Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'le-plateau-mont-royal'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

  1. http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201504/19/01-4862409-13-million-pour-restaurer-le-bain-saint-michel.php Le bain Saint-Michel, le plus vieux bain public à Montréal toujours existant, sera rénové et conservera sa vocation culturelle des dernières années. L'édifice était condamné depuis quelques temps et défigurait la rue Maguire, en plus de bloquer le trottoir à cause des clôtures tout autour. Bref, c'est une bonne nouvelle pour le Mile End. Voici l'article de la Presse: 1,3 million pour restaurer le Bain Saint-Michel Le Bain Saint-Michel, sur la rue Saint-Dominique. PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE Daphné Cameron La Presse Le plus vieux bain public de Montréal, dont le taux de vétusté atteint les 95 %, subira une cure de jouvence à compter du mois de mai. La Ville de Montréal et le ministère de la Culture investiront 1,3 million de dollars pour rénover l'enveloppe du Bain Saint-Michel, afin de remettre en valeur ses façades d'inspiration Beaux-Arts, sa fenêtre oeil-de-boeuf et sa maçonnerie de briques avec détails de pierre. Au terme du projet, le Bain du Mile End ne redeviendra pas une piscine comme lors de sa construction en 1909. Il restera un lieu voué à la culture. Pour l'instant, le bâtiment est dans un état pitoyable. Selon la Ville, des débris de maçonnerie tombent sur les trottoirs longeant les façades et la toiture fuit au point de menacer l'intégrité du bâtiment. « Le Bain Saint-Michel (à l'origine nommé Bain Turcot) est le seul survivant de la première vague des bains publics des années 10, les autres ayant été construits vers les années 30. Cela lui confère une valeur historique indéniable », peut-on lire dans un sommaire décisionnel préparé en vue de la prochaine séance du conseil municipal. « L'énoncé patrimonial dont il a fait l'objet recommande sa conservation malgré son taux de vétusté », ajoute le document de la Ville. Centre culturel Cette première étape prévoit la réfection de la maçonnerie, de la toiture et de la cheminée, ainsi que la décontamination fongique, et devrait durer six mois. Un second projet de rénovation globale sera par la suite lancé en vue d'y implanter un lieu culturel dont les détails n'ont pas été dévoilés. Depuis un an, l'édifice situé à l'angle des rues Saint-Dominique et Maguire est vacant pour des raisons de sécurité, mais était utilisé depuis 1998 comme lieu de diffusion artistique. Des groupes citoyens, des entreprises culturelles et des commerces du Mile End militent d'ailleurs depuis deux ans pour pérenniser le lieu comme un endroit de création et de diffusion artistiques. C'est la firme Norgéreq, de Montréal, qui a remporté le contrat de rénovation.
  2. Un groupe de travail formé de résidents et de représentants d'organismes du Plateau-Mont-Royal dévoile un projet rassembleur autour de la station de métro Mont-Royal. Cette proposition de nouvelle place publique, entourée d’équipements culturels de grande qualité, se veut une réponse : - à l’intention de la STM d’effectuer des travaux importants afin de donner un accès universel aux quais de la station de métro Mont-Royal; - à la détérioration avancée de la place Gérald-Godin. Rappelons que la Maison de la culture et la bibliothèque du Plateau-Mont-Royal, en raison de leur exiguïté et de leur désuétude, doivent impérativement être mises aux normes, comme le réclame la communauté du Plateau depuis plus de 15 ans. La nouvelle place Gérald-Godin serait entièrement dégagée sur ses façades nord et est, de l’édicule du métro jusqu'aux bâtiments patrimoniaux qui le bordent, facilitant ainsi les déplacements pour les personnes à mobilité réduite et la tenue d'évènements de quartier. Autre bénéfice, ce nouvel aménagement augmenterait les vues sans entrave vers des biens culturels de grande importance. De plus, une zone de rencontre s'étendrait autour de la place jusqu'à la rue St-Hubert afin de mettre en valeur, notamment, le sanctuaire du Très-Saint-Sacrement (bâtiment classé historique), lequel donne sur l'avenue du Mont-Royal. Un centre culturel, comprenant une nouvelle bibliothèque, la Maison de la culture et la Maison de la poésie, serait, par ailleurs, érigé dans un nouveau bâtiment