Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'anjou'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Urban photography
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • Quebec City and the rest of the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 15 results

  1. Galeries d’Anjou: projet de 2,5 milliards autour du futur terminus de la ligne bleue PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE Cadillac Fairview, l’un des copropriétaires des Galeries d’Anjou, veut créer un véritable centre-ville pour l’Est autour du futur terminus de la ligne bleue. Pour donner un second souffle aux Galeries d’Anjou, Cadillac Fairview, l’un des copropriétaires, veut créer un véritable centre-ville pour l’Est autour du futur terminus de la ligne bleue. Coût de ce vaste projet résidentiel et commercial : 2,5 milliards. Publié le 24 août 2020 à 5h00 https://www.lapresse.ca/actualites/2020-08-24/galeries-d-anjou-projet-de-2-5-milliards-autour-du-futur-terminus-de-la-ligne-bleue.php Nathaëlle Morissette La Presse L’endroit, avec 1 million de pieds carrés d’espaces de bureaux, 5000 logements, de nouveaux commerces de proximité, un parc linéaire, auquel s’intégrerait une station de métro et d’autobus, deviendra le « pôle de la renaissance de l’Est », a soutenu Brian Salpeter, vice-président principal au développement, Est du Canada, pour Cadillac Fairview, au cours d’une rencontre avec La Presse. L’idée mise sur la table par Cadillac Fairview, aussi propriétaire d’autres centres commerciaux comme le Carrefour Laval et les Promenades St-Bruno, est en quelque sorte une riposte au projet de la Société de transport de Montréal (STM). Dans le cadre du prolongement de la ligne bleue vers l’est, celle-ci a émis un avis pour exproprier plus du quart de la superficie des terrains – 1,2 million de pieds carrés sur un total de 4 millions – appartenant aux Galeries d’Anjou, également propriété d’Ivanhoé Cambridge, le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement. PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE Plan d’aménagement du futur terminus de la ligne bleue aux Galeries d’Anjou Si le centre commercial comme tel n’est pas touché par ces avis, une bonne partie de son stationnement et d’autres édifices situés autour abritant notamment les restaurants McDonald’s, Les 3 brasseurs, L’Académie et Wendy’s deviendraient propriété de la Société de transport pour la construction du terminus d’autobus. La STM veut également aménager un stationnement incitatif de 1200 places en surface, ce à quoi s’opposent les promoteurs de ce nouveau projet. « On veut éviter que la station à Anjou ne devienne le point où les gens de la banlieue arrivent en voiture, stationnent, prennent le métro et s’en vont ailleurs », illustre Danielle Lavoie, vice-présidente principale et directrice du portefeuille, Est du Canada, de Cadillac Fairview. On veut que les gens viennent à Anjou et on veut vraiment créer un milieu de vie. [On veut] éviter que les gens aient à aller au centre-ville pour avoir ce type d’environnement. — Danielle Lavoie, vice-présidente principale et directrice du portefeuille, Est du Canada, de Cadillac Fairview Les instigateurs de ce nouveau centre-ville soutiennent que leur plan ne peut être comparé avec le Royalmount, vaste projet immobilier et commercial au carrefour des autoroutes 15 et 40, dont la réalisation fait craindre des problèmes de congestion routière. « La différence, c’est que nous, ça fait 50 ans qu’on existe, souligne Mme Lavoie. On est là, on est bien implantés. Les gens ont déjà leurs habitudes. C’est déjà le centre chouchou de toute la communauté de l’est de Montréal. C’est déjà une grande différence. La vision qu’on prône avec l’arrivée du