Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 28/11/19 in all areas

  1. 17 points
  2. 16 points
  3. 7 points
    Tu vas voir 6 nouvelles tours d'ici: BNC, VSLP, 455 RL phase 2, et les trois qui vont vraiment transformer cette vue, Maestria 1 & 2 et SP. On devrait même pouvoir voir l'Art-de-vivre au métro Place-des-Arts. Je ne peux pas prendre une vue de Saint-Jérôme parce qu'aucun modèle réel (PVM, le 1000, etc.) n'est visible de si loin. J'ai pris la screenshot à partir de l'aut. Métropolitaine, sensiblement le même angle.
  4. 7 points
  5. 6 points
    Plusieurs aspects de cette récente annonce clairement partisane me flabbergastent: 1.) On annonce un bureau d'étude d'un tram entre Longueuil et La Prairie (des comtés caquistes, alors que Brossard / La Pinière est le fief de Gaétan Barrette, ce qui pourrait expliquer l'absence de la mairesse de Brossard -- était-elle au moins invitée au point de presse?) 2.) La CAQ semble systématiquement prioriser des modes lourds (tram, REM) un peu partout en banlieue, notamment dans les secteurs qui pourraient servir de "réservoir de votes caquistes" à l'automne 2022 (Chambly, La Prairie, Laval, Longueuil, Mirabel, PaT...), tout en refusant obstinément de soutenir la branche est diagonale de la ligne rose. Pourtant, cette ligne de métro fer-sur-fer diagonale serait LA plus prometteuse au Qc, de par la densité de son bassin démographique élargi, qui dépasse les 750 000 âmes, et dont elle traverserait les secteurs de recensement les plus denses. Ceci est sans compter le désengorgement des lignes orange et verte qu'elle permettrait, ainsi que de la station Berri-UQAM (la plus congestionnée du réseau, au point de fréquemment ralentir l'orange et la verte en hyper-pointes a.m. / p.m., rapprochant le réseau d'un point critique de dysfonctionnement chronique en haute-saison estudiantine...) 3.) Le bassin démographique du corridor Taschereau élargi comporte approximativement 150 000 âmes réparties sur un vaste secteur généralement peu dense (excepté certains secteurs de Longueuil aux abords du ch. de Chambly, trop éloigné), ce qui serait davantage approprié pour un SRB qu'un tram (comme l'avaient à juste titre envisagé les concepteurs du plan Taschereau 2035 de Brossard), surtout sachant que peu de navetteurs (tous modes confondus) se déplacent entre les terminus Panama et Longueuil. Ainsi, des circuits couvrant divers axes pourraient simplement s'insérer vers l'une ou l'autre destination, selon les flux liés aux pôles d'emplois et d'études, plutôt que de miser sur une rupture de charge du bus au tramway, puis de celui-ci au métro puis au REM. Tant d'improvisation, et qui semble avoir pour une énième fois un but ultime électoraliste...
  6. 3 points
  7. 3 points
    C'est un projet de la Société des Ponts Jacques-Cartier et Champlain. C'est le fédéral qui paye. Bonaventure leur appartient jusqu'au Canal.
  8. 3 points
    Ce n'est pas tellement que la baisse soit temporaire. C'est qu'elle arrive à un très mauvais moment alors que l'économie du Québec roule à fond et qu'il y a pénurie de main-d'oeuvre. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1182392/le-quebec-champion-de-la-penurie-de-main-doeuvre-au-canada
  9. 3 points
    Just before this view completely disappear 😜👍🔥
  10. 3 points
    Les 10,000 immigrants de moins sont en partie compensés par la baisse de la migration inter-provinciale, qui elle est en baisse en faveur du Québec. Pour 2018-2019, on était seulement à -3,050, comparativement à -11,118 en 2015-2016., et on était à -16,142 en 2014-2015. 2019-2020 risque d'être aussi bonne que 2018-2019. On a même terminé Q2 2019 dans le positif, +72 pour être exact.
  11. 3 points
    La ligne Rose à elle seule coûterait plus cher que tous les autres systèmes que tu as énuméré combinés, ce ne serait pas sage de mettre tous ses œufs dans le même panier de cette ligne. Je suis un défenseur de la linge Rose mais je crois qu'elle servirait davantage à améliorer le service de personnes qui utilisent déjà les TEC qu'à aller chercher de nouveaux usagers, alors que d'installer des TEC lourds dans des secteurs mal desservis pourrait permettre d'aller chercher des nouveaux usagers et d'enlever plus de voitures que ne le ferait la ligne Rose. Je ne pense pas qu'il y ai un complot, juste des choix.