sur l'actuel stationnement du Centre de services communautaires du monastère, le long de la rue Berri. Les espaces ainsi libérés (par le déménagement de la bibliothèque et de la maison de la culture) dans le bâtiment St-Basile pourraient accueillir la mairie d’arrondissement. En outre, le marché public emménagerait sous un nouveau toit, de l'autre côté de la station de métro (en bordure de la rue Rivard), et jouxterait le kiosque d'information touristique. Enfin, des aires de détente, de la végétation et du mobilier urbain permettraient d'assurer une plus grande quiétude aux abords des zones résidentielles. À la veille des élections municipales à Montréal, le Groupe de travail demande donc aux candidats aux élections sur le Plateau-Mont-Royal de s'engager fermement sur : 1) la construction d’un nouveau Centre culturel au cœur du Plateau-Mont-Royal; 2) le réaménagement de la place Gérald-Godin; 3) le recours à un tiers neutre tel l'Office de consultation publique de Montréal pour encadrer l’ensemble de la démarche. Le Groupe de travail sur le réaménagement de la place Gérald-Godin est formé de résidents des rues Berri et Rivard, de Plateau Arts et Culture, du Kiosque Mont-Royal, de Resto-Plato, du Centre de services communautaires du monastère, de la Corporation des marchés publics de Montréal et de la Société de développement de l'Avenue du Mont-Royal. Pour plus d’informations : http://plateauartsetculture.wordpress.com
  3. Enième projet de Mondev qui lève après l'affichage d'un panneau d'un projet sur ce terrain depuis 10 ans. Nom : Pas encore défini Hauteur en étages : 4 étages Hauteur en mètres : Coût du projet : Promoteur : Mondev Architecte : Entrepreneur général : Emplacement : Berri / Saint-Grégoire / Rivard Début de construction : 2019 Fin de construction : Site internet : www.mondev.ca Autres informations : Situé sur un grand ilot entouré d'autres projets terminés de Mondev sans envergure architecturale.
  4. Nouveau projet sur Drolet coin Mont-Royal. Avec en prime les paroles d’un grand sage qui nous apprend que le mot « abris » peut être sujet à l’écriture inclusive... 🙄
  5. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7377,94551572&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=78&sc=5 Coordonnées Bistro culturel Espace La Fontaine 3933, avenue du Parc-La Fontaine, Montréal 514 280-2525 Stationnement: Sur les rues avoisinantes. Horaire: Les grands parcs sont ouverts au public de 6 h le matin à minuit et de 7 h jusqu'au coucher du soleil dans les parcs-nature. À l'exception des parcs René-Lévesque et des Rapides qui ferment à 23 h. En dehors de ces heures, il est interdit de se trouver dans un grand parc, y compris dans un stationnement. Toutefois, des permissions spéciales peuvent être accordées lors de la tenue d'événements. Pour s'y rendre En voiture Arriver par la rue Sherbrooke Est, l'avenue Papineau, la rue Rachel ou l'avenue du Parc La Fontaine. En transport en commun Station Mont-Royal - ligne orange Station Sherbrooke - ligne orange Autobus 24 À vélo : Piste cyclable Piste verte au coeur du parc La Fontaine, pistes cyclables sur la rue Rachel et sur la rue Cherrier Superficie 34 hectares Carte de la Parc Lafontaine: http://montreal2.qc.ca/rep_parcs/media/documents/application/pdf_doc_carte_ete_lafontaine_id21.pdf http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2497,3090586&_dad=portal&_schema=PORTAL Le parc Lafontaine Étang et fontaine du Parc Lafontaine, date inconnue. Centre d'histoire de Montréal. Depuis sa création, le parc Lafontaine est l'un des parcs montréalais les plus populaires. Inauguré en 1874, en pleine époque victorienne, il s'inscrit dans la phase d'aménagement des grands parcs naturels de la ville, comme le parc du Mont-Royal et l'Ile Sainte-Hélène. Ilot de verdure et de loisirs, ce parc est fortement ancré dans l'âme des habitants du plateau Mont-Royal et est devenu un lieu de rassemblement familial et populaire. Le parc Lafontaine est situé sur les terrains de l'ancienne ferme Logan. Cette terre, cédée en 1845 au Gouvernement du Canada, sert alors de site militaire. Les soldats de la garnison britannique y logent et s'y entraînent en pleine nature. À partir de 1874, la ville loue une partie de la ferme Logan pour créer un parc. Les premiers grands travaux d'embellissement et d'aménagement sont