Search the Community

Showing results for tags 'question'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 87 results

  1. La crise financière soulève la question de la responsabilité des pouvoirs publics par rapport aux entreprises financières. Radio-Canada.ca en discute avec Jean Boivin, professeur à HEC Montréal. Pour en lire plus...
  2. Qui a fondé le Canada: Français, Anglais ou autochtones? Le lundi 16 juin 2008 Les Canadiens anglophones et francophones divergent sur l'importance des rôles respectifs de l'Angleterre et de la France dans la fondation du pays, mais pour les Canadiens dont la première langue n'est ni le français ni l'anglais, les vrais fondateurs sont les autochtones. Un sondage commandité par l'Association d'études canadiennes (AEC) éclaire les conceptions différentes des anglophones et des francophones ainsi que des autres Canadiens sur la question de savoir qui a joué le plus grand rôle dans la fondation du Canada, alors que l'on célèbre cette année le 400e anniversaire de la fondation de la ville Québec. Selon l'étude réalisée le mois dernier par l'institut Léger Marketing et publiée lundi par le quotidien Ottawa Citizen, 67% des francophones jugent que le Canada a été fondé par les Français. Mais seulement 36% des anglophones concèdent aux Français un rôle prépondérant. De leur côté, 57% des anglophones attribuent aux Britanniques le rôle principal dans la naissance du Canada, un avis partagé par seulement 34% des francophones. Les allophones, c'est-à-dire les Canadiens dont la première langue n'est ni le français ni l'anglais, estiment qu'ils ont tous les deux tort et jugent à 61% que c'est plutôt aux autochtones, Amérindiens et Inuits, que revient le crédit de la fondation du pays. Ces réponses illustrent «des divergences importantes» sur la question centrale de l'identité nationale, note Jack Jedwab, directeur de l'AEC. Pour certains, la présence dans le pays des populations autochtones est l'élément fondateur. Pour d'autres, la fondation de la Nouvelle-France au début du 17e siècle marque la naissance du pays, alors qu'une troisième catégorie fait remonter l'émergence du Canada à la conquête britannique ou à la création de la confédération en 1867. Le sondage a été réalisé du 21 au 25 mai auprès de 1500 Canadiens de 18 ans et plus, avec une marge d'erreur de 2,9%. http://www.cyberpresse.ca/article/20080616/CPACTUALITES/80616135/1019/CPACTUALITES
  3. Montréal, dans son skyline, possède deux néons que nous pouvons remarquer à des kilomètres à la ronde. Ces néons font partie du paysage de Montréal depuis un bail déjà. La question qui est sur toutes les lèvres, lequel préfèrerez-vous ? Pourquoi ? 1- Farine Fives Roses 2- Molson Brewery
  4. Une usine d’eau potable de trop selon Projet Montréal Alors que la Ville de Montréal a demandé un audit de son plan d’investis*sement en infrastruc*tures de l’eau, Projet Montréal répète qu’au moins une des six usines d’eau potable est de trop. Selon les calculs réalisés par l’élu de Projet Montréal Sylvain Ouellet, la production d’eau a été en moyenne de 1,8 million de m3 par jour entre 2009 et 2013, soit 62% de la capacité maximale de production de la Ville. «Même en prenant la pire journée de canicule sur une période de cinq ans, les usines ont un excédent de capacité de 367 310m3, soit deux fois la capacité totale de production des usines de Lachine et Dorval», évalue M. Ouellet. Ce dernier note en outre que l’usine de Pierrefonds est actuellement en rénovation pour augmenter de 70% sa capacité de production, que des travaux du réservoir Rosemont sont en cours pour augmenter la capacité de stockage de Mont*réal et que le colmatage des fuites dans le réseau d’égouts et d’aqueducs a contribué à réduire les besoins de l’ordre de 19% entre 2001 et 2012. Malgré ce constat, la Ville s’apprête à investir 32,2M$ dans les usines de Dorval et de Lachine, note M. Ouellet, qui a demandé lors du conseil municipal du mois d’avril que la Ville lance une étude sur la question. En 2013, un Montréalais habitant sur l’île consommait 903l d’eau par jour. Cela inclut la consommation d’eau des industries, des commerces et des institutions, ainsi que les fuites. L’élu de Projet Montréal semble avoir été en partie entendu. Durant la réunion du comité exécutif de mardi, l’administration Coderre a indiqué qu’elle octroyait un contrat de 83 700$ à l’Institut national de recherche scientifique (INRS) pour analyser la stratégie de l’eau et le plan d’investissement 2015-2024 qui y est lié. Mais l’audit en question ne se penchera pas sur l’opportunité de fermer une des usines de production d’eau potable. «Ce n’est pas dans nos cartons. La population va continuer d’augmenter. Il n’est pas question à court terme de fermer une usine», répond Chantal Rouleau, l’élue responsable de l’eau à la Ville. L’administration Coderre souhaite plutôt obtenir une analyse neutre des réalisations effectuées. «On a prévu d’investir 4,6G$ sur 10 ans. Faut-il maintenir le rythme ou l’augmenter?» dit Mme Rouleau pour illustrer ses propos. Elle souligne par exemple que l’arrivée de nouvelles techniques telles que le chemisage [un système de gainage qui permet de réparer les conduites sans creuser de tranchées] a permis d’accélérer les travaux et de diminuer les coûts, ce qui change la donne en matière de prévisions. Le rapport final de l’INRS sera déposé à l’automne. http://journalmetro.com/actualites/montreal/802290/une-usine-deau-potable-de-trop-selon-projet-montreal/