  12. 3 points
    So Quebec's economy is expected to slow next year. Why you may ask? Principal reason is reduction in immigration and demographic weakness in the province. Il faut arreter de se tirer dans le pied. On vit tellement un beau momentum dans la province - il faut augmenter notre poid demographique. https://www.theglobeandmail.com/business/briefing/article-economically-speaking-bc-is-killing-it-alberta-is-pushing-it/
  13. 3 points
  14. 3 points
    Dans le Plan directeur de McGill, ces deux terrains et les vieux bâtiments aux alentours (1085 Dr Penfield , 3610 McTavish) accueilleront éventuellement un nouveau bâtiment, appellé « Powell Site ». Voyez la page 38 du document. Par contre l’échéancier est à très long terme, environ 2029!! À la page 177. https://www.mcgill.ca/campusplanning/files/campusplanning/mcgill_university_master_plan_20190813-compressed.pdf
  15. 3 points
    Si c'est à l'un des sites d'une future station, ça serait l'occasion idéale de revoir le design de la station et d'y prévoir un espace pour un mémorial remémorrant l'histoire des immigrants irlandais. Je peux penser nottamment à la station de métro Beimen à Taipei, Taiwan: https://www.travel.taipei/en/attraction/details/716
  16. 3 points
  17. 2 points
    Je n'ai pas eu la force de lire les 10 paragraphes de Né entre les rapides, mais je suis certain que c'est pertinent et que cela amène des points intéressants. Un résumé serait apprécié
  18. 2 points
    Encore une fois, merci à @Mondo_Grosso!
  19. 2 points
  20. 1 point
    Je ne sais pas si c'est en lien avec le projet, mais depuis 3-4 semaines quelque chose se trame sur le toit du podium du Reine Élizabeth.
  21. 1 point
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1409277/radio-canada-prolonge-periode-demenagement-nouvelle-mrc Radio-Canada prolonge la période de déménagement vers sa nouvelle maison Le coût total du projet excédera de 17 millions de dollars les prévisions financières initiales Stéphane Bordeleau Publié à 12 h 46 La nouvelle maison de Radio-Canada sera livrée le 31 décembre 2019 à la Société d'État. PHOTO : IVANOH DEMERS La direction de Radio-Canada étalera jusqu’au printemps 2021 le transfert des activités et des employés dans la nouvelle Maison de Radio-Canada (MRC) qui sera livrée à la fin de décembre de cette année. Selon le vice-président principal de Radio-Canada, Michel Bissonnette, qui faisait le point jeudi sur les coûts et l’avancement des travaux, la société d’État recevra les clés du nouvel immeuble des mains du promoteur Broccolini le 31 décembre prochain, comme prévu. Par contre, la direction a décidé de se donner davantage de temps pour terminer l’aménagement de ses nouveaux locaux et le transfert des équipements et du personnel qui sera achevé au printemps 2021, soit un an plus tard que ce que prévoyait l’échéancier initial. On a fait le choix de prolonger la période de déménagement. Les premiers employés vont déménager au printemps 2020 et on va échelonner notre déménagement jusqu’au printemps 2021 de façon à permettre à ce que l’information vienne clore le déménagement. —Michel Bissonnette, vice-président principal de Radio-Canada En ce qui a trait aux frais de loyer supplémentaires que la prolongation du déménagement entraînera, notamment en loyer versé au Groupe Mach inc., propriétaire de la tour du 1400 René-Lévesque Est, Michel Bissonnette a expliqué que Radio-Canada bénéficie d’une clause négociée au contrat qui lui permet de prolonger, à « un coût avantageux », la location des lieux pour assurer une période de transition. Rappelons que Radio-Canada ne sera pas propriétaire des locaux dont il prendra possession à la fin décembre. La société d’État devra donc payer environ 22 millions de dollars de frais d'opération chaque année, dont un loyer, dans le cadre d’un bail d’une durée garantie de 30 ans. Un choix qui permet à Radio-Canada de faire notamment d’importantes économies sur les coûts d’entretien immobiliers et de dégager davantage d'argent pour sa production. 