Lake

Member
  • Content Count

    258
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

386 Excellent

About Lake

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Biography
    Étudiant à Sherbrooke, je m'intéresse au développement de ma ville, de ma province et du monde...
  • Location
    Sherbrooke
  • Interests
    Architecture, urbanisme, photographie, sciences...
  • Occupation
    Étudiant

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. 'Tulip' tower project in City of London vetoed by Sadiq Khan Design of proposed 300–metre skyscraper by Norman Foster’s firm deemed not good enough Plans to build a 300-metre (1,000ft) skyscraper dubbed “the Tulip” in the City of London near the Thames have been thrown out by the capital’s mayor, Sadiq Khan. The building, designed by Norman Foster’s architectural practice, would have been the second tallest in western Europe, but its design was deemed not to be good enough for such a prime location. The project’s backers had said it would attract 1.2 million visitors a year but its detractors worried it would damage some of London’s most recognisable historical views. The scheme had initially received the go-ahead but Khan dashed the hopes of its designers, Foster + Partners, on Monday. “The mayor has a number of serious concerns with this application and having studied it in detail has refused permission for a scheme that he believes would result in very limited public benefit,” Khan’s spokesman said. “In particular, he believes that the design is of insufficient quality for such a prominent location, and that the tower would result in harm to London’s skyline and impact views of the nearby Tower of London world heritage site. The proposals would also result in an unwelcoming, poorly designed public space at street level.” The chief executive of Historic England, Duncan Wilson, had expressed similar concerns when the City of London Corporation (CoLC) approved the plans in April. “This building, a lift shaft with a bulge on top, would damage the very thing its developers claim they will deliver – tourism and views of London’s extraordinary heritage,” Wilson said. “The setting of the Tower of London, a symbol of the city not just to millions of Londoners but to the whole world and one of our most visited places, will be harmed. It has already been damaged by the Walkie Talkie and it would be a great shame if that mistake was repeated.” But the CoLC described it as a “truly unique visitor attraction” that would help the City, which is relatively quiet on weekends, attract more visitors. https://www.theguardian.com/uk-news/2019/jul/15/tulip-tower-project-in-city-of-london-vetoed-by-sadiq-khan?CMP=fb_gu&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2VkahXrLi8-IgR9XJ3fxRgm_BTSefepaJN34RcNmy8aVVjrfJ0AdC691A#Echobox=1563257963
  2. À regarder absolument. ————— La semaine passée dans La Tribune. On voit mieux la référence à Napoléon (en plus de l'aspect trapu). Architech Design
  3. Effectivement. C'est un peu décevant. ————— Un projet hôtelier en péril au centre-ville? TOMMY BROCHU La Tribune Un projet hôtelier au centre-ville est en péril. La vente du stationnement Magog pourrait compromettre la mise en branle des activités d’une future auberge située au coin des rues Dufferin et Frontenac, dont l’ouverture est prévue au mois de septembre. Situés aux deux étages supérieurs, six appartements et 13 chambres seront loués aux touristes qui visiteront le centre-ville de Sherbrooke. La Tribune a pu visiter les installations et constater que les travaux sont amorcés. Le seul manquement, ce sont les espaces de stationnement selon le propriétaire de l’immeuble, Sylvain Yargeau. « C’est assez simple, il faut un stationnement de proximité avec la plus grande facilité, sur le même niveau, sans effort de monter une côte. Le stationnement Magog est l’endroit idéal. [...] Pour y arriver, j’ai besoin de cases de stationnement. C’est un enjeu majeur. J’ai besoin de 20 espaces pour amener une manne au centre-ville », considère-t-il. « La question du stationnement doit être résolue avant la mi-septembre, poursuit M. Yargeau. Il faudra un débarcadère et 20 places de stationnement de proximité. » [...] Le président de Commerce Sherbrooke, Rémi Demers, assure que le défi est surmontable. « On ne se privera pas d’un projet aussi intéressant que celui-là pour une question de stationnement. Il y a une vente d’autorisée, mais il y a d’autres possibilités. Une vingtaine de cases, ce n’est pas insurmontable », assure le conseiller du district de l’Hôtel-Dieu. « C’est une bonne nouvelle sur la rue Frontenac, insiste-t-il. On va faire des pieds et des mains pour l’accompagner dans cette démarche et qu’il ait le nombre de places de stationnement nécessaire. C’est sûr que notre nouvelle politique de stationnement bouleverse nos petites habitudes. » [...] Un petit marché bio ouvert au public verrait le jour dans la réception, qui serait située au 141 de la rue Frontenac. Une boutique de vêtement et un atelier de couture, une zone spectacle de thématique burlesque accueillant 80 personnes et une école de yoga dans les sous-sols de l’édifice, qui font face à la rivière Magog, sont également prévus. Les plans sont approuvés par la Ville de Sherbrooke, mais selon M. Yergeau, les élus l’ont oublié lorsqu’est venu le temps de vendre le stationnement Magog au Groupe Custeau. Un toit nourricier et un balcon donnant sur la rivière pourraient aussi voir le jour à plus long terme. Les commerces situés au rez-de-chaussée, dont le Kaapeh, le restaurant Kalypso et Objectif Santé conserveront leur pignon sur rue. [...] https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/un-projet-hotelier-en-peril-au-centre-ville-e8276f7c6494a63e8072f8003a6ea85c Je vous rappelle que c'est sur cet édifice qu'est apparue cette pancarte il y a 3-4 ans. Par lake of the nations, sur Flickr ————— Cool. Une oeuvre du sculpteur Matthieu Binette au bout de la 610 JONATHAN CUSTEAU La Tribune L’artiste sherbrookois Matthieu Binette a remporté le concours d’œuvres d’art qui visait à égayer les carrefours giratoires au croisement de l’autoroute 610 et de la rue King Est (route 112) et au croisement des routes 161 et 263 à Nantes. Sa Porte des étoiles marquera les limites de la Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic. L’œuvre de cinq mètres de hauteur est constituée d’une porte monumentale et compte deux colonnes d’aluminium plaquées de bronze. À l’intérieur de la porte, un petit personnage, juché sur les épaules d’un plus grand, symbolise les générations futures ainsi que l’effort et l’entraide dans l’accomplissement de nos rêves et de nos ambitions. Deux étoiles complètent l’œuvre pour illustrer notre rapport au ciel nocturne. [...] L’installation des œuvres est prévue en novembre. Un aménagement paysager en lien avec le thème sélectionné sera aussi réalisé. https://www.latribune.ca/arts/une-oeuvre-du-sculpteur-matthieu-binette-au-bout-de-la-610-48d65023d3ac2ca337df5220664e04c7
  4. Voici la configuration de la station du Carrefour de l'Estrie une fois les travaux terminés à la mi-aout. Ce sont somme toute des changements très mineurs par rapport à la situation actuelle. STS - Société de transport de Sherbrooke ————— Voilà de quoi aura l'air le "Sud du marais," à l'est de la rue Duvernay dans la Cité Jardin. https://www.ville.sherbrooke.qc.ca/fileadmin/fichiers/Juridiques/Agenda/Document_190617_cm-reduit.pdf
  5. J'imagine qu'il est juste question de l'un des édifices mixtes que le Groupe Custeau prévoit construire dans le cadre du déménagement du pont. En tout cas, j'ai bien hâte de voir de quoi ça aura l'air. Disons que côté nouveaux édifices à bureaux au centre-ville, on a pas été très gâtés dans l'histoire récente (1, 2). À part ça, le Studio de création est pas mal fini. J'aime bien les petites touches de vert.
  6. Ça a vraiment beaucoup évolué depuis la première version. Pour le mieux. Je les avais complètement oubliées, mais j'ai justement pris quelques photos du chantier la semaine passée.