entrepris au nouveau parc en 1888. Deux ans plus tard on y déménage les serres du Carré Viger. C'est là que sont produites, jusqu'en 1952, toutes les fleurs qui orneront la ville. En 1900, deux bassins sont creusés au centre du parc. On y rajoute aussi une fontaine illuminée (1929) qui fera l'admiration de tous. Bien que dans les faits, le parc Lafontaine ne soit plus utilisé à des fins militaires depuis 1874, le gouvernement fédéral a conservé jusqu'en 1991 un droit d'utilisation militaire dans la partie est du parc. Étang et chalet du parc Lafontaine, 1925. Collection privée. Occupant une place de plus en plus importante dans le coeur de la population canadienne-française, le parc Logan est rebaptisé La Fontaine en hommage au premier ministre francophone du Canada-Uni. Le « baptême » se fera lors de la parade de la Saint-Jean-Baptiste de 1901. Cette appropriation du parc par les résidents de l'est montréalais va se refléter dans son utilisation comme lieu de rassemblement lors des fêtes populaires et par l'érection de différents monuments: Dollard-des-Ormeaux, Sir-Louis-Hippolyte-Lafontaine, et plus récemment Félix-Leclerc et Charles-de-Gaulle. L'écrivain Michel Tremblay évoque fréquemment cette appartenance du parc à la culture canadienne-française de Montréal dans ses chroniques du Plateau Mont-Royal : « Le parc était immense...mais pour « jouer », selon les critères de Marcel, il fallait entrer dans l'aire de verdure qui longeait la rue Calixa-Lavallée... là où se trouvaient tous les jeux, cette partie du parc Lafontaine qu'on appelait aussi « le parc ». Extrait de La grosse femme d'à côté est enceinte, Éditions Leméac, 1986.
  6. Projet en construction coin Napoléon et Saint-Dominique. Je n’ai aucune information. J’imagine que c’est du locatif puisqu’il n’y a pas de publicité.
  7. Merci à @georgeplamondon10! Autres images : Situation actuelle :
  8. OPINIONS CHRONIQUE Sylvain Ménard 19/05/2015 Mise à jour : 19 mai 2015 | 1:14 Ajuster la taille du texte Échapper le Plateau Par Sylvain Ménard Métro http://journalmetro.com/opinions/sylvain-menard/779308/echapper-le-plateau/ J’ai vu deux Plateau en fin de semaine. Celui de dimanche, baigné de soleil, où les promeneurs sortaient littéralement par toutes les craques du trottoir. L’autre, celui de samedi, tout sombre et triste au centimètre cube. Sur Laurier, le temps était long, et le vide déprimant. Vous connaissez l’histoire : la mise en place du système de vignettes pour le stationnement des résidants est un coup dur à encaisser pour les marchands du coin. Un autre… Déjà qu’on avait l’impression de jouer aux serpents et échelles pour se rendre dans le quartier en bagnole, désormais, il est virtuellement impossible de se garer le temps de faire ses emplettes. Pour plusieurs commerçants, la taloche sera fatale. J’en ai visité plusieurs. Des «de longue date» qui sont inquiets. Des nouveaux qui ont misé leur chemise pour se lancer en affaires et qui sont sur le point de se retrouver tout nus dans le chemin. Ils avaient choisi l’avenue Laurier parce qu’il y avait là, depuis toujours, une sympathique cohabitation entre le commerçant et le résidant. Ça, c’était avant. Aujourd’hui, il y a ce fameux – pour ne pas dire furieux – maire d’arrondissement qui est en train de tout foutre en l’air avec son désir obsessif et maladif de chasser tout ce qui roule hors des limites du territoire dont il se croit l’unique dépositaire. Un idéaliste qui, au nom des résidants du coin, est en train de tuer toute activité commerciale là où, depuis toujours, des travailleurs gagnent leur vie. En voulant artificiellement monter les uns contre les autres (on dit diviser pour mieux régner), cet homme est en train de causer un tort irréparable au Plateau. Quand j’entends son estafette de service Marie Plourde – eille, Marie Plourde, on rit pu… – déclarer que l’opération vignette répond à un besoin parce que 600 stickers ont été vendus en un mois, tout en omettant de dire que les résidants du coin n’ont pas le choix de s’en procurer une s’ils ne veulent pas se faire coller des contraventions au quotidien, il y a de quoi se poser des questions sur l’honnêteté intellectuelle et sur l’honnêteté tout court de ces ayatollahs de l’urbanisme. On attend après quoi pour les empêcher de continuer le massacre? Dans 30 secondes, il sera minuit.
