Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'saint-laurent'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

  1. [ATTACH=CONFIG]28612[/ATTACH] [ATTACH=CONFIG]28613[/ATTACH] Un nouveau garage a la station Cote-Vertu | JDM
  2. Read more: http://montreal.ctvnews.ca/westmount-mayor-critical-of-montreal-s-3-4-tax-hike-1.956037#ixzz26Yf3DSjn I want someones head for this. It goes to show, that city doesn't care about traffic. They like everything packed up (i.e causing pollution and wasting gas). These people are completely useless. It be beautiful if CSL, VSL and others can sue Montreal for screwing them over.
  3. Le TOD Bois-Franc : une ville dans la ville Mis à jour le 9 juin 2020 Appelé à connaître une véritable renaissance au cours des 20 prochaines années, ce quartier situé aux limites des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville deviendra un important pôle d’habitation et de transport intermodal pour le secteur nord-ouest de Montréal. Les arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville ont franchi une étape importante dans la planification détaillée de l’aire TOD Bois-Franc avec le dépôt en juin 2020 du rapport final préparé à cet effet par la firme Provencher Roy. La démarche de planification, fruit d’une collaboration entre les deux arrondissements, a été réalisée avec l’aide financière de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Cet exercice de planification a fait l’objet d’une consultation publique au printemps 2019, qui fut suivie par une charrette d’idéation à laquelle ont pris part des représentants du milieu communautaire, des partenaires publics et privés, ainsi que des étudiants et des professionnels. Qu’est-ce que le TOD Bois-Franc? D’abord, un TOD (transit-oriented development) est un développement immobilier de moyenne à haute densité, structuré autour d’une station de transport en commun à haute capacité, comme une gare de train, une station de métro, une station de train léger ou un arrêt d’autobus. Situé à distance de marche d’un point d’accès important du réseau de transport en commun, le TOD est un quartier qui conjugue notamment les déplacements actifs, la mixité sociale et le design urbain. L’aire TOD Bois-Franc se déploie dans un rayon d’un kilomètre (1 km) à partir de la gare Bois-Franc. La gare, qui fait actuellement partie de la ligne de train Exo de Deux-Montagnes, sera remplacée d’ici 2023 par la station Bois-Franc du Réseau express métropolitain (REM), ce qui amènera des changements majeurs dans ce quartier situé aux frontières des arrondissements de Saint-Laurent et d’Ahuntsic-Cartierville. Faits saillants pour le TOD Bois Franc Les processus de revitalisation et de requalification projetés pour ce secteur s’échelonnent sur un horizon de plus de 20 ans. À terme, le concept d’aménagement révèle le potentiel de développement suivant : 7 700 nouvelles unités de logement (potentiel de 15 000 nouveaux résidents) 39 600 m² d'espaces à bureaux 37 700 m² de superficie commerciale 23 300 m² de superficie dédiée aux fonctions institutionnelles 104 350 m² de parcs, places publiques et espaces verts (±), qui avec les espaces verts à mettre en valeur et les parcs existants compteraient à terme pour près de 17% de l'aire TOD. « Le rapport de planification détaillé est l’outil de référence par excellence pour la prise de décisions éclairées, alignées sur une vision partagée pour ce nouveau pôle d’habitation et de transport. On ne peut ignorer, dans ce contexte de densification soutenue, l’importance du prolongement de la ligne orange du métro jusqu’à la gare Bois-Franc du REM. » Alan DeSousa - Maire de Saint-Laurent « La planification détaillée vise à permettre aux deux arrondissements de tirer le plein potentiel de l’arrivée de la gare du REM pour en faire un milieu de vie complet qui misera sur la mobilité durable et le développement durable. Les habitudes de mobilité dans ce secteur de Bordeaux-Cartierville seront transformées. » Émilie Thuillier - Mairesse d'Ahuntsic-Cartierville https://montreal.ca/articles/le-tod-bois-franc-une-ville-dans-la-ville ------ Rapport final de la firme Provencher Roy : http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/1/89519164.PDF
  4. Fil de discussion sur la station Montpellier du REM. Devisubox : https://bit.ly/REMMontpellier
  5. Bonjour, Il se construit présentement des condos locatifs de luxe, au coin de Marcel Laurin et Henri Bourassa (à ville St-Laurent). Le projet est tenu par Vertex Constructions. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui a un peu plus d'informations sur le projet en cours ? Merci.