17 millions de plus En ce qui a trait aux coûts de la nouvelle maison de Radio-Canada qui sera située au 1000, rue Papineau, l’ensemble du projet coûtera 287 millions de dollars en tout, précise la direction de Radio-Canada, soit 17 millions de dollars de plus que le coût initialement prévu lors de la présentation du projet au gouvernement fédéral en 2016. Il ne s’agit pas d’un dépassement de coût, a prévenu Michel Bissonnette, mais plutôt d’améliorations apportées lors de la conception de l’immeuble. Le projet au départ était de 270 millions la première fois qu’il a été présenté au Conseil du Trésor et entre l’appel d’offres et le début de la construction on a revu certains éléments qu’on voulait ajouter au projet, et c’est là que le projet est passé de 270 à 287 millions. — Michel Bissonnette, vice-président principal de Radio-Canada Des 287 millions de dollars que nécessitera le déménagement de Radio-Canada dans ses nouveaux locaux, 112 millions seront consacrés à l’aménagement des bureaux, des studios et des espaces communs. Les 175 millions restants serviront à l’achat et l’installation de nouveaux équipements, dont une technologie de diffusion IP. Michel Bissonnette ajoute que le nouvel immeuble montréalais qui constitue la maison mère de ses services francophones à travers le pays ne nécessitera pas de fonds supplémentaires de la part du gouvernement fédéral. La direction insiste par ailleurs sur le fait que l’exercice se fera toujours à un coût neutre pour les contribuables, puisque l’argent nécessaire au déménagement provient essentiellement du budget d’immobilisation de Radio-Canada et de la vente d’immeubles et d’actifs qui n’étaient plus essentiels. Si la direction de Radio-Canada avait opté pour une modernisation de la tour du 1400 René-Lévesque Est, qui date de 1973, plutôt qu'un déménagement dans un nouvel espace, cela aurait coûté, précise-t-elle, environ 346 millions de dollars pour rénover, moderniser et équiper la tour actuelle. Le Groupe Mach, qui a acheté la tour de Radio-Canada en juillet 2017 pour la somme de 42 millions de dollars compte y aménager des espaces de bureaux et ériger un nouveau quartier résidentiel et commercial sur le stationnement situé à l'ouest de l'actuelle MRC. Le nouvel édifice de Radio-Canada sur le Boulevard René-Lévesque. PHOTO : RADIO-CANADA / IVANOH DEMERS
  22. 1 point
  23. 1 point
    http://montrealgazette.com/business/local-business/real-estate/bidding-wars-multiple-offers-the-norm-in-montreal-real-estate-market Bidding wars, multiple offers 'the norm' in Montreal real estate market ORIGINALLY PUBLISHED: NOV 27, 2019 BY FRÉDÉRIC TOMESCO Real estate broker Nathalie Bégin can’t recall a time during her three-decade career that the local market has been so tilted toward sellers. Bégin, who runs RE/MAX’s Ahuntsic office, cites the recent case of a duplex in the neighbourhood that drew 15 offers in a mere four days. It eventually sold for $110,000 above the asking price, she said, declining to disclose the exact amount of the transaction. “It’s extremely difficult to be a buyer these days — but if you’ve got a house to sell and don’t need to buy a new one in the city, this is heaven,” Bégin, who is also chair of the Quebec Professional Association of Real Estate Brokers, said Tuesday in an interview. “It’s not rare to see more than 10 offers on a property. In all my years in the business, I’ve never seen a market like this one.” In fact, Ahuntsic didn’t even crack the Top 10 list of the city’s hottest real estate neighbourhoods during the past year, a Montreal Gazette analysis of QPAREB data shows. The bidding war crown belongs to Rosemont, where 35 per cent of all real estate transactions concluded during the year ended Sept. 30 resulted in selling prices that exceeded asking prices, according to the QPAREB data. That’s the highest proportion among Montreal Island neighbourhoods. QPAREB’s figures take into account the properties that were listed on the Centris system. Plateau-Mont-Royal, Sud-Ouest, Villeray and Nuns’ Island rounded out the Top 5 of Montreal’s hottest neighbourhoods — all with scores in excess of 25 per cent. Broker Romain Lecomte of Via Capitale du