métro, c’est justement pour éviter de créer un trop grand achalandage automobile. » PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE Brian Salpeter, vice-président principal au développement, Est du Canada, de Cadillac Fairview, et Danielle Lavoie, vice-présidente principale et directrice du portefeuille, Est du Canada, de Cadillac Fairview Rappelons que Cadillac Fairview est le promoteur qui a transformé le voisinage du Centre Bell au centre-ville avec son projet Quad Windsor, un investissement de 2 milliards sur 15 ans. La société a érigé à cet endroit les Tours des Canadiens 1-2-3 et la Tour Deloitte. À quand la première phase ? Questionnés à propos d’un possible échéancier, Brian Salpeter et Danielle Lavoie admettaient avoir bien du mal à savoir à quel moment aurait lieu la première pelletée de terre. Ils affirment qu’en raison des avis d’expropriation, qu’ils ont contestés, ils ont pour le moment les mains liées. « C’est difficile pour nous de planifier et de nous commettre d’une quelconque façon parce qu’on a cette épée de Damoclès là qui pend au-dessus de notre tête avec l’expropriation », admet Mme Lavoie. Nous avons fait part de notre vision avec la STM. La STM continue avec son plan qu’elle a proposé. Elle n’est pas prête à intégrer les suggestions que nous avons apportées. — Brian Salpeter, vice-président principal au développement, Est du Canada, pour Cadillac Fairview Dans l’éventualité où le métro ne se rendrait pas jusqu’à Anjou, ou que le prolongement de la ligne bleue ne se concrétiserait pas avant 20 ans, vont-ils mettre une croix sur le projet ? « On peut créer l’écosystème, on peut créer le centre-ville, on peut créer un milieu de vie sans le métro », répond M. Salpeter. « On est très favorables à l’extension de la ligne bleue, s’est-il empressé d’ajouter quelques secondes plus tard. On espère être capables d’intégrer le prolongement de la ligne bleue dans notre projet. » Il n’a toutefois pas été en mesure de dire si les travaux pourraient commencer avant l’arrivée du métro. De son côté, la STM affirme que des rencontres ont déjà eu lieu avec Cadillac Fairview. « La STM est à l’écoute des besoins exprimés et est ouverte à trouver des solutions aux préoccupations et enjeux soulevés, le tout sujet au respect des paramètres clés du projet qui ont été définis et entérinés en collaboration avec le ministère des Transports du Québec, la Société québécoise des infrastructures, l’Autorité régionale de transport métropolitain, la Ville de Montréal et la STM », a déclaré Philippe Déry, conseiller corporatif aux affaires publiques, dans un courriel envoyé à La Presse. Il a par ailleurs tenu à préciser que le « 1,2 million de pieds carrés [de terrain exproprié] représente la somme des emprises permanentes [occupation permanente du site] et temporaires, pour la durée du chantier. L’emprise permanente seulement est de 671 000 pieds carrés ». « Comme le dossier fait l’objet d’une contestation judiciaire, nous ne commenterons pas davantage. » Des appuis De son côté, le maire de l’arrondissement d’Anjou, Luis Miranda, appuie le projet de Cadillac Fairview. « C’est un projet qui intègre bien le redéveloppement des Galeries d’Anjou », a-t-il affirmé lorsque La Presse l’a contacté. Selon lui, les propositions de la STM vont à l’encontre du développement de son arrondissement. « On fait un terminus d’autobus, on fait un stationnement incitatif, alors qu’il ne faut plus amener d’automobiles sur l’île de Montréal. » Par ailleurs, si la STM va de l’avant avec son plan, la viabilité et l’avenir des Galeries d’Anjou seront menacés, prévient-on du côté de Cadillac Fairview. « L’expropriation prévue par la STM va empêcher le développement sur le site et va avoir des impacts irréparables sur les Galeries d’Anjou elles-mêmes [comme] des fermetures de magasins, des pertes d’emplois », mentionne Brian Salpeter. Le projet en bref 5000 logements (copropriétés, logements abordables, résidences pour personnes âgées) Hôtels Un million de pieds carrés de bureaux Des espaces verts Un parc linéaire
