Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 10/02/20 in all areas

  1. 6 points
    En complément, dans le Journal de Montréal on met le doigt sur le bobo: Ça fait 5 ans que la simplification tarifaire a été annoncée. C'est honteux que nous en soyons toujours à l'étape des consultations. On peut déjà conclure que remplacer l'AMT par ARTM a été une monumentale perte de temps et de ressources.
  2. 5 points
    https://www.archilovers.com/projects/263832/gallery?2586581
  3. 5 points
    Si t'avais acquis ton permis de guide touristique pour une somme imposante que seuls des groupes de 30 personnes te permettaient de rentabiliser, tu n'aurais pas diminué à mois de 10! À moins de charger 1000$ de l'heure à chacun des 6-7 clients. Mais va les trouver ceux qui veulent payer ça. Excuses, mais je doute que tu aies fait de tels sacrifices. Pour le projet, Je serais surpris que ce terrain ait été acquis pour des pinottes. Conséquence : rentabilisation avec + de logements. OU, peu de logements mais hors de prix. Mais là, les mêmes qui déchirent leurs chemises contre les hauteurs vont crier à l'embourgeoisement crasse et élitiste. Tu ne nous a pas donné une véritable solution.
  4. 4 points
    Et il continue de dire la même chose auj. Il peut faire tellement oeuvre utile en s'occupant de préserver des joyaux du patrimoine bâti. Mais il a une vision ridiculement réductrice en ce qui concerne le c-v et les hauteurs. Il est carrément hors de ses pompes, comme il l'était à cette époque. Patrimoine bâti : oui, vas-y mon homme! Questions de hauteurs au c-v : arrête, par pitié!
  5. 4 points
    J'ai bien ri moi aussi car je porte un peu le même chapeau. De mon côté j'ai eu la chance de voir la génération des immeubles des années 60 monter, dont la PVM et CIBC. C'est d'ailleurs de là que ma passion pour l'architecture et particulièrement des tours est née. A suivi les extraordinaires designs des pavillons de l'Expo 67, du bonbon pour l'adolescent de 16 ans que j'étais, c'était ma drogue (beau, bon, pas cher et qui te laisse toujours sur un high). À 17 ans j'ai triché sur mon âge et j'ai décroché pour les 5 années suivantes la job d'été la plus payante et la plus excitante qui soit à Terre-des-Hommes. C'est là que je suis littéralement tombé dans une sorte de rêve éveillé. Pourtant tout comme toi, malgré le temps je ne me sens pas plus vieux, puisque ma fascination pour les beaux projets et pour ma ville en général ne s'est jamais démentie. C'est pour cela que je ne regrette pas le passé, parce que je trouve le présent est tout aussi stimulant. Surtout que je pense que Montréal n'a jamais cessé de s'améliorer et de s'embellir, notamment au niveau de la qualité des parcs, des places publiques et des aménagements urbains. Ces derniers sont d'ailleurs devenus aujourd'hui les compléments parfaits pour une ville qui se veut toujours aussi séduisante et tout à fait de son temps.
  6. 3 points
    Il y a une chose qui s'appelle "des objectifs irréconciliables" --c'est-à-dire qu'il faut choisir ceux qui nous importent le plus parmi la gamme des objectifs souhaitables pris un à un. Dans ce cas, il s'agit de: - L'échelle humaine, géréralement associée à des bâtiments de faible hauteur; - La haute densité (pour faire échec à l'étalement urbain); - La préservation du bâti patrimonial; - Un centre-ville fort, diversifié et animé (ce qui implique un mix de fonctions --bureaux, résidences, commerces, universités, attraits touristiques/loisirs/spectacles; espaces verts, etc.); - Le maintien de la prééminence du Mont-Royal dans le profil; - Suffisamment de logements à prix abordables pour les familles dans les quartiers centraux; - Des bâtiments prestigieux/ iconiques, et des sites disponibles/permis pour les accueillir; - Des infrastructures de transport qui facilitent les déplacements, tant à l'intérieur du centre que de celui-ci vers la périphérie et réciproquement. - Le dynamisme économique et démographique, en d'autres mots la croissance, l'opposé de la stagnation. - Compétivité (qui découle notamment, pas exclusivement, de prix du foncier (terrains) moins élevés que dans des villes concurrentes); - Revenus municipaux suffisants pour assurer des services de qualité, sans imposer un fardeau trop lourd aux propriétaires et commerçants. IL FAUT CHOISIR: on ne peut pas souhaiter tout avoir et s'opposer à tout changement.