  6. Article intéressant! https://renx.ca/rivals-to-friends-partners-rosefellow-plan-first-development/ Ex rivals now partners: RoseFellow plans its first development Development Real Estate Companies Danny Kucharsky Commercial Residential May. 22, 2020 Mike Jager and Sam Tsoumas are the co-founders of RoseFellow in Montreal. (Courtesy RoseFellow) Two former rivals at Montreal developers Montoni and Broccolini have founded their own real estate company, closed on their first development property and are kicking off a $90-million luxury multiresidential project in the borough of Saint-Laurent. Competitors turned friends Mike Jager and Sam Tsoumas have launched RoseFellow and will build the 11-storey, 270-unit Le 111 at 111 Alexis-Nihon Blvd. near Côte de Liesse Road and Highway 40. Having just closed on the purchase of the property, they say construction could begin in the fall, barring another coronavirus-related construction shutdown. RoseFellow also plans to announce two new industrial builds in Montreal this summer, one in the West Island and one in the eastern sector. One will be devoted to e-commerce, while the other will be more of a traditional multi-tenant development. The RoseFellow co-founders and co-presidents butted heads for more than a decade as competitors. Jager was the director and principal director of business development at Montoni while Tsoumas was the director, real estate development and leasing at Broccolini. “There was always one competitor that stood out for me whenever we went to bid on any project,” says Jager. “It was all Broccolini and specifically Sam. Many people in the industry called it Team Blue against Team Red.” Tsoumas recalls he’d walk into a pitch while Jager was walking out, or vice versa. “We wanted to see each other fail. We were competitors.” Development rivals become friends However, over time and seeing each other at real estate and cocktail events, the two went from being competitors to respected rivals. When they realized they had wives and kids with similar ages and similar work experiences, the friendship began. Jager recalls the two joked over a meal that it would be great to join forces instead of being against each other on every big file in the city. “At that point, we didn’t think of going off on our own: It was either Sam joining Montoni or me joining Broccolini.” And so, in February 2018 Tsoumas joined Jager at Montoni as director of business development. “We soon realized we had the right intent, which was to work together, but it wasn’t for someone else. From a young age, I always wanted to be an entrepreneur,” Jager says. “It came to a point where I wanted to do something for myself and I think Sam had the same vision as well. “We realized it was better that we take the risk and the leap of faith and try opening up our own company.” Leaving to form RoseFellow Montoni founder and president Dario Montoni was “a complete gentleman” over news of the duo’s departure, Tsoumas says. “He basically said ‘Guys, I don’t blame you. Go do exactly what I did. You’re going to do great.’ ” Upon leaving Montoni last September, the two posted on LinkedIn that they planned to start their own company. Within the first week, phones started to ring and meetings with potential investors followed. “They believed what we said was genuine. It wasn’t smoke and mirrors,” Jager says. “That reassured us there’s still a huge demand for investment” in the sectors in which the company plans to focus – industrial, multiresidential and mixed-use (multires with a bit of retail). The RoseFellow name comes from a desire to have a company moniker that would stand the test of time and not be based on their last names. A rose is beautiful and fellow (short for fellowships) is based on the word relationships. The RoseFellow partners found their first opportunity in Saint-Laurent, where Jager grew up and knows the market well. The Le 111 apartment development 111 Alexis-Nihon Blvd., in Montreal will be the site of RoseFellow’s first multifamily development, Le 111. (Courtesy RoseFellow) Le 111 is “a great opportunity for us” because the rental vacancy rate is below two per cent in Saint-Laurent with limited new inventory, Jager says. RoseFellow acquired the vacant, 115,000-square-foot site for $11 million. It includes a 38,000-square-foot forested area that will be exclusive for residents. A small LP has been assembled for the project. Jager and Tsoumas declined to name the investors, who so far are locals. The building, across the highway from Carbonleo’s new Royalmount project, will have a gross buildable area of 430,000 square feet and include two levels of indoor parking. Construction should take about 18 months. Units range from studios to one-, two- and three-bedroom apartments to luxury penthouses. Rents have not been finalized but could be in the $2.15- to $2.30-per-square-foot range. Features will include a dog park, rooftop pool, 24-hour security, year-round atrium open to the elements with heated floors and Amazon delivery lockers. Condos do not appeal to Jager and Tsoumas. “We’re looking at something we could retain long-term,” Tsoumas says of multiresidential. “We look at this as branding RoseFellow.” Future industrial for RoseFellow The RoseFellow partners are also proponents of building industrial on spec: “We’ve always seen the market as able to absorb it, regardless of the vacancy rate,” Tsoumas says. Jager, a big proponent of Montreal, has always had the city to heart – and to arm: His right arm has tattoos of Montreal landmarks, like the Jacques Cartier Bridge to St. Joseph’s Oratory and Olympic Stadium. Tired of hearing Montreal described as having “flat-lined” at real estate conferences in Toronto, Jager decided years ago to become a major booster for the city. He produced and showed off slick videos at the forums, extolling the city’s virtues. “It kind of bothered me,” Jager says. “Ever since then, I’ve been an advocate for the city. That’s all I want to do, is promote this city.”