  2. http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201408/28/01-4795307-petition-a-anjou-pour-defusionner-de-montreal.php Publié le 28 août 2014 à 10h51 | Mis à jour à 10h51 Pétition à Anjou pour défusionner de Montréal Le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, lancera une pétition la semaine prochaine pour demander au gouvernement québécois de se séparer de Montréal, réveillant le spectre des défusions. Luis Miranda ne digère toujours pas la révision du budget des arrondissements annoncée cet été par l'administration Coderre. Même si Anjou ressort gagnant de l'exercice, obtenant plus d'argent, le maire estime que c'est insuffisant. La grogne est telle à Anjou que Luis Miranda est convaincu de pouvoir récolter 25 000 signatures alors que l'arrondissement compte seulement 30 000 électeurs. Il entend déposer celle-ci à l'Assemblée nationale pour forcer le gouvernement à tenir un référendum sur une défusion. «En 2001, il n'y avait rien dans la loi pour fusionner. En 2004, il n'y avait rien pour les défusions. Et aujourd'hui, il n'y a rien pour nous enlever le pouvoir de demander à partir», lance Luis Miranda. Cette sortie survient alors que l'arrondissement est à préparer son budget 2015. Le maire indique qu'il doit faire face à une augmentation d'un million de ses dépenses alors que Montréal lui enverra seulement 180 000$ de plus qu'en 2014. «C'est certain qu'on parle de réductions de services», déplore-t-il. Ces compressions, qui ont par le passé mené à la fermeture de patinoires et de chalets de services dans les parcs, alimentent la grogne, poursuit Luis Miranda. «Ce n'est pas vrai qu'on peut augmenter les taxes en réduisant les services», dénonce-t-il. Selon lui, les Angevins payaient un total de 66 millions en taxes au moment des fusions. Ce montant est aujourd'hui de 104 millions. Plus de détails à venir...
  3. Taigameapk.mobi Tổng hợp game vÃ* ứng dụng Android, game online, game offline cho Ä‘iện thoại, Tải game APK hay nhất cho Ä‘iện thoại Android Tải liên kết Google Drive vÃ* mega Game vÃ* ứng dụng cáº*p nháº*t liên tục má»—i ngÃ*y - Taigameapk.mobi game offline cho Ä‘iện thoại
  4. https://joerullier.com/wp-content/uploads/BROCHURE_St-Zotique_FR.pdf pportunité stratégique rare d’acquérir un projet de développement résidentiel pré-approuvé par la ville à Anjou, à l’intersection de la rue Saint-Zotique et du boulevard des Galeries d’Anjou. Il s’agit d’un site exceptionnel pour un développement d’appartements locatifs puisque l’offre dans le secteur est limitée. De plus, ce projet n’est pas assujetti à la nouvelle réglementation 20-20-20 de la ville de Montréal et les plans sont approuvés, payés et prêts pour débuter les travaux. Cette opportunité unique se situe au sein d’un secteur résidentiel mature, à deux pas du centre commercial des Galeries d’Anjou et directement en face de la future station de métro Anjou sur la ligne bleue. Superficie du site : ± 55 968 pi2 Zonage : H505: Multi-résidentiel Hauteur maximale : 20 étages
  5. Sur boulevard des Galeries d'Anjou entre l'actuel restaurant Madison et McDonald, un nouveau restaurant Les trois brasseurs sera construit sous peu. Il y a actuellement des pancartes qui annonce la venue du restaurant prochainement. Pour plus de précision sur sa localisation, le restaurant sera situé à deux pas du centre commercial les Galeries d'Anjou et il sera situé devant le Rona l’Entrepôt.
