Search the Community

Showing results for tags 'griffintown'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Real estate projects
    • Proposals
    • Going up
    • Completed
    • Mass Transit
    • Infrastructures
    • Cultural, entertainment and sport projects
    • Cancelled projects
  • General topics
    • City planning and architecture
    • Economy discussions
    • Technology, video games and gadgets
    • Urban tech
    • General discussions
    • Entertainment, food and culture
    • Current events
    • Off Topic
  • MTLYUL Aviation
    • General discussion
    • Spotting at YUL
  • Here and abroad
    • City of Québec
    • Around the province of Québec.
    • Toronto and the rest of Canada
    • USA
    • Europe
    • Projects elsewhere in the world
  • Photography and videos
    • Urban photography
    • Other pictures
    • Old pictures

Calendars

There are no results to display.

There are no results to display.

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Biography


Location


Interests


Occupation


Type of dwelling

Found 115 results

  1. Nom: Centre de données de Montréal Hauteur en étages: Hauteur en mètres: Coût du projet: Promoteur: Fonds immobilier de solidarité FTQ, Urbacon, DTZ Architecte: Lemay Entrepreneur général: Emplacement: 544 rue de l'Inspecteur Début de construction: 2015 Fin de construction: Site internet: Lien webcam: Autres informations: l'immeuble sera certifié LEED, l'immeuble actuel sera préservé et intégré photos historiques de l'immeuble de la Williams Wilson Limited : http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/large.php?accessnumber=VIEW-19598&zoomify=true&Lang=1&imageID=157827 http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/large.php?accessnumber=VIEW-19604&zoomify=true&Lang=1&imageID=157830 http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/large.php?accessnumber=VIEW-18314&zoomify=true&Lang=1&imageID=157536 http://www.mccord-museum.qc.ca/scripts/large.php?accessnumber=VIEW-18316&zoomify=true&Lang=1&imageID=157538 Rumeurs: Aperçu artistique du projet: Maquette: Autres images: Vidéo promotionnelle:
  2. Nom : YOO Montréal Hauteur en étages : 20 Hauteur en mètres : Coût du projet : Emplacement : 1130 rue Ottawa, au coin de Young Nombre d'unités : 91 Grandeur des unités : 750 à 5000 pi² Prix : de 350 000 $ (750 pi²) à 1 million (1750 pi²), environ 2 millions pour un demi-étage (3000 pi²) et environ 6 millions pour l'appartement-terrasse qui occupe un étage complet Promoteur : YOO (John Hitchcox) / Constructions Chapam (Maxime Lachance) Architecte : Phillipe Starck / YOO Studio (Marcel Wanders, Kelly Hoppen, Steve Leung, Mark Davison et Jade Jagger) Entrepreneur général : Lancement du projet : Juin 2014 Début de construction: Hiver 2015 Livraison : Fin 2016 Site internet : www.yoomontreal.com / www.yoo.com Facebook : www.facebook.com/yoomontreal
  3. Aux amis du Horse Palace et de Griffintown: ce fameux film-documentaire dont on entend parler depuis longtemps sera à l'affiche du Cinéma Excentris rue Saint-Laurent à compter de vendredi le 15 mars 2013. Vous trouverez plus d'informations sur le lien suivant: http://lehorsepalace-film.com/ Yvon L'Aîné
  4. Bonjour, Je suis une nouvelle entrepreneure et je réfléchis à ouvrir un café équitable à Griffintown. Est-ce quelque chose qui vous intéresse? Viendrais-vous prendre un café le matin/soir et weekend? Avez-vous des suggestions à me donner? Merci,
  5. Urbanisme - « À un promoteur prêt à investir qui promet 33 millions en taxes, on dit oui » Le Devoir Catherine Lalonde Édition du samedi 02 et du dimanche 03 mai 2009 Mots clés : Odile Hénault, Acfas, Urbanisme, Université, Congrès, Montréal Il faut craindre un Griffintown à la Devimco En design urbain, si Montréal se félicite du Quartier international, la formule n'est cependant pas automatiquement reprise. Odile Hénault, de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), revient d'ailleurs sur le projet de développement destiné à Griffintown qu'a déposé Devimco. Architecte de formation, autrefois présidente de l'Ordre des architectes du Québec, Odile Hénault a vécu à Barcelone, Bogotà, Manille et Washington. Elle a travaillé en design et en architecture et vient d'être nommée directrice du Centre artistique EST-NORD-EST, à Saint-Jean-Port-Joli. Sa communication au congrès de l'ACFAS est une analyse de ce qu'elle appelle «le gâchis de Griffintown». «La petite histoire de Griffintown est tellement désolante», déplore Mme Hénault en entrevue téléphonique. Rappelons que le promoteur Devimco a proposé à la Ville de Montréal un projet qui prévoyait l'aménagement de 17 îlots urbains sur 12 hectares, tout près du Vieux-Montréal. Hôtels, salle de spectacle, tours d'habitation, stationnements, le tout autour d'un centre commercial, qui tous devaient être construits grâce à un investissement de Devimco s'élevant à 1,3 milliard de dollars. La Ville de Montréal a évalué les futurs revenus fonciers à 30 millions par année. Une offre alléchante. «Montréal est tellement serré [financièrement], explique Mme Hénault, que, à un promoteur prêt à investir qui nous promet 33 millions en taxes, on dit oui.» Mais, selon elle, c'est une pensée à courte vue. «Le Vieux-Montréal est un vrai bijou, mais il est encadré d'un côté par Griffintown, qui est un gâchis, et de l'autre côté par la gare Viger. La Ville va étouffer son bijou et finir par perdre les touristes.» Heureuse crise Heureusement, poursuit Mme Hénault, la crise économique a mis un holà au projet. Mais «un Plan particulier d'urbanisme a été adopté en 2008 et permet désormais à des promoteurs individuels de construire en hauteur, de manière totalement anarchique, sur un site qui est une véritable porte d'entrée de Montréal. Là où on permettait huit étages, on en permet aujourd'hui 22. Griffintown n'est pas un projet réfléchi. C'est une idée de promoteur pour faire de l'argent