Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 27/05/19 in all areas

  1. 8 points
    De retour d'un voyage à Londres, j'ai eu la chance d'avoir, sans m'en rendre compte, choisi un hotel dans le secteur de la Gare King's Cross. Tous les bâtiments et aménagements étaient neufs alors j'ai demandé aux locaux ce qu'il y avait là à l'origine. Ils m'ont expliqué que le secteur était une friche industriel à l'abandon, un endroit très peu recommandable. Drogue, prostitution et crime y régnaient. Aujourd'hui, après la transformation, il s'agit d'un des quartier les plus en vogue de Londres. Google planifie d'ailleurs d'y construire son nouveau siège social de près de 1 millions de pi2, surnommé le Groundscrapper (https://www.dailymail.co.uk/news/article-4562146/Google-unveils-plans-new-1billion-London-HQ.html). J'ai pensé en qu'il serait intéressant que Montréal s'inspire de ce développement pour le secteur du Bonaventure-Silo #5. Le secteur à l'état actuel (image: Google Map) Le secteur King's Cross de Londres en 1999 (image: Google Earth via le site islingtongazette.co.uk) Le secteur King's Cross de Londres en 2019 (image: Google Map) Comme vous pourrez le constater sur les photos que j'ai pris là bas, ils ont conservé certains éléments représentatifs du passé industriel pour les mettre en valeur dans des constructions d'une incroyable qualité. L'endroit est dynamique et super agréable à fréquenter. Un développement de la sorte, à plus petite échelle et avec des moyens plus modeste bien sûr, serait grandement souhaité à Montréal. Il faut s'inspirer des réussites d'ailleur! Bâtiment résidentiel et plaza dans des anciens réservoir d'hydrocarbure (Gasholders) Foire commerciale et espaces multifonctionnels dans un ancien entrepôt de charbon Restauration des berges du Regent's Canal Une dernière chose m'a frappée: L'absence de bâtiment 100% vitré dans l'ensemble du secteur. C'est agréable de voir des bâtiments de très grande qualité offrir un revêtement extérieur différent que la traditionnelle et sur utilisée méthode du mur rideau. J'espère que le tout apportera des éléments intéressants dans notre réflexion collective sur l'avenir du secteur.
  2. 7 points
    A la fin de journée, vers 18h30 de l'observatoire de PVM.
  3. 7 points
    Bon...il y a un peu de tout, mais elle est là !
  4. 4 points
    Sans mettre tout à fait en doute les critiques négatives exprimées sur ce projet en particulier ( mais généralisées en ce qui a trait au quartier tout entier). J'aimerais bien lire d'autres critiques plus objectives, qui dresseraient un tableau plus réaliste et moins dramatique de la situation. Tout le monde sait que Griffintown n'est pas le quartier modèle que l'on aurait souhaité. Mais de là à dire que c'est un désastre urbain, il y a toute une marge qui mine nécessairement la crédibilité de ceux qui font ce genre d'affirmations gratuites. C'est bien beau dénoncer, cependant l'indignation répétée et les propos acerbes (genre radio-poubelles) finissent par être irritants et contre-productifs. L'objectivité c'est d'abord éviter de magnifier certains défauts, en donnant la fausse impression qu'ils sont partout et évidents pour tout le monde. C'est aussi laisser de côté ses préjugés vis à vis d'un constructeur ou un autre et analyser chaque site indépendamment et à son mérite. On peut très bien ne pas aimer un projet, mais attention aux critiques sans nuance et aux vérités absolues, qui font parfois déraper le jugement et la crédibilité de ses auteurs. Finalement il faut se méfier des attentes trop élevées qui peuvent à la longue nous rendre insatiable, âpre et acrimonieux. Car en fait tout est une question de perception et d'attitude dès le départ. Celui qui cherche les défauts les trouvera toujours et même plus qu'il n'en faut, car la perfection n'est pas de ce monde. Donc on s'entendra que Griffintown a des plus et des moins, mais qu'au total il demeure un milieu de vie au grand potentiel, encore en pleine évolution et où il fait déjà bon vivre. Alors donnons une chance au coureur, surtout que des chantiers disséminés un peu partout ne donnent peut-être pas la meilleure image pour le moment. Mais c'est la promesse d'un mieux-être dans cette partie de la ville si près du centre-ville, où il n'y a pas si longtemps était carrément sous-développée, déstructurée et dans un état lamentable.
