fguillotte

Member
  • Content Count

    87
  • Joined

  • Last visited

  • URB$

    300 [ Donate ]

Community Reputation

61 Neutral

About fguillotte

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Biography
    -
  • Location
    -
  • Interests
    -
  • Occupation
    -

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. https://journalmetro.com/actualites/2393232/projet-de-revitalisation-pour-les-jardins-dorval/ Projet de revitalisation pour Les Jardins Dorval Photo: Gracieuseté – North American Development Group Le centre commercial Les Jardins Dorval, érigé en 1954, se situe au croisement des autoroutes 20 et 520. Le centre commercial Les Jardins Dorval, acquis en début d’année par l’entreprise immobilière North American Development Group (NADG), connaîtra un coup de modernité grâce à un projet de développement de plus de 350 M$. C’est en face de la partie sud de l’édifice, à l’intersection des avenues Carson et Dorval, que l’on pourrait voir se dresser six tours à condos de six et 16 étages, comprenant un total de 925 unités. «C’est la porte d’entrée de Dorval, indique le vice-président en développement de NADG, Sylvain Forté. On veut faire quelque chose de magnifique qui fera du mall un petit centre-ville.» L’espace de 27 000 mètres carrés, incluant le stationnement, la banque BMO, la garderie Place du Park 2 & 3 et l’ancien cinéma, devra être complètement rasé. Et pour éviter que les plus hautes tours soient trop près de la cour des voisins, celles-ci s’élèveront graduellement dans un principe de pyramide, concentrant les plus imposantes au centre du terrain. Des espaces de verdures et d’arbres seront aménagés autour des édifices, en plus d’une place publique prévue du côté de l’avenue Carson. Un stationnement de deux étages sera enfin construit sous terre, projetant 1 200 cases et une quinzaine d’espaces temporaires. M. Forté n’écarte pas la possibilité d’inclure au projet un hôtel ou une résidence pour personnes âgées. Grand potentiel En attente d’un permis de démolition, le projet n’en est qu’à l’étape de la présentation des plans. Toutefois, le promoteur entend redonner vie au centre commercial vieux de 65 ans et dont l’état laisse à désirer. «Nous en avons fait l’acquisition, car c’était la meilleure offre de redéveloppement, explique Sylvain Forté. En amenant ces nouvelles unités, un plus grand achalandage va nourrir les commerces. Et en attendant, nous pourrons louer les locaux vacants.» Le début des constructions de la première tour serait souhaité au cours des six premiers mois de 2020. Environ 24 à 36 mois seraient nécessaires pour compléter chaque immeuble, dont les travaux devraient se chevaucher sur un maximum de sept ans. Des changements de zonages seront nécessaires puisque la hauteur tolérée ne peut présentement dépasser les huit étages. Bénéfique En plus de redonner un vent de fraicheur au secteur, le maire de Dorval, Edgar Rouleau, estime que le projet immobilier de NADG aura des retombées positives sur l’éventuel prolongement du Réseau express métropolitain (REM). «Avec 900 portes de plus, ce sera la preuve que les gens achètent encore, souligne-t-il. Plus de monde mènera à un plus grand usage des transports en commun. Ça devrait faire une bonne pression pour le REM. Ça va démontrer sa nécessité.» La prochaine étape avant de donner le feu vert sera la présentation d’un premier projet de règlement par les urbanistes de la Cité. Sera ensuite enclenché le processus de consultation publique. Le projet devrait être présenté lors de la prochaine séance du conseil municipal, le 18 novembre.
  2. La ville de Chateauguay souhaite aussi l'extension à Dorval. https://www.cybersoleil.com/le-maire-routhier-reclame-un-acces-au-rem-a-dorval/ Le maire Routhier réclame un accès au REM à Dorval Le 18 octobre 2019 à 8 h 57 min Par Michel Thibault Le maire de Châteauguay réclame un circuit d’autobus entre sa ville et le futur REM à Dorval. «On s’en ira pas à Brossard faire un 30 minutes de route après ça un autre 30 minutes pour aller à quelque part à Montréal», a déclaré Pierre-Paul Routhier lors d’un déjeuner avec des gens d’affaires au restaurant Chic Chantier dans le parc industriel de Châteauguay le 17 octobre. Pierre-Paul Routhier. «La majorité de nos travailleurs travaillent dans l’ouest. Quand vous empruntez le pont Mercier le matin, quand vous regardez à la sortie, à la fourche, il n’y en a pas beaucoup qui s’en vont vers Montréal. Parce qu’il y a un très bon service de transport en commun vers Montréal. La majorité s’en va à l’ouest. Il y a énormément de gens qui travaillent à Ville Saint-Laurent, à Dorval, et un peu partout comme ça», a-t-il fait valoir. Une partie du réseau du REM. La Ville de Châteauguay, à droite, n’y figure pas. Le maire Routhier réclame un autobus vers la future gare de Dorval, encerclée en jaune, à droite.