  9. http://www.pelletierdefontenay.com/index/#/hme2-1/ Aout 2017 Proposition finaliste pour un nouvel hotel particulier dans le Mile-end. L'hotel comprenait quarante chambres, un restaurant, un cafe/bar, une galerie d'art, un club privé, une piscine et terrasse au toit. Date : 2017 Client : privé Budget : NA Phase : Concours - finaliste Images : Pelletier de Fontenay
  10. Ancien édifice Guérin. 53 unités locatives de courte durée. Je n’ai pas trouvé de fil à ce sujet. Les rénos sont bien avancées. Les nouvelles fenêtres sont déjà posées côté rue Laval.
  11. Lors d'une consultation publique il y a quelques semaines, je me suis renseigné sur ce projet. L'école des Premières Lettres, sur la rue de Gaspé, dans le Plateau Mont-Royal, sera remplacée par des logements sociaux ainsi qu'un CPE. L'édifice fera 5 et 6 étages, ce qui est quand même une bonne dimension pour le Plateau. [sTREETVIEW]https://maps.google.com/maps?q=Ecole+Des+Premi%C3%A8res+Lettres+(L'),+Gasp%C3%A9+Avenue,+Montr%C3%A9al,+QC,+Canada&hl=fr&ie=UTF8&ll=45.52542,-73.59252&spn=0.000015,0.013078&sll=45.525343,-73.592196&layer=c&cid=8902136627253855968&cbp=13,87.84,,0,-2.25&cbll=45.525471,-73.592633&hq=Ecole+Des+Premi%C3%A8res+Lettres+(L'),+Gasp%C3%A9+Avenue,+Montr%C3%A9al,+QC,+Canada&t=m&z=17&panoid=ogwKFYVPpQpGUdXhr55VqQ[/sTREETVIEW] La volumétrie sera de 6 étages pour un édifice longeant le parc, et 5 étages le long de la rue de Gaspé, à ce qu'on m'a dit. Il semblerait que le projet avance bien. De toute manière, l'école des Premières Lettres est en train de se démolir par elle-même, l'édifice est vétuste.
  12. Projet de Urbadev, 8 condos locatifs. Le 6 jan 2021 Ça achève.
  13. Nom: Platô Hauteur en étages: 3 Emplacement: 4542 St-Denis, Montréal Début de construction: Été 2019 Fin de construction: Janvier 2020 Site internet: http://www.leplato.ca Autres informations: - 12 logements et 2 locaux comm. sur 3 étages + Mezz - Stationnement pour vélos au sous-sol - Terrasse commune sur le toit (680 pi²), BBQ sur le toit - Plafond jusqu’à 16 pieds Aperçu artistique du projet:
  14. Ajout d'appartement locatifs en haut du Énergie Cardio: Démarches en vue d'amener le Conseil d'arrondissement du Plateau Mont-Royal à accepter l'ajout d'un troisième étage (résidentiel locatifs - apartements) à l'immeuble de vocation mixte : commercial (centre de conditionnement physique) au rez-de-chaussée et résidentiel locatif à l'étage, situé au 4535 Papineau. Malgré que le règlement d'urbansime de l'arrondissement (#01-277) permets 3 étages sur rue, l'immeuble se trouve entre 2 autre immeubles de 2 étages chaque et selon les régles d'insertion applicable dans ce secteur, un troisième étage peut seulment être approuvé que par projet particulier. https://www.lobby.gouv.qc.ca/servicespublic/consultation/AfficherInscription.aspx?NumeroInscription=1rd7Yz8vZNE9Pff4TKiXig%3d%3d#D137570
  15. On se souviendra de cet édifice qui s'est effondré par négligence: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/201702/17/01-5070559-immeuble-du-plateau-demoli-projet-montreal-denonce-limmobilisme-de-la-ville.php (Le propriétaire a aussi tenté de vendre son déchet pourri d'édifice à un prix complètement farfelu, avant l'effondrement, à ce que j'ai entendu) Ce sujet est simplement pour montrer qu'en attendant un projet pour ce site, le terrain a été aménagé temporairement: Je trouve que c'est une initiative sympathique, et il est un peu amusant que ce site soit mieux occupé maintenant qu'avant l'effondrement...
