Search the Community

Showing results for tags 'le-plateau-mont-royal'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 47 results

  1. OPINIONS CHRONIQUE Sylvain Ménard 19/05/2015 Mise à jour : 19 mai 2015 | 1:14 Ajuster la taille du texte Échapper le Plateau Par Sylvain Ménard Métro http://journalmetro.com/opinions/sylvain-menard/779308/echapper-le-plateau/ J’ai vu deux Plateau en fin de semaine. Celui de dimanche, baigné de soleil, où les promeneurs sortaient littéralement par toutes les craques du trottoir. L’autre, celui de samedi, tout sombre et triste au centimètre cube. Sur Laurier, le temps était long, et le vide déprimant. Vous connaissez l’histoire : la mise en place du système de vignettes pour le stationnement des résidants est un coup dur à encaisser pour les marchands du coin. Un autre… Déjà qu’on avait l’impression de jouer aux serpents et échelles pour se rendre dans le quartier en bagnole, désormais, il est virtuellement impossible de se garer le temps de faire ses emplettes. Pour plusieurs commerçants, la taloche sera fatale. J’en ai visité plusieurs. Des «de longue date» qui sont inquiets. Des nouveaux qui ont misé leur chemise pour se lancer en affaires et qui sont sur le point de se retrouver tout nus dans le chemin. Ils avaient choisi l’avenue Laurier parce qu’il y avait là, depuis toujours, une sympathique cohabitation entre le commerçant et le résidant. Ça, c’était avant. Aujourd’hui, il y a ce fameux – pour ne pas dire furieux – maire d’arrondissement qui est en train de tout foutre en l’air avec son désir obsessif et maladif de chasser tout ce qui roule hors des limites du territoire dont il se croit l’unique dépositaire. Un idéaliste qui, au nom des résidants du coin, est en train de tuer toute activité commerciale là où, depuis toujours, des travailleurs gagnent leur vie. En voulant artificiellement monter les uns contre les autres (on dit diviser pour mieux régner), cet homme est en train de causer un tort irréparable au Plateau. Quand j’entends son estafette de service Marie Plourde – eille, Marie Plourde, on rit pu… – déclarer que l’opération vignette répond à un besoin parce que 600 stickers ont été vendus en un mois, tout en omettant de dire que les résidants du coin n’ont pas le choix de s’en procurer une s’ils ne veulent pas se faire coller des contraventions au quotidien, il y a de quoi se poser des questions sur l’honnêteté intellectuelle et sur l’honnêteté tout court de ces ayatollahs de l’urbanisme. On attend après quoi pour les empêcher de continuer le massacre? Dans 30 secondes, il sera minuit.
  2. La ville veut mettre Berri à niveau avec la rue Sherbrooke. Modifier la configuration actuelle du viaduc qui est de type autoroutier et qui ne répond plus au besoin du secteur. Éventuellement, cette structure sera retirée et la rue Berri pourra être rehaussée au niveau de la rue Sherbrooke afin de corriger des problématiques de sécurité au niveau des intersections Berri / Ontario et Berri / Chérier. Des analyses en vue de baliser la portée des interventions sont présentement en cours avec la STM en raison de la présence du tunnel du métro situé directement sous l'emprise de la rue Berri. Quant à la portée de la bonification de l'aménagement des rues, elle sera définie avec les partenaires au courant de 2018 afin d'en préciser les coûts et les échéanciers. Entre temps, des travaux de sécurisation de la structure du viaduc, le remplacement de la membrane du tablier et la réfection des murs de soutènement seront effectués en 2018 pour se terminer en 2019 (financés par le Programme de réfection des structures routières - 46000) Pas une bonne nouvelle pour les cyclistes, la côte Berri pourrait devenir plus à pic.
  3. Place Fairmount Un autre projet pour le Mile-End, une place publique sera créée devant l'école Robert-Gravel sur la rue Fairmount, pas loin de Saint-Laurent. Le design semble assez poussé pour un petit projet, avec différentes surfaces pour le sol, etc... Le projet est dans la continuité d'autres corridors verts dans le secteur, il y a de plus en plus des parcours cohérents pour les piétons pour rejoindre le Mile-End à travers le secteur Saint-Viateur Est.