  5. 4 points
    This project is about to start, all tenants have been relocated and their is heavy machinery on site.
  6. 3 points
    Il y avait plusieurs visiteurs sur le site dimanche après-midi.
  7. 3 points
    À part jouer sur l'émotion, a-t-on appris quelque chose sur l'accessibilité universel du REM? Rien.
  8. 3 points
    Le Phare est situé plus haut que 188m, qui est la hauteur du toit. Donc on peut supposer qu'il se trouve à 190 ou 191m. Le 1 Square Philips fera 197m. Comme dans tout bâtiment de grande hauteur, les derniers mètres sont rarement habitables. On le voit bien sur les rendus d'ailleurs, le mur rideau est prolongé pour camouflé ce qui semble être un volume technique. Il n'y aura donc aucun problème.
  9. 3 points
    Donc, le square Phillips serait éclairé par intermittence a tout les 15 sec par un faisceau provenant de PVM si celui-ci dépassait en hauteur PVM en atteignant 200m. Le faisceau de PVM diverge de 5 deg environ, et comme le square Phillips est situé à peine un bloc à l’Est de PVM, il est certain que les unités des derniers étages en seraient éblouies à l’année longue. J’ai comme un doute que cela soit accepté au CCU... et par conséquent, il y a quelque chose qui cloche dans cette annonce à moins que le phare ne soit déplacé ailleurs que PVM pour marquer le cœur de Montréal?
  10. 2 points
  11. 2 points
    En explorant le centre-ville à Vélo, un petit bâtiment au volume et à l'échelle très banals et à l'apparence plutôt moche a attiré mon regard de par sa position extrêmement stratégique dans l'axe de René-Lévesque, puisqu'il se dresse en fond de perspective parfaite lorsqu'on regarde de l'ouest vert l'Est. J'ai aussi remarqué qu'il est extrêmement bien situé en raison de son voisinage avec la basilique St-Patrick qui a un terrain dégagé au pourtour, permettant des percées agréables vers les différents édifices autour. J'ai donc imaginé ce que pourrait devenir ce terrain, le 440 RL, qui est un prime spot incroyable, si son potentiel paysager était vraiment mis à l'honneur.
  12. 2 points
    Malheureusement certains groupes de pression carburent à la démagogie (se priver du REM pour freiner la hausse de la valeur foncière) et se discréditent eux-mêmes par des déclarations irréfléchies. C'est bien beau vouloir parler au nom de la population, mais il faudrait savoir jusqu'à quel point ils sont représentatifs des gens sur le terrain. Si on poussait cette logique à son extrême il faudrait cesser d'entretenir les infrastructures du quartier, incluant les parcs parce qu'ils ont une influence néfaste sur la valeur des propriétés qui ne cessent d'augmenter. Assez tordu comme raisonnement. C'est pour cela qu'il faut une authentique consultation publique ouverte à tout le monde. Du temps du projet du Casino, les groupements sociaux avait une raison morale pour s'opposer et j'ai pris leur défense. Surtout qu'un des objectifs de construire le casino sur l'ile Notre-Dame était d'éloigner cette industrie des quartiers résidentiels et mieux contenir la criminalité. On comprendra qu'un projet de stade est une toute autre affaire. C'est rapprocher les gens de l'action et leur permettre un divertissement honorable au même titre que tous les autres sports professionnels. On parle ici d'un projet intégré qui aura un impact économique majeur sur cette partie de la ville, donc qui créera potentiellement de la richesse pour l'ensemble de la communauté. Voilà justement où devrait intervenir la Ville et les gouvernements impliqués, afin de s'assurer que cette injection importante de capitaux profitera aussi aux classes moins favorisées. Premièrement à compétence égale, offrir prioritairement l'emploi aux résidents du secteur en garantissant par consensus un pourcentage prévu à l'avance. Ensuite instaurer une taxe de bassin (sans jeu de mot) applicable à toutes les futures propriétés du secteur ( stade, condos, places d'affaires etc) dans le but de soutenir un programme de logements abordables pour l'ensemble du territoire concerné. On le fait déjà pour payer des infrastructures locales dans certaines villes qui ne s'adressent pas à l'ensemble de la population. Enfin favoriser la mixité sociale pour des raisons évidentes, pour que les populations affectées aient l'option et les moyens de pouvoir demeurer dans leur quartier d'origine.
