Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'rive-nord'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

  1. Fil de discussion sur la station Deux-Montagnes du REM.
  2. Fil de discussion sur les ouvrages d'art (viaducs, structures aériennes, etc.) de l'antenne Deux-Montagnes du REM.
  3. Le gouvernement Charest a donné le feu vert aux études pour le prolongement de l'autoroute 19 dans la région de Montréal. Le nouveau tronçon reliera Laval à Bois-des-Fillion. Le projet prévoit l'élargissement de la route 335 de deux à quatre voies, de même que la construction de nouvelles bretelles d'accès à l'autoroute 640. Les travaux devraient débuter cet été et coûteront 6,5 millions de dollars. Les propriétaires des terres devant servir au prolongement de cette autoroute ont été expropriés il y a 30 ans. La route 335, l'actuel prolongement de la 19, accueille chaque jour autant d'automobilistes que l'autoroute Bonaventure au centre-ville.
  4. Actualité de l'aéroport de Mirabel
  5. http://www.journaldemontreal.com/2018/07/06/reseau-selection-une-tour-de-30-etages-a-repentigny-1 Réseau Sélection: une tour de 30 étages à Repentigny GUILLAUME PICARD Vendredi, 6 juillet 2018 12:35MISE à JOUR Vendredi, 6 juillet 2018 12:35 REPENTIGNY - Réseau Sélection va entreprendre la construction d’une tour de 30 étages pour personnes retraités ou semi-retraitées à Repentigny, dans Lanaudière, une région où l’entreprise mène de front plusieurs projets importants. L’immeuble en hauteur, baptisé Sélection Repentigny Signature, sera situé sur le bord du fleuve Saint-Laurent et comprendra 289 unités, dont une trentaine dédiée aux soins. On y retrouvera une piscine, un gym, un grand salon, une salle à manger, un cinéma et un golf virtuel, sans oublier des terrasses au 4e et 6e étages. Des espaces commerciaux seront localisés dans les premiers étages, qui seront notamment occupés par une pharmacie, un salon de coiffure et un service de soins pour les pieds. L’investissement se chiffre à près de 80 millions $ et la livraison est prévue pour l’été 2020. La construction devrait générer 300 emplois, alors que les opérations devraient créer une quarantaine de postes permanents. «La tour, très contemporaine, passera le test du temps. Les espaces communs seront très luxueux et spacieux, et le terrain offrira des vues magnifiques sur le fleuve», a relaté Gaëtan Cormier, premier vice-président, Développement international de Réseau Sélection. Le projet Sélection Repentigny Signature s’inspire de Sélection Panorama, dont le groupe achève la construction à Laval. Il s’agit aussi d’un immeuble de 30 étages, qui a en quelque sorte pavé la voie au développement en hauteur pour l’entreprise, dont le plan quinquennal 2015-2020 prévoit des investissements de l’ordre de 2 milliards $. «Ç'a été un point tournant pour nous de designer, concevoir et construire un immeuble de 30 étages. Sélection Panorama aura été le premier, à Laval, puis il y aura celui de Repentigny et d’autres vont suivre à Ottawa et à Toronto, où l’on étudie la possibilité de construire une première tour faisant entre 50 et 60 étages», a expliqué M. Cormier. D’autres projets dans Lanaudière Toujours dans Lanaudière, Réseau Sélection a entrepris récemment la construction de l’immeuble Sélection Terrebonne Signature, au coût de 57,5 millions $. On y retrouvera dès l'été 2019 quelque 229 unités sur six étages, ainsi que les mêmes attraits et services qu’à Repentigny. L’autre projet de Réseau Sélection dans la région est le quartier intergénérationnel District Union, qui comprendra à terme 3500 unités d’habitation mariant tous les groupes d’âge. L’investissement atteint près de 1 milliard $. Réseau Sélection en chiffres: - 900 unités en construction en 2018 dans Lanaudière pour une valeur de 265 millions $ - 20 projets en construction ou livrés cette année au Québec pour une valeur de plus de 800 millions $ - 4500 employés, dont 1000 dans la division construction
  6. Possible que Mirabel ai une nouvelle gare. On doit en faire l'annonce supposément a la fin de l'été. Selon un article du Journal de Montréal. Aussi un agriculteur de Mirabel dit qu'on va exproprier son terrain a l'ouest de la 15 pour implanter la gare. Ca ne fait pas de sens la track est plus a l'est de la 15 . http://www.journaldemontreal.com/2015/06/16/un-agriculteur-exproprie-pour-une-gare-de-train