  4. PROJET DE RÉSOLUTION SUR LE PROJET PARTICULIER DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D'OCCUPATION RELATIF AUX IMMEUBLES SITUÉS AU 3880-3894, BOULEVARD SAINT-LAURENT AVIS PUBLIC est, par les présentes, donné aux personnes intéressées: QUE le conseil d’arrondissement a adopté, aux termes de sa résolution CA19 25 0283 du 3 septembre 2019, un projet de résolution sur le projet particulier relatif aux immeubles situés au 3880-3894, boulevard Saint-Laurent; QUE conformément aux dispositions de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (chapitre A-19.1), ce projet de résolution sera soumis à une assemblée publique le mardi 24 septembre 2019, à 18 h, au 201, avenue Laurier Est, rez-de-chaussée, à la salle Plateau; QUE ce projet de résolution vise la démolition des bâtiments au 3880-3894 boulevard Saint-Laurent (anciennement Monuments Berson) et la construction d’un bâtiment mixte de quatre étages et mezzanine; QUE lors de cette assemblée publique, le maire de l’arrondissement, ou tout autre membre du conseil désigné par ce dernier, expliquera ce projet de règlement ainsi que les conséquences de son adoption et entendra les personnes qui désirent s’exprimer à ce sujet. QUE ce projet de résolution est disponible pour consultation au bureau d’accueil situé au 201, avenue Laurier Est, rez-de-chaussée, du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h. Fait à Montréal, le 7 septembre 2019 Le secrétaire d’arrondissement, Claude Groulx http://applicatif.ville.montreal.qc.ca/som-fr/pdf_avis/pdfav27567.pdf
  5. Je n’ai pas trouvé de fil à ce sujet. Les rénos sont bien avancées. Les nouvelles fenêtres sont déjà posées côté rue Laval.
  6. http://www.pelletierdefontenay.com/index/#/hme2-1/ Aout 2017 Proposition finaliste pour un nouvel hotel particulier dans le Mile-end. L'hotel comprenait quarante chambres, un restaurant, un cafe/bar, une galerie d'art, un club privé, une piscine et terrasse au toit. Date : 2017 Client : privé Budget : NA Phase : Concours - finaliste Images : Pelletier de Fontenay
  7. http://journalmetro.com/local/le-plateau-mont-royal/actualites/765233/2-m-pour-prince-arthur-est/ La rue Prince-Arthur Est fera peau neuve, à l’aide d’un investissement de 2M$ pour repenser les aménagements de l’artère. Cet investissement s’inscrit dans le cadre des projets en vue des célébrations du 375e anniversaire de Montréal. La ville-centre et l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal financeront à part égale ce nouveau projet. La partie concernée se situe entre le boulevard Saint-Laurent et le Carré Saint-Louis, soit la partie piétonnisée, qui a connu des moments difficiles ces dernières années. L’administration locale étudie actuellement les possibilités d’aménagement et assure que les commerçants seront parties prenantes du processus. «Nous allons œuvrer à rendre agréable le fait de déambuler dans la rue. Actuellement, l’artère est très large, ce qui crée un corridor de vent, particulièrement dérangeant en hiver. Il pourrait y avoir l’ajout d’une fontaine, de bancs ou d’art public. Plusieurs modèles sont actuellement étudiés. On veut que Prince-Arthur devienne une longue place publique, un endroit où l’on s’arrête un moment, pour prendre un café, entrer dans les commerces ou simplement flâner», indique la conseillère d’arrondissement de Jeanne-Mance, Christine Gosselin. Un passage de six mètres devra être laissé sur la rue piétonne pour l’accès aux véhicules d’urgence. Le président de l’Association des commerçants de la rue Prince-Arthur, Chris Banister, se fait pour sa part prudent face à cette annonce. «La Ville n’est même pas capable de faire de petites interventions. Il y a un gros trou sur la rue et ça aura pris un an avant qu’on le répare. Nous avons demandé à maintes reprises une chaîne pour que soit respecté le fait que la rue est piétonne et que les vélos ne filent plus à 40 kilomètres à l’heure, sans succès. C’est certain qu’on est tous content du 2 M$, mais après, c’est de voir comment ils vont l’utiliser», affirme M. Banister. sent via Tapatalk
  8. Les terrasses Roy Le projet va être présenté le 6 novembres 2019. Cela fait 2 ans qu'il y a un aménagement temporaire, il sera permanent en 2020.