  13. 2 points
    Tu parles de locataires qui seront délogés de leur habitation au dam de la spéculation foncière. Je ne dis pas que le quartier n'est pas mur pour un développement vu sa proximité avec le centre-ville, mais quel intérêt supérieur peux tu soumettre à des personnes infortunés qui vivent présentement dans des taudis et qui auront de la difficulté à se trouver un nouveau logement? Un parallèle qui peut paraître condescendant, mais qui ne cherche nullement à l'être. Souvent, je me surprend à être agacé par la présence de rares insectes dans mon appartement. Que font-ils dans mon environnement ces maudites bestioles? Et tout d'un coup, je me rend compte que par notre minéralité urbaine, ce sont nous qui avons quasiment éliminé leur milieu de vie naturel, et j'en deviens beaucoup moins agacé. Il ne faut pas voir les individus qui sont dans le chemin du progrès économique comme étant des mécréants indésirables qui s'imposent volontairement à de nouvelles constructions. Ces gens sont dans une situation qui ne leur permettent pas une marge de manoeuvre par laquelle on pourrait leur reconnaitre un choix malveillant. Ce que je veux dire c'est que je comprend pourquoi ce quartier sera développé, mais je comprend aussi pourquoi ces individus s'y opposent. Croyez-moi, ils vont perdre. Pourquoi alors vouloir personnaliser si négativement la misère humaine? Laissez les chialer.
  14. 2 points
    C'est dans ces cas-là que l'industrie de la pauvreté m’écœure... On ne cherche pas à améliorer le sort des plus pauvres mais juste de les garder confortables dans leur pauvreté. Est-ce vraiment les aider ou bien est-ce les exploiter pour se donner de l'importance (et dans certains cas, un emplois à les "représenter")?
  15. 2 points
  16. 2 points
    Dimanche 26 mai, de la PDA
  17. 2 points
  18. 2 points
    Aux amoureux de PVM, et en lien avec les vues qu'elle offre sur la ville...
  19. 1 point
    Des terrains publics sont "à vendre". Deux promoteurs souhaitent y construire un stade et faire du développement immobilier. Action-Gardien souhaite un usage "public" des terrains publics et revendiquent les intérêts de ceux qu'ils représentent. On est vite sur la gachette pour discréditer les groupes communautaires, mais on encense Bronfman et Devimco lorsqu'ils revendiquent leurs intérêts à l'aide de pression financière, médiatique et politique nettement plus importante que les premiers. Laissons-les s'exprimer comme le font les promoteurs.
  20. 1 point
    Bon, du monde de Pointe St-Charles qui chialent encore. Pour faire changement.
  21. 1 point
    Thanks for the confirmation. What a time to be alive 😂
  22. 1 point
    Je crois qu'il est un peu absurde de s'enfarger dans des limites urbanistiques trop concrètes quand vient le temps d'imaginer des visions. Évidemment ça dépend de la vision. Dans mon cas, j'ai délibérément choisi de ne pas tenir compte de ces éléments là. Ce sont des éléments quantitatifs arbitraires, bureaucratiques et castrant dont l'imaginaire peut très bien se passer. Je ne vais pas présenter ma vision au CCU.
  23. 1 point
    Yup, there is! They should add a McDonald's right after the book drive-thru. 😄
  24. 1 point
    Je pense qu'il a un angle aussi. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1010753/place-ville-marie-embleme-montreal-tour-architecture
  25. 1 point
    Il ne restera qu'à ajouter un signe de 'Batman' sur cette portion technique et le tout sera complet, éclairage compris ! 🙂
  26. 1 point
    Il y a une énorme différence entre un stade couvert rétractable complet et un stade où seul l'aire de jeu est exposée. Avec une structure au-dessus des estrades + béton chauffant, on permet un équilibre entre la sensation d'être dehors et la météo capricieuse de début/fin de saison. J'imagine que Provencher+Roy (si ce sont eux qui sont attaché versus d'autres firmes spécialisés comme Populous (anciennement HOK), KHS, HNTB ou Gensler) se sont penchés sur toutes les possibilités. Regarder ce qui est proposé pour Portland, en compétition pour une expansion avec Montréal :
  27. 1 point
    Those pictures date from the 23rd of may at 10 in the morning. Since then they have not taken more photos of the jobsite.