rapidement autour d'un centre commercial. Devimco a fait le Quartier DIX30. Ça s'appelle un porte-folio. Quand on fait le DIX30, c'est qu'on pense comme ça, qu'on va utiliser des architectes médiocres, parce qu'on ne connaît pas autre chose.» Mme Hénault rêve d'un projet réfléchi comme celui de l'Île à Nantes, en France. Sur un site beaucoup plus grand, qui est dans la même situation géographique par rapport à la ville ancienne et au port que Montréal, un plan progressif a été instauré. «Ils ont commencé par une série d'espaces publics extrêmement agréables. Les gens découvrent tout à coup le paysage et se disent: "Mon Dieu, quelle merveille!"» Mme Hénault s'inspire aussi du village olympique de Barcelone. «Dans un plan où il y avait beaucoup de bâtiments à construire, ils ont regardé les gagnants des prix d'architecture au cours des cinq dernières années. Ici, au Québec, on a le Prix d'excellence de l'Ordre des architectes et la Médaille du gouverneur général.» Car Odile Hénault croit davantage à la perspective des architectes. «J'ai vraiment des doutes sur la capacité des urbanistes au Québec à faire un travail visuel.» Succès québécois Et pourtant, du positif, ici, il y en a. «Ce que j'ai vu de plus marquant, c'est la promenade Samuel-De Champlain à Québec. Pour l'intelligence de l'architecture et pour les gens qui ont protégé la cohérence du projet. Aussi, l'environnement autour de la place Jean-Paul-Riopelle à Montréal. Ce sont les mêmes architectes et urbanistes qui préparent le Quartier des spectacles, à mon avis, ça va être un projet remarquable.» Mais qu'est-ce qui fait qu'un même maire, Gérald Tremblay, entérine un projet aussi allumé que le Quartier des spectacles et, à l'opposé, Griffintown? «C'est terrible à dire, mais le maire ne comprend pas la différence entre une bonne et une mauvaise architecture. Il est obsédé par l'argent à faire avec les revenus des taxes. De temps en temps, il est chanceux, quand il a quelqu'un de solide comme Clément Demers [qui a travaillé sur le Quartier international de Montréal et sur le Quartier des spectacles]. Le maire Tremblay croit que l'architecture est une question de goût. C'est une question de connaissances, d'expérience, de réputation. Kent Nagano a été engagé à l'Orchestre symphonique parce qu'il est reconnu internationalement. Pourquoi on engage de mauvais architectes, qui n'ont jamais eu de prix, alors qu'on ne le ferait pas pour l'orchestre? Les bâtiments demeurent beaucoup plus longtemps. Il y a des critères de sélection qui se définissent par l'histoire et la culture. Ce n'est pas le goût qui entre en ligne de compte.» *** Collaboratrice du Devoir *** - «Le cas du projet Griffintown-Devimco à Montréal», le mardi 12 mai à 10h30. http://www.ledevoir.com/2009/05/02/248473.html (2/5/2009 9H19)
  6. having recently walked through griffintown from downtown towards verdun i found that while the area is filled with many condo projects most of them look they have been there for quite a while and they all seem to be waiting after one another to 'pop' from the ground ... in the meantime the place still looks awfully desolate and abandoned and you have to think that this has an effect on the health of those projects - it's not like the city lacks any plans for griffintown but don't you think they should be more proactive about it and inject some fund in the neighborhood to help spur the growth of all these residential towers instead of waiting for them to actually get built before they do anything ? chicken and the egg kinda situation now it seems but imo the city should be the first to do actually do something and not the private developers .. after all all these years down the road its the city that will still be collecting tax funds if anything gets built - not the initial investors
  7. Un nouveau projet de Construction Quorum. Très peu de détail sur leur site web autre que cette image et le fait que ce sera dans Griffintown. Illustrations fournies par le Groupe Quorum http://www.constructionsquorum.com/9-condos-griffintown-projet-william.html http://www.mongriffintown.com/
  8. ÉTUDE DE DEMANDE DE PERMIS DE DÉMOLITION AVIS PUBLIC est par les présentes donné que des demandes de permis de démolition portant sur la démolition de bâtiments situés sur les lots 1 179 780 (140, rue Ann), 1 179 784 (1000, rue Ottawa) et 1 853 642 (1140-1150, rue Wellington), 2 160 276 (1140-1150, rue Wellington) de la province de Québec ont été déposées à la Direction de l’aménagement urbain et des services aux entreprises. Les bâtiments actuels portent respectivement les numéros civiques suivants : 140, rue Ann et 1000, rue Ottawa 1140-1150, rue Wellington Conformément à la section IV du Règlement régissant la démolition d’immeuble (RCA07 22014), un programme préliminaire de réutilisation du sol dégagé a été déposé à la Direction de l’aménagement urbain et des services aux entreprises. Conformément à l’article 12 dudit règlement, toute personne qui désire s’objecter à l’octroi du permis demandé doit faire connaître par écrit son opposition motivée à madame Caroline Fisette, secrétaire d’arrondissement, 815, rue Bel-Air, 1er étage, Montréal, H4C 2K4, au plus tard, dans les dix jours de la publication du présent avis. Soyez de plus avisé que le Comité d’étude des demandes de permis de démolition tiendra une séance le 29 novembre 2011, à la salle du conseil de la mairie d’arrondissement située au 815, rue Bel-Air comme suit : 18 h 30 : 140, rue Ann et 1000, rue Ottawa 19 h 30 : 1140 – 1150, rue Wellington DONNÉ à Montréal, ce 10 novembre 2011. Caroline Fisette, OMA Secrétaire d’arrondissement Informations : 514 872-1950 http://applicatif.ville.montreal.qc.ca/som-fr/pdf_avis/pdfav12399.pdf 140, rue Ann (?): Streetview 1000, rue Ottawa: Streetview 1140-1150, rue Wellington: Streetview Je suis curieux de savoir ce qui se passe au nord de l'îlot Ann/Ottawa/Wellington/Shannon...