  7. Bienvenue à Cité Midtown, le nom dit tout un emplacement idéal entre la banlieue et le centre-ville de Montréal. La combinaison ultime d’un design sophistiqué et d’un emplacement central pratique niché sur une propriété LEED ND de 16 acres. Cité Midtown met en valeur tout ce que Montréal a à offrir aux jeunes familles, aux étudiants, aux couples et aux gens d’affaires. Baladez-vous dans un parc, entrainez-vous dans la salle de sport dernier cri, prélassez-vous au bord de la piscine ou faites un saut en ville. Idéal pour un nouveau chez soi ou même pour un investissement immobilier. Avec son style résolument urbain, Cité Midtown redéfinit la vie de quartier. http://www.mcgillimmobilier.com/cite-midtown-condos-neufs-a-vendre-royalmount/?convert=true
  8. Le 14 millionième visiteur franchira les portes du Biodôme le 29 août, vers 11 h MONTREAL, le 29 août /CNW Telbec/ - Le Biodôme de Montréal invitecordialement les médias à rencontrer son 14 000 000e visiteur, attendu engrandes pompes le mercredi 29 août vers 11 h. Un accueil mémorable attend le 14 000 000e visiteur. En plus d'une visitehors des sentiers battus, il aura le privilège de nourrir, avec un aquariste,les poissons du grand bassin du Saint-Laurent marin.
  9. http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2016/07/06/004-politique-nationale-architecture-saint-laurent-de-sousa-ordre-architectes-quebec.shtml Saint-Laurent veut mettre un terme aux horreurs architecturales au Québec Publié le mercredi 6 juillet 2016 à 13 h 07 Centre-ville de Montréal Photo : iStockPhoto L'arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, devient la première instance municipale à demander officiellement au gouvernement du Québec une politique nationale de l'architecture, ce qui serait une première en Amérique. Il veut ainsi en finir avec les laideurs architecturales dans la province. Un texte de Marie-Ève MaheuTwitterCourriel Saint-Laurent a reçu plusieurs prix d'architecture et de design pour sa Bibliothèque du Boisé, construite en 2013 et certifiée LEED platine. Il veut maintenant servir d'exemple. Le conseil municipal a récemment adopté une résolution pour interpeller Québec. « Si nous voulons avoir des bâtiments qui sont faits avec la beauté, la fonctionnalité, mais aussi avec la performance environnementale, il reste encore beaucoup de barrières pour les villes et les instances municipales », dit le maire de Saint-Laurent, Alan De Sousa. Il donne en exemple le manque de latitude pour ouvrir les projets de construction à des concours d'architecture, ce qui a été possible pour la Bibliothèque du Boisé, réalisée par les firmes Cardinal Hardy, Labonté Marcil et Éric Pelletier architectes, réunies en consortium. Bibliothèque du Boisé, dans Saint-Laurent. Elle a remporté le le Grand Prix d'Excellence 2015 de l'Ordre des architectes du Québec. Bibliothèque du Boisé, dans Saint-Laurent. Elle a remporté le Grand Prix d'Excellence 2015 de l'Ordre des architectes du Québec. Photo : Yien Chao L'Ordre des architectes du Québec réclame depuis longtemps une politique nationale de l'architecture. « Les processus d'appel d'offres au Québec ne favorisent pas nécessairement la qualité. On choisit les professionnels ou les entrepreneurs selon le plus bas prix. Je ne dis pas qu'il faut payer plus cher, mais il faut qu'on fasse des projets de qualité. C'est tout le monde qui en bénéficie », soutient sa présidente, Nathalie Dion. Fin juin, l'Ordre a déposé un mémoire pour réitérer sa demande dans le cadre des consultations publiques du ministère de la Culture sur le renouvellement de la politique culturelle, qui ont lieu tout l'été. C'est ce qui a inspiré le conseil municipal de Saint-Laurent, avec l'objectif que d'autres villes lui emboîtent le pas. Manque de vision « On se pâme sur les exemples qui se font en Scandinavie ou dans d'autres pays en Europe. Pourquoi on n'est pas capable de faire aussi bien ici? », se désole Nathalie Dion, de l'Ordre des architectes du Québec. Oui, ça me décourage, surtout de savoir des fois que ce ne sont pas les architectes qui manquent de talent. C'est qu'on a pris des décisions basées sur des budgets. (Nathalie Dion) Un exemple? La reconstruction de l'école Saint-Gérard dans Villeray, à Montréal, qui se voulait un projet du 21e siècle, mais qui a été ramené à sa plus simple expression pour des questions budgétaires. Le système de géothermie a finalement été sauvé, mais l'atrium central et le toit vert sont passés à la trappe. « On aurait peut-être pu se permettre l'atrium en se disant que c'est un investissement pour les jeunes pour le futur, dit Mme Dion. Il n'y a peut-être pas d'étude qui dit textuellement que quand tu as une belle école tu vas mieux réussir, mais en général le cadre bâti influence la qualité de vie des gens au bureau ou dans un hôpital. Dans une école, c'est sûr que c'est important. » Une politique nationale de l'architecture permettrait de se donner une vision de l'architecture, dit Nathalie Dion, en termes d'esthétisme, de fonctionnalité et de durabilité environnementale entre autres. Et pas besoin d'être un pays pour en avoir une, souligne-t-elle. Elle donne les exemples de l'Écosse et de la capitale du Danemark, Copenhague.