  28. 1 point
    Va donc essayer d'expliquer ça à un fonctionnaire borné de la Ville de Montréal.
  29. 1 point
  30. 1 point
    Après y être passé il y a quelques jours, je peux confirmer que c'est immensément hideux. C'est littéralement de la tôle, mal alignée, posée à la va-vite, gondolante, et le mur de verre foncé côté Smith est oppressant au maximum, contrairement à DG phase 1 à côté. C'est raté sur tous les côtés, le style prison noir et blanc avec balcons à perte de vue n'aidant rien. À chaque phase Devimco cheapen son produit, c'est indéniable. Il y avait pourtant de la brique dans Hexagone 1 malgré son côté locatif. Imaginez Hexagone 3 à côté! Je suis consterné par ce que je vois à Griffintown. Aucun des édifices ne blend ensemble, c'est totalement dépareillé avec des finitions extérieures médiocres et des couleurs de garderies vert, rouge, bleu, noir, blanc, beige.... Sans compter les nombreuses rues avec les sorties électriques, les entrées de garage non dissimulées, les tortueux conduits de gaz mis bien en évidence, les conduits de ventilation directement sur le trottoir... un désastre urbain.
  31. 1 point
    En fait le chantier est dans les temps. Il as toujours été convenu que la station ouvrirait en Juin suite aux travaux critique mais que les travaux se poursuivront de nuit pour un 10 à 12 mois par la suite.
  32. 1 point
    Vu du quai King Edward hier, on voit bien le niveau de l'eau !
  33. 1 point
    René-Lévesque ne fait pas partie de la proposition initiale de la CAQ; dans celle-ci le tracé prend fin à la Station Place-d'Armes. Quoiqu'il y a général plus d’espace sur la ligne Vaudreuil que sur la ligne Mascouche, ça reste l'une des emprises les plus occupée du réseau ferroviaire. Je doute qu'en faire un métro sur toute la longueur soit faisable et encore moins souhaitable. Avec toutes les jonctions et autres problèmes la conception d'une ligne serait tout un défi. Ceci dit, il y aurait surement possibilité d'implanter un métro sur certains segments et de passer par moment par d'autres chemins comme le conçoit le plan de la ligne. On ne peut transformer toutes les emprises ferroviaires en métro. Elles remplient des besoins bien importants pour la régions autres que le transports de navetteurs (transports de marchandises, transports interrégional). Le REM est fantastique, mais à cause de ce bon coup j'ai l'impression qu'on commence à avoir une vision étroite de ce qu'on imagine comme le futur du métro.
  34. 1 point
    One of the reasons why they are not fully built in Quebec is the track record. Ontario has had orders for trains to be built here and it's been a disaster, The company for whatever reason has never been able to get its act together. It's not fully a workers issue its a management problem. If I wanted the product to be delivered on time and on a budget I would also get my product elsewhere. Just to give a contract out to score political points is wrong and it hurts Quebecers in the long run.
  35. 1 point
  36. 1 point
    Quelques images. 25 mai, 2019.
