Search the Community

Showing results for tags 'côte-saint-luc'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 9 results

  1. https://journalmetro.com/actualites/montreal/2420973/quatre-elus-penchent-pour-un-tramway-electrique-pres-du-royalmount/ Quatre élus penchent pour un tramway électrique près du Royalmount 13:24 17 février 2020 Par: Henri Ouellette Vézina Métro Photo: Josie Desmarais/MétroDe gauche à droite: Sue Montgomery, Philippe Roy, Lysandre Routhier-Potvin, Ammar Mahimwalla, Francesco Miele et Mitchell Brownstein Les maires de deux villes et de deux arrondissements situés aux abords du boulevard Décarie s’unissent pour réclamer des «solutions de mobilité» dans le secteur Namur–De La Savane, qui comprend notamment le mégaprojet Royalmount et le terrain de l’ancien hippodrome Blue Bonnets. Les élus appuient un modèle de tramway électrique proposé par des étudiants de l’Université McGill. Un comité «mixte» sera créé pour exiger des engagements financiers des gouvernements, mais aussi des promoteurs, en matière de transport collectif. Le maire de Côte Saint-Luc, Mitchell Brownstein, le maire de Ville Mont-Royal, Philippe Roy, le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa et la mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), Sue Montgomery, en feront partie. Le développement du secteur Namur–De La Savane fait l’objet d’une consultation publique à l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM). «Si la mobilité d’un développement quelconque est réduite dans son implantation, c’est un projet avec un handicap», explique à Métro le conseiller de Saint-Laurent, Francesco Miele, en pointant vers le Royalmount. Le fait que le promoteur du Royalmount, Carbonleo, veuille intégrer du résidentiel au projet est certes bienvenue selon lui. Mais des nuances s’imposent. «Le plus gros enjeu, c’est que ce ne soit pas seulement qu’un pôle d’emploi. On sait qu’à peine 17% des travailleurs utilisent du transport en commun. On est satisfaits que le Royalmount évolue, et devienne plus urbain, mais il faut considérer l’achalandage que ça va amener», renchérit M. Miele. Un «tramway électrique» près du Royalmount Leur plaidoyer est appuyé par une proposition des étudiants de l’École d’urbanisme de l’Université McGill. Dans un rapport déposé devant l’OCPM, vendredi, ils plaident pour l’implantation d’un système de tramway «entièrement électrique» et très performant. L’objectif serait de prolonger le boulevard Cavendish vers le sud et vers le nord pour rejoindre autant Saint-Laurent que Côte Saint-Luc. Le système desservirait ainsi l’axe Côte-de-Liesse, l’un des principaux pôles d’emploi dans les environs. «C’est un tramway qui n’a pas de câbles aériens et dont les rails sont beaucoup plus petits qu’un tramway standard, explique à Métro l’une des auteures du rapport intitulé OROBORO, Lysandre Routhier-Potvin. Ce serait beaucoup moins coûteux comme l’intervention se fait en surface. Et ça viendrait attirer une population qui ne prend pas nécessairement l’autobus.» Jusqu’à 600 M$ nécessaires D’après le groupe étudiant, le projet demanderait des investissements d’environ 20M$ par kilomètres. Son coût global serait d’environ 600M$. «On voit l’extension du boulevard Cavendish comme une occasion de remettre enfin le transport collectif au centre du secteur, en y dédiant une ligne pour le tramway.» -Lysandre Routhier-Potvin Ammar Mahimwalla, aussi membre du comité de l’École d’urbanisme de McGill, abonde dans le même sens. «Le futur du tramway est dans l’électrique, et sans rails. Notre modèle est environ 30% moins cher que les technologies existantes» au Québec, avance-t-il. Le duo d’étudiants dit se baser sur des modèles probants qui fonctionnent déjà très bien à travers le globe, dont le tramway «trackless» qui est opéré dans la province de Hunan, en Chine. «On ne sait pas encore s’il serait complètement adapté à l’hiver québécois. Il faudra faire des tests avant de l’implanter», nuance Lysandre Routhier-Potvin. Elle affirme que les difficultés que traverse la Ville d’Ottawa avec son train léger en saison hivernale devra servir de leçons pour Montréal. Un «Saint-Jérôme» à déménager La croissance démographique envisagée aux abords du boulevard Décarie appelle à des actions rapides, d’après le maire de Ville Mont-Royal, Philippe Roy. «D’ici 10 ou 15 ans, ce sont 50 000 personnes supplémentaires qui vont habiter dans nos quatre arrondissements. C’est un Saint-Jérôme qui déménage ici. C’est énorme, d’où l’importance de penser à autre chose que de rajouter des voies routières dès maintenant.» -Philippe Roy Même son de cloche pour la mairesse de CDN-NDG, Sue Montgomery. «Je pense que si on travaille tous ensemble, avec Montréal, Québec et Ottawa, on peut trouver des solutions. Si les promoteurs veulent que leur projet connaisse du succès, ça prend du transport. Sinon, les gens ne viendront pas», martèle-t-elle. Une lettre formelle sera envoyée à tous les paliers de gouvernement et à plusieurs «acteurs-clés» du secteur privé dans les prochains jours, a assuré le maire de Côte Saint-Luc, Mitchell Brownstein. «C’est un moment historique. On a l’occasion de développer en axant sur le transport en commun», conclut-il.