  7. Oh mon Dieu je suis vraiment surpris... not! Je vais attendre de voir des bons rendus, mais ça n'a pas l'air bien bien plus beau que les versions précédentes. 25 mai 2019 Robert Côté revient à la charge PHOTO SPECTRE MÉDIA, JESSICA NADEAU JACYNTHE NADEAU La Tribune Dix ans après que son projet a été rejeté unanimement par les élus sherbrookois, le promoteur Robert Côté revient à la charge pour construire un immeuble résidentiel de 17 étages sur la rue du Pacifique, non loin du lac des Nations. La nouvelle mouture du projet de 196 unités de logement a été présentée au maire Steve Lussier en juin dernier, explique M. Côté, et aurait obtenu de bons commentaires, selon lui. Le promoteur s’impatiente maintenant de voir que rien n’a bougé depuis un an et qu’il n’a toujours pas les autorisations pour construire. « Ça va faire un an que j’attends. J’ai une trentaine d’unités déjà réservées. Et pendant que j’attends, fait-il valoir, la Ville perd 1000 $ de taxes municipales par jour. » Les efforts de M. Côté pour développer ses quelque 20 000 m2 de terrain bordé par les rues Claire-Jolicoeur, du Pacifique et de Dieppe, dans l’Ouest de la ville, en contrebas du Château Bellevue, ont fait couler beaucoup d’encre depuis des années puisque le zonage dans ce secteur n’autorisait que les bâtiments d’un maximum de six étages. De guerre lasse en 2015, le promoteur a érigé un premier immeuble de 80 unités sur six étages en acceptant que la phase 2 de son projet se déploie sur neuf étages, suivant une décision du conseil municipal de l’époque. Aujourd’hui, il assure qu’il n’a jamais été question de s’en tenir à neuf étages. « Je n’ai jamais changé d’idée [NDLR pour 17 étages], mais si je n’avais pas accepté les neuf étages, je n’aurais jamais pu construire la phase 1 », s’insurge-t-il. La phase 2 de son projet, baptisé Le Bonaparte pour faire un clin d’œil aux Appartements Le Napoléon qu’il a construit dans le Nord de la ville, se veut un immeuble de prestige avec quatre ascenseurs vitrés, une piscine sur le toit, 200 espaces de stationnement sous-terrain et une verrière. Le promoteur vise une clientèle semi-retraitée et retraitée, dont le quart, selon lui, viendrait de l’extérieur de Sherbrooke. Cette phase 2 inclut un édifice commercial entre les deux immeubles résidentiels pour accueillir des services de proximité comme une pharmacie, un dépanneur, un restaurant et des soins esthétiques, détaille M. Côté. « Il n’y a pas d’immeuble prestigieux dans l’Ouest pour que les gens qui sont capables de s’en offrir puissent rester dans leur quartier », lance-t-il, en se targuant d’avoir « le plus beau site pour ça ». Il estime le coût de ce nouveau projet entre 40 et 50 millions $ et veut lancer le chantier en septembre au plus tard. L’homme d’affaires maintient qu’à neuf étages, avec toutes les normes de construction, il n’arrivera pas à un concept intéressant économiquement parlant. « Pour faire quelque chose de prestigieux, lance-t-il, ça prend du volume. » Trop massif Pour aller de l’avant, il doit toutefois obtenir un amendement au zonage, une procédure qui passerait d’abord par le comité consultatif d’urbanisme, ensuite par le conseil municipal et ultimement par le processus référendaire. Or selon le président du comité consultatif d’urbanisme, le conseiller Vincent Boutin, à 17 étages le projet ne passera pas la rampe. « Il y a des discussions entre la Ville et le promoteur depuis plusieurs mois, confirme M. Boutin. On a regardé avec lui différents scénarios. Selon les plans qu’il nous a montrés et les simulations, l’effet serait trop massif pour le secteur. » Robert Côté argumente pour sa part que ses 17 étages ne seront pas plus hauts que les immeubles de 12 étages qui ont été construits ces dernières années de l’autre côté du pont Jacques-Cartier. « Mon terrain est plus bas, mais ce n’est pas une raison pour être encore plus bas. C’est pour ça qu’il faut