  37. 1 point
    Oh mon Dieu je suis vraiment surpris... not! Je vais attendre de voir des bons rendus, mais ça n'a pas l'air bien bien plus beau que les versions précédentes. 25 mai 2019 Robert Côté revient à la charge PHOTO SPECTRE MÉDIA, JESSICA NADEAU JACYNTHE NADEAU La Tribune Dix ans après que son projet a été rejeté unanimement par les élus sherbrookois, le promoteur Robert Côté revient à la charge pour construire un immeuble résidentiel de 17 étages sur la rue du Pacifique, non loin du lac des Nations. La nouvelle mouture du projet de 196 unités de logement a été présentée au maire Steve Lussier en juin dernier, explique M. Côté, et aurait obtenu de bons commentaires, selon lui. Le promoteur s’impatiente maintenant de voir que rien n’a bougé depuis un an et qu’il n’a toujours pas les autorisations pour construire. « Ça va faire un an que j’attends. J’ai une trentaine d’unités déjà réservées. Et pendant que j’attends, fait-il valoir, la Ville perd 1000 $ de taxes municipales par jour. » Les efforts de M. Côté pour développer ses quelque 20 000 m2 de terrain bordé par les rues Claire-Jolicoeur, du Pacifique et de Dieppe, dans l’Ouest de la ville, en contrebas du Château Bellevue, ont fait couler beaucoup d’encre depuis des années puisque le zonage dans ce secteur n’autorisait que les bâtiments d’un maximum de six étages. De guerre lasse en 2015, le promoteur a érigé un premier immeuble de 80 unités sur six étages en acceptant que la phase 2 de son projet se déploie sur neuf étages, suivant une décision du conseil municipal de l’époque. Aujourd’hui, il assure qu’il n’a jamais été question de s’en tenir à neuf étages. « Je n’ai jamais changé d’idée [NDLR pour 17 étages], mais si je n’avais pas accepté les neuf étages, je n’aurais jamais pu construire la phase 1 », s’insurge-t-il. La phase 2 de son projet, baptisé Le Bonaparte pour faire un clin d’œil aux Appartements Le Napoléon qu’il a construit dans le Nord de la ville, se veut un immeuble de prestige avec quatre ascenseurs vitrés, une piscine sur le toit, 200 espaces de stationnement sous-terrain et une verrière. Le promoteur vise une clientèle semi-retraitée et retraitée, dont le quart, selon lui, viendrait de l’extérieur de Sherbrooke. Cette phase 2 inclut un édifice commercial entre les deux immeubles résidentiels pour accueillir des services de proximité comme une pharmacie, un dépanneur, un restaurant et des soins esthétiques, détaille M. Côté. « Il n’y a pas d’immeuble prestigieux dans l’Ouest pour que les gens qui sont capables de s’en offrir puissent rester dans leur quartier », lance-t-il, en se targuant d’avoir « le plus beau site pour ça ». Il estime le coût de ce nouveau projet entre 40 et 50 millions $ et veut lancer le chantier en septembre au plus tard. L’homme d’affaires maintient qu’à neuf étages, avec toutes les normes de construction, il n’arrivera pas à un concept intéressant économiquement parlant. « Pour faire quelque chose de prestigieux, lance-t-il, ça prend du volume. » Trop massif Pour aller de l’avant, il doit toutefois obtenir un amendement au zonage, une procédure qui passerait d’abord par le comité consultatif d’urbanisme, ensuite par le conseil municipal et ultimement par le processus référendaire. Or selon le président du comité consultatif d’urbanisme, le conseiller Vincent Boutin, à 17 étages le projet ne passera pas la rampe. « Il y a des discussions entre la Ville et le promoteur depuis plusieurs mois, confirme M. Boutin. On a regardé avec lui différents scénarios. Selon les plans qu’il nous a montrés et les simulations, l’effet serait trop massif pour le secteur. » Robert Côté argumente pour sa part que ses 17 étages ne seront pas plus hauts que les immeubles de 12 étages qui ont été construits ces dernières années de l’autre côté du pont Jacques-Cartier. « Mon terrain est plus bas, mais ce n’est pas une raison pour être encore plus bas. C’est pour ça qu’il faut que je me remonte un peu, répète-t-il. On ne sera pas plus haut, mais on va essayer d’être plus prestigieux. » « La configuration du secteur n’est pas la même, réplique M. Boutin. On ne peut pas copier-coller le zonage qui se fait de l’autre côté de la rivière. Il faut voir