  10. Fil de discussion sur la station Technoparc du REM. Devisubox : http://bit.ly/REM_Technoparc
  11. Fiches informatives: https://rem.info/sites/default/files/document/Fiche_REMMascouche_FR.pdf https://www.cdpqinfra.com/sites/default/files/document/tract_mascouche_0.pdf Coupe de la station Correspondance A40. (Collaboration spéciale/CDPQ Infra) Plan de la station. (Correspondance A40.Collaboration spéciale/CDPQ Infra) Cette station devrait être nommée Hodge-Place Benoît selon moi, Berri-Uqam ne s’appelle pas Correspondance Centre-Ville, mais bon... À lire aussi REM de l'est SRB Côte-Vertu - Sauvé AMT: Ligne Mascouche STM: Prolongement de la ligne 05 Bleue vers l'Est
  12. L'immense immeuble vacant depuis des années encerclé en rouge viens d'être démoli... Je passe par là souvent, et je trouvais ça désolant qu'un immense lot reste sous-utilisé quand il y a une gare de chemin de fer à côté (TOD?????). Finalement l'immeuble est maintenant rasé, quelqu'un a entendu parlé d'un projet là??
  13. Voici une initiative de Google, qui montre la terre en timelapse entre 1984-2012... le développement dans le grand Montréal est incroyable (Laval!!, Ville Saint-Laurent, etc etc) À voir: https://earthengine.google.com/timelapse/
  14. Coin Alexis-Nihon et Lucien Thimens, adjacent aux sommets des bois-franc http://chateaudeville.ca/fr/
  15. Lampadaire Wi-Fi dans Saint-Laurent Par Marc-André Carignan http://journalmetro.com/opinions/paysages-fabriques/710917/lampadaire-wi-fi-dans-saint-laurent/ L‘écocampus ne comprendra que des bâtiments dits «novateurs» en matière d’écoconstruction.Arrondissement de Saint-Laurent Plus le temps passe, plus j’avoue être agréablement surpris par l’arrondissement de Saint-Laurent, qui ne manque visiblement pas d’ambition pour l’aménagement de son territoire. Il faut dire que le maire, Alan DeSousa, prend ce dossier à cœur depuis plusieurs années, et se fait une grande fierté d’exiger des constructions de plus en plus écologiques et audacieuses dans son secteur. Bien des gens l’ignorent, mais on retrouve dans Saint-Laurent une des plus fortes concentrations d’immeubles certifiés LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) en Amérique du Nord. Cette certification est d’ailleurs devenue une exigence de l’arrondissement pour de nombreux développements immobiliers, autant résidentiels qu’industriels. Le maire se présente également comme un fier ambassadeur des concours de design à Mont*réal et tient mordicus à promouvoir la qualité architecturale à travers ses bâtiments municipaux. On n’a qu’à penser à la Bibliothèque du Boisé, qui est certainement une des plus belles bibliothèques contemporaines au Québec. Le prochain défi de l’arrondissement? Amorcer d’ici la fin de l’année le chantier d’un technoparc intelligent de 72 000m2 (l’équivalent de 12 terrains de football), en symbiose avec un boisé et un marais situés au nord de l’Aéroport Montréal-Trudeau. Cet «écocampus», dont les investissements sont évalués à 175M$, ne comprendra que des bâtiments dits «novateurs» en matière d’écoconstruction, en plus de réserver une place centrale au transport actif. Des sentiers permettront aux travailleurs de jouir d’un accès privilégié à la biodiversité du site, alors qu’une place publique au cœur du projet favorisera l’interaction entre les entreprises. Une salle de réunion extérieure, avec un mobilier sur lequel il sera possible de connecter ses appareils électroniques, se trouve aussi dans les plans. Mais attention, ne s’y établira pas qui veut. «On souhaite sélectionner les entreprises pour qu’elles soient en symbiose avec le milieu naturel, me précisait récemment la directrice de l’arrondissement, Véronique Doucet. Elles devront respecter notre philosophie écologique dans leurs activités quotidiennes.» Ce quartier deviendra également un banc d’essai pour diverses technologies liées au concept de «ville intelligente»: lampadaires à intensité variable en fonction des passants, senseurs pour la qualité de l’air et le bruit, signalisation électronique en bordure de la rue… La liste est longue. Des trottoirs chauffants pourraient également voir le jour. «Il y a beaucoup de choses qu’on va tester et qui risquent d’être reprises ailleurs sur le territoire si ça répond bien à nos attentes», poursuit Mme Doucet. À terme, l’écocampus devrait générer quelques milliers d’emplois. Les appels d’offres pour ce chantier seront lancés dès ce printemps.
