chl94

Member
  • Content Count

    138
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

chl94 last won the day on April 2

chl94 had the most liked content!

Community Reputation

167 Good

About chl94

  • Rank
    Advanced Member

Personal Information

  • Biography
    « We shape our buildings, thereafter they shape us » -Winston Churchill
  • Location
    Montréal QC
  • Interests
    Urbanisme, architecture
  • Occupation
    Étudiant

Recent Profile Visitors

777 profile views
  1. You know the small buildings (DQ, Lafleur, Starbucks etc.) aren't being demolished right? You can see them on the left in that picture.. They build only over the hole left by the demolition of the Spectrum, and the empty lot in the back. calmos
  2. Stephen Bronfman donnera une conférence de presse demain, le 26 juin à 13h. https://www.rds.ca/baseball/mlb/mlb-les-rays-aimeraient-jouer-des-matchs-a-montreal-1.6836505
  3. C’est dommage qu’ils voient pas le potentiel d’un toit rétractable. Investir autant pour un stade qui sera pas utile la moitié de l’année, c’est un peu con.
  4. On le voit déjà sur quelques sections, le changement qui vient avec les travaux en vaut vraiment le coup! Cette artère là avait vraiment besoin d'amour. Faut pas se mentir, juste pour chialer sur les travaux de Montréal. Ça n'a aucunement l'ampleur des travaux sur Sainte-Catherine. Le segment de Saint-Paul qui est touché est vraiment pas si vaste, et l'accès par les trottoires n'est pas perturbée. La saison touristique sera pas dérangé tant que ça et je suis certain que l'impact ressenti par les commerces ne sera pas si grand.
  5. Est-ce qu'on connait la raison?
  6. L'été, quand il va faire 40C, ça va être un blessing que ce soit à l'ombre hahaha
  7. L'ouverture est reporté à septembre. C'est cependant pas clair ce qui a causé le retard de quand même 4 mois. J'imagine qu'il va y avoir une annonce éventuellement à ce sujet.
  8. Publié le 11 avril 2019 à 00h00 | Mis à jour à 00h00 Un gigantesque chantier de la STM se met en branle Le projet de 254 millions, annoncé en 2017 par l'ex-maire Denis Coderre, a été entièrement revu par la STM l'automne dernier à la suite du tollé soulevé par le concept initial. PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE __________________________________________________________________________________________________________________ SUZANNE COLPRON La Presse Les travaux de construction du futur centre de transport Bellechasse de la Société de transport de Montréal (STM) ont commencé, il y a quelques jours, au coeur d'un secteur densément peuplé de Rosemont-La Petite-Patrie. Le chantier qui durera trois ans occupe le quadrilatère formé des rues Bellechasse, Marmier, Saint-Dominique et de l'avenue de Gaspé. On le voit très bien du haut du viaduc Van Horne, qui borde le site au sud : c'est gigantesque. « On veut créer un comité, cogéré par des citoyens, des élus de l'arrondissement et des représentants de la STM, pour suivre les travaux », dit Hélia Tremblay-Demestral, membre du comité citoyen du secteur Bellechasse. Des résidants du secteur redoutent en effet les impacts du chantier : bruit, dynamitage, va-et-vient des camions, circulation des piétons et des cyclistes, réduction des places de stationnement... Mesures d'apaisement L'arrondissement et la STM ont déjà adopté une série de mesures pour tenter de calmer les inquiétudes des résidants, comme la tenue d'assemblées participatives, en février, et la mise sur pied d'un comité de suivi pour tenir les gens informés durant toute la période des travaux, jusqu'au printemps 2022. « Dans un projet de cette ampleur, il y aura toujours des gens inquiets », concède le maire de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau. « Notre travail est de s'assurer qu'il y ait le moins d'impacts négatifs possible. Mais l'arrondissement n'est pas le maître d'oeuvre du chantier. Nous, tout ce qu'on fait, c'est d'octroyer le permis de construction. » Le projet de 254 millions, annoncé en 2017 par l'ex-maire Denis Coderre, a été entièrement revu par la STM l'automne dernier à la suite du tollé soulevé par le concept initial. Les résidants du secteur craignaient que l'imposant bâtiment prévu menace la sécurité des piétons et des cyclistes. Deux pistes cyclables, très achalandées, longent la rue Bellechasse dans ce secteur. Dans sa première version, le centre de transport de la STM occupait une superficie de 400 000 pi2 sur trois étages hors sol. Le nouveau bâtiment, conçu par la firme d'architectes Lemay, est construit en grande partie sous la terre. La partie souterraine comprend trois niveaux percés de puits de lumière : un pour accueillir 300 autobus, un autre pour les infrastructures électriques et un dernier pour les