l’intégration du bâtiment dans son secteur. Et la vue sur le mont Bellevue qui est un symbole très important pour les Sherbrookois. C’est ce qui avait été dit à l’époque. » Robert Côté espère quant à lui que les mentalités ont évolué et que la population sera d’accord. Il réclame que la Ville enclenche la procédure d’amendement de zonage et arrête « d’avoir peur d’avoir peur », d’autant plus que son projet a aussi le mérite d’éviter l’étalement urbain. « Ce que je suggérerais au promoteur, dit pour sa part M. Boutin, c’est d’organiser lui-même une soirée d’information sur son projet. Il y a beaucoup de promoteurs qui le font. Nous la Ville on est là à titre de consultant pour les questions plus pointues sur notre réglementation. Ça lui permettrait de prendre le pouls, de voir les drapeaux rouges qui se lèvent, et comme on est en amont du processus, ça lui permettrait de modifier son projet pour aller chercher l’acceptabilité sociale. » « Compte tenu de l’historique de ce dossier, ce ne serait pas responsable de dire au promoteur ‘‘vas-y’’ et qu’il se casse les dents en consultation publique. C’est notre rôle de lever ces alarmes-là quand on les voit. » https://www.latribune.ca/actualites/sherbrooke/robert-cote-revient-a-la-charge-e54a0b57f06a28fc003ec0d077b5a17c?utm_source=omerlo&utm_medium=mailer&utm_campaign=Aujourd'hui+le+25+mai+2019&fbclid=IwAR3fpdOaGHpF8Ju-5vvZNhRAwRwhWlXOzCyWXaynqBtdGDIpKuihu96Ilgo ————— Il va y avoir un agrandissement chez Aciers Simmonds (au coin Galt/Conseil). Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est beau, mais c'est clairement une amélioration. https://www.ville.sherbrooke.qc.ca/fileadmin/fichiers/Juridiques/Agenda/Document_190415_cm.pdf
  38. 1 point
  39. 1 point
    Ça me donne le goût d'aller encourager son commerce! À quand un meet Cléopâtre? 🤣
  40. 1 point
  41. 1 point
    Superbe dallage! Enfin un peu de folie tout en étant sobre. Et ça fait changement des blocs gris format rectangle qu'on utilise sans arrêt depuis le quartier international.
  42. 1 point
    Je ne veux pas chialer pour chialer, mais encore une fois personne sur le chantier...Coudonc c'est-tu un jour férié et personne ne m'a avisé ? Quelqu'un a vu passer quelque chose s'apparentant à une quelconque explication de la part de la Place des arts, de la ville de Montréal ou du partenariat du Quartier des spectacles ?
  43. 1 point
    Poser la question, c'est aussi y répondre. Merci pour l'article !
  44. 1 point
    Voici quelques renseignements retracés sur le net. Il semble que cela fonctionne à certain endroits. Je pense que tout est dans l'intention de vouloir régler le problème, ou à tout le moins de le contrôler: En 2003 à Los Angeles, a été mis en place un système technique sophistiqué nommé « Tagger Trap » (« piège à tagueurs », de la société Axium Technologies). Il permet de repérer, grâce à leur son très spécifique, des bombes de peinture que l'on actionne. Ce système aurait permis de repérer et d'arrêter de nombreux taggers en pleine action. Par ailleurs, des sociétés américaines se sont spécialisées dans la collecte et le recoupement d'informations sur les graffitis, permettant aux pouvoirs publics une « traçabilité » du tag afin de recenser toutes les œuvres d'un auteur et d'étendre les condamnations bien au-delà du flagrant délit
  45. 1 point
    Le Complexe Guy-Favreau date d'une autre époque, son style est révolu et n'a pas trouvé personne pour l'imiter. De toute façon le terrain du 46 St-Jacques est encastré entre deux bâtiments et le nouvelle immeuble devrait s'aligner avec le bâti voisin. Il n'aura pas non plus une grande visibilité et sa plus grande qualité sera de faire disparaitre un des derniers terrains de stationnement, en refermant définitivement la trame urbaine de cette rue et celle de l'autre côté sur Notre-Dame.
  46. 1 point
    Ils profitent du dynamisme économique montréalais comme une majorité d'entreprises locales et c'est tant mieux.
  47. 1 point
  48. 0 points
  49. -1 points
    Ils pourraient juste laisser à ciel ouvert et en faire une piscine olympique. Just sayin'
  50. -2 points
    L'Inde doit avoir les pires écoles d'ingénierie.
This leaderboard is set to New York/GMT-04:00