Mont-Royal, who covers central Montreal districts such as Plateau-Mont-Royal and Rosemont, said the vast majority of the transactions he has worked on of late have involved multiple offers. The most he has seen for a single property is 25, he said. “People want to be in the central districts, and there simply aren’t that many properties listed,” Lecomte said Tuesday in a telephone interview. “Multiple offers and bidding wars have become the norm. Things are moving extremely fast, and people don’t have much time to react.” Some buyers are so eager to close transactions they will often drop conditions or forgo the inspection altogether to improve their chances, Bégin and Lecomte both said. “People are going to great lengths to buy property, but they might regret this in a few years’ time when renovations are required,” Bégin said. “I’m finding this a little bit scary for the buyers.” When overbidding did occur, selling prices in the greater Montreal area exceeded asking prices by an average of 3.7 per cent, or $14,776, in the year to Sept. 30, the data show. The gap was even higher on the island of Montreal, at 4.4 per cent, or $20,596. If you were looking to sell a condominium during the past year, Rosemont was — again — the place to be. About 37 per cent of condo sales in Rosemont in the year to Sept. 30 resulted in bidding wars, QPAREB data show. Other hot neighbourhoods included Plateau Mont-Royal and Outremont, with 32 per cent each, and Sud-Ouest and Villeray, with 30 per cent each. Those last two areas provided the best environment for selling a house. Thirty per cent of all single-family property sales in Sud-Ouest and Villeray triggered bidding wars, the data show. Rosemont followed with 29 per cent, compared with 25 per cent for Pointe-Claire and 24 per cent for Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce. For plexes, Westmount led the way with half of transactions topping the asking price. Verdun/Nuns’ Island with 43 per cent, Rosemont with 33 per cent, Sud-Ouest with 30 per cent and Plateau Mont-Royal with 29 per cent also made the Top 5. Montreal is already the Quebec region with the highest proportion of bidding wars, and the trend is accelerating. About 15 per cent of all real estate transactions in the greater Montreal area resulted in selling prices that exceeded asking prices. In the year-earlier period, the figure was 11 per cent.
  24. 1 point
    Les lignes 15, 17 et 30 sont effectivement inutiles si on les voit comme lignes expresses. Cependant, elles deviennent extrêmement utiles comme lignes locales si notre destination est entre deux stations. C'est moins le cas pour la 15 puisqu'elle se limite à la portion de la ligne verte avec les interstations les plus courtes. Un passage plus fréquent pour la 30 rendrait certaines destinations situées entre deux stations éloignées, comme les rues Saint-Viateur et Rachel ou le Collège Ahuntsic, beaucoup plus accessibles aux usagers qui peinent à marcher de longues* distances (par fatigue ou à cause de limitations physiques). * "longues" est défini dans un contexte urbain les points d'activité d'un quartier sont généralement rapprochés et on doit rarement marcher plus de 5 minutes pour avoir accès à du transport en commun. Je reconnais quand-même une grosse différence entre le cadre bâti de l'ouest du Plateau et Vimont.
  25. 1 point
  26. 1 point
    Est-ce que quelqu'un sait la hauteur des deux bâtiments? J'essaie de faire les diagrammes de ces bâtiments. Merci!
  27. 1 point
  28. 1 point
    Quand on rajoute a ce projet là, le central, TimeOutMontreal et la future place Clark, c est assez exceptionnelle qu en l espace de 1 an on a 4 nouveaux lieux publics de qualité etc... un magnifique ajout au tissu sociale et touristique de la Metropole.
  29. 1 point
    Effectivement, nous avions une chance de la prolonger il y a longtemps; non seulement vers Anjou mais aussi possiblement vers Cote-St-Luc avec des couts beaucoup moins élevés. J'ai entendu qu'il y avait des plans originalement de prolonger la ligne bleue vers L'ouest. Est-ce vrai? Est-ce qu'il y a des vieux plans?