que je me remonte un peu, répète-t-il. On ne sera pas plus haut, mais on va essayer d’être plus prestigieux. » « La configuration du secteur n’est pas la même, réplique M. Boutin. On ne peut pas copier-coller le zonage qui se fait de l’autre côté de la rivière. Il faut voir l’intégration du bâtiment dans son secteur. Et la vue sur le mont Bellevue qui est un symbole très important pour les Sherbrookois. C’est ce qui avait été dit à l’époque. » Robert Côté espère quant à lui que les mentalités ont évolué et que la population sera d’accord. Il réclame que la Ville enclenche la procédure d’amendement de zonage et arrête « d’avoir peur d’avoir peur », d’autant plus que son projet a aussi le mérite d’éviter l’étalement urbain. « Ce que je suggérerais au promoteur, dit pour sa part M. Boutin, c’est d’organiser lui-même une soirée d’information sur son projet. Il y a beaucoup de promoteurs qui le font. Nous la Ville on est là à titre de consultant pour les questions plus pointues sur notre réglementation. Ça lui permettrait de prendre le pouls, de voir les drapeaux rouges qui se lèvent, et comme on est en amont du processus, ça lui permettrait de modifier son projet pour aller chercher l’acceptabilité sociale. » « Compte tenu de l’historique de ce dossier, ce ne serait pas responsable de dire au promoteur ‘‘vas-y’’ et qu’il se casse les dents en consultation publique. C’est notre rôle de lever ces alarmes-là quand on les voit. » https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/robert-cote-revient-a-la-charge-e54a0b57f06a28fc003ec0d077b5a17c?utm_source=omerlo&utm_medium=mailer&utm_campaign=Aujourd'hui+le+25+mai+2019&fbclid=IwAR3fpdOaGHpF8Ju-5vvZNhRAwRwhWlXOzCyWXaynqBtdGDIpKuihu96Ilgo ————— Il va y avoir un agrandissement chez Aciers Simmonds (au coin Galt/Conseil). Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est beau, mais c'est clairement une amélioration. https://www.ville.sherbrooke.qc.ca/fileadmin/fichiers/Juridiques/Agenda/Document_190415_cm.pdf
  8. Plus que quatre étages avant d'atteindre sa hauteur finale. Par MG Construction
  9. À l'Université, le vieil escalier de l'agora qui avait été épargné pendant les travaux de 2013-2014 (visible sur cette photo) a finalement été détruit cette semaine. Par lake of the nations, sur Flickr L'agrandissement de la Résidence Murray est presque terminé, en tout cas à l'extérieur. C'est loin d'être de la grande architecture, mais je trouve quand même que c'est de la belle densification pour ce coin.
  10. Le projet d’Espace Centro (le consortium EXP-Groupe Custeau) vient d’être approuvé à l’unanimité par le conseil municipal! J'ai manqué la présentation du projet, mais ça a l'air d'être à toutes fins pratiques identique à la deuxième version du projet du consortium Sherweb-Groupe Custeau-Fonds immobilier FTQ. https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/le-quartier-well-sud-calque-sur-well-inc-c1d2820dfd7ecd4ec8b152e421796c00?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook&fbclid=IwAR11bR_5IWHHGrEVnLKzxjWPo0V_17jaLK6Gk8KOvNarTvE2-GSAfh_v-qU
  11. 16 avril 2019 Well Sud: le projet du Groupe Custeau est retenu JONATHAN CUSTEAU La Tribune Le Groupe Custeau aura une deuxième chance de développer un projet sur la rue Wellington Sud. C’est la proposition d’Espace Centro - Consortium EXP-Custeau qui a obtenu la faveur du comité de sélection pour le projet du Quartier Well Sud. Le maire Steve Lussier en a fait l’annonce, en toute fin de conseil municipal lundi, un peu avant 23 h. Il en profitait pour inviter la population à assister au dévoilement du projet et au vote des élus sur le sujet mercredi, lors d’une séance extraordinaire du conseil qui se tiendra à l’hôtel de ville à 19 h. Si les élus en venaient à rejeter la proposition d’Espace Centro, un nouvel appel de propositions devrait être lancé. Si la recommandation est retenue, une entente d’exclusivité de six mois sera signée