  9. http://www.habitationslaurendeau.com/fr/projets-immobiliers-montreal/plateau54 Un nouveau projet annoncé dans le Mile-End, secteur Saint-Viateur Est. Ce sera le voisin du Mil-N, donc mon voisin, sur Henri-Julien, à côté du monastère des Carmélites. 65 unités, uniquement des 3 1/2 et 4 1/2, de 642 à 1031 pc. La grande façade vitrée est assez unique dans le contexte du Plateau Mont-Royal/Mile-End. J'aime bien aussi la grande utilisation du bois. Je crois que le terrain est en train d'être aménagé pour le bureau des ventes, il y a déjà une petite pancarte sur l'édifice vacant existant. Un projet jusqu'à 5 étages avait déjà été autorisé par l'arrondissement sur ce terrain il y a quelques années, en même temps que le Mil-N. PS: Quartier 54, Plateau 54... Pourquoi 54? Réponse: Plateau 54 parce que le projet est au 5400 Henri-Julien, et Quartier 54 pour une ancienne ligne de tramway passant sur Rosemont. Des rumeurs non-confirmées font aussi un lien avec Studio 54... .
  10. Cure de beauté pour le quartier St-Viateur Est La Ville de Montréal a annoncé mercredi un investissement de 9 millions de dollars pour revitaliser le quartier St-Viateur Est. Cette partie du Plateau Mont-Royal s'est passablement détériorée ces dernières années dans le sillage de la fermeture de plusieurs entreprises manufacturières. Longtemps connu comme le secteur des fabriques de vêtements, le quartier St-Viateur Est a perdu le quart de ses entreprises au cours des sept dernières années. On y trouve aujourd'hui plusieurs immeubles désaffectés. Aménagements projetés du quartier St-Viateur Le plan de revitalisation de la Ville prévoit en premier lieu de prolonger la rue St-Viateur vers l'est pour désenclaver le quartier. On y aménagera ensuite une piste cyclable ainsi qu'une passerelle piétonnière permettant de franchir une voie ferrée qui bloque l'accès à la ligne de métro voisine. On prévoit aussi planter des arbres et enfouir des lignes électriques pour embellir le secteur. Le maire Gérald Tremblay veut rendre ce quartier plus attrayant afin d'y attirer des entreprises de haute technologie comme la firme Ubisoft, qui s'y est installée. Le maire prévoit que la revitalisation du quartier se traduira par des retombées économiques de 250 millions de dollars.
  11. http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2014/10/20141016-043657.html RÉGION - MONTRÉAL Regroupement UTILE Une coopérative de logements étudiants pour 2017 Première publication 16 octobre 2014 à 04h36 Par Anne-Marie Provost | Agence QMI Le regroupement UTILE, qui souhaitait mettre la main sur l'îlot voyageur pour y construire du logement étudiant abordable,achètera d'ici quelques semaines un terrain pour bâtir unecoopérative d'habitation étudiante d'ici 2017. Le projet d'environ 125 places, évalué à 10 millions $, serafinancé à 75 % par un prêt hypothécaire. Le gouvernement du Québec investira de son côté un montant de 2 millions $ non récurrent, à travers un programme pilote de la Société d'habitation du Québec. «Nous sommes en attente d'un montant de 500 000 $ en provenance de la ville de Montréal», a ajouté Laurent Lévesque, coordonnateur général d'UTILE. Pas dans le Quartier latin Le projet de logements locatifs ne sera toutefois pas situé dans le Quartier latin, comme prévu au départ. «Développer du logement abordable est impossible dans ce secteur à cause des prix. Et puis, la population étudiante habite le long des axes de métro en dehors du centre-ville», a-t-il affirmé en invoquant une étude de marché. Cette coopérative, la première du genre à Montréal selon UTILE, se veut également en rupture avec les résidences étudiantes. «Le seul critère d'admission est d'être aux études. Nous sommes ouverts à l'ensemble de la population étudiante des universités, et peut-être même des cégeps, nos logements ne sont pas rattachés à une institution», a indiqué le coordonnateur général. Il n'est pas question d'avoir une subvention au loyer, comme c'est le cas dans les coopératives traditionnelles. Le projet d'UTILE sera financé par les loyers partagés en colocation et les logements offriront de trois à six chambres. Projets à venir Le regroupement considère la nouvelle coopérative comme un projet pilote et souhaite à terme développer un parc de logements étudiants abordables à Montréal, entièrement autofinancé. «Nous sommes conscients du contexte budgétaire au Québec, nous ne voulons pas dépendre du financement public pour la suite», a souligné Laurent Lévesque. UTILE prévoit également annoncer en janvier la création d'une plate-forme web pour accueillir et intégrer les nouveaux étudiants à Montréal. Plusieurs nouveaux arrivants se font notamment offrir des logements au prix plus élevé que le cours normal et le regroupement souhaite créer un guichet unique pour le logement étudiant.