  7. Fil de discussion sur la station Grand-Moulin du REM.
  8. Les entreprises Simon Property Group, Calloway (T.CWT.UN) et SmartCentres ont annoncé mardi la construction l'an prochain d'un complexe «Premium Outlet Center» à Mirabel, au nord de Montréal. Le centre commercial sera érigé sur le chemin Notre-Dame, près de l'autoroute des Laurentides, ont indiqué les firmes dans un communiqué. Les détails financiers n'ont pas été rendus publics. La première phase du projet comprendra 350 000 pieds carrés de superficie locative et 80 magasins. Sa construction devrait débuter en 2013. Le premier «Premium Outlet Center» au Canada doit ouvrir à l'été 2013 à Halton Hills, en Ontario. Le concept est d'offrir de la marchandise haut de gamme à prix réduit. Le maire de Mirabel, Hubert Meilleur, a indiqué que le projet permettrait de développer une partie des terrains du Lac Mirabel. Il a offert «la pleine collaboration» de la ville aux promoteurs. Simon Property Group, qui se présente comme la plus importante société immobilière au monde, exploite 70 Premium Outlet Centers, dont 57 aux États-Unis, un à Porto Rico, huit au Japon, deux en Corée, un en Malaisie et un au Mexique. Calloway est l'un des plus importants fonds de placement immobilier au Canada alors que SmartCentres est une entreprise canadienne privée qui a construit plus de 200 centres commerciaux. http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201205/22/01-4527515-un-nouveau-centre-commercial-sera-construit-a-mirabel.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=lapresseaffaires_LA5_nouvelles_98718_accueil_POS9
  9. Bell frappe un grand coup : 200 hélicoptères vendus! http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/aeronautique-et-aerospatiale/bell-helicopter-obtient-une-commande-de-200-appareils/576792#%2EVPhhJpMYjTk%2Elinkedin
  10. http://www.groupebourgouin.com/cachemire.html Au coeur des Jardins Angora, Les Tours Cachemire est un projet de 80 unités de condominiums qui conjuguent deux vues, l’une sur la tranquillité de la magnifique forêt d’un parc de conservation naturel, l’autre sur Montréal, sa vie culturelle et ses services. --- TERREBONNE, LE JEUDI 11 JUIN 2015 – Le maire de Terrebonne, M. Jean-Marc Robitaille, accompagné des membres du conseil municipal et du président du Groupe Bourgouin, M. Robert Bourgouin, a fièrement procédé jeudi, en fin d’après-midi, à la pelletée de terre inaugurant officiellement les travaux de construction d’un projet résidentiel d’envergure développé par le Groupe Bourgouin au cœur des Jardins Angora. La première des « Tours le Cachemire », un projet de condos, comprendra 84 unités de logement sur 14 étages, dont 6 penthouses.
  11. Le 15 octobre 2013 Changement de cap à Saint-Eustache Le projet Eau Habitat Riverain, du Groupe Cholette, à Saint-Eustache. Danielle Bonneau Des condos contemporains à Saint-Eustache? C'est ce que se prépare à offrir le Groupe Cholette, au bord de la rivière des Mille Îles. En tout, 2 immeubles de 6 étages, de 35 condos chacun, pourraient ainsi être érigés à la place de 2 vastes propriétés le long du chemin de la Grande-Côte, en bordure de la rivière. «Les maisons au bord de l'eau sont recherchées, mais elles coûtent plus de 1 million, fait valoir Philippe Cholette, vice-président développement immobilier et innovation au sein du Groupe Cholette. Dans le complexe Eau Habitat Riverain, les gens pourront avoir une vue sur l'eau à partir de 180 000$. » Le promoteur a demandé à l'agence Forme Studio Morand Émond architectes de concevoir les immeubles de façon à ce que tous aient une vue sur la rivière. «Ce souci a dicté la forme des édifices, explique Guy Morand, architecte responsable du projet. Les deux immeubles s'élargiront à partir du milieu, en escalier, pour se rejoindre près de la rue. Grâce aux décrochés et aux grandes fenêtres, même les appartements sur le côté auront une vue sur l'eau dans les espaces de vie.» Le terrain étant en pente, deux appartements seront aménagés sur deux niveaux dans chacun des immeubles, face à la rivière, au rez-de-jardin et au rez-de-chaussée. Ces maisonnettes, adossées au stationnement souterrain, auront chacune leur garage privé. «Cela n'aurait pas de sens de consacrer ces espaces de choix à du stationnement, estime M. Morand. Ces appartements seront très intéressants avec leurs vues directes sur l'eau. » Pour profiter au maximum de l'emplacement du terrain, une piscine extérieure et un espace de détente avec un foyer sont prévus près de la rive. Le bureau des ventes devrait être inauguré à la mi-novembre et la construction devrait débuter le printemps prochain, si tout va comme prévu. Les prix des condos et des appartements-terrasses oscilleront entre 171 120 et 564 701$ (taxes en sus), pour des superficies variant entre 620 et 1638 pi2. Les quatre maisons en rangée, quant à elles, coûteront entre 530 567 et 545 284$ (taxes en sus), selon le bâtiment. D'une superficie de 1771 pi2, elles auront chacune trois espaces de stationnement intérieur. Un secteur en mutation Eau Habitat Riverain s'intègre dans un quartier en transformation. Dans le cadre de la revitalisation de la route 344, ancien chemin rural devenu une des artères principales de Saint-Eustache, plusieurs maisons ont été rénovées au cours des dernières années. Le chemin de la