  16. http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/430736/le-canada-manque-d-informations-sur-les-impacts-du-petrole-lourd Le Canada manque d’informations sur les impacts du pétrole lourd 3 février 2015 | Alexandre Shields - Avec La Presse canadienne | Actualités sur l'environnement Le pipeline de TransCanada doit traverser de nombreuses rivières majeures du sud du Québec, mais aussi le fleuve Saint-Laurent. Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le pipeline de TransCanada doit traverser de nombreuses rivières majeures du sud du Québec, mais aussi le fleuve Saint-Laurent. Bien qu’il se fasse le promoteur d’importants projets de pipelines d’exportation, le gouvernement fédéral manque résolument d’information pour évaluer les impacts d’un déversement de pétrole des sables bitumineux en milieu aquatique. II existe un « manque évident de données concernant les effets écotoxicologiques » du pétrole extrait des sables bitumineux, conclut ainsi un rapport préliminaire commandé par Ottawa en 2013 et qui n’avait jamais été publié jusqu’à présent. Greenpeace en a finalement obtenu copie, à la suite d’une demande d’accès à l’information. Ce document de 260 pages souligne notamment des lacunes importantes dans l’évaluation des caractéristiques physiques et chimiques du pétrole lorsqu’il se déverse dans un milieu aquatique, qu’il s’agisse d’un lac, d’une rivière, d’un fleuve ou d’un océan. Les impacts toxiques d’un déversement sur les espèces aquatiques comportent eux aussi d’importantes zones grises. « Il existe un manque de données sur les effets du bitume pour les écosystèmes aquatiques, spécialement pour les poissons et d’autres espèces sentinelles », concluent les auteurs du rapport commandé dans la foulée des inquiétudes soulevées par le projet de pipeline Northern Gateway. Le rapport préliminaire met en évidence des lacunes en ce qui a trait aux effets, notamment, des HAP. Or, ces composés chimiques présentent une forte toxicité. On montre du doigt un manque de rigueur dans les programmes de suivi dans les régions où sont exploités les sables bitumineux. Selon le texte du rapport, il serait donc « impératif » d’étudier davantage les effets du pétrole sur les écosystèmes aquatiques. Jusqu’à présent, le gouvernement fédéral n’a rien annoncé en ce sens. Réagissant à la publication de ce rapport préliminaire, Pêches et Océans Canada a fait valoir qu’un rapport final et complet est en préparation et qu’il devrait être publié au cours des prochains mois. Mais pour le NPD, l’absence de publication d’un quelconque rapport depuis 2013 démontre que les conservateurs tentent d’éviter toute critique de l’industrie de l’énergie fossile, qu’ils défendent sur toutes les tribunes. « Ça me laisse croire qu’ils tentent de cacher quelque chose », a faitvaloir lundi la porte-parole du parti en matière d’Environnement, Megan Leslie. Peut-être Cacouna Le président du projet Énergie Est de TransCanada, François Poirier, a pour sa part soutenu que plusieurs études ont déjà conclu que le pétrole qui sera transporté dans ce pipeline se comportera comme n’importe quel autre type de pétrole. Au cours d’une allocution devant le Cercle canadien d’Ottawa, François Poirier a par ailleurs réaffirmé que le projet de port pétrolier de Cacouna fait toujours partie des plans de la pétrolière albertaine. Ce port, s’il est construit, se situera en plein coeur de la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent, une espèce en voie de disparition. Les spécialistes de l’espèce ont d’ailleurs déjà souligné que la construction d’un tel port pourrait accélérer le déclinde ces mammifères marins. En marge de son allocution, M. Poirier a dit que la multinationale continuait d’étudier divers scénarios. Selon ce qu’il a affirmé, le projet à Cacouna irait de l’avant seulement si l’entreprise a l’assurance qu’il n’y aura pas d’impacts négatifs sur les bélugas. Ce dernier a également affirmé que le projet Énergie Est demeurait rentable sans terminal maritime à Cacouna. Québec n’a toujours pas commencé l’étude environnementale de la portion québécoise du pipeline de TransCanada. Tout au long de son tracé, le pipeline doit aussi traverser de nombreuses rivières majeures du sud du Québec, dont plusieurs sont utilisées comme source d’eau potable par les municipalités. Il doit aussi traverser le fleuve Saint-Laurent.