  5. Séduit par la Nuit blanche qu'il a vécue samedi dernier, le maire de Montréal, Denis Coderre, se dit prêt à autoriser des projets pilotes «dans certaines artères» où les bars resteraient ouverts jusqu'à 6h du matin. Devant les 10 autres membres de son comité exécutif réunis ce matin, le maire a demandé un débat sur la question, «une consultation, notamment en terme de sécurité, en terme de résidences, sur la question du bruit (...) Ça fait partie de la vie d'une ville, de la vie d'une métropole, mais ça ne doit pas se faire au détriment de qui que ce soit.» Il n'a cependant pas caché son opinion sur la question, qui rejoint celle de «plusieurs commerçants et jeunes entrepreneurs», estime-t-il. «Je pense qu'on est une grande métropole et qu'on devrait se compter comme telle (...) On est prêts à amorcer ce genre de débat-là. À la lumière de ce que j'ai vécu avec le festival Montréal en lumière, je pense qu'on peut le vivre de façon tout à fait décente et correcte, démontrer comme la ville vibre à Montréal.» Le maire Coderre avait déjà évoqué la possibilité, fin février, de permettre aux bars de rester ouverts après trois heures du matin. Il n'a pas encore précisé dans quels secteurs cette prolongation serait autorisée, ni quand cette consultation aurait lieu. Au comité exécutif ce matin, il a fait allusion de façon un peu nébuleuse à certaines rues plus problématiques, comme Saint-Laurent, où, «quand tout le monde sort en même temps, ça crée une certaine situation de toute façon sécuritaire». http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201403/05/01-4744843-bars-ouverts-jusqua-6h-coderre-veut-des-projets-pilotes.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1
  6. Bonjour à vous! J'ai une petite question bien simple pour vous, et j'ignorais où la poser : À quelle distance le mur d'un bâtiment doit-il être du terrain voisin pour que le mur en question puisse avoir des fenêtres? J'ai tenté de trouver la réponse sur le web, mais la réglementation française ou belge est probablement différente... Merci bien! J'espère avoir une réponse!
  7. une question que je me pose ... supposons que la ville connait un nouvel essort important et que la demande pour de l'espace est tres forte ... et qu'un gros promoteur, les poches pleines, debarque et veux construire une haute tour qui serait "tres pres" de la limite de hauteur imposee par la reglementation ... le projet est approuve, les travaux debuttent et voila que par "megarde", la structure deja bien en place, on se rends compte que le tout depasse de 10, 20 ou peut-etre 30 metres la limite ... OUPS.. est-ce qu'il y aurait des amendes ? si le promoteur est assez balaise pour absorber les amendes .. on irait quand meme pas jusqu'a exiger le dementelement de l'edifice deja construit, non ?? :rolleyes:
  8. jesseps

    Mac Question

    Has anyone figured out how to get the dictionary to search in Spanish and French also. I some how can only get it to work in English or Japanese
  9. Malek, je sais que tu va me dire que ce n'est pas grave...mais à un certain moment, il faut se poser la question. Avons nous les moyens de se payer tout ces beaux services?? 130 milliards$ la Dette du Québec + 122 milliards$ notre part de la dette Fédérale = 252 milliards$ pour une population de 7.8 millions. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/michel-girard/200911/04/01-918156-la-question-de-12-milliards.php La question de 12 milliards Publié le 04 novembre 2009 à 06h39 Michel Girard La Presse (Montréal) Douze milliards de dollars... c'est la somme totale des frais d'intérêt (service de la dette) que les Québécois vont payer cette année sur les dettes gouvernementales accumulées au fil des décennies par nos deux gouvernements. Une fois les actifs financiers soustraits, on parle d'une dette nette totale de 251 milliards de dollars. Cela comprend la dette provinciale de 129 milliards et la portion de la dette fédérale qui nous revient, soit 122 milliards. Une telle dette nette d'un quart de trillion équivaut à 85% du produit intérieur brut (PIB) du Québec. Quand même! Selon les données transmises à La Presse Affaires par le service économique de Desjardins, de toutes les provinces, c'est au Québec qu'on écope de la plus lourde dette par tête d'habitant. Combien? Du bébé au vieillard, chaque Québécois