’endroit où faire évoluer cette équipe. Le stade de football du PEPS de l’Université Laval demeure la place favorite. «Pour agrandir le stade Molson à Montréal de 5000 sièges, il en coûte 30 millions $, dont 12,5 millions $ seront fournis par chacun des gouvernements provincial et fédéral alors que le reste provient des Alouettes. Pour la même somme, nous pourrions faire passer la capacité du stade du PEPS de 10 000 à 25 000 sièges. Et tout ce que l’on demande, c’est que Québec reçoive des gouvernements les mêmes sommes qui ont été allouées à Montréal.» «La Ville n’est pas capable financièrement de supporter toutes ces constructions, et c’est pourquoi il faut faire appel au secteur privé. Il y a plusieurs fils qui pendent pour la réalisation d’un tel projet, des fils que seul un maire peut attacher. Il est évident que si le maire est élu pour aller de l’avant dans ce projet, je suis la personne pour le mener à terme. Je trouve que le projet du football est incontournable, je veux que l’on ramène le plaisir à Québec, que l’on fasse renaître une autre rivalité Québec-Montréal pour que les gens s’amusent.» Marc Bellemare aimerait aussi que la Ville s’engage à retravailler sur le dossier olympique d’ici les 20 prochaines années. «Regardez à Vancouver, une somme de 1,2 milliard $ d’argent neuf a été insufflée dans cette région à cause des Jeux de 2010. D’autre part, le projet d’un nouvel amphithéâtre devrait être calqué sur celui de Winnipeg, qui n’a coûté que 133 millions $, dont 93 millions $ proviennent du privé. C’est important d’avoir des équipements modernes, et il y a plusieurs groupes musicaux qui ne viennent pas à Québec à cause de la désuétude du Colisée.»
  5. Al's, Impact et CH au 7e ciel (CKAC)– Mine de rien, la ville de Montréal vit une année 2008 absolument superbe sur le plan sportif. Avec le centenaire du Canadien, le retour en force des Alouettes et les prouesses de l'Impact en Ligue des Champions, les amateurs de sports en ont plein la vue. Le CH vise la Coupe Avec l'addition d'Alex Tanguay, Robert Lang et de Georges Laraque, le Canadien s'avère, sur papier, une meilleure équipe que celle qui avait terminé la saison dernière au premier rang de la conférence de l'Est. Les Chris Higgins, Mike Komisarek et Carey Price de cette équipe débarquent au camp avec une année de plus d'expérience sous la cravate. Alex Kovalev, Saku Koivu et Alex Tanguay ont tous intérêt à donner le maximum d'eux-mêmes puisqu'ils deviennent tous joueurs autonomes l'été prochain. Pour la première fois depuis les années '80, les partisans ont l'assurance que l'équipe ne vise rien de moins que la coupe Stanley. Le message du président Pierre Boivin a été bien clair lors du tournoi de golf de l'équipe il y a un mois. «Nous voulons que les partisans sachent que nous ne sommes plus en période de reconstruction, il est temps pour nous de passer à une autre étape, celle de tenter de gagner la coupe.» Le Canadien célèbre en même temps le centenaire de son équipe avec une multitude de cérémonies et de célébrations entourant cet anniversaire spécial. Les mordus du Canadien n'en sauront plus où donner de la tête. Les Alouettes de retour au sommet Avec l'embauche de Mark Trestman, les Alouettes ont finalement retrouvé leur aplomb et la crédibilité qu'ils avaient bâtie depuis leur retour à Montréal. Trestman a amené avec lui son bagage de la NFL et a instauré la discipline qui était disparue depuis que Jim Popp était en poste. Même Brian Chiu, qui est avec l'équipe depuis des années, n'en revenait pas. «Je ne me suis jamais entraîné aussi fort durant les entraînements de l'équipe.» Anthony Calvillo est redevenu le quart-arrière étoile que l'on connaissait lors de la conquête de la Coupe Grey en 2002. Calvillo montre un pourcentage de passes complétées de 67.1%, ayant déjà accumulé 3608 verges cette saison. Le porteur de ballon Avon Cobourn était en lice pour le titre de joueur le plus utile à son équipe lors qu'il a été victime d'une blessure à la cheville. Il se dirigeait vers une saison de plus de 1000 verges au sol et 1000 verges par la voie des airs, du jamais vu dans la Ligue canadienne. Les Alouettes trônent au sommet de la division Est de la LCF et sont déjà assurées d'une place en série et d'un match à domicile au Stade olympique. Avec une victoire cette fin de semaine face aux Tiger-Cats ou une défaite des Blue Bombers, l'équipe s'assurerait du championnat de la division et d'une semaine de congé lors de la première ronde des séries. Comme par hasard, le retour en force de l'équipe coïncide avec le fait que les Alouettes seront l'hôte de la Coupe Grey cette année. Le plan de match de Larry Smith se déroule exactement comme il l'espérait. L'équipe devrait pouvoir bénéficier de quelques matchs sans signification au mois d'octobre pour donner congé à certains joueurs blessés. L'équipe devrait donc faire son entrée dans les séries avec une équipe en santé. Avec un peu de chance, les Alouettes remporteront leur premier match des séries au Stade olympique et seront propulsés directement à la Coupe Grey. L'Impact sur la scène internationale Non seulement l'Impact a envahi la ville de Montréal cet été, mais l'équipe s'est aussi finalement fait un nom sur la scène internationale. Pour la première fois de l'histoire, le tournoi de la Ligue des Champions avait sa tranche nord-américaine et l'Impact a trouvé le moyen de remporter le championnat canadien pour représenter le pays sur la scène mondiale. C'est lorsqu'on aperçoit le nom Impact de Montréal dans la même liste que ceux du Juventus, Manchester United, AC Milan, Barcelone et Marseille, lorsqu'on consulte les résultats de matchs sur le site internet de ESPN que l'on se rend compte de l'ampleur des exploits de l'équipe. L'Impact est au sommet de