  6. 2 cc à partir de 236 900 $ moins 23 690 $ (crédit d'achat 10%) = 213 210 $ (taxes incluses) 3 cc à partir de 276 500 $ moins 27 650 $ (crédit d'achat 10%) = 248 850 $ (taxes incluses) Style de vie incomparable La vie @ Faubourg Un milieu de vie paisible. La circulation automobile est minimisée au profit des espaces verts et des allées piétonnières. Des normes architecturales assurent un cadre esthétique harmonieux, une cohérence dans la diversité. Le futur parc Contrecoeur, avec espaces pour le sport et le jeu et sentiers avec piste cyclable reliée à celle du parc linéaire Jean-Desprez, ne se trouvera qu’à quelques pas de chez vous dès son inauguration à l’automne 2013. La construction d’un chalet y débutera d’ailleurs à compter de ce printemps. Les divers espaces et activités sauront plaire aux familles et aux personnes de tous âges. On y retrouvera entre autres un petit terrain de soccer, un terrain de basketball, un mur d’escalade, des tables de ping-pong et une pente pour la glissade en hiver. Non loin, les parcs Thomas-Chapais et Promenade Bellerive de même que les Îles-de-Boucherville vous attendent. « Laisser ses enfants jouer au hockey dans les allées ou se rendre au parc à vélo sans s'inquiéter… c'est inestimable. » La vie @ Montréal La vie urbaine à son meilleur... Les commerces de la rue Sherbrooke, les Galeries d'Anjou et la Place Versailles offrent tout ce qu'il faut à proximité. Mais c’est toute la ville qui s’offre à vous via les grands axes tout près ! L'autoroute 40 croise, non loin, la 25 vers le pont-tunnel. La rue Sherbrooke mènent directement au centre-ville et le circuit d’autobus se rend à la station de métro Honoré-Beaugrand en moins de 5 minutes. Le couple et la famille @ Faubourg Les condos du Faubourg Contrecoeur sont plus que de simples condos. De style maison urbaine sur deux, trois ou quatre niveaux, ils offrent espace, lumière, intimité et confort. Les niveaux supérieurs des unités de 3 et de 4 étages propose une plus grande flexibilité quant à leur utilisation en offrant un espace polyvalent supplémentaire pouvant servir, au gré de vos besoins, de bureau, de chambre, de salle de cinéma, d’atelier de travail, d’espace de jeu ou de rangement. Les chambres des unités sur plusieurs niveaux sont disposées de façon à vous apporter un maximum de confort et d’intimité. SPÉCIFICATIONS* Architecture soignée et de qualité. Bâtiments en bois et en brique. Design contemporain. 96 unités famille : 32 unités de 3 cc sur 3 niveaux. 64 unités de 3 cc+ sur 4 niveaux avec possibilité d'une 4e chambre. 32 unités régulières : 16 unités de 2 cc sur 1 niveau 16 unités de 2 cc sur 2 niveaux 128 places de stationnement : 32 places intérieures et 96 places extérieures (offertes en option). Entrée individuelle pour chacune des unités. Priorité aux familles Durant les 60 premiers jours suivant la mise en vente, les unités famille (unités de 3 cc et 3 cc+) seront réservées aux familles avec enfant(s). Après l'expiration de ce délai, elles seront offertes à tous. Pour être considéré comme telle, une famille doit compter au moins un enfant de moins de 18 ans à la date de la signature du contrat préliminaire, ou devant naître ou être adopté dans les six mois suivant cette date; en outre, l'enfant doit demeurer avec le demandeur au moins 40 % du temps. CHOIX D'HARMONIES* Deux choix d'harmonies disponibles pour les finitions de la cuisine et de la salle de bain, soigneusement présélectionnés par un designer chevronné. FINITION INTÉRIEURE* Généreuse fenestration. Planchers en bois dans la salle à manger, en bois ou en céramique dans la cuisine et en bois ou en tapis dans les chambres (selon le modèle). Superficies variant de 1006 pi2 à 1596 pi2. Salle de bain avec douche et bain séparés ou grand bain avec douche intégrée, selon le modèle. Infrastructure pour recevoir une salle d'eau dans les unités sur quatre niveaux.