  30. 1 point
    https://skyscraperpage.com/cities/?buildingID=116238
  31. 1 point
    Le Cathcart annonce ses couleurs MODÉLISATION FOURNIE PAR A5 HOSPITALITY Neuf comptoirs de cuisine de rue permettront aux travailleurs pressés d’être servis rapidement sur l’heure du lunch. Après Le Central et le Time Out Market Montréal, Le Cathcart vient clore le trio des nouvelles foires alimentaires d’envergure à ouvrir leurs portes dans la métropole en 2019-2020. L’endroit, qui s’installera dans l’Esplanade Place Ville Marie dès janvier 2020, annonce aujourd’hui ses couleurs. Publié le 27 novembre 2019 à 11h15 https://www.lapresse.ca/gourmand/restaurants/201911/26/01-5251321-le-cathcart-annonce-ses-couleurs.php Iris Gagnon-Paradis La Presse Les grandes lignes du projet avaient déjà été révélées : un immense food hall de 25 000 pieds carrés qui devrait commencer ses activités au début de l’année prochaine dans l’Esplanade Place Ville Marie, dans le cadre d’un ambitieux projet de revitalisation de l’espace entrepris par son propriétaire, Ivanhoé Cambridge. Le point d’orgue de ce nouvel espace est la construction d’un pavillon de verre de 7000 pieds carrés, une « prouesse architecturale », assure-t-on, signée par Sid Lee Architecture et qui permettra de donner vie à un jardin intérieur et à son Biergarten, 12 mois sur 12. Aujourd’hui, le groupe A5 Hospitality, qui s’occupe de la conception et de la réalisation du projet en collaboration avec Lionel Piraux, directeur culinaire du projet, annonce ce qu’on pourra manger et boire dans Le Cathcart dès la fin de janvier 2020. L’offre, assez diversifiée, comprend, en plus du Biergarten, trois restaurants avec service ainsi que neuf comptoirs de cuisine de rue. Répondre aux besoins des travailleurs pressés Comment l’endroit se distingue-t-il des autres foires alimentaires ? Pour Alexandre Besnard, associé chez A5, le projet propose quelque chose de « complètement différent ». « Notre mission première, c’est de nourrir les gens de la petite ville qu’est Place Ville Marie et les tours aux alentours. Toutes nos décisions ont été prises en fonction de ce critère, alors qu’on retrouve dans l’environnement, le design et le décor une signature finement travaillée et réfléchie, à l’image de ce que fait le groupe A5. » Rappelons que A5 est derrière des établissements comme le Jatoba, le Flyjin, le Kampai, le Gypsy et le Hà du Vieux-Montréal. Il a donc été très important pour le groupe de penser une offre alimentaire qui répond aux besoins des travailleurs pressés qui convergent vers Place Ville Marie pour l’heure du lunch, mais aussi d’offrir des menus et plats que les gens ont envie de manger souvent. MODÉLISATION FOURNIE PAR A5 HOSPITALITY Images de l’Esplanade Place Ville Marie et de la nouvelle foire alimentaire. Aux marques dont la réputation n’est plus à faire – les hamburgers d’Uniburger, la cuisine libanaise d’Omnivore, les spécialités asiatiques de Hà, la cuisine chinoise de Mon Nan – s’ajoutent de nouveaux concepts développés spécialement pour Le Cathcart, comme Dirty Greens, un comptoir à salades et plats santé par la chef Raegan Steinberg (Arthur Nosh Bar) ou encore Chikin, un concept de poulet frit coréen développé par le chef Michael Lewis, connu pour son restaurant Kyu, à Miami. Pour ceux qui recherchent plutôt un endroit pour une rencontre d’affaires ou qui désirent profiter d’un restaurant avec service complet, Le Cathcart proposera trois nouveaux concepts. Faisant déjà partie de la grande famille de A5, les chefs Antonio Park (Park, Flyjin, Kampai) et Olivier Vigneault (Jatoba, Westwood Bar & Grill) proposent l’Akio, une cantine japonaise dont le menu est inspiré de la cuisine de rue d’Osaka, au Japon — pensez sushis et brochettes cuites sur charbon. Anciennement au Bottega Pizzeria, le chef Federico Bianchi offrira pour sa part des pizzas d’inspiration napolitaine chez Pizza Del Fornaio, alors que la nouvelle brasserie Mirabel, sous l’égide du chef Nicholas Giambattisto (qui est passé par le Joe Beef et l’Un Po’ Di Piu), servira un menu où se rencontreront inspirations françaises et italiennes, du matin au soir. Quant au Biergarten, espace central de la foire situé sous le pavillon de verre, on pourra s’y abreuver selon ses envies, en choisissant parmi une carte à boire bien fournie : des bières de microbrasseries sélectionnées par le « sommebière » Stéphane Pilon (fondateur des Vilains Brasseurs), une carte de vins et sakés mitonnée par le sommelier Marc-André Nadeau (Jatoba) et des cocktails inventifs signés par Daphnée Vary-Deshaies (anciennement du Foxy). L’endroit, qui pourra se moduler selon les événements et accueillir des réceptions privées, sera aussi animé et offrira une programmation mensuelle. > Consultez la page du Cathcart : https://www.facebook.com/LeCathcart/
  32. 1 point
    Le diagramme SSP a été mis à jour. Merci à @Mondo_Grosso Assez ahurissant de voir ces quatre tours s'implanter entre le 1000 et la Tour de la Bourse. Toute une époque! L
  33. 1 point
    Parce que c'est la classe moyenne qui paie les impôts, pas les milliardaires voyons. Pour ceux que ça intéresse, allez voir du coté de Rich Dad Poor Dad. C'est bien expliqué comment ca marche.