  9. http://blogue.onf.ca/blogue/2015/05/21/montreal-dhier-aujourdhui-films-onf/ Montréal de 1940 à aujourd’hui à travers les films de l’ONF Films Documentaire | 21 mai 2015 par Emilie Nguyen Des années 1940 à aujourd’hui, la ville de Montréal a fait l’objet de nombreux films de l’ONF. En fouillant dans la collection, force est de constater que la cité aux cent clochers a été la muse de plusieurs cinéastes, tels que Jacques Giraldeau, Jacques Leduc, Hubert Aquin, Luc Bourdon et Michel Brault. Chacun à leur manière, ils nous ont donné à voir la ville dans un style cinématographique propre à leur démarche et à leur époque. Objectif-Expo-67-tv-big Image tirée du film Objectif 67 En raison de mon obsession pour l’ordre et la chronologie, j’ai rassemblé quelques-uns de ces titres de manière à pouvoir suivre l’évolution de la ville à travers les décennies. Une occasion de replonger dans le Montréal des années 1940 et d’entreprendre une balade au parc Lafontaine sur une musique bucolique; d’être aux premières loges pour admirer les chars allégoriques du défilé de la Saint-Jean-Baptiste en 1959; de prendre le mini-rail pour revivre en couleur les heures merveilleuses de l’Expo 67; de revisiter le quartier Griffintown et les commerces du boulevard Saint-Laurent dans les années 1970; de contempler Montréal sous toutes ses coutures dans les années 1990, et de terminer le voyage par une flânerie interactive sur le Mont-Royal en compagnie de l’écrivain Dany Laferrière. Bon voyage temporel! 1940 La cité de Notre-Dame (1942) Avec ce documentaire passionnant, redécouvrez la ville de Montréal en 1942…et en couleur! Entrez dans le quotidien fourmillant de la métropole avant les gratte-ciel et les autoroutes. Déambulez parmi ses églises, ses vieux marchés, ses galeries d’art, ses universités, son aéroport, ses gares de triage et son port, guidé par une charmante narration. La Cité de Notre-Dame par Vincent Paquette, Office national du film du Canada Au parc Lafontaine (1947) Dans ce court métrage, voyez comment les Montréalais profitaient des beautés du Parc Lafontaine dans les années 1940. À l’époque où les ours noirs, les renards, les chats sauvages et les oiseaux de proie cohabitaient gaiement; où les enfants s’amusaient sous l’oeil attendri des parents, des amoureux, des promeneurs. On y rencontre des gens de tous les âges, tous les types, tous les genres, car chaque jour le tout Montréal se donne rendez-vous au parc Lafontaine… Au parc Lafontaine par Pierre Petel, Office national du film du Canada 1950 Au bout de ma rue (1958) Filmé par Michel Brault, ce charmant petit film raconte l’histoire d’un gamin vivant dans le centre-sud de Montréal qui profite d’un jour de congé pour prendre la poudre d’escampette. Suivez-le alors qu’il découvre le bord de l’eau, l’horizon élargi du grand fleuve Saint-Laurent et l’activité bouillonnante du port de Montréal, tel qu’il était en 1958. Au bout de ma rue par Louis-Georges Carrier, Office national du film du Canada Jour de juin (1959) Revivez les festivités de la Saint-Jean-Baptiste à Montréal en 1959. Soyez aux premières loges d’une foule de 700 000 à 800 000 personnes pour voir passer les chars allégoriques, les fanfares d’un événement annuel qui rappelle à tout un peuple ses racines profondes. Jour de juin par ONFB, Office national du film du Canada 1960 À Saint-Henri le cinq septembre (1962) Réalisé par Hubert Aquin en 1962, ce grand classique impérissable du cinéma québécois nous fait visiter en 24 heures le quartier populaire de Saint-Henri à travers les images tournées par un collectif des plus grands cinéastes de l’époque. Le film a été inspiré par le roman Bonheur d’occasion de Gabrielle Roy. À Saint-Henri le cinq septembre par Hubert Aquin, Office national du film du Canada Objectif 67 (1967) Évoquant les heures merveilleuses de l’Expo 67, ce film en couleur nous replonge au coeur de cet événement marquant dans la vie des montréalais. Dans sa course, la caméra prend le minirail, visite les îles, la Ronde, la Cité du Havre, envahit les pavillons, les restaurants, suit les clowns et capte la joie de la foule. Objectif : Expo 67 par William Brind, Office national du film du Canada 1970 Griffintown (1972) Le quartier Griffintown n’a pas toujours été le berceau de condominiums argentés et des jeunes gens branchés. Ce court métrage documentaire nous montre le quartier tel qu’il était dans les années 1970, ignoré et dévasté. Une population réduite mais opiniâtre s’acharne à y vivre et à lutter contre la tyrannie de l’industrie qui cherche à les exproprier. Griffintown par Michel Régnier, Office national du film du Canada Une rue de lait et de miel (1973) Tourné dans les années 1970, ce court métrage documentaire rend hommage au boulevard Saint-Laurent, artère principale de Montréal. Une rue qui demeure, pour nombre d’immigrants, l’endroit où s’est amorcée leur vie nouvelle. Dans cet excellent film, le cinéaste revisite la rue et les commerçants qui l’ont accueilli à l’âge de huit ans, lorsqu’il arriva au Canada avec ses parents. Une rue de lait et de miel par Albert Kish, Office national du film du Canada 1980 Albédo (1982) Mélangeant fiction et documentaire, ce long métrage établit un parallèle entre la vie du photographe David Marvin et l’histoire de Griffintown, un quartier de Montréal auquel il a consacré une partie de son œuvre. Albédo par Jacques Leducet par Renée Roy, Office