  17. Bonjour! On parle souvent du secteur coin Saint-Laurent et Sainte-Catherine à cause de ses nombreux bâtiments en mauvais état et de tous ses terrains vagues. Je me disais que ce serait bien de faire quelque chose pour unifier ce secteur et l'embellir. En même temps, je trouve que le petit parc Hydro-Québec à l'ouest de la maison du développement durable, bien que très beau et très agréable, termine trop brutalement sur un stationnement. Voici donc ma proposition pour réunifier le secteur. Un fil conducteur qui commencerait sur la place de la paix, traverserait un éventuel nouveau bâtiment pour rejoindre le parc Hydro-Québec. Puis, il passerait à travers la future esplanade de la patinoire, pour ensuite traverser le stationnement et aboutir dans un bâtiment au-dessus de la station Saint-Laurent. Il pourrait ressortir de l'autre côté pour marquer une seconde entrée du métro. Cela pourrait prendre plusieurs formes, que ce soit du béton peint, comme à Copenhague (voir plus bas), de la végétation, des murales au sol, des jeux de matériaux... Situation actuelle: Proposition Exemple de Copenhague:
  18. Ce site vous permet de trouver, consulter, télécharger et imprimer les règlements de Montréal. La recherche s’effectue aux niveaux suivants : Règlements adoptés par le conseil de la nouvelle Ville de Montréal depuis sa création en janvier 2002. Règlements et ordonnances adoptés par le comité exécutif depuis janvier 2002, Règlements adoptés par le conseil d’agglomération depuis sa création en 2006, Règlements et ordonnances adoptés par les conseils d'arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Anjou, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Lachine, LaSalle, Le Plateau-Mont-Royal, Le Sud-Ouest, L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Montréal-Nord, Pierrefonds-Roxboro, Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Rosemont–La Petite-Patrie, Saint-Laurent, Saint-Léonard, Verdun, Ville-Marie et Villeray–St-Michel–Parc-Extension, Règlements adoptés par le conseil municipal de l’ancienne ville de Montréal de 1840 à 2001, Règlements adoptés par le conseil de l’ancienne Communauté urbaine de Montréal avant les regroupements municipaux de 2002. Pour effectuer votre recherche, vous devez écrire les renseignements dont vous disposez dans les fenêtres ci-dessous. Pour en savoir plus, veuillez consulter les sections Guide d’utilisation. Rechercher un règlement Mot-clé ou expression Dans le titre Dans le texte Dans les deux Actif Historique Un des mots Tous les mots Expression exacte Numéro de règlement Numéro exact Commencant par (ex.: RCG 06-011) Application territoriale Ahuntsic-Cartierville Anjou Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève Lachine LaSalle Le Plateau-Mont-Royal Le Sud-Ouest Mercier–Hochelaga-Maisonneuve Montréal-Nord Outremont Pierrefonds–Roxboro Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles Rosemont–La Petite-Patrie Saint-Laurent Saint-Léonard Verdun Ville de Montréal Ville-Marie Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension Date d'entrée en vigueur : entre le Décembre 2010 Avertissement Les documents intitulés "Règlements refondus de l'ancienne ville de Montréal" ne sont pas des règlements à jour. Ils ne sont rendus disponibles que pour fins d'informer les citoyens de la réglementation applicable au territoire de l'ancienne ville de Montréal en date du 19 octobre 2001. Depuis cette date, ces règlements ont pu être modifiés, abrogés ou remplacés par des règlements des conseils d'arrondissement, du conseil municipal et du conseil d'agglomération. Le lecteur a la responsabilité de vérifier les modifications ayant pu être apportées à tout règlement disponible sur ce site. Pour toute information supplémentaire sur l'état d'un règlement, il faut s'adresser au Service à la clientèle © Tous droits réservés, Ville de Montréal ® Tous droits réservés, Ville de Montréal http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=3619,4034063&_dad=portal&_schema=PORTAL
  19. Extrait du bulletin de Saint-Laurent: Le conseil a approuvé plusieurs projets de construction d'envergure, dont deux ensemble de développement résidentiel comprenant des commerces et des services de proximité qui favoriseront une densification urbaine dans une perspective de développement durable. Situé sur une partie du quadrilatère formé par la rue Grenet, le chemin Laval et les boulevards Marcel-Laurin et Henri-Bourassa, le premier comprendra environ 340 logements et permettra l'intensification et la diversification d'activités aux abords de la gare et de la future station de métro Bois-Franc. (...) Ces projets ne sont qu'une première étape d'une planification de quartiers plus larges autour de la gare Bois-Franc et du secteur Thimens/Lucien-Thimens. La démolition du Monsieur Muffler est entamée. Ce sera voisin du Phoenix et de la Place de la gare Bois-franc. Au coin de Marcel-Laurin et Henri-Bourassa http://www.vslcondos.com