Grande-Côte est aussi graduellement refait afin de favoriser la marche, le vélo et les transports en commun. La proximité de la rivière des Mille Îles, de plus, soulève l'intérêt de plusieurs promoteurs immobiliers. Eau Habitat Riverain sera le troisième complexe en copropriété proposé dans le même quadrilatère. Juste à côté, un autre promoteur a en effet lancé ses travaux d'excavation et un troisième complexe prend forme tout près de la rivière. «Le Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) a amené la Ville à se demander comment atteindre ses objectifs de densification, indique le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron. La Ville veut aussi offrir d'autres types d'habitations à ceux qui demeurent depuis longtemps à Saint-Eustache et ne veulent plus entretenir leur terrain.» Résultat: les règlements concernant la hauteur et la densité des bâtiments ont été assouplis dans le secteur du chemin de la Grande-Côte, où se trouvent des terrains vagues et plusieurs vastes propriétés au bord de l'eau, explique Normand Rousseau, directeur du service de l'urbanisme de la municipalité. Des règles très claires ont été établies pour qu'il y ait une certaine continuité entre les projets et éviter qu'ils ne soient disparates, prend soin de préciser le maire Charron. Eau Habitat Riverain innovera en étant le premier complexe résidentiel à Saint-Eustache, à avoir deux étages de stationnement intérieur. «Ce sera plus agréable visuellement, car il y aura moins d'asphalte et plus d'espaces verts, souligne M. Charron. On voit cela d'un très bon oeil!» Info: groupecholette.com
  12. Surpris de ne pas avoir vu ce sujet sur Mtlurb. S’il existe déja je m’excuse https://www.tvanouvelles.ca/2019/06/20/voici-le-plus-grand-projet-immobilier-de-lhistoire-du-quebec Voici le plus grand projet immobilier de l’histoire du Québec TVA Nouvelles | Publié le 20 juin 2019 à 14:58 - Mis à jour à 15:01 Le plus grand projet immobilier de l’histoire du Québec prendra forme dès 2021 à Boisbriand, sur la Rive-Nord de Montréal, selon les informations obtenues en exclusivité par TVA Nouvelles. Play Video Le plus grand projet immobilier de l’histoire du Québec prendra forme dès 2021 à Boisbriand, sur la Rive-Nord de Montréal, selon les informations obtenues en exclusivité par TVA Nouvelles. Le Quartier – Forestia, un investissement de 1,25 milliard de dollars, comprendra 5000 unités d’habitation et promet d’être «un espace de vie inspiré par la nature» avec ses 27 hectares d’espaces naturels. Construit sur des terrains agricoles vacants, le projet conservera sa vocation verte, en y mêlant agriculture urbaine et développement durable. Plus des deux tiers de la superficie du projet seront consacrés à des espaces verts. En effet, 37 % de Forestia sera dédié à des parcs, sentiers pédestres, voies cyclables et véhiculaires. Des terres cultivables seront offertes à la relève agricole pour qu’elles soient exploitées. «Ce concept propulsera l’agriculture urbaine au rang des éléments moteurs de la nouvelle économie locale», explique-t-on dans le document de présentation du projet. Les produits de ces cultures biologiques pourront être vendus dans le marché public construit à même le projet immobilier. Ainsi, «l’occasion de «manger local n’aura jamais été aussi concrète», ajoute-t-on. Une érablière ouverte au public sera même aménagée sur le secteur nord du site. «L’accès au terroir local se concrétisera aussi par la conservation d’une érablière par Le Quartier – Forestia qui cohabitera avec la communauté qui y aura accès. Que ce soit des produits maraîchers, de l’érable, ou vinicoles, c’est une véritable matrice inédite alliant production locale, produits de niche, accès aux producteurs et citoyens occupants», précise le document. Avec ce projet, Boisbriand promet de devenir «la capitale de l’agriculture biologique urbaine». De plus, un pôle récréatif et de loisirs, qui comprendra notamment de l’animation communautaire, fera partie du projet immobilier. La construction de Forestia devrait s’échelonner sur une période de sept ans.
  13. Voici ce que je ferais avec Mirabel si jamais on devait y retourner on garde le terminal deja construit mais on le rend plus moderne (les puristes vont dire que je gache tout le concept de mirabel, mais les vehicule de transbordement c'est de la merde imo) Le terminal original est celui du bas, qui deviendrait le terminal transborder, on ajoute 2 jettée pour les avions construite dans le meme style cube de verre celui du centre, tout neuf mais encore dans le meme style, serait celui des vols domestiques, et le troisieme celui des vols internationaux, avec un hotel construit entre les 2 derniers terminaux, un grand stationnement en face, et entre les terminaux un service de navette magnétique automatisée avec une fréquence aux 2 minutes pour faciliter les connections. Pour l'acces, on ne refait pas les memes erreurs, on construit le train entre le CV et l'aéroport, train qui part de la gare centrale, utilise le tunnel sous le mt-royal, une partie de la ligne 2 montagnes et bifurque vers l'aéroport rendu sur la rive nord. on rend la 13 a péage sauf pour ceux qui se rendent a Mirabel/covoiturage, donc on encourage cette autoroute a deservir principalement l'aeroport, mais on donne un nanane au coivoitureurs de la rive nord.