pour bonifier le projet. Le mot d’ordre avait été passé à tous les élus de ne pas commenter le dossier avant mercredi soir. Interrogé à savoir si le Groupe Custeau, qui avait présenté la première mouture du Quartier Well inc. avec des partenaires différents, avait déposé le même projet qu’en 2017, Steve Lussier s’est contenté de dire qu’il faudrait attendre à mercredi pour le savoir. Rappelons qu’en 2017, le Groupe Custeau avait fait équipe avec le Fonds immobilier de la FTQ et SherWeb. Il avait présenté le concept d’un village vertical, de bureaux, d’appartements et de commerces répartis dans deux bâtiments. [...] Les propositions qui n’ont pas été retenues, soit celle de Dusco et le Projet Espace W des Immeubles Must Urbain, de Pomerleau et Espacium, ne seront pas présentées au public. https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/well-sud-le-projet-du-groupe-custeau-est-retenu-a72ce890660a4ab80ac2c3a2f2a8594f
  12. Les deux propositions d'aménagement de la Halte Saint-Élie (en face de la nouvelle École des Aventuriers) sont présentées sur le site de la Ville. Halte nature Halte santé Vous pouvez voter pour l'une ou l'autre des options et faire des commentaires ici. ————— Le nom proposé est Mali Agat. Je trouve l'idée (qui avait été soulevée en janvier) très bonne. La réponse de Paul Gingues, par contre... #probablementdesvikings ————— Voici les derniers rendus du projet, qu'on a pu voir en 2013. Le premier est probablement le plus fiable (il ressemble beaucoup plus à la phase 1 de 7 étages telle qu'elle a été construite). Il s'agit par ailleurs de l'édifice qui avait 16 étages dans la première version du projet de Robert Côté.
  13. Je te dirais que l'un des deux est une histoire farfelue et inexplicable. L'autre est un poisson d'avril. ————— Merveilleux! 6 avril 2019 Un nouveau bâtiment verra le jour sur Wellington Sud TOMMY BROCHU La Tribune En plus de rénover complètement le bâtiment situé au 61, Wellington Sud, Immeubles Must Urbain et son président Philippe Dusseault construiront une bâtisse flambant neuve sur le stationnement adjacent. Cette construction qui comptera cinq étages aura une valeur de plus de 10 M$. La réfection du bâtiment datant de 1900, elle, coûtera 2 M$. « En achetant ce bâtiment [en novembre dernier], ce qui était aussi important, c’était le terrain vacant à côté, affirme M. Dusseault. C’est 15 000 pieds de terrain vacant qui servira essentiellement à construire un bâtiment de 50 000 pieds sur cinq étages. On va gérer ça avec un stationnement intérieur. C’est toujours sur les planches à dessin, mais c’est dans nos têtes. » À quoi servira cette nouvelle bâtisse? « Il faut essayer de garder le même patern, c’est-à-dire la mixité, poursuit-il. Il faut garder quelques étages pour les logements si on est capables, quelques étages à bureau et du commercial au rez-de-chaussée. Ce sont les logements qui font que les gens viennent au centre-ville. Si tu fais seulement des tours de bureaux, ce sera complètement mort à 17 h. » Cet immeuble est la deuxième propriété de M. Dusseault sur la rue Wellington Sud. Immeubles Must Urbain détient également le 2, Wellington Sud. « On a toujours cru à la rue Wellington Sud. Ça fait déjà quelques années qu’on est propriétaire du bâtiment qui abrite entre autres la Chambre de commerce de Sherbrooke. C’est important de le revitaliser », lance-t-il, tout sourire. « On va essayer de construire quelque chose qui s’intègre avec le reste, reprend le promoteur. On ne peut pas laisser des trous vides pour faire des stationnements sur Wellington, ce n’est pas ce que la Ville veut. Évidemment, si on gagne la proposition de projet, on ne fera pas tout ça en même temps. Il faut y aller un après l’autre. Ça peut aller quand même assez rapidement. Peu importe si on gagne ou pas, il y aura une autre bâtisse. » Réfection La réfection du 61, Wellington Sud est aussi importante. Le plan de