  20. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2420973/quatre-elus-penchent-pour-un-tramway-electrique-pres-du-royalmount/ Quatre élus penchent pour un tramway électrique près du Royalmount 13:24 17 février 2020 Par: Henri Ouellette Vézina Métro Photo: Josie Desmarais/MétroDe gauche à droite: Sue Montgomery, Philippe Roy, Lysandre Routhier-Potvin, Ammar Mahimwalla, Francesco Miele et Mitchell Brownstein Les maires de deux villes et de deux arrondissements situés aux abords du boulevard Décarie s’unissent pour réclamer des «solutions de mobilité» dans le secteur Namur–De La Savane, qui comprend notamment le mégaprojet Royalmount et le terrain de l’ancien hippodrome Blue Bonnets. Les élus appuient un modèle de tramway électrique proposé par des étudiants de l’Université McGill. Un comité «mixte» sera créé pour exiger des engagements financiers des gouvernements, mais aussi des promoteurs, en matière de transport collectif. Le maire de Côte Saint-Luc, Mitchell Brownstein, le maire de Ville Mont-Royal, Philippe Roy, le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa et la mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), Sue Montgomery, en feront partie. Le développement du secteur Namur–De La Savane fait l’objet d’une consultation publique à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). «Si la mobilité d’un développement quelconque est réduite dans son implantation, c’est un projet avec un handicap», explique à Métro le conseiller de Saint-Laurent, Francesco Miele, en pointant vers le Royalmount. Le fait que le promoteur du Royalmount, Carbonleo, veuille intégrer du résidentiel au projet est certes bienvenue selon lui. Mais des nuances s’imposent. «Le plus gros enjeu, c’est que ce ne soit pas seulement qu’un pôle d’emploi. On sait qu’à peine 17% des travailleurs utilisent du transport en commun. On est satisfaits que le Royalmount évolue, et devienne plus urbain, mais il faut considérer l’achalandage que ça va amener», renchérit M. Miele. Un «tramway électrique» près du Royalmount Leur plaidoyer est appuyé par une proposition des étudiants de l’École d’urbanisme de l’Université McGill. Dans un rapport déposé devant l’OCPM, vendredi, ils plaident pour l’implantation d’un système de tramway «entièrement électrique» et très performant. L’objectif serait de prolonger le boulevard Cavendish vers le sud et vers le nord pour rejoindre autant Saint-Laurent que Côte Saint-Luc. Le système desservirait ainsi l’axe Côte-de-Liesse, l’un des principaux pôles d’emploi dans les environs. «C’est un tramway qui n’a pas de câbles aériens et dont les rails sont beaucoup plus petits qu’un tramway standard, explique à Métro l’une des auteures du rapport intitulé OROBORO, Lysandre Routhier-Potvin. Ce serait beaucoup moins coûteux comme l’intervention se fait en surface. Et ça viendrait attirer une population qui ne prend pas nécessairement l’autobus.» Jusqu’à 600 M$ nécessaires D’après le groupe étudiant, le projet demanderait des investissements d’environ 20M$ par kilomètres. Son coût global serait d’environ 600M$. «On voit l’extension du boulevard Cavendish comme une occasion de remettre enfin le transport collectif au centre du secteur, en y dédiant une ligne pour le tramway.» -Lysandre Routhier-Potvin Ammar Mahimwalla, aussi membre du comité de l’École d’urbanisme de McGill, abonde dans le même sens. «Le futur du tramway est dans l’électrique, et sans rails. Notre modèle est environ 30% moins cher que les technologies existantes» au Québec, avance-t-il. Le duo d’étudiants dit se baser sur des modèles probants qui fonctionnent déjà très bien à travers le globe, dont le tramway «trackless» qui est opéré dans la province de Hunan, en Chine. «On ne sait pas encore s’il serait complètement adapté à l’hiver québécois. Il faudra faire des tests avant de l’implanter», nuance Lysandre Routhier-Potvin. Elle affirme que les difficultés que traverse la Ville d’Ottawa avec son train léger en saison hivernale devra servir de leçons pour Montréal. Un «Saint-Jérôme» à déménager La croissance démographique envisagée aux abords du boulevard Décarie appelle à des actions rapides, d’après le maire de Ville Mont-Royal, Philippe Roy. «D’ici 10 ou 15 ans, ce sont 50 000 personnes supplémentaires qui vont habiter dans nos quatre arrondissements. C’est un Saint-Jérôme qui déménage ici. C’est énorme, d’où l’importance de penser à autre chose que de rajouter des voies routières dès maintenant.» -Philippe Roy Même son de cloche pour la mairesse de CDN-NDG, Sue Montgomery. «Je pense que si on travaille tous ensemble, avec Montréal, Québec et Ottawa, on peut trouver des solutions. Si les promoteurs veulent que leur projet connaisse du succès, ça prend du transport. Sinon, les gens ne viendront pas», martèle-t-elle. Une lettre formelle sera envoyée à tous les paliers de gouvernement et à plusieurs «acteurs-clés» du secteur privé dans les prochains jours, a assuré le maire de Côte Saint-Luc, Mitchell Brownstein. «C’est un moment historique. On a l’occasion de développer en axant sur le transport en commun», conclut-il.