  14. 109 villes, villages et réserves indiennes: Anjou Ville Baie-d'Urfé Ville Beaconsfield Ville Beauharnois Ville Bellefeuille Ville Beloeil Ville Blainville Ville Boisbriand Ville Bois-des-Filion Ville Boucherville Ville Brossard Ville Candiac Ville Carignan Ville Chambly Ville Charlemagne Ville Châteauguay Ville Côte-Saint-Luc Cité Delson Ville Deux-Montagnes Ville Dollard-des-Ormeaux Ville Dorval Cité Gore Canton (municipalité de) Greenfield Park Ville Hampstead Ville Hudson Ville Kahnawake 14 Réserve indienne Kanesatake Réserve indienne Kirkland Ville La Plaine Ville La Prairie Ville Lachenaie Ville Lachine Ville Lafontaine Ville LaSalle Ville L'Assomption Ville Laval Ville Lavaltrie Village Le Gardeur Ville LeMoyne Ville Léry Ville Les Cèdres Municipalité L'Île-Bizard Ville L'Île-Cadieux Ville L'Île-Dorval Ville L'Île-Perrot Ville Longueuil Ville Lorraine Ville Maple Grove Ville Mascouche Ville McMasterville Municipalité Melocheville Village Mercier Ville Mirabel Ville Montréal Ville Montréal-Est Ville Montréal-Nord Ville Montréal-Ouest Ville Mont-Royal Ville Mont-Saint-Hilaire Ville Notre-Dame-de-l'Île-Perrot Municipalité Oka Municipalité Otterburn Park Ville Outremont Ville Pierrefonds Ville Pincourt Ville Pointe-Calumet Municipalité Pointe-Claire Ville Pointe-des-Cascades Village Repentigny Ville Richelieu Ville Rosemère Ville Roxboro Ville Saint-Amable Municipalité Saint-Antoine Ville Saint-Antoine-de-Lavaltrie Paroisse (municipalité de) Saint-Basile-le-Grand Ville Saint-Bruno-de-Montarville Ville Saint-Colomban Paroisse (municipalité de) Saint-Constant Ville Sainte-Anne-de-Bellevue Ville Sainte-Anne-des-Plaines Ville Sainte-Catherine Ville Sainte-Geneviève Ville Sainte-Julie Ville Sainte-Marthe-sur-le-Lac Ville Sainte-Thérèse Ville Saint-Eustache Ville Saint-Hubert Ville Saint-Isidore Paroisse (municipalité de) Saint-Jérôme Ville Saint-Joseph-du-Lac Municipalité Saint-Lambert Ville Saint-Laurent Ville Saint-Lazare Paroisse (municipalité de) Saint-Léonard Ville Saint-Mathias-sur-Richelieu Municipalité Saint-Mathieu Municipalité Saint-Mathieu-de-Beloeil Municipalité Saint-Philippe Municipalité Saint-Placide Municipalité Saint-Sulpice Paroisse (municipalité de) Senneville Village Terrasse-Vaudreuil Municipalité Terrebonne Ville Varennes Ville Vaudreuil-Dorion Ville Vaudreuil-sur-le-Lac Village Verdun Ville Westmount Ville
  15. Le décollage de Mecachrome Après un an de préparatifs, de mise en place d’équipements ultra-perfectionnés et d’ajustements de toutes sortes dans sa toute nouvelle usine de Mirabel, la compagnie Mecachrome vient de compléter la production et l’assemblage de sa première caisse de train d’atterrissage avant pour les avions Airbus A-330 et A-440. La première d’une longue série de livraisons. Mecachrome Canada a été retenue par Airbus pour devenir un partenaire de tiers 1, ce qui signifie dans le jargon de l’aéronautique qu’Airbus a décidé de confier à Mecachrome toute la fabrication et l’assemblage final des caisses de train d’atterrissage qui équiperont dorénavant tous les A-330 et A-440 qui vont sortir de son usine d’assemblage de Toulouse. Il s’agit d’une pièce d’équipement majeure, une structure primaire qui doit résister à des charges importantes puisqu’elle abrite le train d’atterrissage et qu’elle doit supporter le choc des décollages et des atterrissages. Mecachrome, qui exploite deux centres de fabrication, l’un à Montréal-Nord et l’autre à Mirabel, usine depuis des années des pièces de haute précision pour le secteur automobile et de l’aérospatiale, mais elle a décidé, il y a trois ans, de s’imposer dans l’industrie comme un intégrateur. C’est-à-dire qu’elle veut fabriquer et assembler tous les éléments d’équipements importants de plusieurs familles d’avions, fonction qui était anciennement assumée par les fabricants. Le contrat des caisses d’atterrissage des A-330 et A-440 est un premier jalon de la transformation de Mecachrome. L’entreprise réalise elle-même dans son usine de Mirabel 200 des 650 pièces qui composent la structure. La fabrication des pièces mineures, tels les rivets et les boulons, est donnée en sous-traitance, mais c’est Mecachrome qui est responsable de ses fournisseurs. Elle livre à Airbus une pièce finie, complète, testée qui sera assemblée à Toulouse selon le mode juste-à-temps. C’est donc dire que l’assemblage final de la première caisse a mobilisé toutes les énergies des employés de l’usine de Mirabel, lesquels ont réussi le tour de force de livrer la pièce deux jours avant l’échéancier. «On avait un an pour préparer l’usine pour cet important contrat. On a perdu du temps au départ, et il a fallu réajuster le tir. On aura mis finalement sept mois pour terminer la chaîne de production. Ç’a été un vrai travail d’équipe», observait cette semaine Guillaume Casela, président de Mecachrome International, lors d’une visite à l’usine de Mirabel. Du travail en perspective Mecachrome va assembler cette année 35 caisses de train d’atterrissage d’Airbus et va atteindre l’an prochain son rythme de croisière avec une production annuelle de 60 caisses. Airbus a déjà livré 868 appareils A-330 et A-440 et son carnet de commandes compte 739 avions à livrer, ce qui assure plus de 