son groupe avec 7 points et se retrouve en bonne posture pour accéder à la ronde éliminatoire de la Ligue des Champions qui aura lieu au mois de février. En même temps, l'équipe n'a pas abandonné l'idée de remporter le championnat de la USL. Les guerriers de John Limniatis se donnent cœur et âme soir après soir malgré les nombreux longs voyages de l'équipe. Plusieurs experts prédisaient un effondrement de l'Impact au mois de septembre dû à la fatigue extrême, mais Limniatis et sa troupe trouvent toujours le moyen de jouer des matchs solides. Avec une victoire dans la série aller-retour face aux White Caps de Vancouver, l'Impact se retrouverait en grande finale. Les amateurs de soccer de Montréal ont aussi eu droit à 2 autres premières à Montréal. Premièrement, l'arrivée d'un tout nouveau Stade de soccer; le Stade Saputo. Un Stade de 13 000 places, construit uniquement pour le soccer, qui pourrait se transformer en stade de 20 000 si l'équipe fait le saut en MLS…Une autre bonne nouvelle qui pourrait être confirmée aux partisans d'ici la fin de l'année 2008. Par ailleurs, Montréal a été l'hôte de deux matchs de qualification de la Coupe du monde de soccer : le premier impliquait l'équipe nationale canadienne et l'équipe de St-Vincent et les Grenadines, l'autre opposait nos Canadiens au Honduras. En tout et partout, sur le plan sportif, les partisans pourront dire que les équipes montréalaises auront trouvé le moyen de voler la vedette cette année, surtout si on se compare à Toronto. Comparez rapidement les équipes de Toronto versus celle de Montréal…Canadiens-Maple Leafs, Alouettes-Argonauts, Impact-FC Toronto… Ok Ok, vous pouvez arrêter de rire maintenant. Jeremy Filosa / CKAC
  6. http://www.cbc.ca/m/sports/football/cfl/michael-sam-nfl-s-1st-openly-gay-draftee-signs-with-cfl-s-montreal-alouettes-1.3083647 Michael Sam, NFL's 1st openly gay draftee, signs with CFL's Montreal Alouettes Defensive end joins CFL after being cut by Cowboys, Rams 12:51 PM ET The Canadian Press media duration: 1:12play video Michael Sam signs with Alouettes VIDEO The Montreal Alouettes signed Michael Sam because they believe he can be a star rush end in the Canadian Football League. His sexuality is a non-issue, as far as general manager Jim Popp is concerned. "Michael Sam is a very good football player, and that's the reason we signed him," Popp said of Sam, who is openly gay. "He's an outstanding pass-rusher." Popp told CBC's Doug Gelevan that he thinks Sam's news teammates will accept him openly. "I think he'll be embraced," Popp said. "There's always a possibility of someone having an issue, as there always is in society. If there's any challenge with any individual, then obviously we'll get him the appropriate people to help educate. "But I think our team will be ecstatic and welcome him with no problem." Sam, a free-agent, agreed to a two-year deal. The 25-year-old is to be introduced at a news conference in Montreal on Tuesday and report to training camp the following day. "I am very excited and proud to join the Montreal Alouettes and want to thank team owner Robert Wetenhall, general manager Jim Popp and head coach Tom Higgins for this opportunity," Sam said Friday in a statement. "I cannot wait to put on the pads, get back on the field and work hard each and every day with my teammates to bring a Grey Cup to the great fans here in Montreal." The Galveston, Texas, native became a sensation when he came out before last year's NFL draft, and his NFL jerseys were an instant best-seller. When he was picked in the seventh round by St. Louis, President Barack Obama publicly congratulated Sam and the Rams, who made him the first openly gay player to be drafted for their courage. Congrats from the commish CFL commissioner Jeffrey Orridge did the same on Friday. "Congratulations to the Montreal Alouettes on the signing of Michael Sam," Orridge said in a statement. "Our players come to us from different places, different walks of life and ultimately they take different paths to get to our fields. "Today is another indication of how open and progressive the CFL is — consistent with our rich and storied history of great football tradition." Not blind to Sam's celebrity status, the team immediately put his No. 94 Alouettes jersey on sale on their website for $139.95. Sam was cut by the Rams after training camp last year. He joined the Dallas Cowboys' practice roster but was waived in October. He took another shot at landing an NFL job by attending this year's veterans combine, with no luck. The Alouettes had Sam on their negotiation list and Popp said he was in contact with him all along. The six-foot-two 260-pound Sam finally accepted a contract after completing his commitment to Dancing With The Stars. Popp said the key to landing him was patience. "Each time he was let go there were discussions," he said. "He wanted to give it one last shot at the combine." Popp said Sam was considered a "tweener" by NFL clubs, not quite the right body type to be a defensive end or an outside linebacker for that league. But he may fit perfectly in the CFL. Popp feels he can follow a similar path to Cam Wake, who was converted from linebacker to rush end when he joined the B.C. Lions in 2007. Wake had 40 sacks and was named CFL defensive player of the year in each of his two seasons with the Lions before signing with the Miami Dolphins, where he has had a successful NFL career. "If he proves [NFL] people wrong it would be great for us and I think he can do it," said Popp. Sam played four seasons for the University of Missouri Tigers in the NCAA, where he had 123 total tackles, 21 sacks and two interceptions. In his last year with Missouri he helped the Tigers beat Oklahoma State in the Cotton Bowl. sent via Tapatalk