  7. La Ville a annoncé aujourd'hui l'agrandissement du parc-nature Bois-d'Anjou qui est voisin au Club de golf Métropolitain Anjou https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1102715/espaces-verts-parcs-nature-anjou-miranda-ferrandez Quant au Bois-d'Anjou, il s'agit d'un parc-nature voisin du Club de golf Métropolitain Anjou, mais où aucun sentier n’a encore été aménagé pour les visiteurs. Le Conseil régional de l’environnement de Montréal souhaite que le Bois-d'Anjou et le terrain de golf soient réunis pour former le Grand Parc de l’Est. La Ville songe entre autres à créer des corridors de verdure avec des terrains de part et d'autre de l'autoroute 40. Le terrain de golf voisin pourrait effectivement être converti en tout ou en partie en parc-nature, selon les documents présentés au comité exécutif. De la résistance à la mairie d'Anjou Le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, qui n’est de toute évidence pas d’accord avec ces projets, regrette de ne pas avoir été consulté. Il s'en est pris en entrevue à Luc Ferrandez, avec une certaine virulence. Certains terrains du secteur ont un taux de contamination trop élevé pour en faire un parc-nature, affirme M. Miranda. Luc Ferrandez, qui est aussi maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, a qualifié de « prématurée » la sortie de Luis Miranda. « Il n’y a rien qui va être fait dans l’est sans consulter l’est, a-t-il assuré. Il y a une chambre de commerce, il y a des acteurs intéressés… On va consulter les gens sur différents scénarios. » Un changement de zonage qui dérange M. Ferrandez a néanmoins reproché à l’arrondissement d’Anjou d’avoir adopté un changement de zonage pour permettre d’établir « une grande surface commerciale avec vente d’essence » sur un espace actuellement vert, soit la partie sud du Club de golf Métropolitain Anjou. « Notre préférence, évidemment, c’est de conserver ce qui est vert », a tout de même insisté Luc Ferrandez. Il a noté que, de toute façon, la Ville doit procéder par étapes et que le règlement adopté mercredi par le comité exécutif « ne détermine pas exactement ce qui va se produire. Ça nous donne le droit d’étudier plusieurs scénarios ». « Alors, ça peut être un scénario où on fait un parc, où on agrandit le parc sur une partie du territoire, sur la totalité du territoire. Ça peut être un droit de passage; on pourrait négocier avec les propriétaires actuels un droit de passage pour faire un corridor vert. Ça pourrait vouloir dire qu’on va faire dans le futur des réserves foncières, du changement de zonage », a-t-il énuméré.
  8. Les entrepreneurs Kurt D. Lynn et Mohamed Hage proposent une petite révolution dans l'industrie montréalaise des légumes. Avec l'aide de Google Earth, ils ont répertorié les plus grands toits plats des bâtiments industriels de Montréal et proposent d'y faire pousser des produits potagers à longueur d'année. À commencer par le toit de cette bâtisse sans nom en périphérie du Marché central qui nourrira 2000 personnes. Ils sont de ces êtres qu'on appelle des entrepreneurs en série. Mohamed Hage et Kurt D. Lynn se sont d'ailleurs rencontrés il y a quatre ans, alors que le plus âgé aidait le plus jeune à mettre une entreprise sur pied. Ce sont des férus de technologies. Ils transposent aujourd'hui leur passion des gadgets au potager avec leur nouveau projet: les Fermes Lufa. L'inspiration? «En fait, on tripe tous les deux sur la nourriture», dit simplement le Montréalais à temps partiel, M. Lynn, qui vit l'autre moitié du temps à Toronto. À force d'en discuter ensemble, ils ont voulu changer leur façon de se nourrir en créant leur propre ferme sans pesticides ni OGM. Mais pas question de faire ça en dehors de la ville. «Plus la nourriture s'éloigne d'où elle a été cultivée, plus elle perd sa saveur et sa valeur nutritive. Et plus elle pollue en raison du transport.» Ça, on l'a dit souvent, d'où la tendance au locavorisme, une alimentation qui s'en tient aux produits locaux. Mais les terres cultivables sont rares sur l'île... Les