  3. Article sur la vente du centre d'achat ce hiver: https://montrealgazette.com/news/local-news/west-island-gazette/les-jardins-dorval-shopping-centre-has-been-sold Les Jardins Dorval shopping centre has been sold Kathryn Greenaway, Montreal Gazette Updated: January 22, 2019 Les Jardins Dorval shopping centre has been sold to the North America Development Group. Glenn Munro, speaking for NADG Montreal, said the purchase of the 95,078 square metre property was finalized last week, but would not comment further at this early stage in the planning process. Mayor Edgar Rouleau told the West Island Gazette that Dorval’s director of urban planning Mario St-Jean will be meeting with NADG in the coming weeks to discuss in more detail what the city’s vision is for the property. The purchase includes the shopping mall and the parking lot located in the southern portion of the property. “(NADG) knows we would like it to be mixed used — residential and commercial,” Rouleau said. “You see it more and more in the United States. For seniors it would be great. Look at the winter we are having. Seniors don’t want to go out to do their shopping.” The zoning is already in place for a mix-use project. On its website, NADG is described as “active in the development, acquisition, redevelopment and management of over 200 shopping centres, mixed-use and residential developments comprising well over 35 million square feet across Canada and the United States.” NADG’s Quebec presence includes commercial entities in Boucherville, Laval, Boisbriand and Rouyn Noranda. NADG mixed-used projects can be found in Kelowna, B.C. and Lake Mary and Daytona Beach, Florida. Rouleau said the Montreal Agglomeration Council’s Land Use and Development Plan encourages municipalities to densify, but that Dorval’s housing stock is primarily of the single-family home variety and there is very little vacant land available to develop. “So when we have an opportunity like (the shopping centre sale) it’s good for us,” Rouleau said. “The property has already been identified as a TOD (transit-oriented development).” TODs are developments located within one kilometre of a transit hub. Via Rail, a major bus terminal and the international airport are all located within the vicinity. Because of the proximity to the airport, there will be height restrictions for the build. Rouleau speculated that peak height could be between 8 and 10 storeys for an office or residential building. Transport Canada enforces the height restrictions, but was unable to supply the information requested by deadline. A number of vacancies can be spotted at Les Jardins Dorval. John Mahoney / Montreal Gazette Les Jardins Dorval first opened in 1954 and was considered the benchmark for shopping malls at the time, but its popularity had begun to slip over the last years. Rouleau said previous owner Strathallen Capital Corp. did a good job of upgrading the interior to make it an attractive location to shop, but that customer traffic continued to dwindle. “Stores began to close and it no longer had the variety it once had,” the mayor said. “And people are shopping online more and more. You always need to buy a quart of milk and get your hair cut, so the (grocery store) and hair dresser are busy. But when it comes to jewelry or clothing stores, it’s tough.” Today, the anchor stores at the mall are The Bay, Maxi and Walmart which replaced a Zellers outlet almost seven years ago.
  4. C'est plutôt une bonne nouvelle. Ce centre d'achat était devenu assez tristounet, avec plusieurs espaces non loués. Et le stationnement gigantesque est généralement à moitié vide. Des unités résidentielles attireront notamment les gens qui travaillent à l'aéroport. De récents développements de condos à proximité (boulevard Bouchard) se sont vendus rapidement, en grande partie à des employés de l'aéroport apparemment. Par ailleurs, ce développement serait assurément connecté è l'éventuelle station du REM de Dorval, si elle voit le jour. La formule semble assez gagnante. Saviez-vous que les Jardins Dorval a été construit en 1954 et est considéré un des plus vieux centres d'achat au Québec. De Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Jardins_Dorval