  21. Projet de 23.6 millions sur le terrain de l'Institut Néomed dans l'arrondissement Saint-Laurent. Communiqué de la Ville : Soutien à l'Institut Néomed pour la mise en œuvre d'un complexe d'innovation et de commercialisation 7 décembre 2018 Montréal, le 7 décembre 2018 - La Ville de Montréal et le gouvernement du Canada ont annoncé aujourd'hui leur soutien financier à l'Institut Néomed pour la mise en œuvre d'un nouveau complexe d'innovation et de commercialisation (CIC) spécialisé en sciences de la vie et technologies de la santé. Ce complexe mettra notamment à la disposition des PME des laboratoires adaptés, des équipements partagés et de l'accompagnement dans la commercialisation. L'Institut Néomed est un organisme à but non lucratif localisé dans l'arrondissement de Saint-Laurent. Un des volets de sa mission consiste à développer, dans le Grand Montréal, un écosystème d'affaires et des réseaux d'innovation dans le but de dynamiser le développement et la croissance des entreprises en sciences de la vie et technologies de la santé (SVTS). Phase 1 du Complexe d'innovation et de commercialisation La phase 1 du projet prévoit la construction, sur le terrain de l'Institut Néomed, d'un nouveau bâtiment qui sera relié à l'édifice existant de l'organisme. Ce nouveau bâtiment permettra à Néomed de combler une lacune dans la commercialisation de produits issus de la recherche universitaire et de satisfaire une forte demande des PME pour des services d'accompagnement, des laboratoires, des bureaux et des espaces collaboratifs. Disposant de 50 000 pieds carrés pour accueillir les installations, la phase 1 du CIC sera livrée en 2020. Le projet est évalué à 23,6 millions de dollars et compte sur la participation financière de nombreux partenaires publics et privés. La création du nouveau Complexe d'innovation et de commercialisation contribuera au renforcement de l'écosystème montréalais des sciences de la vie et technologies de la santé. Les actions du CIC et la réalisation de la phase 1 combleront le problème du chaînon manquant dans le parcours de croissance d'une entreprise, et ce, en mettant à la disposition des « entrepreneurs/chercheurs » des laboratoires adaptés, des équipements partagés et de l'accompagnement dans la commercialisation. De plus, l'attraction de nouvelles sociétés contribuerait à affirmer le positionnement nord-américain de ce pôle montréalais d'innovation en SVTS. Contribution de la Ville de Montréal La Ville de Montréal accordera un soutien financier de 1,5 M$ sur une période de quatre ans à l'Institut Néomed pour la mise en œuvre de la phase 1 du CIC en sciences de la vie et technologies de la santé. Cette somme permettra à l'organisme d'assurer le démarrage du projet ainsi qu'une partie de sa mise en œuvre et de son fonctionnement. Contribution du gouvernement du Canada Pour poursuivre sa croissance, l'Institut Néomed bénéficiera également d'une contribution non remboursable de 1,5 M$ de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC). Grâce à cette aide financière, l'organisme pourra réaliser un projet qui vise l'accroissement de la capacité d'innovation des PME dans le secteur des SVTS, notamment par l'achat d'équipements de laboratoire. « La mise en œuvre d'un CIC pour l'agglomération montréalaise est un projet structurant, mobilisateur et qui s'inscrit directement dans les orientations de la Stratégie de développement économique 2018-2022 de la Ville de Montréal. Cette contribution municipale permettra de développer et de consolider un pôle montréalais d'innovation dans le secteur des SVTS. En misant sur le savoir et le talent, en stimulant l'entrepreneuriat et en appuyant un réseau performant, ce projet contribuera de façon concrète à la rétention des talents face à la compétition mondiale et au rayonnement de Montréal à l'étranger », a déclaré M. Robert Beaudry, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal responsable du développement économique et commercial, ainsi que des relations gouvernementales. « Nous sommes fiers de la confiance que nous accordent la Ville de Montréal et Développement Économique Canada pour les régions du Québec pour la mise en œuvre du Complexe d'innovation et de commercialisation en sciences de la vie et technologies de la santé. Ces contributions nous permettront, entre autres, de répondre aux besoins des entreprises à une période critique de leur existence, où elles passent de « jeunes pousses » à entreprises en croissance. De plus, le Complexe consolidera la position de chef de file de Néomed en innovation et favorisera le développement et la commercialisation des découvertes », a indiqué M. Donald Olds, président et chef de la direction de l'Institut Néomed. « Je suis fière de constater l'ampleur des connaissances et de l'expertise développées ici, et qui rayonnent partout dans le monde. L'Institut Néomed est un chef de file de l'un des secteurs les plus effervescents du Grand Montréal, celui des sciences de la vie. Il faut appuyer l'esprit entrepreneurial, encore plus lorsque l'ingéniosité et le savoir-faire conduisent directement au développement des technologies de la santé. Ce projet permettra de rehausser l'intensité technologique et le niveau d'innovation des PME ce qui favorisera leur compétitivité et leur ouvrira de nouveaux marchés » a affirmé Mme Emmanuella Lambropoulos, députée fédérale de Saint-Laurent. « En soutenant l'Institut Néomed, le gouvernement du Canada permet à l'organisme de se doter d'une infrastructure de recherche de classe mondiale pour le développement de technologies et de procédés novateurs qui bénéficieront aux entreprises canadiennes du secteur des sciences de la vie. En misant sur l'innovation, les entreprises génèrent de la croissance au profit des collectivités », a conclu l'honorable Navdeep Bains, ministre responsable de DEC Entente Réflexe Montréal Dans le cadre du statut officiel de métropole conféré à la Ville en 2017, l'entente "Réflexe Montréal" vise le développement de tout le potentiel de Montréal au niveau économique, social ou culturel. À titre de métropole, Montréal dispose désormais d'une plus grande autonomie et de plus de flexibilité dans la prise de décisions qui influencent la qualité de vie de ses citoyens. Le gouvernement du Québec reconnaît aussi ce statut particulier de métropole dans l'élaboration des lois, des règlements, des programmes, des politiques ou des directives qui concernent Montréal.
  22. Projet de Redéveloppement du Centre commercial Village Montpellier dans Saint-Laurent Consultation de l'inscription
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value