  16. via Journal Métro : 05/09/2017 Mise à jour : 5 septembre 2017 | 13:41
  17. J'ai remarqué cet édifice lors de mon trajet aujourd'hui: C'est un ensemble assez massif à l'échelle du Plateau, et je trouvais étrange qu'il soit d'apparence abandonné. Effectivement, sur l'édifice on retrouve cette missive: Il semblerait que nous ayons affaire à un autre propriétaire négligeant, laissant un édifice se dégrader pour ensuite le démolir. D'ailleurs, ce ne serait pas si difficile de transformer cet édifice en belles maisons de ville: Il y a déjà des entrées individuelles, elles pourraient s'étendre sur deux étages, et l'édifice, une fois rénovée, serait très beau et attirant. Mais j'imagine qu'il est plus facile et rentable de tout mettre à terre, faire un édifice médiocre avec un maximum de petits condos sur le terrain, et vendre le tout au prix du Plateau. L'arrondissement semble ne pas laisser le propriétaire faire à sa tête, mais quels sont les recours si la négligence continue? La ville n'intervient que lorsque la construction menace de tuer les passants et qu'il est trop tard.
  18. http://www.ledevoir.com/politique/montreal/466043/de-vieilles-voitures-de-metro-dans-le-ciel-de-montreal De vieilles voitures de métro dans le ciel de Montréal? Une équipe montréalaise propose de construire une passerelle inusitée au-dessus des voies du CP 21 mars 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal La «Passerelle des possibles» mettrait à profit des voitures de métro MR-63. La nouvelle structure aurait l’avantage de relier directement le pôle d’emploi du Mile-End au métro Rosemont. La Société de transport de Montréal (STM) cherche des idées novatrices pour réutiliser les voitures de métro MR-63 qui prendront leur retraite au cours des prochaines années. Un Montréalais travaillant dans le Mile-End, épaulé par une firme d’architectes, propose d’intégrer une dizaine de vieilles voitures dans un projet de passerelle qui enjamberait les voies du Canadien Pacifique (CP) entre Rosemont–La Petite-Patrie et le Plateau-Mont-Royal. Cela fait des mois que Beat Richert travaille sur le projet. Oeuvrant pour l’agence Ressac Media, une entreprise de communication et de créativité numérique dont les bureaux sont situés dans le Mile-End, M. Richert voit dans son projet une solution à l’éternel problème de traversée des voies ferrées du CP. De plus, la passerelle aurait l’avantage de mettre en valeur les voitures de métro, objet du patrimoine montréalais. Selon les plans élaborés en collaboration avec la firme l’OeUF (l’Office de l’éclectisme urbain et fonctionnel), la passerelle relierait le Mile-End, dans le secteur du Champ des possibles, au métro Rosemont, en passant au-dessus de la rue Saint-Denis. Des voitures de métro, sans leurs roues et vidées de leurs éléments intérieurs, seraient déposées sur la partie aérienne de la passerelle, permettant ainsi aux piétons de marcher à l’abri des intempéries. Ce tunnel aérien pourrait devenir un lieu d’exposition pour des artistes, fait valoir Beat Richert. « Le projet s’appelle la “Passerelle des possibles” parce que ça se veut une solution concrète, durable, design et en même temps responsable parce qu’on récupère des voitures de la STM », explique M. Richert. Selon lui, le projet n’a rien de farfelu. Il s’agit d’une « structure d’art fonctionnelle », dit-il : « C’est sûr que c’est un projet d’envergure. Mais on a bon espoir de pouvoir le réaliser, tant au niveau de l’ingénierie et du design, qu’au niveau des coûts. » Conscient que les voitures MR-63 d’acier oxydable n’ont pas été conçues pour résister aux intempéries, M. Richert soutient que le problème peut être résolu en les traitant à la peinture