  5. Les revenus de stationnement vont-ils vraiment à Six Flags? Si ça va à la ville, ça ne changerait pas grand chose côté revenus que ces stationnements soient déplacés sur les 2 rives, près des routes principales. Ensuite, l'accès à La Ronde (et au reste de l’île) se ferait par moyen alternatif (téléphérique? autobus? bateau?...), mais il pourrait toujours y avoir un débarcadère devant l'entrée pour les visiteurs qui se font déposer. Résultat: plein d'espace gagné et beaucoup moins de voitures sur l’île Ste-Hélène.
  6. Les stationnements autour de La Ronde sont vraiment un gaspillage d’espace, surtout celui tout au bout de l’ile qui offre une vue spectaculaire sur le fleuve. Par ailleurs, c’est souvent un enfer de se rendre ou de quitter La Ronde en voiture, particulièrement le soir à la fermeture. As-t ’on déjà pensé à créer un mode de transport alternatif pour donner un accès direct au parc? Un téléphérique par exemple? (je ne sais pas si la capacité d’un téléphérique serait suffisante pour le volume de clients) En tout cas, c’est souvent désolant de voir la quantité de voiture qui tente de transiter sur cette ile qui se veut pourtant un parc.
  7. Il me semble que le "fort intérêt" a été amplement démontré. Qu'est-ce que ça prend de plus?!
  8. https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201905/15/01-5226296-dorval-cherche-lappui-de-toute-lile-pour-le-prolongement-du-rem.php Dorval cherche l'appui de toute l'île pour le prolongement du REM Publié le 16 mai 2019 à 07h00 | Mis à jour le 16 mai 2019 à 07h00 Bruno Bisson La Presse La Cité de Dorval va solliciter ce soir l'appui de l'ensemble des municipalités de l'île de Montréal pour obtenir le prolongement du futur Réseau express métropolitain (REM) de la Caisse de dépôt et placement du Québec, entre l'aéroport international Trudeau et la gare locale, où s'arrêtent les trains de banlieue et ceux de Via Rail. La résolution déposée à l'ordre du jour du conseil d'agglomération de Montréal de ce soir par le maire de Dorval, Edgar Rouleau, « demande officiellement au gouvernement du Québec qu'une gare intermodale soit réalisée à Dorval en prolongeant l'antenne aéroportuaire du REM d'environ 700 mètres ». Ce prolongement permettrait de fusionner « les gares de trains de banlieue de la ligne Vaudreuil-Hudson, opérés par exo, des services ferroviaires interurbains opérés par Via Rail, le terminus d'autobus opéré par la Société de transport de Montréal, et une station de navettes électriques autonomes opérées par le Réseau express métropolitain de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ Infra) ». Cette municipalité de 20 000 habitants, qui n'a jamais digéré sa mise à l'écart du plus important projet de transports collectifs de Montréal depuis la construction du métro, a convoqué ce matin une conférence de presse où seront dévoilés « de nouveaux éléments » en appui à sa demande de prolonger le REM. Une source de La Presse a affirmé qu'on devait notamment rendre publics les résultats d'une étude de circulation et d'achalandage qui démontrerait « un impact positif majeur » si la future antenne du REM était prolongée jusqu'à la gare Dorval actuelle, beaucoup plus facile d'accès pour les résidants locaux que les installations de l'aéroport. 35 mètres sous le stationnement Coïncidence (ou pas), la société autonome qui gère l'aéroport international Trudeau, Aéroports de Montréal (ADM), annonçait hier l'attribution d'un important contrat de gérance de construction pour des projets totalisant 2,5 milliards « qui changeront définitivement le visage de YUL Aéroport international Montréal-Trudeau ». La future station souterraine du REM fait partie intégrante de ces projets. Selon le communiqué publié hier par ADM, qui appuie la demande de prolongement de la Cité de Dorval, le projet d'ensemble, surnommé « côté ville », comprend la construction et l'aménagement souterrain de la station du REM, à 35 mètres sous le stationnement étagé actuel de l'aéroport (voir l'illustration). Le stationnement actuel, explique Anne-Sophie Hamel, directrice aux relations médias et affaires corporatives d'ADM, sera démoli afin de permettre la construction de la station, avant d'être reconstruit par-dessus la station. Un vaste espace baptisé « YUL Transit », où convergeront les différents modes de transport (navettes, autobus, location de voiture, taxis, Uber, accès aux stationnements), sera aménagé au niveau du sol et connecté à l'aérogare. Tous ces aménagements devraient être prêts dès 2023 pour l'inauguration de l'antenne du REM vers l'aéroport Trudeau. À plus long terme, avec la reconstruction complète de son débarcadère actuel, aussi prévu au projet « côté ville », ADM espère multiplier par trois la capacité d'accueil de l'aéroport