Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'adultes'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning, architecture and urban tech
    • Urban photography
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 4 results

  1. On aimerait bien que nos enfants soient comme ceux de la journaliste Janet Bodnar! Ces trois jeunes adultes de 20, 24 et 26 ans sont d'excellents gestionnaires de leurs finances personnelles. Pour en lire plus...
  2. http://www.lapresse.ca/actualites/201607/22/01-5003797-tabagisme-les-logements-prochain-champ-de-bataille-.php Publié le 23 juillet 2016 à 05h00 | Mis à jour à 05h00 Tabagisme: les logements, prochain champ de bataille ? Aux États-Unis, les organismes antitabac ont fait des représentations auprès des compagnies d'assurances pour qu'elles accordent des réductions aux immeubles interdisant la fumée dans tous les appartements. Mathieu Perreault La Presse Les occupants des appartements subventionnés par le gouvernement fédéral américain pourraient bientôt perdre le droit de fumer à la maison. Le département du Logement et du Développement urbain envisage une telle règle, que les autorités de santé publique réclament à cors et à cri. Cette bataille a un écho au Québec, où des groupes antitabac tentent de convaincre des coopératives d'habitation et certains grands propriétaires d'immeubles résidentiels d'emprunter la même voie. « Le débat est certainement lancé au pays », dit François Damphousse, de l'Association pour les droits des non-fumeurs. « Par exemple, la Société de logement communautaire d'Ottawa a adopté un règlement interdisant de fumer dans les logements, mais avec une clause grand-père pour les résidants fumeurs qui habitaient déjà les immeubles. Un règlement similaire est entré en vigueur en 2010 pour les logements sociaux de la ville de Waterloo en Ontario. » « Au Québec, nous accusons un certain retard en comparaison d'autres provinces, mais je crois que le mouvement pour des immeubles résidentiels complètement sans fumée va devenir de plus en plus populaire. » - François Damphousse, Association pour les droits des non-fumeurs M. Damphousse a notamment eu en 2009 un avis juridique d'un grand cabinet d'avocats qui affirme qu'une telle clause pourrait être valide devant la Régie du logement. Aux États-Unis, les organismes antitabac ont fait campagne auprès des compagnies d'assurances pour qu'elles accordent des réductions aux immeubles interdisant la fumée dans tous les appartements, selon Alan Charles Geller, spécialiste de la question de l'Université Harvard qui vient de publier un éditorial en ce sens dans le prestigieux Journal of the American Medical Association. « Certains affirment qu'en interdisant la cigarette dans les HLM, on fait la guerre aux pauvres, dit le Dr Geller. Je pense que si on préserve un préau abrité où il est possible de fumer, dans le stationnement de l'HLM en question, c'est parfaitement équitable. » UN IMMEUBLE SANS FUMÉE La Coopérative du lac St-François, à Valleyfield, a interdit il y a deux ans la cigarette dans tous ses appartements. « Après l'incendie dans la résidence pour personnes âgées dans le Bas-du-Fleuve [à L'Isle-Verte à la fin 2014), au C.A., on a décidé de sensibiliser les locataires et de faire un sondage, explique Roland Deschênes, préposé à la recherche de la coopérative. Seulement deux ou trois appartements sur 24 avaient des fumeurs. On leur a offert une clause grand-père, mais ils n'ont pas voulu s'identifier comme fumeurs. » Aucun espace extérieur couvert pour les fumeurs n'est offert. L'une des fumeuses qui ne s'est pas prévalue de la clause grand-père est la soeur de M. Deschênes, Jeanelle. « C'est merveilleux parce que j'ai eu un cancer de la gorge et que j'ai dû arrêter. J'ai commencé à fumer à 9 ans, j'ai arrêté à 68 ans. J'aurais peut-être recommencé sans ça. » - Jeanelle Deschênes Certains se sont montrés récalcitrants. Une nouvelle locataire, qui n'était pas couverte par une clause grand-père, a fini par quitter la coopérative peu après s'y être installée, selon M. Deschênes. Une autre, qui était voisine de Mme Deschênes et dont les deux grands garçons fumaient sur le balcon en contravention avec les règlements, a déménagé au rez-de-chaussée pour qu'ils puissent s'éloigner de l'immeuble. « Des fois, je sentais ça sur leur balcon, ça me donnait envie d'aller m'en chercher », dit Mme Deschênes. Au Front populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un groupe de défense des droits des locataires, l'interdiction de fumer dans les appartements d'un immeuble suscite l'inquiétude. « A priori, il ne faut pas qu'un fumeur soit expulsé de son logement ou harcelé, dit Marie-José Corriveau du FRAPRU. S'il s'agit d'une décision de tous les membres d'une coopérative et qu'on ne touche pas aux fumeurs, là c'est O.K. Mais dans le cas du logement social, pourquoi appliquer une règle qui n'est pas imposée aux propriétaires privés de logements ou aux syndicats de copropriété ? C'est deux poids, deux mesures. Souvent, quand on sent la cigarette d'un autre logement, c'est un signe de mauvais entretien. Il ne faut pas faire porter ça au locataire. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de problème avec la cigarette, je suis moi-même une ancienne fumeuse. Mais après ça, est-ce qu'on va interdire de cuire du poisson parce que les autres n'aiment pas l'odeur ? Ça n'a pas de bon sens. » «20 % Proportion des femmes québécoises adultes qui fumaient en 2010 17 % Proportion des femmes québécoises adultes qui fumaient en 2014 27 % Proportion des hommes québécois adultes qui fumaient en 2010 22 % Proportion des hommes québécois adultes qui fumaient en 2014 17 % Proportion des femmes canadiennes adultes qui fumaient en 2010 15 % Proportion des femmes canadiennes adultes qui fumaient en 2014 24 % Proportion des hommes canadiens adultes qui fumaient en 2010 21 % Proportion des hommes canadiens adultes qui fumaient en 2014 Source : Statistique Canada»
  3. Le Journal de Montréal 27/11/2007 Déçus du manque de services offerts à Montréal et découragés par le prix des propriétés, deux tiers des jeunes adultes de la métropole la quitteraient ou songeraient à le faire pour s'installer en banlieue. Ces données, tirées d'un avis du Conseil jeunesse de Montréal (CjM), démontrent que la ville est loin d'avoir conquis le coeur des jeunes adultes de moins de 30 ans Parmi les 800 répondants, 26% ont affirmé vouloir déménager pour une meilleure offre de services sportifs et culturels en banlieue. Un peu plus de 30% ont mentionné vouloir malgré tout rester en ville et 40% ont dit qu'ils évalueraient les deux options. Les familles et les jeunes Si la problématique des familles qui désertent Montréal pour les banlieues est connue, les intentions des jeunes qui sont nombreux à vouloir partir le sont moins. «C'est la première fois qu'on les questionne directement, dit Mylène Robert, coordonnatrice du CjM. Ça nous permet de voir qu'ils ne trouvent pas assez de services en ville, notamment. «Un jeune artiste qui veut pratiquer la batterie dans son appartement peut difficilement le faire à Montréal, poursuit-elle. Il pourrait alors être attiré vers la banlieue.» Maisons et loyers trop chers Les prix des loyers et des maisons, beaucoup trop élevés, poussent aussi les jeunes adultes à s'établir hors de Montréal, qui devient de plus en plus une «ville de passage», selon le CjM. Hier, en point de presse, l'organisme a exhorté Marcel Tremblay, du conseil exécutif, d'agir dans ce dossier pour freiner l'exode de la jeunesse. «Nous entendons relever le défi du sentiment d'appartenance à notre ville et cet avis permettra à notre administration d'orienter certaines de ses interventions», a dit celui qui s'occupe notamment des services aux citoyens et de la jeunesse à la Ville.
  4. Par Radio-Canada, http://www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 6 janvier 2010 01:53 Aide sociale - Plus de bénéficiaires à Montréal C'est Montréal qui compte le plus d'assistés sociaux au Québec, soit plus du tiers de tous les prestataires. Sur l'île de Montréal, plus d'une personne sur dix vit de l'aide sociale. Montréal figure en tête du triste palmarès du nombre d'assistés sociaux dans la province. Plus de 1 Montréalais sur 10 vit de l'aide sociale, selon les plus récentes statistiques compilées par le ministère Emploi et Solidarité sociale du Québec. L'île de Montréal compte plus de 111 000 ménages bénéficiant de l'aide sociale. Suit la région de la Montérégie, avec quelque 45 000 ménages. À titre de comparaison, on dénombre près de 23 000 ménages vivant de l'aide sociale dans la Capitale-Nationale. Taux d'assistance sociale: * Montréal: 11,1 %. * Mauricie: 10,3 % * Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine: 10,1 % Au total, selon les données compilées par le ministère de l'Emploi et Solidarité sociale du Québec, le Québec comptait 484 631 prestataires de l'aide sociale en 2009. Parmi les prestataires (tous âgés de moins de 64 ans), plus de la moitié sont des personnes vivant seules. Plus de 6 % sont des couples sans enfant, 23 % sont des familles monoparentales et près de 18 % sont des couples avec enfants. En date d'octobre 2009, l'aide moyenne versée aux ménages était de 714,60 $ par mois. L'aide totale versée au Québec s'élevait à près de 238 millions de dollars, une augmentation de 4 % par rapport à octobre 2008. Les jeunes durement touchés Au Québec, plus de 10 % de l'ensemble des adultes prestataires du programme d'aide sociale sont des jeunes de moins de 25 ans. Entre octobre 2008 et octobre 2009, le nombre de jeunes adultes prestataires s'est accru de 4,5 %. Le tiers de ces jeunes ont des contraintes à l'emploi en étant parents de jeunes enfants, par exemple. La situation des immigrants De plus en plus d'adultes nés hors du Canada recourent à l'aide sociale. Il y en avait 65 890 en octobre 2009, soit 6 % de plus qu'à pareille date en 2008. Et la plupart des immigrants nécessitant de l'aide sociale vivent à Montréal. En effet, dans la métropole, 59 822 adultes nés hors du Canada reçoivent de l'aide sociale, plus précisément en bénéficiant des programmes d'aide financière de dernier recours. Radio-Canada.ca avec Presse canadienne
×
×
  • Create New...