  2. The Rules are the following: You give a point to a city and take a point away from another city. The cities are the 20 most populous suburbs in Greater Montreal (all of which are about 25,000 people or more). Each City starts with 10 points, last city standing wins. One Post per person per day. This is a game, so no politics or rude/inappropriate comments. Keep it clean. (In order from the largest to the smallest city) Laval - 10 Longueuil - 10 Terrebonne - 10 Repentigny - 10 Brossard - 10 Dollard-des-Ormeaux - 10 Blainville - 10 Chateauguay - 10 Saint-Eustache - 10 Boucherville - 10 Mirabel - 10 Mascouche - 10 Cote-Saint-Luc - 10 Pointe-Claire - 10 Boisbriand - 10 Sainte-Julie - 10 Vaudreuil - 10 Sainte-Thérèse - 10 Saint-Bruno-de-Montarville - 10 Saint-Constant - 10
  3. À défaut d'avoir des trottoirs chauffants sur la rue Sainte-Catherine, il y en aura peut-être dans Côte-Saint-Luc. https://globalnews.ca/news/4704758/cote-saint-luc-councillor-heated-sidewalks-way-future/ Côte Saint-Luc city councillor says heated sidewalks are ‘the way to go for the future’ By Kalina Laframboise and Gloria Henriquez Global News As another blast of winter weather hits Montreal, a city councillor in Côte Saint-Luc is proposing authorities reconsider the idea of heated sidewalks. Ruth Kovac says the city will pay up to $600,000 this winter to salt slippery outdoor surfaces such as roads and sidewalks — which is about $100,000 more than the previous year. “It came as a bit of shock,” she said. “And it made me think again because it’s been discussed a number of times that it’s the way to go for the future.” Her proposal comes after the salt provider for Côte Saint-Luc was on strike and a halt in production drove costs up. Aside from the price increase, Kovac argues heated sidewalks should be considered given all the associated costs that come with salt, such as dealing with corroded sewers and using fuel. She also pointed out that cities in Japan, Europe and the United States have moved toward the measure and managed to make it work. “We’re not the first to do this,” she said. “I think we can learn from the others.” While the idea of heated sidewalks is not new, it hasn’t gone over well in Montreal. Former mayor Denis Coderre proposed the measure as part of the facelift for the busy shopping artery of Ste-Catherine Street, but the city’s administration under the leadership of Valérie Plante nixed the proposal. The Plante administration said heated sidewalks were too expensive and that the technology wasn’t there yet to support it. In Côte Saint-Luc, heating rods were tested outside of city council but they didn’t function as well in harsher winter conditions. Kovac, for her part, said she thinks heated sidewalks could be useful for areas outside of schools, hospital and seniors’ residences. She said she will have to prepare a case about costs. In January, she plans to find the best solutions to propose to council. “I mean, it’s not going to happen overnight,” said Kovac. “It’s going to take a few years.”