deux gourmets se sont donc tournés vers les toits des immeubles commerciaux pour élever la première serre commerciale sur un toit d'envergure au Québec, présentement en construction dans le quartier Ahuntsic. «On a fait des recherches et on pense être la première au monde, si on exclut les petits jardins sur des toits qui fournissent des herbes ou certains légumes à quelques restaurants aux États-Unis», dit Kurt D. Lynn. Il y a toutefois déjà quelques jardins collectifs sur les toitures et balcons du Québec et le premier toit vert remonterait aux années 1970 à Montréal, selon le Centre d'écologie urbaine. Le iPod de l'agriculture Avec une équipe d'architectes, d'ingénieurs, de scientifiques et d'agents immobiliers, les deux hommes d'affaires ont prévu tous les détails de cette première serre de 31 000 pieds carrés qui offrira ses récoltes, dès le mois de mars, par la vente de paniers. L'équipe a déjà établi que l'eau de la pluie sera recueillie pour arroser les plants, que les coccinelles remplaceront les pesticides et que la distribution, locale, se fera à partir de points de chute pour éviter des trajets en camions. «C'est ça qu'on veut éviter!» dit M. Lynn en pointant un camion qui sort d'un entrepôt, chargé de légumes, qu'un autre camion est venu y déposer... Au total, la serre d'Ahuntsic pourra nourrir 2000 personnes toute l'année. Mohamed Hage, en bon amateur de technologies, compare les Fermes Lufa au iPod. «Apple a été le premier à mettre ensemble autant de fonctions dans un même objet d'une façon efficace.» Idem pour sa ferme de la rue Antonin-Barbeau, qui réunira la serre, le toit vert, le concept de panier santé et une façon écologique de cultiver. «Ce n'est rien de nouveau, c'est juste une nouvelle combinaison», selon Kurt D. Lynn. Et ce n'est qu'un début: d'autres projets, dont un autre cinq fois plus grand à Montréal, sont prévus dans la province et en Ontario. L'invitation est lancée à tous les Home Dépôt et Costco de ce monde qui voudraient louer cet espace perdu. Une bonne façon pour ces monstres de béton de faire leur part pour la communauté, croient les deux hommes. «Les gens les détestent lorsqu'ils sont construits. Mais si au moins leurs toits pouvaient nourrir 12 000 personnes...» dit Mohamed Hage. Ces bâtisses sont idéales parce que leurs toits sont plats et solides. Car si la culture hydroponique, donc sans terre, en fait une ferme assez légère, tous les toits ne sont tout de même pas admissibles au royaume des légumes en altitude. Les immeubles coiffés d'une ferme gagnent en échange une isolation totale du côté du toit, puisque la serre permet d'éviter toute perte de chaleur. 10 % des toits de Montréal? Les deux entrepreneurs de la pousse écolo ont fait appel à une équipe scientifique multidisciplinaire de l'Université McGill pour choisir les produits qui pousseront sur ce toit d'un immeuble sans nom en périphérie du Marché central. Ils recherchent les variétés les plus nutritives et les plus savoureuses. «Ce n'est pas un projet commun: généralement, c'est le fermier qui décide ce que les gens mangent, selon ce qui se conserve le plus longtemps, dit la phytologue Danielle Donnelly, qui étudie en ce moment les concombres et les tomates. Avec ces deux gars, ce sont les nutritionnistes qui décident!» Le fondateur de Green Roofs for Healthy Cities, une association basée à Toronto qui regroupe l'industrie des toits verts de l'Amérique du Nord, estime qu'environ 10 % des toits des villes canadiennes peuvent accueillir un potager. «À Toronto, ça représente 500 millions de pieds carrés, dit Steven Peck. Ça donne une idée des opportunités. Ce sont des idées encore très nouvelles, émergentes, mais une serre comme ça aura beaucoup de bénéfices sociaux et économiques.» Le président du Centre d'écologie urbaine de Montréal, Owen Rose, se réjouit qu'une entreprise s'installe ainsi sur un toit. «Le privé aussi a son rôle à jouer pour l'environnement. Et c'est un bon moyen de valoriser l'agriculture urbaine.» http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/310328/une-ferme-sur-le-toit-sans-pesticides-ni-ogm