national du film du Canada 1990 Les amoureux de Montréal (1992) Le cinéaste Jacques Giraldeau nous présente Montréal sous toutes ses coutures et dans tous ses replis… Montréal baignée dans toutes ses lumières, été comme hiver, revisitée par un cinéaste amoureux de ses rues, de ses ruelles, de ses quartiers, de ses parcs, de son fleuve, de ses églises, de ses édifices… Visages d’hier et d’aujourd’hui. Une ville disparate, de verre et de béton, façonnée par des architectes qui lui ont donné un corps et… une âme! Les amoureux de Montréal par Jacques Giraldeau, Office national du film du Canada 2000 La mémoire des anges (2008) À la fois documentaire, poème et essai, La mémoire des anges est une expérience unique permettant de revisiter la ville de Montréal des années 1950 et 1960, avec ses grandes figures, ses lieux emblématiques et ses citoyens ordinaires. Pour ce faire, le cinéaste Luc Bourdon a procédé à un assemblage d’archives et d’extraits tirés de 120 films produits par l’ONF. Un tour de force magistral! La mémoire des anges par Luc Bourdon, Office national du film du Canada 2010 Sacrée montagne (2010) Revisitez un des lieux les plus emblématiques de Montréal avec ce documentaire Web qui explore notre relation au sacré à travers le Mont-Royal. Dans cette courte vidéo tirée du projet, l’écrivain Dany Laferrière livre une réflexion sur la place du sacré dans l’histoire et l’imaginaire québécois, revivant pour l’occasion ses premiers pas dans ce Montréal que sa mère, depuis Port-au-Prince, appelait « la ville de Dieu ». Sacrée montagne – La métaphore de Montréal par Hélène de Billyet par Gilbert Duclos, Office national du film du Canada À Saint-Henri, le 26 août (2011) Tourné en 24 heures, À St-Henri, le 26 août rassemble quelques-uns des plus brillants cinéastes documentaires québécois d’aujourd’hui autour de cet ancien quartier ouvrier de Montréal. Dans un style cinéma direct, à l’affût des histoires qui font l’épaisseur d’une journée dans la vie quotidienne du quartier, ce film parcourt des trajectoires qui se côtoient ou se traversent tout en restant opaques les unes aux autres. Réalisé en 2010, ce film est un hommage à l’oeuvre collective d’Hubert Aquin, À Saint-Henri le cinq septembre. Il témoigne de la transformations d’un espace urbain resté profondément enraciné dans son passé industriel vibrant. La musique a été composée par le talentueux Patrick Watson. Le film est maintenant disponible en location. Pour le visionner, cliquez ici. À St-Henri, le 26 août – (Bande-annonce) par Shannon Walsh, Office national du film du Canada D’où je viens (2013) Dans ce superbe documentaire, le cinéaste Claude Demers (Les dames en bleu) revisite le quartier populaire de Verdun où il a grandi pour y interroger le mystère de ses origines. La ville et le fleuve Saint-Laurent constituent la toile de fond de cette ode à la vie et à la beauté du monde. Une œuvre libre et humaine, qui nous montre un visage de Verdun que vous n’avez jamais vu. Pour en savoir plus, lisez notre entretien avec le réalisateur. Le film est maintenant disponible en location. Pour le visionner, cliquez ici. D'où je viens – (Bande-annonce) par Claude Demers, Office national du film du Canada Et vous, quels sont vos films préférés de notre collection sur Montréal? À Saint-Henri le cinq septembre, Au parc Lafontaine, cité, Claude Demers, D'où je viens, Documentaire, film, Griffintown, Histoire, Hubert Aquin, Jacques Giraldeau, Jacques Leduc, La cité de Notre-Dame, La mémoire des anges, Luc Bourdon, Métropole, Michel Brault, mont Royal, Montréal, Saint-Henri, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Laurent, Urbanisme, Ville, ville-marie, webdocumentaire sent via Tapatalk
  10. Voisin au YOO http://www.mauricemartel.com/union/
  11. La seule image que j'ai trouvé, c'est un printscreen de La Presse+ :
  12. Griffintown Horse Palace La plus vieille écurie de Montréal menacée Agence QMI Emmanuel Delacourt 13/12/2011 04h38 MONTRÉAL - L’avenir de la plus ancienne écurie de Montréal est incertain, alors que le terrain a été mis en vente par les propriétaires. Le Griffintown Horse Palace, construit en 1862, est encore aujourd’hui utilisé par les caléchiers du Vieux-Montréal et loge actuellement des chevaux. Cependant, ses jours sont peut-être comptés, car les propriétaires, Leo et Huguette Leonard, veulent profiter de leur retraite. M. Leonard est devenu propriétaire de l’établissement en 1967. Étant lui-même caléchier depuis près de 50 ans, il a récemment décidé de déménager avec sa femme dans une résidence de l’île des Sœurs. Selon leur courtier immobilier, Samuel Ralph, les Leonard tiennent beaucoup à la valeur historique des lieux et malgré le fait qu’ils veulent vendre le Horse Palace, ceux-ci aimeraient bien que les prochains propriétaires conservent sa vocation actuelle. Joyau historique Devant la précarité de l’écurie, un groupe de citoyens a mis sur pied une fondation pour y maintenir l’activité équestre et y offrir des sessions d’équitation thérapeutique. De plus, ceux-ci veulent ouvrir un musée pour « éduquer et sensibiliser le public à l’histoire de Griffintown, l’habitat ouvrier du 19e siècle, et le rôle du cheval urbain ». Matthew Barlow, un historien dont l’expertise porte sur l’histoire de la communauté irlandaise du Sud-ouest de Montréal, siège au conseil de la fondation. « Ce petit lopin de terre a une valeur sociohistorique