  12. Urbadev, le nouveau propriétaire au rôle foncier en 2019, semble avoir approché le gouvernement pour un changement de zonage pour ce terrain. Le projet y est aussi décrit comme "locatif". L'ancien maire du plateau a dit attendre qu'un projet se concrétise au 5480 Henri-Julien afin de réaliser les parc-allées Alma et Carmel. J'espère que ca ne branlera pas dans le manche pour 5 ans encore, ces parcs sont prévus depuis + de 10 ans.... https://www.lobby.gouv.qc.ca/servicespublic/consultation/AfficherInscriptionsComparaison.aspx?insc1=alO17Q35%2Fm9UXbQmOiBa%2Fg%3D%3D&insc2=Uu3%2B062D4Q7ngA%2BuqWYa5A%3D%3D&type=LC&version=0
  13. https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201909/26/01-5243012-la-fin-des-panneaux-reclames-dans-le-plateau.php?fbclid=IwAR017RzJ_21fEdj_gHG9nLDFIBvAcr38BxNrfda4Mav9LQnyOC1eKrngE7E La fin des panneaux-réclames dans le Plateau PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE Le maire par intérim de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Alex Norris, a accueilli « avec satisfaction », le jugement de la Cour d’appel. La Cour d’appel a donné raison à l’arrondissement du Plateau Mont-Royal dans sa bataille contre les panneaux-réclames, dans une décision partagée. Les annonceurs ont six mois pour les retirer du quartier. Publié le 27 septembre 2019 à 0h00 JANIE GOSSELIN LA PRESSE La décision infirme le jugement de la Cour supérieure du 22 septembre 2016, qui avait déclaré « nul et inconstitutionnel » un règlement d’urbanisme de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal adopté en juillet 2010 qui interdisait, sauf certaines exceptions, les panneaux-réclames sur son territoire. La Ville avait contesté la décision. Les afficheurs commerciaux visés, Astral Media, Outfront Media, Pattison Outdoor Advertising, ainsi que les propriétaires Irwin H. Lande et Glenn J. Feldman avaient aussi porté la cause en appel, mais sur un autre point de la décision : le juge Marc-André Blanchard, de la Cour supérieure, avait rejeté leurs arguments voulant que l’arrondissement ait outrepassé ses pouvoirs. La décision rendue mercredi est partagée : les juges Simon Ruel et François Pelletier ont donné raison à l’arrondissement contre les annonceurs, sur la question constitutionnelle comme sur celle de ses pouvoirs. « Même si le règlement porte atteinte à la liberté d’expression, il est justifié. Le règlement a un objectif urgent et réel, soit celui de prévenir la pollution visuelle », note le juge Ruel. Le juge Mark Schrager, quant à lui, a fait part d’une opinion divergente : il estime que l’arrondissement n’avait pas le pouvoir d’adopter un tel règlement. En outre, le juge de première instance n’a commis aucune faute en déterminant que l’arrondissement portait atteinte de façon injustifiée à la liberté d’expression, écrit-il. Le maire par intérim de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Alex Norris, a accueilli « avec satisfaction », le jugement, estimant qu’il « représente une grande victoire dans la lutte contre la pollution visuelle ». « Le jugement reconnaît clairement que nous poursuivions un objectif public légitime », a ajouté M. Norris dans une communication écrite. « Nous sommes déçus de la décision rendue et nous évaluons actuellement nos options », a écrit une porte-parole de Bell Média, propriétaire d’Astral Media, en réponse à la demande d’entrevue de La Presse. Lorsqu’en 2010 l’ex-maire Luc Ferrandez avait fait adopter le règlement intimant la destruction des 45 panneaux-réclames qui parsemaient alors le paysage de l’arrondissement, il s’était heurté à la résistance de l’industrie publicitaire : celle-ci avait décidé de poursuivre l’administration sur des motifs de liberté d’expression moins d’un an après. Les autres publicitaires concernés par la décision n’ont pas répondu à La Presse.