  7. 3 points
    Rocco has actually mellowed with time. He really cares about the beauty of our city. Yes, he will still throw out the occasional zapper, but they are less cynical than before and are often right on the mark. From time to time, he will overdo do it, but no need to get defensive or agressive about it. His heart is in the right place.
  8. 3 points
    C'est exactement ça !! On aurait pas pu mieux décrire ce façadisme de pacotille !! Alors si j'ai bien compris, si jamais un promoteur décidait de construire une tour de 20 étages en face de chez moi, je n'aurais pas le droit de me plaindre ? En tous les cas si je me fie à ton commentaire, je ne pourrais pas faire valoir la perte -ou la diminution- de l'ensoleillement pour m'opposer à un tel projet ?
  9. 3 points
  10. 3 points
  11. 3 points
    L’architecture doit être revu, je suis 100% d’accord, ensuite celle-ci pourrait effectivement répondre à vos critères. Mais les plaintes formulées jusqu’ici parlent essentiellement d’ensoleillement, de hauteur, de bruit lors de la construction, de trop de résidents (même de sacrifier Bleury?) - c’est du « pas dans ma cours ». Moi je dis, parlons architecture, on pourra contribuer à mettre en valeur le secteur, qui a besoin de gens, de familles, pour y vivre - tout le secteur 2 rues à l’est est tellement moribond. Sur ce, j’espère que la solution retenue sera un bon compromis pour tout le monde, en réalisant que c’est le très centre-ville. Canvar mérite de se faire dire que ce qu’ils veulent bâtir est laid, ça c’est vrai
  12. 3 points
    Un projet immobilier suscite la controverse dans Ville-Marie PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE Le promoteur derrière le projet est le Groupe Canvar. Son projet consiste à transformer des immeubles existants en conservant les façades (2105 à 2137, rue De Bleury), puis à ériger un immeuble d’environ 290 logements, en majorité des studios, sur huit ou neuf étages (25 mètres), dans une zone où la limite maximale permise est de 16 mètres. Un imposant projet immobilier en plein cœur d’un quadrilatère du centre-ville protégé par des lois patrimoniales soulève la grogne du voisinage. L’organisme de défense Héritage Montréal accuse le parti Projet Montréal de sacrifier le patrimoine pour multiplier les logements, en reniant ses promesses de centre-ville à « échelle humaine ». Publié le 10 février 2020 à 5h00 https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/202002/09/01-5260255-un-projet-immobilier-suscite-la-controverse-dans-ville-marie.php Sara Champagne La Presse Le projet de construction en question est adossé à l’emblématique rue Jeanne-Mance, à un jet de pierre du Black Watch, bâtiment du plus ancien régiment écossais au Canada. Dans un quadrilatère où une ruelle et un stationnement vacant suscitent l’intérêt des promoteurs depuis longtemps. Le promoteur derrière le projet est le Groupe Canvar. Son projet consiste à transformer des immeubles existants en conservant les façades (2105 à 2137, rue De Bleury), puis à ériger un immeuble d’environ 290 logements, en majorité des studios, sur huit ou neuf étages (25 mètres), dans une zone où la limite maximale permise est de 16 mètres. Les plans doivent être soumis au vote de l’équipe de la mairesse Valérie Plante le 11 février, lors de la séance du conseil d’arrondissement. Comme le projet est situé dans le site patrimonial des façades de la rue Jeanne-Mance, les démolitions nécessiteront des autorisations du ministère de la Culture. PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE Comme le projet est situé dans le site patrimonial des façades de la rue Jeanne-Mance, les démolitions nécessiteront des autorisations du