redfu

Member
  • Content Count

    335
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

172 Good

About redfu

  • Rank
    Senior Member

Personal Information

  • Biography
    Bonjour je veux interagir avec vous sur les forum
  • Location
    Montreal
  • Interests
    urbanisme,sport
  • Occupation
    genie civil

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Devimco a donner 10 millions alors qu'il n'avait pas besoin de le faire..Devimco n'a rien a voir et n'est même pas responsable de la construction des logement sociaux sur ce site c'est plutot High-Rise Montreal (HRM) de Philipp Kerub et Sarto Blouin. https://www.ledevoir.com/politique/montreal/547817/les-promoteurs-du-maestria-verseront-10-millions-pour-du-logement-social
  2. http://plus.lapresse.ca/screens/98dd90ae-a167-4ceb-9a8a-8e13265c8ab2__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR0VCGtCflaiCiZpVocquxJ4fY3Mmpbhh_bAgfV4M0x3WBLyLatqsz1nsxM On apprend que Cadillac fairview n'avait pas prévu demandé de dérogation , donc les 3 tours seront de 120 m pas 200.
  3. https://www.idu.quebec/fr/communiques-de-presse/projet-de-reglement-sur-l-inclusion-de-la-ville-de-montreal---des-discussions-doivent-se-poursuivre-avec-l-ensemble-des-autorites-publiques?fbclid=IwAR2ZHgA_d1NUCy0f8OleKujz_XxYAxNjz_uzwgL12l5hy6zENx9U_ewufdY
  4. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1181408/reglement-metropole-mixte-20-20-20 Encore une fois , Montréal se retrouve a payé seule pour un problème et des infrastructures qui concerne tout le grand Montréal. Les acheteurs et les locataires Montrealais déjà surtaxé devront porter les coûts de la pauvreté et de l’inaction du provincial . Pendant ce temps, le projet Solar Uniquartier a Brosard ou Espace montmorency a Laval qui sont a coté de métro ou REM ne fourniront de logement sociaux et auront droit a des taxes beaucoup plus basse . Apres , on se demande pourquoi la classe moyenne fuit Montréal ...
  5. Inquiétudes face à la politique du 20/20/20 de l'administration Plante Yves Poirier | TVA Nouvelles | Publié le 12 juin 2019 à 05:00 - Mis à jour à 05:00 L’inquiétude au sein du milieu des constructeurs de condominiums neufs est palpable face au nouveau règlement de l’administration Plante qui devrait obliger les entrepreneurs à inclure du logement abordable, familial et social 20/20/20. Malgré de nombreuses discussions et échanges entre la Ville et les gens concernés par la nouvelle politique, il ne semble pas y avoir de consensus, et ce, à quelques heures de l’annonce qui sera faite par la mairesse Valérie Plante et son responsable du développement économique et commercial, de l’habitation et du design au comité exécutif, Robert Beaudry. D’une part, on craint que les promoteurs soient privés de compensations offertes par la Ville, et ce même s’ils contribuent à augmenter le nombre de logements sociaux et abordables dans la métropole. D’autre part, plusieurs estiment que ce sont au bout du compte les acheteurs d’unité d’habitation neuve qui financeront cette politique en payant plus cher leur condominium. Divers joueurs du milieu de la construction se demandent si la Ville ne contribuera pas à la flambée de prix Flambée des prix à prévoir Divers joueurs du milieu de la construction se demandent si la Ville ne contribuera pas à la flambée de prix. Dans un communiqué publié mercredi matin, l’Institut économique de Montréal abonde dans ce sens en allant jusqu’à dire que ce nouveau règlement n’améliorera pas l’accès au logement. I Il risque plutôt d’avoir l’effet contraire, soit de faire augmenter les prix et de limiter le nombre de nouvelles constructions. «Le problème principal avec cette politique est qu’elle ne tient pas compte des motivations individuelles. Les promoteurs ne construisent pas des maisons parce que c’est bon pour la ville, mais pour le