M. Dusseault est de garder les logements des étages supérieurs, mais d’aménager plus d’espaces commerciaux. Sept logements seraient donc convertis, ce qui porterait le nombre d’appartements de 21 à 14. « C’est un réaménagement des lieux. On va se les réapproprier. Il y a actuellement 21 logements sur trois étages et un local commercial. Ce qu’on veut faire, c’est de réaménager la totalité du rez-de-chaussée en commercial pour en arriver à faire un immeuble à usage mixte », explique-t-il, visiblement fier de son projet. « Ce sont trois locaux commerciaux qui sont prévus au rez-de-chaussée. Actuellement, la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue utilise le local d’en avant. On va installer nos bureaux dans cette bâtisse. Dépendamment du résultat d’appel de proposition pour le projet soumis dans le cadre du Quartier Well Sud, si notre proposition est retenue, Pomerleau vient également installer ses bureaux à cet endroit. » Appartements Pour Philippe Dusseault, « tous les finis étaient à refaire » dans ces appartements. « C’est un immeuble qui a eu un manque de fini assez flagrant. Beaucoup de travaux seront faits à l’extérieur, on veut ramener la fenestration dans les arcades pour recréer l’architecture de l’époque. On va augmenter la fenestration au rez-de-chaussée en façade et sur les côtés de l’immeuble », dit-il, affirmant que les locataires pourront profiter d’une cage d’escalier intérieure et d’une terrasse sur un toit. Les corridors seront également revampés. « Ce ne sera pas des appartements de grand luxe, mais updatés, qui répondent à la demande, continue M. Dusseault. On est dans un secteur plus difficile et on arrive avec un projet le fun. La clientèle nous donne une bonne réponse », indique M. Dusseault, mentionnant que les travaux dans les appartements sont déjà commencés. Pour lui, il était impensable de détruire ce bâtiment historique pour en construire un nouveau. « Il faut conserver une certaine portion du cachet des immeubles. On ne peut pas se permettre de jeter les immeubles à terre et d’en refaire de nouveaux. C’est d’arriver à faire des projets qui s’intègrent. Dans le projet qu’on propose, il y a une intégration. Ici, c’est un beau bâtiment, ça va lui redonner son cachet d’origine de le réaménager convenablement », résume le promoteur. https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/un-nouveau-batiment-verra-le-jour-sur-wellington-sud-d849d94524ae14d7a67270dbc09ca7fa ————— Le Studio de création de la Faculté de génie a pas mal progressé depuis mes dernières photos. Il s'enligne pour être en tous points identique aux rendus. J'avais un peu peur de ce qui serait utilisé pour la partie foncée, mais en fin de compte c'est très bien. Par lake of the nations, sur Flickr
  14. London's Tulip skyscraper given planning permission A controversial new London skyscraper dubbed “the Tulip” has been given planning approval, paving the way for the construction of the second tallest building in Western Europe after the Shard. [...] Plans for the building were approved by the City of London Corporation on Tuesday, with committee members voting 18-7 in favour of the tower on Bury Street in the Square Mile. Chris Hayward, chairman of the planning committee, said: “After a lengthy and robust debate, the committee agreed to approve this truly unique visitor attraction. “One of my key objectives ... has been to enable the continued transformation of the City of London into a place which welcomes members of the public on weekends as during the week.” Designs for the Tulip also include cycle parking and shower facilities, a park at street level and a publicly accessible rooftop terrace. One floor would be used as education facilities during school hours, accessible to local community groups and charities, the Corporation said. [...] https://www.theguardian.com/uk-news/2019/apr/02/londons-tulip-skyscraper-given-planning-permission