ministère de la Culture. Le projet est loin de satisfaire Dinu Bumbaru, directeur des politiques de l’organisme de défense Héritage Montréal. Il y aurait notamment lieu de revoir le nombre d’unités à la baisse. « Avec ce projet, on va sacrifier la rue De Bleury, avec l’avenue du Parc, ce qui est quand même un axe assez fort, entre le mont Royal et le quartier Villard, et le Vieux-Montréal. Donc, si ce projet devient un canyon avec de la pelure de patrimoine en spray, passez-moi l’expression, on a perdu quelque chose. Il faudrait trouver un équilibre. » On peut se demander si les urbanistes ne sont pas des touristes. Dinu Bumbaru, Héritage Montréal Au cabinet de la mairesse Plante, l’attachée de presse Geneviève Jutras souligne que les élus ont « entendu les commentaires des citoyens » la semaine dernière lors d’une consultation publique. « Les élus analysent présentement et pourront parler de leur position à la prochaine lecture », a-t-elle ajouté. En juin 2019, puis en octobre dernier, les plans du promoteur ont fait l’objet d’un avis « favorable » du comité consultatif d’urbanisme (CCU) de l’arrondissement de Ville-Marie, avec certaines modifications, dont le recours à du verre plus clair et à une pierre grise pour le basilaire. Le CCU a aussi demandé une toiture verte. Joint par La Presse, l’ingénieur et vice-président du Groupe Canvar Richard Varadi indique travailler en « collaboration » avec la Ville de Montréal pour trouver « un juste milieu » répondant aux préoccupations des citoyens. « Nous espérons que les changements proposés seront considérés de bonne foi et déboucheront sur un projet satisfaisant pour tous », a précisé le haut dirigeant. Des citoyens inquiets Voisine immédiate du terrain du projet, la Coopérative d’habitation Jeanne-Mance interpelle les élus de Ville-Marie depuis des semaines afin que le projet soit freiné. Une centaine de personnes habitent 16 maisons victoriennes aux façades patrimoniales. Elles contestent notamment les données d’une étude d’ensoleillement. « Selon l’étude, une importante zone de maisons va perdre deux heures de soleil par jour. Donc, on nous enferme derrière un mur d’ombre à partir de 11 h. Or, la perte de deux heures d’ensoleillement est énorme pour un secteur où le soleil est déjà rare. À en juger par cette étude, la qualité de vie de toute une communauté établie depuis 40 ans n’a aucune valeur », se désole Isabelle Clément, l’une des résidantes de la coopérative. Façadisme L’absence d’étude patrimoniale sur le développement du secteur étonne Claudine Déom, professeure à la faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, spécialisée dans l’attribution des valeurs patrimoniales. Selon elle, il y a de sérieuses questions à se poser tant sur le plan architectural qu’urbain. « C’est le propre d’un centre-ville de vouloir se développer. Mais dans sa forme actuelle, on est dans le façadisme. On n’a qu’à regarder ce qui a été fait en face. Il faut aussi penser à l’impact citoyen. L’étude d’ensoleillement n’a rien de banal. » « Ce n’est en tout cas pas un projet qui va gagner un prix d’architecture », ajoute Dinu Bumbaru, d’Héritage Montréal, qui se demande si on ne va pas compacter le centre-ville complètement avec des tours comme dans l’ouest. Les antécédents du Groupe Canvar Le Groupe Canvar est à l’origine de la démolition controversée de deux immeubles datant de 1870 et de 1920 (entre le 2100 et le 2122 de la rue De Bleury), pour ne conserver que les façades. Le promoteur est aussi à l’origine de plusieurs autres constructions de tours au centre-ville, notamment sur le terrain du Jardin Domtar, un espace vert qui a été rasé pour construire une tour à l’ouest du Quartier des spectacles.