profit qu’ils en tireront. Éliminons ce profit et ils trouveront mieux à faire de leur temps et de leur capital que de construire des maisons», explique Daniel Dufort, Directeur des affaires externes à l’IEDM et coauteur de la publication. D’ailleurs, une étude récente a estimé que le plan 20/20/20 ferait augmenter les prix de 16 % au centre-ville de Montréal. «Il s’agit aussi d’une politique malavisée, car en réalité la Ville, plutôt que de dépenser directement pour des logements sociaux ou abordables, recourt à une règle mal conçue qui force des acteurs privés à débourser. Une telle "dépense publique déguisée" cause plus de distorsions dans l’économie qu’une dépense directe, et beaucoup plus que des solutions de marché qui ont fait leurs preuves», ajoute Peter St. Onge, Senior Fellow à l’IEDM et coauteur de la publication. https://www.tvanouvelles.ca/2019/06/12/inquietudes-face-a-la-politique-du-20-20-20-de-ladministration-plante
  6. Probablement que les dirigeants du groupe du Baseball savent qu'ils ne recevront pas d'argent provenant d'aucun gouvernement ou de la ville , le risque financier est probablement trop grand pour investir dans un toit rétractable .. un stade sans toit pourrait être réaliser par le privée a un coût relativement bas comme pour le stade saputo .
  7. Inquiétudes sur la rue Saint-Denis L’implantation d’une piste cyclable de chaque côté de la rue Saint-Denis n’est pas du goût de certains commerçants, qui souffrent déjà de la transformation des habitudes de consommation et d’une nouvelle offre commerciale en banlieue. « C’est un genre de petite catastrophe », a estimé Madeleine de Villers, dont une boutique a pignon sur l’artère emblématique. « Je ne sais pas si la volonté c’est d’achever la rue Saint-Denis... » « Avoir une piste cyclable 365 jours par année, quand on sait très bien que l’hiver il n'y a personne, ça m’apparait comme une décision qiu va nuire énormément au commerce », a ajouté Mme De Villers. Le chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Lionel Perez, s'est également dit surpris d'apprendre que la rue Saint-Denis serait incluse dans le futur REV. « Ce n'est certainement pas ça qui va aider les commerces de la rue Saint-Denis », a-t-il commenté. Dans sa présentation, l'administration a fait valoir que, selon des études effectuées dans d'autres villes comparables à Montréal, le commerce sur rue avait bénéficié de l'amélioration des infrastructures cyclistes. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1172088/reseau-express-velo-montreal-valerie-plante-devoilement
  8. C'est complètement fou , on va gaspillé tout les fonds prévu pour Montréal pour seulement 5 stations .. Avec ça impossible qu'on obtiennent la ligne rose un jour ou une autre extension du métro sur l’île .
  9. La mairesse n’aura pas le beurre et l’argent du beurre MARIE CHRISTINE TROTTIER Samedi, 11 mai 2019 01:00 MISE À JOUR Samedi, 11 mai 2019 01:00 Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine. L’énoncé La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait une sortie contre le gouvernement Legault en début de semaine. Elle était mécontente que Québec donne un mandat à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour étudier une éventuelle prolongation du Réseau express métropolitain (REM). « C’est inquiétant de donner des mandats directement à la CDPQ sans passer par l’ARTM [Autorité régionale de transport métropolitain]. C’est pour ça que je demande, je dirais même que j’exige, que ça passe par l’ARTM », a pesté Mme Plante. L’ARTM est l’organisme public responsable de planifier les transports en commun dans la région de Montréal. Les faits Malheureusement pour Mme Plante, le prolongement du REM, s’il est financé par la Caisse, ne peut tout simplement pas être chapeauté par l’ARTM. En effet, la loi sur la CDPQ-Infra, adoptée