pour Montréal, mais aussi pour l’ensemble du Canada. On y retrouve le témoignage de ce qu’était la métropole lors de la révolution industrielle », a indiqué M. Barlow. Afin de préserver l’écurie, la fondation veut s’approprier le terrain, mais les deux offres faites aux Leonard n’ont jamais été satisfaisantes, selon M. Ralph. Ce dernier affirme qu’il faudrait que l’endroit soit reconnu comme site historique par la Ville de Montréal ou par la province et qu’une offre d’achat soit faite par le gouvernement pour conserver le Horse Palace tel qu’il est. Selon Véronique Fournier, conseillère de Saint-Henri–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles, le maire du Sud-ouest, Benoît Dorais, a proposé la candidature de l’écurie comme lieu historique à la Ville centre. La Ville de Montréal ne s’est toujours pas prononcée sur ce dossier.
  13. Voici une mise à jour de ce projet : - Description : 17 étages, 135 unités (25% vendues au 21-06-12) - Commerces : 2 premiers étages sont commerciaux : épicerie Métro, pharmacie,... - Localisation : entre Peel et Shannon, au sud d'Ottawa - Promoteur : Devimco - Prix : moy. $390/pi.ca. - Livraison : été 2015 - Pavillon des ventes : 1040 Wellington - Site web : http://www.districtgriffin.com
  14. Solim, le bras immobilier du Fonds FTQ, prend une participation de 10% à 20% dans Griffintown, le projet résidentiel et commercial de Devimco sur l'autoroute Bonaventure. Pour en lire plus...
  15. http://maison.lapresse.ca/habitation/immobilier/201404/04/01-4754498-condos-abordables-pour-familles-audacieuses.php Avis aux familles avant-gardistes prêtes à s'installer dans des quartiers en transformation pour devenir propriétaires de logements abordables, à Montréal. La Société d'habitation et de développement de Montréal (SHDM) prévoit établir deux complexes Accès Condos dans deux secteurs en voie d'être revitalisés: aux Bassins du Nouveau Havre, dans Griffintown, et sur le terrain de l'actuelle cour de voirie Honoré-Beaugrand, dans Mercier-Est. L'organisme paramunicipal n'agira pas seul. Dans les deux cas, il a établi un partenariat avec le groupe de ressources techniques Bâtir son quartier pour mettre en valeur les terrains publics, conformément aux objectifs fixés par les communautés respectives. Les vastes terrains, propriétés de la Société immobilière du Canada (dans Griffintown) et de la Ville de Montréal (dans Mercier-Est), se prêtent à une mixité de fonctions. À des logements abordables et des logements communautaires conçus en grande partie pour les familles s'ajouteront ainsi des espaces non résidentiels. La SHDM ayant acheté à la fin du mois de mars un lot de 47 436 pi2 (4406 m2) dans les Bassins du Nouveau Havre, où une zone d'emploi destinée à l'économie sociale et créative pourra se concrétiser. Dans Mercier-Est, par ailleurs, un marché d'alimentation, attendu avec impatience, est notamment prévu. Sur ce site, 178 condos ou logements locatifs pourront aussi être construits. «Le but est de créer des milieux de vie avec des logements pour tous, indique Édith Cyr, directrice générale de Bâtir son quartier. Les deux projets se réalisent à la suite de la mobilisation des citoyens et sont portés par la communauté.» Une nouvelle façon de faire Pour la SHDM, «c'est le début d'une nouvelle façon de faire, révèle la directrice générale, Johanne Goulet. On travaille avec des organismes du milieu pour trouver des façons inédites de répondre aux besoins.» Dans Griffintown, l'immeuble Accès Condos de 6 à 8 étages renfermera de 60 à 80 logements abordables. Dans Mercier-Est, il en comportera environ 80. Les familles, au coeur des deux projets, auront accès à de spacieux logements répartis sur un ou deux niveaux. L'appel de propositions concernant le lieu situé dans Mercier-Est sera lancé sous peu. Le délai sera plus long dans Griffintown, le temps de finaliser le financement et le développement des volets communautaire et social
  16. Bonjour à tous, Il y a un mois ou deux, j'ai regardé et "étudié" la carte sur les limitations de la hauteur des bâtiments au centre-ville. Cette carte a beau dire qu’elle a été mise à jour en mars 2007, je ne crois pas vraiment qu'elle a été sujet à de gros changements au cours de la dernière décennie. J'ai donc fait une vraie mise à jour de la carte, de façon à respecter la tendance actuelle du développement : 1 - Vers l'est, avec le quartier des spectacles; 2 - Vers le sud, avec Griffintown et l'autoroute Bonaventure transformée. À cette proposition, où la limite de hauteur globale est maintenue (232,5 mètres), une nouvelle catégorie (couleur) a été ajoutée dans la légende : - La rouge foncée, qui limite à 232,5 mètres la hauteur des constructions, mais qui limite aussi les constructions basses, avec une hauteur minimale de 120 mètres. Une construction dans cette zone doit donc être plus basse que 232,5 mètres, mais plus haut que 120 mètres. Une telle catégorie permettrait de s'assurer d'un développement en hauteur dans les zones clés du centre-ville. Comme toujours, si un promoteur veut faire fi de ces règlementations, il devra passer par l'OCPM. Vous en pensez quoi? ------------------------------------------------------------------------- L'autoroute Bonaventure - Est ----------- Avant --------------------- Après ----------- L'autoroute Bonaventure - Ouest ----------- Avant --------------------- Après ----------- Griffintown - Bassin Peel ------------------------- Avant ------------------------------------------------- Après ------------------------- Boulevard René-Lévesque Ouest ------------------------- Avant ------------------------------------------------- Après ------------------------- Centre-Ville - Sud ------------------------- Avant ------------------------------------------------- Après ------------------------- Quartier des Spectacles ------------------------- Avant ------------------------------------------------- Après -------------------------