  13. 3 points
    Montreal on Instagram - first week of February 2020. Part one https://www.instagram.com/p/B8VBG3fHQQZ/ https://www.instagram.com/p/B8WW1_JA2Ov/ https://www.instagram.com/p/B8Wg24QHA9a/ https://www.instagram.com/p/B8SZ5IoHh93/ https://www.instagram.com/p/B8SZ5IoHh93/ https://www.instagram.com/p/B6bc0g1gZdT/ https://www.instagram.com/p/B8JOITjlLZv/ https://www.instagram.com/p/B8SWflsACmK/ https://www.instagram.com/p/B8EzASSp-sd/
  14. 2 points
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1513631/suncor-biocarburant-biodiesel-montreal-raffinerie-petrole-quebec-ges Suncor veut produire du diesel sans pétrole à Montréal, avec un projet d'un milliard Le géant albertain des sables bitumineux s’apprête à donner un sérieux coup de pouce au gouvernement du Québec pour atteindre ses cibles de réduction de GES. Thomas Gerbet Publié à 4 h 03 475 000 barils de diesel par année, sans une seule goutte de pétrole. C’est ce que Suncor pense être capable de produire dès 2024 à ses installations de Montréal-Est. Le Québec pourrait ainsi doubler sa consommation de carburant vert. Radio-Canada a obtenu un document confidentiel qui détaille ce mégaprojet. L’investissement serait considérable, puisqu’il impliquerait la construction de cinq nouvelles usines. Le biocarburant serait fabriqué à partir de graisses animales, d’huiles végétales et d’huiles de cuisson usagées. Le produit serait ensuite mélangé au diesel pétrolier que Suncor raffine déjà (50 millions de barils par année). Le projet impliquerait la construction de nouveaux bâtiments à Montréal-Est. PHOTO : RADIO-CANADA Avec son projet de diesel renouvelable hydrotraité, Suncor indique dans son document que les émissions de GES pour produire ce biodiesel seront réduites de 95 % par rapport au diesel conventionnel. Si nos efforts portent leurs fruits, nous renforcerons notre position de fournisseur durable d’énergie au Québec et nous serons créateurs de nombreux emplois bien rémunérés. Extrait du document confidentiel de Suncor. Au Québec, le secteur des transports génère 43 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES). Selon un rapport commandé par le ministère de l'Environnement, l'an dernier, le Québec pourrait éliminer presque tous les GES des transports d'ici 2050 en ajoutant le recours aux biocarburants à l'électrification. Le premier ministre du Québec François Legault et le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon ont rencontré les patrons de Suncor à la fin janvier. PHOTO : EMILIE NADEAU/COMPTE TWITTER DE FRANÇOIS LEGAULT François Legault enchanté Officiellement, le projet de Suncor est encore en cours d’évaluation nous a répondu le porte-parole de l'entreprise, Dean Dussault. Mais la pétrolière multiplie déjà les rencontres pour le présenter. Suncor a même sollicité une contribution du gouvernement du Québec lors d’un entretien avec le premier ministre du Québec à l'occasion du Forum économique de Davos, en janvier. François Legault avait brièvement abordé le sujet avec excitation devant les médias, sans donner plus de détails. Le document que nous avons obtenu chiffre le projet à 800 millions de dollars, mais plusieurs sources rapportent qu’il dépasse le milliard de dollars. La raffinerie de Suncor à Montréal-Est. PHOTO : ISTOCK Un projet « énorme » Ce projet est énorme, réagit le directeur de l’Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits, écoénergies de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Patrice Mangin. Suncor fournirait à lui seul 750 millions de