10 années de production à l’usine de Mirabel. Mecachrome fabrique aussi à Mirabel 150 pièces pour Bombardier, pour les CRJ700 et CRJ900 de même que le Global Express. La nouvelle usine de Mecachrome fabrique de plus les nervures d’ailes pour les avions de série 170 d’Embraer, qui doit livrer cette année 10 appareils par mois. Enfin, Mecachrome a obtenu de Boeing le contrat de fabrication exclusif des cadres de fuselage arrière de ses nouveaux B-787 qui seront fabriqués en titane. Comme tous les fabricants, Boeing a décidé de hausser considérablement l’utilisation du titane dans ses avions, un métal plus solide et plus léger que l’aluminium, ce qui a amené Mecachrome à faire l’acquisition de nouveaux équipements, des machines à contrôle numérique qui coupent le métal au millième de millimètre. L’usine est équipée d’une de ces énormes machines et en installera deux autres d’ici à l’an prochain. Mecachrome exploite aussi trois machines à usiner l’aluminium et en installera trois autres d’ici à la fin de l’année. «On travaille avec tous les fabricants mais on veut s’imposer davantage comme intégrateur et participer à un plus grand nombre de leurs familles de produits», affirme Guillaume Casela. Trois ans après son implantation à Mirabel, Mecachrome réalise cette année son vrai décollage. http://argent.canoe.com/lca/chroniqueurs/jeanphilippedecarie/archives/2008/02/20080212-225916.html
  16. La semaine passé je suis allé à l'observatoire du Stade y prendre quelques photos. Il était temps, ça fesait plus de 10 ans que je n'y étais pas retourné ! Voici mes photos : 1)Quelques vues du stade depuis l'extérieur. 2) 3) 4)Depuis l'observatoire par un trou dans la structure ... 5)La Rive-Sud. 6)Le Centre-ville et les Adirondacks dans l'état de NY. 7) 8)N&B 9) 10)Vers la rive-nord 11)Un peu de densité. 12)Le «Centre-ville» de laval,le boisé notre-dame et Saint-Joseph du lac au loin. 13)Montréal-Nord et on vois les grues de l'A25 14) 15)Différentes activités prés du fleuve. 16)Longueuil 17)Vieux-Port, vieux-Montréal et Île-des-soeurs 18) 19) 20)Encore l'A25 et les Laurentides au fond. ------------------------------------------------------------------- Merci d'avoir regardé , j'attend vos commentaires. Franks.
  17. Un nouveau centre mondial d'essais à Mirabel Mise à jour le lundi 4 octobre 2010 à 19 h 00 La compagnie Pratt & Whitney a inauguré lundi son nouveau centre mondial d'essais en vol à l'aéroport de Mirabel. Le fabricant de moteurs concentre ainsi ses activités d'essais qui étaient dispersées entre Longueuil et Plattsburgh, aux États-Unis. Il s'agit de la première phase, dont le coût est de 100 millions de dollars. La facture totale du projet s'élève à 360 millions de dollars. Quand tout sera complété en 2015, Pratt & Whitney prévoit l'emploi de 300 personnes sur le site, dont plusieurs ingénieurs spécialisés. Selon l'entreprise, Mirabel deviendra ainsi un des centres d'essais en vol les plus modernes au monde. Le centre aéronautique de Mirabel servira aux essais en vol de toute la gamme de moteurs de Pratt & Whitney. Il abrite deux avions Boeing 747 transformés en bancs d'essai volants pour simuler toutes les conditions de vol possibles et enregistrer des données sur les moteurs. La deuxième phase du projet sera terminée l'an prochain. L'usine en construction abritera les opérations de montage et d'essai de deux nouvelles familles de moteurs de Pratt & Whitney, les PW1000, qui serviront au CSeries de Bombardier, et les PW800, qui serviront notamment aux gros jets d'affaires, censés être assemblés dans une usine près du site, dont la construction est déjà commencée. « Cette technologie n'existe pas ailleurs dans le monde. Nous sommes très fiers de pouvoir faire ça ici. On pourra valider les moteurs pour les générations à venir », affirme John Saabas, président de Pratt & Whitney Canada. Cet investissement découle en partie de l'achat des C-17, les avions de transport militaires du gouvernement fédéral. Cet investissement de 360 millions de dollars est lié aux retombées industrielles régionales que Pratt & Whitney doit verser. Les responsables de l'aéroport de Mirabel espèrent aussi que ces installations auront un effet d'entraînement pour que d'autres constructeurs viennent s'établir sur le site http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2010/10/04/017-pratt-mirabel-investissement.shtml
  18. Publié le 09 février 2009 à 06h09 | Mis à jour à 09h20 Montréal n'est pas roi de la criminalité Judith Lachapelle La Presse (Saint-Jérôme) Le Service de police de la ville de Montréal a dévoilé récemment ses dernières statistiques sur la criminalité. Avec un taux de criminalité en baisse de 3% comparé à 2007, Montréal est une ville sûre, clame le SPVM. Qu'en est-il ailleurs au Québec? Surprise! Toutes proportions gardées, la métropole n'est pas première au palmarès de la criminalité... Une paire de chaussures suspendues à un fil électrique, avec un foulard rouge. Ce n'est pas un hasard, s'est fait dire Lyne Bernier. Le secteur serait sous la coupe des Rouges. «J'ai déjà vu deux gars s'engueuler et l'un d'eux sortir un revolver. Juste ici, dans la rue, devant le resto. Et il était 2h de l'après-midi!» Lyne Bernier ne tient pas