par le gouvernement Couillard en 2015, prévoit que lorsque la Caisse investit dans un projet de transport en commun, elle en est le maître d’œuvre. Elle réalise donc des études « en toute indépendance » et peut conclure des ententes avec le gouvernement sans que la loi sur l’ARTM s’applique. Dans ce cas-ci, c’est au gouvernement de définir « les besoins à combler et les objectifs d’intérêt public concernant le projet » et d’autoriser « la solution à mettre en œuvre parmi les différentes options proposées par la Caisse ». La mairesse de Montréal ne peut donc avoir le beurre et l’argent du beurre ! https://www.journaldemontreal.com/2019/05/11/la-mairesse-naura-pas-le-beurre-et-largent-du-beurre
  10. exactement , Cadillac fairview ne fait que respecter le plan d'urbanisme de la ville , le lot est utilisé au plein potentiel .. ils ont probablement conclu que demandé une dérogation n'était pas profitable pour eux
  11. l'activité industriel et même portuaire (sur le quai bickerdike ) risque d’être un gros problème si on veut mettre du résidentiel , je pense au bruit des trains , bateau , camions .. j'ai hâte de voir quel sont les projets du secteur industriel lors des consultations.
  12. d'ici 2021 même les terrains de molson et radio canada seront probablement déjà approuvé , les terrains disponibles seront rare , sans parler d'un possible ralentissement économique ..ça ressemble plus a une mesure électoral pour bien paraître avant les élections qui sera retirer dans second mandat a cause du ralentissement des mise en chantiers
  13. Revitalisation de la rue Saint-Denis: «Ça fait 10 ans que Ferrandez est assis sur ses mains», dit Benoit Dutrizac Mercredi, 8 mai 2019 13:27MISE À JOUR Mercredi, 8 mai 2019 13:27 L’animateur Benoit Dutrizac ne s’explique pas la situation actuelle qui prévaut depuis plus d’une décennie sur la rue Saint-Denis, objet d’un énième plan de revitalisation. «Ramassez les vidanges avant de planter des arbres, a lancé Benoit Dutrizac mercredi matin sur QUB radio à l’intention de Luc Ferrandez. Ça fait 10 ans qu’il est assis sur ses mains à mal gérer son arrondissement.» À LIRE AUSSI: Pas d’échéancier pour revitaliser la rue Saint-Denis À Dutrizac de 6 à 9, l’animateur a reçu mercredi Judith Noël Gagnon, présidente du Conseil d’administration de la Société de développement commercial Saint-Denis, qui a dit être «révoltée», par l’état de la situation. De son côté, Benoit Dutrizac a déploré l’absurdité de la situation.Rappelons que le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, a suggéré mardi un plan d’action d’ici un an pour revitaliser cette artère majeure de la ville de Montréal. La proposition est toutefois loin de faire l'unanimité.«Pour les locataires, c’est difficile de survivre», a déploré Mme Noël Gagnon. «La rue Saint-Denis est essentielle à la culture francophone de Montréal», a renchéri l’animateur de l’émission du matin, ahuri par l’état lamentable de la rue. L’accessibilité aux commerces fait partie des demandes urgentes soulevées par Judith Noël Gagnon. En ce sens, M. Ferrandez a laissé entrevoir la possibilité de mettre une piste cyclable, ce qui est loin de satisfaire les commerçants. «S’il-vous plaît, ne cassez pas le trottoir», a supplié la présidente du Conseil, découragée par cette idée qui mettrait une fois de plus en péril la situation des commerces. https://www.journaldemontreal.com/revitalisation-de-la-rue-saint-denis-ca-fait-10-ans-que-ferrandez-est-assis-sur-ses-mains-dit-benoit-dutrizac
  14. https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201905/06/01-5224935-dix-scenarios-pour-sauver-la-rue-saint-denis.php
  15. https://journalmetro.com/actualites/2315075/la-plus-haute-tour-residentielle-a-montreal-naura-pas-de-logements-sociaux/?fbclid=IwAR1S4c7dfcKdX3FwRRfmFubieKMuQO5cHUdMss6ysGfrp00czoGSmiHo0GU