  17. Après toute les changements du Griffintown ,,,,,il y as t'il des plans pour construire au dessus du EQ3*
  18. Nom: District Griffin sur le parc Hauteur: Coût du projet: 131 000 000,00$ Promoteur: DEVIMCO et Groupe Cholette Architecte: Emplacement: Basin/Séminaire/Ottawa/Rioux Début de construction: hiver 2011 (premier édifice) Fin de construction: Site internet: http://www.districtgriffin.com/accueil/ Version actuelle : Ancienne version (5 x 14 étages) :
  19. Un petit reportage sur la multiplication des galeries d'art contemporain dans Griffintown... http://video.telequebec.tv/video/12713/la-ruee-vers-l-art-dans-griffintown
  20. Carte super intéressante qui fait la répartition des votes quasiment rue par rue. En faisant un zoom, on peut presque dire que le vote était assez "gérérationnel", les secteurs comme Griffintown où il y a bcp + de jeunes professionnels ont voté pour Mélanie Joly http://nicolas.kruchten.com/mtlelection2013bysection/
  21. http://www.newswire.ca/fr/news-releases/avec-15-milliard--de-projets-en-developpement-dans-la-rmr-de-montreal-le-fonds-immobilier-de-solidarite-ftq-contribue-a-revitaliser-des-milieux-de-vie-572912131.html Avec 1.5 milliard $ de projets en développement dans la RMR de Montréal, le Fonds immobilier de solidarité FTQ contribue à revitaliser des milieux de vie MONTRÉAL, 21 mars 2016 /CNW Telbec/ - À l'occasion du Forum stratégique sur les grands projets de Montréal organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le Fonds immobilier de solidarité FTQ est fier de souligner sa participation dans 25 projets immobiliers et chantiers en développement dans la région métropolitaine de Montréal, évalués à plus de 1,5 milliard de dollars. Ces projets sont réalisés en partenariat avec une vingtaine de promoteurs immobiliers chevronnés. Le Fonds immobilier compte également 13 immeubles sous gestion d'une valeur de 422 millions de dollars. « Nous sommes fiers de nous positionner comme un partenaire incontournable dans le cadre des projets immobiliers structurants et prometteurs pour l'avenir de la grande région de Montréal, » souligne Normand Bélanger, président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ. « Nous avons le privilège de faire équipe avec des partenaires de qualité qui partagent notre vision et nos valeurs et, ensemble, nous contribuons à stimuler notre économie locale. Les 25 projets immobiliers en cours de réalisation permettront d'ailleurs de créer quelque 12 000 emplois au cours des prochaines années. » Le Fonds immobilier est très actif partout au Québec et particulièrement dans la région de Montréal, notamment dans le cadre de projets commerciaux et résidentiels offrant une mixité d'usage, incluant des copropriétés et des unités locatives situées à des adresses de prestige et dans des quartiers en pleine effervescence. Il contribue également à la réalisation de projets immobiliers sociaux, communautaires et abordables en y consacrant 59 millions de dollars. Ces projets sont mis en œuvre en collaboration avec des entreprises d'économie sociale. À Laval, le Fonds immobilier s'investit dans plusieurs projets, résidentiel, industriel et commercial dont Espace Montmorency, un pôle urbain en émergence qui donnera accès au métro Montmorency situé à deux pas de la Place Bell. Ce projet, réalisé en partenariat avec Montoni et Claridge fait d'ailleurs l'objet d'une présentation spéciale dans le cadre du Forum stratégique. La Rive-Sud n'est pas en reste avec quatre projets résidentiels de qualité. 25 projets dans la RMR de Montréal d'une valeur de 1,5 milliard $ qui créeront quelque 12 000 emplois Nom du projet Partenaires Tours des Canadiens - Montréal Cadillac Fairview, Canderel, Club de hockey Canadien Tours des Canadiens 2 - Montréal Cadillac Fairview, Canderel, Club de hockey Canadien Centre de données de Montréal - Montréal Urbacon Tour Quartier des spectacles - Montréal Canderel 21e Arrondissement - Vieux-Montréal Prével Lowney sur ville - Griffintown, Montréal Prével Exalto - Griffintown, Montréal Devimco Bassins du Havre - Griffintown, Montréal Prével, Claridge Mùv Condos - Rosemont, Montréal Groupe Altius Sfère phase 1 - Ahuntsic, Montréal Loracon, Struktur Namur - Côte-des-neiges, Montréal Habitations Trigone Espace MV3 - Dorval Gestion PCA, Ipso Facto Espace MV - Le Quatrième - Dorval Gestion PCA, Ipso Facto 175 Metcalfe - Westmount Bâtimo Espace Montmorency - Laval Montoni, Claridge Industria 440 - Laval Cosoltec District Concorde - Laval Habitations Trigone Urbania 2 - Laval Société de développement Urbania Lib Boisbriand - Boisbriand Bâtimo, Construction Voyer Viva-Cité Sainte-Thérèse - Sainte-Thérèse Habitations Trigone Le Monroe - Blainville Cosoltec Saint-Bruno-sur-le-lac - Saint-Bruno-de-Montraville Groupe Lobato Vic&Lambert - Saint-Lambert LSR GesDev, Sotramont Le Meridiem - Longueuil Groupe Capital Alternatif Le Cherbourg - Brossard Prével 59 millions $ consacrés à des projets de logements sociaux, communautaires et abordables générant 2263 logements de qualité Par exemple : Sac à Dos Action-réinsertion Montréal Association des groupes de ressources technique s de Montréal (AGRTQ), Atelier habitation Montréal Spectre de rue Montréal AGRTQ, Atelier habitation Montréal Mon toit, Mon cartier Montréal AGRTQ, Romel Le Domaine - Pointe-aux-Trembles Montréal Bâtir son quartier, Corporation Mainbourg Maison du Pas Sage Laval AGRTQ