litres de biodiesel par année. Le professeur connait bien la production de biocarburant puisqu'il est lui-même directeur général de BioÉnergie La Tuque (BELT), qui prévoit produire 200 millions de litres par année de biodiesel à partir de résidus forestiers, à compter de 2023. Pour atteindre les cibles 37,5 % de réduction de GES en 2030, il faudrait produire entre 1,2 et 1,5 milliard de litres de carburant renouvelable par année. Avec ce projet, on atteindrait le milliard. Patrice Mangin, directeur de l’Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits, écoénergies de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Au Québec, la consommation d’éthanol mélangé à l’essence atteint près de 5 % du total, ou environ 475 millions de litres par année. La consommation de carburant diesel biosourcé est plus marginale. À Montréal, la compagnie Rothsay Biodiesel produit déjà 45 millions de litres à partir de graisses animales et d'huile de cuisson usée. Innoltek, de Saint-Jean-sur-Richelieu, fait de même avec une production de six millions de litres, qui est amenée à doubler. La consommation de diesel pourrait devenir un peu plus « verte ». PHOTO : RADIO-CANADA / MARIO DE CICCIO Un nouveau règlement qui tombe à point pour Suncor Le 1er octobre 2019, le gouvernement du Québec a annoncé un projet de règlement qui prévoit imposer 15 % de biocarburant dans l'essence et 4 % dans le diesel, et ce à l'horizon 2025. Pas assez ambitieux, selon Patrice Mangin, par rapport à ce que Suncor est capable de produire : Le gouvernement ferait bien d'augmenter ses cibles jusqu’à 10 % pour le diesel. En plus du virage vert entrepris par Suncor, la pétrolière a annoncé la semaine dernière qu'elle reportait son projet de cokéfaction à Montréal, qui lui aurait permis de traiter des barils de pétrole lourd en provenance des sables bitumineux.
  15. 2 points
    Is this Rocco's burner account? 😂 Just kidding...I think we all have a place for Rocco in our hearts. 💘
  16. 2 points
  17. 2 points
    Une excellente vidéo qui montre Montréal et vraiment pas assez connue.
  18. 2 points
  19. 2 points
    On peut voir avec l'update de Google Earth 3D que l'alignement est presque que parfait. À voir si un redéveloppement se fera dans un avenir proche et si la sortie de la station influencera le design...
  20. 1 point
    Photos du site Facebook
  21. 1 point
    Dans ce projet, en plein milieu du terrain du promoteur (dans le stationnement), il y a une ancienne ruelle qui appartient à la ville. La ville a concédé à la déplacer en échange d'un beau projet (C'est exactement ce qu'on nous a dit lors de la consultation publique). Je cherche où est le beau projet, c'est tout ! Je ne suis pas contre la construction d'un projet résidentiel, je veux juste qu'on arrête de nous prendre pour des valises. Ce projet n'a rien de beau et a été conçu à la va-vite (avec la complicité du CCU) par des promoteurs avides d'argent.
  22. 1 point
    En effet, d'autant plus que mon opinion ne tiendra pas dans le temps car ce sont toutes les parties blanches (en voie d'être recouvertes) qui m'ont évoqué une balustrade de balcon et les colonnes la soutenant comme la partie droite ci-dessous : Ceci dit, n'essaie pas de comprendre les compulsifs du downvote. Ça me fait fait d'ailleurs penser à une célèbre phrase de Charles de Gaulle devant un graffiti mural qui disait : Mort aux cons ! Et le Général d'affirmer : « Vaste programme ».
  23. 1 point
    Horrible. Stay far away from Montreal. Suddenly make me love Canvar's designs.