ateliers d'entretien. L'autre partie en forme d'anneau occupe deux étages en surface. La STM prévoit verdir une grande place publique et regrouper l'ensemble des activités du centre à l'intérieur du bâtiment pour minimiser les impacts sur le voisinage. Consultation publique à venir Même si des pelles mécaniques achèvent de démolir un vieux bâtiment en brique, rue Bellechasse, les étapes de ce projet ne sont pas encore toutes franchies, rappelle le maire Croteau. Les nouveaux plans sont à l'étude au comité consultatif d'urbanisme de l'arrondissement, qui soumettra son rapport aux élus du conseil pour approbation. Comme il s'agit d'un programme particulier d'urbanisme (PPU), lequel suppose un changement de zonage, Rosemont-La Petite-Patrie a l'obligation de tenir une consultation publique à une date encore indéterminée. Mais celle-ci ne sera pas soumise à l'approbation référendaire parce qu'il s'agit d'un projet d'intérêt public. « Le conseil d'arrondissement peut apporter des modifications au projet, indique le maire. Mais les citoyens n'ont pas le pouvoir de le bloquer. » En 2022, une fois les travaux terminés, le futur centre de transport Bellechasse va remplacer le vieux garage de la STM situé au 6000, rue Saint-Denis, près de la station de métro Rosemont, entre la rue Bellechasse et le boulevard Rosemont. Ces installations exploitées depuis 60 ans sont aujourd'hui désuètes. La Ville ne cache pas son intention de mettre la main sur les terrains de la STM, rue Saint-Denis, qui ont été pressentis pour accueillir le CHUM au début des années 2000. L'arrondissement s'est d'ailleurs doté d'un droit de préemption sur ces lots, qui lui permet d'égaler une éventuelle offre d'achat acceptée sur les terrains convoités et de les acquérir au même prix. « On veut développer ces terrains, confirme le maire Croteau. Le potentiel est énorme : on pourrait y construire 1200 logements, des commerces, un parc... Ça va complètement changer le quartier. Mais on doit le faire dans le bon ordre, pas trop vite, pour ne pas faire un deuxième Griffintown. On veut consulter les citoyens et faire le projet en respect avec les valeurs du quartier. » Pas avant sept ans La STM, qui prévoit utiliser le futur centre de transport Bellechasse dès 2022, ne compte pas libérer l'installation de la rue Saint-Denis avant janvier 2024. « Il faut attendre que le futur garage soit terminé, puis que les garages actuels soient démolis. Ce ne sera pas avant sept ans, soit dans deux autres mandats, précise François Croteau. Et je ne serai peut-être plus en politique... » Par ailleurs, à la demande des citoyens, l'arrondissement a imposé, le 1er avril, une réserve foncière sur un terrain vague situé en face du futur garage, à l'angle de la rue Bellechasse et de l'avenue Casgrain, pour le transformer en espace vert. « Ça peut prendre un an et demi avant qu'on devienne propriétaire du lot, précise M. Croteau. Mais on veut s'inspirer de l'îlot des Murmures dans Rosemont, sur la 4e Avenue, pour en faire un parc local aménagé par des citoyens. » L'espace a déjà été baptisé « carré Casgrain » par les résidants du coin qui l'occupent l'été. Lien : https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201904/10/01-5221716-un-gigantesque-chantier-de-la-stm-se-met-en-branle.php
  9. Un nouveau levier pour valoriser le territoire agricole québécois MONTRÉAL Publié le 3 avril 2019 CDPQ Infra, filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, l’Union des producteurs agricoles (UPA), la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et la Ville de Brossard ont confirmé aujourd’hui la création d’une fiducie d’utilité sociale agricole (FUSA) grâce à un investissement de près de 3 millions de dollars. Les fiducies d’utilité sociale sont des entités indépendantes mandataires d’un patrimoine à perpétuité. La fiducie favorisera l’implantation de nouvelles entreprises agricoles et l’établissement de la relève en bordure de la future station terminale Rive-Sud du Réseau express métropolitain (REM) à Brossard, assurant ainsi la pérennité, la vitalité et la viabilité des activités agricoles du secteur. La fiducie sera administrée par un conseil des fiduciaires formé de représentants de l’UPA, du REM, de la CMM et de la Ville de Brossard. La création de cette fiducie permettra également le développement éventuel d’un parc agricole métropolitain au pourtour de la station terminale Rive-Sud, tel que déjà annoncé par la CMM en mars 2017. S’inscrivant dans le continuum de la Trame verte et bleue, ce nouveau parc permettra de bonifier l’offre récréotouristique par la mise en valeur du territoire, des activités agricoles et de leurs fonctions. Ce parc représentera également une occasion de créer un environnement propice à l’émergence