  9. Voici l'autoroute métropolitaine d'ouest en est photographiée du haut des airs aux alentours de 1969 ( date à confirmer ) Enjoy ! Cote-de-Liesse Décarie Rockland L'Acadie St-Laurent Papineau St-Michel Viau Celle la je ne sais pas ?? Anjou
  10. Mise en contexte L’arrondissement d’Anjou, les commerçants et les citoyens travaillent depuis plusieurs années sur la revitalisation de l'avenue de Chaumont. Des études de planification ainsi que diverses séances de travail et d’information avec les parties prenantes ont été réalisées au fil du temps : Se concerter et planifier 2012 - 2013 Consultation des citoyens et des organismes Étude et plan d’action pour la revitalisation de l'avenue de Chaumont 2015 - 2016 Rencontres des commerçants, des propriétaires et des résidents Projet pilote de verdissement et réaménagement de l’espace public (trottoir et stationnement) 2017 Concept et aménagement préliminaire (intégration de terrasses de bois) Réaliser 2018 - 2020 Modification du Plan d’urbanisme et des règlements en cours Consultation publique auprès des commerçants et des citoyens Programme de réfection et d’aménagement de rue, des trottoirs et du mobilier urbain Programme de verdissement Les grandes orientations du projet Aménager de façon distinctive la rue principale de l’avenue de Chaumont tout en préservant ses caractéristiques identitaires Favoriser la revitalisation du cadre bâti et l’insertion harmonieuse des nouvelles constructions Optimiser l’occupation du sol, maintenir une mixité d’usages et compléter l’offre commerciale sur l’avenue de Chaumont Renforcer le verdissement et réduire les îlots de chaleur Développer les réseaux de mobilité active et assurer l’accessibilité universelle Assurer une gestion optimale de la circulation et du stationnement Prochaines étapes Approbation du projet de réfection de rue et des trottoirs Approbation pour l’enfouissement des fils électriques Entrée en vigueur de la modification du Plan d’urbanisme et de la réglementation Adhésion au programme de déminéralisation Réaménagement du boisé Saint-Conrad Appels d’offres de services professionnels et de réalisation des travaux de réfection de la rue et des trottoirs Plan d’amélioration des réseaux cyclables http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/1/89499355.PDF
  11. After all these years I think it's about time this happens. Will be located at 7250 Boul. Des Roseraies, will be located where Best Buy was. The store will be 50 000 sq feet, about the same size of Dix30 and is due to open in the summer. http://journalmetro.com/local/mercier-anjou/actualites/732002/marche-adonis-ouvrira-une-succursale-aux-galeries-danjou/
  12. Le Journal de Montréal 13/09/2007 La société immobilière Cadillac Fairview envisage d’agrandir les Galeries d’Anjou. Et le détaillant Simons est l’un des locataires convoités, selon des renseignements obtenus par le Journal. Le projet d’agrandissement du centre commercial est encore à un stade «embryonnaire», et «rien n’est signé». Néanmoins, la recherche de détaillants intéressés à louer les nouveaux locaux est déjà commencée. Des discussions ont notamment été entreprises avec la chaîne Simons, ont confirmé des sources qui ont requis l’anonymat. Le détaillant de Québec est déjà présent dans deux des quatre Centres à la mode détenus par Cadillac Fairview: le Carrefour Laval et les Promenades St-Bruno. À Laval, une toute nouvelle aile avait été construite en 2002 au coût de 88 M$ pour accueillir Simons (de même que Zara et 78 autres boutiques). L’agrandissement possible des Galeries d’Anjou ne serait toutefois pas d’une telle envergure, selon nos informateurs. Peter Simons, président de la chaîne, n’a pas voulu commenter la nouvelle. À l’heure actuelle, son entreprise possède sept magasins au Québec. √ Après avoir exploité des magasins dans la région de Québec pendant 159 ans (soit depuis 1840), Simons a fait ses premiers pas à Montréal en ouvrant un magasin sur la rue Sainte-Catherine, en 1999.