son resto rue Pascal, à Montréal-Nord, ou rue Sainte-Catherine, au centre-ville, mais rue Saint-Georges, à Saint-Jérôme. Une ville dont le taux de criminalité dépasse celui de Montréal. Selon des données 2007 de Statistique Canada, Saint-Jérôme déjoue la perception populaire selon laquelle Montréal est la capitale du crime au Québec. Proportionnellement, il y a plus de crimes dans la ville centre des Laurentides que dans la métropole. D'ailleurs, toute la région des Basses-Laurentides a un taux de criminalité élevé. La municipalité régionale de comté (MRC) d'Argenteuil (Lachute, Brownsburg-Chatham...) ainsi que les banlieues Sainte-Thérèse, Deux-Montagnes et Saint-Eustache ont toutes des taux de criminalité plus élevés que la moyenne québécoise. Les villes de Mont-Tremblant et de Sainte-Adèle ainsi que les MRC des Laurentides (Sainte-Agathe-des-Monts, Val-David) et des Pays-d'en-Haut (Saint-Sauveur, Morin-Heights) ont aussi un taux de criminalité élevé, quoique le nombre important de villégiateurs et de touristes fausse certaines données (voir la capsule sur Mont-Tremblant). «Il n'y a pas de rapport évident entre la grandeur de la ville et son taux de criminalité, note le professeur Marc Ouimet, du Centre international de criminologie comparée de l'Université de Montréal. On peut penser qu'il y a plus de criminalité dans les grandes villes. Ce n'est pas le cas.» Le directeur par intérim de la police de Saint-Jérôme, Danny Paterson, ne le cache pas: «On a toujours été une ville où la criminalité par habitant est parmi les plus élevées au Québec. C'est le malheur des villes ouvrières prospères des années 60. Mais on ne peut pas dire pourquoi c'est pire ici qu'ailleurs.» Les gangs de motards sont présents depuis longtemps dans la région. «Ça fait 19 ans que je suis ici et il y a toujours eu des membres des Hells ou de clubs sympathisants dans les bars ou qu'on interpelle dans la rue», dit le chef Paterson. La lutte contre les stupéfiants et le crime organisé fait partie des tâches des policiers. Les gangs de rue sont une nouvelle réalité avec laquelle ils doivent composer. «Mais les gangsters n'habitent pas ici, dit Danny Paterson. Ils viennent faire des affaires et repartent. Ils établissent leur réseau, mais il n'y a pas de conflits entre gangs.» Pas de conflits, même si ça peut «brasser fort» les soirs d'été au centre-ville, à la sortie des bars, reconnaît le chef de police. Les employées du resto Chez Lyne en savent quelque chose. Elles ont vu des hommes se battre à coups de madriers ou de briques. «Le gars qui s'est fait poignarder dans le parc, l'été dernier, est-il mort?» demande Lyne Bernier à la ronde. «En tout cas, dit une serveuse, on a interdit à notre fils de passer dans ce parc.» «C'est comme à Montréal, maintenant, dit Mme Bernier. Même que c'est pire! J'ai quitté Montréal pour Saint-Jérôme, je pensais que ça allait être plus calme ici.» Triste palmarès Il faut cependant se méfier des statistiques sur la criminalité. Danny Paterson note par exemple que, si les arrestations pour vol à l'étalage ont augmenté - ce qui influe sur le taux de criminalité de la ville -, c'est parce que les commerçants sont mieux équipés pour pincer les voleurs. Le démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules ou de trafiquants de drogue peut aussi fait bondir momentanément les statistiques d'une localité. Mais les données du ministère de la Sécurité publique - celles de 2006 sont les plus récentes - indiquent aussi que Saint-Jérôme dépasse Montréal dans plusieurs palmarès de la criminalité. En 2006, les infractions au Code criminel - y compris les infractions contre la personne - ainsi que celles relatives aux drogues et stupéfiants étaient proportionnellement plus nombreuses à Saint-Jérôme qu'à Montréal. C'était aussi le cas en 2005. Est-ce à cause de la présence, dans la ville, d'une prison et de maisons de transition? D'un palais de justice? De l'hôpital régional? Du cégep? Un peu tout ça puisque la population de la ville - 67 600 habitants, selon Statistique Canada - grimpe durant la journée à cause de ces services. Et une ville centre attire aussi la pauvreté. «Ici, c'est aussi une ville plus pauvre, dit Myriam Raymond, du Carrefour d'actions populaires. Il y a des HLM qui manquent d'entretien, il y a de la prostitution.» Les loyers ont aussi augmenté ces dernières années. «Les appartements sont chers comme si on était une ville riche. On voit maintenant des cinq-pièces à 800$ par mois! Les gens y passent tout leur argent, ils doivent choisir entre manger et payer le loyer.» Cette réalité, Claire Léveillée, du Café SOS, qui offre un lieu de rencontre aux jeunes adultes de la ville, la connaît bien. La plupart de ceux qui fréquentent l'endroit n'ont pas terminé leurs études secondaires, beaucoup ont fréquenté les centres jeunesse, bien peu ont aujourd'hui un emploi stable. Pas toujours facile de vivre dans une ville moins favorisée. Mais pour Claire Léveillée, il faut aussi savoir faire la part des choses. Saint-Jérôme, ce n'est quand même pas un coupe-gorge. «Et on entend toutes sortes de rumeurs. Untel serait dans un gang, un autre dans un autre gang. Nous, on intervient sur ce qu'on voit, pas sur ce qu'on entend.»