  14. Un groupe de travail formé de résidents et de représentants d'organismes du Plateau-Mont-Royal dévoile un projet rassembleur autour de la station de métro Mont-Royal. Cette proposition de nouvelle place publique, entourée d’équipements culturels de grande qualité, se veut une réponse : - à l’intention de la STM d’effectuer des travaux importants afin de donner un accès universel aux quais de la station de métro Mont-Royal; - à la détérioration avancée de la place Gérald-Godin. Rappelons que la Maison de la culture et la bibliothèque du Plateau-Mont-Royal, en raison de leur exiguïté et de leur désuétude, doivent impérativement être mises aux normes, comme le réclame la communauté du Plateau depuis plus de 15 ans. La nouvelle place Gérald-Godin serait entièrement dégagée sur ses façades nord et est, de l’édicule du métro jusqu'aux bâtiments patrimoniaux qui le bordent, facilitant ainsi les déplacements pour les personnes à mobilité réduite et la tenue d'évènements de quartier. Autre bénéfice, ce nouvel aménagement augmenterait les vues sans entrave vers des biens culturels de grande importance. De plus, une zone de rencontre s'étendrait autour de la place jusqu'à la rue St-Hubert afin de mettre en valeur, notamment, le sanctuaire du Très-Saint-Sacrement (bâtiment classé historique), lequel donne sur l'avenue du Mont-Royal. Un centre culturel, comprenant une nouvelle bibliothèque, la Maison de la culture et la Maison de la poésie, serait, par ailleurs, érigé dans un nouveau bâtiment sur l'actuel stationnement du Centre de services communautaires du monastère, le long de la rue Berri. Les espaces ainsi libérés (par le déménagement de la bibliothèque et de la maison de la culture) dans le bâtiment St-Basile pourraient accueillir la mairie d’arrondissement. En outre, le marché public emménagerait sous un nouveau toit, de l'autre côté de la station de métro (en bordure de la rue Rivard), et jouxterait le kiosque d'information touristique. Enfin, des aires de détente, de la végétation et du mobilier urbain permettraient d'assurer une plus grande quiétude aux abords des zones résidentielles. À la veille des élections municipales à Montréal, le Groupe de travail demande donc aux candidats aux élections sur le Plateau-Mont-Royal de s'engager fermement sur : 1) la construction d’un nouveau Centre culturel au cœur du Plateau-Mont-Royal; 2) le réaménagement de la place Gérald-Godin; 3) le recours à un tiers neutre tel l'Office de consultation publique de Montréal pour encadrer l’ensemble de la démarche. Le Groupe de travail sur le réaménagement de la place Gérald-Godin est formé de résidents des rues Berri et Rivard, de Plateau Arts et Culture, du Kiosque Mont-Royal, de Resto-Plato, du Centre de services communautaires du monastère, de la Corporation des marchés publics de Montréal et de la Société de développement de l'Avenue du Mont-Royal. Pour plus d’informations : http://plateauartsetculture.wordpress.com
  15. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=7377,94551572&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=78&sc=5 Coordonnées Bistro culturel Espace La Fontaine 3933, avenue du Parc-La Fontaine, Montréal 514 280-2525 Stationnement: Sur les rues avoisinantes. Horaire: Les grands parcs sont ouverts au public de 6 h le matin à minuit et de 7 h jusqu'au coucher du soleil dans les parcs-nature. À l'exception des parcs René-Lévesque et des Rapides qui ferment à 23 h. En dehors de ces heures, il est interdit de se trouver dans un grand parc, y compris dans un stationnement. Toutefois, des permissions spéciales peuvent être accordées lors de la tenue d'événements. Pour s'y rendre En voiture Arriver par la rue Sherbrooke Est, l'avenue Papineau, la rue Rachel ou l'avenue du Parc La Fontaine. En transport en commun Station Mont-Royal - ligne orange Station Sherbrooke - ligne orange Autobus 24 À vélo : Piste cyclable Piste verte au coeur du