époxy ou en couvrant la structure d’une enveloppe de plastique transparent. Selon les plans imaginés par l’architecte Sudhir Suri, de l’OeUF, et Beat Richert, la structure pourrait s’étendre sur environ 300 mètres, dont 150 mètres dans sa partie aérienne. « Il y a une grande coupure dans la ville causée par une voie ferrée. Il y a une certaine élégance poétique d’enjamber une voie ferrée avec une rame de métro », soutient Sudhir Suri. L’architecte assure que le projet est techniquement réalisable, mais selon lui, une des principales difficultés réside dans le tracé de la passerelle. « Ça va bien du côté du Champ des possibles, mais c’est difficile de l’intégrer dans le secteur du métro Rosemont parce qu’il y a beaucoup de parties prenantes », explique M. Suri. Lorsqu’elle a lancé, la semaine dernière, l’appel de projets pour donner une seconde vie aux MR-63, la STM a insisté sur la nécessité pour les soumissionnaires qui feront des propositions de démontrer leur capacité de réaliser leur projet, techniquement et financièrement, et de prendre en charge tous les frais liés au transport des voitures et à leur transformation. « On demande aux gens de rêver, mais de rêver éveillés avec leur calculatrice », avait dit Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM. Avec l’arrivée du métro Azur, la STM doit se départir des 336 voitures MR-63 qui roulent dans le métro depuis 50 ans. Elle offre ses voitures pour 750 $ ou 1000 $, sans les bogies. Des institutions muséales pourraient en conserver quelques spécimens — le Musée ferroviaire canadien de Saint-Constant compte conserver une voiture —, mais les autres seront démantelées et leurs pièces recyclées, à moins que certaines voitures ne soient réutilisées pour des projets novateurs. Les soumissionnaires ont jusqu’au 1er juin pour présenter leurs projets qui seront étudiés par un comité de sélection. Partenariat avec la Ville ? Construire la Passerelle des possibles coûterait au moins 3 millions, indique Beat Richert, qui mise une campagne de sociofinancement pour réaliser une étude de faisabilité. Quant au projet de passerelle, M. Richert indique avoir engagé des discussions avec des entreprises, dont Ubisoft, pour solliciter leur participation financière. Un partenariat avec la Ville sera nécessaire, croit M. Richert, qui dit avoir déjà discuté du projet avec le responsable des transports au sein de l’administration Coderre, Aref Salem. M. Salem confirme avoir rencontré M. Richert l’an dernier au sujet d’une collaboration pour divers projets, mais il demeure prudent. « Dans le cadre de son appel de projets pour la reconversion des MR-63, la STM analysera ce projet dans son ensemble. […] Nous laisserons le processus d’évaluation suivre son cours », a-t-il indiqué dans un courriel. La Ville est depuis des années à couteaux tirés avec le CP, qui refuse d’autoriser l’aménagement de passages à niveau qui permettraient aux piétons de traverser ses rails. Les citoyens qui se faufilent dans les brèches de la clôture s’exposent à des contraventions pouvant atteindre 146 $. En février 2015, le maire Denis Coderre avait discuté du dossier avec le président du CP, Hunter Harrisson, mais l’impasse demeure. « Il ne se passe pas une semaine sans que les citoyens m’en parlent », commente le conseiller de Projet Montréal Richard Ryan, qui reproche à l’administration Coderre de manquer de leadership dans ce dossier. Beat Richert insiste pour dire que la Passerelle des possibles, si elle se réalise, ne remplacerait pas les passages à niveaux tant souhaités à Montréal, mais qu’elle serait complémentaire. Elle aurait toutefois l’avantage de relier directement le pôle d’emploi du Mile-End au métro Rosemont.