  34. 1 point
  35. 1 point
    Je crois que la STM devrait commencer à adopter un branding particulier pour ses bus... Les express, mis à part du fait qu'ils utilisent les voies réservées aux heures de pointe, n'ont rien qui les distingue des bus réguliers. Corrigez-moi si j'ai tort quelqu'un (fait longtemps que j’ai pris des express régulièrement), mais il n'y a même pas de réduction des arrêts par rapport aux lignes locales. Par exemple, la 465 fait 28 arrêts avant d'atteindre le centre-ville (Guy/Maisonneuve) en 32 minutes. En comparaison, la 165 prend 31 minutes faire les mêmes 28 arrêts en soirée. Ça serait controversé (moins de services de proximité), mais il faudrait que la STM coupe ses arrêts d'un tiers au moins selon moi. Il n'y a rien d'express à un service qui fait un arrêt à chaque minute ou presque. Quelques services express qui fonctionnent bien: Metro Rapid de LA RapidRide de King County Transit (Seattle)
  36. 1 point
    Je n'es pas été capable de mettre directement le vidéo ici, mais si vous clicker sur le liens vous aller pouvoir la regarder. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1400842/emission-speciale-gerald-fillion-montreal-marche-maison-condo Émission spéciale : la fièvre de l'immobilier Publié à 20 h 26 L'équipe de RDI économie vous propose une émission spéciale sur la surchauffe immobilière. Celle que vit Montréal sera-t-elle aussi grave que celle qui a fait exploser le coût des maisons et du logement à Vancouver et Toronto? Voilà seulement une des nombreuses questions à laquelle on tente de répondre ici. Pour ce faire, Gérald Fillion s’entretient avec cinq spécialistes : Francis Cortellino, économiste en immobilier à la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), Sébastien Lord, professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, Isabelle Naud, courtière immobilière chez RE/MAX AMBIANCE, Denis Doucet, directeur de la formation chez Multi-Prêts Hypothèques, et la notaire Yasmine Bensalem. On se demande notamment si la surchauffe immobilière pourrait compromettre l’accès à la propriété à Montréal, ou encore quels critères devraient guider notre choix entre la banlieue et la ville. On aborde aussi la façon de vendre et d'acheter une propriété ainsi que tous les aspects reliés à l’hypothèque. Bon visionnement!
  37. 1 point
    Pas sur Ste-Cat. On les voit en masse.
  38. 1 point
    À Panama, à compter du 26 novembre, les travaux de construction du futur terminus du REM nécessiteront la fermeture du stationnement situé à proximité du terminus d’autobus. Un stationnement temporaire, ayant la même capacité totale de places, sera mis à disposition des usagers via le boulevard Pelletier. Un accès piéton permettra de rejoindre le terminus actuel. De plus, l’arrêt de la T48 sera relocalisé dans le nouveau stationnement. Voir le plan pour tous les détails.
  39. 1 point
    Ce sont de magnifiques trésors. Un projet qui frôlera probablement le milliard de $$ aura l'obligation de leur redonner une nouvelle vie, à mon avis.
  40. 1 point
    Also possibly a chalet for the future park?
  41. 1 point
  42. 1 point
  43. 1 point
    Pas sûr que ça améliorerait les choses. C'est pratiquement une ruelle, et c'est pas dans le quartier du multimédia. Ma suggestion serait de renommer le parc linéaire Bonaventure "Promenade Bernard-Landry".