Trudeau en une dizaine d'années. Des appuis ADM appuie la demande de la Cité de Dorval de prolonger le REM jusqu'à la gare de Via Rail et d'exo, où se trouve aussi, à proximité, un terminus d'autobus de la STM. « On a déjà exprimé publiquement que le prolongement demandé par la Ville est une bonne idée qui mérite certainement d'être explorée afin de favoriser l'intermodalité et les interconnexions entre les réseaux de transports collectifs », a déclaré hier Mme Hamel. En plus d'ADM, Via Rail appuie aussi la demande de prolongement de la municipalité de Dorval. Le maire de l'arrondissement voisin de Saint-Laurent, Alan DeSousa, a fait adopter par le conseil d'arrondissement il y a déjà plus d'un mois une résolution d'appui au prolongement du REM à Dorval. La résolution d'appui qui sera soumise ce soir au vote des représentants de la Ville de Montréal et des 18 autres villes liées de l'agglomération fait valoir que « plus de 100 000 personnes vivent près de l'aéroport ». Celles-ci n'auront toutefois pas accès au futur réseau de transport collectif parce qu'elles devront « passer par les installations de l'aéroport, qui ne sont pas conçues pour ce type de desserte quotidienne ». La Cité de Dorval fait aussi valoir qu'en créant un pôle intermodal incluant le REM, les 300 passagers quotidiens de Via Rail, les 16 000 usagers quotidiens du train de banlieue de Vaudreuil-Hudson et les 25 000 personnes transitant chaque jour par le terminus de bus de la STM auront aussi accès à ce futur réseau de train électrique de 67 km, dont le coût est actuellement estimé à 6,3 milliards. La filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec qui supervise la construction du REM, CDPQ Infra, a décliné hier une demande d'entrevue de La Presse concernant un éventuel prolongement de son tracé, en attendant la conférence de presse que tient ce matin le maire de Dorval, Edgar Rouleau.
  9. Je crois que le projet souffre en partie du fait que le petit édifice trop bas à la gauche gâche l'harmonie autour du Square. Ci-dessous une image avec cet espace rempli. On dirait que le projet est moins pire et on remarque moins la tour un peu décevante derrière. Cet espace sera surement rempli dans le futur, le plus tôt possible j'espère.
  10. Dommage qu'on n'ai pas pu inclure la petite bâtisse grise (à gauche) de 3 étages dans le projet (propriétaire différent?) Si la base qui donne sur le Square Philips avait aussi couvert cet espace, l'effet visuel aurait été beaucoup plus intéressant. Et on aurait moins remarqué la tour ennuyante en arrière. Ce n'est qu'un premier rendu mais c'est quand même très décevant.
  11. Sauf erreur de ma part, le réaménagement du côté Sud de l'échangeur Dorval a été retiré du site du MTQ. L'image de la conception finale inclut le rond point existant, qui devait disparaitre. Il n'y a donc plus d'accès direct entre la 520 et la 20 comme sur le dessin original (post en entête de ce fil) Ci-dessous l'image de la conception finale sur le site du MTQ.
  12. “In simple terms, the operator of that equipment should just be instructed to keep his foot on the pedal and go 700 metres more,” DeSousa said." Ce passage m'a fait rire. C'est un peu plus compliqué que ça, mais l'image est assez convaincante quand même!
  13. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1168151/reseau-express-metropolitain-prolongements-cdpq-infra-train-tranway La Caisse de dépôt étudiera des scénarios de transport collectif vers le nord, le sud et l'est Publié aujourd'hui à 13 h 29 Jérôme Labbé Québec annonce que la Caisse de dépôt et placement (CDPQ) va se pencher sur deux scénarios de prolongement du futur Réseau express métropolitain (REM), vers Laval et vers la Rive-Sud, ainsi que sur un « nouveau mode de transport » dans l'Est de Montréal. Le gouvernement Legault a confirmé le début des études préliminaires par voie de communiqué, lundi, au moment où s'ouvrait le Forum stratégique sur les grands projets métropolitains au Palais des congrès de Montréal. « Ces axes correspondent à des prolongements vers le nord, pour desservir le centre de Laval, et vers le sud pour atteindre les secteurs de Chambly et de Saint-Jean-sur-Richelieu », écrit-il. « À cela s'ajoute l'évaluation d'un nouveau système de transport collectif pour relier l'Est de Montréal et le secteur du Cégep Marie-Victorin au centre-ville ». Aucune autre information n'a été fournie lundi, outre le fait que les résultats de ces analyses étaient attendus au cours de la prochaine année. Les tracés exacts, par exemple, n'ont pas encore été définis. Mais selon nos informations, l'antenne