supporte présentement une dette gouvernementale de 32 341$ (soit 16 635$ du provincial et 15 706$ du fédéral). C'est près de 19% de plus que l'Ontarien et 52% de plus que le Canadien de la Colombie-Britannique. Pire encore. Les frais d'intérêt sur le service de la dette gouvernementale propre aux Québécois devraient dépasser les 15 milliards d'ici à peine deux ans. Pourquoi? Parce que notre endettement gouvernemental va augmenter sensiblement au cours des prochaines années en raison des lourds déficits budgétaires que la récente crise financière nous fait subir. À preuve, Québec prévoit pour l'année en cours un déficit approchant les 5 milliards et le fédéral, un déficit de l'ordre de 56 milliards. Non seulement les revenus d'impôts et de taxes baissent, mais, en plus, les dépenses gouvernementales augmentent. Pour re... stimuler l'économie, les deux ordres de gouvernement ont été contraints de mettre en place un train de programmes et de mesures d'urgence. Et autre facteur majeur: comme les taux d'intérêt vont augmenter, il en coûtera forcément plus cher aux deux ordres de gouvernement pour financer leurs immenses dettes respectives. Revenons à la question de 12 milliards: est-ce grave de devoir payer une telle facture de frais d'intérêt, laquelle va grossir par surcroît au fil des prochaines années? Le chiffre est tellement gros et abstrait... qu'il est difficile d'en saisir l'importance. Voilà pourquoi il m'apparaît intéressant de voir plus concrètement ce que peut représenter la «valeur» de ces 12 milliards de dollars de frais d'intérêt. Jugez par vous-même! Tiens, cette charge de 12 milliards... ça représente les deux tiers de l'impôt sur le revenu des particuliers (18 milliards) perçu l'an dernier par le gouvernement du Québec Cette somme astronomique équivaut à elle seule à 86% du budget (13,9 milliards) du ministère de l'Éducation, Loisir et Sport. Autre comparaison qui fait image: cette facture de 12 milliards de frais d'intérêt sur notre dette équivaut à la somme des dépenses gouvernementales annuelles des ministères suivants: Emploi et solidarité sociale (4,2 milliards); Famille et aînés (1, 9 milliard); Développement économique innovation et exportation (833 millions); Transports (2,3 milliards); Culture, communications, condition féminine (659 millions); Affaires municipales et régions (1,8 milliard); Agriculture, Pêcheries, Alimentation (711 millions). Ces 12 milliards de frais d'intérêt dépassent deux fois la somme totale des revenus de tarification que le gouvernement du Québec tire de l'assurance médicaments, de l'assurance parentale, des droits et permis de conduire et immatriculation des véhicules, de l'assurance automobile (SAAQ), des droits de scolarité universitaire, des services de garde d'enfants, des contributions des adultes hébergés dans le réseau de la santé et des services de police fournis par la Sûreté du Québec . Restons dans les revenus. Un coût d'intérêt de 12 milliards, ça équivaut à 2,4 fois la somme totale des revenus que le gouvernement du Québec a tirés l'an dernier de ses principales vaches à lait... de sociétés d'État: Société des alcools du Québec (797 millions), Loto-Québec (1,3 milliard) et Hydro-Québec (2,8 milliards). Autre comparaison: c'est presque deux fois et demie les baisses d'impôt (5 milliards) consenties par le gouvernement Charest depuis 2003! La population étant vieillissante, comment nos jeunes vont-ils réussir à se sortir de l'endettement gouvernemental dans lequel nous les avons plongés?
  10. After having a terrible time trying to find a good apartment Downtown that is not taken by someone in person immediately after I inquire about it, I am considering renting in Verdun, near De L'Eglise metro. Judging by street view, Wellington street is a smaller (and probably cleaner) version of Mont-Royal avenue. I basically have three questions: Are there any 24-hour coffee shops around? Is it as safe as, say, Downtown? How is commuting from there? Feel free to answer any other question that I didn't ask. Thanks a lot!
  11. Je me suis fait dire par quelqu'un qui travail avec le béton que dès que l'on dépasse le 8 étages, on tombe dans une autre catégorie et les coûts de construction "explosent". Est-ce que la même tangente s'applique pour passer de 28 étages à 29 étages et + ? Je pose la question, car ça pourrait expliquer le chiffre magique de 28 étages.
  12. Petite question corporative pour vous ce matin. Depuis environ 2 ans il y a cette compagnie Française qui est de plus en plus présente à Montréal. Veolia à plusieurs entités, Veolia Environnement et maintenant, dans le port de Montréal il y a au moins une douzaine de locomotive de Veolia Transport. Leur site web est assez complet et très instructif, si les corporations c'est votre genre de truc. Mais quelqu'un sait-il comment ils sont arrivé? ont-ils achetés des compagnies d'ici? Je n'ai rien trouvé sur leur arrivé.