  19. L'entreprise de Mirabel annonce la mise à pied de 500 employés pour une période de trois mois. Pour en lire plus...
  20. Transat prévoit survoler la récession 18 décembre 2008 - 06h00 La Presse Marie Tison Jean-Marc Eustache Jean-Marc Eustache s'attend à ce que Transat (TRZ.B) traverse sans trop de mal la zone de turbulences économiques actuelle. «Aujourd'hui, je suis serein, je ne vois rien à l'horizon, même si on me dit qu'il est très sombre, je ne vois rien qui me rende extrêmement inquiet», a déclaré le président et chef de la direction de Transat au cours d'une téléconférence hier, à l'occasion de la divulgation des résultats du quatrième trimestre. Les revenus de Transat ont augmenté de 16,2% au quatrième trimestre par rapport à la même période de l'exercice précédent et le bénéfice lié à l'exploitation a grimpé de 80% pour atteindre 15,9 millions de dollars. M. Eustache a affirmé que les réservations pour la saison d'hiver étaient supérieures à ce qu'elles étaient l'année dernière à pareille date. Click here to find out more! Il a ajouté qu'il avait vécu plusieurs périodes de récession et qu'il était également passé au travers les attentats de 1995 en France, les attentats terroristes du 11 septembre 2001 et de la crise du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) au Canada. «Notre entreprise a toujours continué à se développer, a-t-il affirmé. Mon expérience de récession me dit que ça ne devrait pas se passer trop mal.» Il a expliqué que beaucoup de clients de Transat étaient des fonctionnaires, des policiers, du personnel infirmier, des gens qui continuaient à travailler. «Ils sont habitués à voyager assez régulièrement et je pense qu'ils vont continuer à voyager, a-t-il avancé. Peut-être vont-ils diminuer les dépenses dans les biens durables, mais le voyage, ça fait un peu partie des moeurs.» Selon lui, les clients pourraient réduire les dépenses liées au voyage et choisir des forfaits Trois étoiles plutôt que des forfaits Quatre étoiles, mais continuer à voyager quand même. Il s'agira alors d'adapter l'offre aux besoins des clients. «Nous avons un avantage dans notre pays, nous avons un hiver froid, a ajouté le grand patron de Transat. Rendus en février, même les plus durs, qui ont résisté à l'hiver, finissent par craquer et aller dans le sud.» Transat entend quand même faire preuve de prudence. Ainsi, le voyagiste n'entend pas procéder à des acquisitions dans un proche avenir. «S'il y a des acquisitions fantastiques à faire, nous allons regarder, mais je ne pense pas que ce soit le temps de faire des acquisitions», a déclaré M. Eustache. Transat attendra également un peu avant de bâtir un nouvel hôtel sur un terrain acheté à Punta Cana. L'entreprise mettra plutôt l'accent sur l'amélioration de sa rentabilité. Même si les ventes sont prometteuses, l'entreprise s'attend à ce que les marges de 2009 soient inférieures à celles de 2008 en raison de l'affaiblissement de l'économie canadienne et de la concurrence accrue vers le Mexique et les Caraïbes. En 2008, les revenus de Transat ont augmenté de 15% pour atteindre 3,5 milliards. Le bénéfice lié à l'exploitation a glissé de 18,4% pour se fixer à 57,5 millions, en raison surtout de la hausse rapide des prix du carburant. Des éléments qui n'étaient pas liés à l'exploitation ont toutefois plombé les résultats de l'entreprise. C'est ainsi que le bénéfice net de 78,5 millions réalisé en 2007 s'est transformé en perte nette de 50 millions en 2008. Ce dernier résultat est notamment lié à une perte de 106,4 millions liée à la juste valeur marchande du programme de couverture mis en place par Transat pour se protéger contre les fluctuations des prix du carburant. En vertu des règles comptables, cette perte doit être placée dans les résultats. Par contre, selon les mêmes règles, un gain de 196,1 millions lié à la juste valeur du programme de couverture sur les devises ne peut pas être inscrit dans les résultats. Il doit plutôt être comptabilisé au bilan. «Avec les nouvelles règles comptables, nous sommes obligés de dire des choses que, malheureusement, je trouve farfelues», a déploré M. Eustache. Les résultats de 2008 comprennent également une dévaluation de 45,7 millions liée au papier commercial adossé à des actifs (PCAA). Le titre de Transat n'a pas été échangé hier en raison d'une panne informatique majeure à la Bourse de Toronto.