parc La Fontaine, pistes cyclables sur la rue Rachel et sur la rue Cherrier Superficie 34 hectares Carte de la Parc Lafontaine: http://montreal2.qc.ca/rep_parcs/media/documents/application/pdf_doc_carte_ete_lafontaine_id21.pdf http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=2497,3090586&_dad=portal&_schema=PORTAL Le parc Lafontaine Étang et fontaine du Parc Lafontaine, date inconnue. Centre d'histoire de Montréal. Depuis sa création, le parc Lafontaine est l'un des parcs montréalais les plus populaires. Inauguré en 1874, en pleine époque victorienne, il s'inscrit dans la phase d'aménagement des grands parcs naturels de la ville, comme le parc du Mont-Royal et l'Ile Sainte-Hélène. Ilot de verdure et de loisirs, ce parc est fortement ancré dans l'âme des habitants du plateau Mont-Royal et est devenu un lieu de rassemblement familial et populaire. Le parc Lafontaine est situé sur les terrains de l'ancienne ferme Logan. Cette terre, cédée en 1845 au Gouvernement du Canada, sert alors de site militaire. Les soldats de la garnison britannique y logent et s'y entraînent en pleine nature. À partir de 1874, la ville loue une partie de la ferme Logan pour créer un parc. Les premiers grands travaux d'embellissement et d'aménagement sont entrepris au nouveau parc en 1888. Deux ans plus tard on y déménage les serres du Carré Viger. C'est là que sont produites, jusqu'en 1952, toutes les fleurs qui orneront la ville. En 1900, deux bassins sont creusés au centre du parc. On y rajoute aussi une fontaine illuminée (1929) qui fera l'admiration de tous. Bien que dans les faits, le parc Lafontaine ne soit plus utilisé à des fins militaires depuis 1874, le gouvernement fédéral a conservé jusqu'en 1991 un droit d'utilisation militaire dans la partie est du parc. Étang et chalet du parc Lafontaine, 1925. Collection privée. Occupant une place de plus en plus importante dans le coeur de la population canadienne-française, le parc Logan est rebaptisé La Fontaine en hommage au premier ministre francophone du Canada-Uni. Le « baptême » se fera lors de la parade de la Saint-Jean-Baptiste de 1901. Cette appropriation du parc par les résidents de l'est montréalais va se refléter dans son utilisation comme lieu de rassemblement lors des fêtes populaires et par l'érection de différents monuments: Dollard-des-Ormeaux, Sir-Louis-Hippolyte-Lafontaine, et plus récemment Félix-Leclerc et Charles-de-Gaulle. L'écrivain Michel Tremblay évoque fréquemment cette appartenance du parc à la culture canadienne-française de Montréal dans ses chroniques du Plateau Mont-Royal : « Le parc était immense...mais pour « jouer », selon les critères de Marcel, il fallait entrer dans l'aire de verdure qui longeait la rue Calixa-Lavallée... là où se trouvaient tous les jeux, cette partie du parc Lafontaine qu'on appelait aussi « le parc ». Extrait de La grosse femme d'à côté est enceinte, Éditions Leméac, 1986.
  16. http://ocpm.qc.ca/fr/consultation-publique/voies-dacces-au-parc-mont-royal L'Office de consultation publique de Montréal a été mandaté par le comité exécutif pour assurer la tenue d'une consultation publique visant à évaluer le projet pilote de retrait de la circulation de transit pour les véhicules particuliers sur les voies Camillien-Houde et Remembrance et à imaginer le futur pour ces chemins d’accès au parc du Mont-Royal. Au cours des prochains mois, l’Office mettra en place une démarche participative visant à réfléchir l’avenir et l’aménagement des chemins d’accès au parc du Mont-Royal et évaluer le projet pilote de retrait de la circulation de transit automobile sur les voies Camillien-Houde et Remembrance. Cette démarche proposera des activités variées, en personne et en ligne, et culminera par des séances d’audition des opinions au mois de novembre après la fin du projet pilote. Le sujet vous intéresse ? Inscrivez-vous à notre infolettre pour ne rien manquer de nos nouvelles.