de projets novateurs d’agriculture de périurbaine, en respect avec les objectifs poursuivis au Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et au Plan d’action métropolitain de mise en valeur du territoire et des activités agricoles 2016-2020 (PAMAA). À terme, le parc agricole métropolitain pourrait couvrir plusieurs dizaines d’hectares. Ce même projet permettra aussi de consolider les actions entreprises depuis 2011 par la Ville de Brossard visant la protection et la mise en valeur des milieux naturels du Bois de Brossard, notamment par l’acquisition de terrains à des fins de conservation, l’adoption du Plan directeur de gestion des milieux naturels et plus récemment le dépôt d’une demande de réserve naturelle. Un frein à l’étalement urbain La création d’une fiducie et du parc agricole métropolitain permettra de protéger, valoriser et dynamiser le territoire agricole du secteur grâce aux efforts concertés de tous les partenaires. Elle témoigne aussi de l’engagement de tous envers la protection des terres agricoles, la lutte à l’étalement urbain et la remise en culture de certains terrains situés au pourtour de la station terminale Rive-Sud du REM. La fiducie d’utilité sociale agricole annoncée aujourd’hui favorisera l’achat et la remise en culture de terrains par des producteurs agricoles établis ou des jeunes de la relève afin de favoriser une production agricole locale. Les aliments produits pourront être vendus à la station, en kiosque ou dans le cadre d’un marché temporaire. L’arrivée d’une ligne de métro léger comme le REM connectera ce nouveau pôle agricole à un réseau structurant, facilitant l’accès à une vitrine exceptionnelle sur le dynamisme du secteur agricole métropolitain. « Nous sommes vraiment fiers de cette initiative qui illustre tout le travail de concertation et de dialogue que nous avons entrepris. Dès le départ, nous cherchions à identifier des solutions pour permettre la construction de la station terminale Rive-Sud du REM au sud de l’autoroute 30. Nous avons été à l’écoute des idées et grâce à des organisations comme Équiterre, Vivre en ville et la Fondation David Suzuki, nous avons su proposer une démarche novatrice sous le leadership de l’UPA et de la CMM », a souligné M. Macky Tall, chef des marchés liquides de la Caisse de dépôt et placement du Québec et président et chef de la direction CDPQ Infra. « La mise en place de cette fiducie et du parc agricole métropolitain s’inscrit dans un contexte très particulier et envoie un message clair : l’urbanisation doit s’arrêter ici. Nous sommes heureux que le REM, la CMM et d’autres partenaires comprennent cette nécessité. L’accès aux terres est un frein majeur pour les jeunes de la relève. Ces deux initiatives permettront de faciliter le démarrage de nouvelles entreprises agricoles, dans un secteur où les terres sont devenues inabordables, ce qui est une excellente nouvelle », a continué le président général de l’UPA, M. Marcel Groleau. « La fiducie foncière agricole est un bon outil pour répondre à l’enjeu de la protection de nos terres agricoles. Il contribue à transformer en opportunités d’aménagement les impacts qui étaient appréhendés par nos citoyens à la suite de la construction de la station terminale Rive-Sud. C’est avec des projets comme celui-ci que la Communauté et ses 82 municipalités pourront atteindre d’ici 2031 l’objectif métropolitain d’augmenter à 6 % la superficie des terres cultivées dans la région », a déclaré Madame Doreen Assaad, mairesse de la Ville de Brossard et membre du conseil de la CMM. À propos du REM Le Réseau express métropolitain (REM) est un nouveau réseau intégré de transport collectif de 67 km et 26 stations qui vise à relier à la fois le centre-ville de Montréal, des pôles universitaires, la Rive-Sud, l’Ouest-de-l’Île, la Rive-Nord et l’aéroport Montréal-Trudeau par la mise en service d’un métro léger entièrement automatisé et électrique. Proposant un service à haute fréquence, le REM sera en service 7 jours sur 7, 20 heures par jour et sera connecté aux trois principales lignes du métro de Montréal. - 30 - https://rem.info/fr/communiques/valoriser-territoire-agricole
  10. Au moins, Westcliff n'est pas impliqué dans ce projet là 😉 On a une chance que ça voit le jour
  11. Première fois que j’allais sur place depuis qu’ils ont commencé à installer les fenêtres. J’en suis resté bouche bée. C’est beau en photo, mais en vrai, mon dieu! Les photos qu’on voit défiler ici, y compris les miennes, ne rendent pas justice au projet.
  12. Au début j’étais pas certain de l’impact d’une aussi grosse structure, aussi haut à côté de lancien pont de train, mais avec ces photos je pense que le contraste du vieux et du nouveau va donner un coup d’œil vraiment intéressant!