  44. 1 point
    Dans les archives personnelles du maire Jean Drapeau qui viennent d'être rendues publiques Projet de métro en 1961 avec une station « Notre-Dame » sur le bâtiment-pont avec une entrée sur Saint-Jacques. On peut penser que la station Griffintown du REM serait similaire, mais avec des accès universels. https://archivesdemontreal.ica-atom.org/uploads/r/ville-de-montreal-section-des-archives/5/0/f/50f033f96f8c21f4c9420d2b95d7e5fe288ef8ad00c2bba07dd309b3bfcf9caf/P100-3-2-D003-001_TunnelMontRoyal_op.pdf
  45. 1 point
    https://www.journaldemontreal.com/2019/09/09/flex-bixi-eva--quand-le-quebec-offre-mieux-que-la-competition-internationale FLEX/BIXI/Eva : quand le Québec offre mieux que la compétition internationale PHOTO AGENCE QMI, STEVE MADDEN LOUIS-PHILIPPE MESSIER Mardi, 10 septembre 2019 00:00 Au début, j’ai cru à une anomalie. Une tendance semble toutefois se dessiner : les nouveaux services de transport conçus et exploités au Québec (FLEX/BIXI/Eva) s’avèrent plus abordables que ceux des géants mondiaux (car2Go/JUMP/Uber) et plus commodes en cas d’ennui puisque leur service à la clientèle n’est pas délocalisé dans des régions tropicales où le mot «déneigeuse» est inconnu. Les BIXI électriques bleus «battent» les montures rouges de JUMP (une tentacule d’Uber) en termes de prix. Lorsque j’ai utilisé un BIXI bleu la semaine dernière, ça ne m'a coûté que 1 $, étant donné mon abonnement annuel à 90 $. Avec le concurrent JUMP, la même course se serait élevée à 6 ou 7 $... Juste une semaine d’allers-retours à ce tarif suffirait pour «accoter» l’abonnement à BIXI. Le seul défaut des BIXI bleus, pour l’instant, c’est leur petit nombre (une centaine en rodage). Si la compagnie québécoise se dote d’une flotte électrique digne de ce nom au même prix fixe, les affaires de JUMP à Montréal risquent d’en pâtir. Avantage à Communauto Il y a longtemps que les voitures en libre-service Flex (anciennement Auto-Mobile) de Communauto s’avèrent généralement plus abordables que les Smart car2Go de la compagnie allemande Daimler. En fait, pour cette raison, je ne me souviens plus de la dernière fois où j’ai utilisé une car2Go. Depuis hier, l’écart s’est creusé davantage. Le prix quotidien maximal varie maintenant de 70 $ à 90 $pour une Smart de car2Go, mais demeure de 50 $ pour une Prius de Flex/Communauto. Eva moins pingre qu'Uber L’application québécoise Eva de «hélage» de transport fait mal paraître Uber. Pour un même service, la coopérative montréalaise perçoit seulement 15 % du montant de la course pour le réinvestir ici intégralement, alors que le géant américain accapare un gros 25 % pour lui faire prendre des vacances aux «îles Moukmouk» loin du fisc... Ici, l’utilisateur paie avec Eva environ la même chose qu’avec Uber, mais c’est plus rentable pour le chauffeur... et ça fait des millions qui fructifient localement au lieu de s’expatrier! Cette relative infériorité des géants mondiaux par rapport aux «héros» locaux me surprend. En théorie, le gigantisme permet de réaliser d’immenses économies d’échelle afin d’offrir un même service pour beaucoup moins cher que le petit joueur; dans la pratique, apparemment, ce n’est pas le cas...Vrai, BIXI reçoit 4 millions $ de subventions par an de la Ville de Montréal, mais ce n’est rien en comparaison des rafales de milliards en «capital de risque» derrière les activités d’Uber et de JUMP.
  46. 1 point
  47. -1 points
    Ces éléments décoratifs ont été coulés dans un moule et n'ont pas beaucoup de valeurs à part le fait qu'ils soient vieux comme la gare. À la rigueur, d'éventuels promoteurs pourraient conserver les plus belles fresques (si cela vaut la peine d'être conservées) en les intégrants dans le nouvel immeuble. Il y a moyen, avec du talent, et c'est pas ça qui manque, de construire encore plus beau et de ne pas regretter à quelque part cette trace du passé qui sera vite oubliée.
  48. -1 points
    Tu vois que le promoteur brette. N'est pas Devimco qui veut!
  49. -1 points
    Parait que les poignées de portes sont en or mais c'est juste une rumeur.
  50. -1 points
    J'espère qu'ils vont empêcher les skateux de rouli-rouler sur le plateau de verre sinon ça risque de créer un spectacle inattendu aux consommeux de boissons alcooliques du Biergarten.
This leaderboard is set to New York/GMT-05:00