Fifty

Member
  • Content Count

    100
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

32 Neutral

About Fifty

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Biography
    Passionné de l'immobilier
  • Location
    Montreal
  • Interests
    sports en général
  • Occupation
    Travailleur autonome

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. ca s'en vient l'écurie...
  2. Fifty

    Noca - 8 étages

    Il manque d'unité familiale et pourtant personne n'en veut. Quand un promoteur change ses plans quelques mois après le lancement, c'est que les ventes pour certains types d'unité ne sont pas au rendez-vous. Avec les prix au pi.ca. en hausse, les grands condos s'appellent maintenant des penthouses, pas beaucoup de "familles" ne peuvent s'offrir de tels prix...parking en plu$.
  3. They offered to buy back the condo or to refund you what they haven't installed?
  4. Les locaux commerciaux dans Griffintown ne leurs appartiennent plus, ils sont à First Capital. Je ne crois pas que ce soit le genre de locataire que FC recherche.
  5. C'est Fiera Capital qui y déménage sont siège social.
  6. J'aime le signe "Drugs" à gauche en bas....ceux qui connaissent le coin sauront que c'est encore d'actualité malheureusement...
  7. Ses arguments sont basés sur des suppositions et des interprétations. Le lobbyiste a été engagé par Kerub pour l'autre portion du terrain non-contrôlé par Devimco. Les démarches d'école sont entamés depuis très longtemps. Le loyer d'un million est une image lancée par les journalistes. Le loyer doit être fonction de l'espace requis en pi.ca. et des coûts de construction réels sans marge de profit au développeur. construire une école neuve au centre-ville en hauteur coûte plus cher qu'une école de banlieue à 3 étages avec du terrain excédentaire. Le loyer sera donc en conséquence mais il faut aussi considérer dans l'équation que le gouvernement n'aura pas à s'endetter pour la construire. Bref, c'est un nouveau modèle pour tous et personne ne veut admettre que c'est complexe. Le montant du loyer doit être établi selon ces paramètres. Qui sait, ce sera peut-être plus ou moins que 1 M$, mais c'est un chiffre lancée qui frappe l'imaginaire. Finalement, les logements pour les familles, ben ca fait partie de la politique de logement de la Ville de Montreal et le projet doit la respecter (social et abordable) puisqu'il a obtenu tous ces permis. Si la Ville veut ajouter du logement familial, il aurait fallu en parler avant de donner les permis. Ensuite la question est de savoir si on veut du logement social subventionné (une politique qui n'existe pas à ce jour)...parce qu'un trois chambres à coucher au centre-ville, ca coûte au nord de 600K$. Je ne connais pas beaucoup de famille qui ont ce genre de moyen...et s'ils les ont, on va surement les trouver à Westmount, Ville Mont-Royal ou à Brossard. Bref, ce que je dis, c'est que les enjeux sociaux (logement, école,...) sont complexes et qu'ils prennent du temps à se régler. Si le gouvernement était minimalement conséquent et arrêtait de réagir à la moindre levée de bouclier, on aurait des projets mieux intégrés. En attendant, pour se sauver la face devant leur manque de planification grossier, ils envoient la responsabilité dans la cours du promoteur qui, dans ce cas bien précis, m’apparaît avoir respecter scrupuleusement les règles qu'ont lui a imposé....
  8. C'est quand même incroyable tout ce qu'on peut lire ici...depuis le début que le promoteur et le Fonds de Solidarité travaille avec la Ville et la Commission scolaire pour faire avancer ce dossier. Ils ne sont pas capable de suivre la parade et il faudrait que le promoteur attende encore et encore. Si c'était si important à l'époque, le gouvernement n'avait simplement pas à exiger le paiement du terrain en entier au moment de la vente. Ils auraient du sélectionner le promoteur gagnant, développer avec lui le projet incluant une école, prendre tout le temps qu'il leur faut (probablement encore 3-4 ans) et ensuite exiger le paiement du terrain et lancer le développement. Là, on parle plutôt d'amateurisme.
  9. La commission scolaire blâme tout le monde alors que c'est elle le problème. Aucune initiative et aucun sens des responsabilités. Ils improvisent et jouent aux grands développeurs alors qu'ils n'ont aucune idée de ce qu'ils veulent. Depuis le début que le promoteur et la FTQ poussent dans le dos de la commission scolaire dans ce dossier. Au final, après plus d'une année et demi, la commission scolaire n'a fait aucun progrès et le promoteur doit aller de l'avant. Une autre belle occasion de ratée. Si le gouvernement tenait temps à avoir une école, elle aurait été imposée dès la vente du site et les plans et devis auraient été fournis à ce moment. Toujours ben des limites à mettre la responsabilité sur le dos des développeurs que c'est la commission scolaire qui ne suit pas la parade.
  10. "one of Montreal's most famous remaining buildings"....lol....
  11. J'ai remarqué ça aussi dans un hôtel à Toronto la semaine dernière, première fois que j'y portais attention!
  12. À voir les succès de Devimco dans leurs autres projets, je me demande en quoi c'est drôle. Bien que leur produit n'est pas le plus attrayant, ils sont ceux qui vendent le plus de condo à Montréal ces jours-ci.