  22. De grands changements en vue à l'entrée de Montréal Le mercredi 5 mars 2008 Danielle Bonneau La Presse Le projet Griffintown fait couler beaucoup d'encre. Stratégiquement situé à l'ombre des gratte-ciel de Montréal, tout près du canal de Lachine, il veut redonner vie à un quartier oublié au potentiel énorme. À côté, d'autres projets d'envergure sont aussi en préparation. Chacun à sa façon, ils aspirent à créer des espaces urbains attrayants, que ce soit sur les berges du canal de Lachine, dans le bassin Peel ou dans le Nouveau Havre de Montréal. Avec le réaménagement de l'autoroute Bonaventure aux portes du centre-ville qui se profile à l'horizon, les changements à venir auront un impact considérable sur la ville tout entière. «En déplaçant l'autoroute Bonaventure et en convertissant la partie surélevée en un boulevard urbain, le centre-ville sera doté d'une entrée de prestige», souligne Isabelle Hudon, présidente de la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain et présidente du conseil d'administration de la Société du Havre de Montréal. Elle s'est aussi engagée à faire partie du futur comité de réflexion sur la vocation du pôle culturel, patrimonial et récréotouristique du projet Griffintown, mis sur pied par le promoteur Devimco. La revitalisation du quartier du Havre, qui s'étend du pont Jacques-Cartier au pont Champlain, du fleuve Saint-Laurent jusqu'à la rue Viger, vise un grand objectif: redonner aux citoyens l'accès au fleuve. «Il y a un bris entre le centre-ville et le fleuve, explique Mme Hudon. C'est particulièrement le cas dans le secteur qui englobe la pointe extrême-ouest du Vieux-Port, l'autoroute Bonaventure et la pointe de Griffintown. Le projet de Devimco, auquel je suis favorable avec certaines modifications, sera voisin du futur boulevard Bonaventure, sur lequel on devrait pouvoir rouler en 2010. Tel qu'il continue d'évoluer, le projet Griffintown sera bénéfique pour Montréal, le centre-ville, le Vieux-Montréal et ses berges.» Le terrain sur lequel se trouve l'ancien centre de tri de Postes Canada, juste à l'ouest du projet Griffintown, est appelé lui aussi à être réaménagé. Son propriétaire, la Société immobilière du Canada (SIC), entend revitaliser cet autre secteur de Griffintown, le long du canal de Lachine, et mettre en valeur sa riche histoire industrielle. Il s'agit, pour la société d'État fédérale, du début du réaménagement du Nouveau Havre de Montréal. Avec les cinq autres propriétés qu'elle compte acheter au cours des prochaines années des autorités portuaires et de la Société d'hypothèques et de logement, elle réaménagera des terrains totalisant près de cinq millions de pieds carrés sur les berges du canal de Lachine et autour, dans le secteur du Silo no 5 dans le port de Montréal ainsi que dans la Cité du Havre, à côté d'Habitat 67. Un projet pour le bassin Peel S'annonce aussi un autre projet, sur la pointe du bassin Peel. Le promoteur, Ronald Hakim, projette d'y ériger deux tours jumelles de 60 étages, à proximité de l'autoroute Bonaventure. Celles-ci abriteraient un hôpital privé, un hôtel, des espaces commerciaux et des bureaux. La marina serait aussi réaménagée. La revitalisation de Griffintown est notamment suivie de près par la communauté irlandaise, qui en a été chassée lors de la construction de l'autoroute Bonaventure. Pour plusieurs, qui ont assisté à la démolition de l'église Sainte-Anne, en 1970, la blessure est encore vive. Pour d'autres Montréalais, comme Éric Gauthier, de la firme Les Architectes FABG, le projet Griffintown constitue un test. «Après l'échec du projet du Cirque du Soleil, lié au déménagement du casino dans le bassin Peel, plusieurs se demandent s'il est possible de faire des projets à Montréal», souligne l'architecte, qui a notamment donné une nouvelle vocation à la Biosphère, de même qu'aux hangars du Quai King-Edward, pour en faire le Centre des Sciences de Montréal. «Il y a du défaitisme dans l'air, poursuit-il. Si le projet Griffintown va de l'avant, cela donnera un élan pour faire d'autres projets. D'autres promoteurs auront envie de risquer leur argent et leur notoriété. Devimco a fait des alliances avec divers groupes de pression pour élaborer un projet rentable malgré tout. L'enjeu est important pour Montréal. On voit que le projet se bâtit en équipe, pour le bien public.» Qu'un promoteur lié à la banlieue comme Devimco s'intéresse à un secteur oublié de Montréal et y voie un potentiel est intéressant, souligne Paul Lewis, professeur à l'Institut d'urbanisme de l'Université de Montréal. «Tout n'est pas pour la banlieue, se réjouit-il. De plus, le projet n'est pas pensé uniquement en fonction de la voiture, avec la création de lignes de tramway. Il faudra voir comment le nouveau quartier urbain s'articulera avec tout ce qu'il y a autour, sans nuire aux artères commerciales dans les quartiers limitrophes.»