  17. Nom: Platô Hauteur en étages: 3 Emplacement: 4542 St-Denis, Montréal Début de construction: Été 2019 Fin de construction: Janvier 2020 Site internet: http://www.leplato.ca Autres informations: - 12 logements et 2 locaux comm. sur 3 étages + Mezz - Stationnement pour vélos au sous-sol - Terrasse commune sur le toit (680 pi²), BBQ sur le toit - Plafond jusqu’à 16 pieds Aperçu artistique du projet:
  18. Résidences Henri-Julien (4570 Henri-Julien) (Logements communautaires)
  19. Merci à @georgeplamondon10! Autres images : Situation actuelle :
  20. Ajout d'appartement locatifs en haut du Énergie Cardio: Démarches en vue d'amener le Conseil d'arrondissement du Plateau Mont-Royal à accepter l'ajout d'un troisième étage (résidentiel locatifs - apartements) à l'immeuble de vocation mixte : commercial (centre de conditionnement physique) au rez-de-chaussée et résidentiel locatif à l'étage, situé au 4535 Papineau. Malgré que le règlement d'urbansime de l'arrondissement (#01-277) permets 3 étages sur rue, l'immeuble se trouve entre 2 autre immeubles de 2 étages chaque et selon les régles d'insertion applicable dans ce secteur, un troisième étage peut seulment être approuvé que par projet particulier. https://www.lobby.gouv.qc.ca/servicespublic/consultation/AfficherInscription.aspx?NumeroInscription=1rd7Yz8vZNE9Pff4TKiXig%3d%3d#D137570
  21. La nouvelle avait été partagée par Scarlet dans les actualités, mais le contrat est maintenant accordé, et nous avons eu droit à un aperçu du résultat. Emplacement: Terrasse Mercure, entre les rues Fullum et Chapleau (Plateau-Mont-Royal)
  22. La caserne 26, un édifice patrimonial de 1901, recevra 8, 4 M$ d'investissements pour sa réfection, puisqu'elle a des déficits structurels importants depuis un incendie en 1999. Selon un rapport de 2011, l’indice de vétusté de l’immeuble est très important, soit de 95,1 %. Avec un taux aussi élevé, les risques de bris et de perturbation des activités sont importants. http://journalmetro.com/local/le-plateau-mont-royal/actualites/723940/84-m-pour-la-caserne-26-sur-lavenue-du-mont-royal/ À l'angle de l'Avenue du Mont-Royal et de la rue Des Érables, C'est l'ancien hôtel-de-ville du village De Lorimier, annexé à Montréal en 1909.
  23. http://www.ledevoir.com/politique/montreal/466043/de-vieilles-voitures-de-metro-dans-le-ciel-de-montreal De vieilles voitures de métro dans le ciel de Montréal? Une équipe montréalaise propose de construire une passerelle inusitée au-dessus des voies du CP 21 mars 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal La «Passerelle des possibles» mettrait à profit des voitures de métro MR-63. La nouvelle structure aurait l’avantage de relier directement le pôle d’emploi du Mile-End au métro Rosemont. La Société de transport de Montréal (STM) cherche des idées novatrices pour réutiliser les voitures de métro MR-63 qui prendront leur retraite au cours des prochaines années. Un Montréalais travaillant dans le Mile-End, épaulé par une firme d’architectes, propose d’intégrer une dizaine de vieilles voitures dans un projet de passerelle qui enjamberait les voies du Canadien Pacifique (CP) entre Rosemont–La Petite-Patrie et le Plateau-Mont-Royal. Cela fait des mois que Beat Richert travaille sur le projet. Oeuvrant pour l’agence Ressac Media, une entreprise de communication et de créativité numérique dont les bureaux sont situés dans le Mile-End, M. Richert voit dans son projet une solution à l’éternel problème de traversée des voies ferrées du CP. De plus, la passerelle aurait l’avantage de mettre en valeur les voitures de métro, objet du patrimoine montréalais. Selon les plans élaborés en collaboration avec la firme l’OeUF (l’Office de l’éclectisme urbain et fonctionnel), la passerelle relierait le Mile-End, dans le secteur du Champ des possibles, au métro Rosemont, en passant au-dessus de la rue Saint-Denis. Des voitures de métro, sans leurs roues et vidées de leurs éléments intérieurs, seraient déposées sur la partie aérienne de la passerelle, permettant ainsi aux piétons de marcher à l’abri des intempéries. Ce tunnel aérien pourrait devenir un lieu d’exposition pour des artistes, fait valoir Beat Richert. « Le projet s’appelle la “Passerelle des possibles” parce que ça se veut une solution