  19. http://journalmetro.com/local/le-plateau-mont-royal/actualites/765233/2-m-pour-prince-arthur-est/ La rue Prince-Arthur Est fera peau neuve, à l’aide d’un investissement de 2M$ pour repenser les aménagements de l’artère. Cet investissement s’inscrit dans le cadre des projets en vue des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. La ville-centre et l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal financeront à part égale ce nouveau projet. La partie concernée se situe entre le boulevard Saint-Laurent et le Carré Saint-Louis, soit la partie piétonnisée, qui a connu des moments difficiles ces dernières années. L’administration locale étudie actuellement les possibilités d’aménagement et assure que les commerçants seront parties prenantes du processus. «Nous allons œuvrer à rendre agréable le fait de déambuler dans la rue. Actuellement, l’artère est très large, ce qui crée un corridor de vent, particulièrement dérangeant en hiver. Il pourrait y avoir l’ajout d’une fontaine, de bancs ou d’art public. Plusieurs modèles sont actuellement étudiés. On veut que Prince-Arthur devienne une longue place publique, un endroit où l’on s’arrête un moment, pour prendre un café, entrer dans les commerces ou simplement flâner», indique la conseillère d’arrondissement de Jeanne-Mance, Christine Gosselin. Un passage de six mètres devra être laissé sur la rue piétonne pour l’accès aux véhicules d’urgence. Le président de l’Association des commerçants de la rue Prince-Arthur, Chris Banister, se fait pour sa part prudent face à cette annonce. «La Ville n’est même pas capable de faire de petites interventions. Il y a un gros trou sur la rue et ça aura pris un an avant qu’on le répare. Nous avons demandé à maintes reprises une chaîne pour que soit respecté le fait que la rue est piétonne et que les vélos ne filent plus à 40 kilomètres à l’heure, sans succès. C’est certain qu’on est tous content du 2 M$, mais après, c’est de voir comment ils vont l’utiliser», affirme M. Banister. sent via Tapatalk
  20. http://ici.radio-canada.ca/regions/Montreal/2016/05/16/002-montreal-acquisition-religieuses-hospitalieres-patrimoine.shtml Société Montréal va acquérir le site des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph Publié aujourd'hui à 10 h 38 | Mis à jour il y a 47 minutes L'Hôtel-Dieu de Montréal (archives) Photo : Radio-Canada La Ville de Montréal va acheter les propriétés appartenant aux Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph dans l'arrondissement Plateau-Mont-Royal. L'ensemble patrimonial, qui s'étend sur 36 605 mètres carrés à l'angle de l'avenue des Pins et de l'avenue du Parc, pourra ainsi être protégé et mis en valeur. L'annonce de cette acquisition a été faite lundi matin par le maire de Montréal Denis Coderre, accompagné pour l'occasion de la supérieure générale de la congrégation religieuse, soeur Marie-Thérèse Laliberté. Les propriétés que la Ville va acquérir comprennent le couvent, le musée, trois chapelles, des jardins et des bâtiments de service. Seule la crypte restera entre les mains de la congrégation. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé parce que des évaluations et des négociations sont toujours en cours, a précisé le maire Coderre. Il sera publiquement dévoilé au moment opportun, a-t-il assuré. Les religieuses seront elles-mêmes relocalisées au pavillon Masson de l'Hôtel-Dieu, qui devrait être rénové et agrandi pour l'occasion. Le maire a aussi indiqué qu'une centaine de logements sociaux seront construits sur une partie des terrains de l'Hôtel-Dieu actuellement utilisés comme stationnement. M. Coderre a expliqué avoir eu des discussions préliminaires à ce sujet avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Les jardins situés sur le terrain deviendront accessibles à la population au terme du processus, a également affirmé M. Coderre. La mise en valeur des bâtiments se fera en fonction de cinq principes précis : la préservation de l'esprit des lieux; le respect des valeurs de la Congrégation et de sa mission spirituelle; la protection et la pérennisation du patrimoine bâti et naturel; la cohérence avec l'histoire du site; l'ouverture sur la collectivité et la réponse à ses besoins. Plus de détails à venir.
  21. Projet presque complété sur le Plateau-Mont-Royal. Titre: Le Généreux Adresse: 4517 Av. Christophe Colomb Usage: Résidentiel, 8 logements Architecte: DZZLNG Architectes Promoteur: Idiphi Particularité: Mixité de typologies très intéressante, incluant des logements de 1 chambre, 2 chambres et 3 chambres. Implantation éclatée en 3 blocs. Pour plus de détails: Condos Généreux Photos prisent sur le chantier (presque terminé) en ce 16 septembre 2017
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value