  24. 1 point
    https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/202002/09/01-5260255-un-projet-immobilier-suscite-la-controverse-dans-ville-marie.php On dirait que son chat est entrain d'être egorgé avec des commentaires de ce genre :
  25. 1 point
    Suncor veut produire du diesel sans pétrole à Montréal, avec un projet d'un milliard Le géant albertain des sables bitumineux s’apprête à donner un sérieux coup de pouce au gouvernement du Québec pour atteindre ses cibles de réduction de GES. La raffinerie de Suncor à Montréal-Est a une capacité de production de 137 000 barils par jour. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1513631/suncor-biocarburant-biodiesel-montreal-raffinerie-petrole-quebec-ges Photo : Suncor Thomas Gerbet Publié à 4 h 03 475 000 barils de diesel par année, sans une seule goutte de pétrole. C’est ce que Suncor pense être capable de produire dès 2024 à ses installations de Montréal-Est. Le Québec pourrait ainsi doubler sa consommation de carburant vert. Radio-Canada a obtenu un document confidentiel qui détaille ce mégaprojet. L’investissement serait considérable, puisqu’il impliquerait la construction de cinq nouvelles usines. Le biocarburant serait fabriqué à partir de graisses animales, d’huiles végétales et d’huiles de cuisson usagées. Le produit serait ensuite mélangé au diesel pétrolier, dans une teneur d’environ 10 %. Le projet impliquerait la construction de nouveaux bâtiments à Montréal-Est. Photo : Radio-Canada Avec son projet de diesel renouvelable hydrotraité, Suncor indique dans son document que les émissions de GES seront réduites de 95 % par rapport au diesel conventionnel. Si nos efforts portent leurs fruits, nous renforcerons notre position de fournisseur durable d’énergie au Québec et nous serons créateurs de nombreux emplois bien rémunérés. Extrait du document confidentiel de Suncor. Au Québec, le secteur des transports génère 43 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES). Selon un rapport commandé par le ministère de l'Environnement, l'an dernier, le Québec pourrait éliminer presque tous les GES des transports d'ici 2050 en ajoutant le recours aux biocarburants à l'électrification. Le premier ministre du Québec François Legault et le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon ont rencontré les patrons de Suncor à la fin janvier. Photo : Emilie Nadeau/Compte Twitter de François Legault François Legault enchanté Officiellement, le projet de Suncor est encore en cours d’évaluation nous a répondu le porte-parole de l'entreprise, Dean Dussault. Mais la pétrolière multiplie déjà les rencontres pour le présenter. Suncor a même sollicité une contribution du gouvernement du Québec lors d’un entretien avec le premier ministre du Québec à l'occasion du Forum économique de Davos, en janvier. François Legault avait brièvement abordé le sujet avec excitation devant les médias, sans donner plus de détails. Le document que nous avons obtenu chiffre le projet à 800 millions de dollars, mais plusieurs sources rapportent qu’il dépasse le milliard de dollars. La raffinerie de Suncor à Montréal-Est. Photo : iStock Un projet « énorme » Ce projet est énorme, réagit le directeur de l’Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits, écoénergies de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Patrice Mangin. Suncor fournirait à lui seul 750 millions de litres de biodiesel par année. Le professeur connait bien la production de biocarburant puisqu'il est lui-même directeur général de BioÉnergie La Tuque (BELT), qui prévoit produire 200 millions de litres par année de biodiesel à partir de résidus forestiers, à compter de 2023. Pour atteindre les cibles 37,5 % de réduction de GES en 2030, il faudrait produire entre 1,2 et 1,5 milliard de litres de carburant renouvelable par année. Avec ce projet, on atteindrait le milliard. Patrice Mangin, directeur de l’Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits, écoénergies de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Au Québec, la consommation d’éthanol mélangé à l’essence atteint près de 5 % du total, ou environ 475 millions de litres par année. La consommation de carburant diesel biosourcé atteindrait environ 0,2 % de l'ensemble, soit environ 9 millions de litres par année. À Montréal, la compagnie Rothsay Biodiesel produit déjà 45 millions de litres à partir de graisses animales et d'huile de cuisson usée. Innoltek, de Saint-Jean-sur-Richelieu, fait de même avec une production de six millions de litres, qui est amenée à doubler. La consommation de diesel pourrait devenir un peu plus « verte ». Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio Un nouveau règlement qui tombe à point pour Suncor Le 1er octobre 2019, le gouvernement du Québec a annoncé un projet de règlement qui prévoit imposer 15 % de biocarburant dans l'essence et 4 % dans le diesel, et ce à l'horizon 2025. Pas assez ambitieux, selon Patrice Mangin, par rapport à ce que Suncor est capable de produire : Le gouvernement ferait bien d'augmenter ses cibles jusqu’à 10 % pour le diesel. En plus du virage vert entrepris par Suncor, la pétrolière a annoncé la semaine dernière qu'elle reportait son projet de cokéfaction à Montréal, qui lui aurait permis de traiter des barils de pétrole lourd en provenance des sables bitumineux.