concrète, durable, design et en même temps responsable parce qu’on récupère des voitures de la STM », explique M. Richert. Selon lui, le projet n’a rien de farfelu. Il s’agit d’une « structure d’art fonctionnelle », dit-il : « C’est sûr que c’est un projet d’envergure. Mais on a bon espoir de pouvoir le réaliser, tant au niveau de l’ingénierie et du design, qu’au niveau des coûts. » Conscient que les voitures MR-63 d’acier oxydable n’ont pas été conçues pour résister aux intempéries, M. Richert soutient que le problème peut être résolu en les traitant à la peinture époxy ou en couvrant la structure d’une enveloppe de plastique transparent. Selon les plans imaginés par l’architecte Sudhir Suri, de l’OeUF, et Beat Richert, la structure pourrait s’étendre sur environ 300 mètres, dont 150 mètres dans sa partie aérienne. « Il y a une grande coupure dans la ville causée par une voie ferrée. Il y a une certaine élégance poétique d’enjamber une voie ferrée avec une rame de métro », soutient Sudhir Suri. L’architecte assure que le projet est techniquement réalisable, mais selon lui, une des principales difficultés réside dans le tracé de la passerelle. « Ça va bien du côté du Champ des possibles, mais c’est difficile de l’intégrer dans le secteur du métro Rosemont parce qu’il y a beaucoup de parties prenantes », explique M. Suri. Lorsqu’elle a lancé, la semaine dernière, l’appel de projets pour donner une seconde vie aux MR-63, la STM a insisté sur la nécessité pour les soumissionnaires qui feront des propositions de démontrer leur capacité de réaliser leur projet, techniquement et financièrement, et de prendre en charge tous les frais liés au transport des voitures et à leur transformation. « On demande aux gens de rêver, mais de rêver éveillés avec leur calculatrice », avait dit Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM. Avec l’arrivée du métro Azur, la STM doit se départir des 336 voitures MR-63 qui roulent dans le métro depuis 50 ans. Elle offre ses voitures pour 750 $ ou 1000 $, sans les bogies. Des institutions muséales pourraient en conserver quelques spécimens — le Musée ferroviaire canadien de Saint-Constant compte conserver une voiture —, mais les autres seront démantelées et leurs pièces recyclées, à moins que certaines voitures ne soient réutilisées pour des projets novateurs. Les soumissionnaires ont jusqu’au 1er juin pour présenter leurs projets qui seront étudiés par un comité de sélection. Partenariat avec la Ville ? Construire la Passerelle des possibles coûterait au moins 3 millions, indique Beat Richert, qui mise une campagne de sociofinancement pour réaliser une étude de faisabilité. Quant au projet de passerelle, M. Richert indique avoir engagé des discussions avec des entreprises, dont Ubisoft, pour solliciter leur participation financière. Un partenariat avec la Ville sera nécessaire, croit M. Richert, qui dit avoir déjà discuté du projet avec le responsable des transports au sein de l’administration Coderre, Aref Salem. M. Salem confirme avoir rencontré M. Richert l’an dernier au sujet d’une collaboration pour divers projets, mais il demeure prudent. « Dans le cadre de son appel de projets pour la reconversion des MR-63, la STM analysera ce projet dans son ensemble. […] Nous laisserons le processus d’évaluation suivre son cours », a-t-il indiqué dans un courriel. La Ville est depuis des années à couteaux tirés avec le CP, qui refuse d’autoriser l’aménagement de passages à niveau qui permettraient aux piétons de traverser ses rails. Les citoyens qui se faufilent dans les brèches de la clôture s’exposent à des contraventions pouvant atteindre 146 $. En février 2015, le maire Denis Coderre avait discuté du dossier avec le président du CP, Hunter Harrisson, mais l’impasse demeure. « Il ne se passe pas une semaine sans que les citoyens m’en parlent », commente le conseiller de Projet Montréal Richard Ryan, qui reproche à l’administration Coderre de manquer de leadership dans ce dossier. Beat Richert insiste pour dire que la Passerelle des possibles, si elle se réalise, ne remplacerait pas les passages à niveaux tant souhaités à Montréal, mais qu’elle serait complémentaire. Elle aurait toutefois l’avantage de relier directement le pôle d’emploi du Mile-End au métro Rosemont.