lavalloise prendrait fin au Carrefour Laval, à l'intersection des autoroutes 15 et 440, alors que celle de la Rive-Sud s'arrêterait au coin de la 10 et de la 35. Le communiqué laisse en outre penser qu'un futur lien vers l'Est pourrait passer par le nord de l'île, puisque le Cégep Marie-Victorin est situé dans l'arrondissement de Montréal-Nord. Le cabinet de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, écrit en outre que le « nouveau système de transport collectif » permettrait aussi de relier Rivière‑des‑Prairies au centre-ville. Un compromis sur la ligne rose? L'idée de relier le nord-est de Montréal au centre-ville par un nouveau lien structurant se rapproche beaucoup de la « ligne rose » du métro souhaitée par l'administration Plante, n'ont pas manqué de souligner les journalistes présents, lundi, au Forum stratégique sur les grands projets métropolitains. « Ce qu'il faut, c'est désengorger la ligne orange, et il y a un axe transversal sur lequel on doit travailler, peu importe la technologie », a répondu la ministre Rouleau. « Mais je répèterai que je ne donne pas de couleur à la mobilité de la région métropolitaine. » Chantal Rouleau est ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole. Photo : Radio-Canada / Benoît Chapdelaine Ce n'est pas la première fois que les membres du gouvernement Legault évoquent la possibilité de prolonger le futur REM, même si la première antenne, sur la Rive-Sud, ne sera pas mise en opération avant 2021. Ce souhait a été évoqué par la Coalition avenir Québec avant, pendant et après la dernière campagne électorale. De plus, il est question depuis plusieurs années d'aménager un tramway dans l'Est de l'île. Ce moyen de transport – qui quadrillait autrefois la métropole – n'est toutefois pas identifié comme tel dans le communiqué fourni lundi, ses rédacteurs ayant choisi les expressions plus englobantes de « nouveau mode de transport » et de « nouveau système de transport collectif ». Ce choix de vocabulaire donne à penser que le gouvernement Legault jonglerait avec l'idée de remplacer le tramway par un REM dans l'Est de Montréal, comme l'ont souligné plusieurs médias au cours des derniers mois. L'ARTM écartée? Les analyses annoncées lundi seront effectuées par CDPQ Infra, la branche de la Caisse de dépôt responsable de gérer les grands projets d'infrastructures, et non par l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui a pourtant le mandat de coordonner les différents services de transport public du Grand Montréal. Jugeant la situation « inquiétante », Valérie Plante réclame que le gouvernement Legault fasse volte-face, ou qu'à tout le moins l'ARTM puisse superviser les travaux de CDPQ Infra. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, préférerait que les différents scénarios de prolongement du REM soient étudiés par l'ARTM plutôt que par CDPQ Infra. Photo : Radio-Canada / Julie Marceau En marge d'une annonce à saveur environnementale, lundi matin, la mairesse a rappelé que, contrairement à la Caisse de dépôt, l'ARTM est dirigée par des élus qui, selon elle, ont toute la légitimité de « planifier l'ensemble du transport collectif dans la région métropolitaine ». Je demande – je vous dirais même que j'exige! – que ça passe par l'ARTM. Valérie Plante, mairesse de Montréal De passage à Scott, Beauce, le premier ministre Legault a répliqué en affirmant que la CDPQ avait toute l'expertise nécessaire pour mener elle-même les études préliminaires. « La Caisse de dépôt a travaillé avant la construction du REM sur des études de volume – volume sur l'île de Montréal, volume sur la Rive-Nord, la Rive-Sud –, donc ils ont beaucoup de données qui peuvent nous être utiles pour considérer certains scénarios. » L'annonce de lundi survient quelques jours après que l'opposition libérale eût souligné en commission parlementaire que le gouvernement Legault n'avait pas encore demandé officiellement à CDPQ Infra d'étudier la possibilité de prolonger le futur REM. Elle ne fait toutefois pas mention de la volonté de certains élus montréalais de prolonger le REM vers la gare de Dorval, un tronçon d'à peine 700 mètres qui permettrait de relier l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau à la ligne de train de banlieue Vaudreuil-Hudson, dans l'Ouest-de-l'Île. Le REM est un projet évalué à 6,3 milliards de dollars. Il prévoit actuellement la construction de 26 stations dans un réseau de 67 km. Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine et Julie Marceau
  14. "Achetez cette maison et nous achaton la vôtre". Elle devrait peut-être penser à "s"achater" un dictionnaire...