  13. Mondev (David Owen ) doit être rendu à au moins 11 projets de condos en cours VENTES IMMOBILIÈRES COMMERCIALES Lot vacant 1566422, boul. de Maisonneuve est, Montréal 6727689 Canada inc. (investissement immobilier), 8300 boul. Pie-IX, Montréal, H1Z 4E8; David Owen, prés. Imperial Oil ltd / Compagnie Pétrolière Impériale ltée, 7100 Jean-Talon est, Anjou, H1M 3R8; Richard A. Mirota Jacques Dorais, Montréal 15555707 Montant enr.: 925 000 $ Acquéreur Adresse Vendeur Notaire No d'enr. Bureau enr. Montréal Date 2008-09-04
  14. Les Terrasses Versailles Architectes: ? Fin de la construction:2007 Utilisation: Résidences pour personnes âgées Emplacement: Anjou, Montréal ? mètres - 15 étages Description: - Le projet comporte 450 appartements pour personnes âgées.
  15. Un concessionnaire automobile pour revitaliser un terrain abandonné Par Steve Caron TC Media La petite maison abandonnée et placardée du boulevard Métropolitain, située devant l’hôtel Quality à Anjou, sera vraisemblablement démolie pour faire place à un concessionnaire automobile de cinq étages. Le zonage actuel permet les usages résidentiel et commercial dans la zone visée (C-110), mais ne permet pas les concessionnaires automobiles. Sur le registre des lobbyistes, on apprend que Dany Tremblay, du Groupe BC2, a été mandaté par GPA Motor Trade pour obtenir une modification au règlement de zonage en vigueur auprès de l’arrondissement, en vue d’autoriser la construction d’un concessionnaire automobile de cinq étages, dans le respect du Plan d’urbanisme de la Ville. Les démarches semblent avoir porté leurs fruits puisque le 3 novembre, les élus angevins déposeront un avis de motion et adopteront le premier projet de règlement à cet effet. Si tout se déroule comme prévu, à la séance du 1er décembre, il y aura la tenue d’une assemblée publique de consultation et l’adoption du second projet de règlement. Par la suite, l’adoption du règlement aura lieu en janvier 2016. Après quoi, l’obtention du certificat de conformité de la Ville signifiera son entrée en vigueur. Sur le registre des entreprises du Québec, on indique que l’actionnaire majoritaire de GPA Motor Trade est Gabriel Azouz, président du Groupe Gabriel. L’investissement du requérant dans ce dossier se chiffrera probablement à plusieurs millions de dollars. Difficile toutefois de connaître avec exactitude l’ampleur de l’investissement. Les documents relatifs à ce dossier ne seront publics qu’à l’adoption du premier projet de règlement. Quant à la petite maison, elle est abandonnée depuis une dizaine d’années et a été, à une certaine époque, un site privilégié par les «squatteurs». «Le bâtiment a perdu plus de la moitié de sa valeur. Un projet commercial revitaliserait le secteur», indique Isabelle Ménard, directrice de l’aménagement du territoire à l’arrondissement d’Anjou. Le Groupe Gabriel compte déjà plusieurs concessionnaires automobiles dans la région montréalaise. Photo : Steve Caron Le terrain bordé par le boulevard Métropolitain, le boulevard des Galeries d'Anjou, la rue de la Pleiade et l'avenue de Neuville accueillera vraisemblablement un concessionnaire automobile de cinq étages du Groupe Gabriel.
×
×
  • Create New...
adblock_message_value
adblock_accept_btn_value