  23. http://www.lienmultimedia.com/spip.php?article33716 Betaville – Un jeu vidéo pour la planification urbaine 27 novembre 2012, 00h05 Avec tous les débats des dernières années à propos de la nécessité de tenir des consultations publiques en matière d’urbanisme, que ce soit dans le cas de l’échangeur Turcot ou de Griffintown, l’implantation de Betaville ne peut pas tomber mieux. Créé par Carl Skelton du Brooklyn Experimental Media Centre et Martin Koplin du M2C Institute for Media Technology and Culture de Brême, Betaville est un outil 3D de planification urbaine gratuit et en ligne, à l’usage des entreprises de design, des architectes, des promoteurs et de la communauté en général.
  24. Griffintown est vraiment dans un boom de condos, mais aussi de restaurants de qualités! Puisque beaucoup de membres de ce forum vont déménager ou visiter Griffintown, j'ai décidé de commencer une liste de restaurant dans le quartier. Étant ''foody'' moi-même et ayant été à presque tout les restaurants du coin, j'aimerais partager cette liste puisque certains restos sont très peu connus! Voici une liste de restaurants dans Griffintown (et autour) à essayer! Grinder Le Richmond Code Ambiance Le Boucan Shinji Duo D Nora Gray Cafe Griffintown Arem La Gargote des Antiquaires Bonnys Rufus Rockhead Le Bureau Brasseur de Montreal New City Gas Sushi Taxi Grinder) Restos de tartares et de viandes avec importation de vin privé. Décor incroyable et l'ambiance ni manque jamais! Grinder (rue Notre-Dame) Le Richmond) Italien nouveau-genre avec bonne collection de vin. Restaurant caché sur la rue (déserte) Richmond, mais l'intérieur est superbe avec haut plafond. Le Richmond (rue Richmond) Code Ambiance) Cuisine française moderne avec des ingrédients recherchés de la plus haute qualité. Atmosphère très calme. À visiter pour la qualité des plats et non pour l'ambiance. Code Ambiance (rue Notre-Dame) Le Boucan) Petit resto sympa de viandes fumées (poulets et ribs) style smokehouse. Browny au bacon à essayer! Le Boucan (rue Notre-Dame) Shinji) Nouveau restaurant japonais avec un décor et style incroyable. Shinji (rue Notre-Dame) Duo D) Petit bistro français aucunement prétentieux avec des prix très résonables pour la qualité reçue. Duo D (rue Notre-Dame) Nora Gray) Petit restaurant italien de grande qualité. Réservez d'avance!!! Nora Gray (rue Saint-Jaques) Cafe Griffintown) Jolie petit cafe également ouvert pour le brunch. Il y a souvent de la musique ''live'' en soirée. Cafe Griffintown (rue Notre-Dame) Arem) Nouveau restaurant iranien moléculaire. Absolument unique en son genre, mais incroyablement cher! Arem (rue William) La Gargote) Petit restaurant très traditionel français et très tranquille. (rue Notre-Dame) Bonnys) Restaurant végétarien avec goût et abordable. Bonnys (rue Notre-Dame) Rufus Rockhead) Nouveau bar de Jeff Stinco (Simple Plan). Style et atmosphère avec live DJ tous les soirs. Rufus Rockhead (rue Notre-Dame) Le Bureau) Bar de tapas avec atmosphère détendue. Fromage flambé à essayer! Le Bureau (rue Notre-Dame) Brasseurs de Montreal) Bistro de bières artisanales présentement en ''rénovation''. Brasseurs de Montreal (rue William) New City Gas) Bar et club avec pleins d'évènements de grandes envergures! Pour ceux qui aiment la musique électronique! New City Gas (rue Ottawa) Sushi Taxi) Restaurant de sushi parfait pour takeout! Sushi Taxi (rue Notre-Dame)
  25. Bonjour a vous, Suite a la démolition d'un bâtiment au 408/410 Des Seigneurs il y a du pieutage depuis au moins hier sur ce terrain. Pas d'indication du type de bâtiment je vais prendre des photos et essayer d'avoir plus d'infos des que possible. Pas techniquement Griffintown mais pour les gens du coins c'est considérer comme tel. Google Maps