  21. Le pdg de Transat A.T. s’en prend à Ottawa 18 septembre 2008 - 17h36 La Presse Canadienne Lia Lévesque Le président et chef de la direction de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, reproche au gouvernement fédéral de ne pas se gêner pour soutenir l'industrie aéronautique, alors qu'il «saigne» les transporteurs aériens par certaines de ses mesures. «À l'heure actuelle, le gouvernement se démène pour soutenir ceux qui construisent des avions et saigne à blanc ceux sur qui il compte pour en acheter», a lancé jeudi M. Eustache lors d'une allocution devant le Cercle finance placement du Québec, à Montréal. Le pdg de Transat A. T. a profité de la campagne fédérale qui bat son plein pour adresser quelques messages bien sentis aux partis politiques fédéraux. Il accuse le gouvernement fédéral de ne pas comprendre l'importance économique de l'industrie aérienne et touristique au pays. Et il lui reproche aussi d'avoir implanté divers prélèvements et taxes qui se répercutent inévitablement sur le voyageur, ce qui nuit à la compétitivité du Canada sur la scène internationale. «Atterrir au Canada est plus cher qu'à peu près partout ailleurs dans le monde. Trois fois plus cher pour atterrir à Toronto qu'à Charles-de-Gaulle (à Paris). Trois fois plus cher aussi pour atterrir à Montréal qu'à Rome. Les transporteurs étrangers ont le choix d'aller ailleurs. Nous, on y perd en termes de flux touristiques et d'activité économique, mais cela ne semble pas déranger personne», s'est-il plaint. M. Eustache va jusqu'à dire que les voyageurs sont «forcés de subventionner l'État canadien chaque fois qu'ils prennent l'avion», puisque selon lui, une partie des taxes et prélèvements imposés aux voyageurs est conservée par le gouvernement pour d'autres fins. Il cite le cas des mesures de sécurité accrues dans les aéroports. «La sécurité est la responsabilité de l'État et profite à tous, mais au Canada, dans le cas du transport aérien, elle est financée par les voyageurs. Ne vous leurrez pas, on vous collecte pour la sécurité, mais en fait une bonne partie de ce qui est collecté ne sert pas du tout à la sécurité et s'en va tout simplement dans les coffres de l'État», a soutenu M. Eustache. Il reproche également au gouvernement de tolérer des règles du jeu différentes selon que le transporteur aérien soit soumis aux lois provinciales et fédérales ou seulement fédérales. Les transporteurs comme Transat, soumis à la Loi sur la protection du consommateur, une loi provinciale, doivent déposer de l'argent en fiducie pour protéger les clients qui achètent des billets. Or, les compagnies aériennes qui ne sont pas soumises à la loi québécoise n'ont pas à remplir cette exigence. Il cite également le cas des normes de publicité pour l'affichage des prix qui diffèrent dans certains cas. «Un seul domaine, une seule catégorie de produits, mais deux réglementations distinctes. Encore une fois un terrain de jeu où les dés sont pipés, comme le Canada les aime», s'est encore plaint M. Eustache. Malgré ce contexte qu'il décrit, Transat a affiché en 2008 une augmentation de 20 pour cent du nombre de clients par rapport à 2007. Transat emploie 6000 personnes dans huit pays. Son chiffre d'affaires atteignait 3 milliards $ en 2007.
  22. La société, dont les installations canadiennes sont situées à Montréal, Mirabel et Toronto, n'a pas précisé où les postes seraient supprimés. Pour en lire plus...
  23. Croyez-vous encore aux chances de voir un nouveau casino être érigé? Si oui, quel serait le meilleur endroit selon vous pour faire l'unanimité? PS- SVP, je ne veux pas Mirabel dans vos réponses... Je ne le prendrais pas... lol
  24. The Rules are the following: You give a point to a city and take a point away from another city. The cities are the 20 most populous suburbs in Greater Montreal (all of which are about 25,000 people or more). Each City starts with 10 points, last city standing wins. One Post per person per day. This is a game, so no politics or rude/inappropriate comments. Keep it clean. (In order from the largest to the smallest city) Laval - 10 Longueuil - 10 Terrebonne - 10 Repentigny - 10 Brossard - 10 Dollard-des-Ormeaux - 10 Blainville - 10 Chateauguay - 10 Saint-Eustache - 10 Boucherville - 10 Mirabel - 10 Mascouche - 10 Cote-Saint-Luc - 10 Pointe-Claire - 10 Boisbriand - 10 Sainte-Julie - 10 Vaudreuil - 10 Sainte-Thérèse - 10 Saint-Bruno-de-Montarville - 10 Saint-Constant - 10
  25. Projet résidentiel de 500M$ à Mirabel. Ray Junior Courtemanche et Daniel Proulx construiront 2 000 unités d’habitation sur une partie des terrains du Lac Mirabel. Le projet, qui porte le nom de La Cité de Mirabel, représente un investissement de 500 M$, ont annoncé les deux promoteurs mardi. À la Cité de Mirabel seront construites trois tours d’habitation de 14 étages, des maisons de ville et une tour d’habitation pour retraité. La réalisation du projet doit commencer en mai et s’étaler sur cinq ans. Il créerait 250 emplois. Aussi, les deux hommes d’affaires se targuent de « protéger » l’équivalent de 3 millions de pieds carrés de milieu naturel, ce qui représente des dépenses de 2,5 M$. La Cité sera située sur le site du Lac Mirabel à l’échangeur 28 de l’autoroute 15. Elle occupera une superficie de 2,2 millions de pieds carrés. Les deux entrepreneurs québécois ont obtenu les feux verts des propriétaires du site de 14 millions de pieds carrés. Il s'agit de Morgan Stanley Group et de Sheldon Gordon Group, actionnaires de MSG Lac Mirabel SEC. En mai dernier, la société immobilière Simon Property Group a annoncé le lancement du futur complexe «Premium Outlet » sur le site du Lac Mirabel. Le projet commercial de 80 magasins sur 350 000 pieds carrés doit être lancé cette année. http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/immobilier-projet-residentiel-de-500m-a-mirabel-/554179
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value