  26. 1 point
    Vive les gratte-ciel.🏢
  27. 1 point
    Next step, les résidents de l'Ile des soeurs qui vont prendre leur marche vont chialer contre la vitesse des vélos.
  28. 1 point
  29. 1 point
    J'y ai été pendant la tempête de vendredi, vers 16h et c'était plein de monde. La lumière turquoise diffusée par la neige rendait l'atmosphère spéciale et vraiment agréable.
  30. 1 point
    Bien dit. Et n'oublions pas que si par exemple Sternberg disait, d'ici la fin de 2027, qu'il a eu la moindre discussion pour une relocalisation (complète) des Rays cela serait une violation du Use Agreement et la ville de St. Pete pourrait intenter une poursuite. Ca me semble d'abord une astuce pour permettre de faire avancer les choses à MTL. Ca permet à Bronfman de se présenter publiquement avec l'approbation concrète des Rays et de la MLB, devenir plus rapidement et avant longtemps actionnaire de l'équipe, avoir l'appuie et jusqu'à Sternberg avec lui dans ses représentations avec le gouvernement provincial, ... Comment auraient-ils pu faire tout cela sans le concept de villes-soeurs?! Puis ca crée une pression politique parfaite : la région de Tampa ne peut maintenant que sortir perdante, et le poids politique sur l'héritage du maire Kriseman est de beaucoup amoindri ; il ne sera pas le maire qui a laissé partir les Rays, mais plutôt le maire qui s'est tenu debout en se gaspillant pas du terrain et des centaines de millions dans la construction d'un stade pour la moitié d'une équipe devenue plus impopulaire que jamais.
  31. 1 point
  32. 1 point
    Personnellement je trouve que c'est bien, si c'est bien exécuté. C'est assez hypocrite de demander la crème-de-la-crème pour ce projet alors que le reste de Montréal -à commencer par Griffintown- ont eu un passe-droit pour livrer un design drabe. Il y des exceptions notable (YUL et Humanity notamment) mais ce ne sont que ça: des exceptions. Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras comme dit l'expression.
  33. 1 point
    Avec l'update de Google Earth, on peut confirmer la hauteur de la structure. 167m d'altitude, donc environ 159 m de haut à partir du niveau du fleuve. Un peu moins haut que la tour du stade qui est à 188 m d'altitude, 164 m à partir du sol.
  34. 1 point
    C’est un bon projet de densification de faible au hauteur en plein centre-ville. On vient éliminer un vieux stationnement, qui est une vraie plaie béante, tout en conservant l’intégrité des maisons en rangée sur Bleury. Niveau esthétique, les rendus ne semblent pas très prometteurs, mais on remarque l’utilisation de pierre grise et de briques brunes/rouges. Ça ne peut pas être si atroce, et de toute façon, Canvar ne nous a jamais habitué à des rendus spectaculaires/vendeurs car justement, ils ne vendent pas, ils louent. P.s. on est au centre-ville, c’est normal qu’un autre édifice nous cache parfois du soleil.
  35. 1 point
    Tu as peut-être parlé à un mur, mais nous sommes plusieurs à côté à avoir entendu! Merci!!