  4. Un nouveau projet signé Karl Fischer Architect Résidence pour aînés juifs, 126 unités sur 7 étages http://www.renwickdev.com/#!past/c12ks Ce sera construit dans le triangle entre le Centre commercial Côte St-Luc et les voies ferrées Début de construction au printemps 2016, fin de construction au printemps 2017 Détails: http://www.theseniortimes.com/bnai-brith-heeds-the-call-to-shelter-growing-community/
  5. Publié le 24 novembre 2018 à 05h00 | Mis à jour à 05h00 https://www.lapresse.ca/affaires/201811/23/01-5205445-un-projet-immobilier-de-400-millions-pres-de-lhippodrome.php Un projet immobilier de 400 millions près de l'hippodrome Marie-Eve Fournier La Presse Un groupe d'hommes d'affaires québécois vient de mettre la main sur le centre commercial défraîchi Carré Décarie pour la somme de 42 millions. Leur ambition : investir de 300 à 350 millions supplémentaires pour le remplacer par des tours de 14 étages abritant 700 logements, des espaces commerciaux et une tour à vocation médicale. Alexandre Bouhadana Photo tirée du compte LinkedIn Daniel Benchtrit Photo tirée du compte LinkedIn Ce nouveau projet devra toutefois être analysé par les autorités municipales dans le contexte d'une circulation routière déjà très dense dans le secteur. Selon l'acte d'achat daté du 24 octobre, le centre commercial appartenait à la Fondation Azrieli, créée par le milliardaire québécois David J. Azrieli, maintenant décédé. Le nouveau propriétaire est officiellement la Société en commandite centre commercial Carré Décarie, créée expressément pour cette transaction. Celle-ci est détenue par l'entreprise 2bd (ex-Trantor Realty), qui regroupe quatre actionnaires : Daniel Assouline, Daniel Benchtrit, Alexandre Bouhadana et Albert Lévy. L'immeuble de 350 000 pieds carrés est évalué à 28,2 millions, terrain compris. Construit en 1976, il regroupe une trentaine de magasins, dont Dollarama, Winners-HomeSense, Rubino et Proxim. On y retrouve aussi une clinique dentaire, un centre médical, des bureaux de la Société de l'assurance automobile du Québec, un cinéma et un lave-auto, entre autres. Le groupe d'investisseurs ambitionne de réduire la superficie consacrée aux commerces (de 550 000 pieds carrés à 250 000) et d'en améliorer la qualité. De plus, il misera davantage sur les usages médicaux et résidentiels. Transformation globale « Nous pensons détruire le centre tel qu'il est et le reconstruire de A à Z. Nous parlons d'un changement global de l'endroit. On n'est pas très fiers de ce qu'on a acheté, mais on a un très beau terrain et on va en faire quelque chose de très beau », a confié à La Presse Daniel Assouline, l'un des quatre propriétaires de l'endroit. Plus précisément, le quatuor veut construire trois tours comprenant « entre 650 et 750 unités », après en avoir érigé une autre essentiellement à vocation médicale. La clinique, qui loue actuellement 40 000 pieds carrés, doublerait ainsi sa superficie. Certains commerçants demeureront dans le projet. « Winners veut absolument rester et nous voulons absolument les garder, alors on va les accommoder », souligne M. Assouline. Les travaux devraient pouvoir commencer rapidement, soit dans « 12 à 18 mois » selon M. Assouline, étant donné que « nous ne demandons aucun changement de zonage. Tous les projets remplissent les normes telles qu'elles sont aujourd'hui ». À la Ville de Côte-Saint-Luc, le service de l'aménagement urbain affirme toutefois qu'« aucun usage résidentiel n'est prévu à l'intérieur de la zone IN-1 », dans laquelle est situé le Carré Décarie. Criants besoins en transport L'idée même de densifier le quartier est « louable », croit la conseillère municipale Dida Berku, qui est également présidente du comité consultatif d'urbanisme. Mais l'élue estime qu'il faut d'abord trouver des solutions pour réduire la congestion routière « dans le corridor Décarie », où il y a « des milliers de logements en construction en ce moment », dont le Westbury. À son avis, la situation actuelle est déjà catastrophique, et on prévoit en plus construire le Royalmount et remplir le terrain de l'hippodrome. « Le corridor est congestionné sept jours sur sept, 24 heures sur 24 ! J'ai réuni les maires de toutes les villes et tous les arrondissements pour discuter de comment faire pour traverser Décarie. C'est rendu un défi majeur. Dès fois ça prend quatre ou cinq lumières avant de pouvoir passer ! « C'est sûr que le projet du Carré Décarie ne pourra pas être réalisé tant qu'on n'aura pas un plan de transport qui permet une mobilité rapide. On est enclavés, traverser ou embarquer sur Décarie est un obstacle majeur, et il n'y a pas de solution en vue. [...] On va être responsables avant de dire oui à des projets majeurs. » Deux autres projets résidentiels Parallèlement à la revitalisation du Carré Décarie, 2bd construira la seconde tour de son projet Équinoxe de « condos locatifs », rue Marc-Chagall, toujours dans Côte-Saint-Luc. Il compte 310 logements. La première pelletée de terre doit se faire dans une semaine. « C'est un produit haut de