  36. 1 point
    2020-02-08 Drive by from Daniel Johnson (Yo mods, should be in "Going Up )
  37. 1 point
    Merci pour l'information. Sur ce, c'est un terrain en plein coeur du centre-ville, j'espère que vous allez considérer le fait qu'il faut / qu'il est normal / souhaitable de densifier celui-ci afin d'éviter l'étalement urbain. Je vois d'un bon oeil que ce projet sera retravaillé, il pourrait y avoir meilleure intégration, l'ajout de logements plus grands, une meilleure architecture, peut-être même une marge plus importante à l'arrière. Mais je me demande s'il n'est pas trop bas en fait; dans ce secteur on pourrait facilement doubler la hauteur encore. Il est certain que ce stationnement allait se développer un jour ou l'autre - on parle du vrai centre-ville à distance de marche de 2 métros - je suis désolé pour vous, mais le soleil en plein coeur d'une ville c'est moins présent, que ce soit pour une coop ou des condos ou autres. Pour une vie ensoleillée à coup sûr, il faut peut-être considérer un milieu périphérique tel Villeray ou encore Ahuntsic, et pas dans Ville-Marie.
  38. 1 point
    La nature en ville 6 months agoMore PROXIBA | relations publiques Le projet du Quartier des lumières développé par MACH va permettre la création d'un immense parc public de plus de 56000 pieds carrés. Mais qu'en sera-t-il de la végétation actuelle? Entrevue de Fabien Dessureault, avec l'horticulteur de renom Michel Renaud.
  39. 1 point
    Je suis tombée sur ce document qui a probablement servi de présentation lors de l'atelier de travail de l'an dernier https://quartierinnovationmontreal.com/sites/default/files/Presse/Longevite/PrésentationBienVieillir_26 fev.pdf Point de services CIUSSS (le maire avait mentionné avoir fait des demandes pour un CLSC dans le quartier ou du moins quelque chose avec des services similaires) La petite maison est l'ancien poste de police #7 Un autre concept avec un « tunnel » pour voir le poste de police #7 à partir de l'espace vert!
  40. 1 point
    It's a lot taller than most airport terminals
  41. 1 point
    Incroyable la quantité d'édifices nabots et atroces qu'on retrouve au fond de ce stationnement surtout du côté sud. Maudit que le boulevard René Lévesque , une avenue qu'on dit `` prestigieuse ''fait dur dès qu'on se dirige à l'est du boulevard Robert Bourassa.
  42. 1 point
    Il vaudrait mieux s'opposer à la laideur du projet !!
  43. 1 point
    Un événement que je ne connaissais pas avant d'écouter ce balado : L’attentat oublié de la gare Centrale https://ici.radio-canada.ca/premiere/balados/7051/andre-martineau-passe-revisite-archives/episodes/448662/attentat-montreal-coupable-explosif-pape Le 3 septembre 1984, à quelques jours de la visite du pape Jean-Paul II, un esprit dérangé commet une attaque à la gare Centrale de Montréal. L'événement, qui a fait 3 morts et 50 blessés, a vite été oublié. Pourtant, des zones d'ombre subsistent à propos de l'auteur présumé du méfait. L'Histoire ne s'arrête pas là 21 Novembre 2019 Avec : André Martineau (animateur), Norman Desjardins et Kathryn Leger (invités)
  44. 1 point
  45. 1 point
    Requalification du 4700, rue Saint-Ambroise
  46. 0 points
    This amorphous blob must be destroyed before it reproduces and spawns others.
  47. 0 points
  48. 0 points
    Espérons que l'élève turbulent et dissipé aura retenu la leçon après s'être fait sérieusement recadrer. Ceci dit, autant j'apprécie le côté fonceur et sans édulcorants de Rocco,, autant j'adore quand il se fait ramasser dans le détour.
  49. 0 points
    totally agree with you Tina .... They really don't care about Quebec
  50. -1 points
    Il serait surprenant que les habitants de Town of Mount Royal soutiennent un 'oui' à un référendum 😏
This leaderboard is set to New York/GMT-05:00