gamme [...] C'est toujours ce que nous construisons. C'est notre philosophie d'affaires », mentionne M. Assouline, dont les autres tours du genre se trouvent à Laval. L'entreprise prévoit aussi commencer à bâtir 650 logements sur un terrain qui lui appartient à proximité du centre commercial Place Vertu, à l'angle sud-est des rues Cavendish et Thimens. L'arrondissement de Saint-Laurent nous a confirmé que le projet avait été approuvé, mais « le permis n'a pas été octroyé, car il y a encore une problématique technique avec la nappe phréatique ». Selon M. Assouline, les travaux doivent commencer dans un mois. Albert Levy Photo tirée du compte LinkedIn Daniel Assouline Photo tirée du compte LinkedIn Qui sont les investisseurs ? Daniel Assouline est surtout connu dans le domaine informatique. Mais il effectue en parallèle des investissements dans le secteur immobilier depuis 2008 aux États-Unis. Il raconte avoir ainsi profité de la crise. Avec d'autres Québécois, il a acquis des tours de logements à Atlanta et à Detroit. « Ç'a été une belle opération pour nous », note M. Assouline, laissant entendre que l'investissement avait bien profité depuis. Avec ses partenaires Daniel Benchtrit et Alexandre Bouhadana, il a ensuite « monté une structure à Montréal pour supporter des projets » locaux. Et Albert Lévy s'est joint à eux pour le Carré Décarie. Leur entreprise Trantor Realty vient d'être rebaptisée 2bd (un site web sera prochainement lancé). Daniel Assouline Fondateur des entreprises du secteur informatique Upclick, LULU Software et Adware. Il en a cédé le contrôle au printemps dernier à la société française Avanquest (filiale du géant Claranova) pour une somme non dévoilée. Il avait auparavant travaillé pour Dell. Daniel Benchtrit Président de l'entreprise Ove Decors. Fondée en 2004, cette entreprise familiale est spécialisée dans les domaines du bain, de l'éclairage et du mobilier d'extérieur. Sa collection OVE est offerte chez de grands détaillants tels que Costco, Home Depot, Lowe's, Amazon et Wayfair, mentionne son site web. Alexandre Bouhadana Sur son profil LinkedIn, l'homme d'affaires se présente comme « Senior VP Finance, Real Estate Executive ». Sur le site de Trantor Realty (2bd), il est désigné comme « associé directeur ». M. Bouhadana a auparavant travaillé pour la société immobilière SIDEV pendant plus de 18 ans, notamment comme vice-président aux finances. Albert Levy Cofondateur avec son frère Jimmy de la chaîne de magasins Clair de Lune, qui vendait surtout des bougies à ses débuts en 1996. La gamme s'est depuis élargie pour inclure des articles de décoration. Le détaillant compte 60 points de vente selon son site web, un peu partout au Canada, ainsi qu'à Hawaii. - Avec la collaboration d'André Dubuc, La Presse «Les nouveaux propriétaires du centre commercial Carré Décarie souhaitent le démolir pour construire entre autres des tours abritant 700 logements.» Projet Carré Décarie [6900 Décarie] Entre 350 et 400 millions de dollars 3 tours totalisant 650-700 logements 1 tour « médicale » + locaux pour bureaux Centre commercial de 250 000 pieds carrés Équinoxe Marc Chagall 95 millions de dollars 315 logements au total sur 14 étages La phase 1 est terminée. La phase 2 est imminente. Cavendish & Thimens 200 millions de dollars 4 immeubles au total (3 de 14 étages et 1 de 8 étages) 650 logements
  6. nightmare http://www.groupegeyser.com/nouvelles/groupe-kehilla-montreal-i/ Renseignements sur l'objet des activités de lobbyisme Domaine(s) d'intérêt Santé Autres : Hébergement et soins de longue durée Objet L'attribution d'un permis, d'une licence, d'un certificat ou d'une autre autorisation Précisions Représentations afin d’obtenir l’autorisation du ministre de la Santé et des Services sociaux en vertu de l’article 260 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (RLRQ, chapitre S 4.2) afin qu’elle puisse octroyer une servitude à titre gratuit sur une parcelle d’un immeuble dont elle est propriétaire connu et désigné comme étant le lot UN MILLION CINQUANTE-TROIS MILLE CINQ CENT CINQUANTE-NEUF (1 053 559) à Les Résidences Caldwell (« Caldwell ») à laquelle servitude interviendra Le Groupe Kehilla Montréal I (« GKMI ») afin de permettre à GKMI de réaliser un projet de logements sociaux sur une partie d'un immeuble connu et désigné comme étant le lot UN MILLION CINQUANTE-TROIS MILLE SIX CENT TRENTE-SIX (1 053 636) du Cadastre du Québec, circonscription foncière de Montréal, et étant situé sur l'avenue Caldwell entre le chemin Mackle et le chemin Kildare. Caldwell et GKMI sont deux organismes constitués en vertu de la Partie 3 de la Loi sur les compagnies (RLRQ, c. C-38) Période couverte : 2017-10-02 au 2018-03-31
  7. Nom: Centre intergénérationnel et aquatique de Côte-Saint-Luc Hauteur: ? étages/?? mètres Coût du projet: 17 357 821,00$ Promoteur: Gouvernements du Québec, du Canada et Ville de Côte-Saint-Luc Architecte: Emplacement: 5794 avenue Parkhaven (Côte-Saint-Luc) Début de construction: septembre 2010 Fin de construction: octobre 2011